Test : Le grand comparatif des chemises sous les 90 €

17

Ces derniers mois, vous nous avez demandés plus de tests, et c'est vrai que la cadence de parution de ces articles avait fortement ralentit.

Mais alors, pourquoi avons nous tant tardé ? Eh bien, après avoir testé des dizaines de marques durant ces dernières années, nous trouvions que ce format avait besoin d'un coup de jeune, qu'il devait être repensé. Nous avons donc voulu écrire un nouveau chapitre sur cet aspect du média, et vraiment repartir sur de nouvelles bases.

Et quoi de mieux pour ce nouveau départ, que de commencer par vous proposer sur le banc d'essai, non pas une marque, ou deux, mais 13 au total ?

Notre démarche pour ce comparatif

Pressés de lire les tests ? Vous pouvez passer directement à la liste des marques plus bas !

Sinon, cliquez sur les menus déroulant ci-dessous ! 

Vous le savez, l’objectivité est un sujet qui nous tient à coeur chez BonneGueule.

Notre priorité était donc d’écrire un contenu qui va dans le détail, afin de réellement vous informer sur tous les aspects du produit que vous achetez, tout en restant le plus impartial possible.

Et en même temps, pour parler de tous les éléments qui font une “bonne chemise”, il faut également savoir introduire une dose de subjectivité. Il est impossible de faire sans, surtout sur des facteurs tels que la coupe ou le style.

Voilà pourquoi ce comparatif n’attribuera pas de note à chacun de ces critères, mais plutôt un commentaire.

Oui, d’autres le font et nous respectons également leur démarche. Mais pour moi, il n’aurait pas été rigoureux envers vous d’affirmer que “cette chemise mérite 4,2/5” parce que je préfère les matières chinées et le gris", ou encore que “cette coupe obtient un 19/20” parce qu’elle va bien à ma morpho à moi…

Autre point qui nous préoccupait : Nous voulions que vous ressortiez de cette lecture avec de nombreuses marques sous le coude pour vos achats de chemises abordables, mais nous ne souhaitions surtout pas que vous ayez à voir la même chemise blanche, simple, lisse, sur treize marques d’affilée. On trouvait ça assez rébarbatif, à vrai dire.

J’ai donc fait le maximum, lors de ma sélection, pour que chaque chemise soit un peu différente, qu’elle ait son propre intérêt… mais en les choisissant toutes dans la même gamme de prix !

Par ailleurs, vous verrez que nous avons inclus des modèles plutôt casual tout comme d’autres plus formels. La frontière est parfois floue, et une grande partie des chemises portées par l’homme d’aujourd’hui font un peu des deux : matières casual avec cols et détails formels, matières formelles sur petits cols portables en casual… Sans compter que beaucoup de marques étendent de toutes façons leur offre afin de proposer les deux !

“Bon ok Nicolò, on comprend mieux ta démarche ! Mais du coup, ces chemises, tu vas les juger sur quoi exactement ?”

J’y venais les amis ! La critique portera justement sur cinq aspect différents...

La base : la matière

Aux yeux de certains (dont je fais partie), c’est peut-être ce qu’il peut y avoir de plus important dans un vêtement.

Pourtant ce n’est vraiment pas un point sur lequel il est possible de faire des comparaisons, sauf sur deux matières très proches. On ne peut pas juger de la même façon la douceur et l’épaisseur d'une flanelle, que le soyeux d’une popeline ou la main et la texture d’une toile coton-lin…

Un beau chambray coton-lin.

En fait, il s’agit avant tout de juger la main et l’aspect de la matière, mais surtout de contextualiser la pertinence de son utilisation : est-elle originale, recherchée ? Correspond-t-elle bien à l’usage casual ou formel auquel la chemise semble destinée ? Est-elle adaptée à une saison en particulier ? En gros, il s’agit de savoir si elle est belle, agréable et si elle a été bien choisie.

C’est d’ailleurs parce que nous jugerons chaque matière en fonction de son propre contexte que nous avons pu vous proposer une sélection variée, avec des choix qui ont aussi vocation à vous montrer l’étendue de ce que vous pourrez trouver sur le marché.

Et surtout, n’oubliez pas qu’une marque propose toujours un ensemble de matières, jamais une seule. Même si une chemise peut vous donner une idée globale du niveau de ce que vous pourrez y trouver , chaque matière est un cas à part !

Quid de la confection et des détails ?

Là, c’est la partie la plus objective du test.

