Conseils : comment entretenir ses souliers en cuir ?

/

Au cours de précédents dossiers, nous avons déjà abordé comment reconnaître la qualité d'un soulier à l'achat, ainsi que les différents styles de chaussures que tout homme doit posséder.

Richelieu patine homme

Les souliers font partie de ces achats procurant un immense plaisir.

Personne ne sera étonné que l'on évoque à présent une partie certes un peu moins fun, mais tout aussi importante dans la vie du gentleman que vous êtes : l'entretien.

Entre les accessoires à avoir absolument, le choix des produits et les bonnes méthodes pour bien prendre soin de vos souliers, il y a de quoi se pendre perdre.

Voici donc, rien que pour vous, tout ce qu'il faut savoir sur le sujet.

Note : ce qui t'intéresse c'est simplement de trouver un bon cordonnier ?

Je te propose de télécharger le guide des meilleurs cordonniers de France. Comme ça tu n’auras plus besoin de chercher mille ans pour réparer tes beaux souliers.

Et en cadeau je te propose également de télécharger gratuitement notre Guide BonneGueule 2.

Clique tout simplement sur ce lien et je t’envoie tous ces bonus dans les 30 prochaines secondes !

Maintenir la forme de ses chaussures : les embauchoirs

embauchoirs bexley

Leur présence dans vos souliers est la condition sine qua non à leur longévité, autant dire qu'il s'agit d'un achat important à ne pas négliger.

Nous vous conseillons très (vraiment, très) vivement les embauchoirs en bois ! Ils absorbent mieux l’humidité et sont bien plus robustes que ceux fabriqués en plastique.

Bexley en propose de bons modèles à partir de 30€, avec prix dégressifs (4 paires pour 60€).

À chaque brosse sa fonction !

Nettoyer ses chaussures : le décrottoir

decrottoir

Le décrottoir décrasse la surface du cuir grâce à un crin de cheval bien dense. Pratique au quotidien, il ne doit être utilisé que pour le dépoussiérage et la préparation au nettoyage.

Saphir en propose un modèle à 13€.

Faire briller ses souliers : la brosse à lustrer

brosse a reluire

Elle rendra au cuir sa brillance lorsque vous lui avez appliqué une crème ou un cirage. Le poil est ici plus souple, de façon à ne pas abîmer les couches fines de cirage en surface. Tous les prix pour cet article allant de 10 à 30€ chez Monsieur Chaussure.

Conserver le velouté d'une peau : la brosse en crêpe

brosse daim

Une brosse en crêpe ou en laiton est indispensable pour préserver l'aspect velours des cuirs suédés et nubucks. Selon le modèle, on se situe généralement entre 5 et 10€.

Pour le cirage : la brosse palot

brosse palot

La brosse palot sert à appliquer le cirage et est donc beaucoup plus petite que les autres. À 5€ chez Bexley, cela devrait amplement suffire. Dans la mesure du possible, prenez-en une claire et une foncée, ou une dédiée à la crème et l'autre au cirage, pour éviter les mélanges de couleurs.

Lustrer les souliers grâce à la chamoisine

chamoisine

La chamoisine permet de lustrer le soulier après cirage ou glaçage. Elle n'est pas indispensable, mais si vous n'êtes pas à 4€ près...

La brosse à fil poissé, l'amie des montages Goodyear

brosse trepointe

La brosse à fil poissé servira aux possesseurs de souliers montés en Goodyear, dans le but de nourrir la trépointe ainsi que le fil de couture.

Soigner le cuir : quel produit choisir ?

Nous n'avons pas d'actions chez Saphir mais force est de constater que, pour un prix très raisonnable, leurs produits jouissent d'une qualité excellente. Donc oui, nous les citerons souvent...

Nourrir un cuir lisse

creme universelle saphir

Le lait nettoyant permet de décrasser le cuir en profondeur, évitant ainsi qu'il ne s'assèche, craquèle... Il contient souvent un peu d'alcool mais ne doit pas être trop agressif.

La crème universelle de Saphir est pratique et pas trop chère (10€ pour 150ml). En cas de tâche ou pour le nettoyage annuel, le lait Réno'Mat fonctionne bien : il est plus décapant.

surfine saphir

Les crèmes nourrissantes à base de cire d'abeilles sont idéales pour nourrir le cuir et lui redonner de la souplesse. Il en existe des incolores qui s'adaptent à tous les souliers lisses, mais elles peuvent laisser un dépôt blanchâtre au bout d'un certain temps.

Nous conseillons donc les références colorées, à choisir légèrement plus foncées que la teinte du soulier à entretenir.

pate de luxe noire saphir

Le cirage, généralement considéré comme un produit nourrissant, n'est en fait qu'essentiellement destiné à rester en surface. Il fait briller et peut aussi apporter de superbes nuances : un cirage bleu sur cuir noir - ou acajou sur marron - donne de très beaux résultats, surtout si vous glacez le soulier.

Les pâtes de luxe Saphir coûtent environ 4€ le pot, ce qui autorise à en acheter plusieurs pour s'amuser avec les teintes !

Des cuirs velours comme neufs (ou presque...)

La gomme à daim (5 à 10 €) permet d'enlever des tâches superficielles de poussière, terre, etc.

gomme daim

Le lait "Omnidaim" de Saphir vous aidera à nettoyer des tâches plus incrustées de type gras ou goudron... ce qui peut se révéler très utile ! Le produit coûte une quinzaine d'euros.

lait omnidaim saphir

Enfin, le rénovateur va nourrir, re-colorer et imperméabiliser le soulier. On ne peut pas mettre de corps gras sur un suédé ou un nubuck, cela va sans dire, donc ce produit se présente sous forme de vaporisateur.

