Dossier : Blouson en cuir, quel type de cuir choisir ? #1

perfecto cuir homme
/

Note de Benoît : Romain, rédacteur chez Modissimo, nous a fait l'honneur d'écrire une série d'articles invités sur le cuir de haute volée. Il a même sollicité des professionnels du cuir afin de s'assurer que chaque information était exacte. C'est complet, pédagogique, bien écrit, et croyez-moi, c'est du contenu qui va faire date dans l'histoire de BG !

L’usage du cuir remonte aux origines de l’humanité : ce fut la première matière dont se servirent les Hommes pour se vêtir. Mais dès l’Egypte antique, le cuir devient une matière noble de la confection. Et c’est encore le cas aujourd’hui : que ce soit dans les grandes marques de PAP ou chez les plus grands designers du luxe comme Hermès, le vêtement ou l’accessoire de cuir sont souvent les plus beaux, les plus prisés et… les plus chers. Cependant vous vous en doutez, comme partout, on trouve des qualités de cuirs aléatoires, dont le prix n’est pas toujours un bon indicateur.

Comment y voir plus clair ? Quels sont les cuirs que l’on peut trouver et comment les reconnaître ? Comment « mesurer » la qualité d’un cuir ? Quelle coupe choisir pour quel usage ?

Hors de question de prétendre avoir la science infuse… mais grâce aux nombreux professionnels qui m’ont éclairé, vous trouverez quelques éléments de réponses aux questions qui se posent sur le cuir. Merci à Patrick de "créa-cuir.com" et à aux anonymes de grandes Maisons de luxe qui ont tous eu la gentillesse de m’accorder de leur temps et de leur savoir.

Comment s’organise ce dossier ? Dans un premier temps, dans l’esprit BG, on part de la base : les différents types de cuirs et de tannages qui existent. Ensuite, on rentrera dans le vif du sujet : comment reconnaître un bon cuir, quelques conseils pour s’y retrouver. Enfin, on terminera par un petit guide des coupes que l’on retrouve régulièrement pour vous aider à faire votre choix.

Les types de cuir et les différentes étapes du dépeçage à la fabrication

Loin de moi l’idée d’amasser des mots techniques barbants : le but c’est, en cohérence avec l’esprit Bonne Gueule, de transmettre le minimum requis pour choisir en connaissance de cause.

Les familles de cuirs

Il existe autant de cuirs que d’espèces animales dotées d’une peau, de l’autruche à l’anguille. Sans tous les lister, en voici les principales familles :

Les animaux à poils

  • L’agneau : la superstar du cuir. Souvent très doux et souple, c’est une peau fine à l’aspect presque soyeux, très utilisée pour confectionner les vêtements et certains accessoires comme les gants pour homme.
  • Le veau : de même que l’agneau, il est souple mais plus résistant. Un peu plus rugueux que son petit camarade, le cuir de veau est beaucoup utilisé pour les accessoires (chaussures, portefeuilles, sacs, etc.).
  • Le mouton : il peut être travaillé en conservant sa laine, ce qui en fait une matière très chaude : il est alors retourné, c’est à dire que l’on confectionne le vêtement avec la laine à l’intérieur et la peau à l’extérieur (c'est ce qu'on appelle un shearling). Lorsqu’il est juste une peau, on peut en faire un usage semblable au cuir d’agneau : fin mais très résistant.
shearling Burberry Prorsum

L'incroyable blouson aviateur (shearling) de Burberry Prorsum, qui vaut une fortune maintenant (et dont le méchant Bane de Batman a une parka qui s'en inspire beaucoup).

  • La chèvre : c’est un cuir résistant très utilisé pour la fabrication de sacs robustes ou d’accessoires. On commence à le voir un peu dans le prêt à porter pour sa souplesse, car très fin.
  • La vachette : c’est le cuir du bovin adulte (vache, bœuf…). Il est par conséquent plus solide et plus rigide que le veau, mais également moins soyeux au toucher.
  • Le buffle : En parfaite cohérence avec l’image que l’on peut avoir de la bête, son cuir est rigide et très robuste. Il est souvent utilisé en ameublement ou en textile pour des vestes, mais ce n’est pas une matière qui permet de travailler une silhouette près du corps.
  • Chamois, daim et antilope : Le chamois est prisé pour les chaussures et les vestes, avec souvent un toucher extrêmement doux. En revanche, l’antilope est moins utilisée car très difficile à travailler. Petite précision : bien qu’il fasse toujours partie du vocable de nombreux vendeurs, le daim est une espèce protégée qui n’est plus utilisée.

Voici à quoi ressemble du cuir de chamois.

Les cuirs exotiques

  • Les crocos : Par ordre croissant d’utilisation, on trouve le gavial, le crocodile et l’alligator. Ils représentent sans doute les matières les plus nobles et les plus onéreuses. Ils sont solides, et chaque pièce a un caractère unique du fait de l’irrégularité des écailles. On en utilisera plutôt le ventre pour sa souplesse.

  • Les serpents : anaconda, cobra mais surtout python sont des matières rares et recherchées. Utilisées principalement en maroquinerie, on en voit de plus en plus dans le prêt-à-porter haut de gamme (Lanvin SS13, ou de façon récurrente chez Roberto Cavalli).

Je condamne fermement l'usage du python pour une telle abomination !

  • Les poissons : si, si, pour de vrai ! Les cuirs de poissons apparaissent essentiellement en petite maroquinerie : anguille, saumon, requin ou encore galuchat (très onéreux)…

Un bel exemple de cuir de requin.

Avant de clôturer ce passage en revue des principales familles de cuir, il semble pertinent d’envisager un aspect moins glamour : leur origine. Le python n’existe pas en élevage et doit être chassé, le gavial est menacé d’extinction, les conditions d’élevage ne sont pas toujours reluisantes… Ces matières rares et recherchées impliquent un commerce plus ou moins respectueux du bien-être de l’animal.

L’origine française, italienne ou espagnole vous garantit que la bête n’a pas subi de traitements (trop) violents, en revanche sachez que les cuirs moyen/bas de gamme proviennent souvent du Bengladesh ou de l’Inde et là… je vous passe les détails !

Note de Benoît : voilà aussi pourquoi je vous encourage à ne pas acheter de veste en cuir bas de gamme ! On peut taper sur l'usage de la fourrure, mais le tannage du cuir bas de gamme est un vrai fléau, bien plus important. Sans parler de la pollution des eaux...

Le travail du cuir

Plusieurs étapes viennent finaliser le travail des peaux, car simplement dépecées, elles ne sont pas encore un cuir.

Plusieurs termes reviendront sur l’étiquette. On parle de "pleine fleur" lorsque l’on conserve toutes les couches de la peau, "fleur" lorsqu’on en retire la couche supérieure, et enfin "croûte de cuir" lorsqu’on ne garde que les couches inférieures les plus solides, mais aussi les moins belles.

Une fois retirée, la peau de l’animale est salée pour éliminer l’eau, mais elle reste une peau.

Le travail de rivière va constituer en une sorte de lavage de la peau en plusieurs étapes : on lui retire tout reste de fourrure, de graisse et de résidus.

Le tannage est alors l’étape qui va permettre de « figer » la vie de la peau, et ainsi la rendre durable (imputrescible) et plus souple. L’opération consiste à la faire baigner dans diverses substances : le tanin. Il en existe 2 types :

Le tannage minéral ou chimique peut se faire à partir de divers ingrédients, tels que les sels d’aluminium, d’alun ou de chrome (chrome 6…) : efficaces et peu coûteux, ces traitements peuvent cependant être toxiques.

Le tannage végétal est plus long et plus coûteux, mais beaucoup moins nocif. Il est aussi intéressant pour des peaux d’excellente qualité (comme celles utilisées par Hermès), car il offre un rendu plus naturel. C'est un tannage qui permet au cuir de vieillir très joliment.

Le retannage permet d’apporter la dernière correction à la peau en ce qui concerne le toucher.

