Conseil : comment créer des looks workwear en été ?

/

Disclaimer : on accueille un nouveau contributeur dans nos colonnes, Mathieu, passionné de workwear. Face aux journées de plus en plus chaudes, il nous livre sa (riche) réflexion sur une question qui l'a longtemps perturbé : comment créer des looks workwear en été ? La parole est à lui !

-

Pourquoi se poser une telle question ? Tout simplement parce que denim brut, flanelle et work-boots ne sont pas très adaptés aux températures estivales qui transforment la plupart des villes en sauna...

Passionnés de workwear, amoureux d'indigos imparfaits, fans de wabi-sabi japonais, ma quête d’un style "brut" s'est rapidement heurté aux chaleurs caniculaires des beaux jours.

Le coeur du problème vient de l'essence même du style workwear : né pour répondre aux conditions rugueuses du Grand Nord américain ou aux rigueurs de l’usine, il se caractérise par sa robustesse et son épaisseur. Du coup, il devient rapidement difficile de composer avec le cagnard d’un week-end juilletiste entre amis.

Quand les 20 oz de votre splendide Oni Denim se retournent contre vous.

À mon grand étonnement, je me suis rendu compte que le web n’offrait pas de réponses satisfaisantes à cette problématique. Même le sage Nicolo, pourtant habitué aux questions de lecteurs, ne me contentait qu’à moitié…

Pour votre gouverne, c’était il y a près de deux ans. Depuis, je mûris une réflexion personnelle en même temps que cette quête stylistique, et je crois utile de la partager avec vous aujourd'hui.

Comment, donc, développer un style résolument workwear durant les (très) beaux jours ? C'est ce qu'on va voir ensemble.

Tout est question d'influence(s)

Comme beaucoup de styles, le workwear s’est bâti sur des figures emblématiques, mythifiées, réinterprétées à l’infini. Ouvrier à l’ancienne, bûcheron barbu, biker fifties, marin vintage… Des références louables mais pas idoines l’été.

Pour affronter la hausse du mercure, l’astuce la plus pertinente, à ma connaissance, reste de diversifier sa palette de références et piocher des inspirations dans des styles voisins. Des archétypes workwear “cousins” plus adaptés aux températures méridionales, voire tropicales.

On pourrait citer la grande famille du military, dont les rats du désert n’étaient pas des demi-durs. La figure cinématographique de l’explorateur des années 40 “spielberguisée”. Ou encore certaines inspirations sports/streetwear vintage chères au grand Nigel Cabourn

Sans trahir l'esprit workwear, invoquer des inspirations s'en rapprochant peut-être utile pour composer des looks adaptés aux fortes chaleurs.

Bref, il s’agit de trouver de quoi troquer ses inspirations sans pour autant trahir ses goûts et ses couleurs, pour les assortir à loisir, selon ses affinités et par tâtonnements. La liste précédente est loin d’être exhaustive…

L'importance du choix des couleurs

La palette workwear est dominée par le bleu profond de l’indigo, qui permet de mettre en relief ses fameuses fades. Beau, certes, mais pas très praticable une fois passée la barre des 25°C. Les grosses chaleurs venues, on préférera alléger ces bleus pour les rendre plus réfléchissants.

On pourra aussi emprunter les earth tones les plus lumineux. Des teintes neutres qui se substituent de façon très masculine à la gamme des bleus, tout en lui étant parfaitement complémentaires : olive, khakis, beige, écrus, taupe, camel, sable, rouille…

Le blanc et toutes ses nuances cassées et écrues y ont naturellement leur place, ainsi que les gris clairs et chinés, renvoyant à des univers plus sportswear.

Pourquoi ne pas jouer sur les motifs ?

On évitera toutefois les tons pastels et les couleurs trop vives. En effet, elles sont propres à d’autres influenceset seraient donc contre-productives dans notre démarche, suffisamment technique par ailleurs.

Certains motifs peuvent aussi être de la partie, de préférence par petites touches. On pourra s’amuser avec toutes les variétés des camo, mais aussi certaines rayures pas trop fines évoquant le hickory.

Si le motif camouflage vient de l'univers militaire, il s'intègre tout à fait dans un look d'inspiration workwear.

Les gros carreaux clairs, les polka dots et les vichy un peu bruts sont également envisageables. On évitera juste les tartans trop sombres et “riches”, qui renvoient davantage à un univers automnal.

