Comment choisir son parapluie ?

Temps de lecture : 5 minutes

Cela n'aura échappé à personne :  la météo n'est pas vraiment clémente ces temps-ci. À moins de rester sous la couette — ce que nous avons tous envisagé — il va bien falloir s'équiper pour y faire face.

Avec un peu de chance, on possède un manteau doté d'une capuche suffisamment couvrante, qui reste bien en place. Autrement, on peut opter pour un couvre-chef, mais il protège davantage du froid que des intempéries. C'est d'autant plus le cas avec la pluie, contre lequel l'allié tout trouvé est... le parapluie.

Le problème, c'est qu'il est difficile de s'y retrouver : quelles différences entre des modèles à 20 € et d'autres à 200 € ? Plutôt parapluie droit ou pliant ? Quels sont les critères à observer ? Vers quelles marques se tourner ?

C'est ce qu'on va se demander !

Anatomie d'un parapluie

Quel que soit le parapluie, il se composera toujours des mêmes pièces. Ce sont surtout les matériaux choisis qui feront la différence.

Le mât et la poignée

Le mât est un peu la colonne vertébrale du parapluie, sur laquelle vont se greffer toutes les autres pièces.

Généralement, il est en métal ou en bois. Le premier sera plus fragile mais gagnera en souplesse, comparé au second, rigide mais plus solide.

Le mât s'emboîte dans la poignée. Cela dit, sur certains modèles haut de gamme, les deux sont sculptés dans une seule pièce de bois.

Modèle Jupiter de la marque Ayrens, avec mât et poignée sculptés main dans une seule pièce d'érable. À 660 €, il est également équipé d'une puce GPS. Oui, oui...

La toile

La plupart sont en nylon ou en polyester, pour l'imperméabilité.

Pendant mes recherches, j'ai lu que les versions polyester étaient à privilégier mais je ne peux le confirmer Cela dit, les marques les plus haut de gamme — on y reviendra dans la sélection — ont effectivement tendance à se tourner vers cette option.

Pour ce qui est du design, on trouve absolument de tout.

On peut aussi trouver quelques mélanges rares à base de coton ou de soie. A contrario, celles bénéficiant de traitements techniques sont de plus en plus nombreuses.

Les baleines

Il s'agit des "tiges" qui relient la toile au mât et se déploient une fois l'accessoire ouvert, lui donnant sa forme.

Quand un parapluie "est cassé", c'est souvent qu'une baleine a cédé. Celles en acier sont les plus fragiles, préférez le carbone ou la fibre de verre. Leur souplesse rend ces matériaux moins cassants.

On compte 8 baleines pour les versions classiques. Plus il y en aura, plus il sera résistant au vent.

La résistance au vent dépend du nombre de baleines.

Les différents types de parapluie

On en retient deux grands types.

D'abord, le parapluie droit. Aussi appelé "parapluie à canne", il se termine par une tige pouvant taper le sol lorsque l'on marche.

C'est la plus élégante des alternatives, en plus d'être durable. Seul problème : son manque de praticité.

La hauteur totale d'un parapluie droit oscille entre 90 et 100 cm.

Il s'oppose au parapluie pliant. Certes moins esthétique, son format le rend beaucoup plus pratique.

Compact, on peut balader un parapluie pliant sans contrainte. Cela dit, il possède une plus petite toile que les modèles droits, donc une surface de protection plus petite.

Il existe une troisième catégorie : le parapluie de golf, pensé pour s'abriter à deux. Imposant, il n'est pas adapté à un contexte urbain.

Réfléchir à son usage

Avant de faire votre choix, demandez-vous comment vous utiliserez votre parapluie.

Par exemple, si vous n'aimez pas vous encombrer, c'est un modèle pliant qu'il vous faut. De même si vous recherchez simplement une "protection d'appoint". En revanche, si vous faites vos trajets en voiture, ou que tenir une canne ne vous déplaît pas, pourquoi ne pas prendre un parapluie droit ?

Côté prix, il y a également un arbitrage à faire. Serez-vous soigneux ? Souhaitez-vous un objet au design travaillé ? Êtes-vous du genre à le perdre ?

