Conseils : comment bien choisir et porter chapeaux, casquettes, bonnets ou autres couvre-chefs ?

21

Voilà un accessoire extrêmement ancien, presque aussi vieux que le monde : les spécialistes estiment que dès la Préhistoire et les touts premiers "vêtements", l'homme utilisait déjà de la fourrure pour protéger ses extrémités du froid.

Plus tard, le couvre-chef est devenu un véritable marqueur social, témoin d'un rang.

pileus chapeau esclaves

Le pileus, chapeau porté par les esclaves affranchis dans l'Antiquité greco-romaine.

Aujourd'hui, les choses sont différentes. Si certains modèles - comme le haut-de-forme - conservent une dimension "noble" et connotée, la plupart des couvre-chefs sont aujourd'hui portables par le plus grand nombre.

Mitterand haut de forme

Aujourd'hui encore, le haut-de-forme est l'apanage des puissants.

Je vous propose donc d'en connaître plus sur les trois grandes familles de couvre-chefs que sont le chapeau, la casquette et le bonnet. L'article sera conclu par un bref guide vous permettant de choisir le bon chapeau en fonction de la morphologie de votre visage.

Le plus élégant : le chapeau

Version la plus noble du couvre-chef, le chapeau. Prenant de nombreuses formes, il constituait surtout un vecteur de messages politiques et sociaux, pouvant convoyer un certain art de vivre (à l'image du haut-de-forme).

Cet héritage n'a pourtant pas complètement disparu : il est encore souhaitable de retirer son couvre-chef lorsque l'on se présente à quelqu'un en signe de respect. Cette coutume est proche de celle qui consistait à retirer brièvement son chapeau pour saluer quelqu'un, chose assez désuète aujourd'hui.

salut-chapeau-homme

"Mes hommages, mesdames".

Le feutre, matière de prédilection

Le feutre peut être fabriqué à partir de laine de mouton ou, dans ses versions plus nobles, de lapin ou de castor.

fedora feutre lapin

Le feutre réalisé à partir de lapin offre une texture et des reflets absolument somptueux.

La distinction entre feutre-laine et feutre-poil est importante : le premier est rugueux, sensible à la pluie et un peu plus terne. Le feutre-poil offrira un toucher plus doux et captera bien mieux la lumière, en plus d'être beaucoup plus résistant à l'eau. L'harmonie de la forme et de la matière seront aussi de très bons indicateurs sur sa qualité.

fabrication-feutre-voile

Les fibres de laine sont travaillées jusqu'à l'obtention d'un "voile".

Le feutre n'est pas tissé. Les poils vont être peignés, cardés, de façon à ce qu'ils forment un fin voile aérien et duveteux. Celui-ci est ensuite enroulé autour de cloches en bois.

Une fabrication complexe

La fibre ainsi produite va être mise sous pression avec de l'eau chaude ou de la vapeur : c'est grâce à cette étape primordiale que les écailles vont s'ouvrir et se mêler les unes aux autres. Cette opération est parfois répétée en ajoutant de l'acide sulfurique, avant un passage dans un foulon.

La teinture survient généralement à ce stade de la fabrication, avant de commencer à former le chapeau. Toute la difficulté consiste à étirer le feutre toujours en forme de cloche, dense et extrêmement serré, pour commencer à lui donner la forme du chapeau.

Des moules en aluminium sont créés en fonction de la forme et de la taille souhaitées, sur lesquels on appliquera la matière pour la comprimer à chaud. Un peu de ponçage et quelques petites finitions donneront au chapeau les derniers fragments de son style !

cloche-chapeau

Le "moule" à chapeau !

Je vous propose une série de trois vidéos réalisées par la marque Chapoleone, qui résume d'une façon très esthétique les étapes de la création d'un chapeau.

Quid des autres matières ?

Évidemment, il existe aussi des chapeaux fabriqués dans d'autres matières : palmes tissées, flanelles contrecollées, coton...

La qualité tiendra souvent à la régularité des matières utilisées et de la forme du chapeau. Mais à part quelques exceptions notamment pour la saison estivale, le chapeau en feutre reste une référence absolue ET intemporelle.

