Conseils : Comment choisir ses souliers ? La qualité du montage #2

Temps de lecture : 10 minutes

36

Le montage désigne la méthode grâce à laquelle le soulier est construit. À titre indicatif, comme le précise la marque britannique Crockett & Jones, une paire de souliers en Goodyear, c'est plus de 200 opérations manuelles...

Le montage va, le plus souvent, déterminer la façon dont est assemblée l'empeigne (le "dessus" du soulier) à la (voire aux) semelle(s). Si de gros progrès ont été faits avec les colles, un montage cousu reste la référence en terme de solidité, de qualité et de durabilité.

Je vous propose donc un bref récapitulatif des techniques les plus courantes, avec leurs signes particuliers, et quelques schémas clairs gracieusement fournis par Jacques & Déméter.

Les différents types de montage de chaussures

Avant tout, permettez-moi une petite précision concernant le montage dit "sous gravure" : il peut intervenir à chaque fois qu'une couture apparaît sous la semelle extérieur (typiquement sur du Blake).

La technique est simple : au lieu de laisser la couture apparente à l'extérieur, une fine gorge est creusée dans le cuir pour accueillir les points de couture, puis elle est refermée.

Elle reste souvent visible, mais pour confirmer n'hésitez pas à regarder à l'intérieur de la chaussure !

Le montage Blake

montage blake

Il déchaîne les passions, suscite la haine des uns, l'admiration des autres, mais garde à travers son élégance une perturbante distance. Accusé de simplisme, on lui reproche une durée de vie plus courte que son frère ennemi Goodyear.

Encensé pour la finesse qu'il est seul à autoriser, il ravit les amateurs de souliers profilés et élégants. N'allez pas croire que c'est un débat rationnel : il n'est que passion, bien plus que raison.

point-nouté-navette

Le point navette en pleine action.

Concrètement, le Blake est un montage, comme l'illustre le schéma, grâce à laquelle toutes les parties du soulier (tige, semelles...) sont liées par une solide couture, comme le point navette. La tige est généralement collée, d'où l'autre appellation du Blake "cousu-collé".

Pas besoin de points sur les bords extérieurs de la chaussure, ce qui aboutit à une finesse caractéristique du montage Blake.

Berlutti modèle Alessandro

Les designs uniques de Berluti sont rendus possibles grâce au Blake. Ici, le modèle Alessandro.

Les critiques viennent du fait que le ressemelage est compliqué par ce point de couture unique, qui solidarise la semelle extérieure de tout le reste. Dans les faits, sans être pleinement impossible, la pose d'une nouvelle semelle demeure compliquée et fragilise le soulier.

Néanmoins, des bottiers de légende tels que Berluti utilisent depuis toujours ce montage, et ont montré que sa qualité est incontestable, lorsqu'il est évidemment bien réalisé. Ajoutez un patin pour protéger la semelle, plus la règle "jamais les mêmes souliers deux jours de suite", et vous aurez LARGEMENT le temps avant d'en arriver au point du ressemelage !

Signes particuliers :

  • La présence inévitable de points de couture sous la première de propreté, à l'intérieur de la semelle.
  • Sauf cas particuliers ou volonté du créateur, la semelle extérieure est souvent fine et moins voyante que sur un goodyear.

Le montage Bolognese

montage-cousu-bolognais

Le montage Bolognese est une variante du montage Blake qui est principalement caractérisée par une absence de première de montage. Pour ce faire, la doublure, après avoir été montée sur forme, est tirée puis cousue. Ensuite, la même manœuvre est faite avec le dessus qui est collé en dessous sur la doublure.

Après quoi, la forme est retirée et la semelle d'usure peut ainsi être collée pour réaliser la couture Blake afin d'assurer son maintien. Le montage Bolognese confère aux souliers une souplesse et bon confort, mais en raison de sa fragilité ne durera pas dans trop le temps.

Signes particuliers :

  • Contrairement au cousu Blake, il n'a pas de première de propreté. C'est la tige (dessus + doublure) qui fait le tour du pied.
  • La couture dedans-dehors est liée avec la semelle d'usure par la tige.

Le montage Goodyear

montage-cousu-goodyear

Il est présenté comme le Saint Graal des montages. Moins cher qu'un cousu norvégien ou autres confrères complexes, le cousu trépointe - comme on l'appelle aussi - serait le meilleur compromis entre durabilité, fiabilité, prix et qualité.

