« Jurassic Park » vs « Jurassic World » : et si le retour des dinosaures coïncidait avec la chute du style ? – Bobine

7 min
jurassic park spielberg workwear habille cuir blanc noir beige

« Jurassic Park » vs « Jurassic World » : et si le retour des dinosaures coïncidait avec la chute du style ? – Bobine

7 min
Publié le : 29 mai 2022Mis à jour le : 29 mai 2022

Initiée en 1993 par Steven Spielberg, la saga « Jurassic Park » change de nom et de casting en 2015. Si les dinosaures sont plus présents que jamais,quelque chose a changé dans la manière d’appréhender le vêtement. Tandis qu’une nouvelle page s’écrit avec « Jurassic World », on s’interroge : la chute du style serait-elle en cours ?

(Crédit photo de couverture : « Jurassic Park » de Steven Spielberg, 1993 - Photo Universal/Getty Images)

LE PITCH : UN TYRANNOSAURUS REX PEUT EN CACHER UN AUTRE

« La vie trouve toujours un chemin ». Sous l’impulsion du milliardaire John Hammond, des généticiens ont ramené à la vie des animaux disparus depuis des millénaires. Les dinosaures sont de retour.

Ils vivent sur une île perdue au bout du monde, et les parcs d’attractions s’apprêtent à compter un nouveau membre : le Jurassic Park. Mais les scientifiques Alan Grant, Ellie Sattler et Ian Malcom sont loin d’être emballés par cette idée...

20 ans et quelques catastrophes plus tard, le Disneyland des dinosaures s’appelle Jurassic World. On est désormais capables de créer de nouvelles espèces, plus spectaculaires encore. Le petit nouveau, Indominus Rex, est justement terrifiant et il ne va pas tarder à s’échapper, massacrant tout sur son passage.

C’est ainsi que l’aventure de « Jurassic World » commence pour la très chic manageuse du parc Claire Dearing et l’ancien militaire Owen Grady, devenu rien de moins que dompteur de vélociraptors… De la science-fiction ?

Réalisé en 1993 par le cinéaste Steven Spielberg, « Jurassic Park » réunit Sam Neill, Laura Dern et Jeff Goldblum. Le film est un énorme succès. Mais bien sûr, ce n’est pas exactement la première fois que l’on voit des dinosaures à l’écran.

On en découvre par exemple quelques-uns dans le toujours fantastique « King Kong » de 1933. S’il n’est pas le pionnier du genre, le film de Spielberg n’en demeure pas moins un véritable classique.

Le cinéaste américain tourne une suite quelques années plus tard, avec un casting renouvelé, du style tout en noir chez Jeff Goldblum et du beige et du kaki partout ailleurs. « Le Monde perdu : Jurassic Park » est un film mal aimé, très geek et truffé de clins d’œil au cinéma.

Steven Spielberg passera la main avec « Jurassic Park 3 ». Il est réalisé par Joe Johnston, principalement connu pour des films comme « Chérie, j’ai rétréci les gosses » ou « Jumanji ». On y trouve là aussi des petites choses intéressantes côté style, dans la continuité des deux premiers.

« Jurassic World » est le quatrième film inspiré de l’univers crée par le romancier Michael Crichton : nouveau casting, nouvelle équipe, supervisée cette fois par Colin Trevorrow. On y découvre les premiers pas de Bryce Dallas Howard et Chris Pratt dans les rôles principaux. Ils les reprendront dans le film suivant, sorti en 2018.

À noter que l'acteur français Omar Sy tient un petit rôle dans « Jurassic World ». Il porte entre autres choses la chemisette rose.

Quant à la suite, c'est dans quelques jours : le retour d'une partie du casting originel et un film qu'on annonce comme un événement. « Jurassic World : Le Monde d'après » pourrait donc bien rebattre les cartes. Ou tout simplement confirmer ce que vous allez lire maintenant. 

CE QU'IL FAUT VOIR CÔTÉ STYLE…

Le premier « Jurassic Park » est sorti en 1993, le premier « Jurassic World » en 2015. Si plus de 20 ans les séparent, il est toujours question d'un film à l'autre de dinosaures et d'univers de style inspiré du workwear américain. Pour autant, bien des choses ont évolué entre les deux films.

Les différences ne sont pas uniquement cinématographiques et technologiques. La mode et sa représentation à l'écran aussi ont changé en 20 ans. Si vous regardez l'ensemble des films de la saga à la suite, vous verrez ainsi comme une cassure stylistique à partir de « Jurassic World ».