Cela nous amène maintenant à trouver l'inspiration parmi différents styles de chapeaux !

Les grands styles de chapeaux pour homme

Je vous propose un passage en revue des grandes familles de chapeaux. La liste est non exhaustive bien sûr, l'objectif étant de proposer une première approche.

Grand classique : le fedora

C'est probablement l'un des chapeaux les plus célèbres.

Il est souvent doté d'un bord large, d'une calotte creusée et d'un galon. Fabriqué dans une feutre assez souple, fin et confortable, cela lui vaut d'être parfois porté au soleil.

On trouve aussi des versions réalisées en coton, en lin...

chapeau-fedora-style

Un chapeau, trois styles différents.

S'il peut prendre des allures assez formelles, sa démocratisation inspire aussi des looks beaucoup plus décontractés : jean et pull à col roulé, ou carrément tee-shirt blanc et chino. Cela en fait l'un des chapeaux les plus polyvalents et faciles à porter.

Un bon investissement pour commencer à s'approprier le couvre-chef ! En termes de prix, on trouvera de tout, de 20 à 200 €. De ce que j'ai pu constater, les beaux modèles bien faits et en apparence durables arrivent aux alentours des 90 - 100 €.

On a tendance à appeler le fedora "borsalino". À vrai dire, Borsalino est à l'origine une marque de fedoras.

Le trilby est une version assez proche du Fedora, qui s'en démarque par un bord plus petit et une calotte plus haute. Je trouve qu'il a un côté plus casual et estival, ce qui tient sans doute aux bords plus étroits, bien qu'il soit aussi porté avec des costumes.

Avec un simple tee-shirt et un chino, ça passe nickel.

comment porter chapeau trilby

Grâce à ses bords plus étroits, le trilby se prête plus facilement à un contexte casual.

Comptez entre 40 et 200 €. Le prix moyen de 80 - 100 € offre déjà de belles pièces.

Le fameux chapeau melon

chapeau-melon

Tout en courbes, le plus rond des chapeaux est aussi l'un des plus mythiques ! La série britannique qui porte son nom n'y est pas pour rien et illustre parfaitement l'esprit vintage caractérisant cette pièce.

Plutôt décontracté à l'origine, le chapeau melon se porte souvent dans des tenues formelles. On peut toutefois l'associer à un style casual. Si vous souhaitez laisser le costume de côté, un jean ainsi qu'un gros pull, ou un blouson de cuir ajusté, feront parfaitement l'affaire !

chapeau-melon-tenues

Attention, il y a casual et casual ! N'espérez pas pouvoir le porter avec un teddy et des sneakers, le contraste serait trop fort. 😉

Soyez vigilants sur la tenue de la calotte : elle doit être un peu rigide et revenir à sa forme en cas de choc. Dans le cas contraire, vous risquez d'avoir une matière qui s'affaisse avec le temps, ce qui n'est pas du tout envisageable sur une forme parfaitement ronde.

Prix : à partir de 50 €, on commence à trouver des choses intéressantes.

L'estival panama

panama chapeau homme

Le panama, symbole de l'été - et des cours de Roland Garros - se définit plus par sa matière que par sa forme. C'est un chapeau de paille finement tressée, pouvant être plus ou moins anguleux, arrondi, aux bords de tailles variables.

Cela étant, il empreinte souvent sa forme au fedora, disposant quasi systématiquement d'un gallon. Très souvent élégant, le panama s'adapte parfaitement à des tenues casual chic.

Chemise, pantalon blanc et sneakers basses fonctionneront à la perfection, mais le panama sublime aussi un costume porté avec un tee-shirt ou une chemise ouverte, ambiance sprezzatura. La plus grosse difficulté ne sera pas de l'assortir, mais bien de trouver le "courage" de le porter !

comment porter panama homme

Le prix va dépendre de la matière. Aujourd'hui, on trouve de "faux" panama en synthétique, tressés à la machine pour une vingtaine d'euros... mais ils s'abîment très vite au soleil et peuvent renvoyer un effet cheap.

