Comment porter du cuir en hiver ?

Temps de lecture : 10 minutes

53

Quand vient l'hiver, on a tendance à ranger nos blousons en cuir au placard.

Ces pièces représentent souvent un gros investissement. Si elles sont effectivement adaptées à la mi-saison, il serait dommage de s'y limiter.

Parmi les peaux les plus recherchées, on trouve le shearling , alliant douceur, robustesse et chaleur. Pour autant, est-ce la seule option ? Comment le cuir peut-il trouver toute sa place dans un vestiaire hivernal ?

C'est ce qu'on va voir aujourd'hui !

Quels types de cuir porter en hiver ?

Une matière à porter... en toute saison

On croit le cuir fait pour le printemps ou les soirs d'été, mais c'est faux ! Du moins en partie, je m'explique...

La matière agit en véritable couple-vent : elle ne laisse pas du tout passer l'air ! En revanche, sauf exception, elle n'est pas un très bon isolant thermique, et supporte mal les intempéries .

Pour faire simple : pas de cuir quand il pleut ou que le mercure descend trop bas, sauf s'il est travaillé en doudoune.

Une doudoune réversible en nappa de chez Massimo Dutti. La marque peut avoir de très belles peaux !

Une fois ce constat posé, on peut dire que les cuirs, quels qu'ils soient et indépendamment de leur couleur, peuvent se porter en hiver. Je vous propose maintenant de nous intéresser à la coupe...

Si besoin, par ici pour le récap sur les différents types de cuir et leurs finitions.

Quel style choisir ?

Les vestes biker, ou celles à poches plaquées, sont les coupes "basiques". Faciles à porter et intemporelles, c'est ce que je conseillerais pour un premier investissement. Elles vont avec tout, du jean et pull fin au pantalon de costume et chemise.

Avec un astucieux layering et un pantalon en laine, vous êtes parés pour la journée. Mention spéciale au blouson bleu canard, qui réveille joliment la palette de gris.

Les perfectos sont adaptés à l'hiver, bien plus qu'à l'été en tout cas : une fois fermés, deux couches de cuir se superposent sur le buste. Idéal pour protéger du vent.

Un peu plus racés, ils se sont vraiment démocratisés ces dernières années. Ils se marient particulièrement bien aux cols roulés, les deux formes se soulignant l'une l'autre.

Pour le coup, le choix de vos pulls sera primordial. Choisissez-les bien chauds, et n'hésitez pas à les doubler d'un tee-shirt en mérinos.

L'association perfecto / grosse maille ne vous fera jamais défaut. C'est d'autant plus le cas si vous optez pour un col roulé.

Les bombers en cuir se portent facilement, ce sont les plus casual de la liste. Ils permettent quelques twists intéressants : matchés avec un col montant (qui vient palier une encolure souvent basse), un pantalon type cargo en flanelle et des souliers habillés, on peut jouer sur les contrastes pour des tenues casual chic réussies.

Pensez également aux accessoires type écharpe, qui s'avèreront particulièrement utiles !

Les doudounes en cuir sont apparues il y a quelques années et se sont développées dans toutes les gammes, même si on ressent un essoufflement de ce type de pièce.

Le rendu reste intéressant avec un bel agneau plongé et, surtout, très confortable. Un bon gainage / rembourrage en plume et duvet serait idéal. On vous conseille de les choisir plutôt fines, avec des "compartiments" assez rapprochés.

Un modèle en plongé Chevignon.

Encore une fois, porter du cuir en hiver impose des vêtements chauds en-dessous. On a parlé de cols roulés, mais on peut aussi se tourner vers des mailles plus épaisses. Elles apporteront l'isolation, tandis que la veste s'occupera du côté coupe-vent. Un combo parfait !

On passe à la deuxième partie de l'article, dédiée à une matière d'exception : la peau lainée...

Focus sur le cuir phare de l’hiver : la peau lainée

La peau retournée est à l’hiver ce que le lin est à l’été, sans les côtés négatifs du froissement bien sûr. C’est une matière à la fois confortable et esthétique.

On va donc voir comment la choisir et comment la porter !

