Pourquoi tout le monde devrait avoir du motif léopard dans sa garde-robe - Carte Blanche à Nawal

7 min

Pourquoi tout le monde devrait avoir du motif léopard dans sa garde-robe - Carte Blanche à Nawal

7 min
Publié le : 20 mai 2022
nawal blazer leopard motif

Persuadée que le léopard est l'un des plus beaux imprimés de l'univers, je prends aujourd'hui ma plume pour lui déclarer mon amour infaillible et éternel. Plus qu'un motif animalier, il est pour moi un pont entre plusieurs styles qui me parlent, mais aussi un basique à avoir dans son dressing. Graou.

“Je déteste le léopard. J'ai HORREUR de ça”. Imaginez la scène : vous débutez un nouveau job et, par conséquent, voulez faire bonne impression. Tout se passe merveilleusement bien, le café est bon, les gens sont accueillants. Et puis soudain, au détour d'une conversation, votre manager lâche une bombe :il a en horreur l'un de vos motifs préférés. Sacrée douche froide - surtout si vous aviez prévu de vous ramener, le lendemain, avec un manteau tout tacheté.

mannequin manteau léopard années 70 béret

© (Source : Hulton Archive - Getty Images - 1972)

Moi quand j'entends quelqu'un dire qu'il n'aime pas le léopard

Celui qui ne supporte pas le motif léopard, c'est Christophe, le rédacteur en chef de BonneGueule. De manière générale, il n'aime pas vraiment les motifs, quels qu'ils soient. Or, moi, je suis l'anti-Christophe : j'adore les imprimés et possède très peu de vêtements unis. J'aime les fleurs (c'est même l'objet de mon premier Gimmick), les carreaux, les pois et même les dessins psychédéliques tout tordus qui font un peu mal aux yeux. Et le léopard, bien sûr?Ainsi que tout ce qui s'y apparente : le guépard, le panthère... j'admets tous les mettre dans le même panier, bien que je sois en mesure de les distinguer les uns des autres..

C'est la raison pour laquelle je me suis mis en tête de faire aimer ce dernier à Christophe. Ou, au moins, faire en sorte qu’il le tolère un peu plus. Qu'il passe de "je hais ça" à "mouais, c'est moche mais ça me donne pas envie de m'arracher les yeux non plus". Ce serait déjà un bon début.

LE LÉOPARD, CE BASIQUE QUI S’IGNORE

À l’instar du t-shirt blanc, du denim et du noir, je considère que le léopard est un basique. C’est simple, je trouve que ça va avec absolument tout. Attention : à condition d’opter pour un léopard classique, dans les teintes naturelles ou proches de celles que l’on retrouve sur l’animal dont l’imprimé tire son nom.

Qu’on s’entende, il n’y a absolument rien de basique dans le léopard coloré - encore moins dans les teintes flashy, trop criardes et/ou peu contrastées. On parle ici du léopard "classique", avec des camaïeux de beige, marron, camel, un peu de blanc et de noir, et qui peut même, avec subtilité, tirer légèrement vers le jaune...

imprimé motif léopard peau fourrure tâches

© (Source : Getty Images)

Un gros plan sur une peau de léopard.

En termes de couleurs, celui-ci va avec tout. Avec des teintes neutres comme du blanc ou du beige, mais aussi avec du vert sapin, du bleu marine, du jaune moutarde, de l'orange, du rose et j'en passe.

J'adore notamment en porter avec du rouge. Je trouve que les deux se complètent extrêmement bien, et que ça apporte une petite touche d'esprit vintage que j'apprécie beaucoup, et que je cherche toujours à infuser dans mon style. J'ai d'ailleurs chiné, il y a quelques années, un manteau coquelicot avec de la fausse-fourrure léopard au niveau du col et des manches, forme trapèze. J'ai l'impression qu'il sort du placard de Fran Fine dans Une Nounou d'Enfer, j'en suis fan.

Côté matières, je trouve que le léopard se marie à merveille avec le cuir noir, qu’il apporte du contraste à la laine ou encore qu’il modernise le velours. Et surtout, qu'il sublime le denim.

Le combo léopard légèrement jaune qui tire vers le doré + jean, c'est un incontournable. Le genre d'association fiable vers laquelle je me tourne naturellement quand je ne sais pas quoi porter. Je pense que le côté simple du denim, une matière facile à porter et casual que l'on côtoie au quotidien +, vient naturellement "calmer" l'excentricité du léopard.

Et enfin, le léopard peut, selon moi, se mixer avec d'autres motifs. Tout particulièrement les rayures, les fleurs, les carreaux et les pois. Pour éviter de tomber dans la surenchère et, par extension, le mauvais goût, mon conseil est de miser sur au moins une teinte en commun entre les deux imprimés qu'on mélange (ça peut être du blanc, du noir, du camel...).

Ci-dessous, un exemple risqué et décalé, mais dont le résultat est plutôt chic. Le secret ? Un premier rappel de noir entre les rayures du haut et le contour des taches du manteau, et un second de caramel, assez subtil, sur la jupe.

Tout aussi risqué, le mélange de la blouse léopard et de la jupe à fleurs, sur une base de teintes orangées. Plus osée, plus mode, la tenue est réussie grâce à un jeu de matières bien amené (notamment avec le sac rigide en cuir qui vient apporter de la structure, et les bottes en velours) :

UN IMPRIMÉ ROCK

J’ai toujours voulu être une rock star mais je ne sais ni chanter, ni jouer de la guitare, ni de la batterie, ni de la basse. À défaut de pouvoir monter sur scène et hurler dans un micro, le vêtement a toujours été mon seul moyen de créer un lien avec mon amour pour la musique qui déménage et les concerts à l’issue desquels on termine en sueur et trempés de bière.

L’une de mes idoles s’appelle Alison Mosshart - c’est la chanteuse de The Kills. Belle, cool et assurément rock, c'est le genre de personne charismatique et magnétique dont le public ne peut détacher les yeux lorsqu'elle apparaît.

Je l'ai vue deux fois sur scène et n'ai pas pu m'empêcher de décortiquer ses looks. Et vous savez quoi ? Alison Mosshart, elle porte beaucoup de léopard. Vraiment beaucoup - vous pouvez d'ailleurs le voir sur plusieurs plans de la vidéo ci-dessus. Que ce soit durant des concerts, sur des tapis rouges, dans des clips, pour des shootings promotionnels ou dans la vie de tous les jours, la chanteuse américaine a quasi systématiquement une pièce ou un accessoire avec ce motif animalier si cher à mon cœur.

Son imprimé fétiche, elle le mixe avec du noir, du cuir, des pantalons skinny, des vestes de biker à franges, des grosses boots compensées, des mini-shirts en denim associés à des cuissardes moulantes, ou encore des santiags dorées.

J'adore cette approche rock du léopard, à l'opposé de l'image un peu kitsch qu'on peut lui associer, et c'est dans cet état d'esprit que je l'aborde.

UN INTEMPOREL DONT JE NE ME LASSE PAS

J’ai un souvenir assez flou de la première fois où j’ai porté du léopard - je me souviens vaguement d’un débardeur noir et blanc de mauvaise qualité que je portais en classe de seconde. Mais celui-ci était sans grand intérêt, et me servait plus de sous-couche sous mes pulls que de vraie “statement piece” assumée.

En revanche, je me rappelle très bien de la première pièce vraiment importante que je me suis offerte avec ce motif. C’était en 2009, juste après avoir décroché mon Bac. Cet été-là, je travaillais comme vendeuse dans une grande enseigne de déco. Je passais mes journées à organiser le rayon bougies et à emballer maladroitement de la vaisselle tout en rêvant de ce que j'allais pouvoir m'offrir avec mon salaire.

J’avais 18 ans, c’était le grand moment de gloire de la fast-fashion. Quatre ans avant que le drame du Rana Plaza ne redistribue les cartes de l'industrie de la mode et n’éveille ma conscience éco-responsable.

Ma première paie de job d’été en poche, je m’étais ruée chez Zara afin de m’acheter un manteau pour ma future rentrée à la fac. Mon choix s’était porté sur un modèle léopard dans les teintes taupe et gris, avec des manches chauve-souris. Je l’avais payée 80 euros, ce qui était énorme pour mon budget d’étudiante - mais vu que 13 ans plus tard, je l’ai et le porte encore, on peut considérer que c’était un très bon investissement. C'est d'ailleurs à ce jour l'une des seules pièces de fast-fashion dans mon dressing.

Depuis, ma collection de pièces n’a cessé de grandir. Des vestes aux robes en passant par les foulards, je commence à avoir pas mal de choix. Même mon chat y est passé : je lui ai acheté un collier léopard en forme de bandana. Ouais, j’en suis là. Mais franchement, c’est pas trop mignon ?

chat bandana léopard

Ça, c'est Janet. Elle a deux ans et elle porte le léopard comme personne.

ET SUR LES HOMMES ?

Comme pour le rose, et comme pour les fleurs, je pars du principe que les hommes peuvent tout à fait porter du léopard avec style. Pourquoi s'imposer des limites ? Jérôme m'a d'ailleurs fait découvrir le compte Instagram de Mark Large, un monsieur avec une sacrée dégaine rétro, que je trouve très inspirante. Le léopard, il en porte beaucoup : sur des chemises mais aussi en cravate. Et franchement, c'est canon !

