La casquette, comment on l’aime… ou pas !

Temps de lecture : 13 minutes

Publié par le 9 juillet 2021

"Je n'ai pas une tête à casquette". L'idée de ce sujet est venue de cette réflexion lors d'une conférence de rédaction. Pourquoi cette remarque, d'où vient-elle, sur quoi repose-t-elle ? Avons-nous vraiment une tête à chapeau, à casquette en particulier ?
Il y a ceux qui au contraire sont adeptes de la casquette, qui la portent dans presque toutes les circonstances.
L'équipe édito s'est penchée sur la question, y compris ceux qui n'en portent pas. Bonne lecture. Christophe.

David

1. Pourquoi je l'aime

Tout d'abord, je tiens à préciser que par "casquette", je vais parler de casquette de baseball. Je ne porte pas de casquette plate.

Entre la casquette et moi, il y a eu une grande ellipse.

Je l'ai portée un peu adolescent, puis plus du tout jusque assez récemment.

Je trouvais qu'elle avait une connotation un peu trop juvénile, à une période où j'essayais de m'affirmer en tant qu'adulte, où je portais plutôt des blazers, chemises, chaussures de ville, etc.

L'année dernière, un événement m'a poussé à m'intéresser de nouveau à cet accessoire : la sortie de nos premières casquettes.

J'ai pu essayer des modèles qu'on avait au bureau et je me suis dit : "hey mais ça me va bien en fait".

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par David (@dao_dav)

Pour moi, cet accessoire a deux usages principaux.

Tout d'abord, une casquette permet de densifier une tenue. Il s'agit presque d'un vêtement à part puisqu'on le porte sur la tête, c'est assez voyant.

Une casquette peut avoir son propre style : il existe des casquettes plus casual, plus sport, plus habillées, etc. Le choix de sa couleur doit être réfléchi par rapport au reste de la tenue.

Bref, je trouve qu'elle a le potentiel d'apporter une profondeur stylistique intéressante.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par NAMI (@nvmimvn)

De manière plus pragmatique, elle est aussi un excellent cache-misère capillaire.

Avec les confinements successifs, j'ai pris l'habitude de moins me coiffer. Donc quand les cheveux sont en bataille, j'enfile une casquette et hop, ni vu ni connu.

2. Comment je l'aime

Je me laisse porter par mes goûts niveau casquettes même si je pense qu'on pourrait établir des catégories de casquettes que j'aime :

  • Les casquettes unies dans de belles couleurs. Ma préférence va au vert, que je trouve très polyvalent
casquette vert

Une souris casquette verte, en lin. Parfait pour l'été. Varsity Headwear

  • Les casquettes à motifs. Pas tous bien sûr, mais en vagabondant sur des eshops, je tombe parfois sur des modèles assez fun
casquette imprime multicolore

Est-ce que je porterais ça ? Pas sûr. Dans tous les cas, je trouve ça rigolo et plutôt joli. Beams+

Je ne suis par contre pas très friand des casquettes à gros logo ou à inscription. L'attention est détournée : on regarde plus ce qui est écrit sur la couronne que la casquette en elle-même.

Je vois des looks réussis avec de telles casquettes, mais je pense que si on enlevait l'inscription, ce serait mieux.

look homme casquette manteau bleu chemise pantalon blanc pull beige

Ce n'est pas pour moi. Portia1924

3. Comment j'aime la porter

Je possède actuellement deux casquettes :

  • Une vert olive de chez Monoprix qui m'a été offerte et que je porte beaucoup car la couleur s'insère très bien dans mes tenues

casquette vert

  • Une Norse Projects en lin/coton à petits carreaux, qui est un peu plus forte visuellement et qui requiert un peu plus de réflexion pour bien la porter

casquette carreaux vert blanc

Ces deux me suffisent pour l'instant. Je n'ai pas pour projet d'en avoir d'autres même si je ne m'interdis pas de me faire agréablement surprendre, notamment par un modèle plus créatif.

Ces deux casquettes sont cohérentes avec mon style, si bien qu'elles s'insèrent dans beaucoup de mes tenues sans que je me prenne trop la tête.

Ci-dessous, un exemple de tenue. L'idée était d'avoir une base simple niveau couleurs : t-shirt gris, chemise bleue, pantalon blanc.

