Comment s’habiller quand il pleut ?

Temps de lecture : 12 minutes

234

Les arbres commencent à perdre leurs feuilles et nous nous réveillons chaque matin en guettant la météo...

Avant de tomber encore plus dans les clichés de l'automne, rappelons que c'est une saison qui autorise nombre de fantaisies. Ni la chaleur de l'été, ni la froideur de l'hiver : on peut exploiter pléthore de textures, couleurs, styles et assemblages à la mi-saison.

Cela dit, il y a un élément moins cool en automne : la pluie. Cela ne signifie pas pour autant qu'on ne peut pas être élégant ! Un sale temps est même propice à quelques effets de style, notamment si on pense au techwear.

L'objectif de l'article est de passer en revue les différentes possibilités qui s'offrent à vous pour s'habiller par temps de pluie. Styles de manteaux et de matières, qualité, éléments à proscrire... Tout pour vous éviter la galère du sweat à capuche mouillé !

sweat-mouille

Crédits : MadeMan

Une affaire de construction

Nous serons tous d'accord pour le dire : la veste est le premier rempart d'un look contre la pluie. Pour mener cette mission à bien, elle doit cocher un certain nombre de cases, indépendamment de son style.

On commencera donc par se pencher sur la matière. C'est grâce à elle que vous serez bien protégés de l'eau et gardés au sec... si elle est traitée pour !

Qu'est-ce que l'enduction ?

Pour cette première partie, on va se contenter de parler de la technique de l'enduction, adaptée aux vêtements de ville pour le quotidien.

Les tissus, même s'ils ont une trame serrée, ont des pores (interstices) trop gros pour empêcher l'eau de s'infiltrer et d'imprégner le manteau. La technique d'imperméabilisation par enduction, ultra répandue en prêt-à-porter, consiste à enduire la face extérieure de la fibre textile d'un mélange souvent composé de résine et de vinyle. Imperceptible à l’œil, le procédé comble les petits interstices : le manteau est alors déperlant, l'eau reste en surface et glisse littéralement dessus.

Peu onéreuse, l'enduction est prévue pour une utilisation quotidienne. En revanche, elle a tendance à légèrement rigidifier le tissu et, surtout, à être sensible à... l'eau. À chaque fois que vous prenez la pluie, l'enduit se détériore : il convient de le renouveler régulièrement, une fois par an ou tous les deux ans selon l'utilisation que vous en faites. À vous de voir quand l'imperméabilité ne vous semble plus suffisante.

coutures sac fratelli noviello

Globalement, l'enduction consiste à passer un enduit sur une matière. Devenue déperlante, les gouttes de pluie glisseront dessus.

Des finitions sur lesquelles on ne peut faire l'impasse

Niveau montage, il n'y a rien de vraiment nouveau par rapport aux critères habituels :

  • coutures serrées et régulières,
  • matière homogène, surtout dans le cas des tissus traités par enduction,
  • finitions soignées.

C'est peut-être sur ce type de pièce que ces détails ont le plus d'importance. Imaginez un tissu parfaitement imperméable, mal assemblé par des coutures grossières : ce serait comme construire un bunker en béton armé mais avec des fenêtre en simple vitrage. Et ce, bien que jamais je n'ai eu à construire de bunker de ma vie...

impermeabilisant-tissu

Une belle déperlance, où les gouttes restent bien en surface.

Trouver la bonne veste de pluie

Bon, nous sommes maintenant clairs sur la matière.

La bonne nouvelle, c'est qu'on trouve des vestes adaptées à la pluie dans différents styles, que vous soyez adeptes du costume trois-pièces ou de gros jeans bruts.

Prêts pour un petit tour d'horizon ?

Le mackintosh et le trench

Commençons par le style dont on aura sans doute le plus besoin : le formel. Il nous permettra d'aller au bureau, en RDV, en rancard, en soirée... bref, de presque tout faire.

Dans ce cas de figure, deux options tirent particulièrement leur épingle du jeu : le mackintosh et le trench.