Certes, les costumes sont l'œuvre de différentes personnes. Mais ce n'est pas tant une histoire de style ou de marques que de coupes et de silhouettes. Qu'est-ce que cela raconte de notre rapport au vêtement ? Voici trois bonnes raisons de revoir ces aventures consacrées aux dinosaures :

1. UN UNIVERS INSPIRÉ DU WORKWEAR AMÉRICAIN

Du denim, des chemises ou surchemises à carreaux, des henleys, des gilets d'inspiration militaire, des bandanas et de bonnes grosses boots en cuir telles qu'on en voit généralement chez Red Wing : cet univers de style, vous l'appréciez et le connaissez bien. Il est hérité du workwear américain.

Du duo Sam Neill/Laura Dern de « Jurassic Park » à celui formé par Chris Pratt et Bryce Dallas Howard dans « Jurassic World », c'est ainsi toute une épopée du vêtement US qui défile à l'écran : chinos beiges, chemise en denim, motifs à carreaux, inspirations western, workwear ou militaire, etc. Tout ceci vous rappellera certainement quelques autres aventures cinématographiques.

Car si les films les plus récents puisent leurs inspirations stylistiques dans un registre très contemporain, Steven Spielberg est de son côté un cinéphile averti qui n'hésite pas à fouiller dans les archives : l'histoire du cinéma en général, et le sien en particulier.

Le visionnage du « King Kong » de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack sorti en 1933 lui a par exemple peut-être donné le goût du vêtement ample pour ses propres aventures de dinosaures. L'empreinte du film peut en tout cas se faire sentir dans « Le Monde perdu : Jurassic Park » de 1997, lorsque le cinéaste s'amuse à faire déambuler ses créatures en ville.

Mais en 1993, lorsque le personnage interprété par Sam Neill apparaît à l'écran, c'est surtout un personnage célèbre de la galaxie Spielberg auquel on pense. Forcément. Même type de chapeau fedora, même attrait pour les fouilles archéologiques : Alan Grant est un lointain cousin d'Indiana Jones. Ce n'est pas l'unique clin d'œil que vous croiserez sur cette route. Mais si jamais, petit rappel d'aventurier stylé ici :

2. DES MARQUES POUR LA PLUPART ACCESSIBLES À TOUS

L'autre particularité de la saga « Jurassic Park », c'est que son vestiaire est certes constitué de pièces réalisées sur-mesure mais aussi de marques sinon très accessibles du moins populaires comme Gap, Banana Republic, Filson, Ray Ban ou Ralph Lauren.

Est-ce à dire que l'on peut être stylé sans investir plus que ça dans ses vêtements ni passer son temps à dénicher des marques confidentielles ? Oui. Mais tout dépend comme toujours de vos critères de sélection.

Les principaux personnages ne portent pas nécessairement les marques que l'on vous recommande chez BonneGueule. Celui de Laura Dern possède par exemple des chemises Gap ou des boots en cuir Guess. Celui de Chris Pratt des jeans Diesel. Celles et ceux qui s'intéressent de près aux belles matières, aux questions d'éthique et de durabilité trouveront vraisemblablement leur bonheur ailleurs.

Pour autant, et c'est surtout vrai dans les premiers films, les tenues des personnages ne manquent pas d'un certain panache. On pense ici en particulier à ceux de Laura Dern ou de Sam Neill, sur lesquels nous reviendrons un peu plus tard.

À noter qu'on trouve dans les films bien d'autres marques comme Lucky Brand, CarharttCasio, OD Green, Orvis ou bien encore Eastland. Pour aller plus loin sur les questions de qualité, de style et de prix, nos conseils ici :

3. UNE AUTRE VISION DU CORPS ET DU VÊTEMENT

Dernier point, et pas des moindres : la saga « Jurassic Park » a ceci de fascinant qu'elle nous fait entrevoir une certaine évolution de la mode et du corps dans le vêtement au cinéma. Les premiers films laissaient ainsi la part belle aux coupes droites et aux chemises amples. Les corps respiraient. On était bien. Petite coquetterie amusante : les boots workwear y sont presque systématiquement portées avec des chaussettes blanches.

Les films les plus récents montrent quant à eux une tendance issue des années 2000 qui a encore très largement cours aujourd'hui : le port de vêtements beaucoup plus près du corps. L'exemple type n'est autre que le personnage très badass de Chris Pratt : Chelsea boots, jeans, chemise ou henley bien ajustés, gilet d'inspiration militaire pour conclure. Il est prêt pour l'asphalte. Pas sûr que ce soit la tenue la plus respirante compte tenu de l'aventure qui l'attend.

