Le Grand Comparatif #4 : Test des chemises Cotton Society, Atelier Privé, Office Artist

/

Nous avons le plaisir de vous présenter le quatrième et dernier épisode du Grand comparatif des chemises sous les 90 euros.

Pour finir en beauté, penchons-nous sur une sélection de trois chemises strictement casual aux matières originales, provenant de chez Cotton Society, Atelier Privé et Office Artist !

Cotton Society (demi-mesure) - Chemise en chambray à col officier

Une chemise en demi-mesure à 93 €, qui est la plus chère de tout le comparatif.

Bon, d’accord... J’ai un peu triché et j’ai dépassé le budget de 4 €.

Je vous avoue que c’est la différence de prix pour ajouter les boutons en nacre épaisse : leur trouvant beaucoup de charme, j’ai fait une petite entorse aux règles.

Ne vous inquiétez pas, vous pourriez avoir exactement la même à 89 euros, avec des boutons en nacre un peu plus fine.

La base : la matière

Un chambray en coton-lin (70% - 30%) texturé bleu clair, qui tire légèrement sur le gris, et dont la couleur résulte d’un fil de chaîne que je qualifierais de "bleu cobalt" et d’un fil de trame blanc.

Comme pour tout chambray qui se respecte, le tissage possède une certaine irrégularité - notamment dans l’épaisseur des fils - qui crée cet aspect très brut et texturé pour lequel il est recherché.

Sur celui-ci, on distingue également un mouchetage blanc bien marqué, aux endroits où le fil de trame devient très épais.

Un joli chambray texturé.

C'est une texture que je trouve bien réussie !

La main est un peu rêche, ce qui s’explique en partie par la présence de lin. D'après la marque, le tissu s'adoucira au fil des lavages.

C’est un poids léger pour un tissage très aéré, donc tout à fait portable en été.

Côté coupe et sizing

Un peu trop large aux hanches au premier essayage, la chemise était cependant tout à fait portable dès le départ. L’algorithme a fait un bon boulot.

Après retouches, nous sommes sur un bon fit, assez proche de ce que je recherchais : légèrement droit, sans pour autant être flottant.

Notez qu’ayant un peu maigri depuis que la chemise est arrivée, elle peut être un chouia plus ample actuellement que ce que j’aurais voulu au départ.

Le fit n’est pas parfait cependant, et il y a quelques points sur lesquels je pourrais demander une amélioration à la marque lors des prochaines commandes éventuelles (ou lors d’une retouche après ce comparatif).

J’ai un petit manque d’aisance dans le dos alors qu’à la poitrine, la chemise présente un certain excès qui crée des plis assez marqués sous les aisselles.

Selon moi, on pourrait rééquilibrer le patron en prenant plus compte de la courbure du dos du porteur : étant naturellement un peu voûté vers l’avant, j’ai tendance à occuper plus d’espace dans la chemise avec mon dos qu’avec ma poitrine.

La carrure est bien adaptée à ma morphologie et les longueurs aussi.

Il m’aurait été possible de demander plus de retouches, mais j’étais tenu par une contrainte de temps.

Gardez en tête qu’un patron de demi-mesure se peaufine petit à petit, au fur et à mesure que les retouches et commandes successives chez une même marque l’adaptent à votre morphologie.

Bon à savoir : les patrons de base de la marque sont faits par Pierre Duboin, un grand monsieur dans le monde de la chemise.

Une de ses signatures est la présence de poignets légèrement incurvés vers l’extérieur, ce qui donne une certaine continuité à la ligne des bras lorsque la chemise est portée.

Je vous reparlerai de lui très bientôt, dans un tout autre article sur une toute autre marque...

Quid de la confection, des finitions et détails ?

Une confection chinoise vraiment soignée, qui fait fort sur certains détails !

Col et poignets

  • Tenue : nous sommes face à un cas un peu particulier vu la forme du col, mais je suis très satisfait du résultat final. Il est souple, harmonieux et tient bien en place autour du cou.
  • Symétrie du col et des poignets : aucun souci de ce côté.
  • Dégarnissage des poignets, col et pied de col : critère non pertinent sur ce type de col. Pour les poignets, il est un peu épais mais très droit.

Ce petit col officier se plaque plutôt bien malgré son design inhabituel, dépourvu de premier bouton.