Son avantage réside dans la présence d'une trépointe (bande de cuir) qui vient s'intercaler entre la tige et la semelle : le soulier est alors quasi imperméable, là où le Blake est plus sujet à prendre l'eau. Il présente aussi l'avantage d'assurer un ressemelage bien plus facile, car la semelle d'usure est cousue à l'extérieur du soulier.

souliers Gucci

On distingue les points sous la semelle et sur les contours extérieurs.

Signes particuliers :

  • Les coutures "petits points" à l'extérieur du soulier sont la caractéristique principale du Goodyear. Mais pour être sûr de ce que vous avez entre les mains, il y a un deuxième critère cumulatif essentiel.
  • Les coutures à l'intérieur sont invisibles, souvent sous la semelle de propreté. Le schéma ci-dessus est éloquent à ce sujet !

Avertissement : certaines marques n'hésiteront pas à essayer de vous flouer. Si certaines enseignes ne cherchent même pas à essayer de faire croire que leurs produits sont de qualité, d'autres n'assument pas du tout leur fabrication bas de gamme :

qualité massimo dutti

Une paire de Massimo Dutti dont il faut de méfier ! ©Stéphane Ménard

Vous tomberez alors sur un modèle sans couture à l'intérieur, et avec des points sur la semelle à l'extérieur. Goodyear ? Non, montage intégralement collé, avec des points purement décoratifs à l'extérieur.

Le montage mocassin

montage-cousu-mocassin

Le mocassin a beaucoup évolué niveau style, s'est parfois doté de semelles en cuir, voire même de cousus Goodyear ou Blake. Mais il reste de nombreux modèles fabriqués à partir de la technique "traditionnelle", très simple : le pied est littéralement enveloppé dans une pièce de cuir.

La tige sera cousue à la semelle du dessous (souvent très souple), mais aussi sur le dessus de la chaussure, ce qui lui donne cette ligne très reconnaissable.

mocassin homme

LE mocassin par excellence : la semelle souple, et la couture si particulière du dessus de la chaussure.

La qualité et la robustesse du cuir sont particulièrement importantes : si la peau est trop fine, ou marque beaucoup le pli d'aisance, cela peut être problématique... La régularité des coutures et le fait qu'elles soient rapprochées / serrées est aussi important pour ce type de souliers.

Bien que parfois douteux sur le plan esthétique, les mocassins ont en revanche l'avantage d'être extrêmement confortables.

Signes particuliers : 

  • Sur les mocassins "traditionnels", une seule pièce de cuir forme un demi-tube sur lequel repose le pied...
  • ...et justifie la présence d'une couture sur tout le dessus de la chaussure.

Le montage norvégien

montage-cousu-norvégien

Il est presque légendaire, sa robustesse n'égalant que le savoir-faire et le temps nécessaires pour sa réalisation (qui peut durer plusieurs jours). Vous remarquerez, comparé au Goodyear, que la couture de la tige et de la première de propreté traverse aussi la trépointe, et ressort à l'extérieur. La présence d'une semelle intermédiaire en plus garantie une totale étanchéité du soulier.

Il a justement été conçu pour des environnements "extrêmes" et une utilisation intensive (marche, travaux agricoles...). Cependant, et même si les points de couture alourdissent la "silhouette" d'une chaussure, on voit le cousu norvégien utilisé pour des modèles "urbains". Typiquement ? La combat boots !

collaboration bonnegueule heschung

La collab Bonne Gueule X Heschung a fait appel à ce cousu norvégien très robuste.

Signes particuliers :

  • Deux lignes de coutures visibles à l'extérieur.
  • Pas de points à l'intérieur, rigidité et épaisseur de la semelle.

Le montage vulcanisé

montage vulcanisé

Je vous prie de m'excuser pour ce visuel un peu artisanal, mais c'est le meilleur que je suis parvenu à trouver. En rouge, je suis repassé sur la tige (ici en tissu) pour bien montrer qu'elle vient se glisser sous la semelle intérieure, et sur la semelle extérieure. Pour maintenir (et surtout cacher) le tout, une bande de caoutchouc vient faire tout le tour de la chaussure par simple collage.

Pour terminer, la semelle rougeâtre sous la chaussure est réalisée en injectant un mélange qui va prendre forme en refroidissant. On parle de vulcanisation, en référence au procédé chimique selon lequel on ajoute un peu de soufre à un élastomère pour le rendre encore plus élastique.

 

converse

Les converses, adeptes du montage vulcanisé.