Le premier se distingue du second par :

  • Une matière souvent plus légère,
  • Et une coupe simple, non croisée.

À gauche, un "mac" avec sa coupe simple, laissant traditionnellement apparaître le premier bouton. À droite, un trench, caractérisé par sa fermeture croisée et sa ceinture.

Ce sont deux pièces intrinsèquement conçues pour la pluie, pour laquelle la longueur est d'ailleurs un atout. À l'origine, le mac était entièrement composé de caoutchouc - remplacé depuis par un coton enduit -, là où le trench a été pensé pour les soldats sur le front.

Globalement, les deux sont substituables en termes de style. Cela étant, ces dernières années, le trench a vu son image s'écorner. Certains le trouvent trop connoté "séducteur des années 2000". Personnellement, je penche plutôt du côté mackintosh, plus épuré. Mais si c'est le trench qui fait battre votre coeur, ne vous privez pas !

Sur ce look, on est à des années lumières de l'image du "dragueur maladroit". La largeur des revers apportent de la carrure à son porteur, là où la couleur ocre rehausse le bleu et le gris neutres de la tenue. (Crédits : GQ)

Ce sont aussi des pièces qui peuvent facilement se porter dans des looks plus casual. Sweat ou chemise, c'est à vous de choisir ! (Crédits : Lookastic)

Pour éviter tout problème, préférez les pièces à mi-cuisse, pas plusOn peut imaginer un modèle plus long, à condition de parfaitement maîtriser les volumes et les proportions. À réserver aux plus aguerris.

Pour la couleur, faites en fonction de votre garde-robe :

  • Les nuances de beige sont lumineuses, très appréciables par temps de pluie, et s'adaptent à toutes les saisons,
  • Peu répandu, le kaki est pourtant aussi facile à porter que les autres, tout en accentuant légèrement le côté militaire,
  • N'hésitez pas à opter pour des teintes qui changent : le bordeaux, le bleu pétrole ou encore un joli prince de Galles fondu, apporteront une touche plus sophistiquée.

Quelques pistes de marques...

La saharienne et la field jacket

On reste dans les origines militaires avec la saharienne et la field jacket, plus courtes que le trench et le mackintosh.

Niveau style, elles sont assez hybrides. Dans une tenue habillée, elles créeront des contrastes intéressants. Leurs proportions étant assez proches de celle d'un blazer, leur intégration s'en retrouve facilitée.

Une saharienne a des proportions proches de celles d'un blazer. En jouant sur son ouverture, vous pourrez mettre en avant votre col de chemise, voire une cravate.

Naturellement, aucun souci pour les looks casual, ne vous prenez pas la tête. Pull, tee-shirt, chemise, chino, jean, pantalon en velours... le risque d'erreur est faible.

Si le beige et le kaki semblent être les couleurs naturelles pour ces pièces, rien ne vous empêche un peu plus de fantaisie.

Regardez de plus près, des motifs paisley ton-sur-ton se fondent dans l'étoffe, sans que la pièce n'en devienne plus difficile à porter. Du reste, la tenue s'articule autour d'éléments neutres : jean, tee, sneakers.

Quelques pistes de marques...

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi relire nos articles sur la saharienne et la field jacket.

La veste cirée

Si les vestes en coton ciré Barbour pouvaient habiller des marins de la Royal Navy, elles feront bien l'affaire pour nos jours de pluie.

Pour ce type de veste, on retrouve plusieurs influences. Certaines transpireront les parties de chasse dans la campagne anglaise ; d'autres, les courses de moto ou l'esprit d'aventure. À vous de voir ce qui vous parle le plus...

Modèle Aigle, prêt à traverser le bayou.

Si vous achetez ce genre de veste avec pour idée première de vous protéger de la pluie, choisissez-la assez longue, comme ici. Avec ces boots, c'est le combo parfait. (Crédits : Pinterest)

Quelques pistes de marques...

Bien choisir son pantalon

C'est un aspect auquel on ne pense pas forcément, mais certains pantalons sont plus adaptés que d'autres au temps pluvieux.