À partir de ce moment-là, on a un véritable cuir, presque prêt à l’emploi ! Ultime étape avant la confection du vêtement : le finissage. C’est là que l’on donne à la peau sa couleur, son aspect et sa texture, sa flexibilité… Un principe de base à retenir : moins il y a de traitements, plus la peau est belle à la base.

Les différents traitements du cuir

Le cuir plongé/aniline : réservé aux plus belles peaux sans imperfections en pleine fleur, ce traitement implique de « plonger » le cuir dans un bain, pour le teinter dans la masse. Aucune protection pour conserver les propriétés initiales de la peau … Ce cuir est sans doute le plus doux, mais aussi le plus fragile et souvent le plus cher : la moindre goutte d’eau peut devenir… dangereuse.

Un agneau aniline. Les poches montrent que le cuir commence à se patiner : même si certains plis commencent à marquer, il gagne en caractère et devient encore plus beau en vieillissant.

La fleur corrigée ou semi aniline : affichant naturellement certaines imperfections, sa couche superficielle est poncée pour les effacer. La matière est donc un peu moins belle que celle qui aura une finition aniline. Elle reçoit ensuite une teinture ainsi qu’une fine couche translucide.

Le cuir foulonné/grainé : lorsque le grain de cuir est régulier, ce traitement lui permet d’être accentué. Le grain est en fait gonflé à la vapeur, pour un effet beaucoup plus texturé, qui met en valeur des couleurs vives comme le rouge, le bleu...

Le cuir pigmenté : il reçoit une ou plusieurs couches de colorants opaques qui masquent les imperfections et le rend plus résistant. Il est plus homogène, et plus facile à imperméabiliser… mais moins authentique, avec souvent un aspect glacé ! Les peaux qui ont ce traitement sont de qualité moindre, sauf à vouloir donner au cuir un aspect brillant.

C'est un cuir de vachette pigmenté et légèrement grainé : on voit que le grain est régulier.

Il est très brillant parce que forcément il a subi de nombreux traitement, mais en attendant je lui ai fait subir des dizaines d'averses et il reste très beau.

La patine : désigne la façon dont le cuir vieilli. Généralement ce sont les cuirs anilines/plongés qui vieillissent le mieux car La peau devient moins uniforme, certains plis marquent, et la couleur également peut s'accentuer ou s'éclaircir en fonction des frottements... En gros, la patine témoigne de la vie du cuir et ajoute même de la valeur au cuir dans un esprit vintage. À noter qu'elle sera généralement plus marquée sur un cuir clair ou marron, plutot que sur un cuir noir.

Les cuirs velours : ont ce toucher… velours, si particulier ! Pour ce type de finitions, la peau doit être très belle dès le départ : les imperfections ne se corrigent pas au tannage.

Les cuirs suédés : la couche intérieure de la peau est poncée, lui donnant ce toucher peau de pêche. En revanche, c’est un cuir extrêmement salissant, dont l’entretien peut être coûteux (article au sujet de l'entretien du cuir ici)...

Opening Ceremony a beaucoup utilisé ce cuir dans ses modèles de desert boots.

Ceci est un cuir de veau suédé, et on voit à ses pores qu'il est très fin, tout en conservant l'aspect velours.

Le nubuck : il a souvent le même aspect que le suedé. La seule différence, c’est que la technique du nubuck implique un léger ponçage de la fleur, c’est à dire la partie extérieure de la peau.

Les peaux lainées: contournent la plupart de ces étapes de tannage, retannage et finitions ; car le but est de conserver la fourrure de l’animal sur l’intérieur du vêtement, sauf rares procédés d’enduisage pour lui donner un aspect ciré. Ces cuirs sont très chauds, ont aussi un toucher velours mais sont tout de même moins fragiles. De nombreux avantages pour cette peau (en plus de son aspect très esthétique) !

Cuir lainé de mouton, la trace de doigt donne une idée du soyeux...

Désormais, vous avez le vocabulaire de base pour parler du cuir ! La prochaine étape ? Quelques conseils simples pour jauger la qualité de la peau !