Motifs et style workwear ne sont pas incompatibles, loin de là...

Les plus expérimentés, ou fondus de workwear japonais à l’ancienne, pourront même s’essayer aux patchworks de denim...

Plus décalé, je me dois de confesser un penchant très perso pour les chemisettes type hawaïennes à gros motifs. Ouvertes sur un tee blanc, je trouve qu'elles offrent un petit côté kitsch tropical qui, assumé, rend finalement assez badass.

Laissez sortir le Léo qui est en vous.

Matière rime avec workwear

Derrière tout fan de workwear se cache un amateur de belles matières. De celles qui se patinent avec amour. L’éloigner de ses terres indigos peut, pour lui, être une source d’angoisse...

Du denim d'été ?

Réconfortons d’abord cet amoureux d’Okayama : il existe bien des grammages miracle, sous les 10oz, permettant de porter du denim en été. Même selvedge. Des toiles souvent mêlées de lin ou de chanvre, plus claires, et qui rendent la manœuvre à peu près jouable.

C'est notamment le cas chez des spécialistes comme Naked & Famous, Gustin ou ici avec notre pantalon en canevas japonais.

Certaines marques de puristes proposent des toiles très épaisses (15–20oz) mais “low tension”, c'est-à-dire avec une armure lâche et aérée. Cela permettrait donc de porter ces "mammouths" par temps chaud. Cela dit, je n'ai jamais testé de telles pièces donc je m'abstiendrai de tout commentaire.

Dans tous les cas, le choix des modèles est plutôt restreint. Dans le cas des denims légers, leur solidité est forcément amoindrie et le délavage ne peut pas non plus être optimal.

Un mot d'ordre, donc : quitter sa zone de confort et s'éloigner quelques semaines de ses chères toiles brutes bien épaisses.

Quelles alternatives au jean ?

On pense d'emblée au Rip-stop, cette matière militaire à la toile de coton ultra légère (~6oz) renforcée par un quadrillage de fils plus épais en nylon, lui donnant son aspect et sa solidité caractéristiques.

À noter que le rip-stop développe un délavage très sympathique au soleil et à l’usure, qui ravira les fans de fades.

Le registre military regorge d’autres matières légères et résistantes, à la patine et aux tissages intéressants. Parmi eux,

  •  le "sateen" de l’armée US et sa texture striée, au rendu brut et original,
  • ou les chevrons très serrés,
  • voire certaines popelines un peu feutrées, épaisses et délavées.

L'ouverture d'esprit, notamment vis-à-vis des matières, sera votre meilleure alliée.

Vieux cousin du denim, le robuste canevas se prête bien à des épaisseurs superlight, pouvant descendre vers un 5oz pour un pantalon ! Son grain, mais aussi le délavage que développe cette toile à l’usage sont une joie pour tout amateur de workwear. Néanmoins, la matière est plutôt rare, et encore davantage sur ces poids. Dommage...

Le chambray est aussi un allié tout indiqué dans cette quête d’authenticité, et ce depuis son adoption par la marine américaine. Enfin le lin, avec son slub naturel, sa robustesse, sa "main" nerveuse et sa respiration inégalée est votre meilleur ami sous le soleil.

Mais vous le saviez déjà.

Du lin, du lin, encore du lin.

On piochera aussi à loisir dans le vaste monde du jersey, notamment du côté de ses textures en relief.

En revanche, faites attention à certaines matières et leurs possibles connotations socio-culturelles. Je pense par exemple au coton piqué ou au seersucker, qui appartiennent à d’autres registres. Arborées dans un look se voulant workwear, des pièces dans ces matières sont susceptibles d'être sources d'incohérence.

Vers quelles pièces se tourner ?

Comme tout le monde en été, le fan de workwear est contraint à réduire son layering fétiche à sa plus simple expression. D'où l’importance de bien choisir ses pièces.

Le risque ? Glisser sur une tenue pas forcément hors-sujet, mais un peu fade pour le baroudeur qui est en vous.

Le but est donc de porter au moins une pièce un peu plus marquée que la moyenne. Lesquelles?

De multiples possibilités pour le pantalon

Ceux qui résistent à l'appel du short se trouvent confrontés à un problème cruel : comment ne pas crouler sous la sudation ?