Ce montage reste faible niveau qualité, il a pour seul avantage d'être fabriqué automatiquement à la chaîne. Néanmoins, on voit certaines marques comme Vans utiliser ce procédé avec des résultats corrects.

Si vous devez en acheter, assurez-vous que la bande de caoutchouc et la semelle sont solidement collées : pliez la chaussure, cela peut suffire pour déjà constater des signes de faiblesse... et surtout, gardez le ticket de caisse !

Signes particuliers :

  • Pas de coutures, juste de la colle.
  • Bande de caoutchouc faisant tout le tour de la chaussure.

Les finitions d'une chaussure de qualité

Le diable se cache dans les détails, alors prenez le temps de les observer. Ils sont généralement très révélateurs du niveau de finition, de maitrise et de l'état d'esprit d'une marque quant à la fabrication de ses produits.

Les coutures

coutures chaussure

Environ 6 points au cm sur chaque ligne, serrée, réguliers, mais pas trop rapprochés.

Elles sont absolument fondamentales, puisque c'est grâce à elle que l'on peut donner une forme à un soulier. Comme sur les chemises, la clé de points de couture réussis est la régularité, preuve d'un travail soigné et maîtrisé.

En revanche, s'ils doivent être rapprochés les uns des autres et bien serrés, ne vous attendez pas à trouver autant de points que sur un article textile : cela risquerait tout simplement de fragiliser le cuir sur toute la ligne de couture, et de le déchirer.

coutures chaussures

Les points sont nets, réguliers et bien serrés.

Sur et sous la semelle, les points sont plus gros (et réalisé avec un fil poissé très épais), ce qui n'empêche pas qu'ils doivent également être réguliers !

Les renforts / contreforts de la chaussure

contrefort chaussure

On distingue bien le contrefort renforcé qui évite l'affaissement de la tige...

Il y a des zones du soulier qui ont besoin d'être renforcées, ne serait-ce que pour bien maintenir le pied. À l'arrière au niveau du talon, il est donc important de s'assurer qu'il y a des renforts solides, qui vont rigidifier l'arrière de la chaussure.

Ils se voient souvent à l'intérieur, mais le meilleur moyen de s'assurer qu'ils sont bien là est tout simplement d'appuyer sur la partie de cuir enveloppant le talon : elle doit vraiment être dure et ne pas se déformer.

Les perforations et autres designs divers

derby carmina

Perforations impeccables...

Certains détails (ciselages, perforations, cloutages...) peuvent personnaliser un soulier et lui apporter du caractère. Là encore, un maître mot : la régularité. De près, tout doit sembler net et propre, les motifs / clous bien alignés et harmonieux... Faites attention aux deux souliers de la paire, bien entendu !

Les fermetures

Un petit coup d’œil sur le zip utilisé s'impose. Facilité à ouvrir et fermer le zip, sensations de butées, branches irrégulières ou fermeture qui redescend toute seule une fois la chaussure enfilée : tous ces petits détails peuvent vite devenir gênants au quotidien, donc autant s'assurer que tout est parfait à ce niveau-là !

bottine zippée

Évidemment, des marques phares de zip comme YKK ou Riri suggèrent une grande qualité.

L'intérieur de la chaussure

L'intérieur du soulier est également très important, notamment niveau confort ! Semelle intérieure en cuir : un indispensable. Le synthétique peut vite devenir une étuve et vous faire vivre un l'enfer durant l'été !

Même sur des sneakers, l'idéal est une belle semelle intérieure en peau, exception faite des chaussures de sport dont les multiples aérations et semelles innovantes sont souvent en synthétique.

semelle intérieure cuir

Un beau cuir pour cette semelle très confortable.

Si possible également, le cuir intérieur doit être aussi beau que celui à l'extérieur : une matière rugueuse et mal travaillée peut vite être désagréable, voire irritante en cas de port prolongé. Ne pas hésiter à passer la main à l'intérieur de la chaussure...

Les œillets

Ils se raréfient mais sont pourtant utiles, parfois même indispensables. Il s'agit de ces petits anneaux de fer qui viennent entourer les passants de vos lacets.

Sur les sneakers, ils peuvent être posés à l'extérieur et à l'intérieur, alors que sur des souliers élégants, on aura tendance à les placer à l'intérieur uniquement, pour des raisons esthétiques.

Les oeillets à l'intérieur et à l'extérieur, indispensables sur cette peau de mouton retournée.

