Un vêtement, une chanson : la chemisette avec Kool & the Gang (4/10) – Pochette

Temps de lecture : 5 minutes

Publié par le 19 juillet 2021

Rien ne vaut la légèreté en été. C'est valable pour le vêtement, mais aussi pour la musique. Prenez par exemple la playlist type de vos soirées estivales : probable qu'il y ait ici et là une pincée de groove.

Après la chemise à motifs, la veste d'inspiration militaire et le pantalon clair, on se penche cette fois-ci sur la chemisette à travers un groupe new-yorkais bien connu des dancefloors des années 70 et 80 : Kool & The Gang.

Oui, vous avez bien lu. On aurait pu regarder du côté de références plus « classes » : Sly & The Family Stone, Parliament ou Funkadelic, voire pourquoi pas le Chic de Nile Rodgers dans un autre genre.

Mais figurez-vous que l’histoire de Kool & The Gang est plus étonnante qu'on ne le croit et que nous allons surtout y découvrir deux visions de la chemisette réunies dans un même portrait. Ça tombe bien : c’est précisément notre sujet.

Si vous suivez régulièrement Bobine, vous savez qu'on a déjà consacré un article à la chemisette au cinéma. La chanson du jour , on peut en outre la retrouver dans «Rocky» de  John G. Avildsen, avec Sylvester Stallone et son légendaire hoodie. Alors, quid du style chez Kool & The Gang ?

«Summer Madness» - Kool & The Gang

Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images

Au milieu des années 60, deux frères et quelques copains d’enfance se lancent dans une aventure musicale qui deviendra en 1969 Kool & The Gang. Le père des frères Bell est boxeur professionnel. C’est aussi un grand amateur de jazz et certaines de ses connaissances sont des pointures du genre : Miles Davis ou Thelonious Monk, rien de moins.

Le jazz est justement une des grandes influences de Kool & The Gang, mais on pourrait également citer James Brown ou les disques de la Motown. Si les premiers grands succès s’appellent «Funky Stuff» ou «Jungle Boogie», ce sont surtout les incursions pop et disco des années 80 qui vont retenir l'histoire et l’attention.

Avez-vous déjà entendu cette formule : "Ce n'est pas Boney M qui vient à toi, c'est toi qui viens à Boney M" ? Si non, ne vous inquiétez pas, c'est normal, c'est une very private joke. En revanche, cette formule fonctionne avec à peu près tout autre groupe ou artiste faisant danser. C’est-à-dire que le corps réagit parfois instinctivement à la musique.

Souvenez-vous par exemple de «Celebration», de «Get down on it» ou de «Fresh». Ce sont des chansons souvent samplées ou reprises. À défaut de faire entrer Kool & The Gang dans les annales du style vestimentaire, elles font encore aujourd'hui irrésistiblement danser.

Si pour une raison ou une autre leur musique vous échappe toujours, alors peut-être avez-vous tout de même en tête vos tenues préférées pour danser - c'est pourquoi pas le moment de les partager !

On peut de notre coté redécouvrir avec un certain plaisir les tenues early seventies de Kool & The Gang. Jetez un œil sur notre première photographie : une grande variété de tenues, des pantalons à large ouverture de jambes et deux propositions avec chemisette. La première est à motifs, la seconde unie.

Les cols trahissent leur époque mais là n'est pas l'essentiel : vous trouverez aujourd'hui des chemisettes dans des coupes moins connotées, avec des cols cubains ou non et une grande variété de matières : coton, lin, coton/lin, seersucker, etc. Toutes les marques que nous recommandons en font, d’Officine Générale à Percival Clothing.

De mon côté, j'avoue que je commence à avoir une petite collection de différentes marques : Kestin, Sunspel, Officine Générale, Portuguese Flannel, Hartford, Ché Studio.

Si vous recherchez une forme d'élégance estivale discrète, l'esprit de la tenue de droite est pour vous. Si au contraire vous souhaitez un peu plus de fantaisie et de couleurs, alors celle du centre s'impose. Pour aller plus loin, vous pouvez même envisager la chemisette hawaïenne, et redécouvrir au passage son incroyable histoire ici.

Si la chemisette est une bonne alternative aux tee-shirts et autres polos, elle peut aussi amener ce petit supplément de style qui manque parfois en été – ça peut être le motif, le détail d’un col ou une touche résolument funky que l’on retrouve justement dans cet autre joli portrait de groupe du début des années 70 :

Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images

C’est un témoignage d’un certain style afro-américain qui s’illustre par exemple dans les films de la blaxploitation ou plus récemment dans la série «The Deuce ». C’est aussi une belle occasion de retrouver quelques-uns des traits de style que nous avons déjà pu évoquer dans les épisodes précédents.

Regardez par exemple les imprimés en haut ou les pantalons clairs en bas. Ils sont ici rejoints par une multitude de détails : des coupes follement flare, des chaussures en cuir qu’on imagine impeccablement cirées, des sandales, des gilets, des chapeaux et bien sûr des chemisettes – ici unies et blanches. Tout le reste est probablement vivant et très coloré.

Dans un autre style, moins estival et plus habillé, il y a tout autant de joie de vivre dans cette photographie de la fin des années 70 :

(Photo by Richard E. Aaron/Redferns)

Tentons alors ici un parallèle entre la musique et notre vestiaire. Les disques de Kool & The Gang sont «feel-good» par nature. Au-delà du style, c’est précisément ce qu’on attend d'une chemisette et des vêtements en général : qu’ils fassent du bien au moral, que l’on puisse s’y sentir plus beau et confortable.

Si cette idée vous parle, faites le test : prenez votre disque préféré pour faire danser, composer votre tenue du jour et regardez le résultat. Si vous retrouvez l’effet de la musique et un sourire jusque dans vos vêtements, c’est que vous êtes probablement sur la bonne voie.

Pour les amateurs de rythm’n blues, de soul ou de funk, vous pouvez vous replonger dans les émissions Soul Train : beaucoup de classiques et quelques pépites incroyables comme la chanson «Sure Shot» de Tracy Weber en 1981.

Pour ceux d’entre vous qui hésitent encore à franchir le pas de la chemisette, jetez un œil sur les inspirations de Bobine ou la sélection personnalisée de la rédaction ici : il y en a pour tous les goûts, vous trouverez certainement le style qui vous convient.

Quant au morceau du jour, c’est un instrumental qui figure sur l’album « Light Of Worlds » en 1974. Vous n’y reconnaitrez peut-être pas le Kool & The Gang que vous connaissez : le groove est comme avachi sur un transat, face à la mer et au soleil, gorgé de basses moelleuses et de claviers que ne renieraient pas les versaillais de Air. C’est cool, simple et funky. Et c’est à peu près l’été qu’on vous souhaite, avec bien sûr du style en plus.

La Pochette suivante ? Pas de nouveau voyage en perspective : on reste aux Etats-Unis. On abordera en revanche les couvre-chefs à travers un autre style de musique, plus urbain et plébiscité par exemple par Spike Lee dans un de ses plus fameux films. Un indice supplémentaire ? Jetez un œil sur le tee-shirt d’Edward Furlong dans Terminator 2. Bonne semaine !

Jérôme Olivier Jérôme Olivier

Ex-caviste et rock-critic de poche, grand amateur de films et de chats sibériens, je m'intéresse aux petites histoires qui vont avec les vêtements. Je réponds également à vos questions au quotidien avec Camille et Clémence au Service Client, et avec David à l'Edito.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.