Qu’est-ce qu’une peau lainée ?

Qui n’apprécie pas, lorsqu’il fait froid, de se mettre sous une couette bien chaude et douillette ? C’est la sensation que l’on a en enfilant un blouson en peau lainée...

La particularité de ce cuir ? Il conserve sa fourrure, un atout considérable en ce qui concerne l’isolation thermique !

Ce sont soit des agneaux, soit des moutons, le premier offrant une fourrure plus douce mais assez raide, lorsque le mouton a des poils un peu plus denses et bouclés.

On parle de peau « retournée » car, la plupart du temps, les fabricants font le choix de mettre la fourrure vers l’intérieur.

À la lumière du soleil, les nuances de ce type de peau ressortent particulièrement. Il s'agit d'une veste Dolce & Gabbana qui a plus de dix ans.

À l’extérieur, vous retrouverez souvent un aspect velours.

Cela dit, on voit de plus en plus de peaux en finition nappa ou plongé, donc bien lisses. Le contraste avec la texture de la laine apporte alors un certain cachet à la pièce.

On retrouve l'aspect soyeux des cuirs lisses qui tranche nettement avec la texture du cols et des revers de manches. (Modèle Balibaris).

On trouvera parfois des cuirs enduits / gras à l’extérieur. Je n’en suis pas fan, personnellement ; la matière prend un aspect cartonné.

Comment reconnaître la qualité d'un sherling ?

Comme à chaque fois avec les cuirs, le toucher est le meilleur indicateur qui soit.

La peau doit être douce, avec un grain fin et régulier. Sur les suédés, on pourra s’amuser à « dessiner » avec le doigt sur le vêtement, signe que la matière première est belle et que le ponçage est bien réalisé.

Un beau cuir velours est plein de superbes nuances.

Pour la fourrure, là encore, c’est une histoire de toucher : douce, dense et surtout pas rugueuse.

Si le poil est rasé, donc court, il ne doit pas paraître rêche. Vérifiez aussi que l’implantation est régulière, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de zones moins couvertes que d'autres .

Observez la densité et la finesse de cette fourrure d'agneau. (Modèle "Rive Gauche" de chez Edition MR)

Sur chacune des faces, la teinte apportera des nuances exceptionnelles qu’on ne retrouvera que sur une fourrure. Le relief créé par la « longueur » et la densité des poils expliquent cet aspect unique.

La noblesse de cette peau et du travail qu'elle nécessite en font une pièce chère, sans doute la plus onéreuse du vestiaire masculin. Mieux vaut reporter son achat le temps d'économiser, car vous serez forcément déçu par une peau premier prix. Hors rabais, il faut compter 1.000 € environ...

Je lorgne sur cette veste Officine Générale depuis un moment... Mais à 1 790€, il va me falloir patienter un peu...

Inspirations : ces coupes intemporelles pour une peau lainée.

Avant toute chose, on notera que l’épaisseur des peaux lainées rend les coupes très ajustées impossibles. Il y a du cintré bien sûr, mais l’effet ne sera jamais le même qu’avec un autre cuir près du corps.

Historiquement, le mouton servait à confectionner des blousons d’aviateur et des vestes pour les bombardiers. Ces blousons courts, avec de grands cols, ont acquis le statut de « pièce intemporelle ». Ce sont donc des achats sans risque.

Schott reprend une coupe "traditionnelle" en jouant sur une couleur très étonnante et des détails en nappa.

Dans la même veine, on retrouve les perfectos avec leur fermeture asymétrique. Le côté biker / baroudeur est atténué par la matière duveteuse, mais c'est sur ces pièces que les efforts de cintrage sont le plus souvent faits. De quoi dessiner une belle carrure !

Somptueux perfecto Golden Goose : les détails en nappa viennent trancher d'une façon exquise avec l'aspect velours du cuir.

Enfin, au top du confort, on trouve les manteaux longs, type duffle coat.

Ce sont de très belles pièces, le plus souvent de coupe droite, ce qui peut parfois leur donner un petit côté vieillot. Aucun problème si vous le portez avec une tenue casual pas trop classique.

Les créateurs comme Balmain se permettent des coupes bien plus audacieuses pour valoriser les peaux lainées. Mais le prix est tout aussi audacieux...

Il y a donc du choix niveau coupes, mais je vous conseille de partir sur du basique : vu son prix, il serait dommage d'acheter une pièce "ringardisée" quelques années plus tard. De toute façon, la matière fait la beauté du vêtement au moins autant que la coupe.

Pour terminer, on va se pencher sur une question cruciale lorsqu'il s'agit de cuir : comment l'entretenir ?

Comment entretenir son cuir en hiver ?

La robustesse du cuir ne l'empêche pas d'être "vulnérable" dans certaines situations. Un cuir entretenu est un cuir qui dure.

Les situations à éviter en hiver

Cuirs plongés, aniline et nappa

Aussi belles que "fragiles" , les peaux anilines et plongées n'aiment pas l'eau.

Même si c'est contraignant, il faudra vous assurer que la météo est clémente avant de sortir.

En soi, l'eau "pure" n'est pas dramatique. Mais ni la pluie, ni la neige, ne sont pas vraiment propres : en tombant, elles récupèrent tout un tas de poussières et diverses particules qui peuvent tacher les peaux claires, ou former des auréoles sur les plus foncées.

Peaux lainées et cuirs suédés

Souvent proposés en finition velours, les sherlings n'aiment pas beaucoup l'eau non plus ! Mais je dois reconnaître avoir été très surpris par la "résistance" d'un cuir de mouton retourné.

Situation "classique", je dirais. Je pars un matin froid sous un ciel bleu mais, en rentrant le soir, grosse averse. Évidemment, lorsque je descends du bus, déluge total : ma veste est complètement imbibée, je pense qu'elle est foutue. Surprise, tout se termine bien finalement ! Je vous explique tout cela dans la partie qui suit...

Les cuirs velours trop exposés à la pluie finissent par se ternir et devenir rêches.

Pour les peaux lainées dont la fourrure est à l'extérieur — cela peut arriver — la tolérance à l'eau et à la neige est plus élevée.

Le plus simple reste quand même de l'éviter, mais une fourrure dense voir avoir tendance à maintenir l'eau "en surface". Il suffira de secouer la veste pour s'en débarrasser.

Cuirs enduits ou pigmentés

Dans la mesure où on en retrouve notamment dans l'univers de la moto, ces cuirs sont clairement les champions toute catégorie de la résistance aux intempéries.

La plupart sont quasiment faits pour tenir sous la pluie et la neige, donc pas de souci particulier. Ce qui ne veut pas dire qu'ils ne nécessitent pas leur petit moment d'attention régulièrement !

La plupart des cuirs moto sont traités pour résister aux intempéries.

Intervenir en cas d’accident !

Malgré toute la bonne volonté du monde, un accident peut très vite arriver. L'important sera d'intervenir le plus rapidement possible.

Les cuirs lisses ou grainés

Si la peau est humide / mouillée, séchez-la avec un chiffon propre avant de commencer l'intervention.

Avant d'utiliser un produit, il est aussi conseillé de l'appliquer sur une partie invisible de la pièce pour voir comment elle réagit, juste au cas où. Ne surtout pas utiliser de lait pour bébé, privilégiez les produits réellement destinés au cuir.

Si le cuir a pris l'eau mais qu'il n'y a pas de tache — heureusement, cela arrive — un coup de lait adapté à sa nature suffira à lui redonner sa souplesse.

En cas de tache "sale", je vous conseille d'appliquer un nettoyant de type Renomat, en faisant des mouvements circulaires "doux" autour de la tache. J'ai eu de très bons résultats sur un plongé beige : ni trace, ni auréole, car le produit s'évapore rapidement. Une fois la tache retirée et bien sèche, je vous conseille d'appliquer un peu de crème (il y a un risque de décoloration à l'endroit d'une tache tenace).

On fait comme avec les souliers : un chiffon doux et des mouvements circulaires sur la tache, sans appuyer.

En cas de tache grasse déposez simplement de la terre de Sommières sans frotter. Laissez poser plusieurs heures voire une nuit.

Cette argile extrêmement fine absorbe le gras, mais il faudra faire attention à ne surtout pas bouger le cuir. Un aspirateur fera l'affaire pour la retirer, sans le poser sur le cuir bien sûr, et on évite de souffler !

La terre de Sommières, bon marché mais efficace, est indispensable à tout propriétaire de cuir !

Les cuirs velours

Autant le dire tout de suite : ils ne sont pas les plus simples à nettoyer...

Si le cuir a pris l'eau mais qu'il n'y a pas de tache visible, laissez-le bien sécher. Puis, passez un coup de brosse à daim pour restaurer l'aspect "peau de pêche" et éviter que la peau ne reste rêche. C'est comme ça que j'ai sauvé ma veste qui avait pris une saucée magistrale.

Le kit de survie des cuirs velours

En cas de tache, laissez sécher et appliquez un détachant qui prend souvent la forme d'une gomme. En effectuant des mouvement circulaires, celle-ci va peu à peu s'estomper jusqu'à disparaitre.

Si la couleur est altérée, appliquez un rénovateur pour daim coloré. Il est indispensable pour redonner son éclat et sa couleur aux cuirs velours.

En cas de tache grasse, même opération que pour les cuirs lisses : terre de Sommières et patience !

Et si rien de tout ça n'a marché ?

On peut ne pas réussir à venir à bout d'une tache sur son cuir. Dans ce cas, rien ne sert de s'acharner !

Il va falloir passer la main à un professionnel. Et sur ce point, en toute honnêteté, il est difficile d'en trouver un bon.

Les vrais professionnels du cuir peuvent presque tout faire, y compris re teindre votre veste en cuir !

Les pressings grand public proposent souvent des prestations de détachage et nettoyage des cuirs mais, si vous possédez des peaux plongées ou autres cuirs nobles, n'y allez surtout pas. Vous risquez de vous retrouver avec un blouson dégradé.

Le processus qu'ils utilisent en est la cause : les pièces sont lavées à plusieurs reprises dans des bains spéciaux, ce qui fait qu'un joli cuir nappa ou aniline, très peu protégé, récupérera tout ce que les autres cuirs rejettent. Et là...

N'hésitez pas à contacter une tannerie ou un artisan cordonnier qui pourra vous aiguiller vers un bon teinturier spécialiste du cuir.

J'ai une adresse à vous communiquer sur Paris : il s'agit de la teinturerie Germaine Lesèche. Le personnage est assez extraordinaire, presque autant que ses savoir-faire. Elle a réussi à venir à bout de taches tenaces sur un cuir aniline clair et même des tâches de bière sur un plongé marron. Une très belle adresse !

Du reste, on attend vos adresses à vous dans toute la France : il y aura pas mal d'amateurs je pense !

(Modèle Belstaff)

Le mot de la fin...

Pour conclure, on retiendra que le cuir a toute sa place en hiver.

Portez vos blousons avec un col roulé ou un gros pull pour l'isolation thermique, sans oublier une couche de base efficace. Faites simplement attention à ne pas les sortir par temps de pluie.

Le shearling, pour le coup, est une matière ne pouvant être portée qu'en hiver. Ce cuir qui conserve sa fourrure est d'une grande noblesse, recherché pour son confort et sa capacité à particulièrement bien protéger du froid. L'aspect esthétique n'est pas en reste puisque de très nombreuses marques jouent du contraste entre la texture de la fourrure et celle du cuir. Mais ce genre de pièce reste cher...

Niveau entretien, comme souvent avec le cuir, il y a des solutions : détachants, brosses ou teinturier en dernier recours. Si quelques précautions s'imposent, rien ne vous empêche pour autant de profiter de ces somptueuses matières en plein janvier !

Romain Rousseau Romain Rousseau

Voir un tailleur marquer sa toile m'impressionne, regarder une brodeuse faire virevolter son aiguille me donne des frissons, admirer un cuir parfait me fait sourire. Je suis passionné par le Luxe pour ce qu'il est (rigueur, excellence, amour du beau), et plus encore j'aime partager et transmettre cette passion. [email protected]

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.