Les œillets à l'intérieur et à l'extérieur, indispensables sur cette peau de mouton retournée.

Ils évitent que le frottement des lacets ne vienne agrandir le passant, ce qui serait particulièrement inélégant. Les œillets sont indispensables sur des matières comme le cuir de mouton, souple et presque élastique, donc exposé au risque de se déchirer ou se détendre.

Sous la semelle de la chaussure

Il est très fréquent de poser un patin sous vos souliers habillés pour protéger votre semelle de cuir, mais aussi de gagner en confort : une semelle lissée par les ports devient vite extrêmement glissante.

Néanmoins, cette opération ne sera pas utile sur le talon s'il comporte un insert en gomme. C'est un détail qui n'est pas indispensable, mais bien pratique et fréquent dans le haut de gamme / luxe.

La présence de petits clous sur l'avant de la semelle est aussi un très bon signe concernant le soin apporté à la fabrication : sans être indispensables, ils renforcent la semelle à un endroit où elle est très exposée aux griffures, chocs, etc.

souliers homme

Ce qu'on pourrait finalement considérer comme un dessous de soulier idéal.

Maintenant que vous avez trouvé la paire de vos rêves, n'oubliez pas l'importance d'entretenir ses chaussures !

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Cyril !

    Là comme ça je t’avoue que non, mais ça devrait pas être difficile à trouver sur amazon 🙂

  • Cyril Fournier

    Bonjour,

    Auriez-vous des livres (en français) à me conseiller sur le montage des souliers et leur histoire?

    Merci 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Diantro !

    Il y a un long passage dans cet article du blog de Jacques & Demeter qui te l’explique en détail 🙂

    http://blog.jacquesdemeter.fr/10-achat-chaussures-en-cuir/

  • Diantro

    Bonjour, comment faire la différence entre des vraies coutures de montage et des coutures décoratives?

  • Euxane – BonneGueule

    Hello Flower,

    Effectivement on se concentre sur la mode masculine uniquement. Mais étant une femme je comprends ton désarroi 😉

  • Flower

    Il manque indiscutablement un guide du soulier pour femmes ; je me permets de dupliquer un commentaire que j’avais déjà laissé sur Parisian Gentleman.

    En cherchant, on peut compter parmi ceux qui ont une ligne pour la gente féminine : Heschung (http://www.heschung.com/en/152-women); Weston (http://www.jmweston.fr/les-collections/femmes); Paraboot (http://fr.paraboot.com/la-collection-femme-des-chaussures-paraboot); ou encore Aubercy (http://www.aubercy.com/ligne-lady/). Hélas aucun guide ne semble exister pour recenser et évaluer les différentes maisons… avis aux intéressé(e)s !

  • Benoit – BonneGueule

    Grenson c’est fantastique comme marque ! Ca vaut le coup 🙂 Merci pour ton retour, c’est assez rare qu’on ait un retour de féminin directement sur le blog 🙂 On nous pose souvent la question pour les femmes, mais pour le moment, on a rien de prévu de ce côté là… En tout cas j’avais jamais fait gaffe à une telle différence de qualité entre l’homme et la femme au sein d’une même marque…

  • typhN

    Bonsoir, merci pour ce sujet. Je suis une fille mais adepte du look androgyne, et ce type de chaussures me plaît beaucoup. Que pensez-vous de la marque « Grenson » ? Je rêve devant leur site de vente en ligne depuis des années, en attendant de pouvoir m’en payer…. Sinon, je l’avais déjà dit mais je le redis : à quand un « bonne gueule » pour les femmes ? L’offre de vêtements femme est trèèèès abondante mais la qualité est nulle… Je m’inspire de vos conseils, et de vos tests de marques. J’ai toujours ce sentiment en allant au rayon homme que ces derniers sont bien plus « respectés » par le monde de la mode que nous… (exemple : jogging H&M femme = 20€, 50% polyester, même jogging rayon homme = 20€, 80% coton) !!

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est exactement ça Christophe !
    Bexley ce n’est pas de la qualité de folie, mais remis dans le contexte du prix, c’est très très raisonnable.

  • Christophe Durandeau

    Bonjour Alexis,

    Je me permet de répondre car j’ai des chaussures Bexley depuis 3 ans, donc je peux te parler de mon vécu. A l’époque j’avais acheté 2 paires de Richelieu (ce qui revenait à 100€ la paire, car chez Bexley la seconde paire est toujours moins chère). Je les ai portées environ 1 fois par semaine chacune (donc en gros sur 3 ans chaque paire a été porté environ 150 fois). Je ne porte jamais 2 jours de suite la même paire de chaussure. Je travaille en bureau, mais parfois je suis amené à marcher un peu. Voilà pour le contexte qui est important car permet aussi de relativiser l’usure des chaussures.

    J’essaye de faire attention à mes affaires mais je suis quand même un défonceur de chaussures. Les modèles bas de gammes des boutiques que l’on voit dans les centres commerciaux, au bout de quelques mois j’ai la semelle qui se déforme, la chaussure qui se tord d’un côté. C’est certainement du à ma façon de marcher…

    Alors Bexley au bout de 3 ans ? Certes on voit qu’elles ne sont plus neuves, mais elles vont encore durer. Le cuir a bien vieilli et aucune déformation à constater, le talon est par exemple encore bien rigide. Pas de problème au niveau des coutures, ni d’usure prématurée de la semelle.

    En conclusion je suis très satisfait de l’investissement de départ et du rapport qualité/prix. Certes ces chaussures ne se comparent pas avec des Weston mais à 100€ la paire, il faut aussi raison garder. Je me suis racheté une nouvelle paire il y a 2 mois, mais je ne pense pas en racheter d’autres. Pourquoi ?

    Pour moi Bexley a été l’occasion d’une première entrée dans le monde de la chaussure. Maintenant j’ai envie de passer à un niveau au dessus (peut-être une paire de Meermin ou de Loding qui sont d’une gamme de prix un peu au dessus). A mon avis, Bexley c’est parfait pour celui qui veut avoir rapidement quelques chaussures qui ressemblent à quelque chose. Quand on veut varier les tenues il faut quand même avoir 2 ou 3 paires de souliers sinon on donne vraiment trop l’impression d’être un misérable qui n’a qu’une seule paire de chaussure. Une fois de stock de base acquis pour un coût relativement abordable, on peut commencer à se faire plaisir avec du plus haut de gamme, en prenant le temps de bien choisir.

  • ConstanceBG

    Bonjour Olivier,
    Merci beaucoup pour l’info !
    Bonne journée

  • Olivier

    Bonsoir,
    Depuis vendredi il y a une vente privée en boutique et sur l’e-shop avec -30% sur une petite sélection

  • OnurBG

    Je ne sais pas si Heschung propose des soldes. Théoriquement, oui. Peut-être qu’ils en feront pour l’été qui arrive, qui sait ?

    Tu as des plateformes d’e-commerce qui, eux, bradent les prix pour déstocker des pièces qu’ils vendent pour accueillir une nouvelle collection. Si tu cherches bien, tu pourras trouver des pièces intéressantes !

  • youyou12

    Merci.

    Faut-il des soldes?

  • OnurBG

    Merci Youssef pour avoir fait part de ta satisfaction :))

    Chez Heschung, la qualité est très bonne partout. Par contre, pour des chaussures de ville, le design sera plutôt classique.

  • youyou12

    Bonjour,

    Ayant ete tres satisfait de la collab avec heschung pour les boots. Je me demandais si leurs chaussures de villes sontn de meme qualite?
    Que pensez vous de ce modele:
    http://www.heschung.com/fr/934-tilleul-anilcalf-noisette-cuir.html

    Faut-il des soldes?

    Merci

  • Romain R

    Oui oui c’est exact !

  • Pierre Alanski

    Il me semble que lorsqu’il est réalisé à la main, il porte le nom de « Cousu trépointe ». Le terme de « Cousu Goodyear » fait référence à la machine utilisée. Il me semble, hein 😉

  • Luke D

    D’accord merci beaucoup j’essayerais !

  • BenoitBG

    Aucune idée, appelle la marque pour ce genre de question 😉 Ils ont notamment une boutique à Paris !

  • Luke D

    Hello!

    Je me demandais si vous saviez où trouvez (si elles sont encore trouvables) les Richelieu avec la légende « perforations impeccables… » qui semblent être de la marque Carmina ?
    J’ai bien trouvé ce modèle sur leur site, mais les couleurs ne semblent pas être tout à fait les mêmes…
    http://www.carminashoemaker.com/mens-oxford-shoes/wingtip-suede-922

    Connaitrez-vous donc un lien ou une boutique ou on pourrait les trouver ? Car je les trouves magnifiques 😉
    Merci d’avance 🙂

  • Romain R

    Je suis bien d’accord que des souliers réalisés à la main sont toujours préférables à un montage industriel, mais pour moi cela n’a rien à voir avec le type de cousu : un goodyear peut très bien être fait main, tout comme un blake d’ailleurs.