Déjà, assurer à ses jambes une libre circulation d’air, et ne pas hésiter sur les coupes un peu droites ou qui se resserrent sur le bas de la jambe. Pour se les approprier, on les “civilisera” via de généreux revers, afin de découvrir stratégiquement ses chevilles, à la japonaise.

Preuve à l'appui.

Pourquoi ne pas opter pour un petit revers pinroll des familles

Petites précisions au passage : dans les deux cas, la chaussette invisible est de rigueur. De plus, si la ceinture est de mise, on la préféra dans un tissu léger uni ou au motif simple et sobre. #sprezzaturepas.

Ayant déjà traité son cas, passons en revue les substituts au jean d’été…

Commençons par l’évidence : le léger twill d’un chino. Il est tout à fait approprié par fortes chaleurs.

Simple et efficace : le chino. (Crédits : He Spoke Style)

Cela dit, le fan de workwear ne dira pas non à des pièces plus fortes.

On pense au pantalon cargo, dont les poches latérales trouvent toujours une utilité lorsqu'on se balade en tee-shirt. Vous trouverez forcément votre bonheur chez Orslow, Universal Works, Bleu de Paname, Maharishi...

Pratique et esthétique, le pantalon cargo est une belle alternative.

Plus confidentiel, le "fatigue pant" et ses larges poches avant plaquées est une sorte de chino en plus brut, et souvent en plus large. Pour en dégoter un (ou plus), il vous faudra regarder chez Orslow, Carhartt, Bleu de Paname, Engineered Garnements ou Stan Ray.

Modèle Carhartt.

Moins attendu, le chambray est aussi monté en pantalon par certains. Outre le classique cinq poches (un récurrent chez Naked&Famous), il rend bien sur un easy pant. Ou avec un peu d’élasthane, en sweatpants légers pour une inspiration à la croisée du streetwear (dépend vraiment des collections).

Une matière, plusieurs déclinaisons.

Quid du short ?

Même pour les plus réfractaires, le short est inévitable en bord de mer ou au plus fort de la canicule. Avec si peu de tissu pour s’exprimer, l’écueil d’une tenue trop lisse n’est jamais loin… Alors, que faire?

Inconditionnel du bermuda ? Cette pièce parfois un peu sage peut être rendue plus sauvage. Il s’agit juste de lui offrir, outre un bon revers et une coupe un poil large, voire une nuance de earth tones assez prononcée. Pour une identité plus forte, pourquoi ne pas le délaver franchement pour suggérer un kilométrage aventureux ?

Comme dans le cas du chino, on peut facilement lui substituer sa version “fatigue” et ses poches avant plaquées.

Modèle Stan Ray.

Plus classique, l'indémodable et incontournable short en jean semi-slim est presque un "basique de l'été".

N'est-ce pas, Boras ?

On pourra aussi opter à l’occasion pour un modèle plus sportswear en jersey texturé d’inspiration vintage. Ses cordons de serrage offrent un détail bienvenu.

En faisant très attention à sa coupe, ni trop large, ni trop longue, les plus audacieux pourront s’essayer au short cargo, voire au monkey-short et sa large poche arrière unique.

Pour les habitués du workwear.

Sympa avec un revers débordant sur les poches latérales, c'est une pièce plus envisageable que son équivalent pantalon, que Boris de Borasification manie avec maestria.

Enfin, on s’en doute, mais le pantacourt demeure un tabou que personne ne devrait violer. Jamais. JAMAIS.

Tee-shirts, chemises... comment se débrouiller en haut ?

Toile vierge mettant en valeur toutes les autres, le tee-shirt et son sous-texte militaire sont une évidence en été, surtout enrichi de lin.

Tous les tons clairs précédemment évoqués sont les bienvenus, mais le blanc aura l’avantage de trahir à minima votre (éventuelle !) transpiration.

On pourra lui offrir une coupe un peu plus loose, des manches roulottées ainsi qu’un col boutonné, pour plus d’aération. Et surtout... tenter de canaliser le Ryan Gosling qui sommeille en vous.

"Workwear" prend ici tout son sens.

Si la chemise habillée est difficile à faire passer, la chemise casual a résolument droit de cité. L’amateur du style appréciera les riches textures du chambray, du lin, d’oxfords légers, de denims subtils et clairs voire de certaines popelines

La pièce poussera au besoin le curseur "élégance". Mais afin de rester dans une esthétique brute, on n’hésitera pas à se porter vers des modèles aux poches pectorales très travaillées.