Évitez de mettre un jean brut, surtout s'il est neuf et encore saturé en indigo.

Les pantalons en laine peignée ou flanelle ne sont pas non plus très adaptés. Si vraiment vous deviez les porter, je ne pourrais que vous conseiller d'opter pour un mac/trench, qui protègera en partie vos jambes.

Dans l'idéal, privilégiez les jeans non bruts, qui ne craignent pas vraiment l'eau. Le pantalon en coton tout bête ne la repoussera peut-être pas non plus, mais il ne se déformera pas s'il est trempé. Au pire des cas, en l'absence d'un jean non brut, pensez à un chino épais.

streetstyle blouson d'été homme

Rien de tel qu'un bon jean gris les jours de pluie.

Pour aller plus loin, retrouvez tous nos conseils et nos tests en matière de jeans.

Le techwear : une alternative casual misant sur la performance

Le terme de techwear désigne à la base les vêtements conçus à partir de tissus techniques ou innovants. Le plus connu est composé de polytétrafluoroéthylène, qui n'est autre que le téflon, dont les usages sont nombreux.

Il y a aussi tout une démarche créative autour de ce courant, tendant à exacerber les détails techniques (coutures, fermetures, scratchs...), parfois poussée jusqu'au dark techwear ou même ninja techwear. Par ici pour plus d'infos !

Les avantages du techwear sur l'enduction

Tout d'abord, les propriétés intrinsèques du tissu.

La marque Gore-Tex®, l'une des pionnières dans ce domaine, a par exemple travaillé sur l'aspect des tissus, tout comme leur légèreté ou leur respirabilité. La plupart de leurs matériaux reçoivent un traitement au polymère qui les rend déperlants et coupe-vent. En revanche, seuls, ils ne permettent pas de véritablement garder la chaleur, raison pour laquelle ils servent parfois à la confection de doudounes en plumes et duvet.

schema gore tex

Fonctionnement de la fameuse membrane Gore-Tex.

Autre atout du techwear : la main de la matière. L'utilisation massive de fibres synthétiques, traitées et parfois travaillées à différentes températures, offre un rendu assez unique. Souvent mâts et finement "grainés", les tissus techniques peuvent aussi être alvéolés, quadrillés, transparents...

Autrefois futuristes, ces matières maintenant démocratisées trouvent facilement leur place dans la mode quotidienne.

sweat techwear

Les matières techniques présentent une homogénéité de couleur et de texture particulière.

Enfin, dans le prolongement de la dimension esthétique des tissus techniques, il faut penser au montage et à la conception des manteaux.

Si la gabardine de coton est sujette à revisites et traitements divers, elle ne permet pas de tout faire. Dans le haut de gamme du techwear et chez les créateurs, les patronages de blousons prennent des formes surprenantes, permises par les progrès de la couture industrielle et électronique : ultra sons, haute précision, collages, etc. 

Les détails se démarquent aussi des manteaux classiques, avec parfois la présence de bandes d'étanchéité sur les coutures, évitant toute pénétration de l'eau à ces endroits.

maharishi coutures thermosoudees

On voit la trace des coutures thermo-soudées, très utilisées en techwear.

En matière de styles, on trouvera de tout, du simple blouson type bomber à la cape gigantesque bardée de poches. Entre les deux, il y a aussi les manteaux à enfiler, que l'on revoit de plus en plus. Pas aussi pratiques qu'une veste zippée, ils demeurent parfaitement imperméables et souvent très confortables !

manteau a enfiler homme

Une modèle très streetwear de chez Asos, vendu 39€... Niveau style, c'est réussi. En termes de qualité, en revanche...

Quelles matières choisir ?

À part dans le cas d'une recherche de produit bien spécifique et de propriétés très avancées, il est tout à fait possible de se rabattre sur un techwear "basique".