Le véritable panama en paille se situe généralement autour des 100 €, voire beaucoup moins dans les pays producteurs de l'Amérique du Sud. Si le coeur vous en dit...

Le pork pie hat, plus difficile à porter

Devant son nom à sa rondeur rappelant celle d'une tarte, le pork pie est peut-être le plus difficile à assortir.

Il revient beaucoup ces derniers temps, porté dans des tenues loin d'être aussi formelles qu'il ne l'est d'habitude. Perfecto, jeans, cardigan : ce chapeau ne déroge pas à la règle et peut s'adapter à vos humeurs.

On remarquera qu'il est souvent porté foncé ou noir : dans le cas d'une pièce aussi originale, c'est nettement moins gênant !

chapeau porkpie -style-homme

Avec sa forme atypique, le pork pie peut être difficile à assortir.

On peut trouver des pork pies en tissu et non en feutre, ce qui positionne leur prix aux alentours des 50 €. Pour les versions plus nobles en feutre, il faudra compter, là encore, 80 à 100 €.

Haut-de-forme, bob et cowboy hat : des styles à connaître, pas à porter

Il existe des centaines de styles de chapeau différents, mais tous n'ont pas leur place dans notre vestiaire.

Le chapeau haut-de-forme, peut être le plus noble de tous, est impossible à porter quotidiennement aujourd'hui (certains l'utilisent lors de mariages ou de célébrations traditionnelles). Il faut donc vraiment avoir une excellente raison de le sortir. Si ce n'est pas le cas, ne vous y risquez pas !

chapeau haut de forme homme

Magnifique... mais un peu anachronique aujourd'hui.

Le bob est le parent pauvre de la famille chapeau. Avec sa "simple" toile de coton et sa forme quelconque, il n'est plus porté aujourd'hui que par certains pêcheurs ou chasseurs. Il faudra probablement attendre encore quelques années avant qu'il ne revienne sur le devant de la scène. Ou pas d'ailleurs.

bob ellesse homme

Il a beau jouer la carte du vintage - ou de la hype - le bob reste particulièrement cheap.

Note de Rafik : Plus mesuré que Romain sur la question, certains looks avec des bobs sont bien exécutés. En revanche, il est effectivement à réserver aux plus aguerris (il fonctionne mieux dans les looks streetwear). C'est aussi le genre d'accessoires sur lequel on ne peut pas mentir : si vous ne le portez pas avec conviction, cela sautera aux yeux

S'il fait encore le bonheur de quelques texans ou d'amateurs de fêtes déguisées, le chapeau de cowboy n'a pas sa place dans nos armoires, ni sur nos têtes. Composé de plusieurs variantes (Cattleman, Brick, Gambler...), ce chapeau reste mythique et partie intégrante de la mode masculine américaine, comptant par exemple Ralph Lauren parmi ses fidèles.

chapeau cow boy texas

Voilà...

La casquette, des militaires à la rue

Un accessoire qui traverse les styles

Emblème de la culture hip-hop et du streetwear, la casquette trouve pourtant son origine dans le vestiaire... militaire.

casquette dans armee

Dans de très nombreux pays, la casquette fait partie du vestiaire militaire depuis très longtemps.

Directement inspirée des képis, ce couvre-chef était apprécié pour sa visière atténuant le risque d'éblouissement.

La classe ouvrière et certaines professions (chauffeurs, chefs de gare...) se l'approprieront ensuite, jusqu'à en faire un basique des vêtements de travail d'alors : le "vrai" workwear.

histoire-casquette-workwear

La casquette connaît de multiples usages, du commandant de marine aux joueurs de baseball, en passant bien sûr par les icônes rap et hip-hop.

Objet promotionnel donné, modèle béret en feutre ou pièce de cuir incrustée de diamants : elle aura inspiré énormément de marques et de créateurs.

casquette-baseball-alligator

La marque Stalvey New York s'est "amusée" à créer des casquettes type baseball en alligator, python et autres matières précieuses, doublées de soie. Comptez environ 3 smic.

