Traité de style : comprendre le « Soft Tailoring »

Temps de lecture : 17 minutes

Publié par le 4 janvier 2021

"Soft Tailoring".

Que ce soit en vidéo ou dans nos articles, vous nous avez sans doute déjà pris en flagrant délit d'anglicisme , lorsque nous avons employé ces deux mots.

Peut-être même que vous vous êtes dits :

"Oh-la-lah, ils sont un peu snob avec leurs termes là... Qu'est-ce que c'est que ces histoires de "vêtements tailleurs doux" ? Ils peuvent pas juste parler de style habillé ?"

Eh bien non, détrompez-vous !

Si l'on peut douter à première vue de l'utilité de créer des sous-genres stylistiques, il faut comprendre qu'ils relèvent d'un besoin, d'une nécessité d'employer des termes précis.

On emploie ce terme parce qu'il désigne parfaitement une certaine esthétique qui a fini par devenir incontournable pour quiconque souhaite à la fois vivre avec son temps, et maintenir une certaine élégance dans ses tenues.

La mue de l'élégance pour assurer sa survie

Le mot "élégance" est important ici : sans aller jusqu'à le définir en me lançant dans une thèse qui serait plutôt destinée à un épisode de Sapristi , je soulignerais juste que l'élégance n'est qu'une conception du style parmi tant d'autres, et qu'il y a de nombreuses façons d'être "stylé" ou "bien habillé" sans véhiculer ce qu'on entend en général par le mot "élégance".

Ce qui est certain, c'est que l'idée "d'élégance", ce mot qu'on remplace parfois par "chic" ou "classe"   n'a plus la position hégémonique qu'elle a pu avoir par le passé.

De nos jours, on peut "être trop chic". On peut "être trop classe". "Over-dressed", comme on dit en anglais, "sur-habillé".

Je dirais même que pour l'amateur de fringues, à moins de se balader en pyjama ou d'être carrément négligé, c'est un risque beaucoup plus tangible que d'être "trop décontracté".

image ringard croquis sartoriaux

Par l'excellent Croquis Sartoriaux. Bon c'est caricatural, mais en vrai, ne pensez vous pas que l'homme de droite soit perçu comme plus "normalement" habillé que celui de gauche ?

Et j'irais plus loin encore, en disant que selon moi, l'élégance est une idée qui en irrite plus d'un(e) de nos jours, parce qu'elle est associée à des idées de castes, de classes sociales, de perfectionnisme visuel, d'engoncement, de formalisme, de pouvoir...

Des idées qui paraissaient beaucoup plus "naturelles" par le passé qu'aujourd'hui.

Il est donc logique que le style qui ait été le plus identifié comme "élégant", à savoir, le style "tailleur" ait perdu de son caractère universel.

Alors, tel un animal sous la pression d'un environnement hostile, le tailoring opère une évolution. Lentement, son code génétique se modifie au fil des générations, et l'espèce s'adapte pour survivre. 

bear gryllz meme improvise adapt overcome

Oui. Vous m'avez bien lu.

Je pense on peut vraiment voir ça d'un point de vue quasi-darwiniste, si ce n'est que la mode évolue beaucoup plus vite que la biologie.

Si ça peut vous aider, imaginez le tailoring comme un petit oiseau chatoyant ou un papillon rigolo.

Même le monde des affaires, de la finance et du droit, qui étaient vus comme les derniers habitats naturels du Tailoringus Sartorius  ont progressivement, décennie après décennie, assoupli ses codes, à tel point qu'on peut se demander s'il y survivra encore longtemps sous une quelconque forme.

image cravate dress code moderne croquis sartoriaux

Encore et toujours Croquis Sartoriaux, qui, en une seule image, résume souvent les idées les plus alambiquées (mais très justes) au sujet du vêtement.

Avec le bouleversement des valeurs (morales comme esthétiques), le tailoring tend à se défaire de son cocon de "hard tailoring", autrement dit, du vêtement tailleur plus classique : un cocon fait d'épaule structurées, de matières lisses et sobres, de lainages lourds au tombé droit... Bref d'une allure statutaire et formelle.

style habillé angleterre victorienne

N'oubliez pas qu'au tout départ, l'ancêtre du style habillé contemporain, c'est le style Victorien qui débute fin XIXème. A la fois si proche, et si loin des canons actuels...

Ne vous méprenez pas : en tant qu'amoureux du vêtement, j'apprécie de nombreux styles, et le tailoring classique trouve grâce à mes yeux, lui aussi.

