Brad Pitt & Leonardo Di Caprio chez Tarantino : la réussite ne fait pas le style - Bobine

6 min
brad pitt quentin tarantino hollywood tenue homme jean chemisette bleu jaune

Brad Pitt & Leonardo Di Caprio chez Tarantino : la réussite ne fait pas le style - Bobine

6 min
Publié le : 4 septembre 2022Mis à jour le : 4 septembre 2022

Dans la série des « Il était une fois… » au cinéma, Quentin Tarantino ajoute sa pierre à l’édifice avec « Once Upon a time in Hollywood ». Si le film se concentre sur les aventures de deux losers incarnés par Brad Pitt et Leonardo Di Caprio, on découvre plus généralement une ode au cinéma et au sens de l’habillement. Le style est-il une affaire de réussite ? Non, et je vous raconte pourquoi.

(Crédit photo de couverture : Brad Pitt dans « Once upon a time in Hollywood », 2019 - photo IMAGO / Cinema Publishers Collection)

Le pitch : 1969, année traumatique

1969, Hollywood USA. Rick Dalton est une star passée de mode. Il est accompagné par Cliff Booth, sa doublure de toujours qui lui sert également d'homme à tout faire. Le monde du cinéma est en pleine transformation, et le succès est désormais à chercher chez son voisin de quartier Roman Polanski. Devenus losers malgré eux, les deux hommes tentent tant bien que mal de relancer leur carrière à l'heure où le rêve hollywoodien s'apprête à vivre l'un de ses plus tragiques instants ...

Au casting de cette aventure très tarantinesque sortie en 2019 : Brad Pitt, Leonardo Di Caprio, Margot Robbie ou bien encore Al Pacino. On y croise également Damian Lewis, ici dans le rôle de Steve McQueen. C'est comme toujours avec le réalisateur américain un régal pour les yeux et les oreilles, notamment si vous êtes sensible à son sens très particulier du dialogue.

Le titre du film, lui, fait inévitablement penser à Sergio Leone. C'est une habitude chez Quentin Tarantino : ses films en convoquent toujours d'autres, de manière plus ou moins explicite. Cet art de la citation ne témoigne pas seulement de la passion boulimique du réalisateur américain pour les films. Il fait également office de passeur, donnant ainsi à découvrir tout un pan du cinéma, de la Nouvelle Vague au Western spaghetti. Pour celles et ceux d'entre vous qui n'auraient pas encore vu l'ultime chef-d’œuvre de Sergio Leone, petite séance de rattrapage stylistique ici :

Ce qu'il faut voir côté style

Si vous voulez avoir une bonne idée du style vestimentaire de la fin des années 60 en Californie, « Once upon a time in Hollywood » devrait en toute logique combler vos attentes. Le film recréé en effet avec une minutie non retouchée tout ce qui faisait l'ambiance de l'époque : les décors, les voitures, et bien sûr les costumes, dont on peut une nouvelle fois mesurer toute l'importance dans l'équilibre d'un film. Ils sont ici l'œuvre d'Arianne Philips, déjà repérée au cinéma chez Tom Ford dans « A Single Man » mais aussi dans la mode, auprès de marques et magazines prestigieux.

Au-delà de l'aspect historique et sociétal, le film de Quentin Tarantino propose surtout un très grand nombre de tenues inspirantes. On va principalement évoquer ici le style de ses deux protagonistes masculins, mais ne vous y trompez pas, tout est susceptible de vous interpeller, à commencer par les tenues de Margot Robbie, ici dans le rôle de Sharon Tate.

Si « Once upon a time in Hollywood » s'est glissé à plusieurs reprises dans nos sujets mode et cinéma, ce n'est donc pas tout à fait un hasard. Il y a ici suffisamment de matières et de vêtements pour aiguiser votre sens du style. Mais le film ne se contente pas de quelques tenues bien senties. Qu'est-ce j'en ai retenu de mon côté ?

1. La mode passe, le style reste

C'est une idée défendue de longue date par des créateurs comme Coco Chanel et Yves Saint Laurent. Les deux personnages principaux de « Once upon a time in Hollywood » sont d'entrée présentés comme has been. C'est que le cinéma de 1969 est passé à autre chose. La mode n'est pas exempte de ce phénomène lié aux tendances.

Les coupes, les couleurs et le style de la fin des années 60 et du début des années 70 telles qu'on peut les découvrir dans le film seront ainsi balayées et ringardisées dans les décennies suivantes. Mais ça, c'était avant qu'elles ne reviennent d'une manière ou d'une autre à la mode ces dernières années. Cet étrange jeu de chaise musicale n'en finit pas de produire de nouveaux exemples. Le dernier en date ?

C'est un mème tiré du film « Crazy Stupid Love » avec Steve Carell et Ryan Gosling. Ici revu par le prisme des tendances, il pose toujours le même constat : ce qui est ringard un jour sera peut-être tendance demain. Or c'est précisément ce que l'on peut retenir du style de Brad Pitt et Leonardo Di Caprio dans ce film de Quentin Tarantino : il a beau être un rien rétro et connoté 1969, il n'en demeure pas moins possible à porter de nos jours. La preuve, c'est que certaines marques s'en inspirent ou y trouvent de l'écho pour leurs propres collections.

2. La réussite ne fait pas le style

C'est une idée communément répandue, parfois véhiculée par le cinéma lui-même comme dans « Parasite » : on s'habillerait mieux quand on a de la réussite dans la vie. Bien sûr, les beaux vêtements coûtent cher et un dressing de qualité sera toujours plus facile à constituer quand on a de l'argent disponible sur son compte en banque.