Aujourd'hui, sa version "sport" est partout lorsque les beaux jours reviennent : il faut reconnaître qu'elle est vraiment pratique et offre une multitude de styles, évitant ainsi de voir les mêmes partout... Même si certains modèles sont bien plus populaires que d'autres !

Il y a presque autant de façons de construire une casquette que de styles. Dans la plupart des cas, on aura évidemment un travail de découpe des empiècements qui seront assemblés :

  • soit en partant du sommet, pour assembler ce que l'on appelle "la couronne",
  • soit en assemblant les pièces les unes après les autres.

Un gros travail se fait sur la visière : sa rigidité est permise par la présence d'une feuille, souvent en carton, entre plusieurs épaisseurs de tissus.

Globalement, on peut les répartir en deux grandes familles : les européennes (traditionnelles) et les américaines.

Entre vintage et tradition : les casquettes européennes

La gavroche et sa cousine irlandaise, des classiques durs à porter

film-vintage-gavroches

La gavroche et la casquette irlandaise sont cousines : toutes deux sont rondes, assez plates et dotées d'une courte visière. La seconde est cependant la seule à être composée de 8 pans.

Ce sont les plus décontractées des casquettes traditionnelles... peut-être un peu trop d'ailleurs, ce qui les rend assez casse-gueule. Leur côté "bouffant" en fait des pièces très confortables, qui n'écrasent pas les cheveux, dont la contre-partie "négative" est cette allure un peu brouillonne.

gavroche chevrons homme

Il est plus facile de se tromper avec le côté bouffant.

Le béret et la casquette plate, plus structurés

On préférera largement le béret ou la casquette plate, plus élégants et surtout, bien présents aujourd'hui chez l'homme. Fabriqués à partir de tweed, ils vous offrent la possibilité de vous faire plaisir sur les matières, les couleurs et même les motifs type chevrons...

Le côté authentique, presque rustique du béret, apportera de l'originalité à vos tenues, même celles de tous les jours. Il se porte avec une belle veste en laine et un jean bien sûr, mais aussi simplement avec un cardigan et un chino. Ou même un tee-shirt, un jean et des tennis. Vous avez le choix !

beret-style-homme

Loin des clichés du Parisien, les bérets et casquettes vintage se déclinent facilement d'un style à l'autre

Street et modernes : les casquettes américaines

Nous voilà finalement arrivés à l'un des couvre-chefs les plus répandus : la casquette américaine. Tellement populaire qu'elle est d'ailleurs simplement désignée "casquette", esquivant tous les autres membres de cette grande famille. C'est pourtant la dernière née d'une longue lignée, reprenant la visière et le bombage de ses ancêtres.

La fitted, ou casquette de baseball

casquette 59 fifty

La 59 FIFTY, véritable légende de la casquette de baseball. Comptez environ 30 € pour ce modèle.

A la tête de cette nouvelle génération, il y a une casquette créée pour un sport très populaire aux US : vous savez déjà que je veux parler du baseball ! Avec une visière plus longue que les modèles traditionnels, une toile de coton très robuste et un look très sport, elle se démarque surtout par son "fitting".

Afin d'éviter qu'elle ne bouge pendant les matchs, elle a été conçue pour bien se plaquer sur le crâne. C'est donc quasiment la seule à être fabriquée en plusieurs tailles. Justement appelée la "fitted", elle a été rendue célèbre par la marque ERA.

On notera deux principales variantes à ce grand classique de la caquette : la visière est soit plate, soit courbée.

style-casquette-baseball

Niveau tenues, vous pouvez rester classiques ou prendre quelques risques.

La première option consiste à partir sur un ensemble casual, composé par exemple d'un sweat et d'un jean, ou encore - ce qui fonctionne très bien - d'une chemise en chambray et d'un chino clair. La casquette apporte alors une petite touche sport.

L'option un peu plus risquée consiste à la porter avec une pièce formelle, comme un blazer. On voit même des hommes la porter avec un costume, mais l'effet n'est pas renversant.

Quoi qu'il en soit, gardez une chose en mémoire : la casquette s'est complètement banalisée. Elle n'attire plus vraiment l'attention, donc ne vous prenez pas la tête pour l'assortir. Surtout dans une tenue casual, où l'erreur est quand même difficile.

La snapback et sa taille réglable

Évolution plus récente de la casquette, la snapback tire son nom de sa languette ajustable située à l'arrière. En réalité, elle se démarque aussi par sa large visière plate et par son avant bombé, propices à l'affichage de logos imposants.

C'est aussi une des plus communément dotées d'une maille aérée - voire carrément d'un filet - sur sa partie arrière. Elle évoque mieux que personne la culture hip-hop et se retrouve souvent sur les têtes des plus grands artistes du milieu, ce qui ne l'empêche pas d'être une référence du style masculin depuis 3 - 4 ans.

Sa petite soeur, la starback, se démarque simplement par sa languette de serrage en plastique.

porter casquette snapback homme

Évidemment, on n'est pas obligés de tomber dans les clichés bombers / pantalon ample / tatouages pour porter la snapback. Un tee-shirt et un jean peuvent suffire à apporter la décontraction adaptée au port de cette casquette.

Pour partir sur une tenue casual un peu plus poussée, faites comme Alexandre et optez pour un beau blouson de cuir à porter sur votre chino, cela passe tout seul !

Enfin, les inconditionnels de la snapback pourront la porter dans un registre un tout petit peu plus formel, en optant par exemple pour un pantalon en flanelle / habillé.

À l'endroit ou à l'envers ?

Question difficile à trancher... Disons qu'à l'endroit, la casquette n'est pas toujours pratique, sauf quand il y a vraiment du soleil. Portée à l'envers, la casquette peut donner un air juvénile vite ridicule. Mais je dirais qu'il n'y a pas de réponse absolue à cette question.

Si vous vous trouvez l'air d'un ado avec la visière dans la nuque, alors portez la casquette à l'endroit. Si vous souhaitez justement casser un peu le style de votre tenue, notamment si elle comporte des pièces très classique, alors portez-la à l'envers !

Un simple regard dans le miroir devrait vous permettre de répondre à cette question. Si ce n'est pas le cas, c'est que les deux options s'ouvrent à vous et qu'il faudra simplement faire un choix. 😉

Le bonnet, allié contre le froid

Enfin, nous terminons ce guide des couvre-chefs avec la star de l'hiver : le bonnet. Tricoté en lainages divers (mérinos, cachemire...), il est à la fois pratique et confortable par temps froids.

On le trouve conçu en mailles plus ou moins épaisses selon le style que l'on veut lui donner. Comme pour n'importe quel pull, on reconnaît un bonnet de qualité à un tricotage très régulier, serré et homogène. Les coutures que l'on trouve sur le dessus doivent apparaître nettes et "droites", c'est à dire sans (trop de) vrilles.

Il existe plusieurs types de bonnets, malgré tout assez proches les uns des autres.

Le bonnet court, une valeur sûre

C'est la version la plus simple.

Bien plaqué sur les cheveux, il s'arrête en haut du front et cache une partie des oreilles. Il est bien pratique et souvent peu onéreux, à porter dans n'importe quelle tenue et avec n'importe quel style. Vous ne le mettez pas tant pour le style mais surtout pour avoir chaud.

bonnet-court homme

On notera que le bonnet court peut, comme le bonnet long que l'on va voir, disposer d'un revers ou d'un pompon !

Plus décontracté : le bonnet long

Les bonnets longs vont former un légère bosse sur le haut et ne plaqueront donc que les côtés de la tête. Certains vont même jusqu'à tomber sur la nuque.

Plus connotés streetwear, ils conviennent davantage à un vestiaire casual et décontracté. On en trouve notamment chez les marques comme Carhartt.

idees looks bonnet-long

Et les autres ?

Enfin, je n'oublie pas les chapkas et bonnets péruviens... même si je vous les déconseille.

Très à la mode il y a quelques années, ils ont quasiment disparu aujourd'hui. Cela n'empêche pas de reconnaître à quel point ils peuvent être confortables et utiles, surtout grâce aux pattes qui couvrent bien les oreilles. Si le temps est vraiment rude, au diable le style !

