Le Grand Comparatif #2 : Test des chemises Suitsupply, Boggi, Giotho et Lanieri

/

Pour le deuxième volet de ce grand comparatif des chemises sous les 90 euros, on se concentre sur des chemises habillées au look moderne. Au programme, du style italien avec Suitsupply, Boggi et Lanieri, et de la sobriété française avec Giotho.

Suitsupply - Gamme “Purple Line” : chemise à carreaux en flanelle

Une chemise à 79€, située sur le panier moyen de notre comparatif.

La base : la matière

Une très belle flanelle de la Tessitura Monti, dont la réputation n’est plus à faire. Épaisse, agréable au toucher, et très chaude, elle est donc idéale pour l’hiver.

Le motif "carreaux" est composé de bandes gris clair, bleu pâle et blanches, donnant à la chemise une couleur d’ensemble très douce.

De beaux carreaux sur une flanelle douce.

La main est assez “nerveuse”, c’est-à-dire que la chemise tend à reprendre plus facilement sa forme lorsqu’on la manipule. Elle froissera donc moins vite.

Côté coupe et sizing

On est sur la coupe “Slim Fit” de Suitsupply, qui est leur coupe standard. Niveau taille, il s'agit d'un 38 classique, contrairement aux vestes qui tendent à tailler très grand chez eux.

J’apprécie particulièrement le travail à l'emmanchure : placée suffisamment haute, la chemise ne bouge que très peu lorsque le bras se lève, tout en conservant de l'aisance à l’arrière de l’épaule pour ne perdre ni en confort, ni en liberté de mouvement.

Une coupe qui me va plutôt bien.

C’est pour moi une silhouette slim-fit tout à fait dans les normes : un peu plus étroite qu'une coupée ajustée, mais pas de beaucoup. Plutôt pensée pour des silhouettes normales à athlétiques.

Quid de la confection, des finitions et détails ?

Une confection macédonienne, globalement bonne pour le prix.

Certains points sont un peu plus faibles que pour la moyenne du comparatif mais cela s’explique aussi par une matière plus coûteuse et d’autres détails qui contrebalancent.

Col et poignets
  • Tenue : un très bon équilibre entre souplesse et rigidité, que j’apprécie beaucoup. Le col n’est pas cartonneux et ne “craque” que peu, tout en se tenant très bien. On regrette cependant l’absence de baleines de col, remplacées par une fine couche de thermocollant supplémentaire à cet endroit.
  • Symétrie du col et des poignets : rien à signaler !
  • Dégarnissage des poignets, col et pied de col : droit. Assez proche du bord mais on peut tout de même pincer l’excès sur les poignets.

Ce col a un tombé très harmonieux.

Finesse de la confection
  • Fils qui dépassent : peu nombreux.
  • Coutures : 6 points au centimètre, bien réguliers. Bonus : les coutures anglaises appréciables sur les manches et les flancs !
  • Alignement de l’emmanchure : tout va bien.
  • Ourlet de bas de chemise : fin et régulier.
  • Boutonnières : propres mais manquent un peu de corps, de relief, par rapport à celles d’autres participants.
Détails
  • Boutons : plastique épais imitation nacre, en cousu parallèle. On apprécie la présence d’une queue de renfort qui assure une plus grande longévité.
  • Hirondelles de renfort : sans.
  • Motifs alignés entre eux : Pas partout. L'avant est bien réalisé, et c'est le principal. Mais on pourrait chipoter pour le dos, par exemple. Cela peut se remarquer sur de grands motifs comme ceux-ci.
  • Gorge : simple.

Rien de grave ici, mais sur une chemise à un prix plus élevé, vous pourriez vous attendre à un dos aligné.

Style et aspect

Fidèle à l’esprit du tailoring italien de ces dernières années, Suitsupply propose ce modèle dans un col cutaway. Malgré l’essor de cette forme de col récemment, il reste moins commun que les cols classiques français ou italiens. Un bon moyen d’introduire de la variété dans vos chemises, donc.

Le style de cette chemise repose bien sûr sur le choix de motif : ses carreaux la font rentrer dans un registre “casual tailoring”, et cette témérité stylistique est tempérée par la douceur des couleurs qui les composent.

