Ligne BonneGueule : la parka M-65 en coton déperlant

Parmi les sources d'inspiration récurrentes de la mode masculine, certaines semblent tout simplement intarissables tant on les retrouve encore et encore.

C'est le cas de l'inspiration militaire : depuis des décennies - voire même des siècles si l'on y regarde de plus près - les pièces portées par les forces armées n'ont cessé d'être réutilisées par les civils, d'abord pour des raisons pratiques, puis de style.

Je vous ai parlé du chino en septembre dernier, mais on pourrait aussi citer l'exemple du bomber ou même du tee-shirt, voire des bottines jodhpur

Aussi, permettez-moi de vous présenter aujourd'hui la pièce qui, malgré son passage au statut de "classique" masculin, reste la plus indissociable de ses origines militaires : la field jacket M-65 !

Petit historique de la field jacket M-65

Vous vous rappelez peut-être de notre épisode de "Dans le vestiaire de..." avec Gauthier Borsarello ? Nous l'avions interviewé sur son métier d'expert du vintage et de chineur émérite.

Pour être certain de ne manquer aucune anecdote sur l'histoire de cette pièce aux racines très fortes, je suis parti discuter avec lui autour d'un café. Et après avoir bénéficié d'une leçon accélérée sur ses détails techniques, leur évolution et son ascension dans la culture populaire, je vous propose de partager avec vous ce que j'ai pu recueillir...

Notre ami Gauthier, expert et passionné de vintage, m'a raconté tout ce qu'il y avait à savoir sur le modèle d'origine de cette veste emblématique.

Une pièce fonctionnelle pour répondre aux exigences de l'armée américaine

"M-65" est l'abréviation de "Model-1965". Il est normal que la veste soit nommée d'après sa date de création : il s'agit de la version améliorée de deux générations successives de field jackets, la M-43 et la M-51.

Elle a donc été créée dans une démarche d'amélioration de l'équipement militaire, aboutie grâce à l'expérience des soldats sur le terrain. Sa conception a été confiée à Alpha Industries, plus grand fournisseur de l'US Army à l'époque, qui avait déjà créé la flight jacket MA-1.

Le cahier des charges de cette field jacket Les troupes avaient besoin d'une pièce solide, polyvalente, confortable, fonctionnelle, et adaptée au climat extrêmement pluvieux et chaud de la jungle vietnamienne.

Une pièce pensée pour tenir la route dans des conditions très difficiles.

Ainsi, Alpha Industries a proposé à l'armée une veste dotée d'un certain nombre de caractéristiques techniques, que l'on retrouve d'ailleurs souvent sur les reproductions actuelles :

  • un tissu "NYCO", nouveauté exclusive à l'armée à l'époque, mélange nylon-coton prévu pour résister au vent et à la pluie,
  • une doublure amovible en ouate pour s'adapter aux temps plus frais,
  • un cordon de cintrage interne,
  • des pattes de boutonnage aux épaules, car un soldat a toujours besoin d'un point d'attache supplémentaire pour les nombreux objets qu'il transporte,
  • quatre poches à rabat dotées de boutons-pression, plus rapides et faciles d'utilisation que les boutons classiques d'une M51,
  • des extensions triangulaires rangées à l'intérieur des manches (grâce un système de velcro), pour couvrir les mains en cas de vent. Pratiques dans certaines situations précises, elles présentaient malgré tout quelques inconvénients au quotidien : il était très compliqué de porter la veste les manches retroussées, et le ressenti causé par ces rabats était assez désagréable autour du poignet,
  • un col droit pour protéger le cou et y ranger une capuche repliable à l'intérieur.

Le col d'un modèle d'origine, dont le zip argenté témoigne d'une confection datant d'avant 1972.

Notez qu'il est aujourd'hui très rare de retrouver un exemplaire authentique qui ait encore sa capuche : du fait de son système de maintien lorsqu'elle était déployée, elle encombrait les G.I.'s sur le terrain et ne tenait pas vraiment bien sur la tête.

Par conséquent, la majorité décidait tout simplement de la découper. C'est peut-être le plus grand défaut de cette pièce dans sa version d'origine. (Ne vous en faites pas, on y a évidemment remédié sur la nôtre !)

Anecdote intéressante pour les collectionneurs : Gauthier m'a fait savoir que de 1965 à 1972, les zips étaient en aluminium, tandis qu'après 72, on s'est mis à les fabriquer en laiton. Sachez donc que si vous trouvez une M-65 en surplus, en fripe ou en brocante un jour, la première est beaucoup plus rare. Surtout en bonne condition !