Comment connaître sa taille de chapeau ?

Le système de taille est extrêmement simple : mesurez votre tour de tête en positionnant le ruban au milieu du front, au dessus-des sourcils, puis ramenez-le tout droit à l'arrière de votre crâne. Les variations de taille impliquent généralement une différence de + ou - 2 cm.

Comment choisir un chapeau selon sa morphologie ?

Comme tout vêtement, le couvre-chef ne se choisit pas au hasard !

Les visages ovales 

Bonne nouvelle ! Vous pouvez tout vous permettre, la forme ovale s'adaptant sans problème aux couvre-chefs structurés et droits, comme aux formes plus rondes. Vous avez donc bien fait de venir 😉

choisir chapeau selon morpho

Les visages ovales peuvent tout se permettre !

Pour les visages longs...

Cela se complique un peu !

On vous conseillera d'éviter les chapeaux trop droits, aux calottes hautes. N'hésitez pas à apporter un peu d'horizontalité au visage en optant pour des bords larges, légèrement recourbés vers le haut pour que ça ne soit pas trop géométrique.

Le fedora ou le béret pourraient vous plaire... En hiver, le bonnet court peut rétrécir et équilibrer le visage.

chapeau visage carré

L'horizontalité des bords larges convient aux visages longs.

Et pour les visages carrés ?

Visages carrés, anguleux : attention aux formes droites. Vous êtes les clients idéales pour le chapeau melon, capable d'apporter plus de douceur au visage grâce à ses courbes nettes et rondes.

chapeau pour visage triangulaire

La rondeur du chapeau melon équilibre le côté anguleux du visage.

Le cas des visages ronds

Il vous faudra éviter le chapeau melon à tout prix pour éviter d'en rajouter.

En revanche, le fedora, avec ses bords assez larges et une calotte haute, peut apporter un peu de structure.

En hiver, il est aussi possible de porter le béret, à condition d'avoir un modèle aux lignes droites.

al capone fedora

Eh oui ! Al Capone était aussi stylé que dangereux avec son éternel fedora.

Où acheter un chapeau, une casquette, un bonnet...?

Les chapeliers ne courent pas les rues. Cela étant, à ceux qui en ont l'occasion, faites-vous le plaisir d'aller l'acheter en boutique : ce n'est pas forcément plus cher, et cela permet surtout de profiter de conseils experts. C'est aussi l'occasion d'en savoir un peu plus sur cet "objet" si particulier.

On trouve également quelques exemplaires dans la plupart des grandes enseignes de prêt-à-porter comme Menlook, L'Exception ou Farfetch. Pensez aussi à la marque historique Borsalino, une valeur sûre.

fedora-borsalino

Borsalino propose aujourd'hui une amplitude importante de couleurs et matières. Ici, il s'agit de lapin teint en bleu.

Si vous souhaitez partir sur des produits classiques mais réalisés de façon traditionnelle, la jeune marque Chapoleone fabrique en France de très belles pièces personnalisables, à partir de 129 €. Maison Michel est aussi une institution, tout comme Lock & Co, maison emblématique de Londres depuis des siècles.

Pour les casquettes, il y a encore plus de choix : toutes les marques de tous styles en ont forcément quelques exemplaires. Pour ceux qui aimeraient en trouver une assez originale, pensez à aller voir chez Larose Paris.

bonnet-zippe-larose-paris

Bonnet zippé Larose Paris.

Le coup de casquette coeur d'Alex

Il y a deux ans, j'ai rencontré Jean Laumet, créateur de la marque Neypo. C'est un passionné des belles matières et de couvre-chefs. Il a donc cherché à redonner à cet accessoire ses lettres de noblesses.

Toujours en quête de nouvelles matières et en conservant une fabrication artisanale (comprenez par là qu'il fabrique lui même ses pièces dans son petit atelier à Lille !), Jean essaie de proposer une alternative chic à la traditionnelle casquette de baseball ou la 5 panel, qu'on voit dans toutes les garde-robes streetwear.

casquette-velours-homme

C'est quand même bien différent de ce qu'on voit d'habitude !