Là encore et si possible, choisir une teinte un peu plus foncée que celle du cuir. Il faudra débourser une vingtaine d'euros pour le Saphir "médaille d'or".

renovateur daim famaco

Pour aller plus loin, voici notre article sur l'entretien des cuirs suédés (nubuck, velour, daim).

Les petits gestes quotidiens pour entretenir ses chaussures

Vous allez voir qu'il n'y a vraiment rien de compliqué. Après chaque port, passez un petit coup de brosse pour les dépoussiérer, et glissez-y les embauchoirs de façon à bien tendre le cuir.

Les souliers avec tressage ou perforations ont d'autant plus besoin de leur coup de brosse régulier, pour éviter que la saleté ne vienne se loger dans les interstices.

Ensuite, si vous avez pris une averse, pas de panique : les souliers peuvent aisément supporter quelques gouttes... Cependant en rentrant chez vous, l'idéal est de les bourrer de papier journal et de les mettre à sécher sur le côté, de façon à ce que l'humidité contenue dans la semelle puisse s'évaporer.

Sans oublier les embauchoirs bien sûr !

En revanche, ne les placez jamais à côté d'une source de chaleur, d'autant plus si elles sont humides. Cela assèche le cuir et peut le faire craqueler. À éviter absolument !

À quelle fréquence entretenir ses chaussures ?

En plus des gestes quotidiens que nous venons de voir, il sera impossible d’y échapper : vous allez devoir solliciter vos vigoureux bras afin de nettoyer et bichonner vos souliers. Une opération qu’il serait bon de répéter une à deux fois par mois, selon la fréquence du port.

L’objectif est de débarrasser le cuir des cirages et autres lustrants et de le nourrir. Nous distinguerons l'entretien des souliers en cuir lisse de ceux en cuir suédé, on vous en dit plus juste en-dessous 😉

Entretenir des souliers en cuir lisse : comment s'y prendre ?

Dépoussiérer et nettoyer le cuir

Sauf si vous disposez de lacets en cuir, sachez qu'il est préférable de les retirer du soulier avant toute manipulation.

Avec une brosse décrottoir, frottez vigoureusement la peau afin de la débarrasser des poussières et saletés superficielles. On n’oublie pas les bords de la semelle et coutures diverses (Goodyear, coutures norvégiennes…).

cousu norvegien

N'oubliez pas les bords de la semelle et les coutures lors du brossage !

Ensuite, à l’aide d’un chiffon précautionneusement enroulé autour du majeur et de l’indexe, il va falloir littéralement nettoyer le cuir. Appliquez un peu de lait universel sur le chiffon de coton et frottez de façon circulaire en insistant sur les plis d’aisance.

L'objectif n'est pas de décaper le cuir (ce que l'on verra plus tard) mais plutôt de le débarrasser de la saleté.

Sauf si vous laissez vos souliers dans cet état, le nettoyage devrait se faire assez facilement.

Sauf si vous laissez vos souliers dans cet état, le nettoyage devrait se faire assez facilement.

En principe, les couches de cirage et excès éventuels de crème précédemment appliqués se déposeront sur le tissu. N’hésitez pas maintenant à boire une bonne bière fraîche et faire une pause d’une dizaine de minutes, pour laisser au produit le temps de s’imprégner et de s’évaporer.

Nourrir la peau en profondeur

La seconde étape sera plus agréable et moins « fatigante » : il s’agit de crémer le cuir, c’est à dire de lui appliquer une crème nourrissante.

Avec un chiffon propre, enroulé bien à plat sur le majeur et l’indexe, prélever une petite quantité de crème et l’appliquer là encore de façon circulaire.

Selon l'âge, le type et la couleur du cuir, celui-ci va devenir mât et se foncer lorsque vous appliquez la crème nourrissante, à la texture très grasse.

Selon l'âge, le type et la couleur du cuir, celui-ci va devenir mât et se foncer lorsque vous appliquez la crème nourrissante, à la texture très grasse.

Lorsque la crème a bien pénétré le cuir qui prend très souvent un aspect mât, vous pouvez laisser reposer un bon quart d’heure et boire une autre gorgée.

Une fois que tout le monde est parfaitement réhydraté, saisissez-vous de votre plus belle brosse en crin et frottez sans forcer les souliers pour les faire briller. Pour les plus pressés d’entre vous, on peut considérer que la phase d’entretien est terminée !

Faire briller ses chaussures et les colorer

En revanche, pour ceux qui aiment travailler la brillance et les nuances de leurs souliers, l’étape de cirage peut commencer : c’est la plus « fun », et surtout celle qui permet une véritable « personnalisation ».

À l’aide d’une petite brosse à palot, tapotez votre pâte puis répartissez-la en mouvements circulaires sur toute la surface du soulier, ou bien sur l’avant et l’arrière selon l’effet que vous souhaitez créer.

entretien souliers

Là encore, 10 minutes de repos, puis passez de petits coups de brosses énergiques mais légers pour faire briller comme il faut ! Cela marche aussi avec une peau lainée, typiquement celles que l’on trouve dans les boîtes d’entretien.