Suite de cet article en 3 parties : Partie 2 de l'article - Partie 3 de l'article

Romain Rousseau A propos Romain Rousseau

Voir un tailleur marquer sa toile m'impressionne, regarder une brodeuse faire virevolter son aiguille me donne des frissons, admirer un cuir parfait me fait sourire. Je suis passionné par le Luxe pour ce qu'il est (rigueur, excellence, amour du beau), et plus encore j'aime partager et transmettre cette passion. [email protected]

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Oulah grosse faute, et en plus ça fait longtemps qu’elle y est personne ne l’a vue.

    Merci 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Mraffoul !

    Pour les retouches très complexes dans ce genre là, il faut aller voir des retoucheurs un peu plus haut niveau (et chers). Je te conseille Elysée Couture, 13 rue Vivienne !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Max !

    C’est une opinion propre à chacun ça.
    On prend aussi en compte les aspects environnementaux dans notre travail, et on essaie de faire toujours mieux, même si on comprend que ça ne soit pas assez pour certains, comme un public vegan par exemple.

    Mais bon pour le coup on ne produit pas vraiment d’objets en cuir pour le moment, et niveau pigments utilisés on est plutôt partisans des teintures naturelles (plus coûteuses mais souvent plus belles et respectueuses de l’environnement)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Anthony !

    Honnêtement je ne vois pas trop sur quel site tu pourrais en tirer un bon prix.
    Si j’étais toi je viserais les gros hubs type Videdressing ou Vestiairecollective, pour augmenter les chances que quelqu’un le voie et s’y intéresse.

    Pour l’entretien c’et brossage, spray nettoyant et spray rénovateur (de temps en temps).

    Après comme je te le disais, c’est pas une pièce pour la pluie…

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Anthony !

    En veau velours, pourquoi pas (ça a un côté vintage affirmé qu’il assumer par contre. Ou bien très précieux dans le cas de Burberry).

    En cuir lisse c’est vraiment trop 70’s (ou pire encore, ça fait Matrix si tu le prends noir.)

    Après c’est un peu paradoxal vu que le trench à la base, c’est le vêtement de pluie par excellence, mais en veau velours tu peux oublier de le traiter comme tel :p

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jean-Claude !

    Merci pour ce retour qui fait chaud au coeur, c’est ce genre de commentaires qui nous donnent le plus confiance dans ce que l’on fait 🙂

    Sinon pour le Biker Blanc… Arf, tu t’aventures en terrain complexe là quand même :p

    Déjà ça sera forcément connoté assez féminin, le cuir blanc, et même un peu « glamour » si tu y réfléchis (pense aux sacs à main blancs, aux gros talons blancs etc…)

    Après je ne dis pas que ce soit impossible mais ce sera du style fort avec une prise de risque assez marquée.

    Un exemple qui me vient en tête, c’est que tu pourrais faire un dégradé de blanc à gris foncé puis noir.

    Biker blanc, tee shirt ou chemise gris clair, pantalon anthracite dans une matière texturée, sneakers noires, et quelques accessoires dans des couleurs très sobres pour ne pas en faire des masses non plus et apporter de la variété à la tenue.

    Sinon une option plus simple si tu en as marre du noir ou des couleurs sombres sur le cuir, ça peut être de prendre un cuir camel bien clair. Ce faisant, tu apportes de la lumière et de la nouveauté tout en gardant une couleur facile à agencer 😉

    Mais encore une fois c’est le genre d’idées plus abordables si tu as beaucoup d’expérience.

    Sinon je suis plutôt d’accord avec le fait que le cuir noir soit un peu redondant, mais il faut admettre que la couleur (ou plutôt l’absence de couleur) met particulièrement bien en avant l’aspect lisse d’un cuir de qualité.

    A contrario, sur des cuirs d’entrée de gamme je trouve que ça accentue bien l’aspect cheap. (C’est une des propriétés du noir que de mettre en avant la texture plus que la teinte, et du coup les vêtements noirs cheap, ça fait mal l’illusion, tandis que ça sublime les matières très haut de gamme.)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jean !