Mais voilà, puisqu'on ne parle pas de me goûts personnels ici mais de la société, il est indéniable que cette mue transforme le papillon Tailoringus Sartorius espèce nouvelle, Tailoringus Softus, qui est mieux à même de voler sur les vents actuels : la nonchalance, le confort, une touche de subversivité ...

Autant d'idées, de principes vestimentaires qui viennent "équilibrer" ce que le monde d'aujourd'hui reproche à l'élégance d'antan.

Dit très simplement, le soft tailoring, c'est une approche parmi d'autres pour rester "chic", sans avoir l'air guindé, et c'est ce qui le fait rentrer dans la gigantesque famille des styles dits "casual-chic".

Maintenant que vous savez le "pourquoi", de ce style, nous allons pouvoir scruter plus en détail les principes esthétiques à travers lesquels il s'exprime.

Les quatre piliers du Soft Tailoring

Concrètement, le soft tailoring, c'est quoi ? Selon moi, c'est un style qui se repose sur quatre piliers, quatre idées qui dictent la direction générale du style tout entier : de la façon dont son pensées les pièces pour leur confort, jusqu'à leur esthétique, en passant par le choix des matières, et la façon de les combiner entre elles.

1. Souplesse

D'abord, la souplesse. C'est le pilier principal, celui qui donne son nom au style

Elle s'oppose à la "structure", à la rigidité, l'angulosité. 

Elle répond aussi bien à l'exigence de confort des hommes de nos jours qu'au besoin de paraître "moins guindé".

On ne cherche pas juste à "être" confort dans ses vêtements, par praticité : le confort fait partie de l'esthétique elle même, il doit se ressentir en regardant le porteur évoluer dans ses vêtements.

Une construction souple

On passe donc d'épaules plus construites et structurées à des épaules dites "soft" voire même "déconstruites".

soft shoulder ring jacket

Construction "soft" (Ring Jacket chez Beige Habilleur)

Construction structurée. Pas "soft". (Costume Bespoke Huntsman)

Sur les manteaux, on voit aussi des épaules dites "raglan", qui ajoutent plus de décontraction.

Les vestes et les manteaux favorisent des constructions semi doublées, voire non doublées. Cela aide autant à favoriser le mouvement visuel des pièces, qui suivent leur porteur, qu'à leur procurer un confort réel.

Lorsque la gamme de prix et la qualité le permettent, l'entoilage utilisé pour les vestes et les manteaux est plutôt souple que ferme.

L'ampleur

Jordan a dédié un billet tout entier au sujet de l'ampleur, dans lequel il fait son éloge.

Personnellement, j'ai une position moins affirmée que lui à ce sujet, mais une chose est certaine : pour laisser la souplesse s'exprimer, un minimum d'ampleur est nécessaire dans les coupes.

Je le redis pour être bien clair : un MINIMUM d'ampleur.

yasuto kamoshita style

Yasuto Kamoshita montre très bien l'idée d'une ampleur maîtrisée : juste assez pour laisser les matières s'exprimer, mais le corps du porteur reste présent.

C'est à dire que rien ne vous oblige à avoir des pantalons avec des ouvertures de jambes assez larges pour y loger deux (ou trois) mollets , mais vous ne pourrez pas exprimer cette souplesse manifeste, ce mouvement, si vos vêtements collent trop à votre peau.

Des matières fluides

Cela va de soi, la souplesse passe non seulement par le type de construction des pièces, mais par le matériau même dans lesquelles elles sont réalisées.

Que ce soit sur une veste, un manteau, ou un pantalon, on choisira des matières qui se meuvent aisément plutôt que des tombés rigides, comme vous en auriez sur un manteau militaire, un caban, ou un pantalon en twill épais.

deveaux vogue

Fluidité, souplesse, douceur, tout y est sur ce look Deveaux de l'hiver dernier (crédits : Vogue)

Lorsque c'est possible, le soft tailoring exprimera même une préférence pour les matières (discrètement) extensibles...

Mais pas forcément "ultra stretch". Ne serait-ce que parce que le stretch à haute dose a plutôt pour effet de faire se resserrer les matières, tels des élastiques, que de les assouplir.

Cette extensibilité passe également par l'utilisation très fréquente de la maille, y compris sur des pièces où l'on attend plutôt du tissage.