Cette vidéo, tournée avec Septième Largeur, résume bien tous ces conseils :

Le must : glacer ses souliers

Enfin, pour les adeptes de bouts à la brillance miroir, nous terminerons avec le glaçage. Cette opération consiste à créer une émulsion à partir de cirage et d’eau, de façon à ce qu’ils forment en surface un verni extrêmement brillant.

Glaçage-chaussures-Médaille-dOr

On reprend son chiffon bien lisse, toujours plaqué autour de l’index et du majeur, en prévoyant un petit verre d’eau et sa pâte de cirage. Après avoir trempé et légèrement séché le chiffon, prélevez un peu de pâte en faisant des mouvements circulaires.

Le plus dur reste à venir… car vous allez devoir appliquer tout cela avec une vigueur prodigieuse sur le bout de votre soulier, toujours en effectuant des mouvements circulaires. Lorsque la peau vous paraît bien lisse et sèche, sans trace apparente de cirage, vous pouvez renouveler l’opération.

Sur un cuir jamais glacé, cela peut prendre un bon quart d’heure et trois ou quatre couches avant de parvenir au résultat souhaité.

Nous avions fait une vidéo avec Monsieur Chaussure pour illustrer cela. En cas de difficulté, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un bon cordonnier qui pourra vous réaliser le premier glaçage en vous montrant comment s'y prendre pour les suivants.

L'entretien des cuirs suédés : la marche à suivre

On sait tous que nos desert boots adorées peuvent prendre un côté roots pour un oui ou pour un non. Un frottement sur le trottoir, une goutte de sauce - ou pire, de vin - qui tombe dessus, une averse d'été aux gouttes sales : la peau finition velours absorbe tout et tâche très facilement, sans que la gomme ne soit toujours efficace.

Nettoyer un cuir velours

On adore le suédé. En revanche on aime moins la vitesse avec laquelle il se salit.

On adore le suédé. En revanche, on aime moins la vitesse à laquelle il se salit.

Commençons donc par le coup de brosse décrottoir pour enlever le plus gros en surface (ça sera utile). Avec votre brosse en laiton ou en crêpe, délustrez le cuir en brossant de façon circulaire : il n'y a pas besoin d'y passer trois heures, juste quelques coups suffisent.

Nourrir et re-colorer les peaux suédées

nettoyage souliers daim

Voilà le moment idéal pour appliquer le nettoyant, généralement vendu sous forme de mousse. Après quelques minutes, brossez avec le décrottoir nettoyé.

Enfin, on termine par vaporiser le rénovateur qu'il faudra laisser agir un quart d'heure environ. Petit coup de brosse en crêpe, et revoilà vos souliers tout beaux !

Des opérations d'entretien plus rares...

Le grand nettoyage de printemps (ou d'une autre saison, à vous de choisir)

Le cirage a tendance à boucher les pores du cuir et à empêcher la pénétration des crèmes nourrissantes. Il est donc essentiel de débarrasser le cuir de ces couches obstruantes une ou deux fois l'an. Deux solutions s'offrent à vous :

  • L'option sèche-cheveux, la plus facile, permet de faire fondre les couches de cirage que l'on pourra retirer avec une crème universelle en frottant vigoureusement.
Le chiffon peut rester noir longtemps, mais n'ayez pas peur s'y aller franco !

Le chiffon peut rester noir longtemps, mais n'ayez pas peur d'y aller franco !

  • L'option "décapante" style Réno'Mat, plus efficace. Ce produit - à utiliser en extérieur pour éviter les vapeurs - va nettoyer le cuir en profondeur, quoiqu'il faille être vigilant quant à son utilisation sur des cuirs trop sensibles.

Après cette opération, quelle que soit l'option choisie, il faudra crémer et cirer le soulier à nouveau.

Graisser la trépointe et le fil poissé

Un montage Goodyear, ou cousu trépointe (artisanal), suppose la présente d'une bande de cuir entre la tige et la semelle, solidement cousue grâce à un fil poissé.

Il est alors conseillé de passer une fois par an de la graisse de phoque qui, rassurez-vous, ne contient plus de graisses animales. Cela va redonner de la souplesse à la semelle et éviter que le fil ne se dégrade. 

graisser trepointe

L'image parle de soi, aucune difficulté ici !

Resemeller ses chaussures

Vos brogues en cousu Goodyear sont votre toute première belle paire de chaussures. Voilà 10 ans qu'elles vous donnent cette allure à la fois décontractée et élégante, et vous y tenez... Seulement, le temps et l'usure sont passés par là et elles commencent sérieusement à fatiguer.

Les montages Goodyear (industriels) et cousu trépointe (artisanaux) permettent justement d'enlever et de refaire la semelle.

Un bon cordonnier pourra sans problème vous refaire vos souliers goodyear.

Un bon cordonnier pourra sans problème vous refaire vos souliers Goodyear.

Il vous faudra trouver un cordonnier digne de ce nom et prévoir entre 100 et 150€ pour l'opération complète.

Cela vaut le coup ! Un soulier de qualité bien entretenu va, comme souvent, se sublimer avec le temps. Pensez-y avant de jeter une paire. 😉

Refaire la teinture du soulier

Il est possible de repenser complètement la couleur du cuir ou de lui redonner toute sa profondeur. Il existe encore quelques teinturiers et cordonniers capables de dépigmenter puis de teindre les peaux avec talent, en allant parfois jusqu'à la création des patines les plus extravagantes.

Là encore, c'est un excellent moyen de remettre une ancienne paire bien conservée au goût du jour, d'en faire une pièce très personnelle de votre garde-robe.

patine souliers

Évidemment, il faudra trouver une bonne adresse pour éviter les catastrophes. Cette "intervention" coûte de 50 à 100€ grosso modo, selon les nuances que vous souhaitez apporter à votre soulier.