  • Le relief au niveau du cambrion sur la semelle est purement esthétique. Cela ne change rien en terme de qualité !

  • Snob

    Une remarque :

    « Il (le goodyear) est présenté comme le Saint Graal des montages. »

    Ce n’est pas vraiment le cas. C’est le Saint Graal des montages industriels.

    Jadis les souliers étaient montés à la main. L’invention de Monsieur Goodyear a justement parmi d’industrialiser ce processus via une machine, augmentant énormément la productivité en contrepartie d’une baisse de qualité.

    Et oui, au fond le goodyear, tant loué, reposait sur la même logique que l’affreux montage collé ! (nuançons toutefois : la baisse de qualité main -> GY était bien moindre que GY -> collé.)

    Attention, je ne critique pas le GY, 99.99% du pap en matière de soulier est en GY. John Lobb, E. Green, JM Weston… (Weston dont le GY est un poil différent, pas de gemming, et donc un peu supérieur niveau durée de vie.)

    Mais si un jour un lecteur de BG a la chance de se faire faire des souliers sur mesure, ils ne seront pas montés par une machine mais par un artisan à la main. Et ces souliers, comme ceux de son arrière-grand père, vivront plus d’une vie (ce qui n’est pas le cas d’un GY.)

  • OnurBG

    Tu dois peut-être confondre avec un autre élément ? Parce que, normalement, le cambrion est toujours invisible surtout avec la semelle d’usure par dessus.

  • Luca – BonneGueule.fr

    Bien vu Romain, nous l’ajoutons dans la journée 🙂

    Merci pour ton retour

  • Pierre Alanski

    C’est clair 😉

    L’essentiel est que le montage soit de qualité 😉

    Un bon Blake prévaudra toujours par rapport à un mauvais Goodyear. ^^

  • Pierre Alanski

    Hello ! Tu peux regarder du côté de Meermin (160 €), apparemment plus qualitative 😉

  • Romain R

    Merci Pierre. Il y a un match sans fin entre les pro goodyear et pro blake… Les deux se valent à mon sens 😉

  • Romain R

    Merci Jean ! Effectivement il en manque, je me suis arrêté aux principaux… Lorsque l’on parle d’un même sujet, il peut arriver que l’on construise le propos de la même façon, mais en l’occurrence je dirai plutôt que mon article ressemble à celui que j’ai écris en 2013 pour le « Guide de l’Homme stylé…même mal rasé » !

  • Luca – BonneGueule.fr

    Hello Alexis,

    Bexley c’est très bien. Tu as aussi Loding pour 180 euros.

  • Loric

    Bonjour Romain,

    Le montage bolognais serait-il celui que tu appelles « mocassin »? Si ce n’est pas le cas, je pense que ce serait un plus de l’ajouter à cet article 😉

  • Alexis Huyghe

    Bonjour, quelle marque recommandé vous pour un petit budget (150-200 max pour une paire)? Et que pensez vous de la marque Bexley? Merci d’avance 🙂

  • Jean Brochefort

    Très bon article, explications claires, quelques montages non mentionnés comme le cousu bolognais ou cousu california. L’article se rapproche de celui du blog de Jacques Demeter sur les différents montages, qui est un peu plus complet : http://blog.jacquesdemeter.fr/differents-montages-chaussures/

  • Louis

    Excellent article ! Maintenant, dans le débat entre Blake et Goodyear, j’ai opté pour ce dernier qui bat mieux le pavé (humide) Breton. Même si celui-ci est plus rigide. Réservant mes paires en Blake pour les jours de beau temps pas si rares (si si !)

    Par contre j’ai une question sur le cambrion, cette petite pièce qui a pour fonction de soutenir la voute plantaire et de conserver la cambrure de la chaussure. Sur certaines marques (7L par ex) ll est parfois en relief..est-ce un gage de qualité ou une signature visuelle ?

    A propos, si vous faites sonner les portiques d’aéroport, même délesté de votre déraille, mais encore avec vos souliers aux pieds, il y a de grande chance que les cambrions de ces derniers soient en métal.

  • Pierre Alanski

    Super article ! 😉
    C’est effectivement super important, le montage.
    Perso, pour des chaussures habillées, je suis très Goodyear 😉