Personnellement, j'oublie mon parapluie chaque fois que je m'assois en terrasse. Pour cette raison, je vais devoir passer mon tour sur ce sublime modèle Il Marchesato avec manche en forme de cobra...

Prenez le temps de réfléchir pour faire votre choix le plus judicieusement possible !

Les astuces pour reconnaître la qualité d'un parapluie

Bien évidemment, les matières sélectionnées seront le premier indicateur.

Vérifiez également l'uniformité de la toile, qu'elle ne présente pas de défaut. Pour le coup, utilisez une source lumineuse et passez-là au-dessous. Les imperfections apparaîtront.

Comme pour n'importe quelle pièce en tissu, la régularité des coutures nous donne ici aussi une indication sur la qualité. Sur le bas, les bords de la toile doivent être renforcés pour éviter qu'elle ne s'effiloche.

Si vous en avez la possibilité, ouvrez et fermez plusieurs fois votre parapluie pour tester la "fluidité" de son mécanisme. Mais pas en intérieur, ça porte malheur !

Quelques mots sur le style

Côté style, il n'y a pas de règle universelle.

Vous ne pourrez pas vous tromper en misant sur un modèle bleu marine, noir, vert foncé...

Pourquoi ne pas aussi se diriger vers des couleurs claires, toutes aussi faciles, qui changent des teintes habituelles ?

Cela dit, le parapluie reste un accessoire : on peut donc se permettre un peu de fantaisie. De plus en plus d'efforts sont faits sur le design de la toile, en jouant sur les nuances et les motifs.

Parapluie tartan Piganiol. Les couleurs sont très sobres, permettant au motif de rester subtil, tout en apportant un petit "quelque chose" à l'objet.

Les parapluies pliables ne sont pas en reste. (Fulton)

 

Si l'on souhaite aller plus loin, il peut servir à introduire cette pointe "d'inattendu", le petit twist qui décale une tenue.

Parapluie Le Flageolet camouflage. Dans une tenue casual composée de pièces sobres, pourquoi pas !

Le parapluie jaune canari complète bien le look habillé, sa nuance s'opposant aux tons neutres du reste de la tenue.

Le coin shopping

  • Isotoner : sans être phénoménale, la confection tient la route. C'est un entrée de gamme très correct.
  • Fulton : la marque britannique fournit la cour de la reine d'Angleterre, ce qui est plutôt rassurant quant à la confection. Il n'y a pas de prise de risques dans le design, malgré quelques modèles à motifs.
  • Ayrens : datant de la fin du XIXème siècle, la marque a été honorée par le label Entreprise du Patrimoine Vivant. On note une vraie pluralité dans les styles, avec un éventail de prix où chacun peut trouver son compte.
  • Le Véritable Cherbourg : inspirée par le film de Jacques Demy, la marque propose des modèles made in France, fabriqués avec soin. En revanche, la gamme est restreinte.
  • Piganiol : autre grande fabrique française, elle propose des parapluies confectionnés à la main à Aurillac depuis 1884.
  • Il Marchesato : fabricant de mon fameux parapluie cobra, la marque italienne offre des modèles précieux dans des matières nobles (détails en cristal, plaqué or...). Rien que pour le plaisir des yeux, je vous invite à y jeter un oeil !

Le mot de la fin...

Le parapluie est un accessoire avec un véritable intérêt pratique.

Selon vos habitudes et ce que vous préférez, à vous de choisir le format le plus adapté entre les modèles droits et pliants. Restez vigilants sur la qualité des matières et le soin des finitions.

Côté style, on ne peut se tromper en s'orientant vers un modèle uni et sobre. Cela étant, on peut se permettre un peu plus de fantaisie et l'utiliser comme moyen de compléter vos looks. Les fabricants rivalisent d'inventivité, on trouve à présent des parapluies pour tous les goûts.

Maintenant, il ne vous reste plus qu'à ne pas l'oublier en partant le matin !

Avatar Rafik

Je suis fasciné par l'expression des contre-cultures et les mouvements underground. Tombé amoureux de la mode à 5 ans, je pense qu'elle doit rester un moyen d'expression, et non une course aux tendances. Et que ça reste entre nous, mais je suis un brin bling sur les bords.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.