Un symbole popularisé par le cinéma

Comme pour toutes les pièces d'inspiration militaire, la popularisation de la M-65 se déroule selon un schéma que l'on connaît bien : les vétérans reviennent du Vietnam accompagnés de leur fidèle M-65, faisant par la même occasion un "fashion statement" très badass, qui marque l'esprit des civils.

Parallèlement, l'armée a un très gros surplus à distribuer après le conflit, et l'entreprise qui a conçu la veste décide de se lancer également dans une production destinée au marché public.

Nous avons là les premiers éléments qui permettent à la M-65 de devenir accessible à la population, tant en termes de visibilité que d'achat.

À gauche, un "anti-war" manifestant contre la guerre du Vietnam, vêtu d'une M51.

Évidemment, c'est le cinéma de l'époque qui a fait la différence dans l'esprit des gens, propulsant la veste au statut de vêtement iconique.

Al Pacino dans Serpico ; Robert DeNiro dans Taxi Driver ; Sylvester Stalone dans Rambo "First Blood"... Des grands noms avec une puissante résonance dans la culture populaire, alors même que certains venaient tout juste d'accéder à la célébrité.

DeNiro, alias Travis Bickle dans Taxi Driver. La field jacket M-65 fait partie intégrante du personnage, vétéran du Vietnam perturbé psychologiquement.

Compte-tenu de ses origines, la M-65 avait déjà une connotation forte. Mais dès lors qu'elle s'est retrouvée associée à des films et des acteurs en passe de devenir de véritables mythes, elle a fini par conquérir le public.

Une pièce détournée par les contre-cultures

Elle a également été réutilisée par de nombreuses contre-cultures et sous-cultures post-Vietnam aux États-Unis : des motards aux hippies "anti-war", en passant par les Black Panthers... Tous la customisaient, souvent à l'aide de peintures, broderies, pin's...

La symbolique est d'autant plus forte que ces groupes s'appropriaient des attributs militaires pour les intégrer aux codes de leurs revendications.

Un membre des Black Panthers, portant une veste militaire. Un symbole militaire détourné pour servir les idées "d'auto-défense" du parti.

Pourquoi faire une M-65 ?

Après notre softshell en tissu technique, nous voulions revisiter la veste légère de mi-saison à travers des matières naturelles et des origines militaires assumées. C'est une influence chère à Benoît et à de nombreux membres de l'équipe.

Une belle M-65 permet de faire d'une pierre deux coups : elle apporte beaucoup de caractère à une tenue, tout en étant complètement intemporelle. Elle était d'actualité il y a 40 ans, elle le sera encore dans 10 ans.

Les hommes portent des M-65 depuis près de cinquante ans et encore, on ne parle que des civils.

C'est probablement son équilibre parfait entre esthétique et fonction qui lui a valu cette canonisation : malgré sa conception avant tout pratique, les lignes des 4 poches ont une certaine pureté qui donne presque involontairement à la pièce une dimension "sartoriale" décontractée.

Aux États-Unis, elle a aussi bien conquis les milieux urbains que ruraux. Et du fait de cette intemporalité, le style militaire peut souvent jouer le rôle de "pont" entre des pièces formelles et d'autres très casual.

De ce fait, on comprends facilement pourquoi une M-65 peut aussi bien être portée par-dessus une chemise casual légère ou un tee-shirt et des sneakers pour les beaux jours, que comme protection supplémentaire lors de l'automne, avec un blazer et des brogues. Voire carrément un costume "sport" !

Ce ne sont pas les habitués du Pitti Uomo qui vous diront le contraire : la M-65, ici dans sa version "camo" plus pointue, est si polyvalente qu'elle se marie même au blazer

Ses origines en ont aussi fait une pièce centrale pour tout style "baroudeur" qui se respecte : c'est la compagne idéale de l'aventurier, du photographe, du reporter, de l'amateur de longues balades en forêt et de voyages à travers le monde.

Une gabardine déperlante de la maison italienne Larusmiani

Une toile vert forêt, efficace contre la pluie

Dès le début du processus de création de la pièce, nous voulions partir sur une gabardine 100% coton avec un traitement déperlant pour vous protéger des pluies légères.

Par rapport au coton-nylon du modèle originel, c'est aussi un choix qui a l'avantage d'offrir encore plus de respirabilité, tout en gardant une certaine protection contre les éléments.

