Conseils : Comment faire évoluer son style ? Témoignage de Fabrice

Temps de lecture : 7 minutes

116

Disclaimer - Dans cet article, je vous présente le témoignage de Fabrice. Lecteur de longue date de BonneGueule, Fabrice est devenu un ami de l'équipe au fil des années. Sa progression est manifeste comme en témoignent les photos que vous retrouverez dans son article. À noter que l'article est dans son jus : nous n'avons rien modifié du témoignage de Fabrice.

Il est parti de loin et son exemple nous enseigne 3 leçons :

Les 3 leçons à retenir quand on apprend à bien s'habiller

  1. Ça ne coûte pas plus cher de bien s'habiller. Même budget de 600€ / an, inchangé.
  2. On ne peut pas se reposer sur son entourage pour avancer (collègue, famille, amis…). Vous êtes seul responsable de votre image.
  3. N'importe qui peut y arriver ! C'est une simple histoire d'apprentissage.

Alors sans plus attendre...

Le témoignage de Fabrice

Quand Geoffrey et Benoit m’ont demandé de décrire ce que BonneGueule m’avait apporté, j’ai dit banco. J’y ai vu la possibilité de leur rendre la pareille quant à l’ensemble du savoir-faire, de la pédagogie, et finalement du plaisir qu’ils m’ont apporté avec BG (pour les intimes).

J’ai découvert BonneGueule grâce à… mon boulot

Décembre 2010, j’ai 28 ans, je deviens commercial, et mes costumes Armand Thierry ne ressemblent à rien. Moi non plus d’ailleurs, quand je les porte. Après quelques allusions de mes collègues, je cherche les bonnes marques de costumes sur-mesure. Oui parce que pour le moi de l’époque, il n’y a pas de demi-mesure (sans jeu de mots) entre Armand Thierry et Hugo Boss. Ces marques définissent mes seuls repères, entre le trop cheap et le trop cher.

Une recherche internet sur les costumes m’amène alors sur l’article du SM à Paris (Costume Sur-Mesure) réalisé sur le blog de BonneGueule. Le premier choc réside dans les photos : comment une silhouette peut être aussi juste, masculine et distinguée ? Je n’ai jamais rencontré jusqu'alors de personnes aussi bien habillées dans mon entourage, et ça me plait.

Je me penche alors sur l’article ainsi que le premier lien (réflexions sur comment choisir son costume).  J’y découvre une approche que j’affectionne beaucoup : les articles parlent évidemment des marques, mais aussi des confections et des raisons pour lesquelles le rendu est efficace.

Ce ton est une marque de fabrique pour BonneGueule, qu’on retrouve dans chacun des articles. Et ça aussi ça me plait.

Au quotidien, je m’estime très pointu sur mes vêtements : Jean Hugo Boss acheté en VP, pulls cols V Celio, sneakers Adidas... pour moi je suis au top.

J’ai même découvert une marque anglaise (Addict pour les aventuriers) qui fait ce qu’il y a de mieux pour moi (à l'époque)… Personne ne me fait de compliments sur mes tenues mais personne ne me jette des pierres, donc je ne vois pas de raisons de me remettre en question. Je dois ajouter que mon éducation n’est absolument pas portée sur les vêtements, et mes amis s’habillent comme moi. Par contre, je pense alors que ça coûte cher.

Eh bien oui, acheter 2-3 jeans Celio par an (3*60€), 2,3 pulls Armand Thierry (3*50€) et des tee-shirts Rip Curl et QuikSilver (x*35€), ça coûte un bras. Tous les ans j’en ai aisément pour 600€ de fringues, facilement.

un style pas vraiment au point

AVANT : un style pas vraiment au point.
Si rien ne vous choque, je vous encourage à relire le BonneGueule Book !

Dans l’article sur les costumes, j’avais apprécié l’approche économique : savoir attendre les soldes, trouver le meilleur deal sur un créneau de prix donné, ça me semble pertinent, et ça me parle. D’autant plus pour mes vêtements du quotidien.

C’est comme ça que je commence à fouiller BonneGueule comme un accroc qui cherche sa dose.

J’y découvre plein de notions qui m’échappent alors, suivies de mes opinions pré-BG :

  • Les marques en dehors des centres commerciaux. Avant : "attends, si ça se vend partout, alors c'est forcément bien, non ?"
  • Les retouches. Avant : là j’ignorais simplement que ça puisse exister.

[Edit de Benoit : J'ai rajouté les liens vers les articles qui vous aideront à maitriser ces différents points.]

Bref, je ne détaillerai pas tout ce que j’ai appris, simplement parce que j’ai tout appris avec le blog et le forum BG. Là où c’est intéressant, c’est qu’au-delà des pièces elles-mêmes, j’apprends à me comporter sereinement avec les vendeurs, à déculpabiliser d’essayer et de ne rien acheter, à trouver les (vrais) bons plans. Mon job de commercial m’aide un peu, mais BG m’a bien indiqué la voie.

Maintenant… on applique

Evidemment, avec toute cette information, on se sent surpuissant. Je commence donc avec trois belles erreurs : une paire de Loding trop grande (merci le vieux réflexe d'écouter le vendeur !), une veste Zara trop grande (merci moi-même !), et un jean Renhsen (250€ pour mon premier jean qualitatif sans avoir de bases solides à côté : ce n'était sans doute pas prioritaire). Sans oublier une chemise Sandro acquise à 100€ qui me fait énormément mal au portefeuille (3 chiffres pour une chemise ? Sérieux ?)… Ce serait okay si elle était de bonne qualité, mais là elle présente des trous d'usure sur le torse…

La mauvaise nouvelle, c’est que des erreurs, j’en ai fait plein d’autres, et que j’en referai.