On voit donc fleurir les polos et polo-chemises là où l'on s'attend à des chemises classiques. Les pulls se glissent sous les vestes.

Les vestes elles-mêmes, et parfois même les manteaux, peuvent être réalisées en maille et non en tissu.

manteau yak bonnegueule grege

Le manteau en Yak que nous avons proposé l'hiver dernier chez BonneGueule, réalisé en maille, illustre très bien l'idée.

2. Douceur

Ensuite, vient la douceur, qui est l'autre sens que l'on peut donner au mot "soft". C'est une douceur à la fois tactile et visuelle. 

Elle complète la souplesse, notamment à travers ses matières.

Dans les matières

Velours côtelé, flanelles, cotons grattés, mélanges avec de d'alpaga, du chameau, ou du mohair pour donner des textures duveteuses, velues ou moelleuses aux tissus et aux mailles...

manteau alpaga gris bonnegueule

Typiquement, sur notre manteau en laine Alpaga, on est sur de la pure matière "soft tailoring" : aérée, souple mais chaude, avec un aspect légèrement "velu" que donne l'alpaga.

Mais ça va aussi jusqu'à utilisation du cuir suédé, de la crêpe et de la gomme souple pour les semelles des chaussures plutôt que des semelles cuir ou d'inserts gomme rigide.

Via les motifs et textures

La douceur visuelle s'exprime aussi via des matières chinées, moulinées.

Lorsque ce sont des motifs, comme un carreau ou une rayure, on préfère des motifs dits "fondus", ou "ombrés" plutôt que des motifs qui tranchent net.

Via les couleurs

Pour ce qui est des assemblages de couleurs, on note une prévalence des camaïeux et des dégradés pour un sentiment d'harmonie dans les couleurs, plutôt que des contrastes marqués.

textures couleurs neutres vêtements homme

Un assemblage que j'ai réalisé l'hiver dernier, qui illustre à la fois ce qu'est un motif fondu (pantalon), un camaïeux (marron-beige-écru), et des textures douces.

La préférence va à des tons "naturels", comme les kakis, les verts olive, les nuances de marron, mais aussi aux coloris dits "neutres, comme les beiges et  les écrus, et éventuellement aux bleus (l'éternel couleur qui est partout)... Les couleurs criardes, bien qu'elles aient leur utilité ailleurs brisent l'harmonie visuelle élégante et discrète du soft tailoring.

Une palette de couleurs dite "naturelle". Ce sont des couleurs que vous retrouveriez un peu partout dans la nature.

3. Nonchalance

C'est le pilier un peu plus difficile à définir par rapport aux trois autres, car il est contre-intuitif

Le soft tailoring, par sa filliation au "casual-chic", se veut hybride dans sa conception. L'idée n'est pas nécessairement d'en faire une panoplie complète (qu'on appelle aussi "le total look").

Ce n'est pas un vestiaire codifié, doté d'une origine historique et géographique précise, que l'on peut attribuer à une culture délimitée, comme vous le verriez dans un livre sur l'Histoire du style Ivy League ou sur "l'American-Traditional" japonais.

Non, le soft tailoring, c'est plutôt un des nombreux styles contemporains qui sont le produit de l'ère post-mondialisation et post-numérique, où le consommateur a potentiellement accès à tout ce qui se fait un peu partout, autant pour passer commande que pour s'inspirer, et peut envisager de mêler des influences avec aisance.

Faire du soft tailoring, c'est, dès le départ, tenter de faire cohabiter différents registres et genres.

L'apport d'influences extérieures est donc bienvenue et même nécéssaire. Elle sera facile à mettre en oeuvre avec une bonne maîtrise de l'harmonie des couleurs, des coupes, et d'un certain sens de la modération.

Le paradoxe est donc le suivant : si vous sélectionniez uniquement des pièces de "Soft Tailoring" pour réaliser un look de ce même sous-genre... Vous finiriez sans doute juste un peu trop "tailoring" pour être assez "soft" dans le mélange des genres.

Vous voyez l'idée ?

jogpant flanelle de bonnefacture

Ce pantalon DeBonneFacture à lui seul n'est pas "soft tailoring". Mais il irait très bien s'insérer dans une tenue qui en est, puisqu'il reprend certains "piliers" (souplesse, douceur, nonchalance).

Notons aussi que si l'on prend la question dans l'autre sens, il est souvent assez facile d'intégrer des pièces de soft tailoring dans une tenue d'un autre registre.

On dira qu'on la "réhausse" pour la rendre un peu plus habillée (à l'aide d'un pantalon, d'une chemise, d'une veste, de chaussures...). Il suffit d'éviter les plus formelles d'entre elles.

Concrètement, ça s'exprime par : 

  • Un détournement des codes du tailoring pour leur donner un côté plus informel : un pantalon cargo en flanelle, utilisation de sneakers minimalistes, pantalons jogpant habillé, fermetures de pantalons plus originales et travaillées, un jean blanc là où on attendait un pantalon clair...
pantalon cargo flanelle ivoire claudio mariani

Un pantalon cargo habillé, en flanelle de laine ivoire par Claudio Mariani. Typique de l'art qu'ont les italiens pour proposer des pièces qui surprennent en restant élégantes.

  • Ça passe aussi par des petites choses toutes bêtes qui rendent des pièces formelles plus décontractées : exemple type, une cravate en maille plutôt qu'une cravate classique.
    cravate berg & berg tricot

    Si vous ressentiez l'envie de porter une cravate, la choisir texturée serait un bon moyen de rester "soft", particulièrement en la prenant en tricot. (Cravate Berg & Berg par Diplomatic Ties)

  • Bien-sûr, on n'hésitera pas à piocher librement dans la partie dite "plus sport" du registre sartorial , telle que les sahariennes ou les teba jackets. On se permet les détails plus casual de celui-ci, tels que les pièces ceinturées, les poches plaquées...

4. Elégance

Le cintrage est toujours de mise. Les coupes d'une certaine netteté et précision morphologique (ni oversize ni slim), sont toujours de mise.

De même que les manteaux, les vestes, les pantalons à pinces, les cols roulés, les gilets, les souliers...

Bref pour ce pilier, soulignons l'évidence par acquit de conscience : pour que le style "Soft Tailoring" ne s'appelle pas juste "Le Soft", il faut bien qu'il se base en grande partie sur des pièces d'origine tailleur.

Voilà un exemple de soft tailoring "pur jus" par le photographe et influenceur Milad Abedi.

 

Le soft tailoring, de la tête aux pieds

Maintenant que nous avons évoqué la "philosophie", ainsi que les principes visuels qui animent ce style, on peut aller encore plus dans le concret.

Et je pense que le meilleur moyen de l'illustrer est de vous montrer, pièce par pièce, certaines des options vestimentaires qui lui donnent vie.

1. Manteaux

Les manteaux soft tailoring se veulent chauds, souples et toujours assez longs afin d'exprimer ladite souplesse.

Il n'est pas rare qu'ils soient dotées de détails tels que de grandes poches plaquées, des ceintures qui créent un effet "peignoir" (tout en soulignant habilement la taille du porteur), ou des martingales dans le dos.

manteau vert kired en cachemire ceinturé

Manches raglan, souplesse apparente du cachemire, ceinture, volumes généreux... Pas de doutes, ce manteau Kired rentre dans la définition du Soft Tailoring.

Les épaules à manches raglan, sont assez fréquentes également.

pardessus raglan grenfell

Ce pardessus droit à manches Raglan Grenfell au motif inspiré de la chasse fonctionne bien notamment grâce à la couleur. Notez l'éternel combo beau manteau + gros col roulé.

2. Vestes

Pour les vestes, on ne peut pas y couper : pour qu'elles rentrent dans le registre du soft tailoring, l'épaule DOIT être souple ou déconstruite. Une épaule très structurée peut être du plus bel effet, mais elle s'associe difficilement avec toute l'esthétique que nous décrivons dans cet article.

blazer ABCL pied de poule

Un exemple de costume complet pile dans les canons du soft tailoring, par A.B.C.L. Notez le détail de la courbe des revers, en lieu et place d'une ligne droite, qui accentue la douceur.

Les poches plaquées seront légion, les revers seront plus souvent à cran "sport" qu'à cran aigu (aussi appelé "en pointe").

blazer vert carreaux fox flannels

Pour du dépareillé : une collab Caruso x Franz Boone Store x Fox Flannels. Sobre, et souple dans l'allure.

En fait, tout ce qui permet de décontracter la veste habillée est bon à prendre, car aux côtés des chaussures, c'est sans doute l'élément d'une tenue qui dégage le plus de formalisme.