Certes, il existe aussi des partis-pris dans le choix des détails et leur disposition, mais une confection peut globalement être jugée “bonne”, "moyenne” ou “mauvaise” par rapport à son prix, et ce avec impartialité. Voici les critères...

Pays de confection

On ne peut pas dire que pays de confection ait un “impact direct” sur le niveau de celle-ci : mieux vaut une bonne confection chinoise que la pire des confections britanniques, italiennes ou françaises. Mais pour des raisons d’éthique ou de simples préférences personnelles, nombreux sont ceux qui tiennent à détenir ces informations, et à juste titre !

Cette information permet aussi de mieux contextualiser le prix final du produit, car les coûts de production dans les pays plus développés sont évidemment plus élevés.

Col et poignets

Les deux “zones-clefs” d’une chemise. On jugera du col, de son aspect, de sa tenue, et de sa souplesse.

Un col formel qui se tient comme il faut

Un bon col formel doit être suffisamment ferme pour se tenir, sans pour autant devenir trop cartonneux, et produire des bruits de “craquement” dès qu’il est plié.

Même chose pour les poignets. Pour les cols souples de type button-down, une boutonnière incurvée peut être un détail apprécié.

Il est également important de vérifier que le col comme les poignets soient bien symétriques lorsqu’ils sont repliés sur eux-mêmes : c’est le cas de la plupart du temps, mais lorsque ce point n'est pas bien mené, la chemise a un rendu disgracieux dont on a du mal à cerner l’origine.

Un poignet bien symétrique

Nous verrons aussi comment ces deux points clés d’une chemise ont été “dégarnis”.

Qu’est-ce que dégarnir un col ou un poignet de chemise ? Il s'agit de couper le plus près du bord, et de façon la plus régulière possible, l’excès de tissu qui se forme près de la couture, à l’intérieur, entre les deux couches de tissu d’un col ou d’un poignet.

Lorsque cette opération n’est pas correctement exécutée, on peut par exemple se retrouver avec des boursouflures sur les pointes de col ou à sa base, ou encore avec des reliefs inutiles sur le poignet.

Un poignet de chemise correctement dégarni, mais qui comporte un peu d'excès. Pas évident à remarquer sans la transparence, n'est-ce pas ?

Cette opération est entièrement manuelle et c'est avant tout une sorte de "nettoyage", où l'on enlève le superflu. Par conséquent, le résultat n'a pas besoin d'être parfaitement droit et net. Mais plus les coutures sont proches de l'extérieur et régulières, mieux c'est.

Finesse de la confection

On jugera de tout ce qui fait une bonne confection sur l’ensemble de la chemise :

  • la quantité de fils qui dépassent (il y en a toujours un peu mais moins, c’est mieux !),
  • le nombre de points au centimètre sur une couture ainsi que sa régularité,
  • le bon alignement de l’emmanchure,
  • la finesse et la régularité de l’ourlet de bas de chemise,
  • et enfin la beauté des boutonnières. Une belle boutonnière est dense, en relief et dotée d’un intérieur propre, le plus nettoyé possible de tous les petits fils et excès.

Une jolie couture anglaise, que vous pouvez reconnaître à sa finesse et à son unique ligne de points de couture, vue de l'extérieure (contre une double rangée sur une couture normale)

Une emmanchure proprement alignée.

Un ourlet de bas de chemise fin et régulier

Les détails

Enfin, on parlera de tous les petits détails supplémentaires qui font le charme d’une belle chemise : la matière des boutons et la façon dont ils ont été cousus, la présence d’hirondelles de renfort et leur aspect, l’alignement des motifs entre eux lorsqu’il y en a, ou encore le choix du type de gorge et sa réalisation.

Un bouton en nacre doté d'une queue de renfort

Une hirondelle de renfort, de forme arrondie, et bien faite.

L'importance de la coupe

Comme je le disais plus haut, il est souvent délicat de parler de “bonne” ou de “mauvaise” coupe, parce que l’on peut vite confondre le fait qu’une coupe nous aille, à nous en tant qu’individu, avec le fait qu’une coupe soit bien pensée, et ce pour un maximum de personnes.

Une coupe qui me va bien ! (Suitsupply)

Cependant, quelques critères s’appliquent globalement à tout le monde : est-ce que le sizing est conforme ou est-il est inhabituel, contre-intuitif ? Est-ce que les diverses mensurations d’une chemise ont des ratios “normaux” entre eux ?. Est-ce qu’on a une certaine aisance de mouvement, même lorsque la coupe est ajustée ?