La bonne nouvelle, c’est que l’apprentissage passe nécessairement par ça. Non seulement ça n’empêche pas d’évoluer, mais en plus, ça aide à évoluer.

Retour sur le droit chemin

Et je constitue mon dressing de basiques : tees, cardis Monoprix, hoodie American Apparel, tout en voulant conserver des baskets Adidas – Marque de fabrique dans mon environnement.

Pourtant, je sens que le résultat n’est pas là. Quelque chose manque entre la cohérence des pièces, l’image que je veux renvoyer, et la qualité des pièces. Presque simultanément, je gagne une invitation aux Ventes Presses d’une marque que personne ne connait… Melinda Gloss.

Entre parenthèses, sur le forum, je suis le brand whore de Melinda Gloss. Quelque part, je pense que le fait que ma première vraie incartade dans les pièces qualitatives se soit faite chez eux y est pour quelque chose.

Lors de ma première visite, je ne me sentais absolument pas à l’aise dans cet espace, avec des mecs que je pensais "modeux". Bah oui, ils ont des vestes, des cardigans, des chinos... et ne portent pas tous des Adidas. Ce sont donc des modeux, quoi.

Puis j’essaie une veste, attiré par le prix : 120€ (Rémy, Matthieux, quand vous voulez on la refait celle-ci !). Là, ce n’est plus le prix qui parle. Ce sont les tripes qui me disent « t’as foutrement la classe mec ». C’est nouveau, c’est bon, et là je suis foutu : j’y prends goût.

Et là, mon environnement change : les gens me regardent, les nanas me font des sourires que je n’avais pas avant. Je pourrais penser qu’il s’agit de la veste, mais il n’y a pas que ça. Ma démarche change avec ces épaules qui m’obligent à me tenir droit, quand je me vois je prends confiance en moi, l’image est telle que ce que je veux renvoyer.

Et c’est aujourd’hui ce que je recherche. Trouver des pièces qui expriment ce que je suis.

Enfin… On améliore

La démarche de ces 3 ans est trop longue pour être détaillée ici. Pour illustrer, j’avais trois styles avant BonneGueule, et je les ai gardés :

Tenue 1. Le costume du boulot : on appréciera l’évolution du sizing, du fit et le bénéfice des retouches…

Le costûme du boulot

Avant/Après : chaussures mises à part, combien d’euros d’écart ? 40.
Dont vingt pour le champagne.

Combien de points pour l'amélioration du style ? A vous de juger.

Costume bleu marine MG (Ventes privées)
Cravate Ugo Baldini prune (soldes)
Chemise Opalona (1 offerte par cumul)
Shoes 7ème Largeur (cirage creme et embauchoirs offerts)

2. Tenue 2 : La tenue street

La tenue street

Avant/Après : la jeune fille ne doit pas compter dans l’appréciation.

Varsity Sandro (une tuerie, checkez les petites annonces)
Tee gradient COS (soldes)
Jean Renhsen (j'en ai parlé...)
Gats choppées à peine portées pour 25€

 Tenue 3 : La tenue de soirée boites/bar :

La tenue de soirée boites

Avant/Après : aucun kilo n’a été perdu entre les deux photos.
Seuls les vêtements sont désormais choisis à la bonne taille.

Chemise MG (petites annonces)
Cardigan merinos cachemire Monoprix
Pantalon en laine MG (Ventes privées)
Boots Markowski (soldes)
Sac bien vintage

Ce que je retiens de BonneGueule

Aujourd’hui, ce que je retiens de BonneGueule est l’ensemble des supports proposés pour progresser : entre le blog, le forum, et surtout le BonneGueule Book, j’ai découvert une multitude de marques, de concepts, de styles qui m’aident à savoir ce que je recherche.

Mes dernières tenues vont dans ce sens :

de meilleures tenues grâce à BonneGueule

de meilleures tenues grâce à BonneGueule

Le question qui fâche : Le budget

Et le pire dans tout ça, c’est que je ne dépense pas plus qu’avant. Après un pic, sanction logique après tout ce que j’avais infligé à mon style pendant 28 ans, aujourd’hui je dépense autant par an dans mes tenues, que mon époque avant BonneGueule : 600€ par an.

Mais j’achète mieux, j’achète plus malin, et vous savez ce qu’on me dit le plus : « non mais toi, c’est normal que t’aies du style, tu dépenses tout ton fric dedans. ». Sauf que c’est complètement faux.

Pour conclure, je fais encore beaucoup d’erreurs, et les styles montrés « après » sont loin d’être parfaits. Mais petit à petit, mon style évolue, gagne en définition, et mon but se rapproche : que ma personnalité rejaillisse sur mes tenues. Peu à peu, ce que je dégage est ce que je suis, et ce que je suis évolue grâce à ce que je dégage.

Et en toute humilité, je ne remercierai jamais assez BonneGueule pour m’avoir offert cela.

Références des looks

[Fin du témoignage]

Et vous dans tout ça ?

Vous avez les cartes en mains, les meilleurs articles sont ici : Le best-of BonneGueule. J'ai également ajouté les articles auxquels Fabrice fait référence dans l'article.

Fabrice a été clair : apprendre à s'habiller c'est un cheminement. Pas une corvée que l'on peut régler en une nuit mais un plaisir auquel on s'éduque pendant plusieurs mois et qui dure pour toujours.

À condition d'y accorder un minimum d'effort, de la patience et d'avoir une démarche raisonnée !

Benoît Wojtenka Benoît Wojtenka

J'ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j'aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées.
Et j'ai quelques lubies : le sport en salle, le techwear… Et j'adore le thé sous toutes ses formes, que je bois à raison de plus de trois litres par jour.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.