Côté couleur, nous nous sommes tournés vers une teinte vert forêt, à la fois masculine et facile à porter. La gabardine est aussi légèrement satinée et prend joliment la lumière, ce qui donne à cette M-65 un aspect un peu plus sophistiqué que de coutume.

Une toile vert forêt qui vous protègera des petites pluies.

Pour ce qui est de la doublure, il s'agit d'une 100% viscose. Douce et respirante, elle a aussi l'avantage de ne pas accrocher et elle a les propriétés respirantes du coton (c'est une fibre à base de cellulose). Parfait pour le layering.

Une jolie doublure 100% viscose pour le confort et la douceur

Larusmiani, une filature habituée aux Maisons de luxe

C'est chez Larusmiani que nous avons trouvé notre bonheur...

La Maison Larusmiani, une des filatures italiennes de choix préconisées pour les marques qui fabriquent les chinos les plus haut de gamme !

Comme vous avez pu le voir dans la vidéo, Larusmiani - entreprise familiale vieille de trois générations - est très ancrée dans l'innovation. C'est ce parti-pris qui lui a permis de développer des tissus modernes et luxueux à l'époque où le prêt-à-porter se construisait, venant concurrencer l'hégémonie britannique.

Comme nous, Larusmiani est animée par une recherche perpétuelle de qualité. Ils créent d'ailleurs quelques vêtements haut de gamme, faits-main, qu'ils distribuent dans leur propre boutique. À ce jour, il s'agit de la plus vieille enseigne sur la célèbre Via Monte Napoleone, au coeur du quartier mode de Milan.

Une coupe et une esthétique modernisées

Toujours dans l'optique de vous proposer une pièce urbaine, nous avons opté pour une épaule lisse et bien dessinée qui soulignera votre carrure, plutôt que d'y placer les pattes de boutonnage habituelles.

La coupe est ajustée pile comme il faut, moins "loose" que ce qui se faisait sur les modèles d'antan.

Pour donner un côté plus urbain à la pièce, la coupe est ajustée et flatte la silhouette de son porteur.

Par ailleurs, nous avons joué avec les quatre poches à boutons-pression emblématiques de la M-65 : leur forme a été retravaillée avec une légère asymétrie sur le rabat. On crée ainsi des lignes diagonales, venant souligner le buste et marquer la taille.

Luca contemple la forme harmonieuse des poches de sa nouvelle veste.

Bien évidemment, les rabats bénéficient d'un solide point de renfort de chaque côté pour leur assurer une durabilité dans le temps.

Les détails, tout est dans les détails !

Une capuche qui ne vous fera pas défaut

Un travail spécial a été effectué sur la capuche pour la rendre aisément repliable.

Contrairement à celle des G.I.'s envoyés au Vietnam, elle est facile d'utilisation et entoure bien la tête grâce aux boutons-pression latéraux.

Vous n'aurez donc pas à la découper aux ciseaux par frustration, comme ils ont souvent dû le faire !

Une capuche qui entoure bien la tête.
Un Luca heureux.

Des poignets à serrer selon votre convenance

Nous avons aussi repris les pattes de serrage à velcro circulaires de la softshell V2, pour s'adapter au mieux aux conditions climatiques et aux différentes façons de porter la parka.

Resserrez-les pour vous isoler en cas de mauvais temps et de coups de vent ; desserrez-les pour retrousser facilement les manches et la porter avec un tee-shirt lors des journées ensoleillées.

Velcro circluaire m65 bonnegueule

Et hop ! Une fois la patte de serrage enclenchée, Luca est protégé de la pluie printanière !

Autre détail hérité de sa cousine la softshell : des oeillets métalliques ont été posés aux aisselles pour améliorer la circulation de l'air.

De solides zips YKK

Nous avons fait le choix d'utiliser des zips noirs de la gamme Vislon© d'YKK, qui est l'offre "performante" de la marque, utilisée par les plus grands noms du techwear .

Ce modèle est doté d'un glisseur en métal pour la durabilité, et des dents dans un plastique choisi pour sa glisse parfaite. C'est une gamme réputée pour sa fiabilité et sa solidité.

Des zips performants et confortables d'utilisation. Fini les accrochages !

La couleur complète bien celle de la gabardine, elle lui donne un petit aspect technique qui n'est pas pour nous déplaire !

Comme sur l'originale, un rabat à boutons-pression vient couvrir le zip principal en cas d'intempéries et vous protéger un peu plus. Il peut aussi être utilisé pour ne fermer la veste que partiellement, à la manière d'un blazer par exemple.

Un fit ajustable...

