Conseils : Comment créer des looks oversized et loose ?

/

Lorsqu'on débute, il est recommandé de miser sur des pièces ajustées. C'est même une étape obligée. On apprend ainsi à connaître sa silhouette et ce qui nous va, on peut associer ses vêtements entre eux sans prises de tête sur les coupes... Bref, c'est tout simplement plus facile.

Une fois ce stade passé, on cherche à personnaliser son style. Selon leur profil, certains se dirigeront vers des palettes de couleurs originales, des accessoires qui leur ressemblent, des matières un peu spéciales... Ce ne sont pas les possibilités qui manquent.

Une pièce forte, des couleurs cohérentes, des accessoires qui personnalisent l'ensemble... Pas de doute, c'est réussi, mais on reste dans l'approche classique des coupes.

Cela étant, que ce soit par appréhension ou par habitude, beaucoup d'hommes n'osent pas jouer avec les volumes. Pourtant, construire des looks autour de proportions différentes et s'appuyer sur des pièces oversized peut clairement apporter du caractère à un style.

Alors, comment faire ?

Oversized et loose-fitting : qu'est-ce qu'on entend par là ?

Des proportions différentes

Si on traduit littéralement, oversized signifie "surdimensionné". Loose-fitting, lui, renvoie à la notion de coupe ample.

Autrement dit, on parle de vêtements qui vous laissent une certaine liberté de mouvement, sans pour autant faire de vous des sacs à patates. L'idée derrière est de conjuguer du confort - pas de bouton de chemise prêt à exploser, ni de couture prête à craquer - avec le style, et de se situer en équilibre entre les deux.

Au passage : oversized dit -il forcément plus large ? Dans la plupart des cas oui, mais l'oversized peut aussi se faire par la longueur. Cela va beaucoup être le cas dans le streetwear par exemple, avec les fameux sweats longs.

Dernière précision : je fais du XS. Par vêtements loose et oversized, je ne parle pas de simplement me tourner vers un M pour qu'il ait l'air d'avoir été coupé large (même si cela peut le faire parfois). Dans tout l'article, on va donc s'intéresser à des pièces conçues pour être portées avec plus d'aisance, dont la coupe et les détails ont été calibrés pour.

Un twist pour toutes les morphologies ?

Dès lors qu'on touche aux volumes, la question des morphologies se pose.

En soi, l'oversized peut être pratiqué par tout le monde :

  • Les physiques grands et minces ne rencontreront aucun souci.
  • Pour ceux de petite taille, jouer sur les volumes peut être intéressant pour étoffer le buste par exemple. Attention cependant aux pièces trop longues et aux pantalons amples, qui pourraient tendre à visuellement tasser leur porteur.
  • Pour les silhouettes corpulentes, je vous conseille d'éviter les matières trop fluides qui ont tendance à souligner les rondeurs. Il est plus facile, au départ du moins, de s'orienter vers des pièces dans des matières avec de la tenue.

Bien entendu, il n'y a pas de règles absolues et certains looks me donneront tort. Je vous donne surtout des indications pour vous aiguiller mais n'hésitez pas à essayer si une pièce vous fait craquer, évidemment ! À titre d'exemple, ce monsieur mesure 1,66m. (Crédits : Tommy Ton)

Comment créer une tenue oversized ?

Une seule règle : déconstruire sa silhouette... en équilibre

À trop déconstruire les volumes de sa silhouette, on finit par ne plus en avoir du tout.

Sans grande surprise, on retrouve la fameuse règle du contraste. Si vous optez pour un haut de tenue ample, le bas devra alors être ajusté et vice-versa.

Dans le même esprit, on évitera d'avoir un accordéon sur chaque cheville si l'on porte une pièce longue. Jusque là, c'est logique.

J'insisterai davantage sur le premier aspect, s'agissant de celui qu'on rencontre le plus souvent.

Option #1 : haut loose et bas fitté

À mon sens, c'est la piste la plus adaptée pour commencer : un pantalon ample est plus difficile à assumer qu'une maille ou une veste coupées généreusement.

Peut-être le faites-vous déjà de temps à autre, sans vraiment vous en rendre compte. Un cardigan un peu tombant laissé ouvert, ou un trench un brin trop grand, constituent déjà une approche !

Ici, on a une vraie opposition entre le haut ample et long et le bas, bien plus ajusté (peut-être un peu trop pour certains, d'ailleurs). C'est justement cette opposition qu'il faut rechercher ! Utiliser des mailles pour ce type de look est un parti-pris facile et efficace. Laissez votre cardigan vivre sur vos épaules, il se chargera du reste. (Crédits : Pinterest)

Sur le même principe, on peut aussi compter sur les vestes / blousons / manteaux, qui apportent du "flou" à eux tout seuls. Regardons ça en images.

Pour le coup, le manteau donne vraiment son impulsion finale à la tenue. Épaules sans padding et emmanchure très basse : il a un côté presque "enveloppant", dégageant une grosse impression de confort façon cocon. Celle-ci est d'ailleurs renforcée par les grandes poches plaquées. À côté de cela, le col tailleur contrebalance avec la grande décontraction de la coupe et le rend finalement assez simple à porter. Le reste de la tenue reste sobre, laissant le manteau bleu canard "s'exprimer" pleinement. (Crédits : The Idle Man)

Même idée, autre ambiance. On retrouve deux manteaux oversized mais cette fois-ci, ils insistent beaucoup plus sur la carrure qu'ils n'appellent à la décontraction. Avec leurs épaules et leur coupe très droites, ils dessinent une silhouette presque rectangulaire, se faisant plus imposante qu'elle ne l'est en réalité. Couplé aux costumes croisés au-dessous, le rendu est particulièrement élégant : il y a une vraie prestance. (Crédits : Nordstrom Image)

De façon nettement plus casual, les vestes en jean se prêtent bien à ce genre d'exercice. Qu'il s'agisse d'un modèle avec un design fort...

... Ou une ligne plus vintage. De manière générale, le streetwear est un style où l'oversized se rencontre très souvent, jouant sur les codes entre des vêtements rétro/vintage et d'autres pièces actuelles.

Le blouson en cuir ne fait pas exception, on peut aussi l'adopter en version loose comme notre ami à droite sur la photo. En revanche, sans même parler de coupe ou de fit, le perfecto est une pièce déjà ancrée dans un imaginaire fort. En choisissant de le porter ainsi, on appuie d'autant plus ses origines "blouson noir" et son côté un peu voyou. Le résultat est intéressant, mais plutôt à reproduire si ces influences nous parlent vraiment. Au passage, si ce genre d'item vous intéresse, c'est le type de coupe que l'on peut trouver en friperie.

Si on s'intéresse maintenant aux autres pièces, vous vous en doutez, un tee-shirt se porte très facilement en loose. Idem pour un sweat, mais que dire des chemises ?

S'il devient difficile de faire du formel avec une chemise loose, c'est tout à fait possible sur des looks plus casual. La preuve :

Avec une matière légère et texturée, comme le lin par exemple, la chemise blanche perd son ADN formel. Les manches retroussées et le col souple déboutonné introduisent une certaine nonchalance. À moindre échelle, la barbe et les lunettes de soleil jouent aussi en ce sens. Notez au passage le twist des chaussures vertes, portées avec des chaussettes rayées : osé mais réussi. (Crédits : The Idle Man)

Option #2 : pantalon ample et haut de tenue ajusté

Des pantalons avec plus d’amplitude vous procureront plus de confort, notamment en été. Les possibilités sont cependant moins nombreuses que dans la première option, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a rien à prendre pour autant  !

Pour commencer, pourquoi ne pas partir sur un jean à la coupe moins affûtée ? Notre confrère Boris de BORASIFICATION, que vous avez pu voir dans nos colonnes, le fait d'ailleurs très bien.

On est dans une approche qui reste mesuré. Cela dit, la coupe droite du jean permet déjà de créer un contraste léger avec le haut du look, mettant ainsi l'emphase sur ses accents workwear.

Mention spéciale à ce look, avec un pantalon presque patte d'éléphant. Si l'on évite la connotation très négative de cette coupe, c'est notamment grâce à l'utilisation de la flanelle (je vous garantis un résultat diamétralement différent avec du denim).

Autrement, certains pantalons sont adaptés au loose fitting par essence.

C'est notamment le cas du jodhpur, pantalon d’équitation indien popularisé par les officiers britanniques. Il présente une coupe bien particulière, avec des pinces à la cuisse qui forment une sorte de soufflet donnant de l’aisance. Du reste, la jambe est effilée et ajustée aux mollets.

On a tous dû voir ce look impressionnant de Nick Wooster en jodhpur. Cette opposition "loose / ajusté" naturellement contenue dans la pièce en fait déjà une première marche vers des silhouettes élaborées. La cuisse ample apporte une décontraction qui est rééquilibrée par des mollets ajustés venant terminer la silhouette.

Chez Clark Gable, le jodhpur se porte avec une veste en cuir et un col roulé. Notez comment le blouson, fermé juste sur le bas, vient créer une délimitation à la taille.

Dans la famille pantalon à volume, je demande le cargo ! Ses poches en créent naturellement, et on peut l'accentuer en le portant avec un haut beaucoup plus structuré.

Le cargo crée du volume dans la tenue. Autre intérêt : son aspect massif vient de la présence de poches et non uniquement de l’amplitude de la coupe. Pourtant, il reste très bien contrôlé ici : l'ourlet pinroll sur le bas de jambe permet d'affiner le pantalon sur les chevilles, là où le haut de la tenue reste assez fitté.

Il existe aussi des pantalons à la coupe complètement ample, de la ceinture à la cheville. Ils peuvent énormément apporter à un look mais attention, cela devient tout de suite plus "casse-gueule".

Pourquoi ça marche ? La ceinture vient délimiter le haut très nettement, on voit où les deux parties de la tenue commencent et se terminent. De plus, il pense à bien garder les chaussures entièrement visibles (ce qui n'est pas toujours le cas avec ce genre de pantalons) et pousse jusqu'à laisser les chevilles apparentes. Enfin, il crée des rappels pour lier le tout, comme entre le tee-shirt et les sneakers blanches.

Je vous conseille aussi de choisir ce type de pantalon quand sa coupe a presque un côté architectural (présence de pinces, drapé très réfléchi) et surtout pas bouffante juste pour l'être. Enfin, à moins de ressentir en vous une profonde influence ottomane ou roots, au choix...

Peut-on construire un look 100% oversized ?

Oui, c'est possible dans les faits. Bien exécuté, c'est même très beau mais vous me voyez venir, n'est-ce pas ? Dans le genre compliqué, c'est vraiment difficile à faire...

Si vous souhaitez vous y essayer, je vous conseille de toujours veiller à ce que les extrémités du look soient bien définies :

  • Ne laissez pas vos chaussures se faire manger par votre pantalon. Des souliers montants représentent souvent une bonne piste, de même que des chevilles apparentes.
  • N'abusez pas des accessoires ou des couvre-chefs, votre tenue étant suffisamment complexe en elle-même.