Vous pouvez même tenter quelque chose de moins évident : le "costume velours côtelé". Personnellement, ce n'est pas mon goût, mais ça commence à gagner un peu en popularité, et on peut arguer que c'est une façon comme une autre de "dédramatiser" le costume.

costume velours Altea

Par Altea Milano. Notez qu'entre la forme des poches, la matière, et le nombre de boutons, seul le revers permet encore d'identifier cette veste comme une variation de veste de costume.

Dans certains cas, les vestes habillées seront même des vestes en maille. 

veste maille camoshita

Cette veste Camoshita est certes croisée, et son épaule est relativement structurée... Mais son étoffe en maille dégage une décontraction apparente qui la rend du coup très "Soft".

lardini veste en maille beige

Encore plus évident ici pour cette Lardini en maille. Notez que ces vestes sont souvent à trois boutons, pour compenser la structure moindre qu'offre la maille par rapport au tissu.

Enfin, au printemps et à la mi-saison, les pièces tailoring qui tiennent leurs origines de la chasse, de la campagne ou du militaire, telles que la Teba Jackets et Sahariennes, sont particulièrement adaptées si vous voulez quelque chose qui se trouve à mi chemin entre le manteau léger et la veste (autant esthétiquement qu'en terme de fonctionnalité).

teba jacket justo gimeno

Une Teba Jacket Justo Gimeno, chez Beige Habilleur. Elle se distingue d'une veste habillée classique par ses poches, principalement.

saharienne lopez aragon verte

Une saharienne ceinturée Lopez Aragon. Parfaite au printemps.

3. Hauts

C'est sans doute la zone la plus "vague" pour le soft tailoring. De nos jours, n'importe quelle chemise avec un col relativement généreux est déjà perçue comme très formelle aux yeux du grand public.

Et en même temps, si vous avez bien saisi les principes expliqués plus tôt, et les avez appliqués aux autres pièces, vous devriez avoir le champ libre quant au type de chemise que vous voudrez insérez dans vos tenues.

Une seule mise en garde : évitez les cols de chemises très rigides, ils risquent de mal s'harmoniser avec la souplesse des autres pièces.

Le col button-down souple est une valeur sûre, même si d'autres options peuvent s'envisager.

Les choix des motifs ou des couleurs relèvent plus du sujet général de la chemise que de considérations spécifiques au soft tailoring. Mais dans le doute : faites simple plutôt que compliqué. 

chemise abcl soft button down

Un bel oxford, du col button down souple et bien proportionné, et c'est à peu près tout. (Par A.B.C.L.)

Cependant, la chemise n'est pas la seule option : pour pousser encore un peu le vice de la décontraction, de la souplesse et de la douceur, la "polo-shirt" (ou le polo manches longues, c'est selon), est également une option qui se glissera facilement sous vos vestes.

Si vous optez pour celle-ci, veillez quand même à être particulièrement vigilants sur deux points : l'association des couleurs, et l'harmonie des proportions du col avec la veste qui vous porterez dessus.

polo shirt ivoire g inglese

Une polo-shirt G. Inglese. Avec son col, elle tient autant de la chemise que du polo et pourrait même permettre une cravate.

Ce sont des points à surveiller peu importe la chemise ou le haut bien-sûr, mais le côté un peu "hybride" du polo-manches longues porté en guise de chemise interroge déjà le regard... La prudence est donc de mise.

polo shirt brune barbanera

Ce modèle de chez Barbanera fait un peu plus "polo manches-longues", quant à lui. La texture et la couleurs sont intéressantes, mais insistent sur le côté "tricot". Plus décontracté, donc.

4. Mailles

Ici, pas besoin de passer par quatre chemins : quelle que soit la maille que vous ayez sous la main, à moins que ça ne soit un sweatshirt (et encore... dans certains cas, ça se défend.), le soft tailoring est fait pour l'accueillir. 

Bon, il y a tout de même quelques cas précis où je pense que ça marcherait moins bien : un pull à col camionneur zippé, un pull marin avec le boutonnage sur une épaule, un hoodie...

Et encore que, pour chacun de ces exemples, on peut imaginer un ou deux assemblages où ça pourrait passer.

Bref, la maille fait bon ménage avec ce style. Cependant, il y a deux cas spécifiques sur lesquels j'aimerais attirer votre attention.

Premièrement, le col roulé : parce que son col montant amène une structure visuelle assez comparable à celle d'un col de chemise fermé, le col roulé se combine particulièrement bien avec les vestes habillées et les manteaux. Historiquement, cette combinaison n'a eu cesse de gagner en popularité depuis le milieu du siècle dernier, si bien que j'hésitais même à la mentionner ici, tant elle est devenue une évidence, non-spécifique à un seul style.

col roulé inis meain moucheté

Astuce : il est plus facile de s'amuser en ayant quelques mailles plus fortes pour des manteaux sobres que quelques manteaux forts pour des mailles sobres. (Col roulé Inis Meáin)

Deuxième cas spécifique : la veste en maille. Oui, nous l'avons déjà vue plus haut, mais je voudrais vous montrer que certaines vestes en maille sont plus des vestes, et d'autres plus des mailles.

Un boute-en-train aurait même osé dire que certaines sont des "mailles en veste". Et il n'aurait pas tort.

veste croisée roberto collina maille

Cardigan ou veste croisée ? Ou les deux ? Ce modèle de chez Roberto Collina mérite son titre de "maille en veste". (Chez Elevation Store)

cardigan grosse maille veste maurizio baldassari

Ici, une version "grosse maille" par Maurizio Baldassari. (Chez Baltzar)

5. Pantalons

Il y a deux façons d'approcher le pantalon dans le cas du soft tailoring : soit votre tenue est déjà assez chargée en décontraction, via la veste, le haut, les chaussures, et toutes les petites astuces que vous aurez pioché ici.

Auquel cas, je recommande simplement de partir sur un pantalon assez classique, adapté à la saison et dont la couleur s'harmonisera avec le reste. Il peut être bon de lui donner ce rôle de support, de valeur repère d'élégance sur lequel on peut bâtir quelque chose d'un peu plus osé.

Soit votre tenue est à la fois assez classique, et minimaliste. Auquel, cela peut aussi être lui qui pimente la tenue via un design plus singulier.

Soyez avertis cependant, cela demande un peu plus d'adresse. Si je dis "classique ET minimaliste", c'est parce qu'un pantalon plus créatif, dans un style "classique mais très affirmé" risque de détonner un peu trop.

Sartoria corrado jogpant

Un jogpant en flanelle par Sartoria Corrado. Fonctionnera bien en soft tailoring si le reste de la tenue est assez basique.

pantalon velours côtelé blanc sartoria corrado

Même constat pour ce pantalon blanc en velours côtelé (toujours Corrado). C'est le genre de pièce qui permet d'enfiler une simple maille rentrée dans le pantalon, et d'avoir déjà une tenue "forte".

6. Chaussures

Enfin, parlons de chaussures.

A mes yeux, il est compliqué d'énoncer une règle générale qui désigne certaines paires comme assignées à un style plutôt qu'à un autre.

Car les chaussures ont deux particularités que les autres pièces n'ont pas.

D'une part, c'est un des éléments les plus classiques d'une tenue. Que ce soit le mocassin, la bottine, le richelieu, la brogue, la derby... Il est rare qu'une chaussure ne soit pas dotée d'un design vieux de plusieurs décennies. En matière de chaussure, on n'invente pas grand chose, et quand on essaye vraiment d'aller chercher l'originalité, il est très difficile de créer le consensus.

D'autre part, la chaussure est plus souvent un élement qui donne le ton d'une tenue, ou à minima, qui suit l'allure générale de celle-ci, plutôt qu'un élément qu'on utilise pour lui donner "un twist".

belgian loafer baudoin

Le mocassin belge, actuellement remis au goût du jour par (l'onéreuse) marque Baudoin & Lange est un chouchou des amateurs "d'élégance facile".

Tout est une question de jauger correctement le niveau de formalisme ou de décontraction de votre ensemble, et de trouver une paire qui le respecte.

Aussi, je vous suggèrerais tout simplement de vous référer à notre guide du style de la chaussure.

Concernant le cas particulier du soft tailoring, on peut quand même retenir trois choses :

  • Le suédé est souvent bienvenu.
  • La sneaker s'envisage, pour peu qu'elle soit minimaliste, et que la tenue penche plus fortement vers le "soft" que le "tailoring".
  • Les classiques revisités avec des semelles plus décontractés se prêtent bien au jeu.

Mais la priorité reste de choisir des chaussures cohérentes avec le reste, peu importe que cela implique d'utiliser ces "gimmicks" ou non.

brogue jacques & demeter

Ces brogues derby en nubuck à la couleur particulière et à la semelle crêpe sont tout à fait dans la philosophie d'un style "soft".