Comment la porter ?

Cette chemise est plutôt destinée à une "niche" de style assez précise : le tailoring "sport" à l'italienne.

Son col cutaway la rend trop habillée pour être portée avec un blouson ou un pull, mais ses motifs sont trop casual pour qu'elle puisse vous servir de chemise "formelle" à proprement parler, du genre de celles que vous porteriez avec vos costumes de travail par exemple.

En revanche, elle est idéale pour être portée avec un blazer ou un costume à l'aspect "sport", comme on en voit partout sur les looks du shop de Suitsupply.

(Jean gris BonneGueule, ceinture Atelier Particulier, Blazer BonneGueule x LouisPurple, Boots N.D.C. Made By Hand.)

Marque et expérience client

Ce n’est un secret pour personne : l’expérience client de Suitsupply est un de ses gros points forts.

Entre un site vraiment efficace et agréable, des conditions d’envoi au top (packaging, retours & échanges à la charge de la marque avec bon de retour déjà inclus dans la commande), un service client réactif pour vous conseiller, et un très large choix à chaque collection, chacun devrait y trouver son compte.

Boggi Milano - ligne “Business” : chemise habillée en dobby bleu

Une chemise à 75€, située sur le panier moyen de notre comparatif.

La base : la matière

Un dobby de coton-lin (96% - 4%) bleu clair, dont les motifs sont formés par des fils bleus et blancs.

La main est assez agréable : on sent la légère rugosité du lin, tout en gardant une souplesse et une douceur d’ensemble sur la matière. L’épaisseur est dans la moyenne haute de ce qu’on attend sur une chemise formelle d’été.

Un motif dobby original.

L’épaisseur aide à garder une certaine stabilité dans le tissu (pratique pour éviter que la chemise ne se froisse). D'ailleurs, le tissage aéré et le petit pourcentage de lin compensent cette épaisseur pour permettre à la chemise de rester portable par temps plus chaud.

La matière a une belle prise de lumière et la part de lin apporte un peu d’irrégularité et de grain, lui donnant un aspect naturel malgré le motif, surtout lorsqu'on regarde la chemise de plus loin.

Côté coupe et sizing

Coupe tailored fit, qui est la coupe intermédiaire de Boggi, ajustée sans être réellement slim.

Elle est conforme à ce qu’on pourrait attendre, bien coupée et sans surprises pour le sizing : c’est un 38 tout ce qu’il y a de plus standard.

Le bas de chemise est assez long pour être porté rentré dans le pantalon, de façon formelle.

Elle est pensée, selon moi, pour une morpho “standard”.

Une coupe légèrement ajustée, plutôt adaptée à un physique "moyen".

Quid de la confection, des finitions et détails ?

Globalement, une très bonne confection chinoise pour le prix. Voyez donc en détails...

Col et poignets
  • Tenue : épais et rigide, conformément à l’usage formel que vous en ferez. Trop cartonneux cependant, le col manque de souplesse et “craque” trop lorsqu’on le plie. On regrette aussi les baleines “intégrées” qui peuvent finir par l’endommager à long terme, et ne pourront pas être changées si elles se déforment.
  • Symétrie du col et des poignets : aucun souci de ce côté.
  • Dégarnissage des poignets, col et pied de col : droit et très proche de la couture.
Finesse de la confection
  • Fils qui dépassent : peu nombreux.
  • Coutures : 6 points au centimètre, bien réguliers. Bonus : les coutures anglaises appréciables sur les manches et les flancs ici aussi !
  • Alignement de l’emmanchure : tout va bien.
  • Ourlet de bas de chemise : fin et régulier.
  • Boutonnières : bien faites, bien nettoyées.

Des coutures anglaises bien réalisées.

Détails
  • Boutons : plastique épais, imitation nacre. Pas de queue de renfort. Cousu parallèle. Rien de spécial, donc.
  • Hirondelles de renfort : de forme arrondie. Bien faites.
  • Motifs alignés entre eux : correct.
  • Gorge : simple, doublée d’un thermocollant fin pour la tenue. Intéressant pour donner plus de tenue à une chemise formelle qui sera soumise aux torsions et frottements dans le pantalon.