Pantalon large, tee-shirt long et veste qui semble droite, on est bien dans du full oversized. Pourquoi cela fonctionne ? Le tee-shirt blanc en layering crée un point de lumière au milieu du bleu, nous aidant à visuellement délimiter les éléments de la tenue. Le bas a été roulotté, nous permettant aussi de voir où la silhouette se termine. Enfin, le look n'est pas chargé plus que de raison. (Crédits : Pinterest)

Je dépose ce look ici, comme ça. Je suis tombé dessus en faisant mes recherches d'illustrations et tenais à le partager avec vous. C'est une tenue entièrement blanche, avec du drapé de partout, des découpes aux manches et des sandales. Improbable, en somme. Malgré tout, je le trouve réussi. Sans pour autant vous encourager à aller dans cette direction stylistique, n'hésitez vraiment pas à regarder ce qui se fait du côté des lookbooks et des défilés : ce sont de belles sources d'idées pour des looks pointus.

Le mot de la fin...

Une fois que l'on souhaite sortir des basiques, on a tendance à : se concentrer sur des pièces aux connotations diverses pour enrichir son style ; rechercher de nouvelles matières ; porter des couleurs originales... mais on délaisse souvent les looks construits en oversized.

Ils constituent pourtant une alternative intéressante au tout-fitté que l'on retrouve majoritairement : vos looks gagnent en recherche, sans parler du confort.

Globalement, il y a deux possibilités : porter un haut large et un bas resserré, et inversement. On peut facilement mettre le pied à l'étrier : un bomber un peu large, un jean droit roulotté, voire même une écharpe bien longue que l'on enveloppe font parfaitement l'affaire au départ.

Les plus aguerris pourront ensuite s'essayer aux looks entièrement déconstruits, créant ainsi des looks racés et uniques.

Et vous, que pensez-vous de l'oversized ? Avez-vous l'habitude de construire vos tenues en jouant sur les volumes ? Comment faites-vous ? Racontez-moi tout dans les commentaires.

A propos Rafik

Je suis fasciné par l'expression des contre-cultures et les mouvements underground. Tombé amoureux de la mode à 5 ans, je pense qu'elle doit rester un moyen d'expression, et non une course aux tendances. Et que ça reste entre nous, mais je suis un brin bling sur les bords.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Pierre – BonneGueule

    Du coup, c’est un peu difficile de te conseiller étant donné que je ne sais pas à quel point c’est trop grand. À mon avis ce sera compliqué, mais ta meilleure source de conseil sur ce coup-là sera ton intuition devant un miroir. 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Maxime !

    Le problème si les blazers sont vraiment trop grands, c’est que la reprendre ne tient plus de la retouche, mais revient quasiment à refaire la pièce entière. En tant que particulier, peu de retoucheurs vont accepter de le faire, mais ça reste faisable.

    Si tu es sur Paris (je n’ai pas d’adresse pour ça en région, malheureusement), tu peux aller chez Élysée Couture, mais la retouche va coûter cher, compte probablement pour 150 à 300€ par blazer, c’est juste une estimation, le retoucheur te dira peut-être autre chose.
    Paris Élysée couture, coûte extrêmement cher (probablement plusieurs centaines d’euros par veste, estimation entre 150 et 300€).

    À bientôt,
    Pierre

  • dylan xia

    je trouve curieux la façon dont le jodhpur est détourné de sont utilité qui lui était approprié à l’origine, pour dériver vers une tenue bcp plus subtile et travailler. Pour ma part se parti pris n’est pas à mon goût, relativement difficile à travailler

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Chris !

    Ca a l’air tout à fait adapté pour faire un contraste de coupes, effectivement ! 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Ca a l’air chouette, mais y’a beaucoup de paisley quand même haha

  • Nicolò – BonneGueule

    Bonne suggestion !

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Anass !

    C’est une veste-chemise Hollington ! Tu peux en voir un test par ici si ça t’intéresse. 😉
    https://www.bonnegueule.fr/test-avis-hollington-workwear-gilet-veste/

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Seb !

    C’est une demande assez précise, et malheureusement j’ai pas tellement d’équivalent à te proposer à ce modèle-là. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Tiago !

    Très cool comme idée, surtout que les rayures peuvent faciliter un peu le porte de cette pièce (parce que ça allonge la silhouette, etc…)

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Ben !

