Qualité, style et prix : peut-on concilier les trois ? – CDL#40

Temps de lecture : 5 minutes

Publié par le 13 décembre 2019

Dans ce quarantième "Courrier des lecteurs", je vais répondre à des questions que je reçois beaucoup en ce moment, de personnes qui cherchent un produit très précis, avec de nombreux critères, le tout pour un budget entrée ou milieu de gamme.

Et comme nous allons le voir :

  1. Soit il ne va pas trouver un produit tout à fait satisfaisant pour sa demande,
  2. Soit il va en trouver un, mais à un budget supérieur au sien.

Pourquoi ?

En voilà un beau pantalon : cordon de serrage, pinces à l'avant, coupe carotte bien dosée, taille mi-haute, belle couleur... 180€. Informale.

Plus de critères = moins de choix

Pour répondre à la première interrogation :

Plus votre recherche est précise, avec de nombreuses contraintes, moins vous aurez de choix.

Pour reprendre la question de Frank au début de l'article, il cherche :

  • Un pardessus de couleur grise
  • ET croisé (plus rare que le pardessus droit)
  • ET spécifiquement long (plus rare que le pardessus mi-long)
  • ET à moins de 250€ (budget entrée de gamme)

Si on suppose qu'il cherche un manteau de qualité correcte, plutôt chaud donc avec une composition correcte, ça fait beaucoup de critères.

Pour que Franck trouve satisfaction, il doit faire une concession :

  • Soit en terme de style, donc aller vers un manteau qui ne répond pas tout à fait à sa demande mais qui est à peu près dans son budget.

A gauche, un caban Massimo Dutti à moins de 200€. Manteau croisé gris donc, mais bien court.

A droite, un pardessus droit, gris, Suitsupply, autour de 300€. Mi-long, et pas croisé.

  • Soit augmenter le budget.

Pour le coup, notre manteau croisé gris répond parfaitement à sa demande. Il coûte 490€.

  • Soit en terme de qualité, et donc se rabattre sur un vêtement de fast-fashion.

Ce manteau long croisé Zara à 160€ pourrait presque faire illusion en photo... seulement, il contient 58% de synthétique.

Peut-être avez-vous déjà vu ce genre de photo sur Internet, à prendre au second degré, mais qui je trouve a un fond de vérité :

"Bonnes notes, vie sociale active, suffisamment de sommeil... choisissez-en deux."

On peut appliquer le même concept mais pour le vêtement avec le triptyque qualité, style et prix , où il est impossible (ou du moins, très difficile) d'avoir ET de la qualité ET un très bon style ET pour pas très cher.

Pourquoi qualité + style = cher ?

Pour répondre à la deuxième interrogation soulevée en introduction :

1. Créer un vêtement avec du style représente de nombreux coûts

Je ne vous apprends rien je pense : faire des vêtements est un travail complexe.

Idée initiale, sourcing matières et accessoires, trouver un bon atelier, prototypage... c'est un travail long et fastidieux.

Monter une marque et créer des vêtements, même de basse qualité, demande du temps et de l'énergie.

Alors imaginez ce que cela demande en investissement de créer quelque chose d'esthétiquement plaisant avec des volumes harmonieux ET une coupe juste ET des détails bien pensés ET une matière qui a du cachet :

  • Une belle matière en fibres naturelles et un peu créative est non seulement difficile à trouver, mais coûte aussi forcément plus cher qu'un tissu lambda, lisse et coupé à base de synthétique

Je vous laisse deviner quel tissu est le plus onéreux entre les deux.

  • Créer son propre patron sur un vêtement pour créer quelque chose d'unique coûte forcément plus cher qu'un patron standard utilisé partout ailleurs
  • Ajouter des détails de style et qui ne se trouvent pas ailleurs coûte de l'argent. Voici un très bon exemple avec le montage de ceinture dit gurkha : c'est un montage de ceinture rare et complexe, que peu d'ateliers savent réaliser et qui est par conséquent très onéreux. Ce type de pantalon est notamment apprécié par les amateurs de styles habillés.

  • Et je n'ai même pas évoqué le lieu de confection. Confectionner des vêtements complexes dans des ateliers qualifiés en Europe coûte plus cher qu'aller au Bengladesh ou au Sri Lanka.

2. Créer un vêtement avec un beau style, différenciant, c'est un risque

Vous avez peut-être compris que souvent, un vêtement très beau est un vêtement qui sort un peu du lot, à sa manière. Il comporte des caractéristiques qui le rendent plus rare et unique.

Et créer un tel vêtement, c'est une prise de risque. C'est une prise de risque car la plupart des consommateurs, n'étant pas forcément sensibilisés à ce type de produit (de couleur, de volume, etc), ne vont pas naturellement se diriger vers eux.

Entre ces deux paires de boots, quel modèle vous semble le plus facile à vendre ? (Orban's à gauche, Justin Fitzpatrick à droite)

Plus vous mettez de critères, plus ce que vous cherchez, c'est un vêtement de niche.

Et un vêtement de niche, c'est clivant : certains adorent, d'autres détestent. Et c'est normal.

Ainsi, quand on parle de marques ou de pièces de niche, on est souvent sur des marques plutôt petites avec des productions limitées, qui ne bénéficient pas forcément d'économie d'échelle comme chez les mastodontes du prêt-à-porter.

Le prix de ces vêtements peut en partie s'expliquer par le financement cette prise de risque.

Quelles solutions ?

Comment peut-on essayer de concilier au mieux qualité, style et prix ?

Par le compromis.

1. Sélection de vêtements accessibles et au style marqué

Voici  deux exemples de pièces que j'ai trouvé récemment et qui parviennent à allier un style audacieux, une composition correcte et un prix relativement contenu.

Quel compromis ici ?

  • Des matières correctes sans être incroyables
  • Un style audacieux mais pas trop non plus
  • Une éthique et une transparence limitée

Manteau droit ceinturé Silbon

J'ai reçu pas mal de questions sur ce genre de manteau droit ceinturé ces derniers mois, notamment par des personnes ayant flashé sur les modèles Pini Parma (dont le prix est de 690€).

Ce modèle de la marque espagnole Silbon est à moins de 200€ et 100% laine.

Par contre, le drap de laine est sûrement assez fin, et le manteau n'est pas très long. Mais l'esprit est là.

Jean regular fit, taille haute COS

Pour tous les amateurs de ce type de volume, j'ai pu essayer ce jean : il monte jusqu'au nombril, la coupe est bien droite.

Le double revers en bas n'est pas cousu : vous pouvez le déplier et le jean tombe normalement.

On reste sur un jean selvedge entrée de gamme, mais avec un parti-pris de coupe assez fort par rapport au standard du marché.

2. Profiter des remises sur les marques créatives

Ce n'est pas le cas de toutes, mais un certain nombre de belles marques avec une ADN créative pratiquent des remises à l'occasion des soldes : je pense à Johnston's of Elgin, Officine Générale, Fortela, Barena Venezia ou Maharishi par exemple.

Ici, un bomber en Polartec avec un zip asymétrique bénéficiant d'une remise de mi-saison chez Maharishi. Ce sera probablement moins cher encore lors des soldes.

Le compromis ? En fin de saison ou en période de remise, vous ne trouverez pas forcément exactement ce que vous cherchez (une référence, une couleur et une taille précise).

Si ce n'est déjà fait, je vous invite aussi à visionner la vidéo de Geoffrey sur nos réserves quant aux abus des soldes, ainsi que les conseils de Nicolò pour bien réussir les soldes.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.