De plus en plus de marques masculines s'intéressent à ce motif, et proposent des pièces qui sont, à mon sens, plutôt faciles à porter. Par exemple, cette chemisette en lin de la marque new-yorkaise Corridor NYC (celle qui fait aimer l'Amérique à Jérôme) :

Une chemisette léopard de la marque Corridor NYC

© Corridor NYC

Une chemisette léopard de la marque Corridor NYC

MES 5 PIÈCES LÉOPARD PRÉFÉRÉES

LA VESTE D’HIVER

J’en possède deux, et c’est déjà trop, car c’est le genre de pièce qui prend TELLEMENT de place dans un placard !

La première, je l’ai chinée à New York il y a quelques années dans une friperie à Brooklyn. Elle date des années 80, elle est courte, oversize, et en fausse-fourrure qui, heureusement, ne fait pas cheap pour un sou. C’est sûrement l’une des pièces les plus dures à assumer de ma garde-robe (pourtant, j’ai une sacrée collection de fringues décalées) : le volume imposant + le motif… Ça fait beaucoup.

La seconde, c’est un manteau longueur mi-cuisse Gérard Darel. Je l'ai trouvé en seconde main dans un dépôt-vente parisien hyper cool qui s’appelle Cinq Août, dans le 17e arrondissement. J'ai eu un énorme coup de cœur pour sa petite touche années 70. Seul hic :il peut vite faire grand-mère et alourdir la silhouette en raison de son épaisseur et de sa longueur. Mais je trouve qu'avec du denim (ci-dessous, une chemise bleue et un jean blanc), un sac coloré et une ceinture vintage, ça fonctionne bien.

look nawal chemise denim manteau léopard

Un look avec deux pièces en denim de couleurs différentes, et un manteau léopard.

LE BLAZER

Bien plus facile à porter qu’un gros manteau imposant, le blazer permet de faire du layering en hiver, et d’ajouter une touche décalée à mes looks de mi-saison. J’ai trouvé celui-ci sur Vinted pour 13 euros, une affaire. Il a le don d’habiller une tenue simple, comme ici, composée d’un col roulé camel et d’un jean foncé.

look nawal blazer leopard jean col roulé beige

Un look simple, composé d'un pull col roulé camel, d'un jean foncé et d'un blazer léopard

LE CHEMISIER

J’en ai plusieurs et, je vous assure, ils sont TOUS très différents les uns des autres. Ils sont tous vintage, à l’exception d’un seul, trouvé chez Maison Standards durant des soldes. C’est ma pièce préférée pour quand je sors et que je ne sais pas quoi mettre. Un chemisier léopard + un jean taille haute noir + une paire de bottines + une accumulation de bijoux dorés + un rouge à lèvres rouges, c'est ma version à moi de "la petite robe noire".

LA JUPE

J’en possède une fluide en soie, longueur midi, de la créatrice Léopoldine Château. Elle est boutonnée, un peu évasée et taille haute, juste ce qu’il faut de rétro, et juste ce qu’il faut de modernité.

C’est une pièce polyvalente qui se porte à toutes les saisons, avec ou sans collants, donc. Quand il fait frais, je l’associe à des bottines et un pull noir. L’été, elle se marie à merveille à des sandales à talons et un t-shirt basique.

LA ROBE

Je n’ai pas encore trouvé la robe léopard “teinte naturelle” de mes rêves alors pour l’instant, je cherche encore. En revanche, je me suis offert, l’été dernier, une version maxi très rock, dans des tons gris et noirs, qui arrive aux chevilles. C’est une Michael Kors trouvée en seconde-main sur Vinted pour 30 euros - là encore, une bonne affaire ! Son seul défaut ? Elle est en polyester, donc pas du tout respirante.

BONUS - LA PIÈCE QUE JE N'AI PAS ENCORE : LE PANTALON

C'est le niveau au-dessus, et bien que je trouve ça canon (comme ci-dessous, porté avec un top noir et un blazer strict), je ne sais pas si j'en porterai un jour. Ce n'est pas une question d'oser ou non le fait de revêtir une pièce originale - de ce côté, je n'ai aucune gêne et je me fiche bien du regard des gens. Mais je trouve que c'est une pièce périlleuse.

Dans l'idéal, il faut trouver la bonne forme de pantalon (celle qui colle à sa morphologie et est la plus facile à porter), une couleur de léopard qui ne fait pas vulgaire, et une matière qui rend bien. Sacré défi ! Mais je ne suis pas fermée, et je garde mon radar à shopping en alerte. Et peut-être que d'ici-là, Christophe aimera enfin le léopard.

Laissez nous un commentaire

Questions de styles, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures