Le Grand Comparatif #3 : Test des chemises Café Coton, T.M. Lewin, Charles Tyrwhitt

31

Pour l'épisode #3 du Grand comparatif des chemises sous les 90 euros, nous avons regroupé trois marques dans une catégorie un peu particulière : celle des stratégies de promotions très alléchantes, avec de grosses réductions à la clé.

Tarifs dégressifs lors d'achats groupés, soldes à -50% dès le début de la saison... Est-ce forcément le signe d'une bonne affaire ?

Voyons cela ensemble !

Charles Tyrwhitt - Chemise en coton-laine à chevrons bleus

Une chemise au prix de 49,90€ - montant à 61,85€ après l’option d’ajustement de la longueur de manche - positionnée parmi les moins chères de notre comparatif.

Le point différenciant sur les prix de cette marque ? Les chemises sont à un tarif dégressif lorsque vous en achetez plusieurs.

La base : la matière

Un chevron twill bleu clair, tissé de fils bleus et blancs, au tissage très irrégulier qui crée un effet de “neige” dans le tissu.

Des chevrons dont l'irrégularité crée une texture "neigeuse" intéressante

Sa particularité est d’être composée à 90% de coton et à 10% de laine, ce qui contribue à l’effet chiné mentionné plus haut. La matière est un peu plus chaude et présente un toucher particulier.

Elle est très convaincante en l’état, mais je crains un peu l’entretien de cette chemise et les premiers lavages : sur une chemise avec 10% de laine, aucune garantie quant à la stabilité ou au boulochage.

Côté coupe et sizing

Le tour de cou est clairement large proportionnellement au reste, ce qui sera embêtant pour la majorité d’entre vous, mais qui peut s’avérer être une solution salvatrice pour cette petite minorité qui a toujours du mal à fermer le bouton du haut. 

Une coupe bien ajustée (mais large, pour un slim-fit). Le tour de cou est très généreux par contre.

En dehors de ça, je constate que la retouche aux manches (proposée pour un pour petit supplément) a été bien exécutée.

Niveau fit, on sent que la marque a une vision un peu à l’ancienne des coupes, puisque cet “extra slim fit” ressemble plutôt à l’idée qu’on se ferait d’un “slim fit” classique.

Quid de la confection, des finitions et détails ?

Une confection chinoise qui peine un peu à convaincre...

Col et poignets

  • Tenue : un maintien cartonneux et excessif sur le pied de col, tandis que le col lui-même est entièrement souple. On se retrouve avec un effet des plus étranges et disgracieux, surtout lorsque la chemise est portée avec les premiers boutons ouverts.
  • Symétrie du col et des poignets : imparfaite sur le col, ce qui est d’autant plus gênant lorsqu'il possède de longues pointes comme c'est le cas pour celui-ci...
  • Dégarnissage des poignets, col et pied de col : très bon, proche des coutures et régulier.

Quelques problèmes sur ce col lorsqu'il est porté ouvert...

La découpe du col est asymétrique. C'est tout de même embêtant, et ça se remarque sur le rendu porté...

Finesse de la confection

  • Fils qui dépassent : plutôt nombreux.
  • Coutures : 6 points au centimètres, ce qui est tout à fait honorable sur cette gamme de prix.
  • Alignement de l’emmanchure : tout va bien.
  • Ourlet de bas de chemise : moyen. Fin, mais assez irrégulier.
  • Boutonnières : pas top. Une densité et un relief moyens, mais un manque de propreté visible et des fils qui dépassent sur chacune d’entre elles !

Détails

  • Boutons : en plastique imitation nacre, sans queue de renfort.
  • Hirondelles de renfort : à forme triangulaire. Réalisation correcte, sans plus.
  • Gorge : simple.

Style et aspect

La matière a un bel aspect, et ce mélange coton-laine plus irrégulier réussit à rendre le chevron, pourtant d’origine très formelle, plus casual.

Le col est un button-down que je qualifierais d’habillé ou de classique. La longueur de la pointe de col est plus proche de celle d’une chemise formelle, ce qui est un parti pris assez fort qui propulse directement la chemise dans la niche très particulière (mais pleine de charme !) du “casual tailoring”, qu’on considère comme la dimension “décontractée” des styles plus habillés.

Un gros bémol vient cependant entacher ce choix stylistique : le col qui s’écrase beaucoup trop sur le torse lorsqu'il est porté ouvert. Cela gâche vraiment certaines tenues décontractées qui auraient pu être réalisées.

Comment la porter ?

C’est une chemise qui irait très bien avec vos vestes en tweed de "gentleman farmer" ou vos blazers en jersey à la décontraction italienne.

Renforcez sa texture en la juxtaposant à d'autres matières hivernales, comme ci-dessous avec un pantalon donegal et une cravate en cachemire. Une paire de souliers un peu country, comme les boots en cuir grainée que je porte ici, seront tout à fait dans l'esprit.

Et la longueur globale de la chemise la réserve bien sûr au port dans le pantalon.

(Pantalon donegal BonneGueule (Retail Line), Cravate BonneGueule, Boots Orban's, ceinture Post & Co.)

Marque et expérience client

Le choix chez cette marque est très large, avec tout de même une grosse prévalence pour un style classique et formel, britannique et très guindé.

Attention, les tailles à l’anglaise et leur mode de mesure (notamment sur la longueur de manches qui commence au milieu du dos) pourraient en dérouter plus d’un. Faites-vous aider par le service client ! L'expédition s’est déroulée sans encombres.

Les promotions sont tout de même impressionnantes : entre les tarifs dégressifs lorsque vous achetez plusieurs chemises, et le fait que la marque fasse des soldes par-dessus ça, il y a vraiment de quoi aider les plus petits budgets à se fournir une bonne quantité de chemises formelles. Toutefois, étant donné la qualité de cette confection chinoise, je ne dirais pas non plus que c’est l’affaire du siècle. 

Je regrette enfin le “jeu de communication” de la marque autour du traditionalisme anglais, la mention de Jermyn Street et tout cet univers “gentleman”, qui trompe souvent les consommateurs.

La marque fabrique en Chine, ce qui ne serait pas un problème en soi si elle ne jouait pas un peu sur cette ambiguïté, et si cette information était facile à trouver : ce n'est écrit nulle part sur le site... Ni même sur les diverses étiquettes de la chemise ! Il m’a fallu faire des recherches sur des forums pour l’apprendre.

T.M. Lewin - Chemise habillée en twill bleu

Une chemise au prix de £34,95, montant à un total de £42,95 après l’option d’ajustement de la longueur de manche. On arrive donc à 49€ selon le taux de conversion actuel, ce qui en fait la chemise la moins chère de tout notre comparatif.

Les prix ne sont pas automatiquement convertis en euros sur le shop. Ils semblent nettement plus avantageux lorsque vous commandez directement depuis la version UK du site, qu’en allant sur le shop “Europe” où les prix sont arrondis à la hausse.

Tout comme Charles Tyrwhitt, cette marque est connue pour ses réductions sur l’achat de plusieurs chemises d’un coup.

La base : la matière

Un twill bleu clair, tissé de fils bleus et blancs, très lumineux, dense et régulier.

La main est douce et agréable.

Un twill bleu épais, lumineux, classique et formel.

Ce genre de matières épaisses est cependant à éviter par temps chauds.

Elle est double retors et bénéficie donc d’une belle nervosité qui, combinée à l’épaisseur naturelle du tissu, garantit un froissage minimal.

Côté coupe et sizing

D'un point de vue purement “sizing”, c’est un 38 normal : la carrure correspond plutôt bien au tour de cou.

Par contre, en termes de coupe, c’est sûrement l'un des “slim fits” les plus larges que j’ai pu passer : poitrine, manches, ventre, il y a vraiment de la marge partout.

Pour moi, c’est plus une coupe droite qu’autre chose.

Une coupe plutôt destinée aux hommes ayant un certain embonpoint..

La plupart des hommes (oui, y compris ceux qui ne sont pas vraiment "slim") se tourneront probablement vers un extra-slim fit chez eux, pour avoir une coupe un minimum ajustée.

Quid de la confection, des finitions et détails ?

Une confection vietnamienne qui fait un boulot décent, si l'on considère le prix.

Col et poignets

  • Tenue : un bon équilibre entre souplesse et rigidité, le col se maintient sans être cartonneux.
    Il souffre en revanche du fameux “syndrome du col qui décolle”. 
  • Symétrie du col et des poignets : rien à signaler !
  • Dégarnissage des poignets, col et pied de col : très bon, proche des coutures et régulier.