Ce que j'aime, ce sont donc ces micros collections, où chaque référence est produite en toute petite quantité et numérotée à la main et ses matières toutes plus insolites les unes que les autres. Et savoir que tout est fait par une seule personne renforce le côté exclusif de chaque couvre-chef. Gros coup de coeur pour ses pièces en velours (bob et casquette).

bob-velours-neypo

Enfin, les bonnets simples sont aussi disponibles à des prix abordables un peu partout aussi. Saint James offre d'excellents produits très robustes à partir de 30 € ! Pour des versions plus streetwear, Carhartt ou même Superdry ont quelques modèles sympas.

En ligne, il y a les sites spécialisés comme Headict, Chapellerie-Traclet ou Chapeaushop.

Quoi qu'il en soit, pensez à arpenter les différentes catégories des e-shops : ils ont tendances à proposer plusieurs types de couvre-chef différents.

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas. On se fera un plaisir du vous répondre !

Romain Rousseau A propos Romain Rousseau

Voir un tailleur marquer sa toile m’impressionne, regarder une brodeuse faire virevolter son aiguille me donne des frissons, admirer un cuir parfait me fait sourire. Je suis passionné par le Luxe pour ce qu’il est (rigueur, excellence, amour du beau), et plus encore j’aime partager et transmettre cette passion. [email protected]

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Romain !

    Effectivement, la laine melton risque d’être un peu chaude pour l’été. Pour le coup, je te conseille de regarder chez les marques dont Luca parle dans son Bon Look sur les couvre-chefs. 😉
    https://youtu.be/7qPUWHPlJBU

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Boo !

    Pour reprendre ce que dit Luca dans son Bon Look sur les couvre-chefs, tu peux en trouver chez Traclet, Stetson ou bien en friperies. 🙂

    Au niveau des matières, mieux vaut privilégier la laine pour l’hiver, et le coton pour l’été, tout simplement. 😉

  • boo

    Hello
    quelles marques conseillées vous pour les bérets et quelles matières pour l’été et pour l’hiver ? Merci 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Romain !

    Normal je ne sais pas, mais c’est pas top…

    Ce n’est pas le cas pour tous après, c’est du 50 / 50 pour certains, et du 80% laine 20% poly pour d’autres.

    Ceci dit, ils ne sont pas très chers. Je pense que la douceur du mérinos permet de compenser la faible quantité de matières naturelles en terme de toucher, pour le premier cas 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Alex !

    Disons que dans un climat tempéré, c’est un peu bizarre je trouve. Avec une très grosse parka dans la tenue, pourquoi pas, ça reste cohérent, mais je vois mal ça être bien porté avec un manteau croisé par exemple.

  • Nicolò – BonneGueule

    Inis Meain, Howlin’ By Morisson, Hircus, Six & Sept, Olow, Homecore… 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour le retour Florian !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Tiago !

    Mouais, il paraît que c’est la tension constante sur les racines. Même chose pour le « man-bun ». J’en sais rien à vrai dire, je laisse la question aux chercheurs pour ma part ^^

  • Romain Rousseau

    Bon de toute évidence on est vraiment sur des questions de perception. Car des mecs ridicules en bob, j’en ai vu bien plus que des mecs ridicules en chapeau. De même qu’en terme de tendance, choses que je suis tout de même régulièrement et pas qu’à travers les reporting de défilé, je ne crois vraiment pas à un retour en force…
    Que certains le portent avec style, oui et de toute façon chacun fera bien comme il veut. En revanche, faire l’apologie d’une pièce qui, de toute évidence, n’est réservée qu’à certains styles très pointus – ce qui a toujours été le cas- c’est pas vraiment pertinent. Et s’il fallait que je me mette à présenter absolument tous les styles comme étant potentiellement intéressants mais à condition que, dans la limite de, en référence à … ça deviendrait vite imbuvable, et ça perdrait tout son sens. Mais que les porteurs de bob se fassent plaisir !