Un cordon de serrage interne vous permet d'ajuster le fit.

Vous voulez une taille très marquée pour un look un peu plus habillé ? Aucun souci. Plus de place pour vos superpositions de couches ? Ca marche aussi !

Un cordon de serrage pour ajuster le fit. Vous pouvez aussi voir la rangée de boutons-pression pour fermer le rabat.

Comment porter une parka militaire M65 ?

Vous le savez, le pantalon blanc est un des fondamentaux du style italien. Il n'est pas rare de voir nos amis transalpins le porter avec une parka militaire, comme le fait Luca ici. L'ensemble reste élégant, notamment grâce à la coupe de la field jacket et au cordon de cintrage qui dessine la silhouette.

Le look est construit en layering, c'est-à-dire à partir de plusieurs couches de vêtements. L'un des intérêts de ce genre de combinaison est de pouvoir moduler la tenue : en jouant sur le boutonnage de chaque pièce, on peut déjà obtenir plusieurs possibilités. Ainsi, la chemise à moitié ouverte et le col de la parka déployé sur les épaules créent du volume sur le haut du corps : c'est un très bon moyen d'appuyer une carrure.

Porter toutes les pièces ouvertes, laissant le tee-shit complètement apparent, vient renforcer la nonchalance qui se dégage du look. Notez le twist du bandana rouge entourant la nuque : c'est le genre d'accessoire qui personnalise un look de façon originale, car finalement peu répandu. Sa nuance, bien vive, tranche avec les autres  pièces et rehausse la tenue d'une touche plus chaude. (Bandana RRL, tee-shirt Maison Cornichon, chemise écrue Albiate BonneGueule, jean Levi's déniché chez Jinji, sneakers Converse)

On retrouve la parka portée avec le bomber en Polartec, qui fait office de "mid-layer". On est sur un résultat beaucoup plus brut que sur le look précédent, les influences sont davantage tournées workwear. Associer une parka à un jean et des boots est une combinaison efficace, renvoyant une allure très masculine. Vous pourrez difficilement vous tromper ! (Bomber technique BonneGueule, jean BonneGueule Kurabo, boots Meermin)

Comment se procurer la parka M-65 BonneGueule ?

La parka M-65 est disponible sur notre Eshop
Vous pourrez aussi trouver les pièces dans nos boutiques à Paris, Lyon et Bordeaux.

Et pour les autres, inscrivez-vous sans plus tarder :

Nicolò Minchillo A propos Nicolò Minchillo

Moi, c'est Nicolò. Chez BonneGueule, je réponds à toutes vos questions et demandes de conseils. À côté de ça, je m'occupe des tests de marques et je prête main forte au pôle édito. J'aime la funk, le jiu-jitsu brésilien, le bacon, les manteaux majestueux et les belles boots.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Pierre – BonneGueule

    Oups, merci Vincent, je corrige ça ! 🙂

  • Valentin

    Merci ! 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Clément !

    Je n’ai pas Luca sous la main pour lui demander quelle taille il porte, mais de toute façon je ne suis pas sûr que ça t’avances à grand chose de la connaître.

    Tu peux en trouver chez SuitSupply, Boggi et Naked & Famous. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Dylan !

    À mon avis, le M risque d’être un peu juste, je pense qu’il vaut mieux partir sur du L .;)

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Ben’ !

    C’est possible d’en trouver, les sprays DWR (Durable Water Repellent) sont trouvables sur internet pour les particuliers.

    Le problème, c’est que ces sprays sont assez agressifs et peuvent changer l’aspect de la pièce : ils sont plutôt utilisés sur des matières mortes, souvent blindées de plastique, et qui donc ne craignent pas grand chose.

    En plus, reste à voir si tu peux l’appliquer chez toi (il faut probablement des protections type masque), et si tu réussiras à l’appliquer aussi uniformément que dans un atelier de confection.

    À toi de voir si tu veux prendre tous ces risques pour ne pas avoir à passer un coup de spray régulièrement. À ma connaissance, les traitements durables et non nocifs accessibles aux particuliers n’existent pas encore, malheureusement. 😉

    À bientôt,
    Pierre

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Valentin !

    Dans ce cas, je pense que c’est du M qu’il te faut. 😉

  • Benoit – BonneGueule

    Vu les températures en ce moment à Paris, je pense qu’elle arrive à point nommé 🙂

  • bes

    Hello
    Félicitations pour cette superbe parka. Le seul hic, pour moi, c’est qu’elle arrive trop tard ! Je pense qu’il aurait été plus judicieux de la proposer dès le mois de mars.
    Quoi qu’il en soit, cette parka me plaît beaucoup.
    A bientôt.