A titre personnel, j'ajouterais que la bottine, sous toutes les formes qu'on peut lui trouver (Jodhpur, Chelsea, Brogue, Zippée, et même Combat Boot ou Workboot si elles ne sont pas trop massives et brutes de décoffrages), est une piste qui mérite d'être explorée.

Les marques les plus "soft tailoring" :

On remarque, sans grande surprise, que c'est un marché largement dominé par des marques italiennes.

Et pour cause : la souplesse et la fluidité, tant dans les constructions (pensez aux fameuses "épaules naturelles", aux "spalle camicie" napolitaines) sont depuis longtemps des composantes importantes du tailoring italien, surtout dans le Sud de l'Italie.

Entrée / milieu de gamme

Haut de gamme

Très haut de gamme

Luxe / Ultraluxe

Bonus : mailles et pantalons

Parce que le Soft Tailoring se repose aussi sur de la très belle maille et des pantalons travaillés, je vous suggère d'aller voir du côté de nos recommandations de marques de maille, ainsi que de lire mon article "Compendium" qui recense les types de fermetures de pantalons originales, ainsi que les marques où les trouver.

Note sur le prix des marques

J'ai eu tout à fait conscience, tout au long de l'écriture de cet article, de mettre en avant des marques haut de gamme, voire très haut de gamme, aux prix dissuasifs pour la majorité des consommateurs.

N'y voyez surtout pas une volonté de ne vous conseiller que des choses chères, car c'est plutôt le résultat d'une contrainte tangible : les marques dont la direction artistique est 100% basée sur ce style et qui l'illustrent le mieux sont, très souvent, chères. 

Pourquoi ?

Parce que les marques de soft tailoring se construisent autour de notions de style aussi spécifiques et délimitées que celles que l'on a décrites et début d'article.

Elles s'adressent donc à une clientèle avec un goût bien précis, ce qui la place de ce fait sur une niche de marché.

Et les niches, dans le monde du vêtement, coïncident souvent avec des prix plus élevés, adressés à une clientèle moins nombreuse, plus exigeante, et donc en toute logique, prête à payer plus cher.

Qu'il s'agisse de ce style ou d'un autre, c'est d'ailleurs ce que vous constaterez à chaque fois que vous aurez des exigences stylistiques très précises : sur le papier, vous ne chercherez pas forcément des pièces qu'il serait techniquement impossible de produire à des coûts modérés.

cardigan gran sasso ceitnuré

Exemple extrême d'une recherche ultra-spécifique : cardigan col châle croisé et ceinturé par Gran Sasso. Trouver un équivalent en entrée de gamme pourrait s'avérer ardu...

Mais dans les faits, vous aurez du mal à trouver votre bonheur en deçà du haut de gamme, parce que les prix milieu et entrée de gamme s'alignent plus souvent avec des partis pris qui intéressent le plus grand nombre.

Dans le cas précis du Soft Tailoring, on peut ajouter c'est aussi un style qui s'appuie fortement sur des matières très travaillées et précieuses, donc coûteuses. Sans elles, le "Soft Tailoring" ressemble souvent juste à du "tailoring décontracté" plus commun.

Cependant si ce style vous plaît, rien ne vous empêche, si vous êtes débrouillards et patients, d'aller chercher ça et là les pièces qui y correspondent, sans nécessairement passer par des marques qui en font leur direction artistique à part entière.

Le but de l'article de vous faire saisir l'essence de ce style pour que vous vous l'appropriiez, pas de vous donner du "prêt à acheter". 😉

Quelques comptes Instagram pour voir du soft tailoring :

En plus des comptes instagram des marques mentionnées plus haut, vous voudrez sans doute voir quelques uns des pratiquants de ce style à l'oeuvre. (Ne vous attendez pas à ce que leurs photos reflètent exclusivement les concept décrits dans l'article : ce sont des individus avec des goûts divers et variés, pas des lookbooks humains.)

  • Milad Abedi : photographe de mode (notamment du Pitti Uomo) et influenceur. Remarquez que vous ne le verrez jamais dans une tenue sans porter une touche de beige ou de marron.
  • Gerardo Cavaliere : fondateur de Sartoria Giuliva et homme de goût. Les looks de sa femme et ses photos de famille sont au moins tout aussi inspirants que lui.

  • Yasuto Kamoshita : Avec un K, cette fois, car la marque (quasi) éponyme et son créateur se partagent le même Instagram. Un maître en la matière.
  • Nicola Radano : un napolitain qui a du style. L'approche est souvent plus "funky", autant dans les couleurs que les idées, que ce que j'ai décrit dans l'article. Et tant mieux !
  • Shuhei Nishiguchi : le petit favori Nippons des influenceurs "menswear". Il a une préférence manifeste pour les épaule de vestes déstructurées. Il est très éclectique, mais on sent qu'il s'appuie sur des bases telles que nous les avons décrites ici.

  • Nami Man : un de mes préférés pour son look entre le soft tailoring, le militaria, et le workwear.
  • Nicolò Minchillo : Non...? BON, ok ok... C'est mon propre compte Instagram, et je poste une fois tous les 36 du mois. Mais je vous le promets : un jour, il y aura de belles tenues de soft tailoring dessus. Et régulièrement.

Qu'advient-il du soft tailoring en été ?

Après la lecture de cet article, vous remarquez sans doute deux choses :

d'une part le "Soft Tailoring" (du moins tel que je l'ai présenté ici) est un style très centré sur l'hiver et la mi-saison.

D'autre part, vous avez sans doute vu que les marques les plus soft tailoring opèrent une certaine mue stylistique entre leurs collections d'hiver et d'été.

En effet, un de ses piliers, celui de la douceur, est beaucoup plus compatible avec des matières hivernales. Et le manteau est peut-être l'élément le plus emblématique du soft tailoring, parce qu'il est par nature enveloppant et fluide.

Tandis que le lin, le coton, le chanvre, la ramie, et les textures plus aérées de l'été ont toujours des mains plus sèches, et un aspect visuel plus rugueux. Leurs tombés sont aussi plus "craquants" que fluides.

Mais encore, l'été appelle à l'utilisation de couleurs plus lumineuses, voire même plus éclatantes pour ceux qui sauraient les maîtriser, alors qu'on a vu jusqu'ici que le soft tailoring jouait plutôt sur une douce harmonie visuelle.

Résultat ? Ce n'est plus tout à fait la même chose.

Le soft tailoring en été se mue donc en une autre forme encore... Que je qualifierais plutôt de "cool tailoring".

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nicola Radano (@nicolaradano)

Toujours souple et confortable, toujours élégant. Mais peut-être encore plus nonchalant, plus enhardi par l'énergie des beaux jours, et avec plus d'aspérités.

... Et n'y a-t-il qu'un seul "soft tailoring" ?

Soyons clairs, et faisons preuve d'honnêteté intellectuelle : tout au long de l'article, je vous ai proposé des définitions, des idées, mais aucune d'entre elle n'est gravée dans le marbre.

Ce que je vous ai montré ici, c'est MA vision de ce qui représente le mieux, selon moi, le soft tailoring dans tous ses aspects, poussé à son paroxysme.

On peut très bien s'en inspirer, et ne chercher que la douceur visuelle, ou uniquement la souplesse des constructions et des silhouettes, ou les couleurs...

D'ailleurs, si l'on prenait le temps de se poser la question, on décèlerait plein d'autres sous-genres du casual-chic, qui auraient tous pour point commun d'avoir des racines dans le style habillé, et de le mêler à d'autres styles aux origines moins formelles :

le "Rugged" Tailoring qui mêle des influences de chasse, de moto, ou de militiaria à la Fortela, du "Dark Italien" à la Transit Uomo qui joue à la fois sur une image de luxe et de bohème, du tailoring d'inspiration Preppy et Ivy League, comme chez Drake's ou Bastong, du tailoring "country" qui mise sur des pièces typées "gentleman farmer" comme vous en auriez chez Walker Slater ou Thomas Farthing...

Tous mériteraient de voir leurs philosophies et leurs esthétiques qualifiées, expliquées, et vulgarisées.

Et tous sont, en quelque sortes, diverses itérations de cette mue qu'entreprend le style habillé dans notre ère.

Mais ce sont d'autres sujets pour une autre fois 😉

Nicolò Minchillo

Moi, c'est Nicolò. Concepteur-Rédacteur, je suis chez BonneGueule depuis 2015. J'écris évidemment des articles, et je crée des vidéos sur notre chaîne YouTube, telles que "Sapristi" ou encore "Sape m'en Cinq". Le tout avec un certain amour pour le débat, dont je ne me déferais jamais.
À côté de ça, je prête main forte au pôle produit pour qu'on développe des vêtements inspirés, dans de super matières.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.