Finesse de la confection

  • Fils qui dépassent : peu nombreux.
  • Coutures : 6 points au centimètres C’est très honnête pour le prix.
  • Alignement de l’emmanchure : tout va bien.
  • Ourlet de bas de chemise : moyen. Fin, mais assez irrégulier.
  • Boutonnières : pas mal ! Peu de relief, mais très propres.

Ce n'est pas un drame mais cet ourlet de bas de chemise est perfectible.

Détails

  • Boutons : plastique épais, imitation nacre. Pas de queue de renfort et cousu parallèle. Rien de spécial, donc.
  • Hirondelles de renfort : de forme arrondie. Bien faites.
  • Motifs alignés entre eux : correct.
  • Gorge : simple, doublée d’un thermocollant fin pour la tenue. Intéressant pour donner plus de tenue à une chemise formelle, qui sera soumise aux torsions et frottements dans le pantalon.

Les triples fronces sur le poignet. Un beau détail très "tailoring à l'ancienne", mais combiné à une coupe trop large, ce n'est pas ce qu'il y a de plus valorisant pour la silhouette du porteur...

Style et aspect

Poignets très larges à double rangée de boutons, triples fronces (plis de manche) sur le poignet, gorge américaine… Pas de doute, on est sur un style formel / business pur et dur.

L’aspect satiné de ce genre de twill le réserve uniquement au port du costume. Quand on y ajoute sa longueur conséquente et son col très classique, on en déduit vite que cette chemise sera importable hors du pantalon, et même à éviter avec un blazer.

En toute franchise, c'est un peu trop vieillot et guindé à mon goût, et la coupe n'aide vraiment pas.

Le col est un col italien large des plus communs. Il souffre, comme je vous le disais, d’une pathologie fréquente sur ce genre de col habillé : le syndrome du “col qui décolle” et qui s’écrase complètement sur les côtés lorsqu'il n’est pas entièrement fermé, rendant la chemise complètement importable avec les premiers boutons ouverts.

Comment la porter ?

Voyez cette chemise comme une chemise de bureau à porter uniquement avec une cravate et un costume.

Attendez-vous à ce que cette coupe rende plutôt bizarrement sur vous à moins d'avoir un embonpoint prononcé ou d'avoir passé un certain âge.

Marque et expérience client

L’étendue du choix proposé par marque est très large mais, en dehors du style formel ou business, je trouve que la plupart des options plus décontractées sont peu séduisantes. Elles tombent souvent dans ce qu’on appelle “la chemise de papa”, au sens cliché et péjoratif du terme.

Cela passe par une sélection conforme à une vision un peu "datée", comme quoi les vêtements réfléchis et bien faits seraient destinés au travail. "Casual" signifierait, en gros, de petits carreaux et des rayures dans des couleurs qui s'harmonisent mal entre elles, et des coupes improbables.

Attention, tout comme chez Charles Tyrwhitt, les tailles à l’anglaise et leur mode de mesure (notamment sur la longueur de manches qui commence au milieu du dos) peuvent prêter à confusion. N’hésitez pas à demander de l’aide au service client !

Rien à signaler sur l’expédition qui s’est bien déroulée !

De très belles promotions qui peuvent faire tomber les prix très bas si vous cumulez les soldes avec les commandes de plusieurs chemises à la fois !

Même problème que chez Charles Tyrwhitt : un certain “jeu de communication” de la marque autour du "british tailoring", de Jermyn Street et des méthodes traditionnelles, sans pour autant écrire où que ce soit sur le site que les chemises sont faites au Vietnam. Encore une fois, ce n'est pas un problème en soi, mais il ne faut pas induire le consommateur en erreur pour autant.

Bon, au moins c'est visible sur l’étiquette lorsqu'on reçoit la chemise...

Café Coton (Ligne “Sélection”) - Chemise business bleue à chevrons

Cette chemise et sa ligne sont un cas particulier dans ce test.

J’ai inclus cette ligne qui se veut plus “haut de gamme” parce que vous me l’avez beaucoup demandé, notamment du fait que son prix de départ de 130 euros est automatiquement soldé à -50% chaque saison.

Cela en fait donc un achat assuré à 65 euros. Est-ce une vraie bonne affaire ?

La base : la matière

Un chevron bleu clair lumineux - même un peu brillant - composé de fils bleu ciel. Le tissage est resserré et l’épaisseur, moyenne.

C’est donc une chemise plutôt destinée à l’hiver ou à la mi-saison.

Des chevrons bleus qui prennent bien la lumière.

Elle est dotée d’une main “nerveuse” (due au fil “double retors”) : au toucher, on sent que la chemise tend à reprendre plus facilement sa forme lorsqu'on exerce une pression dessus.. Elle se froissera donc un peu moins vite, d’autant plus que le tissu est "consistant".

Côté coupe et sizing

Cette coupe cintrée me convient plutôt bien.

C’est un 38 sans surprises sur le sizing : ajusté ce qu’il faut pour moi à la poitrine ; légèrement fitté au ventre sans trop en faire ; très “standard” sur le type de morpho ciblé.

Un fit très cohérent, malgré une certaine gêne des mouvements au niveau de l'emmanchure.

Évidemment, on est sur une vraie longueur de chemise formelle, pensée pour être portée dans le pantalon.

Cela dit, la chemise manque vraiment d’aisance au niveau des bras. On est en tension au moindre mouvement : la faute à une emmanchure trop basse.

C'est dommage, les petits excès de tissu présents à l’arrière des épaules - bien dosés pourtant - auraient pu permettre une meilleure aisance avec une emmanchure plus haute... et ce, sans compromettre le fit.

Quid de la confection, des finitions et détails ?

Quelques bons points, mais vu le prix de départ indiqué, cette confection turque est très décevante. En soldes, elle prend un prix déjà plus proportionnel à sa qualité.

Col et poignets

  • Tenue : le thermocollant est bien choisi, trouvant le juste équilibre entre souplesse et rigidité sans être trop cartonneux. Il ne “craque” presque pas. Cependant, ce col peine à ne pas “s’envoler” sur les côtés lorsqu'il est porté ouvert, ce qui rend la chemise presque importable ouverte sans cravate. Un vrai point négatif, donc.
  • Symétrie du col et des poignets : imparfaite sur le col. Lorsqu'il est replié en deux sur lui-même, il ne peut pas s'aligner. Ce genre d’asymétrie est problématique car ça affecte l’harmonie générale de la chemise de manière imperceptible mais présente, surtout sur une zone aussi centrale que le col.
  • Dégarnissage des poignets, col et pied de col : assez proche du bord mais on peut tout de même pincer l’excès sur les poignets.

Finesse de la confection

  • Fils qui dépassent : trop nombreux. La confection est peu propre. À améliorer notamment sur les hirondelles et l’ourlet de bas de chemise.
  • Coutures : sur les poignets, il y a bien 8 points au centimètre comme annoncé sur le site, ce qui est suffisamment rare pour être mentionné.... Seulement, il semblerait que ça ne soit pas le cas sur l’ensemble de la chemise, et qu’on soit plutôt à 6 ou 7 selon les endroits. Assez décevant.
  • Alignement de l’emmanchure : tout va bien.
  • Ourlet de bas de chemise : pas bon. Irrégulier, avec d’énormes fils qui dépassent. Ce n’est pas normal pour une chemise à 130 euros hors soldes.
  • Boutonnières : de belles boutonnières bien en relief, denses et propres. Un bon point pour cette chemise.

Détails

  • Boutons : nacre fine, cousue en croix. Pas de queue de renfort. La nacre est un bonus appréciable.
  • Hirondelles de renfort : peu soignées. Ce n’est vraiment pas bien cousu.

Ce n'est pas l'hirondelle de renfort la plus jolie que j'aie vu cette année...

  • Motifs alignés entre eux : non, ce qui peut poser problème sur un motif à chevrons aussi imposant.
  • Gorge : américaine. La surpiqûre n’est pas droite partout, et l'effet est renforcé par le mauvais alignement des chevrons. La combinaison des deux donne vraiment l’impression que toute la gorge ondule de partout. Cela m'a sauté aux yeux dès l'ouverture de la chemise.

Ça ondule un peu bizarrement, vous ne trouvez pas ?

Style et aspect

L'intérêt principal de cette matière réside vraiment dans son aspect un peu brillant, mais naturel.

Cette caractéristique, que l’on retrouve aussi sur certains twills de chemises un peu épais, la rend très “précieuse” et la réserve donc aux tenues très habillées.

Mais pour une chemise qui se veut si formelle, les détails sont un peu lourds à mon goût et l’ensemble manque de “pureté” : la gorge américaine, combinée aux chevrons et, surtout, à la double rangée de boutons sur le poignets, lui donnent un côté trop chargé et engoncé. C'en est même légèrement vieillot à mon sens.

C’est un modèle qui plaira probablement plus aux amateurs de tailoring british un peu strict.

Quant au col italien, même si c’est un choix “standard”, je regrette avant tout qu'il ait été mal travaillé : on a un cas de “col qui décolle” assez visible...

Comment la porter ?

Souliers habillés, cravate, et costume ou costume dépareillé ! Vous ne pouvez pas y couper, cette chemise est faite pour ça et pas autre chose !

Marque et expérience client

Rien à redire sur la livraison et le site, le nécessaire est fait. En revanche, nous avons ici un bel exemple du genre de stratégies de promotions que nous ne cautionnons pas du tout.

Le prix de départ est bien trop élevé pour le produit que vous achetez, et les -50% qui reviennent dès le début de chaque période de soldes, indépendamment des stocks, vous font croire à une super promo... alors que la chemise tombe simplement à un prix plus “normal” vis-à-vis de sa qualité.

Regrettable.

En bref...

Petit récapitulatif des points forts et de ceux à améliorer sur ces trois chemises !

La chemise coton-laine à chevrons Charles Tyrwhitt

Points forts

  • Une matière qui sort du lot.
  • Un parti-pris de style intéressant.
  • Un tarif très abordable, surtout en profitant des promotions.
  • La possibilité d’ajuster sa longueur de manche.

Axes d'amélioration

  • Un tour de cou incohérent par rapport au sizing (mais ce sera un bon point pour les quelques hommes qui ont toujours du mal à fermer le bouton du haut).
  • Une confection qui laisse un peu à désirer.
  • Le col qui se pose bizarrement.
  • Le jeu de communication “tradition british” de la marque, qui est assez éloigné de la réalité du produit.

La chemise en twill bleu T.M. Lewin

Points forts

  • Une bonne matière.
  • Un tarif très abordable, surtout en profitant des promotions.
  • La possibilité d’ajuster sa longueur de manche.
  • Un niveau de finition correct pour le prix.

Axes d'amélioration

  •  Le “col qui décolle” et s’écrase sur les côtés quand il est porté ouvert.
  • Le marketing “tradition britannique artisanale” qui est un peu surfait, quand même.
  • Des prix différents sur la version “Europe” du site et la version britannique. Il y a sûrement une explication légale et commerciale derrière tout ça, mais du point de vue du consommateur, ce n'est pas très agréable à voir.
  • Le style un peu vieillot.
  • La coupe qui m'a fait passer de 23 à 43 ans, en une seule photo !

La chemise bleue en chevrons Café Coton

Points forts

  • Une belle matière pour chemise formelle.
  • De jolies boutonnières.
  • Les boutons en nacre.

Axes d'amélioration

  • Le col qui s’envole.
  • La confection qui laisse à désirer.
  • L’alignement des motifs qui est absent, plutôt embêtant sur ce type de matières.
  • L’aisance de mouvement.
  • La stratégie de prix de la marque.

Voilà pour ce troisième épisode ! La parution du quatrième et dernier volet se fera dimanche prochain.

D'ici là, n'hésitez pas à relire les premier et deuxième épisodes de ce comparatif.

Et comme d'habitude, n'hésitez pas à poser vos questions et à partager vos retours d'expérience dans les commentaires. Nous vous répondrons avec grand plaisir !

Nicolò Minchillo A propos Nicolò Minchillo

Moi, c’est Nicolò. Chez BonneGueule, je réponds à toutes vos questions et demandes de conseils. À côté de ça, je m’occupe des tests de marques et je prête main forte au pôle édito. J’aime la funk, le jiu-jitsu brésilien, le bacon, les manteaux majestueux et les belles boots.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Othello

    Salut, concernant ton problème avec Abbie & Rose, je te conseille de contacter la marque pour leur parler du problème et trouver une solution ! J’ai déjà communiqué avec eux et ils sont vraiment réactifs et attentifs envers leurs clients 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Je rejoins plutôt ton avis Simon.

  • Simon

    Bonjour,

    quand j’entends parler de chemises avec des couleus différentes sous les boutons, le col etc… je pense tout de suite à ca :

    https://www.google.fr/search?biw=1920&bih=950&tbm=isch&sa=1&q=chemises+colores+boutons&oq=chemises+colores+boutons&gs_l=psy-ab.3…8227.11545.0.11680.15.15.0.0.0.0.121.1357.14j1.15.0….0…1.1.64.psy-ab..0.8.721…0j0i8i30k1j0i13k1j0i8i10i30k1.AMUrmWUnBeA#imgrc=8KQK3J2GNVBTrM:

    Et si effectivement la pluralité des goûts permet (peut être) de trouver des personnes complimentant ce type de tenues, je vois très mal dans quel cadre professionnel ce type de chemise peut s’inscrire de manière positive… ?
    La chemise au travail ca indique un besoin de formalisme et donc au final de conformisme.
    Chacun vient avec son costume et sa cravate !
    Selon ce que je vois, le conformisme professionnel c’est le costume noir + chemise blanche + chaussures noires.
    Ca laisse énormément de marge dans le choix des couleurs, motifs, tissus pour se démarquer sans devoir passer par ce type de chemises ci dessus :/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Thomas !

    Les modèles que j’ai vu pour le moment était tout à fait honnêtes pour le prix.

    Flanelle à col club, je crois que j’en a jamais vu tiens. C’est original. C’est pas une mauvaise idée… tu devrais devenir créateur haha 😀

    Sinon, tu peux aller chez Cotton Society et demander un col club sur mesure avec une flanelle. 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Pas pour tout de suite (c’est un méga gros travail, je vais me pencher sur d’autres petits chantiers avant d’en relancer un haha) mais on y arrivera probablement 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Je ne sais pas pour les compliments que tu reçois de la part des filles, personnellement j’ai toujours constaté tout le contraire autour de moi, et j’ai toujours vu un certain consensus sur le fait que ces détails étaient « vulgaires », mais après il y a toujours une grande part de subjectivité : les goûts de chacun, les différents milieux, contextes professionnels…

    Le « cliché » que j’ai toujours entendu, pour ma part, veut que ce soient des « chemises de commercial ».

    J’essaye de me tenir un peu à l’écart des connotations « sociales » que peuvent avoir les vêtements, mais c’est parfois contreproductif de trop les ignorer aussi.

    Impossible, donc, de donner un avis définitif et complètement arrêté sur les questions de style sans prendre quelques raccourcis : si on voulait être 100% objectifs tout le temps, la seule réponse qui ferait foi serait « ça dépend ! » 😉

    « Le conformisme tue et je trouve les chemises unis très banales en général. »

    Je suis plutôt d’accord, même si les chemises basiques restent essentielles aussi.

    Cependant, pourquoi est-ce que l’originalité devrait forcément passer par ce genre d’ajouts ? Mine de rien, c’est loin d’être exclusif (j’en ai toujours vu des tonnes et des tonnes des chemises comme ça, notamment quand on se ballade dans le coin rue de Turenne / Bretagne / Filles du Calvaire).

    C’est un peu un « raccourci facile », et souvent ce qui est perçu comme un moyen « trop évident » de se distinguer est aussi perçu comme vulgaire…

    Je trouve que tu peux avoir de très belles chemises originales sans imprimés et détails contrastants de partout, en passant plutôt par un choix de poignet différenciant, de col, de motifs, de tissage…

    Pour illustrer mon propos : si tu regardes les lookbook de Suitsupply, je trouve qu’on peut difficilement les qualifier de fades ou tristes (si c’est le cas, la plupart des hommes qui portent le costume à Paris ont du souci à se faire…), et pourtant il n’y a pas un seul imprimé sur les costumes ou les chemises, ni de boutonnières contrastantes ou de boutons colorés.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Arie !

    Hmm étant donné que c’est typiquement le genre de détails que l’on déconseille, non, je ne saurais pas te recommander de bonne marque qui fait ça :/

  • Frédérik Richard

    Merci de ta réponse Sébastien ! Quelles sont tes mensurations sans indiscrétion ? J’ai aussi une extra ajustée de chez hast et elle me va bien mais c’est limite… personnellement je suis assez longiligne 1m86 pour 78 kg. Je pense donc partir pour une fitted d’après ce que tu dis 🙂
    Savez vous comment est leur politique de retour ?

    Bonne journée les gars !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Lucas !

    Commentaire très juste, du début à la fin selon moi 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Donc à priori, plutôt fitted pour toi, Frédérick, non ?

    Merci Sébastien 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sébastien !

    Après tu sais la vérité c’est que la plupart des gens ne vont porter leur chemise pendant des mois sans se pencher autant sur les détails 🙂
    Donc si tu n’as pas l’habitude de « passer au scanner » tes chemsies, ce n’est pas étonnant que tu n’aies pas vu tout ça.

    Oui c’est vrai que les chemises formelles Hast sont assez classiques mais on ne peut pas tout malheureusement : les politiques de prix de Direct 2 Consumer comme celles de Hast, c’est super pour acquérir quelques basiques, mais le problème c’est que ces marques ont beaucoup moins de flexibilité pour renouveler leur collection, proposer du choix, prendre des risques…

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Frédérik !

    Pour le coup je ne sais pas et j’espère qu’un lecteur qui passera par là pourra t’informer 🙂

  • Frédérik Richard

    Salut Nicolo ! Très bon comparatif !
    Je fais appel à la communauté, pour TML, quelqu’un sait il quelle coupe privilégier entre la fitted et la super fitted ? La seconde n’est-elle pas trop cintrée ?

    Merci à ceux qui ont déjà essayé 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Ah non Coton Doux je trouve que ça passe absolument pas, surtout face à une bonne partie des marques de ce comparatif.

    Y’a tous les détails bien tape à l’oeil là ou il faut pas (les intérieurs de cols et de poignets contrastants, les boutons en plastique contrastant, les boutonnières contrastantes…) et les tissus, même ceux qui ne sont pas bariolés (même entre potes, je vois pas l’intérêt, sauf s’il y a une soirée à thème haha), ne me paraissent vraiment pas plus intéressants qu’ailleurs, quand ils ne font pas même assez cheap.

  • Julien Petit

    Oui Café coton c’est clairement pas la même ligne. Mais pas mal coupées et le tissu n’est pas dingue mais fait illusion. A voir dans la durée si ca tient. Et les coutures ne me semblent pas aussi dégueu que celle de ton test.

    Sinon les Coton Doux sont pas mal. Ne pas prendre leurs modèles barriolés mis en avant si ce n’est pour une fête/délire entre potes. Mais ils ont des chemises plus business ou casual qui passent bien j’en avais acheté en soldes. Je trouve juste que les poignets sont bien trop serrés, impossible de porter ma montre avec.

  • Alexis

    Première manche bien parti dans ce face à face j’ai l’impression !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Julien !

    Les café coton dont tu parles ce ne sont probablement pas celles de cette ligne là.

    Et à 100 euros les 4 je pense que tu as eu leurs collections parallèles avec des matières et une confection plus cheap, mais bon…

    T.M. Lewin c’est pas si mal au vu du prix, ce n’est pas parfait, mais ce n’est pas mauvais non plus, et apparemment il y a des coupes beaucoup plus modernes que celle-ci donc pourquoi pas 🙂

    Abbie & Rose je n’ai jamais pu voir le produit en vrai mais j’ai de bons retours dessus (la plupart du temps)

  • Julien Petit

    Café coton j’en ai qui ne sont pas trop mal et je les ai payé 100€ les 4 donc ca va.

    Tyrwin ca a l’air bien pour avoir un stock pas cher. Pour un jeune qui a besoin de s’en constituer un quand il débute dans la vie active c’est bien.

    Après quand je vois les résultats de ton benchmark c’est quand même pas glorieux…

    Les premières manches ont l’air bien j’avais reperé ce site, je vais le garder en tête.

    Abbie & Rose vous savez si c’est bien?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Hippopotame !

    Alors, ce sont deux cas assez différents.

    Tout d’abord, il faut préciser que pour la Charles Tyrwhitt ce n’est pas un « défaut de finition ». C’est différent d’une couture mal faite ou d’un bouton mal cousu.

    C’est plus que le parti pris qui a été fait au niveau de la coupe et de la taille du col ne convient pas du tout à la forme et au type de col :

    Chez CT tu as un col avec un thermocollant très rigide sur le pied de col, avec des pointes très longues, qui n’est pas du tout fait pour avoir un tombé un peu loose, mais ils ont malgré tout voulu ajouter un « extra » en longueur de col et en profondeur d’encolure. Et ça ne fonctionne pas du tout avec cette forme « formelle ».

    Chez nous le col est très souple et les pointes plus petites, donc en ajoutant de la marge sur celui-ci, on obtient effectivement un rendu un peu plus décontracté.

  • Nicolò – BonneGueule

    Ah ouais bon… Ca faisait vraiment longtemps que j’en avait pas croisée une.

    Mais après je parlais d’une « perte de manche » due à des coutures ou à une confection qui lâche. Après ce dont tu me parles là ça ressemble à un défaut matière… Ca m’étonne sur une Abbie & Rose, les gens de l’équipe qui ont pu en voir en vrai m’ont dit que c’était bien.

    Tu veux dire reconnaître un mauvais thermo à l’avance ? C’est pas facile franchement, personnellement je vois pas comment.

  • Gouhouf

    Ne parle pas trop vite Nicolò. J’ai actuellement avec moi une chemise Abbie and Rose qui est en train de perdre sa manche. Le tissu effiloché au niveau de la couture de l’épaule sur presque 2 cm (en gros la manche se barre tranquillou). Après 3 ports. C’est ce que j’appelle une chemise qui ne tient pas…

    Et actuellement, j’ai une chemise Corneliani qui fait des bulles comme qui dirait. Thermocollage du col qui cloque. Je lutte toujours pour faire reconnaître le défaut, je ne sais pas si j’y arriverai.

    J’ai une Café Coton aussi, bon je ne la porte pas beaucoup, je trouve le motif assez moyen. Elle tient pas trop mal pour le moment. Elle m’a l’air bien mieux finie que celle qui a été testée. C’est bizarre que la tienne soit dans un tel état. Peut-être oui quelques fils qui dépassaient, mais les coutures ont l’air plutôt droites. Je vais regarder ça de plus près. Ceci dit, je ne ferai jamais de la pub pour Café Coton, au regard de leur politique de prix. Je ne connais qu’une personne qui en a payé une à 130 €, c’était pour un cadeau de Noël. Noël, seule période où c’est plein pot. Du grand n’importe quoi cette marque.

    Gouhouf

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Seb !

    Merci !

    On essayé de mettre un petit de tout dans ce comparatif 🙂

    4 chemises casual « pures », 3 chemises casual « habillées », 2 chemises tailoring un peu »texturées » et 3 chemises « business » très classiques.

    Dans le prochain (et dernier) épisode il y a justement trois modèles casual qui sont présentés 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Ah oui, effectivement 🙂

  • Bob

    Il y a plusieurs longueurs de manche en standard au prix initial. Et l’ajustement que tu as pris qui lui a un coût

  • Nicolò – BonneGueule

    Hahaha, hésite pas à nous faire part de ce que tu trouves 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour l’info !

    Perso j’ai vraiment été surpris par l’absence d’étiquette le précisant sur ma chemise. Y’a rien écrit, ça pourrait tout aussi bien être fait sur Mars :p

  • Nicolò – BonneGueule

    Je l’ai écrit je crois non ? ^^

    En tout cas eux ils parlaient de « taille de manche au choix » donc je ne sais pas si c’est de la retouche ou juste des déclinaisons produits 🙂

  • Bob

    Juste un petit mot pour dire que TM Lewin et CT proposent en standard pour une taille donnée plusieurs longueurs de manche. C’est très pratique pour ceux comme moi qui ont de long bras.
    Et effectivement la coupe « Fitted » de TML est celle qui convient pour une coupe cintrée.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Ed !

    Hmm honnêtement la « tenue sur la durée », ce n’est plus tellement indicatif d’une « qualité », c’est un peu la base. Même avec des confections imparfaites, il faut vraiment que la marque fasse n’importe quoi pour que tu perdes une manche ou quelque chose de ce genre haha.

    Quand à l’usure de la matière, c’est un indicateur parmi d’autres, car elle est souvent autant due type de matière choisie (certaines ont une fragilité inhérente par rapport à d’autres) que la qualité de celle-ci.

    Pour Café Coton, ils ont la réputation de faire des « collections parallèles » lors des soldes, avec des chemises produites selon des standards de qualité inférieurs (atelier ou même matière)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Pierre !

    Merci à toi pour ton commentaire !

    Effectivement, et on ne m’y reprendra pas à deux fois avec ce « Slim Fit »de T.M. Lewin 😉

  • PierreG

    Hello Nicolo,

    Merci pour ces comparatifs intéressants, ça m’intéressait d’avoir un retour sur la gamme Prestige de Café Coton, je pense que je vais passer mon chemin et aller voir chez Lanieri finalement.

    Par contre c’est dommage pour TM Lewin que tu aies choisi la coupe « Slim Fit », car TM Lewin est au contraire réputé pour avoir à disposition des coupes plus cintrées que Charles Tyrwhitt. Le « Slim Fit » de TML est effectivement très large (bizarres ces anglais!), mais il y a aussi les coupes « Fitted » et « Super Fitted ». Cette dernière est apparemment très cintrée.