Pour les besoins de ce comparatif, j’ai donc veillé à faire essayer la chemise à d’autres membres de l’équipe qui ont des morphologies différentes de la mienne mais qui font généralement un S ou un 38 eux aussi, afin de voir si elle leur convenait mieux qu’à moi dans certains cas.

Comment la porter ?

C’est aussi une partie très subjective, où on tentera d’expliquer quel a été le parti pris de la marque, à quel type de look elle s’adresse à travers son choix de matière, sa coupe, sa forme de col, de poignet et ses détails, et où l’on jugera de la pertinence de ces choix.

Une chemise bien adaptée à une tenue plus habillée ! (Double-boucles Meermin, chino BonneGueule, blazer BonneGueule x LouisPurple, ceinture Atelier Particulier, chemise Boggi)

Côté marque et expérience client...

De prime abord, on pourrait mettre cet aspect de côté et se dire qu’après tout, ces choses-là ne concernent pas la chemise “en elle-même”. Que passée la réception et l’essayage, c’est un aspect qui ne vous concerne plus.

Pourtant, à force d’échanger avec de nombreux membres de la communauté, je me dois de constater que c’est un élément décisif pour vous, qui peut être un frein à l’achat tout comme une bonne raison de retourner chez une marque.

Dans cette partie, on pourra donc parler d’un peu de tout : que ce soit le packaging, la clarté du site et des informations, l’efficacité du service client, les conditions de retour, la variété de l’offre… En bref, tout ce qui ne concerne pas directement la chemise, mais qu’il reste important de souligner malgré tout !

Les marques passées au crible

Évidemment, j’aurais aimé toutes les tester. Avoir le temps et les moyens de vous fournir un guide avec 30, 40, 50, 100 marques de chemises à moins de 90 euros !

Mais vous vous doutez bien que la tâche serait colossale. Aussi, j’ai essayé de me limiter à ce qu’il y avait de plus intéressant selon moi ET de plus demandé par vous, tout en restant facilement accessible sur le marché français :

  • Suitsupply : Le géant néerlandais du tailoring moderne à petits prix. La marque fait souvent très fort sur le rapport qualité / prix des pièces à manches (costumes, vestes, manteaux…), notamment en se concentrant sur la qualités des matières plutôt que sur les finitions... Nous nous devions de vérifier ce qu’il en était pour leurs chemises.
  • Boggi : Une marque transalpine qui est souvent perçue comme “le Suitsupply italien”. L’attrait des costumes réside notamment dans une partie de l’offre “made in Italy” à des tarifs assez accessibles. Que valent les chemises ?
  • Cotton Society : Une marque en pleine période de renouveau après un départ difficile, et qui se démarque sur plusieurs points. Elle propose de la mesure en ligne à un prix accessible, beaucoup de choix dans les matières, de nombreuses options de customisation, les patrons de Pierre Duboin et, chose rare pour de la mesure (souvent associée au style formel), une vraie sélection de tissus casual de caractère !
  • Lanieri : Une marque dont le nom commence à être mentionné fréquemment lorsqu’on parle de tailoring sur-mesure accessible. Fonctionnant principalement en ligne, elle a pour arguments un "made in Italy" à des prix très accessibles (surtout pour de la mesure), une belle sélection de tissus formels et un service client bien développé.
  • Loom : Une jeune marque fondée par l’équipe de Merci Alfred, qui entend développer une offre de basiques de qualité, à prix accessible.
  • Hast : La marque que vous connaissez déjà probablement, mais qui est devenue une vraie référence sur le marché de la chemise de qualité et abordable. Maintenant qu'elle a fait ses armes, c’est le moment de renouveler notre verdict.
  • Office Artist : Une marque abordable qui met l’accent sur de jolies matières et prend le parti suivant : de belles chemises originales, qui se démarquent tout en restant compatibles avec le monde du travail.
  • Giotho : La jeune marque de chemises de notre confrère de chez VeryGoodLord ! Vous nous avez souvent demandé notre avis dessus, il arrive !
  • Café Coton (ligne “Sélection”) : Un participant un peu particulier, dans le sens où son prix hors soldes dépassent normalement celui fixé par ce comparatif… Mais la marque solde tous ses modèles à -50% à chaque début de saison. Leur ligne principale était déjà source d’avis mitigés parmi la communauté et l’équipe, et vous nous avez posés beaucoup de questions sur cette nouvelle offre “premium” de la marque. Voyons voir ce qu’il en est !
  • Première Manche : Une toute jeune marque qui a lancé ses premières collections il y a moins d’un an et qui semble vouloir proposer une offre très compétitive en termes de rapport qualité / prix.
  • Atelier Privé : Cette marque serait parmi les meilleures ventes au Printemps sur le créneau de la chemise. Il fallait que nous nous penchions sur son cas, afin de savoir pourquoi.
  • T.M. Lewin : La marque anglaise est réputée pour proposer des chemises de bonne qualité et plutôt abordables. Là où elle devient particulièrement intéressante, c’est que les tarifs sont dégressifs lorsqu’on commande plusieurs chemises à la fois...
  • Charles Tyrwhytt : L’autre référence anglaise de la chemise abordable, qui semble proposer une offre (et des promotions) très similaires à T.M. Lewin ! Ces marques sont souvent citées côte à côte, il nous semblait donc logique de les inclure toutes les deux !