Cette fine couche de thermocollant dans la gorge permet à la chemise de mieux se tenir lorsqu'elle est portée dans le pantalon.

Style et aspect

J’apprécie beaucoup la texture apportée par ce micro-motif tissé, qui est un peu originale tout en restant cohérente avec le registre élégant auquel la chemise se destine.

Le choix du col Windsor, très classique, équilibre bien l’originalité des motifs.

Petit détail intéressant qui renforce le côté “classique” de la chemise : les bords des poignets et du col sont piqués assez loin du bord, laissant un petit repli de tissu qui crée une bordure en relief.

Les pinces sur le haut du dos ainsi que les doubles plis bien marqués sur les poignets renforcent l’ADN tailoring de la chemise.

Comment la porter ?

Avec un costume, ou un blazer. Accessoirisez suffisamment votre tenue pour rester cohérents avec le style de cette chemise !

Une chemise bien adaptée à une tenue plus habillée ! (Double-boucles Meermin, chino BonneGueule, Blazer BonneGueule x LouisPurple, Ceinture Atelier Particulier, chemise Boggi)

Marque et expérience client

Etant donné la communication de la marque très axée sur le made in Italy, j’étais surpris de ne pas voir, sur l’étiquette, une confection au moins européenne...

Un made in China ! Dont le niveau est très honorable au demeurant, comme vous avez pu le voir plus haut, mais c’est une surprise que l’on découvre à l’ouverture du colis.

C’est vraiment le genre d’information sur laquelle on voudrait plus de transparence, et rien n’était indiqué à ce sujet sur le shop de la marque.

Pas d’infos sur la provenance des matières, les fournisseurs non plus. Cela ne signifie pas que la matière est mauvaise, mais nous sommes tous désireux d’avoir plus de traçabilité à ce sujet, ça permettrait de mieux contextualiser le prix.

Un site qui pourrait vraiment être amélioré pour une marque de cette envergure, et qui n’est pas toujours traduit, ou bien visiblement avec Google Translate...

Et un service client pas forcément évident à joindre.

Giotho : Chemise habillée en twill blanc

Une chemise à 79€, située sur le panier moyen de notre comparatif.

La base : la matière

Un twill blanc de fabrication européenne, tout ce qu’il y a de plus classique : poids moyen, tissage serré. Adapté à la plupart des saisons durant l’année, mais à éviter lorsqu’il fait un peu chaud.

Un twill blanc très classique.

C’est un tissu double retors, ce qui lui permet donc d’avoir une belle nervosité : alliée aux propriétés habituelles du twill, la matière ne froisse pas trop.

La main est également plutôt douce et agréable.

Côté coupe et sizing

Une coupe bien ajustée et joliment dessinée, mais qui me semble plus adaptée pour les petites carrures.

Par petite carrure, je n’entends pas forcément petites tailles, mais quelqu’un qui aurait une largeur d’épaule un peu étroite par rapport au reste de son physique.

Une coupe nette, mais trop étroite aux épaules pour moi.

Elle est donc très inconfortable pour moi en 38 : je suis comprimé au niveau des épaules, de l’aisselle, des bras, du dos… Mais c’est pourtant le bon tour de cou (essentiel pour une chemise qui aura vocation à être portée avec une cravate !).

Quid de la confection, des finitions et détails ?

Une belle confection réalisée en Lituanie, avec certains détails rares à ce prix.

Col et poignets
  • Tenue : col et poignets sont bien maintenus, mais le thermocollant du col est un poil trop cartonneux et “craque” un peu. Mention spéciale cependant à la “piqûre nervure” : on utilise ce terme lorsque la couture du col de la chemise est très proche du bord. L’opération est un peu plus difficile à réaliser et le rendu est plus épuré.

Une belle "piqûre-nervure", appréciée sur les chemises habillées pour épurer le rendu du col.