Ensuite, on densifie le tout aux extrémités (en haut et en bas), avec des mocassins bordeaux, un bandana beige mais aussi avec une casquette à carreaux.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par David (@dao_dav)

Pour vous donner une autre inspiration, j'apprécie la manière dont la marque suédoise Berg&Berg intègre des casquettes dans des tenues plus habillées.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Berg & Berg (@bergandberg)

4. Mes marques préférées

J'ai rédigé un article listant une douzaine de marques de casquettes, ☞ il est à découvrir ici

Voici trois marques que je regarde souvent :

  1. Norse Projects qui a de belles choses chaque saison, autant sur des modèles sobres que plus créatifs
  2. Officine Générale pour le beau choix des matières
  3. Beams+ pour des casquettes plus créatives et fun

Jordan

J'ai compté. J'en ai neuf. Mais je n'ai pourtant qu'une tête.

Je ne porte pas de casquettes depuis longtemps. Depuis que j'ai 30 ans environ.

Avant ça, c'était pas la peine. Déjà que je faisais un peu plus jeune que mon âge, je ne voulais pas ajouter un élément de la panoplie de l'adolescent.

Maintenant que j'ai du poil au menton et des cernes qui justifient que j'aie un peu de bouteille, je peux me le permettre.

1. Pourquoi je l'aime

C'est un accessoire populaire, qui dépasse les générations, les styles également, un accessoire modeste dans sa forme, facile d'accès et qui n'est pas purement esthétique puisque qu'il protège du soleil.

Au-delà de ça, je l'aime particulièrement quand mes cheveux ne ressemblent à rien ou que je n'ai pas le temps de les coiffer, la casquette est utile.

2. Comment je l'aime

J'aime la dad cap. Maintenant que je suis père, je me sens légitime.

La dad cap est molle, à six pans avec une visière arrondie. Elle est en coton, doublée ou non et de préférence délavée par le soleil. Faut qu'elle ait un peu traîné dans les coins. Une toile d'araignée sur la visière ? C'est tant mieux.

Ben Affleck dad cap blazer et t-shirt

Ben Affleck porte une casquette des Boston Red Sox, à New York City en octobre 2007. (Photo by James Devaney/WireImage)

Elle peut coûter 5€ en friperie comme une cinquantaine quand elle est affublée d'un logo un peu cool.

J'aime bien les casquettes de revendication d'appartenance à un groupe. Elles bénéficient d'une certaine hype et j'en suis victime probablement. Je parle des casquettes qui disent : "Golf Club" avec le nom d'une ville, ou "Book club". Ou bien avec le nom d'un cocktail à la mode brodé. Ou le nom de la marque d'ailleurs, ça ne m'ennuie pas vraiment.

Et puis, même si c'est une Ricard, ça me plaît aussi. Ou une entreprise de BTP, je prends. Enfin, si la casquette me plaît. Si sa couleur m'intéresse, sa forme me va.

Ça peut être ridicule j'en conviens.

Surtout quand on ne fait partie d'aucun de ces clubs. Mais justement, c'est un peu ça le sujet. La casquette peut être un peu ridicule, un peu mal mise, molle et raplapla. C'est la casquette qu'on a trouvée dans un coin et qu'on a juchée juste sur sa tête sans y penser.

Je n'aime pas particulièrement les casquettes avec des propriétés techniques. Je ne vous surprendrai pas ici. Pour moi, elle pare le soleil, c'est déjà pas mal. Pour la pluie, il ne me reste qu'à prendre mes jambes à mon cou, trouver un arbre suffisamment déployé, un balcon idoine.

Si je fais de la randonnée, en revanche, je me dirigerais vers un bob technique probablement. Mais hors de propos ici.

3. Comment j'aime la porter

Sur la tête de préférence.

Hilarious.

Je vais vous parler en JPEG, c'est plus parlant.

Pour décontracter un costume d'été gris, je mets des sneakers, un t-shirt et une casquette. Et puis, comme le costume est gris, la casquette me permet d'apporter de la couleur et un peu plus de relief.