Doubles poches, surpiqûres contrastantes, fermetures à boutons, poche stylo, rabats, boutons contrastants, ouverture inclinée, poche asymétriques voire poche intérieure : autant d'éléments à favoriser pour styliser votre look.

Des détails qui font la différence.

La ‘jumper shirt’ de Rogue Territory synthétise pas mal de ces détails. Mais on peut aussi citer Jinji et tous les spécialistes du denim : Momotaro, Fullcount, Studio D’Artisan, Pure Blue, Levis Vintage…

Finitions soignées et matières texturées sont à la base des chemises d'inspiration workwear.

Au niveau du col, le button-down est roi. Cela dit, un col club arrondi est aussi possible, tout comme un modèle sans-col.

Quant au tab-collar, avec cette petite patte de serrage à la base du col, c'est un détail très prisé…

Le diable n'est pas toujours dans les détails.

Pour la coupe, on pourra librement expérimenter avec des tombés plus loose, des modèles “pop-over” style vareuse (mais pas de polo svp!), des manches raglans, des pans arrondis, des empiècements western, voire des longueurs un peu longilignes - clin d’œil à certaines influences indiennes - pour épicer la chose…

Soyez inventifs...

Enfin, à l’exception notable de la chemisette hawaïenne et son kitsch assumé, je suis pleinement du parti du Benoît : manches longues et roulottage pour tous.

Trouver les chaussures adaptées

C'est un point assez technique dans la mesure où le soulier est un sujet workwear sensible, un make or break de ce style puriste. La difficulté tient en ce que la saison chaude interdit tous les classiques en cuir épais. Dès lors, que faire ?

Il est ici plus simple de procéder par élimination, certaines chaussures estivales étant trop marquées pour se fondre dans une tenue workwear sans en dénaturer la "badassité".

C'est le cas de tous les types de mocassins (des tassel au driving-shoes), chaussures bateau, brogues ou boucles suédées aux semelles contrastantes, slip-on proprettes et autres espadrilles…

Que reste-t-il ? Des desert boots pardi ! De préférence un peu limées...

Leur daim non doublé et leurs semelles en crêpe s’en sont bien sortis dans les années 40 en Égypte, paraît-il.

Leurs cousines aux semelles sneakers ou leurs sœurs wallabees sont, elles aussi, appropriées.

Clarks et Gustin proposent de très beaux modèles.

Ensuite, on ira piocher des solutions dans un streetwear sobre : low-top classiques en canevas léger ou runnings légères et profilées, qu’elles soient d’inspiration vintage (GAT) ou tirant parti d’un côté "technique" moderne, comme des knits bien respirantes.

Bonus point pour des semelles en gomme couleur naturelle, une préférence personelle qui donne toujours un côté plus brut et old-school à la chaussure.

Faîtes votre marché...

Comme on n’est plus à un sujet tabou près, concluons ce chapitre par le cas des sandales. On préférera largement des modèles plus massifs à toutes les tongs et autres claquettes maigrelettes.

Et même si une mode se développe à ce propos chez les adolescents inspirés des sportifs US, on s’épargnera le combo chaussette-sandales. SVP.

Le coin de l'outerwear

Un rafraîchissement bienvenu peut inciter au port d’une petite épaisseur supplémentaire le soir. L’occasion tombe à pic pour étoffer son allure.

D’abord, pour nos orthodoxes du denim, les premières vestes Levi’s Type I et II étaient coupées dans une toile assez light : un très envisageable 9oz.

Aujourd’hui, les spécialistes du denim proposent des Type III (les fameuses trucker jackets) dans les mêmes poids-plume.

Et le design n'est pas mal non plus.

Le vaste monde des vestes d’ouvriers de tous poils s’offre à vous. Dans des styles plus ou moins marqués, en coton ou en lin.

Combinaison de cheminot américain des 50's, bleu de travail français, workshirt en hickory, worker-jacket à mi chemin du blazer… ou encore noragi, si une expérimentation nippophile vous tente.

Orslow, Vesta, Gustin, Drapeau Noir, Aesthetic Homage...

Sinon, le registre military propose - surprise ! - un paquet d’options sympathiques.

Ce n'est pas Luca qui dira le contraire.

Jungle ou field jackets, vestes M43 et surchemises riches en poches poitrine... vous avez l'embarras du choix. D'autant plus que la mode a tartiné ses khakis sur à peu près toutes les vitrines cette saisons. Facile.