Pour plus d'informations, lisez notre article sur quelles réparations peut faire un cordonnier sur vos chaussures.

Comment entretenir ses souliers : le bilan

Voici donc pour l'essentiel de ce qu'il y a à savoir concernant l'entretien des souliers. Munissez-vous des bons outils et de patience ! Ce sont des pièces généralement chères, auxquelles on tient : elles vous en remercieront.

Ayant consulté plusieurs cordonniers - dont certains particulièrement réputés - j'ai été surpris de voir que chacun avait finalement son petit rituel : là encore, il ne s'agit aucunement d'une science exacte...

Plus d'articles sur l'entretien et la réparation des chaussures

Romain Rousseau A propos Romain Rousseau

Voir un tailleur marquer sa toile m'impressionne, regarder une brodeuse faire virevolter son aiguille me donne des frissons, admirer un cuir parfait me fait sourire. Je suis passionné par le Luxe pour ce qu'il est (rigueur, excellence, amour du beau), et plus encore j'aime partager et transmettre cette passion. [email protected]

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Charly !

    Je ne sais pas trop ce qu’est le « cuir graissé de russie » je t’avoue, donc je ne peux pas te donner de réponse certaine.

    Par contre je sais qu’un cuir, quand il a besoin d’être entretenu, tu le vois : la surface est plus sèche, moins homogène… Il faut faire confiance à tes sens et à ton observation pour ce qui est du bon entretien d’un cuir, bien plus qu’à une fréquence arbitraire 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Mecmoderne !

    Il faut en effet faire super attention avec l’imperméabilisant, et mieux vaut le limiter au nubuck. Tu peux aussi imperméabiliser ta maroquinerie avec du baume Rénapur, par exemple. Personnellement, je n’imperméabilise pas beaucoup mes chaussures et accessoires en cuir puisqu’il ne pleut pas énormément par ici…

    Pour faire briller les chaussures, tu peux utiliser la crème surfine Saphir (un ton plus foncé si tu veux cacher les imperfections). Ils ont une bonne gamme de couleurs, tu devrais pouvoir trouver ton bonheur ! Ils en font également en transparent si tu ne veux vraiment pas changer la couleur des chaussures.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Mecmoderne !

    – Tous les cuirs lisses de souliers, en dehors du cordovan (surtout pas sur ce dernier !) et éventuellement d’autres cuirs « rares » (je pense aux cuirs exotiques comme l’aligator, le serpent etc).

    La couleur n’a pas d’incidence. Après ça en laissera probablement un peu sur le chiffon, mais certainement pas assez pour décolorer la chaussure, à moins que ce soit vraiment un tannage fait avec les pieds. Auquel cas, la pluie aurait fini par s’en charger quoi qu’il arrive…

    Moi je frotte directement je trouve pas que les 3 minutes changent grand chose (surtout que ca agirait que à l’endroit où les « gouttes » seraient tombées, donc ça n’a pas de sens). Par contre c’est vrai qu’il faut attendre un peu une fois étalé avant de l’essuyer.

    – Il est fort possible que ce soit du au fait que tu aies pulvérisé trop près, ou même au fait que ton imperméabilisant soit peu fiable (je le conseille rarement pour le cuir lisse, à moins d’acheter vraiment le bon produit et d’en avoir besoin si l’on vit dans une région où il pleut constamment)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hahaha, je voulais être sûr de t’épargner une mauvaise surprise alors j’y suis allé un peu fort 🙂

    A vrai dire le cirage n’est pas censé affecter durablement la teinte des souliers (sauf si répétition dans le temps), c’est pour ça qu’il est possible en cas de dépannage de prendre un marron un peu différent par exemple, mais si ce sont deux couleurs vraiment différentes, et que celles que tu rajoutes est plus sombre (et on fait pas plus sombre que du noir), je suis à peu près certain que ça laissera des restes indélébiles sans décapant.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Axel !

    Très, très, très, TRÈS mauvaise idée :/

    A moins que tu sois un expert de la teinture au drapeau pour les recolorer, et de l’usage des agents décapants sur le cuir… Moi je ne m’y risquerais jamais en tout cas.

  • Nicolò – BonneGueule

    Ca fait partie du parcours haha, au moins maintenant tu sais 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est la crème 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Thibaut !

    On confirme, on a même fait une interview du fondateur il y a un temps 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Simon !

    C’est un peu moins bien et ça prendra plus de temps, mais oui 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Ah oui le commentaire était tellement long qu’il ne s’affichait pas en entier…

    – Oui c’est utile, mais évite absolument d’acheter des imperméabilisants chez les marques dont le coeur de métier n’est pas l’entretien des souliers, car il y en a pas mal sur le marché qui sont bourrés d’éléments qui abiment tes cuirs. Tiens t’en à Saphir / Avel, ou à la limite Famaco et Woly.

    Tu as bien lu ce que tu as lu sur le commentaire. Pas forcément utile, à moins de vivre dans des conditions où la pluie est constante, et dans tous les cas, limite toi aux marques de référence. Aucune idée pour Fairmount malheureusement.

    Des traces blanches sur un cuir noir ça peut être normal ou inquiétant selon la quantité de pluie, et à quelle vitesse c’est apparu si tu ne les a pas encore entretenues. Mais clairement si ça fait ça juste parce que trois goûtes sont tombées dessus, la couleur de ta chaussure c’est beaucoup plus du cirage rajouté après coup que du tannage…

    Ca ne suffit pas d’appliquer du lait hydratant, surtout sur un cuir noir.

    – C’est un peu un abus de vendeur pour pas que tu fasses le calcul de la note finale avec la pose de patin cet argument je trouve. « La chaussure est conçue avec un certain équilibre », ouais, peut-être chez un maître bottier en bespoke, mais faut pas exagérer non plus. En revanche il est vrai qu’il vaut mieux attendre un petit peu d’avoir fait le cuir avant de les poser.

    Dans l’hypothèse ou tu ne fais pas poser de patin il faudra te préparer à ressemeler ta chaussure, à l’user plus vite, et à prendre de risque de voir la semelle se dégrader par temps de pluie ^^

    Je pense qu’il y a plusieurs raisons pour laquelle les marques ne le font pas : ça coûte plus cher et donc on affiche un prix final plus haut, beaucoup de « puristes » (ils ont intérêt à avoir pas mal de paires pour alterner cependant) aiment marcher directement sur le cuir, et cette façon de faire était un peu la façon de procéder « traditionnelle » donc j’imagine que c’est resté aussi pour ça. Et d’un point de vue pratique, comme je te l’ai dit, il vaut mieux poser le patin une fois que le cuir s’est fait pour un maintien optimal de la structure du soulier.

  • Nicolò – BonneGueule

    Rah mince !

    Elle est pas pratique cette interface de modération parfois ^^

    Oui c’est obligatoire pour tout type de « soulier » avec une semelle cuir (ou une forme de semelle cuir)

    Pour la sneaker non, et c’est même à éviter.

  • Nicolò – BonneGueule

    La pâte de luxe n’est pas obligatoire, mais oui. Elle te permet de donner un rendu un peu « rutilant » à tes souliers, de les faire briller (notamment sur le bout et le contrefort)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Simon !

    Tu sais pourquoi il y a des contradictions dans ce que tu lis ? 🙂

    Parce que tous les gens qui essayent de classer les couleurs en fonction des teints oublient que c’est avant tout une question de rapports de contrastes dans la tenue par rapport au contraste peau / cheveux, plutôt que des couleurs qui « vont » ou « ne vont pas » à telle ou telle peau.

    Explications ici :

    https://www.youtube.com/watch?v=HLEiWCrbS18

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Alexandre !

    – Faux. Je ne sais pas pourquoi on t’a donné ce conseil… Je n’ai aucune explication qui pourrait le justifier.

    – Normalement on peut utiliser n’importe quels embauchoirs pour n’importe quel type de chaussure, le but étant avant tout de maintenir une forme « cohérente » plus que la forme originelle du soulier (qui de toutes façons, bouge pas mal avec les ports). Après en grande mesure tu as des embauchoirs conçus spécialement pour la chaussure mais on parle de prix stratosphériques. Je crois que même chez les marques haut de gamme, tant que c’est du prêt à chausser il n’y a qu’une forme d’embauchoirs au sein de la marque, qui devrait correctement s’adapter à toutes.

    Note aussi que ce n’est pas grave si le « bout dur » de la chaussure n’est pas rempli, justement parce que c’est une partie dure qui se plie et se déforme peu. (sauf accident grave haha)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Florian !

    Mauvaise idée, et aussi, réponse inadéquate sur le cirage.

    Les graisses c’est surtout adapté pour les cuirs dits « gras ». (En général, ceux que tu trouves sur de grosses boots costaudes workwear, ou des souliers qui se veulent d’hiver)

    Et même sur ceux-ci, utilisé à outrance ça va complètement ramollir ton cuir au point de lui faire perdre toute sa forme.

    Les cirages sont effectivement du maquillage, mais pas que, surtout dans le cas des « crèmes surfines » (en pommadier) qui nourrissent également. Mais pour éviter l’accumulation des couches (qui finiraient par craqueler) il est très important de passer la crème universelle avant.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Vincent !

    Honnêtement Bocage vu la tête qu’ont les souliers je doute que ce soient vraiment des paires de qualité…

    Ce que tu me dis en dit long sur leurs cuirs. Ce genre de choses peut arriver si la paire est trempée, mais pas avec une goutte d’eau, autrement ce n’est pas un bon cuir… (Par contre le fait que ça laisse des traces sur le chiffon, c’est normal, ça ne devrait juste pas décolorer la paire, sinon ça veut dire que c’est surtout du cirage sur un cuir un peu nul que tu achètes…)

    Les cuirs lisses n’ont pas besoin d’être imperméabilisés la plupart du temps, sauf s’il y a risque de très grosses averses. (Et il faut choisir des produits de confiance car les impérméabilisants bon marché peuvent être désatreux pour les cuirs !)

    Malheureusement, à 150 euros tu n’auras pas des souliers corrects la plupart du temps (les soldes sur ce type de produit en entrée de gamme, c’est souvent de la poudre aux yeux)

    Je te conseille de pousser un tout petit peu plus haut et d’aller chez Meermin (le meilleur rapport Q/P du soulier d’entrée de gamme) ou Loding, dans le cas où tu n’arrives vraiment pas à acheter sans essayer (mais c’est un peu moins bien).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Théo !

    Les deux « pâtes de luxe » sont du cirage, mais à vrai dire l’autre est une… Crème de cirage 🙂

    « cirage » c’est un peu le terme générique des produits pour le cuir qui vont le colorer, mais les fonctions ne sont pas les mêmes. La crème hydrate, nourrit ET recolore (plus précisément « maquille » car ça ne se fait pas vraiment en profondeur, sauf après des dizaines et dizaines d’entretiens), tandis que la pâte fait briller, colore un peu, et forme une « couche protectrice » par dessus.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Lucas !

    Tu dois choisir un cirage un ton plus foncé que la couleur du cuir où tu vas l’appliquer.

    Je pense que marron cognac est un bon choix, car les souliers ont plutôt l’air « cognac clair ».

    Pour la semelle ce sera sûrement marron foncé. Mais fie toi à ton oeil : le but c’est que ce soit la même pigmentation, mais plus sombre 🙂

    Il n’insiste pas dessus ! Il n’y passe que très légèrement. Le glaçage est un « dégradé », autrement ça te ferait un bout très brillant qui devient abruptement mat.

    Ce qui vaut donc aussi pour la semelle !

  • Nicolò – BonneGueule

    Ok donc un cuir lisse !

    Commence par un nettoyage classique à la crème universelle ! Si jamais ça ne part pas…

    Utilise du Reno Mat de Saphir (attention à être précautionneux à l’emploi : laisse agir le cuir 10-15 min, pas plus, le produit est assez agressif. Mieux vaut renouveler l’opération qu’endommager le soulier)

    Puis ensuite un entretien à la crème surfine saphir, d’une couleur un ton plus foncée que la couleur du cuir, comme d’habitude 🙂

    (ici ce sera le marron cognac je pense)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Corentin !

    Ah bah ça…

    Quel cuir est-ce que c’est ?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Antoine !

    – Je n’ai plus l’intégralité de la vidéo en tête (et je n’ai malheureusement pas le temps de la revoir tout de suite ^^) mais ce qu’il faut retenir c’est que ce sont les étapes crèmes universelle + crème surfine colorée qui sont essentielles. La pâte (chez saphir la « pâte de luxe ») c’est pour briller 🙂

    – N’oublie pas que le cuir gras n’a pas exactement le même genre d’entretien !

    https://www.monsieurchaussure.com/fr/content/entretenir-ses-chaussures-en-cuir-gras

    Ajoutes-y du cirage après l’étape « nettoyer »

    https://www.monsieurchaussure.com/fr/cirage/cirage-saphir/creme-surfine-saphir/cirage-marron-havane-saphir-creme-surfine.html

    Si tu le souhaites, mais je trouve pas ça très utile sur ce genre de paire que tu es plutôt censé laisser se patiner, au lieu de tenter de maquiller la moindre éraflure (n’oublie pas que le cirage, en dehors de ses propriétés hydratantes, ne fait rien d’autre que ça : maquiller, plus ou moins durablement)

    – Pas de cirage pour cette partie mais plutôt une graisse comme expliqué dans le lien (de toutes façons la semelle est en deux couleurs et le fil est blanc, donc le cirage n’aurait pas été adapté)

  • Nicolò – BonneGueule

    Il te faudra deux cirages différents, tous les deux un ton plus foncé que chacune des couleurs de la chaussure.

    Je t’avoue que personnellement je ne me risque pas au cirage sur les cuirs patinés. Il faudrait que tu demandes au service client de Monsieur Chaussure, ils doivent pouvoir te conseiller là dessus.

    Je dirais celui ci pour la partie claire :

    https://www.monsieurchaussure.com/fr/cirage/cirage-saphir/creme-surfine-saphir/cirage-marron-cognac-saphir-creme-surfine.html

    Et celui ci pour la partie foncée :

    https://www.monsieurchaussure.com/fr/cirage/cirage-saphir/creme-surfine-saphir/cirage-marron-fonce-saphir-creme-surfine.html

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Antonin !

    Si tu veux te simplifier la vie, utilise du juste Baume Renapur. Ca me paraît particulièrement indiqué dans le cas de ces souliers, d’autant que les deux couleurs différentes, sur le bout et sur la tige, rendent le cirage en trois étapes (crème universelle, crème surfine, pâte de cirage) plus compliqué.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Corentin !

    Après 5 à 10 ports (ou une fois que tu sens que la paire s’est bien faite à ton pied), va faire poser des patins + fer encastré chez le cordonnier. Ca se change une fois par an si tu portes la paire très régulièrement, et ça protégera la semelle, ce qui t’évitera de la changer trop tôt 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sylvain !

    Tu peux essayer de demander un échange, car la peau de la chaussure droite n’était pas aussi bonne que celle de la gauche effectivement, mais pas sûr que la marque accepte.

    Le truc c’est que quand tu baisses les prix sur le cuir, la qualité devient plus « aléatoire », et c’est intrinsèque à la gamme de prix, car la marque fait un « tri » moins sélectif sur ses peaux. (Si elle triait plus, ça voudrait dire une augmentation des prix)

    Quoi qu’il en soit cette différence restera, et se marquera peut-être même un peu plus dans le temps…

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Pierre !

    C’est tout à fait ça !

    Haha oui pour le noir tu devrais prendre noir :p

    On le conseille car les crèmes surfines (incolores ou non) éclaircissent légèrement la couleur au fil du temps (d’où l’intérêt de les prendre juste un poil plus foncées pour compenser)

    L’incolore marche très bien aussi la seule différence c’est que tu n’as pas la partie « maquillante » pour compenser ce changement de couleur et cacher les éraflures (tout à fait adaptée selon moi à une paire portée casual sur laquelle tu veux voir la patine du cuir se marquer pour gagner en caractère)

  • Luca – BonneGueule.fr

    Tous les 3 mois c’est bien. Pour le lait, c’est vraiment quand tu vois qu’elles sont sales, il n’y a pas de fréquence à respecter.