Ici la casquette est vraiment logique. C'est le même registre de formalisme que le reste de la tenue. C'est décontracté. Donc là, la casquette vient confirmer tout ça. Et en plus, bien sûr, elle ajoute une touche de couleur. Un vert assez sport que j'aime particulièrement.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Ethan M. Wong (@ethanmwong)

Et pour finir une tenue qui n'est pas de moi et que j'adore. La casquette (sur laquelle il est écrit "What's funny?") est un élément qui sert l'authenticité de la tenue.

La construction peut paraître compliquée avec un t-shirt à message, un blazer à boutons dorés, une ceinture western et un 501. Eh bien la casquette vient dire ici : "ce sont des vêtements que je porte au quotidien, je ne les ai pas mis juste pour la photo."

La casquette permet de s'approprier les vêtements. De ne pas donner l'impression d'être un mannequin qu'on a habillé.

Quand on s'engage dans des tenues un peu plus élaborées, c'est un moyen de dégonfler la portée esthétique, de rendre plus humble et plus terre-à-terre finalement, parce que la casquette, comme je le disais en introduction, est populaire et modeste par essence.

4. Mes marques préférées

Ma toute première casquette venait de chez Universal Works. Mais je ne la mets pas souvent car la coiffe est rigide, ce qui me déplaît. Néanmoins je cite la marque car c'est une bonne piste tout de même.

Norse Projects : déjà citée plus haut mais je suis obligé de la mentionner à nouveau car les premières casquettes que j'ai appréciées viennent de là. On peut les trouver facilement en soldes et les couleurs sont toujours bien vues. Je dois en avoir trois de chez eux, dont une beige que je mets très souvent.

Berg&Berg : non pas qu'elles soient exceptionnelles mais les couleurs sont bien senties aussi. Comme celle-ci :

casquette rose

Rowing blazers : difficilement trouvables. Mais je me devais de les citer. Car c'est tout à fait mon genre de casquette. Un peu décalée. Et puis pile dans l'univers Ivy que j'aime tant.

casquette ciel avec baigneurs nus

Novel Mart : qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Moi une casquette avec écrit dessus "Novel Chess Club" alors que je ne joue pas aux échecs ou "Beaujolais", ça me plaît ! Allez savoir pourquoi !

casquette beige novel chess club

Kian

1. Pourquoi je l'aime

Personnellement, j’adore porter des casquettes, et j’adore leur look en général. Je pense que c'est un accessoire qui ajoute énormément à une tenue, sachant que le mien est assez décontracté. La casquette aide aussi quand je n'ai pas coiffé mes longs cheveux bouclés ou si je n’arrive pas trop à les gérer le matin.

2. Comment je l'aime

J’aime beaucoup les casquettes snapback et les casquettes ajustées de New Era, notamment la 59FIFTY

Je pense que pour porter une casquette de sport ajustée, il faut un style personnel assez streetwear, voire un peu vintage.

Jay-Z Alicia Keys New York

Adepte de la 59 Fifty, Jay-Z en porte une aux côté d'Alicia Keys, au Yankee Stadium0 New-York, en 2002. (Photo by Rich Pilling/MLB via Getty Images)

3. Comment j'aime la porter

Pendant l'été, je porte mes casquettes à l'envers, parce que j'ai l'impression qu'elles me vont mieux comme ça.

Avec un t-shirt, je pense que porter une casquette à l'envers est un très bon look, mais par contre, je ne la porte jamais comme ça avec un pull ou un sweatshirt.

Comme j’adore la streetwear, je porte mes casquettes avec des t-shirts oversized et des grands pantalons. J’aime beaucoup le look baggy, et je pense qu'une casquette lie le look ensemble, grâce à sa forme pointue qui rend ta tête plate.

4. Mes marques préférées

Je vous conseille New Era en tout premier. C'est une des plus grandes marques de casquette au monde, et il ont des modèles pour tout le monde. C’est aussi une marque iconique dans le monde du hip-hop et de la streetwear, et c'est maintenant la marque exclusive de la MLB.

J’aime beaucoup la casquette des Yankees que New Era a créé en collaboration avec Aime Leon Dore. J'aime particulièrement le style du logo Yankees.

Je vous conseille également la casquette trucker de James Perse. C'est une casquette qui a un look moins streetwear et elle coûte plus cher.

Contrairement à la casquette ajustée de New Era, celle de James Perse est en forme de trucker, donc l'arrière partie est faite en filet de plastique, et on peut ajuster la taille.

Pierce

Tout comme Jordan, les casquettes sont un ajout récent à ma garde robe. En effet, ayant 21 ans, étant parisien et en pleine transition capillaire, je ne voulais surtout pas tomber dans le cliché casquette/AirPods/cheveux mi-longs.

Cependant, de belles casquettes me faisaient de l'oeil depuis un bon moment, et au fur et à mesure de mes scrolls sur les pages de tous les "cool dudes" d'Instagram, j'ai voulu me joindre au mouvement.

Parce que quand on a 21 ans, on veut rassembler tout en se démarquant. Un beau numéro d'équilibriste. Donc après avoir longuement hésité, j'ai cédé.

1. Pourquoi je l'aime

La praticité polyvalente. Que ce soit quand un soleil de plomb menace de transformer ma boite crânienne en bouilloire, quand mes cheveux de plus en plus longs refusent d'être domptés, ou en guise de serre-tête pour ne pas les avoir dans les yeux.

Quand je ne veux pas m'encombrer d'un parapluie, la casquette associée à un manteau de pluie fait entièrement l'affaire. Exemple ci-dessous lors de l'incroyable mais pluvieux team building BonneGueule 2021.

De plus, c'est un accessoire facile à maitriser. Comme Benoît et Nicolò l'ont dit dans leurs vidéos respectives sur l'été, il ne faut pas mettre le style au placard. Et la casquette est l'accessoire idéal pour enrichir une tenue estivale, avec un bonus utilitaire.

2. Comment je l'aime

Colorée et/ou texturée. Je suis très grand, je suis bavard, et ma voix porte. Quitte donc à être remarqué, autant l'être pour son couvre-chef au "flare" coloré et au design hors du commun.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par NAMI (@nvmimvn)

Je suis donc amateur de casquette aux couleurs pastels et/ou au look vintage, avec un logo ou une écriture brodée originale. Je préfère aussi le système d'ajustement strapback, esthétique et pratique à mon goût.

3. Comment j'aime la porter

Ma première, et seule casquette (pour le moment), vient de chez Holiday Boileau. Elle est simple, sympathique, et sucrée (j'ai épuisé mon stock d'allitérations). Le jaune est une couleur que j'aime de plus en plus, et sur la tête du grand échalas que je suis, il dynamise vraiment le haut de mon look.

Je n'ai que peu de photos avec, mais elle rehausse un look simple (baskets, jean, tee blanc, chemise rayée) et le rend plus lumineux.

Profitant de l'été avec ce poussin sur la tête, j'attendrai la rentrée pour m'offrir un casquette plus workwear et tenter un look plus recherché, comme le font parfaitement Nami et Jamie :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par NAMI (@nvmimvn)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par NAMI (@nvmimvn)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jamie Ferguson (@jkf_man)

4. Mes marques préférées

Je vais dans les friperies, chez Vif Vintage (101, rue Boileau Paris 16). Et j'aime bien les marques Namiman et Holiday Boileau.

Jérôme

1. Pourquoi je ne l'aime pas trop

Vous pouvez chercher : vous ne trouverez pas de casquette dans mon vestiaire actuel. Oh bien sûr, j'en ai déjà porté quelques-unes, principalement en été, et ce pour des raisons plus utilitaires que stylistiques. C'est à dire que le soleil et moi, c'est très compliqué.

Au fil des années, j'ai testé plusieurs casquettes, souvent cheap, avec des formes et des matières différentes. Etant d'origine rurale, il est même possible que je sois fièrement allé jusqu'aux modèles John Deere. Mais passons : ça n'a jamais vraiment été le coup de foudre entre la casquette et moi et j'en suis finalement revenu.

casquette verte homme agriculteur

Ma dernière fois avec une casquette remonte ainsi au printemps 2019. C'est à dire que j'ai tout de même persévéré longtemps, pas tant pour le style que par esprit pratique. Jusqu'en 2017, je passais par exemple mes vacances d'été sur les routes et en vélo. C'était encore le couvre-chef le plus simple et le plus évident pour cette activité. Mais c'était aussi un choix par défaut.