  • Nicolò – BonneGueule

    Plutôt sympas les bonnets, joli mouchetage !

    Merci Marcial 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Voilà 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour l’adresse Léonard 🙂

  • Romain Rousseau

    Merci pour ton retour Alexis !

    J’ai utilisé le terme de béret pour une raison très simple : tape ce mot dans google, et tu verras. En effet aujourd’hui le terme de béret regroupe plusieurs types de modèles, DONT le modèle que tu évoques qui, si l’on est très précis, ne s’appelle pas « simplement » béret mais béret français.

  • Romain Rousseau

    Bonjour,

    Pour compléter ce que dit Nicolò, il faut reconnaitre que ce type de look n’est pas tout à fait adapté à la vie quotidienne si l’on habite pas Londres ou Paris, quoi qu’il soit effectivement très réussi.
    Ce guide vise à introduire nos lecteurs au chapeau, notamment ceux qui n’en n’ont peut être jamais porté/acheté, en cohérence avec les contenus habituels de Bonne Gueule. Par conséquent, et je pense que tout le monde peut le comprendre que conseiller/encenser le bob alors même que les bobs stylés ne doivent représenter que 1% de l’offre et sont concentrés dans quelques boutiques parisiennes n’est pas hyper pertinent…

  • Romain Rousseau

    Bonjour Henry,

    Effectivement je comprends ton point de vue sur le bob. Cela étant, je ne m’adresse pas qu’à un lecteur hyper averti, qui habite dans une capitale ou une grande ville et qui a accès à une offre de niche -parce concernant le bob, c’est de cela qu’il s’agit. Si tu fais un tour dans l’immense majorité des boutique – et même d’un certain nombre de sites – tu verras que le bob est dans 99% des cas cheap. Porter un bob dans un look workwear 100% made in Japan, oui, mais ce n’est pas vraiment à ce type de lecteur très averti que je pensais lorsque j’ai écrit cet article.

  • Nicolò – BonneGueule

    Ouuuui mais bon derby et richelieu ça se réfère à deux modèles différents !

    Là il y a utilisation d’un mot « connu » (bérêt) pour une forme connue (casquette plate) aussi parce que l’objet auquel il renvoyait au départ (le « bérêt » stricto-sensus), est un peu tombé en désuétude ^^

    Mais je comprends on est tous « maniaques » ici 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Henry !

    J’ai répondu (en partie) à ton commentaire via un autre un peu plus tôt. Mon avis personnel est moins tranché que celui de notre article, mais je vois très bien à quoi Romain fait référence, et je trouve que c’est justement à partir de ces origines « peu flatteuses » que l’on peut tirer de la force du Bob s’il est dans une super matière et impeccablement intégré au look. (Perso, je ne le ferais pas, mais je respecte totalement l’idée)

    Très chouette sélection de Bobs ! Merci pour cette contribution.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Alexis !

    Merci pour ton retour !

    Ah oui, c’est juste, mais tu sais même si c’est vrai que c’est un abus de langage, en réalité utiliser le mot « béret » pour parler de casquette plate est devenu plus que commun, car la casquette renvoie de nos jours trop fortement à la casquette de baseball à visière par exemple.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Charles !

    Je sais pas trop s’il s’agit de parler de « fashion faux pas » (on est pas sur M6 hahaha 😉 ) mais bon juste que c’est un peu bizarre d’avoir tes oreilles écrasées en plein milieu par la casquette quoi…

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Moi !

    Je comprends tout à fait la critique, tu as raison quelque part.

    Cela dit tu ne peux pas nier que ce look, entièrement basé sur le patchwork, tout comme les coupes des pièces ont une franche influence « bohème ».

    Et c’est ça le jeu justement : le bob « normal » est « cheap », mais le bob revisité avec de belles matières, porté avec une veste patchwork super travaillée, c’est l’inverse !

    Et c’est d’ailleurs pour ça que c’est une réussite, que c’est marquant et que ça inspire le respect : parce qu’on a pu détourner de façon convaincante la connotation initiale d’une pièce !

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour le témoignage Romain 🙂