  • Benoit – BonneGueule

    Oui du lait nettoyant ça suffit très bien !

  • Euxane – BonneGueule

    Hello boo,

    En fait, rien que les ports vont détériorer le glaçage… et l’entretien aussi. Mais il restera toujours « une base », le travail ne sera jamais complètement à refaire 🙂

    Le glaçage devrait disparaitre complètement au bout de 3-4 entretiens. Pour le « raviver », il suffira de mettre une goutte d’eau sur la zone à glacer et de caresser avec une chamoisette en cercles concentriques, jamais au même endroit 🙂

  • Raphaël

    Ok je le ferai
    Merci luca 🙂

  • Luca – BonneGueule.fr

    Le mieux est que tu contactes la marque pour l’entretien Raphaël 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    En cuir verni tu veux dire ?

    Car le glaçage c’est un traitement qui intervient après la fabrication, que tu peux considérer comme du « maquillage » puisqu’il peut être enlevé et refait (regarde chez monsieur chaussure il me semble qu’il y a des tutos là dessus)

    Par contre le truc des cuirs « vernis » c’est qu’en gros tu as une pellicule dessus, et qu’il y a rien qui passe à travers. Niveau durée de vie c’est pas idéal du tout je trouve, car une fois que ça se dégrade… Tu peux pas faire grand chose.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Patrick !

    Je conseille plutôt le chiffon ou alors une brosse très très douche en crin de sanglier par exemple.

    Il y a des produits spécifiques plus adaptés que le savon 😉

    Essaye le Jason Markk ! Dans le principe c’est un savon aussi mais les ingrédients sont particulièrement adaptés aux cuirs !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Axel !

    Tu peux chercher chez Bexley, mais honnêtement il n’y a pas vraiment de marque « pas chère » sur les embauchoirs. Les marques ne les font pas eux mêmes, elles ne font que revendre les produits d’autres fournisseurs / grossistes.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Eric !

    Je ne doute pas que ça fonctionne encore mieux et que ce soit LA solution faite pour, mais moi j’insiste, je te dis que l’autre solution marche quand même bien aussi ^^
    Je vais faire le test ceci dit, pas de raison qu’on se prive d’une solution encore meilleure 🙂

    1) A vrai dire tu n’es pas obligé d’entretenir la semelle. C’est avant tout pour qu’elle reste toute belle et propre, mais d’un point de vue pratique, si tu marches vraiment avec régulièrement, ça me paraît impossible à maintenir à terme.

    D’autant que la semelle finit par s’user, et au moment où ça atteint les coutures, ça veut dire ressemelage sur un Goodyear, et plus ou moins fin de la vie de la chaussure sur un Blake…

    Voilà pourquoi pour certains (dont je fais partie), la pose de patin est automatique (et du coup l’entretien de la semelle est inexistant). Mais ça varie grandement selon l’usage que tu fais de tes chaussures, et du nombres de paires que tu as pour alterner.

    2) Oui pour cette gamme de prix je ne vois pas où tu peux trouver mieux !

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci de ton retour Eric !

    Je comprends que le point de vue de Valmour soit clairement à prendre en compte (après tout, ce sont eux qui font les produits !) mais la pratique du premier passage à la crème universelle est plus que répandue !

    Et ce n’est pas conseillé que par les (re)vendeurs, c’est aussi ce qu’on peut lire un peu partout tous les forums de « calcéophiles ». Du coup peut-être que le produit n’a pas été « conçu » pour, mais quoi qu’il en soit ça fonctionne plutôt bien 🙂

    Par contre c’est vrai que l’utilisation seule du lait universel, à répétition, et sans autre forme de nourrissement du cuir semble ternir / foncer un peu les cuirs à la longue, ça je te l’accorde volontiers !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Stratego !

    Avec le temps les couleurs perdent un peu de leur vivacité par contre, c’est pour ça que c’est bien de les cirer aussi 🙂 (Où d’ajouter une crème colorée après le simple passage de l’universelle Saphir)

    Mais c’est vrai que rien que les étapes que tu décris, ça leur rend déjà largement service.

  • Nicolò – BonneGueule

    Quand je dis pas tout le temps c’est vraiment pas tout le temps hein, surtout si c’est de la semelle en gomme pas très dense ! N’oublie pas que le principe c’est que ça décape tout, donc ça attaque un peu aussi la semelle 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Wild !

    Si c’est du 100% tissu (sans doublure en cuir) tu peux aussi le passer en machine pour un lavage à froid tu sais 🙂

    Autrement le Jason Markk (produit nettoyant) est un savon donc il fonctionne aussi sur les textiles ! (Il est juste particulièrement efficace et non agressif sur les cuirs)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello fgrosso !

    Non, pas nécéssaire, surtout que la forme est différente de toutes façons. Utilise du papier journal 🙂 (Si tu bourres bien la chaussure tu pourras même faire un genre de « bloc » quasi solide que tu pourras réutiliser une ou deux fois :p)

  • fgrosso

    Salut,
    A vos avis, est-ce qu’il faut des embauchoirs pour des sneakers comme National Standard?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Machiavel !

    Ce sera le même entretien que pour n’importe quel autre soulier, à l’exception peut être du fait que tu devras utiliser des produits spéciaux pour cuir gras pour la plupart 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello WildDredge !