Les entrées de gamme "génériques" présentent l'avantage d'un coût modéré pour des performances suffisantes, si vous cherchez simplement à vous protéger de la pluie. On peut penser à la gamme Quechua par exemple, située généralement sous la barre des 100 €. Cela étant, niveau style et caractéristiques techniques, ce n'est pas l'idéal.

Des efforts semblent avoir été faits du côté de la durabilité du produit malgré tout. Intéressant si l'on cherche du matos correct pour aller courir ou faire du sport en extérieur par temps humide...

On trouve ensuite les pièces réalisées en GoreTex®, SympaTex®, eVent® et consorts. Leur "entrée de gamme", déjà de très bonne qualité, se situe aux alentours des 200€. Le style est déjà plus travaillé, et l'on gagne surtout en confort et durabilité.

Quelques pistes de marques...

De plus en plus de marques s'efforcent de proposer un techwear dont le design s'éloigne des sentiers de montagne. Dans un style plus urbain, Rains et Sutterheim offrent des imperméables techniques d'entrée de gamme.

Plus recherchés, on peut citer Aether Apparel, Norwegian Rain ou encore Coldsmoke.

Benoît avait d'ailleurs testé (et approuvé) les manteaux Norwegian Rain.

Enfin, ceux d'entre vous qui recherchent de la technicité et qui envisagent le techwear comme style à part entière, trouveront leur bonheur auprès de marques comme Supreme, Acronym, Junya Watanabe ou White Mountaineering.

Il faut cependant avoir le budget (prix de départ aux alentours de 600€, jusqu'à plus de 1000€) et, surtout, une certaine maîtrise de ce style bien particulier. La disproportion entre le prix de vente et le prix perçu peut parfois être un frein malgré tout.

veste acronym

Cette veste Acronym est vendue 1223€.

Du côté des pantalons ?

Côté pantalon, c'est surtout l'urban techwear qu'il faut viser. Si l'on peut imaginer se balader avec un imper en PVC, c'est tout de suite plus délicat sur le bas d'une tenue.

Du coup, si vous voulez des pantalons spécialement pensés pour avoir un look urbain ET vous protéger de la pluie, on vous recommande par ordre de budget : Seagale, Outlier, Arc'teryx Veillance, et Bernard Zins, qui fait aussi un modèle technique. Sans oublier notre pantalon en matière Schoeller. 😉

Tailoring techwear par Bernard Zins.

Retrouvez notre test Outlier juste ici.

Des chaussures qui n'ont pas peur des gouttes

Priorité absolue : éviter les cuirs suédés. Recolorer un suédé est plus compliqué que de recolorer un cuir lisse, et nombre d'entre eux ne retrouvent jamais le même aspect délicat une fois qu'ils ont vraiment pris la pluie.

Les sneakers peuvent dépanner si besoin, mais gardez à l'esprit qu'elles exposent souvent le pied et finissent vite remplies d'eau. De plus, les cuirs colorés qui les composent souvent s'entretiennent moins bien que ceux des souliers : on ne peut que les nettoyer, et la "recoloration" n'est pas toujours possible. Cela étant, leur semelle en caoutchouc a au moins pour avantage de ne pas craindre l'eau.

Idéalement, optez pour des boots qui couvrent les chevilles et minimisent l'infiltration. Encore mieux si vous avez un cuir gras, qui s’imbibera beaucoup moins vite et sur lequel l'eau tendra à ruisseler.

 

Des bottines constituent une bonne protection contre la pluie. Plus la chaussure remonte sur la cheville, plus elle sera efficace dans cette situation.

Évidemment, s'ils n'ont pas encore de patin, ne mettez pas vos souliers lorsqu'il pleut. C'est vraiment mauvais pour la semelle : même si elle peut sécher lorsque vous rentrez chez vous, l'humidité la rend beaucoup plus friable.
L'idéal, c'est d'avoir une semelle gomme, ou un cousu norvégien qui isole complètement le montage de la chaussure !

Pour plus de conseils en souliers et faire le plein de marques, regardez le dernière épisode de Sape m'en 5 par notre curateur en chef, Nicolò :

L'accessoire oublié : le parapluie !

parapluie-noir

Parapluie Lenger, 34€.