  • Roman Kimi Värinen

    Autant pour moi.

  • Benoit – BonneGueule

    Merci beaucoup pour ce beau retour ! Effectivement, on va continuer à creuser la question du technique, mais toujours dans un but que ça soit le plus discret possible !

  • Benoit – BonneGueule

    Merci encore pour ce très beau compliment ! Je transmets à l’équipe 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Aaah on parle ici d’une vraie pièce militaire, j’avais pas compris. Oui Warein fabrique effectivement pour l’armée française.

  • Roman Kimi Värinen

    J’ai pris des photos moi même parce qu’elles sont nazes sur Internet. Désolé pour la luminosité. Pour les Nantais, Fripin Shop en propose souvent aux alentour de 24€. Couleur verte souvent ayant pris cette teinte légèrement grise. Il la propose parfois en motif camouflage. La mienne date de 1979 (zips en laiton, contre plastique plus tard). https://uploads.disquscdn.com/images/76c318c071b6c1254274fed3d06cb4b111c8daf01c5151792f74c8cf18754172.jpg https://uploads.disquscdn.com/images/12aa43c788c0aa232a75e4831901c5c51d8be44482daf00aa2427d484171231a.jpg

  • Xavier P.

    Shoppé aujourd’hui à la boutique de Lyon. Énorme coup de coeur pour la M65 déjà et pour l’itération par BG 👍
    De mon point de vue, le vetement BG le plus abouti, en termes de coupe, de fit, de style, de couleur, etc… J’aurais préféré des attaches aux manches de style bouton (comme
    sur la Cadot) mais je chipote 😜
    Bravo les gars 🙌
    La bise,
    Xavier

  • Benoit – BonneGueule

    Non, pas sur une veste 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Moi aussi 🙂

  • Marc

    Bonjour Roman !

    Je rejoins troululu ! Ou peut-on voir (sur internet) cette fameuse field jacket Warein ?

    Merci !

  • Marc

    Merci Benoit !

    Une dernière question : faut-il s’attendre à une détente du tissu lors des premiers ports ?

    Merci !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Pierre !

    C’est plus proche de la Softshell, mais du fait de la matière, plus souple, tu auras moins l’impression que ça « remonte » lorsque tu plies le bras 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Valentin !

    Hmm j’hésite parce que les casual de chez Hast, du moins sur leurs collections précédentes, taillaient assez large.

    Je pense que tu dois prendre un M, cette M65 est quand même assez bien fittée !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello David !

    M et M 🙂

    Donc non, le sizing est en tailles internationales.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello JPS !

    Merci de nous suivre, et merci pour tes compliments !
    Hé bien n’hésite pas à venir nous voir 😉

  • Emmanuel

    Oui. Il faut rendre hommage aux costumiers d’Hollywood. Ces gens là connaissent leur boulot.
    Pour un ancien combattant genre De Niro dans Taxi Driver ou John Rambo ils sortent la M65. Pour un intello contestataire Newyorkais c’est la 51.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sav !

    Merci 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Hervé !

    Merci 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Vance !

    Logiquement, un M 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Je n’étais même pas au courant, je suis content pour lui 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Adrien !

    Merci beaucoup pour ton commentaire, content de voir que notre approche t’a plu 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Roman !

    Ce sont de belles pièces aussi en effet 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Merci Hervé ! Oui la veste de travail DN est très bien j’en ai une aussi, mais c’est vrai que c’est un univers totalement différent 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Un homme complet ce Gauthier !

  • Benoit – BonneGueule

    48 aussi sans hésiter !

  • Benoit – BonneGueule

    Tu prends quelle taille habituellement ?

  • Benoit – BonneGueule

    La saharienne part vraiment d’une base « blazer » customisé avec plein de poches, c’est un vêtement qui est plus élégant qu’une parka 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Merci Adrien pour ce bel encouragement, tu as tout fait compris notre démarche !

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est bien pour ça que je n’ai pas parlé d’Annie Hall 🙂

    Par contre je notais en effet qu’il y avait une plus grande part de M51 que de M65 dans les photos de hippies que je trouvais, et je m’étais justement fait l’hypothèse qu’elle devait être plus facile à trouver avant les 70’s 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Ils ont une marque en propre Warein ? Je pensais que c’étaient juste des fabricants.

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Seb !

    Le pantalon écru est un Levi’s, et les lunettes sont des Vuarnet. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Mallow !