Depuis, le vélo est bien rangé et je me motive chaque été pour trouver quelque chose qui me corresponde davantage que la casquette. Le chapeau ? Pas sûr. Pourtant, je ne crois pas avoir de contre-indications particulières : tour de tête de 59cm, rien de bien singulier sur le papier si ce n'est un ressenti tenace à chaque fois que je porte quelque chose sur la tête - même un bonnet.

Je fais probablement partie de ceux qui ont du mal à se projeter avec, et j'ai beau chercher : il n'y a pas d'explication rationnelle à ce phénomène. J'ai cependant une hypothèse, qui vaut ce qu'elle vaut et qui tient plutôt du ressenti personnel que du constat scientifique.

De mon point de vue, la casquette me durcit plutôt le visage, et ce n'est pas quelque chose qui m'est particulièrement agréable. Un lien avec la chute des cheveux, peut-être ? C'est une idée. Sauf que j'ai déjà testé les cheveux longs, les cheveux courts et même le crâne rasé avec casquette et ça n'a jamais rien donné d'inoubliable.

Autre hypothèse : peut-être que les casquettes testées jusqu'ici n'étaient tout simplement pas d'une qualité ou d'une tenue extraordinaire. Pour mener l'enquête jusqu'au bout, il faudrait donc tenter l'expérience d'une casquette haut de gamme. Mais en ai-je vraiment envie ?

En revanche j'apprécie tout à fait la casquette chez les autres, dans le hip-hop old school par exemple et j'évoquerai justement ce point un peu plus tard cet été dans la série Pochette.

2. Mon alternative à la casquette, le bob

J'ai trouve une alternative, le bob ou bucket hat en anglais.

J'en possède désormais trois et ils me conviennent bien : plus cools que la casquette, plus souples et plus protecteurs aussi et c'est presque aussi important que la protection solaire.

Bobs en lin, en coton ou en velours. En lin parce que c'est probablement la matière la plus adaptée pour les hautes températures. L'an passé, j'avais d'ailleurs ajouté ce joli modèle écru Lock & Co dans ma shopping list, et je ne désespère pas de le joindre à ma collection un jour.

bob blanc

En attendant, j'ai jeté mon dévolu sur les bucket hats en coton produits en France par Brut Clothing et inspiré du workwear français des années 50. Le sculpteur Brancusi en portait parait-il des similaires, et ça, c'est typiquement le genre de petit détail qui me plait. Pour les couleurs : écru et indigo. J'ai de quoi m'amuser.

Mais figurez-vous que je ne me suis pas arrêté là. Vous avez peut-être remarqué que j'aime aussi le velours. Pour aller plus loin, anticiper le retour de l'automne, j'ai donc déniché un modèle en velours beige, vintage et sans marque celui-là.

Pour trouver mon bonheur, je regarde dans les friperies ou chez Brut Clothing, Universal Works, Norse Projects, Lock & Co, Engineered Garments

3. Comment je porte le bob

Pour cet été, j'envisage le bob avec trois fois rien : une chemisette à col cubain, unie ou à motifs, un pantalon ample, des sneakers ou des mocassins souples à l'image de ma paire de Quoddy. Si les journées sont plus fraiches : un tee-shirt sur une chemise d'inspiration militaire et ma fidèle parka légère en Ventile Cadot.

tenue homme bob velours chemise militaire beige vert marron

Pour l'automne et le modèle en velours : même chose, avec quelques couches supplémentaires - pull à col rond ou col roulé, boots et fatigue pant par exemple. Pour quelque chose d'un peu plus habillé, j'attendrai probablement la barbe blanche pour m'initier au style de Sean Connery dans «Indiana Jones & la dernière croisade» - un modèle, dans le genre.

tenue homme bob chemise militaire bleu vert marron

Équipe éditoriale BonneGueule

Il fallait une signature pour tous nous regrouper, unis comme les 7 doigts de la main… Dans ces articles vous retrouverez tous nos talents, nos connaissances, nos expériences, nos folies parfois (pas les névroses) de l'ensemble de l'équipe édito. Par ordre alphabétique : Benoît, Christophe, David, Jérôme, Jordan, Michel et Nicolò.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.