    Réponse aux deux questions : Jason Markk !

    Si ça ne suffit pas pour la partie blanche de la semelle, et que c’est vraiment crade, moi j’ai remarqué qu’en piquant le dissolvant pour ongles de ma mère ou de ma copine, et en l’appliquant sur un coton, tout partait VACHEMENT bien. (A ne faire que de temps en temps. Attention aux vapeurs, aussi, et à ne pas en mettre sur le cuir ou le textile 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Moi ce que je préfère, c’est les chaussettes trouées :o)

  • c’est souvent le soucis avec la communication par écrit 🙂 merci pour ta réponse Enrique

  • Nicolò – BonneGueule

    Bonne question, la vidéo ne date pas d’hier donc on ne saurait pas trop te dire non plus !

  • AW

    Cher Enrique
    Tout d abord j ai regardé la vidéo dans l article de BG (donc pas de commentaires YouTube), et puis si tu avais regardé les commentaires des administrateurs sur le fil de ma discussion , ils avaient l air tout autant surpris que moi…. Eux aussi n ont pas du voir cette fameuse excuse pour cette désormais fameuse bourde.

  • Stephane Verhoye

    Article très instructif qui répond à des questions que je me posais depuis longtemps. Merci?

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Nikolas ! 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Melvyin !

    Peut-être les « déo » pour chaussures, du moment que tu fais bien attention à ce que ça ne soit que dans la partie interne (mieux vaut ne pas tester ce que ça peut faire sur les parties visibles du cuir…), car j’ai l’impression que ces produits font aussi un peu partir l’humidité.

    A part ça, le papier, les embauchoirs, et espacer plus les ports, je ne vois pas trop d’astuce miracle.
    En tout cas pour toi ce sera embauchoirs en cèdre uniquement, vu que ce sont ceux qui ont le pouvoir absorbant le plus conséquent.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Johann !

    Pour les guides d’entretien des souliers et des différents cuirs, tu peux vraiment faire confiance à Monsieur Chaussure 🙂

    https://www.monsieurchaussure.com/fr/content/entretenir-ses-chaussures-en-cuir-gras

  • Romain Rousseau

    Bonjour Fabien et merci !

    Moi je lave mes brosses à l’eau avec du savon noir qui enlève aussi très bien le cambouis et les corps gras. Mais par contre je n’ai jamais eu le soucis de brosses qui perdent leurs poils.

  • Romain Rousseau

    Bonjour Erwan, et merci ! Je n’ai pas la références des doubles boucles par contre, je suis navré.

  • Romain Rousseau

    Très bonne référence effectivement !

  • Romain Rousseau

    Complètement d’accord pour Talon Rouge, c’est peut être bien le meilleur d’ailleurs… Merci beaucoup pour ce retour en tout cas !

  • Abdelhamid Niati

    Hello Romain. Merci encore pour cet excellent « article outil » car le cuir est une matière à entretenir régulièrement et le faire procure du plaisir (en ce qui me concerne). Pour les patines ou redonner une seconde vie à ses chaussures je conseille Talon Rouge et Bolten. Concernant ce dernier on peut même lui envoyer ses chaussures par la poste, après un échange indispensable sur la couleur voulue, et il vous les retourne une fois terminé. Avant de retourner la paire, il vous envoie des photos du résultat pour nous faire un retour. Des enchanteurs à connaitre. A bientôt

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello AW !

    Effectivement, y’a une erreur à priori… Au temps pour nous 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Tu as vu ça où ? Dans l’article ?

  • Benoit – BonneGueule

    Faut les acheter chez Monsieur Chaussures !

  • Benoit – BonneGueule

    Ca me fait pareil sur certaines paires, ça ne m’a jamais posé problème de mon côté, et ce, depuis quelques années…

  • Benoit – BonneGueule

    Curieux comme retour sur l’usure des brosses, elle perd ses poils ? Peut-être que tu appuies trop fort sur la brosse.

  • Erwan

    Salut
    Super article. Quelle est la marque des doubles boucles ?
    Merci par avance

  • Fabien

    Bonjour,

    Comme toujours, un article très complet et clair qui donne envie de sortir sa bière, son kit d’entretien et y passer la demi journée devant la pluie 🙂

    Par contre, entreteunir ses chaussures OK. Mais comment on entretien ses différentes brosses ? Je comprends bien que ça doit être vu comme des consommables mais devoir possèder une brosse de chaque type par couleur (Noir, marron foncé, marron clair). coûte rapidement cher. Et surement dû à une mauvaise utilisation / entretien de ma part je trouve que leur durée de vie est très courte. D’où ma question : Après la séance d’entretien des chaussures, comment bien nettoyer les brosses ?

    Fabien

  • Hello Abdel,

    Non, la crème nourrissante c’est un lait, et la crème de cirage c’est un cirage un peu plus liquide que la pâte de cirage.

    Pour le nettoyage du fil poissé, il vient à n’importe quel moment du nettoyage, mais absolument avant toute étape où on nourrit le cuir et où on cire.

    Bon entretien !
    Geoffrey

  • Abdelouahed Ben’

    Bonjour, excellent article.

    Est-ce que la crème nourrissante est ce qu’on appelle la crème de cirage ? Parce que j’entends toujours 2 termes qui se rapprochent: Crème de cirage et pâte de cirage.

    Sinon le nettoyage du fil poissé se fait à quel niveau ? (à quel moment de l’enchaînement)

    Merci à vous.