    On n’aura malheureusement pas de réassort de la softshell avant l’an prochain.

    Et si tu as quelques mois devant toi, oui, il est possible que ça puisse peut-être éventuellement être intéressant d’attendre. 😉

  • Mallow Nono

    Eh bien dans ce cas. Tu as déjà un acheteur potentiel pour ta version ultra technique 😉 Sinon vous avez prévu un réassort pour la Softshell. Et pendant que j’y suis. Si, par un heureux hasard, je souhaite acheter un chino bleu marine. Est ce qu’il serait dans mon intérêt d’attendre la sortie des nouveaux chinos ?

    Merci pour ta réponse.

  • Benoit – BonneGueule

    Ah c’est sûr c’est pas une veste pour faire la guerre, mais c’est justement ce contrepied qui nous intéressait 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Pas spécialement…

  • Benoit – BonneGueule

    Moins de 350 € 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Merci à toi, j’espère continuer loin dans cette direction !

  • Benoit – BonneGueule

    Pour le prix, on sera en-dessous des 350€ ! Pour le sizing, prends du 44 chez nous !

  • Benoit – BonneGueule

    Peuterey je vois bien ce que c’est, mais c’est une marque que je connais assez peu. Merci pour ton retour en tout cas !

  • Benoit – BonneGueule

    Ben pas forcément, Aspesi fait des M65 qui sont très belles. Pour la patine dans le temps, je peux pas te dire, je n’ai pas le proto depuis assez longtemps 🙂 Mais je suis très content de cette gabardine de coton, la couleur est vraiment jolie.

  • Benoit – BonneGueule

    Ca dépend de la longueur du blazer ! A priori ça va, sauf si tu as une coupe classique.

  • Benoit – BonneGueule

    C’est marrant, ils l’ont presque traité comme une M65 cette saharienne ! Un beau produit en tout cas, et je serai curieux de connaître la composition de la matière.

  • Benoit – BonneGueule

    Elle sera moins chère !

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ces précisions ! Je viens de corriger !

  • Benoit – BonneGueule

    Je pense à faire une version plus technique, mais le prix s’envolerait, compte bien 500 euros pour un tissu technique 3 couches avec les coutures soudées 🙁
    Idem pour le Ventile qui est tissu très cher.

  • Benoit – BonneGueule

    Non pour la softshell, oui pour la M65 suivant la longueur de la veste 🙂 Mais a priori ça ne pose pas de problèmes.

  • Benoit – BonneGueule

    Non, car on a déjà 4 poches extérieures à pression 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Oui tout à fait, elle sera en boutique demain !

  • Xavier P.

    Chez Jinji, il y en a plein ! Vas faire un tour sur leur site 😉

  • Yann

    Bonjour, Magnifique comme d’habitude 🙂

    Je devrais passé à la boutique de Lyon demain, sera-t-il possible de la voire en personne? Ou il faut attendre la semaine prochaine? Merci!

  • Gilles Cessot

    Pas de poche intérieure?
    Merci.
    Gilles

  • Benoit – BonneGueule

    Alors la softshell c’est une pièce totalement imperméable en matière technique, mais qui est plus chère du fait de la nécessité d’avoir des coutures soudées. Ici, on est sur une pièce au design plus intemporel, qui est déperlante.

    Je dirai que la softshell est plus technique et casual alors que la M65 permet d’être utilisé dans une palette de look plus large et que son tissu 100% coton lui confère un rendu plus « classique ».

  • Benoit – BonneGueule

    Merci 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Toutes les pièces d’hiver sont rééditées quand les températures baissent ! En l’occurence ici il sera de retour dès septembre !

  • Benoit – BonneGueule

    Oui ça peut se customiser, et pour les badges, eh ben c’est en fonction de tes goûts et tes péripéties ! Ca se trouve pas mal en surplus militaire, mais aussi sur le net en fonction de tes goûts 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Alors quand tu parles de parka technique, tu parles de quelle pièce exactement ? La softshell en matière Sympatex ?

  • Anon

    Bonjour BG,

    Félicitations pour cette nouvelle pièce, elle est fabuleuse !

    Par contre j’aurais une question, comment situeriez-vous cette pièce par rapport à votre parka technique ? Est-elle mieux ? Même si cette question semble un peu bête car vous y avez mis beaucoup d’énergie dans les 2 pièces ..

    Je suppose que l’une ne remplace par l’autre mais qu’elles se complètent, c’est bien ça ?

    Merci & bonne journée !