    Une photo me permettrait de te répondre au mieux 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Walter !

    Merci pour ton retour amusant haha. Il y a du vrai dans ce que tu dis, et il ne faut jamais oublier qu’à partir d’un certain prix (ceux du luxe, notamment), la valeur attribuées aux pièces devient de plus en plus subjective à mesure que le prix s’explique par le design. 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Aurel.

    Vu qu’il y a la marque ce n’est pas trop dur à estimer du coup 🙂

    http://www.spartoo.com/Forestland-Greg-Timber-Marron-x3244881.php?track_id=adwo_fglmxt&sx=H&utm_source=froogle-mixte&utm_medium=comparateurs&utm_content=3244881&utm_campaign=adwo_fglmxt&ggcamp=227341588&ggnetwork=g&ggcreative=62490557668&ggkeyword=&ggmatchtype=&ggsource=s&mkwid=AnULwscZ_dc&plid=&gclid=CNPy8dfxs8oCFVVAGwodRAgP0Q

    Je pense que tu peux en tirer 100 euros d’occasion ou un peu moins. (Mais il y a peu d’intérêt pour ces marques peu connues sur les sites de revente)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Aurel !

    Honnêtement, sans photos ou nom de marque, on ne peut vraiment pas faire grand chose avec.

    Un cuir d’agneau ça veut tout et rien dire, il y a des tas de cuirs d’agneaux de provenances et de qualités différentes, tout comme leurs traitements peuvent varier énormément.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Fabien !

    Il n’y a pas de photo en pièce jointe.
    On a pas testé la marque, mais de ce que je vois sur un produit comme ça :

    https://www.zalando.fr/bugatti-veste-en-cuir-navy-bu122j01p-k11.html?gclid=COu-u8GIrskCFQnmwgodYJMPMQ&size=52&wmc=SEM33_CR_FR_2103106.&opc=2211&ef_id=VYqCfAAAAUdputYy:20151126121535:s

    C’est assez cheap. :/

    Tu peux porter un cuir avec une cravate, mais la cravate slim c’est vraiment pas top (C’est un peu la tendance à la The Kooples).
    Par contre avec un Teddy ça peut être perçu comme étrange si tu prends des produits cheap ou relativement original avec de belles matières (une belle matière ça fait passer tout un peu plus facilement)

    Pour ta première association de couleur ça peut-être très joli ! (évite la cravate slim par contre, encore une fois)

    Pour la seconde, bof bof, la cravate noire sur la chemise blanche, au mieux ça fera garçon de café (A moins d’être dans un gala avec smoking et tout l’attirail qui va avec)

    Pour les chaussures, oui, si elles sont vraiment crevées ça peut ruiner une tenue. Pour les plis c’est malheureusement sûrement du à la qualité du cuir. Veille à leur donner des embauchoirs à l’avenir pour pas que ça se reproduise 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Alexandre !

    On a testé la marque, tu peux en lire plus ici :

    https://www.bonnegueule.fr/test-scarosso-des-hommes-et-des-pieds/

    N’hésite pas à utiliser l’outil de recherche sur le site pour repérer les sujets qu’on aurait déjà abordé 😉

  • franchement ? toujours pas de bonjour ni s’il-vous-plait ? 0_0

  • santis

    Pour un budget de 400 €

  • un bonjour, un s’il-vous-plait, et nous dire quel budget faciliterait grandement une réponse 🙂

  • santis

    Je cherche un perfecto pas chère

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sarah !

    On ne connaît pas du tout la marque. :/
    Malheureusement pour 300 euros et avec une étiquette un peu vague comme ça, il y a probablement anguille sous roche…

  • Benoit – BonneGueule

    Oui tout à fait.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Olivier !

    On ne connaît pas.
    Difficile de te dire ce que ça vaut, d’autant plus que les photos sont suffisamment éloignée pour qu’il soit impossible de juger de la qualité du cuir ou de la construction…

  • ConstanceBG

    Bonjour Gabriel,
    On ne peut pas vraiment dire que ton cuir va se détendre, néanmoins il va s’adapter à ta morphologie donc tu devrais être plus à l’aise au fur et à mesure des ports 🙂
    Bonne journée

  • hello,

    Il faudrait « fendre » le cuir, c’est à dire l’amincir, mais ça se fait avec une machine bien particulière. Tu peux peut-être assouplir le cuir avec du lait hydratant, mais ça me paraît compliqué de faire de la maroquinerie soit-même, sans les outils et les colles adaptées.

    bonne fin de week-end,
    Geoffrey

  • chafiq

    Bonjour,
    J’ai un objet que je veux envelopper en utilisant le cuir et la colle, la forme nécessite un cuir plus souple. Quel est le traitement qu’il faut entreprendre afin de le rendre le cuir plus en plus souple? Merci.

  • ThibaultBG

    Hello Jérome,

    Le cuir d’agneau est très fragile, je te suggère de contacter la marque pour de plus amples information sur l’utilisation de ce produit. 😉

  • RemiBG

    Ça dépend, tu peux avoir de l’agneau de bonne qualité contre de la vachette de mauvaise qualité ou inversement 🙂

  • ça dépend de tes goûts 😉

  • Je contacte donc La Coop pour qu’ils retirent les contenus plagiés sur BonneGueule.

  • Romain R

    En tant qu auteur de cet article, je prends juste connaissance de ce guide, et ne vois qu une seule explication : le plagiat n est pas de mon fait, mais du leur ! Jamais je n ai été copier quoique ce soit, j ai passé plusieurs semaines à CREER cet article de toute part, en allant consulter des professionnels jusqu en Belgique, si vous voulez tout savoir. Donc non, pas de copié collé !

  • Bonsoir Grégory,

    Merci de porter cela à notre attention. Effectivement il y a des parties identiques, chose dont je n’avais pas connaissance.

    Nous contactons le rédacteur pour en savoir plus. On prend cela très au sérieux, car tout notre contenu a toujours été exclusif.

    À très vite,
    Geoffrey

  • RafikBG

    Le résultat est étonnant, je n’aurais jamais deviné qu’il s’agissait de saumon haha. Merci pour le partage Benjamin !

  • BenoitBG

    Retour très intéressant, merci beaucoup, n’hésite pas à commenter plus souvent 😉

  • RafikBG

    Hello Pschtt,

    Merci pour ton retour. Je partage ton opinion quant à la qualité d’un cuir de cheval, c’est effectivement très juste !

    Je suis un peu plus nuancé quant à ta dernière remarque, peut-être trop catégorique : si certains ont des goûts plus marqués, pourquoi ne pas les exploiter ? 🙂

  • RemiBG

    Bonjour, les modèles ne semblent pas de très bonne qualité (le cuir est brillant), je pense qu’il faudrait aller voir sur place pour connaitre la qualité véritable. Mais je conseille la prudence sur ces pièces.

  • c’est assez inhabituel et très marqué cowboy ou féminin, mais c’est vrai qu’on aurait pu en parler (j’ai des chaussures en veau poilu imitation poulain)

    tu as un blouson en poulain ?

  • RemiBG

    Hélas, trouver un bon cuir à petit budget c’est de la patience ! J’aurais tendance à te préconiser la prudence avec All Saints. Pour le prix du blouson, je pense qu’il n’a rien d’exceptionnel. Autrement, la coupe pourrait être mieux et la longueur des manches aussi

  • RafikBG

    Salut Gressmon,

    Je te déconseille fortement d’acheter une veste que tu ne peux pas fermer, cuir ou pas d’ailleurs, parce que le jour où tu auras froid et que tu ne pourras pas la fermer, tu maudiras le jour où tu l’as achetée ;).

    Le M te va bien à mon sens, mais les manches sont effectivement un poil longue. Rien ne te pousse pour autant à passer par des modèles avec un bord côte, si la veste All Saints te plait autant, pourquoi ne pas simplement retoucher la longueur des manches ? 🙂

  • RafikBG

    Salut Pierre-M,

    Tu as raison, ce look n’est pas choquant, et il n’y a en soi pas « d’erreur ». Mais c’est vraiment une histoire de rendu, pour le coup assez fade.

    Je ne sais pas si l’on peut parler d’une silhouette trop étriquée, mais tu soulèves un point important : les contrastes de volume dans une tenue peuvent être un bon moyen de lui donner du caractère.

    J’aime ton expression sur « le jeu des 7 erreurs », parce qu’elle montre bien qu’il y a quelque chose qui ne va pas, même si ce n’est pas hyper évident de prime abord. Il ne faut pas négliger notre instinct, il nous interpelle souvent quand un look cloche !

    En tout cas, un grand merci pour ton témoignage et ta fidélité ! Et ravi de voir que l’article t’a plu 🙂

  • RafikBG

    Salut Luca,

    Il n’y a pas vraiment de différence, le « 100 % peau de » correspond seulement à une précision en plus.

    Pour te donner un exemple, c’est comme dire « cardigan en laine » et « cardigan 100 % laine de mérinos » 🙂

  • JonathanBG

    Merci Cocorico ! C’est une pièce un petit peu plus pointue : si tu as un coup de coeur, vas-y ! 😉

    John

  • Cocorico

    Bonjour, je viens régulièrement sur votre site qui est vraiment très intéressant et où l’on a pas finis d’apprendre. Vraiment félicitation pour le travail que vous faites.
    J’aimerais avoir votre avis sur ce blouson que je trouve original :

    http://www.asos.fr/River-Island-Holloway-Road-Veste-en-cuir/125ls6/?iid=3606366&mporgp=L1JpdmVyLUlzbGFuZC9SaXZlci1Jc2xhbmQtSG9sbG93YXktUm9hZC1MZWF0aGVyLUphY2tldC9Qcm9kLw..

    http://www.riverisland.fr/homme/manteaux-vestes/vestes-cuir/Veste-Holloway-Road-en-cuir-rouge-fonc%C3%A9/2x7ao/274662

  • Jonathan Theng

    Merci Cédric ! 🙂

    Jo’

  • Bonjour,
    Le salage ne consiste pas tellement à enlever l’eau mais a conserver les peaux avant que le tannage proprement dit commence.
    Vous aurez plus de précisions sur mon blog qui offre notamment une tribune d’expert du cuir du Graulhetois (Tarn 81). C’est ici blog.laruedesartisans.com

    Cédric

  • BenoitBG

    Je pense que le tannage est plus brut et ne cherche pas spécialement à uniformiser la surface pour donner cet aspect baroudeur, tout simplement !

  • seb

    Une idée de ce traitement ? 🙂

  • BenoitBG

    Merci pour la précision ! Pour le blouson Burberry, il s’agit bien d’une peau lainée, mais qui a eu un traitement spécial, beaucoup plus brut qu’une peau lainée habituelle.

  • seb

    Bonjour !

    Super dossier sur le cuir (les 3 articles !), très intéressant ! Je crois qu’il y a une petite erreur en ce qui concerne l’appellation « daim ». (« Petite précision : bien qu’il fasse toujours parti du vocable de nombreux vendeurs, le daim est une espèce protégée qui n’est plus utilisée »).

    Ce qu’on appellerait « daim » serait une peau en croûte de cuir (et donc une appellation pour plusieurs types de peaux d’animaux différents) et non la peau du vrai daim, espèce protégée. C’est ce qu’il m’a semblé lire sur des sites spécialisés dans le travail du cuir (sauf que je ne retrouve plus le site .. ).

    Sinon, je voulais savoir pour la veste burberry (et oui encore celle là ^^). Sur la photo, le cuir visible de l’extérieur du manteau ne ressemble pas à une peau lainée : « Ces cuirs sont très chauds, ont aussi un toucher velours » (cf peaux lainées). On pourrait penser à un autre cuir qui est rajouté ou à un traitement de la peau lainée huilée. Est ce que vous pensez que le manteau est constitué de 2 cuirs (le cuir lainée et un autre cuir qui vient ressortir à l’extérieur du manteau) ? Merci d’avance pour votre réponse

  • Ponche

    Ca peut s’arranger.
    J’updaterai quand j’aurai uploadé une photo.
    Merci !

  • BenoitBG

    Alors, je ne peux pas t’aider, il faudrait que tu envoies une photo !

  • Guest

    Bonjour !

    J’ai récemment fait l’acquisition d’un teddy « Reason » aux manches en cuir « rawhide ».
    A quelle catégorie cela correspondrait-il en français ?

    Merci d’avance.

  • BenoitBG

    Je laisse Romain le spécialiste répondre !

  • Amélie

    Autre question, vous avez marqué d’une fois la peau retirée elle est salée pour retirer l’eau, mais qu’ensuite il y a le travail de rivière, qu’elle est donc trempé dans l’eau pour enlever graisse et résidus. C’est illogique non ?

  • Amélie

    Bonjour, juste une question, dans la partie travail du cuir, pour le cuir pleine fleur on garde toutes les couches de la peau de l’animal, pour la croûte de cuir uniquement la couche inférieur et pour la fleur tu as noté que c’est lorsque qu’on retire la couche supérieur, mais n’est ce pas l’inverse ??? Je travaille pour un site de maroquinerie http://www.portefeuille.com et je m’interesse donc beaucoup au travail du cuir. Votre article est très intéressant bravo

  • BenoitBG

    Il n’y pas de réponse absolue, tout dépend du tannage, de la qualité des peaux, etc… Mais en général, les cuirs chez Iro sont très biens.

  • Joachim

    Salut,

    J’ai vu un Iro en cuir de veau super beau. Comparé à l’agneau, le veau est-il inférieur ?

    Merci

  • pour pas très cher, la marque distributeur de Galerie Lafayette fait l’affaire.

  • Max

    Goeffrey tu n’aurai pas un conseil à me donner ? je cherche en ce moment une ceinture en cuir marron résistante et qui se patine bien avec le temps, vers qui me tourner ? Merci d’avance 🙂

  • ah parfois il faut faire rêver un peu 😉 mais comme je l’ai dit dans les commentaires, c’est le genre de pièce que tu trouveras facilement en friperie (on appelle ça une canadienne, que tu peux aussi faire raccourcir au besoin)

  • Très bon article, en ésperant que vous nous proposerez des « alternatives financières » à ce magnifique aviateur Burberry Prorsum.. 😉

  • Jeremy Kohlmann

    Très bon article, très complet et qui apporte beaucoup de précisions !

  • Bruno248

    Article intéressant ! Hermès a d’ailleurs fait des sacs en peau de poisson (saumon je crois) il y a quelques années

  • tu as raison, c’est corrigé ! merci 🙂

  • je ne sais pas trop, mais cher, trop cher ! autant te choper une belle canadienne

  • tank

    Need les références du Blouson Burberry ! Il est complètement abusé.. le prix ?

  • Article intéressant! Je me permets cependant de corriger : « malgré le fait qu’il fasse », est faux (en français), en effet la forme « malgré…que » est incorrecte, il aurait fallu dire « bien qu’il fasse » ou « malgré son appartenance » (ou un truc du genre), je sais que c’est pas très important mais « malgré…que » me donne toujours un frisson!

  • Comme je le précisais à Corriel, les cuirs d’équidés sont peu utilisés. Les cuirs de bovins (veau, vachette…) leurs sont préférés.

  • Merci beaucoup. Les peaussiers m’ont dit que si ce cuir est très résistant, son usage reste cependant limité et tend à se raréfier.

  • Corriel

    Très bon article, extrêmement intéressant, mais ne manque t-il pas le cheval ?

  • Modissimo

    Merci Romain !

  • Roman

    Nous ne sommes que dans la première partie mais je trouve le contenue très intéressant !
    J’ai apprit plein de choses (notamment l’existence du cuir de poisson) et je lirai la suite avec beaucoup d’intérêts 😉

  • tupac

    Quid du cuir de poulain ?

  • Robin

    Très intéressant tout ça, j’ai hâte de lire la suite 🙂
    Bel article !