Pour le premier épisode, on va se pencher sur les chemises Hast, Première Manche et Loom. Des marques françaises qui revendiquent une politique sans intermédiaires et des prix compétitifs... Regardons ça tout de suite !

Pour le second épisode, nous mettons côte-à-côte quatre chemises provenant de marques au parti pris "tailoring" moderne : Suitsupply, Boggi, Giotho et Lanieri !

Pour le troisième épisode, on se penche sur trois marques réputées pour leurs promotions qui paraissent très attractives (à première vue) : T.M. Lewin, Charles Tyrwhitt, et Café Coton.

Et enfin, lors du dernier épisode, nous vous proposons une sélection de trois chemises strictement casual aux matières originales, provenant de chez Cotton Society, Atelier Privé et Office Artist !

Nicolò Minchillo A propos Nicolò Minchillo

Moi, c’est Nicolò. Chez BonneGueule, je réponds à toutes vos questions et demandes de conseils. À côté de ça, je m’occupe des tests de marques et je prête main forte au pôle édito. J’aime la funk, le jiu-jitsu brésilien, le bacon, les manteaux majestueux et les belles boots.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Sur ce positionnement là, fait en France en prêt à porter, ils sont très bons 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Tu te doutes bien qu’on examine cette option aussi 🙂

    Le problème du prêt c’est que tu ne peux pas vraiment « tester » étant donné que ça doit être en état d’être retourné.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Eric !

    Merci, je suis content que ça t’ait plu !

    C’est un énorme boulot (plusieurs mois) un comparatif aussi gros, et ça représente un investissement financier assez conséquent.

    Mais nous allons chercher des solutions pour le faire également sur des pièces plus coûteuses 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Hug !

    Non !

    Et ça va te paraître un peu étrange, mais c’est un peu voulu : je voulais aussi qu’à travers ce comparatif les lecteurs acquièrent les moyens de vérifier par eux-mêmes la qualité des chemises qu’ils rencontreront à l’avenir 🙂

    Plutôt que de tout expédier dans un tableau et de sortir un « classement » (qui n’aurait pas grand chose d’objectif au final) !

  • Enrique

    Je vais tout lire attentivement 🙂
    Pourquoi pas tester Cotton Society effectivement, à suivre.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Antoine !

    Oui, mon feed Facebook est tout le temps innondé par leurs publications haha. On a pas encore testé, on le fera probablement 🙂 (pas pas tout de suite, on a fait un beau quota de chemises là haha)

  • Antoine

    Hello – vous connaissez Proper Cloth? J’ai commande 3 chemises casual, leur generateur de tailles est tres facile et les tissus dispo vraiment beaux. Antoine

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Gaëtan !

    C’est correct pour des basiques pas chers. Je n’ai pas testé leurs chemises, mais par contre, je m’attendrais pas forcément au même niveau de qualité que celui les marques décortiquées ici, si c’est à ça que tu penses . 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Bah tu vois, on fait pratiquement la même taille ett le même poids, mais c’est la preuve s’il en fallait une que ça ne veut pas forcément dire même morpho !

    Moi à la base, je suis un petit de 65kg avec une morpho un petit peu musclée et carrée naturellement mais qui a pris 5kg de trop :p

    Je fais un S chez nous, et un M chez les marques plus fittées.

    Je pense que tu auras du mal à trouver mieux qu’OA pour les longueurs. Ou attends le test de Cotton Society (c’est de la mesure, après tout), il sera dans l’épisode 3 je pense.
    Donc dans deux semaines.)