Modèle Maharishi. Attention au total look.

On mettra toutefois en garde contre l’accumulation de pièces militaires trop fortes : le but n’est pas de se déguiser en soldat. On vous déconseille donc de doubler votre large cargo d’une M65, pour ne pas donner un effet redondant disgracieux. Vigilance.

Piochez sur Internet, les inspirations sont nombreuses !

Par ailleurs, l'intemporel militaire adoubé par le streetwear est évidemment le classique bomber.

Eh oui !

Qu’il soit en ripstop, en chambray, en nylon non-doublé, ou en canevas de lin, si la MA1 est bonne pour Steve McQueen, elle est bonne pour vous.

Vous en trouverez sans problème chez Norse Project, Naked & Famous ou encore Alpha Industries

En cas de voyages plus humides (on pense aux moussons asiatiques), une légère et imperméable coach-jacket aux lignes épurées peut s'avérer utile ! Une street cred hip-hop impeccable au service du style : que demande le peuple ?

En image, ça donne ça. Doublée d'une joli motif camouflage, c'est une pièce qui peut devenir très forte.

Et si c’est vraiment nécessaire, un sweatshirt uni au jersey pas trop épais et au ton neutre restera votre meilleur ami pour toute soirée barbecue à la belle étoile. Pourquoi pas à manches courtes, en référence à l’univers de la boxe.

Enfin, petite pensée à Benoit et sa bien-aimée mid-layer. Un gilet en coton ou taillé dans une matière plus isolante peut tout à fait être envisagé quand l’humidité retombe ou pour gérer des transports un peu trop climatisés.

Il en existe dans des styles divers et variés, vraiment pour tous les goûts.

Des accessoires avec du style

Ils sont nombreux et bienvenus en été, afin de rehausser des tenues trop lisses.

Premier d’entre eux : la montre. On se souciera surtout du bracelet, en prenant soin de choisir un bracelet Nato ou en perlon pour éviter de suer du poignet. Cuir et métal sont, le temps de la période estivale, à proscrire...

Le genre de bracelets à favoriser pour éviter la sudation.

Indispensable sous le soleil, une bonne paire de lunettes est également essentielle. L’amateur de workwear se tiendra éloigné de toute forme futuriste ou un peu bling, pour se concentrer sur les classiques.

Beaucoup, beaucoup, beaucoup de style en une seule photo.

Des montures métal apporteront un parfum military plus bourru, où des acétates apporteront plus de sophistication. On passera son tour sur l'univers des verres miroirs, polarisés ou colorés… qu’on laissera aux festivaliers EDM.

L'acétate peut très bien fonctionner dans un look workwear.

Le couvre-chef est un autre sujet complexe, qui demande avant tout de l'assurance et de la confiance en soi . Sans être incollable sur ce sujet plutôt "advanced", j’entrevois surtout trois grandes possibilités workwear-compatibles :

  • les fedoras un peu rincés,

  • les casquettes et trucker-hats,

casquette workwear

 

  • et les buckets hats ou bob (surtout en denim) ramenés au goût du jour par le streetwear et le Japon ces derniers temps.

Parfois utiles et souvent stylés, chèches aériens et bandanas roulés sauront, si besoin est, protéger votre cou du soleil ou de la fraîcheur du soir, tout en rehaussant votre carrure.

Tips & tricks spécial canicule : un bandana humide roulé autour du cou est un bonheur en plein cagnard.

Enfin, l’accumulation de bracelets pas trop imposants et/ou de bagues sympas, voire de colliers, peut être une bonne idée pour encanailler une tenue trop minimaliste. Perle, argent, turquoise, tissu, pièces de monnaie, faites-vous plaisir. Vous pouvez jeter un oeil chez Harpo, Gudule et Tant d'Avenir par exemple.

Le mot de la fin

Arborer un style workwear en été n’est donc pas si compliqué en choisissant bien quelques pièces, leurs matières et leurs couleurs.

Les chercher peut même être l’occasion de pivoter vers des influences nouvelles, d'élargir ses horizons et d'enrichir son vocabulaire stylistique. C'est d'ailleurs, selon moi, ce que chacun devrait toujours chercher à faire pour affiner son swag personnel...

Il n’y a pas que le denim dans la vie. Tentez, essayez, découvrez et restez (au) frais.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Patrick !

