Toutes les marques


Notre avis sur la marque Zara :

Le renouvèlement perpétuel de ses collections permet une large gamme de produits. Les coupes sont fittées, les matières imitent très bien les tissus précieux des grandes maisons, et le design reproduit directement ce qu’on voit chez les créateurs.

Néanmoins, afin de proposer des copies de pièces très onéreuses, la marque joue sur le synthétique et la fabrication de masse dans des conditions peu éthiques. Il en résulte des pièces agréables au premier coup d’œil, mais dont la durabilité et la qualité sont souvent décevantes.

Afin de compléter votre garde-robe avec des pièces temporaires, Zara est viable sur les t-shirts, chinos et même quelques blazers. Mais dans la mesure du possible, il est préférable d’économiser pour se tourner vers des marques plus éthiques, mais aussi plus durables et plus qualitatives (et donc moins chères au bout du compte).


Le site de la marque

Zara


Zara

Née dans un atelier espagnol en 1963, Zara est originellement tournée vers la production de sous-vêtements. Avec un succès modeste, l’entreprise peut ouvrir sa première enseigne en 1975, à La Corogne. L’enseigne fait partie du groupe espagnol Inditex, leader mondial de la confection textile.

À la fin des années 1980 la marque se lance au Portugal et à New York, forte d’une croissance grandissante. Aujourd’hui, elle est représentée par plus de 2500 magasins dans le monde, répartis dans une soixantaine de pays.

Fondée sur le modèle de fast-fashion, Zara produit en flux tendus lui permettant de renouveler ses collections tous les mois. L’enseigne copie directement les maisons de luxe et les créateurs pour reproduire des produits similaires à moindre coûts. Tout y est : mêmes designs, mêmes couleurs, mêmes coupes, mais pas les mêmes matières ni les mêmes finitions…



Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Paul !

    Le problème c’est qu’à ce stade là on parle de groupes tellement IMMENSES que parler uniformément de tout en noir ou en blanc, en disant « écolo ou pas écolo ? » ça n’a pas de sens.

    Je suis sûr qu’il y a du progrès et que ça part dans la bonne direction… Mais ça part de très, très loin.

    Et étant donné certains des produits que nous avons vu nous, je pense qu’il faudra attendre encore un certain temps avant de parler d’industrie éthique pour de tels groupes.