  • Symétrie du col et des poignets : rien à signaler !
  • Dégarnissage des poignets, col et pied de col : très bon sur le col, bien régulier mais avec un peu d’excès de tissu aux poignets.
Finesse de la confection
  • Fils qui dépassent : peu nombreux.
  • Coutures : 6 points au centimètres, le bon standard de cette gamme de prix. De belles coutures anglaises très fines en bonus.
  • Alignement de l’emmanchure : tout va bien.
  • Ourlet de bas de chemise : nickel. Fin et régulier, c’est un bel ourlet.
  • Boutonnières : elles sont jolies ! Beau relief, belle densité, propres ! Les boutonnières sur le button down caché pourraient cependant être incurvées afin de faciliter le boutonnage.

Une boutonnière bien réalisée.

Détails
  • Boutons : plastique imitation nacre, sans queue de renfort.
  • Hirondelles de renfort : de forme arrondie. Juste correctes car pas tout à fait nettes, ni identiques des deux côtés.
  • Gorge : simple.

Style et aspect

C’est probablement l’exemple le plus classique de tout notre comparatif. Une chemise blanche en twill, avec un col très intermédiaire, tant en termes de taille qu’en ouverture. Il n’y a pas grand chose à ajouter : c’est une pièce qui a fait ses preuves depuis bien longtemps.

Cependant, on a tous besoin d’une (voire de plusieurs) chemises comme celles-ci, polyvalentes et idéales pour le bureau. Du pur basique, donc, mais qui fait le boulot.

On note quand même le petit button-down caché qui a vocation à la rendre plus portable, même avec les premiers boutons ouverts. Pratique si vous avez peu de chemises et que vous voulez l’utiliser autant en casual qu’en formel.

Comment la porter ?

En principe, c'est une chemise assez passe-partout par sa simplicité, donc pas de contre-indications. Cela dit, je la trouve plus à son avantage dans une tenue habillée.

(Pantalon Haikure, cravate Atelier Particulier, double-boucles Meermin)

Marque et expérience client

Tout s’est globalement déroulé sans encombres.

J’ai rencontré quelques petites difficultés pour trouver comment contacter le service client et ai du donc passer par la page Facebook.

Sur un plan plus personnel, je trouve aussi que la sélection de la marque gagnerait à prendre un peu plus de risques et à proposer des chemises moins basiques et moins classiques, notamment sur le casual, quitte à faire un peu moins de modèles à rayures ou de chemises blanches.

Lanieri - demi-mesure : chemise habillée en Oxford blanc

Une chemise en demi-mesure à 81€, qui est plutôt dans le haut du panier de notre comparatif.

La base : la matière

Un bel oxford blanc de chez Ibieffe, une petite filature italienne peu connue.

Du fait de son tissage dense et serré, la matière renvoie beaucoup la lumière et brille très légèrement, ce qui lui donne un aspect un peu plus “précieux” que celui qu’on associe généralement à l’oxford classique, plutôt casual.

Un blanc oxford très régulier et lumineux, qui n'est pas incompatible avec un look formel.

La texture est visuellement très régulière.

La main est assez douce, mais légèrement “sèche” comme c’est souvent le cas sur les oxfords : elle ne glissera pas sur votre peau comme le ferait une popeline fine, par exemple.

En revanche, pour un tissu costaud comme celui-ci, la chemise reste très respirante, et froisse peu.

Côté coupe et sizing

Au premier essayage, la chemise était nettement trop large aux hanches et dans le dos. Il semblerait que l’algorithme de Lanieri préfère prévoir un peu large, quitte à vous faire faire une retouche ensuite en cas d’erreur.

Après retouche, le fit est déjà meilleur et tout à fait portable. Ajusté mais confortable, bonnes longueurs…

Un fit qui correspond globalement à mes attentes et à ma morpho, mais il aurait fallu un dernier renvoi à la retouche pour l'aisance, car les emmanchures sont trop basses pour moi et le dos un peu étroit.

Il reste cependant perfectible et aurait peut-être eu besoin d’une troisième retouche pour être vraiment adapté à moi.

L’emmanchure est trop basse, et le dos manque un peu de carrure. Ces deux éléments combinés limitent pas mal le mouvement du bras.

J’aurais pu demander plus de retouches pour peaufiner le résultat (la marque le ferait sans problème), mais nous manquions de temps. Il me faudra certainement faire corriger cet aspect sur mes futures commandes.

N’oubliez pas qu’un patron de demi-mesure s’améliore à chaque retour que vous faites à la marque, jusqu’à ce qu’il vous convienne parfaitement !

Quid de la confection, des finitions et détails ?

Une confection italienne très convaincante, surtout lorsqu’on prend en compte le prix et le fait que ce soit de la mesure ! C’est un des gros arguments de Lanieri : produire dans un pays où la main d’oeuvre est reconnue et tout de même chère, tout en proposant de tels tarifs.

Pour autant, elle a quand même quelques petits défauts, qui me semblent être des concessions inévitables des prix pratiqués.

Col et poignets
  • Tenue : un élément important pour moi, les italiens savent vraiment faire de beaux cols. Souple et rigide à la fois, le thermocollant ne craque absolument pas et… miracle ! Lorsque la chemise est ouverte, le col garde un beau tombé sur le porteur. Ce n'est pas le cas de toutes les chemises de ce comparatif. 

Un col qui ne s'écrase pas lorsqu'il est ouvert.

  • Symétrie du col et des poignets : une très légère asymétrie sur le col. C’est une affaire de 2mm, un peu dommage vu la réussite du travail sur sa tenue.
  • Dégarnissage des poignets, col et pied de col : un poil épais au poignet, mais très régulier. Un peu grossier sur le bord du col, en revanche. Un point assez important ici, car c’est plus visible sur une chemise blanche.
Finesse de la confection
  • Fils qui dépassent : peu nombreux.
  • Coutures : 6 points au centimètres, un bon standard à ce prix. De belles coutures anglaises en bonus !
  • Alignement de l’emmanchure : tout va bien.
  • Ourlet de bas de chemise : très régulier.
  • Boutonnières : belle densité, beau relief, mais elles pourraient être un peu mieux “nettoyées” et ne sont pas toujours entièrement ouvertes.

les boutonnières une jolie densité mais ne sont pas totalement ouvertes.

Détails
  • Boutons : plastique épais, imitation nacre. Pas de queue de renfort. Cousu parallèle. Rien de spécial, donc.
  • Hirondelles de renfort : de forme arrondie. Bien faites.
  • Motifs alignés entre eux : correct.
  • Gorge : simple, doublée d’un thermocollant fin pour la tenue. Intéressant pour donner plus de tenue à une chemise formelle qui sera soumise aux torsions et frottements dans le pantalon.

Style et aspect

Puisqu’il s’agit de demi-mesure, c’est évidemment moi-même qui ai choisi la configuration de cette chemise. Par conséquent, expliquons un peu ma démarche.

Sur le configurateur de Lanieri, j’ai d’abord choisi un tissu. J’ai choisi cette matière parce qu’elle me semblait parfaite pour avoir une chemise élégante, qui froisse peu mais respire suffisamment pour être portée même par temps plus chaud.

J’apprécie également son motif oxford très régulier, offrant une certaine texture tout en restant entièrement compatible avec une tenue formelle.

Pour appuyer ce choix, j'ai opté un col classique, légèrement étroit, dont la taille est pensée pour être mise en valeur par une veste et une cravate.

Enfin, pour le reste, j’ai choisi d’aller au plus simple : poignets arrondis, boutons imitation nacre, pas de gorge, pas de poche poitrine. Je préfère les chemises formelles épurées ; less is more, non ?

Et, bien évidemment, pas de broderie…

Comment la porter ?

C'est une chemise un peu habillée, donc plutôt avec un blazer ou un costume, même si elle ne sera pas choquante non plus dans une tenue plus décontractée !

Marque et expérience client

Un des gros points forts de Lanieri pour moi.

Le site est doté d’une expérience utilisateur plutôt intuitive (aussi intuitive qu'elle puisse être pour une commande de mesure en ligne), et le tutoriel vidéo pour la prise de mesure - étape par étape - facilite beaucoup la tâche.

L'algorithme analysant vos mesures est également efficace : tentez de rentrer des mesures trop éloignées de ce qui est statistiquement possible selon vos autres mesures, il vous avertira qu'il y a probablement une erreur.

J’apprécie aussi la mise en avant des matières et de leurs fournisseurs. Ça permet de se faire une meilleure idée de ce que l’on paye, des différentes gamme de prix, de la qualité des tissus à laquelle on peut s’attendre (si l’on connaît les fournisseurs)...

L'accueil au showroom (à Paris) par Riccardo  est également excellent.

En bref...

Petit récapitulatif des points forts et des points à améliorer sur ces quatre chemises !

La chemise en flanelle Suitsupply

Points forts

  • Une super matière.
  • Un parti-pris de style fort, mais réussi, ce qui se trouve moins facilement dans ces gammes de prix.
  • Une expérience client exemplaire.
  • Une coupe très bien pensée, notamment au niveau de l’aisance.

Axes d'amélioration

  • Les boutonnières un peu moyennes.
  • L’absence de baleines.
  • L’alignement des motifs qui est absent.

La chemise en dobby Boggi

Points forts

  • Le rendu de la matière.
  • Une vraie patte au niveau du style, qui change de certaines chemises formelles parfois ennuyeuses.
  • Un bon niveau de confection global.

Axes d'amélioration

  • Un col un peu trop cartonneux.
  • Les baleines intégrés au col.
  • L’alignement des motifs qui est absent.
  • On aurait aimé en savoir un peu plus sur la provenance de la matière.
  • Le jeu de communication un peu ambigu sur le lieu de confection.
  • Une expérience utilisateur vraiment perfectible en ligne.

La chemise en twill Giotho

Points forts

  • Une matière double retors.
  • Une confection plus poussée que la moyenne sur certains aspects : piqûre-nervure au col, coutures anglaises fines, propreté, boutonnières.
  • Peut être un point positif comme négatif, mais cette coupe ira surtout aux petites carrures.

Axes d'amélioration

  • Les hirondelles et le dégarnissage pourraient être améliorés pour atteindre le bon niveau du reste de la confection.

La chemise en oxford Lanieri

Points forts

  • Le tombé du col.
  • Les matières italiennes avec présentation des filatures.
  • L’expérience utilisateur sur le site (j’ai apprécié le tutoriel vidéo pour la prise de mesures).
  • L’algorithme qui vous prévient si vous avez entré des mesures trop improbables.
  • De la chemise sur mesure vraiment accessible, dans un pays voisin.

Axes d'amélioration

  • La légère asymétrie du col sur ma chemise.
  • Le manque d’aisance dans le dos après la première retouche.
  • Les boutonnières qui manquent un peu de propreté.

On se voit la semaine prochaine pour le troisième épisode (et au besoin, par ici pour le premier).

D'ici là, si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à la poser dans les commentaires. On se fera un plaisir de vous répondre !

Nicolò Minchillo A propos Nicolò Minchillo

Moi, c'est Nicolò. Chez BonneGueule, je réponds à toutes vos questions et demandes de conseils. À côté de ça, je m'occupe des tests de marques et je prête main forte au pôle édito. J'aime la funk, le jiu-jitsu brésilien, le bacon, les manteaux majestueux et les belles boots.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Alexis !

    Pour ce type de pièces, tu peux aller voir du côté de la mesure chez Lanieri (sûr pour le col, pas sûr pour les manchettes), Cotton Society ou du prêt-à-porter chez Howard’s. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Attends quand même la fin du comparatif avant d’acheter en masse (l’épisode 3 sort dimanche, et le 4 le dimanche suivant !) je pense qu’il y a aussi d’autres marques qui peuvent t’intéresser dans le lot. (même si ces deux là sont très bien !) Surtout dans l’épisode 4 🙂

  • Kuku

    Exact Nicolò,

    Pour la matière je ne juge pas. Faute à pas de chance, ils ont pas voulu me la reprendre ce que je comprend après plusieurs mois. Ça pourrait passer pour le type qui l’a abîmé et viens gueuler en disant que c’est de leur faute. Tant pis !

    Mais ouais le col, au debut j’étais agréablement surpris. Pis en fait non. Je déconseille totalement. C’est leurs chemises haut de gamme qui ont les baleines, je leur avais demandé. Trop cher pour moi.
    Ça n’enlève rien à leurs manteaux, et costumes que j’affectionne.

    Je vais aller vers Hast et Première manche pour les chemises !
    Espérant ENFIN trouver la chemise parfaite pour moi 😌

    Bonne journée à l’équipe !

  • Nicolò – BonneGueule

    A vrai dire de la subjectivité on en fait, et tant mieux (sans subjectivité, tout ça serait très très fade !) mais quand on en fait, on fait le maximum pour qu’elle ne se fasse pas passer pour de l’objectivité 😀

  • CYRIL

    Merci pour ta réponse qui a su me convaincre. En effet, la partie notation aurait amené de la subjectivité, ce qui n’est pas le style de la maison. Et je vois que la réflexion sur ce sujet a déjà été menée, mais je ne doutais pas. Merci encore pour cette réponse claire et justifiée !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Kuku !

    Pour le tissu c’est bizarre mais je ne mettrais pas la faute sur eux. Ca peut-être un défaut occasionnel, ou juste une référence de tissu en particulier qui est plus fragile mais qui ne reflète pas l’ensemble de l’offre de la marque.

    Pour le col par contre, je ne suis pas si étonné. Sur cette chemise la matière est bien épaisse donc ce n’est pas gênant, mais le thermocollant est peut-être un poil trop fin pour d’autres matières, s’il ne l’adaptent pas. Et l’absence de réelles baleines de col est un mauvais choix selon moi, avec un parti pris de col « souple ».

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Alexis !

    Tu peux trouver ça chez Cotton Society si je ne dis pas de bêtises.

    La marque sera testée dans l’épisode 4, à paraître dans 10 jours 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Cyril !

    Merci beaucoup pour ton commentaire 😀

    Je t’avoue que je m’étais posé la question en cours de route, mais après réflexion je ne trouve pas que le terme soit usurpé pour autant.

    Ca reste un « comparatif » car les chemises sont évaluées côte à côte sur des critères communs avec une méthode identique, et sur des prix comparables.

    En pratique pour dire « celle-ci est mieux que celle-là » tu n’as que deux options :

    1) Les comparer les unes autres verbalement « tel critère est mieux sur telle chemise par rapport à telle chemise ». Je vais faire volontairement mon psychorigide haha, mais en gros rien que pour un critère ça ferait 12×12 (pour 13 chemises), soit 144 phrases. Multiplie ça par le nombre d’éléments analysés et… Evidemment je grossis le trait, mais après tout, c’est avec la même optique « exhaustive » j’ai fait le comparatif…

    2) Les noter.

    Et si tu lis la partie « méthode » de la page « index » du comparatif, j’explique en détail pourquoi les notes n’ont pas lieu d’être ici. Pour moi elles se mettent en travers d’une review objective ET de l’apprentissage des lecteurs : si je mettais des notes, ce serait une pratique arbitraire, qui en plus dissuaderait les gens de lire le contenu pour simplement se fier à un chiffre…

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Davik !

    Merci 🙂

    Oui, ils ont aussi un « extra slim fit » !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Kilian !

    Pas testé les chemises. Je sais que Luca était très fan de leurs blazers, fort convaincants pour le prix, mais je ne saurais pas t’en dire plus 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Je suis d’accord avec toi, ça fait plaisir de voir du parti pris en entrée / milieu de gamme 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Julien !

    Hahaha mais non, ne t’en fais pas, c’est que j’ai pris beaucoup de temps avant pour préparer tout ça, et maintenant on dévoile tout 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Axel !

    Effectivement, je n’avais pas remarqué. C’est un parti pris de sizing un peu spécial, en effet…

    Ceci dit, vu le nombre de chemises que j’ai essayées dans ce comparatif et qui étaient nettement trop grandes au cou (pour moi comme pour d’autres), le parti pris opposé ne me choque pas non plus.

  • Nicolò – BonneGueule

    Effectivement, je me suis trompé 🙂

    J’édite, merci !