    Malheureusement je n’ai pas grand chose à te proposer. Des marques qu’on connaissait et qui proposent ce genre de pièces, il n’en reste qu’une : Damir Doma. Après, tu peux aussi regarder chez les marques ayant des inspirations équitation ou chez les créateurs, certains s’amusent à en sortir de temps en temps. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Va chez COS 🙂

  • Emmanuel

    très sympa ! Merci Pierre, maintenant j’ai parfaitement compris !

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Alexis !

    La technique de la taille (upsizing) peut marcher, mais pas tout le temps. Le vêtement est taillé pour un morphotype spécifique plus grand que toi, ça fonctionnera bien si la pièce n’est pas trop structurée (si elle a des manches raglan, par exemple). Alors que si tu prends un vêtement pensé pour être porté oversize, il sera coupé pour avoir l’air grand de base.

    La plupart des gens qui font de l’oversize involontaire ont juste du mal à choisir un vêtement à la bonne taille (on est tous passés par là je crois, les débutants sont souvent convaincus que leur vraie taille est trop petite pour eux alors que ce n’est pas le cas). 😉

    Pour le pantalon, tout dépend de la pièce en question. Le semi-slim est la solution qui va être la plus pratique parce que ça va fonctionner quasiment à chaque fois sans être casse-tête. Le skinny va probablement donner l’impression que tes jambes sont des allumettes. Une coupe droite peut fonctionner mais c’est compliqué de ne pas juste donner l’air de porter des vêtements trop grands.

    À bientôt,
    Pierre

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Emmanuel !

    S’il fallait vraiment résumer : le loose c’est de l’oversized, mais l’oversized n’est pas forcément du loose. Le loose est le cas où on joue avec le floud de la silhouette, la fluidité des matières, tandis que l’oversized est plus général et désigne le fait de jouer avec la silhouette. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Kevin !

    C’est faisable dans un oversized relativement modéré (mais il faut bien choisir les matières et les coupes, et pour moi ça doit toujours se rééquilibrer par l’autre partie du corps plus fittée.

    Exemple que j’adopte moi même (et je suis pas très grand avec mon 1m72) : une veste Yohji Yamamoto en coton lin très fin, que je porte 2 tailles plus grandes (avec les manches retroussées), mais que je tempère toujours par un pantalon à l’ouverture de jambe étroite.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Florian !

    Pour quel budget ? 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Yacine !

    J’avoue que je ne sais pas si on en a d’autres de prévus, je fais remonter ton envie de voir plus d’articles du style ! 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Alexis !

    Pour la réutilisation de tes chemises, c’est difficile à dire sans les voir portées, tu devrais nous envoyer des photos à [email protected] pour qu’on te conseille au mieux. 🙂

    Au niveau de la superposition, il vaut mieux partir sur un contraste entre le tee fitté et une chemise oversized avec un effet limite « veste/blouson ».

    Pour ta dernière question, il faut garder en tête que c’est une tendance qui est très connotée street. En soi, ce n’est pas mauvais, même si ça reste une tendance qui passera d’ici quelques années. 😉

    À bientôt,
    Pierre

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Youyou !

    On a jusqu’à maintenant fait surtout du fitté (mais pas que, regarde le custom pant ou le cargo), mais tout ce que je peux te dire pour le moment, c’est qu’on a prévu beaucoup de choses différentes. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Alain !

    C’est comme tout, il ne faut pas tomber dans le dogmatisme et la vérité universelle. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Emmanuel !

    L’image vient du blog de Nordstrom et on n’a pas plus d’infos que ça sur les pardessus, désolé.

    La tenue est plus loose qu’oversized. Tout se passe au niveau du tombé des pardessus, ouverts comme ça ils donnent une structure assez droite et ample à leurs tenues. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Merci pour ton retour, Romain ! 🙂

  • Romain D.

    Super article, bien illustré, facile d’accès pour aller plus loin dans son style. Vraiment intéressant, bravo !