Finesse de la confection

  • Fils qui dépassent : peu nombreux.
  • Coutures : 7 points au centimètres, ce qui commence à être au-dessus de la moyenne dans cette gamme de prix ! Autre point fort : les coutures anglaises extrêmement fines.
  • Alignement de l’emmanchure : tout va bien.
  • Ourlet de bas de chemise : très régulier et, comme les coutures anglaises, extrêmement fin.
  • Boutonnières : denses et bien en relief, mais elles pourraient être un peu mieux “nettoyées”. Elles ont toujours un ou deux fils qui dépassent.

Détails

  • Boutons : cousus en croix, dans une belle nacre épaisse (qui coûte un supplément ceci dit, mais la nacre fine est déjà bien), dotés d’une queue de renfort ! Le top !
  • Hirondelles de renfort : de forme arrondie. Bien faites.
  • Gorge : américaine, bien réalisée.

Un beau bouton en nacre épaisse (pour un petit supplément dans le prix).

Style et aspect

Puisqu’il s’agit de demi-mesure, j’ai évidemment choisi moi-même son style, sa matière et ses détails. Expliquons un peu la démarche.

J’ai d’abord voulu partir sur un tissu à l’aspect très brut et casual. Je me suis donc naturellement orienté vers ce chambray.

Pour contraster un peu ce choix workwear, j’ai choisi un col officier pour son originalité et les lignes très nettes qu’il crée sur le porteur.

Voulant donner un peu de corps à la pièce, qui n’a pas de vrai col, j’ai rajouté une gorge américaine plutôt qu’une gorge simple. C’est par ailleurs un détail de style que je trouve très compatible avec l’univers workwear évoqué par la matière.

Et enfin, j’ai choisi des poignets plus fins pour faire écho aux proportions de la gorge et du col. Par rapport à une chemise classique, celle-ci a une largeur de gorge, de col et de poignées qui sont toutes très proches.

Comment la porter ?

Dans des looks casual, avec des pièces simples !

Le col confère déjà un peu d'originalité, donc vous n'avez pas besoin de faire très compliqué. Il dynamise la tenue facilement.

Chino Gustin, Sneakers National Standard

Marque et expérience client

Le site est plutôt clair même si, au moment de ma commande, il restait à peaufiner.

Ce n’est pas un véritable tort en soi, mais on aurait aimé en savoir plus sur les fournisseurs des matières. Hors quelques cas qui font exception, (pour les matières françaises ou japonaises notamment), la plupart d’entre elles n’ont même pas de provenance. Et aucune filature n’est nommée, si bien que le client potentiel peut avoir du mal à comprendre ce qui justifie l’étendue de la gamme de prix de la marque.

À l’heure actuelle, il me semble que la marque finit d’ouvrir sa nouvelle boutique pour améliorer son expérience client : plus d’espace, plus de cohérence dans la déco et les produits exposés, et un meilleur accueil.

Atelier Privé - Chemise en natté blanc moucheté

Une chemise à 90 €, située sur le haut du panier de notre comparatif.

La base : la matière

Un tissu à armure nattée assez lâche, d’aspect plutôt lustré et brillant.

Sa distinction principale est son fort mouchetage horizontal noir et bleu, qui lui donne une esthétique particulière.

Ce mouchetage est très sympathique. Dommage que la main de la matière ne soit pas très agréable.

La main n’est pas très agréable, trop “sèche” et un peu molle.

La matière est également assez transparente, ce qui est normal lorsque l'on choisit du blanc sur un tissage lâche.

Côté coupe et sizing

Une coupe casual ajustée, assez polyvalente, qui siéra aux morphos moyennes et minces. C’est un S, sans surprises au niveau du sizing.

La longueur est plutôt courte, dans l’optique d’être portée hors du pantalon.

L’emmanchure est, par contre, un peu trop basse et la chemise manque d’aisance.

Une taille 38 très standard, avec une coupe casual modérément ajustée.

Quid de la confection, des finitions et détails ?

Une confection tunisienne correcte.

Col et poignets

  • Tenue : tout va bien ! Un col et des poignets assez petits avec une tenue souple, conformément à l’usage casual auquel ce genre de chemise se prête. 
    On apprécie les boutonnières incurvées sur le col pour une utilisation plus facile !

Une boutonnière incurvée sur le col pour faire passer les boutons plus facilement.

  • Symétrie du col et des poignets : rien à signaler !
  • Dégarnissage des poignets, col et pied de col : assez irrégulier, épais et se remarque beaucoup sur une matière blanche aussi fine et aérée. La faute en partie aux bandes contrastantes noires, dont les parties cachées ajoutent de l’épaisseur supplémentaires, et transparaissent encore plus nettement que le reste.