Mais, et c'est une des nouveautés notables de « Jurassic World », cette tenue souligne avantageusement la musculature de Chris Pratt. La silhouette devient ici une esthétique du corps travaillé. Dans un autre registre, on peut noter un phénomène similaire chez sa partenaire à l'écran Bryce Dallas Howard.

Le vêtement doit-il être littéralement une seconde peau ? Les personnages sont en tout cas plus ouvertement sexualisés à partir de « Jurassic World ». Leurs tenues sont également plus ternes, plus urbaines et ajustées, ce qui n'est pas sans donner lieu à quelques choix stylistiques parfois étonnants.

Le décalage entre les tenues de certains personnages et leur environnement culmine avec l'ensemble tailleur blanc et talons de Bryce Dallas Howard dans la jungle - un souhait semble-t-il de l'actrice.

Est-ce pour mieux souligner le changement d'attitude et de tenue de son personnage par la suite ? Toujours est-il que cette paire de talons a donné lieu à quelques polémiques, tout comme la première partie du film, assez maladroitement stéréotypée pour les besoins du scénario.

En attendant, on peut souligner que les dinosaures aussi travaillent leurs lignes et leur image au fil des années. Est-ce un hasard ? Peut-être pas. Le digital corrige, embellit et... uniformise aussi. Regardez par exemple ici comme tout est monotone :

Certains cinéastes artisans comme le portugais Pedro Costa se désolent justement de la mainmise du numérique et de la disparition des couleurs au cinéma. Pour mieux appréhender ce point, vous pouvez mesurer la différence en jetant un œil sur le travail d'un maître de la couleur comme le réalisateur Vincente Minnelli. Quant aux vêtements, c'est bien sûr par ici.

Bref. Tout cela nous amène directement à la question soulevée dans le titre. On peut désormais le dire : oui, le retour des dinosaures à partir de « Jurassic World » coïncide avec une certaine chute du style. On peut pourquoi pas la mettre en relation avec une uniformisation vestimentaire de la société contemporaine.

Pour ce faire, regardez par exemple autour de vous, chez celles et ceux pour qui le vêtement ne compte pas plus ça. D'une certaine manière, le style imprimé par « Jurassic World » n'est jamais que le reflet de ce que l'on peut observer chaque jour en se baladant dans les rues.

Est-ce une mauvaise chose pour autant ? Non, bien sûr. Car tout cela rend d'autant plus précieux l'amour des marques, des matières et des savoir-faire textiles que nous avons ici tous en commun.

C'est là qu'intervient peut-être un parallèle entre le vêtement et le cinéma : la question de l'héritage et de la transmission, pour que l'un comme l'autre puisse continuer à faire entendre leur passion dans toute sa richesse et sa diversité. Dès lors, rien n'empêche d'espérer qu'à force de partage le cinéma ne devienne tout aussi merveilleusement cyclique que la mode :

… POUR EN ÉLABORER DES TENUES INSPIRANTES

Vous trouverez certainement ici et là des choses susceptibles d'inspirer votre vestiaire au quotidien et ce tout au long de la saga « Jurassic Park ». Avec bientôt six films au compteur, il y a de quoi faire - et bien des choses à observer.

Pour autant, vous pouvez chercher : les tenues les plus réussies se trouvent définitivement dans le film originel. Par exemple chez les personnages de Sam Neill ou de Laura Dern. Ce sont des tenues faciles à reproduire ou à adapter.

jurassic park spielberg workwear habille cuir blanc noir beige

© Universal/Getty Images

Richard Attenborough, Martin Ferrero, Sam Neill, Jeff Goldblum et Laura Dern dans « Jurassic Park », 1993.

Ce sont aussi des tenues que vous pourrez construire en partie avec des collections que vous connaissez a priori très bien.

Chez Sam Neil, imaginez par exemple un chino beige, droit et avec pinces associé avec une chemise en denim ou, pour un style plus poussé encore, une surchemise en chambray avec poche à rabats et col cubain. Ceinture marron, chapeau fedora léger et boots en cuir camel pour compléter le look. Le bandana, c'est seulement si vous êtes prêts :

Quant à la tenue de Laura Dern revisitée, imaginez plutôt des boots workwear, un short à pinces, un tee-shirt ou un débardeur glissé sous une chemise ample nouée à la taille.

Autre tenue intéressante : un ensemble plus simple encore, tout en nuances de bleu et composé d'un jean plutôt taille haute et d'une chemise western. Vous visualisez les looks, les pièces et le style qui va avec ? Les dinosaures n'ont qu'à bien se tenir.

Laissez nous un commentaire

Questions de styles, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures