Test : les cabans et vestes de La Comédie Humaine

Temps de lecture : 5 minutes

Petit article entre les fêtes (vous avez encore la dernière revue du web à digérer) où on va parler caban, hydrophilie et hydrophobie (oui, il y en aura pour tous les gouts).

Le caban de La Comédie Humaine

Après le test de la chemise La Comédie Humaine, j'ai pu découvrir le caban homme et les vestes. Tous les deux sont coupés dans le même drap de laine et cachemire (respectivement 70% laine et 30% cachemire) bien dense. Je souhaitais en parler car l'offre en manteaux de ville sur une qualité haut-de-gamme tout en restant accessible se faisait un peu rare cet hiver.

Dans la seconde partie de l'article, j'en profiterai aussi pour répondre à un courrier des lecteurs sur l'importance des matières naturelles. On parlera des propriétés des matières, et après cela on passera définitivement (et irrémédiablement) pour des gros geeks du textile.

Comme pour la chemise de La Comédie Humaine, on retrouve beaucoup de détails amovibles sur ce caban (le col, mais aussi la martingale et les épaulettes). Ce système rend possible plusieurs looks, mais surtout cela permet d'adapter sa tenue à la température.

Quand vous recherchez un manteau d'hiver, testez toujours l'intégralité des fonctionnalités de la pièce (positions du col, boutons, cordons de serrage, capuche) pour vous assurer qu'elle est bien conçue (l'habillement d'hiver est d'abord une histoire fonctionnelle, les critères de style viennent ensuite).

Le col que vous voyez est ici dans une position classique, quoique de forme plutôt originale avec ses courbes :

Okay pour les jours entre 5°C et 15°C,
et en dessous si on rajoute une écharpe.

Mais on peut ensuite remonter le col pour mieux se protéger du froid. Niveau rendu, cela ressemble alors à une écharpe :

L'air ne passe pas : on valide.

Et on peut ensuite retirer totalement le col, ce qui donne un côté très japonisant :

La coupe est assez cintrée (un des créateurs aime bien porter du Woo Young Mi, et effectivement on retrouve des points communs entre les 2 marques comme le cintrage, la versatilité des pièces et la palette de couleur). Même quand le caban est porté ouvert, on garde un dos bien défini et un cintrage visible : c'est un bon point. Pensez-y quand vous choisissez un manteau : il doit garder une certaine tenue même porté ouvert.

Mais n'oubliez pas que quand vous devez déterminer la bonne taille d'un manteau, il faut l'essayer avec le maximum de couches (gros pull ou blazer en dessous) de manière à ne pas vous retrouver tout engoncé quand il fait plus froid dehors que dans le réfrigérateur.

Donc ne tombez pas dans l'excès du trop cintré.

Dos bien cintré même avec le manteau ouvert.

On termine avec les autres détails marrants, comme les épaulettes qui sont réversibles et amovibles :

Et la cinture dans le dos (= la martingale) s'enlève, mais est aussi réversible pour un rendu plus neutre et plus épuré :

On peut essayer le caban à leur boutique, et il se commande sur leur site (existe aussi en noir avec un col gris, ou en gris avec un col noir). Il est à 590 €, c'est clair que c'est un budget mais c'est une bonne pièce avec un bon rapport qualité/prix.

Mais aussi une veste en drap de laine

J'ai également pu tester la veste qui vient de sortir : c'est très bien coupé, mais clairement prévu pour des gens fin ou assez élancés (ce qui plaisir aux fans des coupes de Dior Homme ou de Woo Young Mi).

Ce n'est pas un problème du tout (c'est au contraire très bien de voir que les marques se segmentent pour habiller différentes morphologies, plutôt que cet homme moyen en toute proportion qui s'appelle Stockman et n'existe pas vraiment).

C'est une pièce qui reste assez chaude, à mi-chemin entre le caban et la veste de mi-saison. Encore plus que pour les manteaux, il va falloir être très attentif au fit : et le premier point d'attention, c'est de bien remplir les épaules et que celles-ci soient bien définies.

Quand les boutons sont fermés, une légère tension doit apparaitre le long du boutonnage, ce qui forme des plis en étoile qui partent de chaque bouton.

En terme de longueur, il faut que la veste recouvre les fesses mais ne tombe pas dessous.

Le cintrage du dos est également important : le dos doit être plat, éventuellement avec de légers plis aux omoplates s'ils sont un peu saillants. Une bonne coupe doit aussi accompagner la cambrure du dos (mais ça flottera légèrement chez ceux qui sont particulièrement cambrés, donc ne prenez pas tous les conseils au pied de la lettre).

Voici l'illustration du propos sur le dos de la veste :

La veste n'est pas doublée pour laisser apparaître toutes les finitions (entièrement gansée). Rien de franchement utile mais les puristes apprécieront :

La veste existe dans cette couleur bleu violacée et dans le même gris que le caban. C'est une belle pièce mais qui sera moins utile que le caban car elle est moins versatile et que son prix tourne quand même à 490 €. On évitera donc quand on est au stade des basiques, mais pour compléter le garde-robe de mi-saison, pourquoi pas. Disponible ici.

Par contre un blazer s'annonce également, et celui-ci a vraiment l'air très intéressant, encore une fois pour les morphologies les plus fines (affaire à suivre).

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.