Finesse de la confection

  • Fils qui dépassent : peu nombreux.
  • Coutures : 6 points au centimètre, bien réguliers. Bonus : les coutures anglaises appréciables sur les manches et les flancs !
  • Alignement de l’emmanchure : tout va bien.
  • Ourlet de bas de chemise : propre mais un peu grossier, inégal d’épaisseur par endroits.
  • Boutonnières : propres et bien faites ! Un beau relief.

Détails

  • Boutons : nacre. Cousu croisé sans queue de renfort.
  • Hirondelles de renfort : Correctement cousues, mais la matière contrastante cheap et le logo auraient vraiment pu être évités.
  • Poche poitrine : bien faite. Rien à signaler.
  • Gorge : simple.

Cette hirondelle est faite dans un tissu noir brillant assez cheap, et est malheureusement siglée du logo de la marque...

Style et aspect

Cette chemise courte, au petit col button-down, est dotée d’une matière très texturée et résolument casual.

Elle remplit plutôt bien ce rôle à une exception près : les hirondelles de renforts dans un tissu noir synthétique qui fait très cheap, et qui sont par-dessus le marché siglées du logo de la marque. 

Je trouve vraiment que ce détail voyant gâche complètement l’aspect général de la chemise, d’autant qu’elle est plutôt prévue pour être portée hors du pantalon.

À vrai dire, je songe même à les faire retirer par un retoucheur pour que la chemise ne prenne pas la poussière indéfiniment dans mon placard...

Comment la porter ?

Pas de blazer, ni de costume !

Misez sur du casual. Ici, j'ai opté pour des matières brutes pour contrebalancer l'aspect un peu lustré de ce blanc.

Marque et expérience client

Rien à signaler ! Le site est clair et bien fait, l’expédition s’est déroulée sans encombres.

Office Artist (ligne “Casual Sport”) - Chemise pied de poule bleue en flanelle légère

Une chemise à 89 €, située sur le panier haut de notre comparatif.

La base : la matière

Un pied-de-poule en flanelle 100% coton bleue, tissé de fils noirs et bleu-gris, de chez Albini.

Une main très souple, douce et légère.

Mention spéciale pour l’originalité du choix : une flanelle qui a toute la douceur caractéristique de cette familles de matières, tout en restant si légère qu’elle est portable en été. Et c’est suffisamment rare pour être souligné.

Une flanelle "d'été" très fine et fluide.

Comme tous les tissus fins et légers, évidemment, elle sera un peu plus sujette au froissage et demandera plus de dextérité au repassage.

Côté coupe et sizing

Une très belle coupe de chemise casual chic ! J’apprécie vraiment le fait qu’elle soit courte, ça la destine vraiment à un port hors du pantalon (sans avoir besoin de faire 1m90).

C’est un S fitté voire légèrement slim, mais qui parvient à conserver une aisance appréciable à la poitrine.

La coupe casual d'Office Artist est plus courte que la moyenne. Vraiment bien pour être portée hors du pantalon.

Seul inconvénient pour moi : il y a un manque d’aisance dans le dos et à l’emmanchure qui se ressent un peu en mouvement.

La coupe semble plutôt destinée à des morphos moyennes, ou un peu athlétiques.

Quid de la confection, des finitions et détails ?

Une confection marocaine très soignée !

Col et poignets

  • Tenue : un petit col souple au thermocollant très fin et léger, mais suffisant pour qu’il se tienne. Point positif : les boutonnières du col, incurvées afin que le bouton glisse plus facilement.

Une boutonnière incurvée comme on en voit parfois sur les cols button-down, afin de faire passer le bouton plus facilement.

  • Symétrie du col et des poignets : tout va bien, rien à signaler.
  • Dégarnissage des poignets, col et pied de col : droit et proche de la couture.

Finesse de la confection

  • Fils qui dépassent : peu nombreux.
  • Coutures : 7 points au centimètre, bien réguliers, et très appréciables dans cette gamme de prix. Bonus : coutures anglaises sur les manches et les flancs.
  • Alignement de l’emmanchure : tout va bien.
  • Ourlet de bas de chemise : fin et régulier.
  • Boutonnières : bien faites, bien nettoyées.

Détails

  • Boutons : plastique mélangé à de la “poudre de nacre", un compromis intéressant à ce prix-là. Pas de queue de renfort, mais un cousu “Zampa di Gallina” qui plaira aux amateurs de petits détails.
  • Hirondelles de renfort : sans. C’est un détail en moins, mais sur un bas de chemise droit comme celui-ci, ça n’a pas d’utilité particulière. Peut aussi être un parti-pris pour un rendu plus épuré.
  • Motifs alignés entre eux : correct, même s'il y a peu d'impact sur le rendu global lorsque c'est un micro-motif comme ici).
  • Gorge : simple.

Un bouton cousu "Zampa di Gallina" à l'italienne, en forme de pied de poule.

Style et aspect

Les deux couleurs de fils offrent un contraste intéressant, presque “graphique”, et donnent lieu à un coloris final qu’on pourrait qualifier de bleu acier.

C’est une chemise qui se veut élégante et décontractée : la fluidité de la matière, le petit col button-down et la poche poitrine accentuent ce parti pris.

Notez que si les petits cols ne sont pas un parti-pris que l’on recommande forcément sur du formel, ils restent harmonieux sur une chemise casual.

La petite “signature” d’Office Artist - un liseré bleu irisé sur le poignet droit - est également un détail sympathique qui sait rester discret sur ce coloris. Cependant, je l’aurais peut-être moins apprécié s’il avait été présent sur une chemise plus claire.

Comment la porter ?

Dans une tenue casual, du fait de sa longueur et de la poche. Contrastez la douceur et la fluidité de ce tissu par des matières plus rugueuses et rigides comme la laine vierge, ou le cuir grainé.

Pantalon donegal BonneGueule (Retail Line), boots Orban's

Marque et expérience client

Des conditions de retour avantageuses (retour gratuit sous 30 jours à la charge de la marque).

L’autre point fort d’Office Artist, c’est qu’ils prennent la peine d’écrire du bon contenu éditorial pour accompagner l’achat de leurs chemises : un beau guide des tailles, une présentation des détails d’une belle chemise, un guide d’entretien, des conseils en style, sur les matières…

Bref, nous connaissant, vous vous doutez qu’on apprécie et encourage ce genre de démarche !

J’aurais par contre aimé que le lieu de confection soit indiqué sur les pages de vente, mais on peut au moins le trouver facilement en cherchant un peu sur le site.

En bref...

Petit récapitulatif des points forts et de ceux à améliorer sur ces trois chemises !

La chemise en chambray à col officier Cotton Society

Points forts

  • Une excellente sélection de matières vraiment casual, avec de la texture, des motifs variés… Et ce n’est pas fréquent en mesure !
  • Les patrons de base qui sont réussis.
  • Une vraie finesse dans la confection et de beaux détails.
  • De la demi-mesure rendue très accessible (les premiers prix sont à 59 €).

Axes d'amélioration

  • Cette jeune marque doit continuer d’améliorer son expérience utilisateur sur le Web...
  • Ainsi que son expérience client en point de vente physique !
  • Un manque d’info sur les fournisseurs des tissus.
  • Les boutonnières et les hirondelles qui manquent un peu de propreté.

La chemise en oxford blanc moucheté Atelier Privé

Points forts

  • L’originalité de la matière.
  • Les boutons en nacre.

Axes d'amélioration

  • Les hirondelles de renfort vraiment mal choisies.
  • La main de la matière, assez désagréable.
  • Un peu léger sur certains aspects de la confection.

La chemise en flanelle d'été pied de poule Office Artist

Points forts

  • Une matière originale et de qualité.
  • Une coupe globalement flatteuse, ce qu’on ne voit pas toujours sur des modèles purement casual.
  • La confection !
  • Peut être un point négatif comme positif, mais c’est une des rares marques qui fasse des longueurs casual suffisamment courtes pour les petits qui souhaitent la porter hors du pantalon.

Axes d'amélioration

  • L’aisance au niveau du dos.

Voilà pour ce dernier volet ! N'hésitez pas à relire les premierdeuxième et troisième épisodes de ce comparatif.

Et comme d'habitude, n'hésitez pas à poser vos questions et à partager vos retours d'expérience dans les commentaires. Nous vous répondrons avec grand plaisir.

Quant à moi, je vous donne rendez-vous très vite pour plus de tests de marques !

Nicolò Minchillo A propos Nicolò Minchillo

Moi, c'est Nicolò. Chez BonneGueule, je réponds à toutes vos questions et demandes de conseils. À côté de ça, je m'occupe des tests de marques et je prête main forte au pôle édito. J'aime la funk, le jiu-jitsu brésilien, le bacon, les manteaux majestueux et les belles boots.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Oui effectivement, il y a certaines mesures où il voudra « lisser » un peu ta morpho sur un standard, c’est pas un système parfait. (Il avait l’air choqué de mon tour de poignet par rapport au reste de ma morpho par exemple).

    Ca demande un peu de connaissances et d’assurances sur ses mesures.

    Moi ils m’ont juste dit que c’était fabriqué en Chine en boutique, je ne me suis pas renseigné plus que ça je t’avoue. ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour Baboochka 🙂

    Je fais 1m71/72 donc ça m’étonne pas plus que ça pour le surplus de longueurs sur les manches de chemise en prêt à porter.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Julien 🙂

    Pas dans l’immédiat car je ne te cache pas que c’était un boulot de dingue, mais oui, je réfléchis au sujet du prochain !

  • Nicolò – BonneGueule

    Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis pour la qualité ! A partir d’un certain seuil, plus tu en demandes, plus il faut payer une grosse somme pour de petits « bonus ».

  • Nicolò – BonneGueule

    Bah quand tu commences à arriver un peu plus haut que mi-fesses, ça devient objectivement un peu trop haut ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Pierre !

    Oui, ça peut rendre le processus plus rapide si tu peux te rendre directement en boutique : le responsable qui prendra tes mesures pourra d’ores et déjà voir tes petites particularités de morphos (si tu es courbé, une épaule plus haute que l’autre etc…) et ses mesures seront garanties d’être justes, elles (Moi-même je n’ai pas pris mes mesures tout seul, j’avais demandé à une amie de m’aider, tu es presque assuré de te planter)

    Franchement, je suis partagé entre les deux !

    D’un côté tu as Lanieri qui est peut-être un poil moins bien fini mais qui fait en Italie, et qui te donne plus d’infos sur les fabricants (notamment certains qui sont de renom)

    De l’autre Cotton est extrêmement bien fini mais on sait pas grand chose sur les fabricants (notamment les chinois), même si les tissus ont l’air globalement bons et que je sais qu’ils s’appliquent vraiment sur leur sourcing, et ils font en Chine.

    La seule chose qui est certaine c’est que pour des chemises vraiment casual, l’offre de Cotton est la plus aboutie. Pour le reste, c’est à toi de voir ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    « Soit j’ai énormément de chance, soit le contrôle qualité d’une chemise à 15€ est meilleur que celui de chemises à 60… Auquel cas c’est proprement scandaleux. »

    Pour le coup, non. Le « contrôle qualité » tend à être assez peu connecté au prix final de la chemise en fait.
    Ca dépend plutôt des moyens mis en oeuvre (comme envoyer des gens de la marque en atelier). En général il est meilleur chez les très grandes marques (pour une fois), indépendamment de la gamme.

    Moi je crois que sur une bonne centaine de chemises que j’ai possédées dans ma vie, ça m’est arrivé deux fois un bouton qui tombe : une fois chez une marque avec une piètre qualité, et une fois chez une marque où la qualité était excellente (mais le bouton, cousu machine, comme partout ailleurs)

  • Nicolò – BonneGueule

    Là ça devient pas mal ! Plus qu’à mettre 10 euros de côté pour enlever les hirondelles hahahaha :p

  • Quentin Riaudel

    Il y a en ce moment de bonnes remises sur le site Atelier Privé, un grand choix de chemise à 27€ !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Franck !

    En fait ce que peux de consommateurs comprennent c’est que le bouton décousu est un aléa de la fabrication à la machine.

    Il n’y a que deux moyens de garantir la solidité d’un bouton dans la durée : soit un cousu main (ce que tu ne trouveras que chez des marques sartoriales de renom, et pas chez des maisons de luxe), soit la présence d’une queue de renfort (qui est une finition chronophage sur la chaîne de montage, et demande un équipement spécial. Là aussi, on en trouve pas partout, même en haut de gamme)

    Pour ta YSL, c’est pas de bol, mais à partir du moment où on bouton est fait à la machine, il y a une petite chance pour que le fil utilisé soit « en fin de bobine » et que du coup ça se défasse.

    Après les autres défauts dont tu me parles, je les explique déjà moins…

    En fait le cas que tu exposes, ça souligne bien la différence entre « qualité » et « contrôle qualité » : le premier concerne le standard fixé et attendu par la marque sur sa production, en connaissance de cause, et le second concerne la « fidélité » de la production par rapport à ce standard.

  • Franck BALD

    Bonjour,

    Côté chemises unies pour le bureau (les plus sollicitées chez moi), j’ai eu des fortunes diverses, quelle que soit la gamme. Un bouton décousu à 54€, cela ne me choque pas plus que ça. J’ai récupéré TOUS les boutons d’une chemise à 39€ au fond du tambour de la machine lors d’un premier lavage. Sur une YSL à 180€ (soldes), le bouton décousu au bout de trois mois, j’ai eu aussi et là ça pique un peu. Je t’épargne les défauts sur des pièces d’hiver assez chères pour moi (300-400€) où un zip, une couture ou une pression lâche la première année d’usage. Alors qu’une entrée de gamme Devred en synthétique à 100 balles a résisté sans broncher à trois ans de mauvais usage …

    Pour ma part, je considère qu’aucune marque n’offre la garantie totale d’une qualité absolue. On est juste dans de la statistique et des pourcentages de chance. Statistiquement, j’ai moins de chances d’avoir des soucis avec une Hast à 59 € qu’avec une C&A à 19€. Et moins de chances d’avoir des problèmes avec une Levi’s M&C en Chambray Selvedge à 160 balles qu’avec une Hast Casual à 74 € … On oublie le zéro défaut et on croise les doigts 😉

    Je pense que le rapport Q/P de Hast est bon, l’expérience Client (site, fiches produits, paiement, facturation, livraison) est satisfaisante, leur Service Clients a finalement résolu mon problème (cf. ci-dessous), je n’en demande pas plus. Je préfère l’offre de Cotton Society pour la belle chemise blanche ‘plaisir’ mais Hast reste dans mon carnet d’adresses pour la chemise blanche ‘utile’ qui (je l’espère) prendra ses 100 lavages dans les dents avant d’aller cirer mes chaussures.

    Et quand, après lecture du test BG, je vois les asymétries de col et les hirondelles cousues par des enfants de 4 ans que livrent leurs concurrents pour un prix similaire voire supérieur, je me dis que je m’en sors très bien avec un bouton décousu 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Ah bah voilà, chouette ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Enrique !

    Pour être tout à fait honnête, j’irais pas jusqu’à dire que toutes les personnes sous les 1m75 ont forcément besoin de longueurs aussi courtes. J’ai pas mal de chemises plus longues que ça qui me vont très bien ! Sur celle-ci, j’aurais peut-être même préféré 1 ou 2 cm de plus idéalement 🙂

  • Enrique

    Merci pour ce comparatif Nicolo que j’ai lu avec attention. Super boulot 🙂
    « Peut être un point négatif comme positif, mais c’est une des rares marques qui fasse des longueurs casual suffisamment courtes pour les petits qui souhaitent la porter hors du pantalon. »
    On a déjà eu cette discussion mais je ne peux qu’appuyer ce point. Aux vues des photos, c’est la chemise casual qui ira le mieux aux petits gabarits (<1.75m), quel bonheur d'avoir enfin une chemise casual qui n'est pas 15cm trop longue… Par contre je rejoins le point de vue de Franck ci-dessous sur le liseré bleu cousu au poignet, je trouve ça ridicule. Je possède leur chemise en jean/denim foncé et ce détail passe presque inaperçu mais sur une chemise blanche, je ne peux que comprendre ta frustration…

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello BK !

    Hé bien figure toi que j’y ai pensé, mais que lorsqu’il a fallu faire un choix, j’ai préféré privilégier d’autres marques dont on avait moins parlé. Et puis Maison Standards n’a plus vraiment le même rapport qualité / prix qu’à ses débuts 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour tes retours Franck !

    C’est vrai que sur une chemise blanche, formelle, simple, ça m’aurait peut-être moins branché.

    Pour Hast, c’est pas de pot, mais effectivement cette boutonnière est mal réalisée.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Lucas !
    Merci !

    Hé non c’est un « comp-aratif » pas une « comp-étition » 😉

    Blague à part, c’est voulu. Si je suis autant allé dans le détail, c’est pour que vous puissiez comprendre vous même tout ce qui permet de choisir une bonne chemise, et faire en fonction ensuite, selon les critères qui vous paraissent les plus importants à VOUS, maintenant qu’ils sont expliqués !

    N’hésite pas à consulter la partie méthodologie dans l’épisode « 0 » du comparatif, en lien au tout début de chaque épisode 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Louis !

    Après honnêtement la chemise était en fin de collection aussi, donc tout n’est pas dû au comparatif non plus haha 🙂