    C’est une Engineered Garments, mais je crois qu’elle vient d’une ancienne collection, pas sûr qu’ils l’aient encore dans ce coloris.

  • Pierre – BonneGueule

    Merci pour l’article, Alexandre ! 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Tu parles de son pantalon cargo ? C’est notre collaboration avec Three Animals. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Alexis !

    L’article nous a beaucoup plus aussi, il y a plein de choses intéressantes à prendre même si on a un style pas trop orienté workwear. 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    On n’est pas un site de mode féminine donc je ne vais pas trop m’avancer là-dessus, mais d’un point de vue strictement personnel, je ne suis pas fan non plus quand c’est porté par la gent féminine. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Sébastien !

    Éviter de payer plein pot, ça peut se tenir pour un certain nombre de marques qui fonctionnent par collection et ont besoin de faire de la place en fin de saison, ou chez d’autres marques qui ont un rapport qualité-prix hors soldes assez… contestable, on va dire.

    Mais pour les marques dont tu parles, on a déjà un très bon rapport qualité-prix, et une marque comme LePantalon propose surtout des permanents, du coup c’est beaucoup moins pertinent de chercher des pièces bradées chez eux. On parle du problème dans cet article, d’ailleurs. 😉
    https://www.bonnegueule.fr/dossier-lhypocrisie-des-soldes-dans-la-mode-masculine/

    Après, si tu veux vraiment des prix bas, il reste COS, Carhartt et les autres marques qu’on recommande ici.
    https://www.bonnegueule.fr/tag/pantalon-homme/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sébastien.

    Non, Gustin n’est vendu que par Gustin.

    Paire & Fils fait un modèle similaire qui peut te plaire, entre la sneakers et la Desert Boot.

    Pourquoi vouloir les acheter en soldes absolument ? ^^

    Surtout lorsqu’il s’agit de basiques vendus toute l’année, à moins d’aller chez des petits créateurs dans le haut de gamme, tu n’as pas forcément un meilleur rapport qualité / prix en achetant chez les marques qui soldes qu’en achetant chez les marques qui ne soldent pas.

    Le Pantalon est justement un bon exemple pour illustrer ce dont je parle.

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Olivier !

    Des desert boots qui ont du vécu, si tu veux. On ne conseille pas trop de les râper à coups de lime, je ne suis pas sûr que le résultat soit convaincant ! 😉

    Soit tu en prends qui ont déjà un effet d’usure comme chez Atelier Voisin par exemple, sois tu en achètes des propres et tu les uses.

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Antoine !

    Dans un style pur streetwear, pourquoi pas. En dehors de ce cas de figure, par contre, je ne suis pas sûr que ça marche.

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Thibault !

    C’est sûr, c’est pour ça que Mathieu parle pas mal d’influences military aussi. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hé oui, tu as devant toi le fruit de 2 ans de la réflexion sur un sujet qui touche très personnellement Mathieu, donc forcément, ça envoie ! 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Ben !

    Tu devrais pouvoir en trouver chez Universal Works, peut-être chez Pike Brothers, et si le made-to-order ne te fait pas peur, Old Town. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Romain !

    Merci pour ton enthousiasme, ça va faire très plaisir à Mathieu ! 🙂

    Pour les ref… c’est tout simplement qu’on ne les a pas forcément, vu que c’est récupéré sur internet et que ça passe assez souvent de sites de mode russes en pinterest coréens. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Valentin !

    Merci 🙂

    On a pas la ref pour la trucker, mais bon, c’est pas ça qui manque sur le marché…

    De tête je dirais Carhartt, MKI Store, ou même ASOS… Ca se trouve facilement dans les marques streetwear.

  • Nicolò – BonneGueule

    Pour le coup c’est mon ami Mathieu qui a fait un super boulot cette fois, pas nous 😉

    Et merci à toi de nous suivre !

  • Merci beaucoup pour cet article et merci à l’ensemble du staff de Bonne Gueule parce que franchement vous faites un boulo juste incroyable ^_-

  • Valentin Richard

    Salut,

    Article sympa pour un style que j’imaginais mal en été, comme quoi quand on ne sait pas on passe à côté de pas mal de possibilité.

    Petite question : la trucker jacket de la photo, quelle en est la marque ? Elle semble effectivement bien stylée
    Petite question 2 : des marques de coach jacket à conseiller ?

    Merci 🙂
    Valentin