Si on veut pas se compliquer la vie et que quelques gouttes ne nous font pas peur, on peut se contenter d'un parapluie.

Pour une averse légère, il saura vous garder au sec et, dans ce cas, vous pouvez vous habiller à peu près comme vous voulez. En revanche, dès qu'on a des bourrasques ou des averses violentes, ça devient vraiment compliqué. Mieux vaut prévoir un trench ou un manteau, et s'en servir pour garder les cheveux au sec.

Le petit grain de sel d'Euxane

Si vous cherchez un "vrai" beau parapluie, qui plus est extrêmement résistant, je vous conseille les Parapluies de Cherbourg, qui font écho au film de Jacques Demy.

J'ai grandi là-bas et j'ai travaillé dans leur boutique l'été. Ce sont de très beaux objets, faits dans des matières nobles, et la confection est réalisée à la main en France. Ils sont aussi très résistants aux bourrasques (le plus résistant à une tolérance au vent jusqu'à 150 km/h).

Pour l'anecdote, ce sont eux qui ont réalisé le parapluie blindé en Kevlar à la demande du service de protection de Nicolas Sarkozy.

Y a-t-il des vêtements à proscrire ?

Vous l'aurez compris, certaines matières sont plus ou moins sensibles à l'eau ! Voilà pourquoi il faudra éviter de les porter, et être vigilants pour d'autres...

Interdiction absolue : le blouson en cuir

Même si les peaux peuvent encaisser une averse sans risque, le problème vient essentiellement de la teinture. Surtout si votre cuir est de belle qualité, en finition plongée/aniline...

Des auréoles risquent de se former là ou les gouttes sont tombées, ce qui peut aussi légèrement modifier la texture du cuir. Et croyez moi, c'est très problématique.

blouson cuir pluie

Une pluie orageuse qui arrive par surprise peut faire des dégâts... Sur de belles peaux anilines, l'eau pénètre et  laisse des traces en séchant, que très peu de spécialistes peuvent rattraper.

Gare à la laine !

Les pièces en laine ne sont pas hyper adaptées à la pluie : si beaucoup d'entre elles aiment l'eau, sans doute avez-vous remarqué l'odeur qui se dégage d'une laine mouillée. Franchement pas agréable.

Pantalons, gros pulls, cardigans en laine... Mieux vaut éviter de trop les exposer à l'eau.

Le fameux sweat à capuche en molleton va devenir une serpillère dès la première averse. L'eau va s'infiltrer partout par capillarité : vous serez trempés jusqu'aux os en moins de deux.

Le mot de la fin...

Vous l'aurez compris, les trenchs, macs et autres pièces enduites s'avèrent très pratiques. Polyvalentes et stylées, elles vous protègeront facilement. L'imperméabilisation de la matière n'étant pas éternelle, il faudra simplement penser à ré-appliquer de l'enduit sur le vêtement pour lui redonner ses propriétés déperlantes, et bien faire attention à ce que la construction du manteau ne mette pas en péril votre maintien au sec.

Pour une isolation optimale, la piste du techwear reste la plus adaptée. Le style est souvent plus connoté, bien que de plus en plus de marques proposent des alternatives urbaines.

Pensez aussi aux accessoires, comme le parapluie ou l'écharpe s'il fait froid. Faites attention avec les pièces en laine et soignez vos chaussures après une averse.

J'espère avoir fait le tour des options s'offrant à vous pour s'habiller par temps de pluie. N'hésitez pas à poser vos questions en commentaires !

Romain Rousseau Romain Rousseau

Voir un tailleur marquer sa toile m'impressionne, regarder une brodeuse faire virevolter son aiguille me donne des frissons, admirer un cuir parfait me fait sourire. Je suis passionné par le Luxe pour ce qu'il est (rigueur, excellence, amour du beau), et plus encore j'aime partager et transmettre cette passion. [email protected]

Laisse-nous commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.