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci encore 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Vince !

    Merci 🙂

    Howard’s à 90 euros…? Euh bah non, pas à ma connaissance ^^

    En tout cas pas en ce moment. Les moins chères en prix hors-soldes sont à 129… Donc forcément, c’est un tout autre créneau 🙂

    C’est une marque haut de gamme !

    Pour la manche, j’appellerais pas ça un « défaut » à proprement parler, c’est un choix. Fitter le poignet te permet d’avoir plus de longueur (pour aller à plus de bras différents) tout en conservant une silhouette bien délimitée.

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Telenariel !

    On n’a pas pu inclure toutes les chemises en-dessous de 90€, Nicolò aurait passé un an à rédiger ce comparatif sinon. Maison Standard propose un rapport qualité-prix normal pour 80€, ce qui est un peu dommage par rapport à leur communication. Elles restent correctes et sont comparables à Hast, peut-être légèrement mieux.

    Le but de ce comparatif, c’est aussi de donner des clefs pour mieux évaluer à quel point les chemises que tu peux tester sont intéressantes. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est pas mauvais non plus hein ! Tu verras, j’explique en détail de toutes façons 🙂

    Mon plus gros souci avec TM Lewin c’es la coupe.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Abdelouahed !

    Merci pour ton retour !

    Attends la parution de l’épisode où TM Lewin figure. Personnellement je n’utiliserais pas ces superlatifs là. Je dirais que pour le prix c’est très correct, mais pas exceptionnel non plus 🙂

    Après effectivement l’inconstance de la qualité d’une production à l’autre est un facteur à prendre en compte chez ce genre de marques…

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Enrique !

    Si tu fais la même taille que moi normalement (1m71-73 ça dépend, j’ai des soucis de dos haha), à priori la majorité des chemises casual t’iront !

    Sache que notre coupe à l’heure actuelle, en S, est largement assez courte pour moi par exemple.

    Et sinon Office Artist en casual est justement la marque que je recommande le plus pour les plus petits d’entre nous, en terme de longueur ! (C’est dans le test, ne t’inquiète pas) 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Adrien !

    Merci beaucoup pour ton commentaire qui me fait très plaisir !

    C’était effectivement un gros gros boulot, et je suis parfois allé dans le détail au point de me demander « est-ce vraiment nécessaire ? » mais je suis content de voir que ça parle à certains d’entre vous 🙂

    Et merci pour les coquilles, je vais corriger ça (ce sont les aléas des remaniements d’article successifs haha)

  • Adrien

    Bonsoir,

    J’ai lu avec beaucoup de plaisir et d’intérêt la première partie de cet article.

    Ce format, plus long que d’habitude, n’est pas sans me rappeler les articles de Benoît sur Maharishi et sur la thématique « Comment s’habiller après 40 ans » (deux articles dont je me souviens tant ils étaient qualitatifs).

    Je félicite d’ores et déjà Nicolò pour la somme d’informations qu’il nous propose, on ne trouve cela nulle part ailleurs.

    On ressent son investissement dans cet article. Je ne peux qu’imaginer la charge de travail nécessaire afin d’aboutir à un tel résultat mais c’est clairement le type d’article qui fait passer le blog dans une catégorie supérieure.

    L’article est précis, technique et bien écrit. De plus, le fait que Nicolò propose des photos personnelles de tenues mais aussi des clichés permettant d’illustrer la coupe et les détails d’une chemise ajoutent une réelle plus-value à son travail.

    J’ai apprécié également l’honnêteté du personnage qui nous rappelle à travers son avis que BonneGueule est un média indépendant.

    J’ai bien conscience qu’il est impossible de voir chaque article proposer un tel niveau de précisions et d’informations mais je vous encourage vivement à multiplier ce type de travail, c’est un plaisir à lire. Vivement la suite !

    PS : Il y a plusieurs coquilles au sein de l’article, voici celles que j’ai repéré :

    – Dans le paragraphe « La base : la matière » de la présentation de la méthodologie, à la ligne 3 : « Pourtant ce n’est c’est vraiment pas un point… »

    – Dans le paragraphe « Les marques passées au crible » au niveau du point Suitsupply, à la ligne 3 : « la qualités des matières plutôt que sur les finitions… Nous nous devions vérifier ce qu’il en était pour leurs chemises. »

    – Dans le paragraphe « Col et poignets » au niveau du point « Tenue » de la chemise Première Manche, à la ligne 4 : « il col tend parfois à rester… »