Sauf que dans l'absolu, le style ne s'achète pas. Il est inné pour certains. Il s'apprend pour d'autres. Tous les personnages millionnaires du cinéma ne font pas des miracles dans leurs tenues. En revanche, ce qui est certain, c'est que le style est un voyage résolument personnel. C'est aussi une histoire d'environnement et de culture. Les exemples de style érigé avec peu de moyens sont légion. On peut citer par exemple l'héritage du mouvement punk, où chacun bricolait ses tenues avec de la débrouille, des friperies et de la créativité.

Les deux personnages principaux de « Once upon a time in Hollywood » sont considérés comme des losers. Celui de Brad Pitt en particulier illustre à sa manière cette idée. Il vit dans l'ombre de son partenaire. Il vivote de petits boulots, n'a pas de folles ambitions et vit plutôt chichement, entre sa voiture et sa caravane. Ses tenues reflètent sa condition précaire : il porte des vêtements de marques populaires et relativement accessibles.

Pourtant, quelque chose dans sa manière de les porter éveille le style : des associations de couleurs ou de vêtements réussis, par exemple. Certains diront que ça a tout à voir avec le charisme de Brad Pitt. Mais peut-être qu'au-delà du charisme, cela a peut-être simplement à voir avec la manière dont on peut faire corps et s'amuser avec ses propres vêtements, en suivant la voie qui nous convient le mieux ?

Ces pièces que le film va vous donner envie de porter

1. La chemisette à motifs

Difficile de manquer LA tenue de Brad Pitt dans « Once upon a time in Hollywood ». Elle se compose d'un tee-shirt blanc de marque Champion, d'une chemisette de type Hawai jaune, d'un jean Levi's et d'une paire de chaussures en cuir suédé Minnetonka. Au rayon des accessoires : une paire de lunettes de soleil que certains ont identifiée comme étant des Foster Grant aviator vintage, un bracelet, une montre Citizen 8110 Bullhead et une ceinture en cuir, inspiration western et boucle en lien direct avec son métier de cascadeur.

C'est une tenue à la cool, comme on aime en porter l'été quand les températures ne sont pas écrasantes. Des chemisettes de ce type, vous en trouverez désormais facilement un peu partout, en friperie ou sur les e-shops. La marque anglaise Percival Clothing en a par exemple produit de très similaires.

Si jamais vous n'êtes pas fan du motif, on peut bien sûr envisager des chemisettes colorées unies avec une tenue de ce type. Pour la petite histoire, notre styliste David s'est d'ailleurs partiellement inspiré de l'esprit de la tenue de Brad Pitt pour le shooting de notre chemisette Newport :

Vous l'avez remarqué : la chemisette est résolument tendance en 2022. Ringardisée il y a encore quelques années, elle n'a cependant jamais vraiment quitté les écrans de cinéma. D'Alain Delon à Sean Connery, ils sont nombreux à lui avoir fait honneur dans les films. Petite sélection ici, des années 60 à nos jours :

2. La veste en denim

Le personnage de Brad Pitt porte ici une veste en denim de la marque Wrangler. Si vous vous intéressez au jean, vous connaissez forcément cette marque historique. Avec Lee et Levi's, Wrangler a très largement contribué à habiller le cinéma américain. De fait, de nombreux acteurs l'ont portée, comme Robert Mitchum par exemple.

Dans « Once upon a time in Hollywood », Brad Pitt a le style tranquille, nonchalant. On n'imagine pas vraiment son personnage passer des heures devant son dressing à composer sa tenue. Il porte donc là aussi la veste en denim à la cool, avec un jean ou un simple tee-shirt.

On pourra légitimement trouver cela trop simple ou trop facile. Mais il existe une myriade de possibilités stylistiques avec la veste en denim, ce qui en fait un vêtement particulièrement polyvalent, à porter seul ou en layering. Un autre exemple sous le soleil californien ici :

Le denim est loin d'être une nouveauté dans le parcours de Brad Pitt. Regardez par exemple cette publicité (vintage) du début des années 90 pour la marque Levi's. À l’instar de la chemisette, on retrouve en tout cas régulièrement la veste en denim au cinéma. Elle accompagne en particulier les personnages de road-movies comme « la Balade sauvage » ou « Thelma & Louise ».

3. La veste en cuir

D'une manière générale, les costumes de « Once upon a time in Hollywood » témoignent d'un sens certain du style et du costume au cinéma. Vous trouverez certainement plein d'autres pièces inspirantes, mais si je devais en évoquer une dernière pour vous donner envie de replonger dans le film, ce serait assurément la veste en cuir du personnage de Leonardo Di Caprio.

Cette veste a quelque chose d'irrémédiablement late sixties début seventies : la coupe, la couleur, le col. C'est typiquement le genre de pièce que l'on peut s'amuser à dénicher en friperies. De mon côté, j'ai longtemps eu une affection particulière pour les blousons en cuir vintage.

J'en ai possédé trois ou quatre différents, tous chinés aux puces de Clignancourt et plus ou moins similaires à celui que porte David Bowie sur la pochette de l'album « Heroes ». On a pu revoir ce type de blousons au milieu des années 90, chez une ribambelle de groupes anglais comme Suede ou Elastica. Mais au-delà du style, fort, il faut bien sûr regarder de près la qualité du cuir.

Leonardo Di Caprio associe par exemple ici sa veste en cuir avec un pull à col montant, dans des teintes orange ou jaune. Mais si le vintage ou les couleurs seventies ne sont pas votre tasse de thé, on peut pour conclure se diriger vers des propositions de style plus simples et contemporaines, en allant regarder du côté du cuir suédé par exemple :

Pour d'autres histoires de vêtements dans le cinéma de Quentin Tarantino :

QUELQUES PIECES A REDECOUVRIR SUR NOTRE E-SHOP :

Laissez nous un commentaire

Questions de styles, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures