Conseils : Comment choisir et assortir sa ceinture ?

/

La ceinture est une pièce qui n'a d'accessoire que le nom.

Elle fait débat depuis des siècles. Anecdotique ou essentielle ? Insignifiante ou incontournable ? Négligeable ou inévitable ? La ceinture, son port et son usage sont loin de créer l'unanimité...

Aujourd'hui, on va tenter de se frayer un chemin au milieu de la jungle de préjugés, d'idées reçues et de fantasmes qui entourent cet objet si paradoxal.

Vous êtes prêts ? Attachez vos ceintures !

Petite histoire d'un grand débat

Pour définir la ceinture, le dictionnaire s'essaye à une description aussi objective que possible :

Bande de tissu ou de cuir que l'on fixe autour de la taille pour maintenir un vêtement, ou comme ornement.

Le double destin de la ceinture est là : a-t-elle une vocation purement pratique ou exclusivement esthétique ?

À travers les siècles, les différents peuples qui se l'approprient apportent des réponses différentes à cette interrogation.

Dans cette partie, on s'intéressera à ces interprétations qui ont influencé l'usage contemporain de la ceinture.

ceinture de chasteté XVème siècle

Vous me permettrez de passer sous silence ses usages détournés, comme la ceinture de chasteté...

Aux origines, un objet ornemental

Étymologiquement, "ceinture" découle du terme latin cingere qui signifie ceindre ou entourer.

Néanmoins, les plus anciens modèles retrouvés par les archéologues, datés de l'Âge de Bronze, ne servent pas à enserrer mais bien à décorer.

ceinture age de Bronze

Ceinture datée de l'âge de Bronze, exposée au musée des antiquités nationales de Saint-Germain en Laye. Le niveau de raffinement est impressionnant et révèle un travail d'une extrême précision.

En effet, il s'agit alors de lourdes parures qui peuvent compter plusieurs dizaines d'éléments méticuleusement ciselés et agencés. Leur valeur est surtout emblématique et statutaire plutôt que pratique.

Elle prend tout son symbole dans la mythologie grecque, notamment via le neuvième travail d'Hercule.

En l'occurence, le héros a pour mission de s'emparer de la ceinture d'or d'Hippolyte, reine des redoutables Amazones.

amphore Hercule ceinture Hippolyte VIème siècle avant JC

Cette amphore à figures noires du 6ème siècle avant J-C symbolise Hercule combattant les Amazones après avoir dérobé la ceinture d'or d'Hippolyte.

Plus tard, la dynastie Mérovingienne perpétue cette tradition d'ostentatoire. Les Mérovingiens y ajoutent notamment d'énormes plaques-boucles richement décorées, en fer ou en bronze.

plaque boucle ceinture mérovingienne

Les rites funéraires des 6 et 7ème siècles veulent que le défunt soit inhumé habillé. Bien que les matières organiques (cuirs, tissus...) aient quasiment disparus, les éléments métalliques ont résisté au temps. On a donc retrouvé pléthore de plaques de ceintures mérovingiennes, incrustées de motifs et de décors géométriques.

À partir du Moyen-Âge : la ceinture comme objet pratique

Vers le 10ème siècle, la ceinture retrouve un usage utilitaire sous l'impulsion des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, qui ceignent leurs aumônières autour de la taille pour stocker le pécule qu'ils récoltent.

L'expression "se serrer la ceinture" date d'ailleurs de cette période, où la "ceingture" est largement associée à la mendicité.

pèlerin Jérôme Bosch ceinture aumônière

Sur cette oeuvre de Jérôme Bosch, datant des années 1500, on voit la ceinture d'un pèlerin lui permettant de suspendre tant bien que mal ses effets personnels.

Durant des siècles, et contrastant avec les volumineuses ceintures mérovingiennes, cet article consiste simplement en une bande d'étoffe nouée sur les hanches.

Au 16ème siècle, sous le règne de François Ier, on attache toutes sortes d'objets à ces lanières, majoritairement en soie ou en cuir.

Plus tard, le sur-mesure apparaît et la bourgeoisie se prend de passion pour cet accessoire. À la Révolution Industrielle, au 19ème siècle, son usage se démocratise dans toutes les strates de la société.

Durant le 20ème siècle, les soldats l'utilisent largement pour sculpter leurs tailles et donner un air plus flatteur à leurs carrures. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, l'aspect utilitaire ne refait pas surface...

ceintures soldats allemands première guerre mondiale

Durant la Première Guerre mondiale, les soldats (allemands sur cette photo) arborent la ceinture pour dessiner leurs bustes plus que pour y accrocher leurs effets.

C'est d'autant plus vrai chez le public féminin qui s'empare de la mode de la ceinture ruban. On la voit alors aux hanches des femmes, souvent personnalisée. C'est à cette période, en 1920, qu'Hermès lance sa première collection de ceintures de luxe.

NB : Cette brève histoire de la ceinture retrace, dans les grandes lignes, ses évolutions dans le monde occidental. Sachez toutefois que cette pièce s'est développée selon un modèle différent dans d'autres parties du monde. Par exemple, je vous conseille de vous pencher sur la passionnante histoire du Obi japonais.

La ceinture aujourd'hui

Mais ne nous égarons pas...

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le double usage de la ceinture en Europe semble donc être entré dans les mœurs : celle-ci sert à la fois d'accessoire de mode et d'objet pratique.

ceinture technique policier

Ici, il s'agit plutôt d'un usage utilitaire...

Cela étant dit, on va pouvoir passer à la partie qui nous intéresse le plus : comment la choisir, comment la porter.

Quelle ceinture pour quelle occasion ?

Avant tout, précisons qu'il existe différentes sortes de ceintures, dans des matières diverses et variées...

C'est un parti pris : je ne vous parlerai ici que des deux grandes catégories que vous devez connaître absolument, les ceintures formelles et les casual.

Si vous vous intéressez aux ceintures montées, incrustées, aux ceinturons, martingales et autres corsets, je vous recommande donc de passer votre tour sur ce paragraphe !

Qu'on parle de la première catégorie ou de la seconde, il faut s'attarder sur quelques points essentiels : la matière, le design et la qualité des finitions.

La ceinture formelle

Vous vous en doutez... dans ce domaine, le cuir est roi. Oubliez donc le polyuréthane (fameux simili-cuir) ou le polyester...

Les deux éléments sur lesquels il faut être vigilant sont le cuir et la boucle.

Je vous conseille de privilégier des cuirs robustes, avec une apparence subtile qui se prêtera à l'élégance de vos costumes.

ceinture formelle cuir marron

Avec ses souliers marrons, Geoffrey opte pour cette fine ceinture en cuir.

Passons à la boucle.

L'idéal serait d'opter pour du laiton massif, mais un laiton plaqué ou un zamak feront très bien l'affaire si votre budget est un peu plus restreint.

Ne négligez pas les finitions, attardez-vous par exemple sur :

  • la tranche de la ceinture : a-t-elle été laissée en l'état ou a-t-elle reçu des traitements supplémentaires (poncée, brûlée, graissée, teintée) ?
  • les éléments de la ceinture sont-ils cousus ou simplement collés entre eux ? Sa durée de vie peut varier très largement en fonction de la réponse à cette question.
  • les passants : sont-ils doublés ?

La ceinture casual

Dans un contexte plus décontracté, on peut davantage jouer sur la matière, la forme...

On peut approcher des textures moins classiques ou bien privilégier des finitions sophistiquées comme le tressage ou l'originalité de la boucle.

ceinture cuir look casual

Dans un look casual, on s'autorise une boucle arrondie et une bande large, pas forcément assortie aux chaussures.

Vous l'avez compris, alors que la ceinture formelle s'arbore discrètement, sa cousine casual permet plus d'excentricité.

Là encore, il faudra prêter une attention particulière à la qualité du produit. Peu importe la matière, elle doit être suffisamment robuste. Pour un cuir suédé, préférez par exemple le veau à l'agneau. De la même manière, privilégiez une laine dense ou un coton épais, garants d'une solidité optimale sur une ceinture tressées.

ceinture tressée bi-matières cuir velours laine

L'originalité d'une ceinture tressée bi-matières, pensée par Atelier Particulier.

Et comme toujours, attention aux finitions : boucle en laiton et coutures propres sont (presque) toujours les témoins d'une belle qualité.

Ici, n'hésitez pas à jouer sur les matières pour afficher des contrastes puissants et enrichir votre look.

Comment choisir une ceinture ?

La taille

Après avoir sélectionné le modèle qui vous convient, la première chose à faire est de choisir la bonne taille .

Idéalement, l'ardillon doit passer par le 3ème trou lorsque votre ceinture est fermée. Comme les modèles traditionnels comptent généralement cinq trous, le rendu est plus harmonieux quand la boucle s'arrête sur celui du milieu.

taille ceinture

Par ailleurs, la bande ne doit pas trop dépasser une fois insérée dans le passant de votre pantalon.

La largeur

Pour déterminer la largeur idéale de sa ceinture, on utilise généralement le même distinguo que précédemment : pour une occasion formelle, et donc avec un pantalon de costume, on privilégiera un modèle assez fin (entre 2,5 et 3,5 cm), discret.

En revanche, un jean ou un chino acceptera plus aisément une ceinture de 4 voire 5 cm de large, grâce à ses passants généreux. Toutefois, tâchez de rester raisonnables : il s'agit d'un exhausteur de style et pas d'un trophée à afficher.

N'est-ce pas Monsieur Philipp Plein ?

La couleur

Même combat pour la couleur ! Sur une tenue habillée, on essaiera d'assortir la couleur de sa ceinture à celle de ses souliers : on crée un rappel entre les éléments de la tenue, sans trop en faire.

Attention toutefois à ne pas trop vous éloigner du classique noir ou marron, sobre et efficace.

Sur un look casual, on peut se permettre un peu plus de liberté.

ceinture couleur cuir suédé

Les cuirs suédés offrent un vaste panel de couleurs à envisager dans un look casual.

Cela peut être l'occasion de twister votre tenue, d'amener une touche d'inattendu ou, au contraire, de rappeler un accessoire. Bref, amusez-vous.

La boucle

Sur une ceinture formelle, la seule boucle envisageable est rectangulaire (ou très légèrement arrondie), argentée, avec un ardillon simple.

Le doré ou le bronze me semblent trop difficiles à porter en l'état et les formes originales (rondes, hexagonales...) apportent une excentricité qui n'est pas la bienvenue sur un look classique.

De la même manière, un double (ou triple) ardillon serait trop lourd sur une ceinture ne dépassant pas les 3,5 cm de largeur. Pensez simplicité.

ceinture cuir marron

Rectangulaire et argentée, okay ?

Sur une ceinture casual, vous avez là encore une marge de manoeuvre plus importante. À nouveau, tout est question de dosage...

Adoptez un fermoir original si et seulement si vous n'avez pas d'ores et déjà fait des folies sur la couleur et la largeur de votre pièce. Faites-vous confiance, vous le remarquerez si le résultat est choquant.

J'ajouterais qu'une boucle de ceinture assortie à la couleur d'une bague/montre peut véritablement créer une plus-value visuelle agréable.

De l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace

La ceinture patinée

On l'a vu, assortir sa ceinture à ses chaussures est essentiel sur un look formel, mais comment faire lorsque l'on porte des souliers patinés ? (Pour un petit rappel sur la notion de patine, c'est par ici.)

ceinture bleue patinée caulaincourt

Ça en jette non ? (modèle de chez Caulaincourt)

Vu qu'on parle d'une patine artificielle, le souci d'authenticité cède peu à peu sa place à celui de l'originalité : ces souliers retranscrivent moins l'histoire de la chaussure que celle de son porteur.

Plusieurs marques et maisons ont pris conscience du phénomène et se sont lancées en parallèle dans l'art de la patine des ceintures. Plus d'excuse, donc, pour ne pas assortir ses jolis souliers patinés à sa boucle !

patine assortie souliers ceinture jm le gazel

La patine lie de vin "bordeaux millésimé" de JM Le Gazel sur des Richelieu et sur une ceinture assortie.

Jacques&Déméter, Septième Largeur, Caulaincourt ou encore JM Le Gazel proposent ce genre de prestations.

Et du côté du techwear alors ? (Benoit)

Dans une tenue de ninja futuriste ou d'urban techwear, pas question de porter une ceinture en cuir classique !

En effet, elle trancherait trop avec le reste et ne conviendrait pas aux fans de techwear avides de spécifications, voire de "mil spec"...

Du coup, la ceinture indispensable chez les amateurs d'urban techwear est celle qui comporte une boucle "Cobra".

boucle cobra ceinture austrialpin techwear

La fameuse boucle cobra de chez AustriAlpin.

Le défi de l'entreprise autrichienne AustriAlpin était de faire une boucle incroyablement solide, facile à manipuler et ne craignant absolument pas les conditions météorologiques. Et elle a réussi !

Le résultat ? Cette boucle aux attributs hors normes (non mais regardez-moi ce test de solidité avec le 4x4), totalement inutiles en milieu urbain, mais dont le look futuriste et le son du cliquetis d'enclenchement sont exquis.

D'ailleurs, cette petite boucle a eu du succès suite à son placement dans quelques blockbusters hollywoodiens. Dans "Seul sur Mars", ce sont des boucles Cobra qui équipent la combinaison spatiale de Matt Damon. Dans "Avengers", c'est encore une boucle Cobra qui habille la combinaison de Scarlett Johnson...

ceinture boucle cobra scarlett johansson avengers

Puisqu'on vous le dit...

Ce sont ces petits détails qui ont propulsé la boucle Cobra sur le devant de la scène, et de nombreuses marques l'ont d'ores et déjà adoptées.

Voici mes suggestions :

  • une bonne vieille recherche Google/Amazon en tapant "Cobra buckle belt" vous donnera du choix, y compris chez les marques minuscules de "tactical gear" américaines, qui en proposent aux prix les plus bas. En vrac, citons Viking TacticsKlik Belts (ils ont même des colliers pour chien avec la boucle Cobra !), CondorBlue Alpha, ou Jones Tactical (avec la tagline suivante : Bad Ass Gear).
  • Bagjack : marque berlinoise, c'est elle qui développe et fabrique les sacs pour Acronym. Ce sont donc des ceintures Bagjack à boucle cobra qui figurent sur les shootings de l'e-shop d'Acronym. Je soupçonne très fortement ce petit placement de produit d'avoir largement popularisé la boucle cobra dans l'urban techwear.
  • 1k corp : l'un des premiers à avoir fait des ceintures à boucle Cobra qui visaient spécifiquement la clientèle d'Acronym (et pas les "vrais" militaires). Il a popularisé une ceinture qu'on peut tendre ou détendre sans la défaire, grâce à un système aussi simple qu'ingénieux. Par exemple, vous êtes dans un bon restaurant, vous avec le ventre plein, il vous suffit de tirer sur le "D ring" une fraction de seconde pour ajouter du jeu à la ceinture tout en la gardant fermée.
cobra 1k corp ceinture

La ceinture boucle cobra imaginée par 1k corp.

Si le produit est parfait, son service client est catastrophique : peu ou pas de réponse aux mails et surtout un délai de livraison qui se compte facilement en mois (!!!). À part vous dire de surveiller quasi quotidiennement son compte Instagram (c'est par Direct Message que vous pouvez lui passer commande) et de vous armer de patience, pas grand chose à faire... ni à redire sur la qualité des produits. Par ailleurs, n'oubliez pas que le surplus de lanière qui pend très visiblement fait entièrement partie du design, prenez le en compte si vous souhaitez un produit le plus discret possible.

  • Devant l'inertie de 1kcorp, les amateurs de techwear commencent à se tourner vers SRS. Vraisemblablement tenue par une seule personne, la marque propose un produit équivalent, moins cher et avec des délais de livraison plus raisonnables. Comme d'habitude, tout passe par Instagram donc n'espérez pas passer commande sur un site e-commerce en bonne et due forme.
ceinture alyx techwear noire

Modèle classique de chez Alyx.

De mon côté, c'est une ceinture de 1KCorp que j'ai pu acheter, après six mois d'attente pour être livré. Eh bien si ça ne tenait qu'à moi, j'en porterais une tous les jours tant on prend goût au petit bruit quand on enclenche la boucle et à la facilité de la faire ou la défaire.

Certes, ce n'est pas vraiment la ceinture à porter avec un jean et des bottines, mais si l'urban techwear aiguise votre curiosité, je vous conseille de franchir le pas.

Devenir ceinture noire du style

Nous connaissons l'histoire de cet accessoire mythique, nous savons quand et comment le porter, nous avons compris quelle taille choisir et quelle couleur privilégier, attardons nous donc désormais sur quelques idées de looks !

porter la ceinture dans un look formel

Intégrée dans une tenue formelle, la ceinture rehausse discrètement l'ensemble.

Ici, Benoît, Geoffrey et Florian nous enseignent comment arborer la ceinture avec un costume.

Fine, boucle argenté furtive, ardillon simple, couleur (et éventuellement matière) assortie à celle des souliers. Ce subtil rappel structure la silhouette et rehausse l'ensemble. 

ceinture grosse boucle look casual chic

Sur cet exemple, la ceinture joue pleinement son rôle et segmente l'allure autant que la silhouette.

Dans un look casual chic, la ceinture permet de pousser davantage le curseur du côté décontracté ou habillé. Tout est question de mesure et d'envies.

Ici, la bande de cuir marron fait écho aux souliers et au weekender de Luca mais la large boucle ronde contraste avec le formalisme de la cravate.

Si vous ne voulez pas prendre de risque sur la matière ou largeur de la ceinture dans ce genre de tenue, misez sur l'originalité de la boucle !

ceinture tressée bleue anderson's

Ceinture Anderson's.

Effet inverse ici : la boucle est classique mais la couleur et la matière de la ceinture apportent une touche osée entre le jean brut et le blazer rayé en seersucker.

Tressée dans une toile élastique bleue électrique, cette ceinture pourrait déstabiliser mais j'aime le travail autour du camaïeu. De plus, le jeu de tissage rappelle délicatement la maille milanaise de la montre.

ceinture tressée cuir style italien

Sur un pantalon blanc, une fine ceinture en cuir tressé fait toujours son petit effet. À consommer sans modération dès le retour des beaux jours !

ceinture jaune grosse boucle

Non, soulever 150 kg au développé couché n'autorise pas tout !

En revanche, seule une soirée déguisée dans un ranch du Far-West Américain ne légitimera le port de ce genre de pièce...

Où acheter votre ceinture ?

Voici une petite sélection non-exhaustive de marques vers lesquelles vous pouvez vous tourner pour agrémenter votre vestiaire.

Entrée de gamme

Vous trouverez ci-dessous des pièces de qualité pour un budget allant jusqu'à 60€.

  • Maison Standards : un beau cuir de veau italien pour une ceinture 100% made in France, le tout à 59€.
  • LodinG : un large choix de ceinture 100% cuir pleine fleur de vachette à 40€.
  • Billy Belt : le spécialiste de la ceinture tressée entre 35 et 50€.

Milieu de gamme

Pour un bon rapport qualité/prix entre 60 et 80€, c'est par ici :

  • Atelier de la Venise Normande : un cuir lisse très robuste à tannage au végétal pour 60€.
  • Atelier Particulier : là encore, 60€ pour une très belle ceinture en cuir pleine fleur de vachette avec une boucle en zamak.
  • Filson : entre 70 et 120€, la marque propose des ceintures extrêmement solides dans des cuirs états-uniens.
ceinture cuir marron atelier de la venise normande

Ceinture en cuir lisse marron clair tanné au végétal de chez Atelier de la Venise Normande.

Haut de gamme

Entre 80 et 150€, vous pouvez exiger un cuir d'excellente qualité et des finitions remarquables.

  • L'Aiglon : de très belles pièces en cuir de veau ou de vachette avec un beau travail sur les boucles, entre 80 et 150€.
  • Anderson's : de jolis modèles en cuir et cuir tressé aux alentours de 80€.
  • Jacques et Demeter : des articles en cuir pleine fleur de vachette 100% fabriqués à Limoges, pour 110 à 150€.

Luxe

Au-delà de 150€, vous vous offrez un savoir-faire unique, des cuirs d'exception (parfois exotiques) et un gros travail de création.

  • Hermès : cette saison, la maison au H abandonne le veau au profit du cuir de taurillon et affiche une boucle palladiée très originale pour un montant avoisinant les 800€.
  • Duret : la maison parisienne propose un service de sur-mesure pour des ceintures personnalisées autour de 350€.

Entretenir et prendre soin de sa pièce

L'achat d'une ceinture en cuir est un investissement, parfois conséquent, qu'il convient de penser sur le long terme.

Pour le rentabiliser, il est nécessaire d'y porter une attention régulière pour optimiser son espérance de vie. Vous devez donc :

  • l'imperméabiliser afin de la protéger d'une exposition à la pluie,
  • l'éloigner autant que possible de sources de chaleur, qui ont tendance à assécher le cuir,
  • ne pas la laisser au soleil trop longtemps car le cuir s'en trouverait décoloré,
  • ne pas la porter tous les jours car la ceinture a besoin de respirer,
  • la nourrir régulièrement (au moins tous les 6 mois si possible) pour prévenir les craquelures : lait hydratant, cire et/ou produits spéciaux seront vos meilleurs amis à condition qu'ils ne contiennent pas de solvant.

NB : Tâchez également de la ranger dans un endroit à l'abri de l'humidité et de la laisser déroulée autant que possible.

Derniers mots avant que je ne la boucle...

3000 mots, diverses informations, et quelques conseils plus tard, nous voilà au bout de ce guide de la ceinture !

3000 ans, diverses innovations, et quelques créations plus tard, nous ne sommes en revanche pas au bout de l'histoire de cet incontournable basique du vestiaire masculin.

Tantôt décorative, tantôt utilitaire, la ceinture s'arroge aujourd'hui les deux caractéristiques et tire son essence de cette double identité.

On se demandait au début de ce guide si la ceinture avait une vocation purement pratique ou exclusivement esthétique mais la réponse apparaît clairement aujourd'hui : les deux mon capitaine !

Polyvalente, mixte, hybride, cette pièce lie l'utile à l'agréable et s'avère désormais indispensable dans la garde-robe de tout homme qui sait que sans ceinture, le choc est plus dur.

Lucas Marquiand A propos Lucas Marquiand

Quand Rafik m’a demandé d’écrire ma fiche-auteur, j’avais à peu près autant d’inspiration que Jul lorsqu’il a rédigé les lyrics de Tchikita. Du coup, j’ai demandé à une copine comment me présenter en quelques mots. Je vous livre sa réponse, lapidaire mais finalement assez fidèle : « Lucas Marquiand, 21 ans, j'aime CR7, le gin et mon chien. ». Sauf son respect, je me permettrais d’ajouter que j’ai également beaucoup d’affection pour ma petite soeur, ma maman et le quinoa.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Pierre – BonneGueule

    Du cuir spécifiquement pour les colliers à cloche des vaches… Ils sont fous ces Suisses ! En tout cas c’est très intéressant, tout ça ! Merci de partager. 🙂

  • Michael de SymBo

    Oui, c’est sûr que j’ai roulé ma bosse depuis mes débuts, mais je n’ai aucune prétention à vrai dire, surtout quand je vois à quel points certains amateurs peuvent être plus experts que moi 🙂 Pour l’expertise horlogère (en l’occurrence, pour la fabrication et le traitement des pièces métalliques), c’est vrai que c’est drôle. C’est pourquoi je développe mes produits comme si je manipulais des legos : je vais trouver les outils de production des ateliers suisses (pas les produits fini, mais les moyens employés) et je compose avec ça 😀 J’essaie de penser par module quoi. Après, il n’y a pas que l’industrie horlogère : la spécificité du cuir SymBo vient que sa recette de tannage a été spécialement développée pour le marché des colliers de vache à cloche. La micro-mécanique de précision aussi vient aussi s’ajouter aux savoir-faire locaux. Puis le textile qui essaie tant que possible de trouver tous les moyens pour survivre (notamment avec les matériaux techniques, tant pour l’habillement que pour le médical ou les terrains de foot).

    Pour la soie, détrompe-toi, c’est un savoir-faire qui a été longtemps établi en Suisse (il y a encore tout un pan de la broderie de soie ultra haut de gamme en Suisse alémanique, avec des trucs de ouf à 500 CHF le cm2 !). La sériciculture a été abandonnée il y a un siècle, mais elle est en train d’être réintroduite par des gros malades de l’industrie textile suisse (http://www.tdg.ch/suisse/culture-soie-retour-suisse/story/18283253).

    Le problème de vouloir contrôler l’entier du circuit d’approvisionnement, c’est que, généralement, chaque étape où l’on décide de faire une commande spéciale accroît les minimums de production. Par exemple, il y a de la laine Swiss made ici, mais si les usines de filature n’y ont pas recours, il faut allonger les billets pour acheter plein de rouleaux. Pour un projet qui fonctionne avec les poches vides, ça devient vite risqué ^_^ Je suis déjà hyper content de pouvoir faire des chaussettes tricotées et confectionnées en Suisse ET utilisant un fil filé en Suisse !

  • Pierre – BonneGueule

    Disons qu’il y a quand même une certaine idée du cuir et de la responsabilité d’entreprise à la base, c’est surtout à ce volet-là que je pensais. Et oui, fatalement, l’élevage des vers à soie semble un peu compliqué en Suisse. 😉

    Qui aurait cru que l’expertise horlogère aiderait à fabriquer des ceintures, haha ?

  • Pierre – BonneGueule

    Merci pour ton commentaire super intéressant Michael ! 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Joris !

    Je te le confirme, leurs ceintures valent aussi le coup. Tu peux les retrouver ainsi que d’autres marques sur notre fiche ceintures. 😉

  • Joris

    Bonjour,

    Que pensez vous des ceintures de Maisons standards? Leur réputation sur les produits basiques tient aussi pour cette article :
    http://www.maisonstandards.com/fr/164-la-ceinture-classique.html#/taille-tu

    Merci d’avance.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Demosthene !

    Moi je me demande si c’est pas le matos des aéroports qui a été updaté lui aussi, et depuis bien longtemps haha(quand tu vois que les américains ont des cabines scanner qui ressemblent à des téléporteurs tout droit sortis d’un Space Opéra…)

    Pour le coup j’ai rien de tel sous la main 🙁

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Demosthene !

    Non effectivement on a pas vu ce commentaire passer. Merci pour ton retour du coup !

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Corentin !

    En pratique, peu de gens imperméabilisent leur ceinture (elle est quand même plutôt bien protégée de l’eau). Généralement, on met juste un coup de lait hydratant de temps en temps. Si tu as vraiment très peur qu’elle prenne l’eau (grosses averses sans vêtement de pluie, etc.), tu peux utiliser de l’imperméabilisant.

    Les produits vont être les mêmes que pour les souliers, c’est à dire Famaco et Saphir. 😉

    Et effectivement, le cirage n’est pas une bonne idée, la ceinture bouge beaucoup, va tâcher les vêtements, et le cirage risque de craqueler.

    À bientôt,
    Pierre

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sahsimi !

    S’arquer, c’est à dire ? Sur l’arrière, là où elles reposent au dessus des fessiers ?

    Si c’est ça, je ne comprends absolument pas pourquoi ça te pose problème. La ceinture ne fait que s’adapter aux lignes de ton corps, et je ne vois pas pourquoi tu voudrais y remédier, surtout que ça ne se voit pas une fois qu’elle est portée…

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour Maxime !

  • Matthieu F.

    Merci pour ces précisions, je ne pensais pas que les tailles pouvaient varier selon la couleur pour un même modèle !

  • Nicolò – BonneGueule

    Et c’est fort pratique pour les tenues formelles, où plus la ceinture est proche des souliers, mieux c’est !

  • Nosfell

    Chez Septième Largeur, ils donnent la possibilité d’appliquer sur leurs ceintures la même patine que celle que vous auriez choisi sur vos chaussures. C’est du plus bel effet !

  • Pierre – BonneGueule

    Merci pour ton retour bien fourni sur la marque ! 🙂

    Le problème du synthétique, c’est quand il est utilisé de façon cheap pour remplacer des matières naturelles. Mais on peut avoir des trucs hyper intéressants avec le synthétique, il suffit de jeter un coup d’œil au techwear qui plaît à Benoît (genre Acronym). L’entre-deux, s’il est bien fait, peut être plutôt intéressant aussi. 😉

  • Hélas non, pas encore de ceintures, ils ne font exclusivement que des chaussures. (hormis un T-shirt unisexe, un savon et trois coloris de chaussettes et lacets)

    Je me permets faire hors-sujet: J’ai acheté plusieurs paires chez Good Guys, et je crois pouvoir dire sans me tromper que pour le moment, il font parmi les plus belles chaussures qu’il soit possible de trouver de VEGAN. De plus, elles sont 100% recyclables, certifiées par OEKO-TEX et pour les avoir portées, on ne transpire pas dedans ET ça tient chaud quand il le faut.

    Du coup il y a une chose que je peux affirmer: le synthétique, c’est pas un gros mot, on peut avoir des vêtements de qualité même si ils ne sont pas en matières dîtes naturelles. 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est parce que ce sont des teints pièce et pas teints matière ! C’est à dire que les tees sont blancs (ou écru) au départ et ensuite mis directement dans des cuves pour la teinture. Et évidemment, tout procédé d’altération de la matière, y compris la teinture, peut changer sa main, son fit, et ses propriétés mécaniques.

    C’est pour ça que tu as un sizing disparate selon les couelurs.

  • Matthieu F.

    J’ai également testé la marque Loom (deux t-shirt de couleurs différentes)

    Qualité du tissu au rendez-vous, plutôt bien taillé MAIS les deux t-shirt ne taillent pas exactement de la même façon… le blanc est plus large alors que le bleu est parfait

    flo, tu conseillerai donc la ceinture Loom ? J’hésitai justement…

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Stratocasseur ! Tu nous poses une colle, vu que beaucoup de marques rajoute de petits empiècements en cuir dessus pour donner du cachet à leurs ceintures. Peut-être chez Good Guys ?

  • Pierre – BonneGueule

    La lin a un côté un peu « été », et sera plutôt portée avec des chinos. La cuir est peut-être un peu plus polyvalente.

    Pour une ceinture en cuir lisse, un coup de lait hydratant tous les quelques mois et ça ira, à mon avis. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Michel !

    Je transmets tes félicitations à Lucas, pour qui c’est effectivement le premier article conseil ! 😉

    Ta ceinture peut passer avec un costume si elle n’est pas trop large (moins de 3cm). Pour ce qui est d’une deuxième ceinture polyvalente, ça dépend complètement de toi. Une ceinture tressée ne jure pas du tout avec un pantalon en flanelle de laine ou avec un jean, tout dépend de la couleur.

    Après, si tu préfères les ceintures en cuir lisse, vas-y et prends-en une. Dans les deux cas tu auras une pièce assez polyvalente. 🙂

    À bientôt,
    Pierre

  • Michel Bojarun

    Salut! 🙂
    Bravo à Lucas pour cet article! Son premier si je ne me trompe pas ?
    Voici en photo la ceinture en cuir lisse marron foncé que je détiens actuellement, concernant la boucle : pensez-vous comme moi qu’elle passe dans un contexte formel avec costume?
    Par ailleurs/par conséquent, pour pouvoir varier les combinaisons tout en ayant deux modèles polyvalents, sur quel type de seconde ceinture partiriez vous? Varier la couleur en partant sur un cognac, ou la matière en partant sur un tressage?
    Vous me direz sûrement de suivre mes goût, mais j’ai quelques doutes sur la polyvalence des ceintures tressées, avec les jeans/pantalons en laine par exemple, pas sûr du rendu. Qu’en pensez vous?
    https://uploads.disquscdn.com/images/97399dfd2d131843003b970c1a722c62a8c524923351d2e8c3fa0eb06f35a5f2.jpg

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ta contribution Anthony !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Joxer !

    3,5cm c’est même déjà assez large ! 3cm c’est le standard un peu passe-partout, 3,5 c’est un peu plus épais et destiné plutôt aux jeans seuls (et encore, c’est mieux si tu as une silhouette qui ne craint pas d’être tassée)

    Je crois que c’est du 3.

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Joxer !

    Je sais pas si demi-boucle est le bon terme, mais ce que tu appelles « boucle pleine » n’est pas évident à porter et peut vite avoir un effet massif (celle de Luca a déjà l’air imposante alors qu’elle n’est pas si grosse). C’est d’ailleurs la demi-boucle qui est le standard. 😉

    Merci pour l’article. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Samir !

    On ne connaissait pas la marque, merci pour le retour. 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    À peu près, à la différence que les cravates ne sont pas en cuir (enfin j’espère). 😉

    C’est plutôt au niveau de la tension sur les coutures et sur la matière en général, qui risque de bouger un peu pour s’adapter à la forme que tu lui donnes lorsqu’elle est enroulée.

  • Anon

    Merci Pierre !

    Est-ce que c’est le même principe pour les cravates ?

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Julio !

    On ne connaît pas la marque personnellement, mais les quelques retours qu’on a eu dessus était positifs. N’hésite pas à nous dire ce que ça donne dans la durée. 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Anon !

    Garder la ceinture déroulée permet d’éviter de déformer et d’abîmer prématurément le cuir à cause de la forme qu’on la « force » à prendre quand elle est enroulée. 😉

  • Anon

    Bonjour,

    Pourquoi il faut laisser la ceinture déroulée ?

    Bien à vous.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour la contribution Cédric 🙂

  • Cédric

    Hey,
    Je n’ai rien retenu, captivé par Scarlett Johnson, DSL.
    (Non, sinon, merci pour la boucle cobra, pile le genre qu’il me fallait pour porter avec les pants Maharishi et autres cargos !)
    Pour de la ceinture de hipster (brute/workwear) on peut citer Sympa Bonnard, marque suisse présente sur le forum. Ça évite de se tourner vers les US. Je n’en ai pas encore, mais ça a clairement l’air d’être de la qualité.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Flo !

    C’est possible, je crois que Lucas a trouvé la photo sur le web haha ^^

    Pour la ceinture on ne sait pas encore, mais on a déjà pu tester / voir deux trois produits à eux, et il y a des progrès à faire sur certaines choses !

    Tee-shirt : détails mal finis (poche, de mémoire selon ce qu’à constaté notre chef de produit Alexandre), rétrécissement assez prononcé au lavage

    Chino : pas pu le tester, mais Benoît l’a vu en vrai et l’a trouvé convaincant pour le prix. A voir dans le temps, ensuite.

    Chemise : je l’ai testée pour un grand comparatif que je prépare mais il y a beaucoup de choses qui ne vont pas… Coupe super bizarre (très étroite en haut, trop d’espace en bas… Et pourtant en ce moment je suis loin d’avoir un ratio taille / buste d’apollon haha) cols microscopiques taille enfant de 12 ans, qui en plus ne tiennent pas en place et se décollent…

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Jo !

    Oui, les marges rentrent aussi en jeu, mais nous ne connaissons pas celles de chacune des marques pour pouvoir confirmer ce que tu dis. 😉

    Atelier Particulier est maintenant vendu en multimarques, donc leurs marges ne peuvent pas être trop faibles non plus (c’est une question de survie). Il faut aussi faire attention à prendre du recul par rapport à la communication des marques « de luxe à prix d’atelier ». On adore leur produits ici, mais ça reste du milieu de gamme avec un rapport qualité prix intéressant, et ce n’est pas à considérer comme une marque de luxe, à mon avis. Globalement, si c’est moins cher, c’est aussi parce que leurs matières premières leur reviennent moins cher, même si elle est de bonne qualité. 😉

    À bientôt,
    Pierre

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Chris !

    Je ne saurais pas te répondre, car ce n’est pas vraiment un type de boucle que je recommanderais non plus. (Donc forcément, je n’en porte pas) Mais tu aurais toujours un certain problème esthétique.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Mraffoul !

    Avec une ceinture 3cm de largeur standard, à mon avis.

    Niveau couleur, c’est la que les ceintures grises comme celle l’on a sortie sont très pratiques : tu utilises la versatilité du gris sur un accessoire en cuir pour ne pas jurer avec ces couleurs plus vives.

  • mraffoul

    Bonjour,
    Effectivement, un excellent article, une attention à l’écrit que j’adore (distinguo, etc.).
    Mais il me manque une info concernant deux chinos que j’ai achetés récemment : un rouge bordeaux et un orange paprika : avec quel genre de ceinture et quelle(s) couleur(s) les porter ???
    Merci !

  • Nicolò – BonneGueule

    Oui, j’avais bien compris 🙂

    (Même si ce sont loin d’être les « pires » qu’on puisse voir)

    Je maintiens mon avis sur le fait que ça soit un peu trop imposant visuellement, que la largeur réelle soit plus élevée ou non.

    Hé bien le cuir de vachette c’est le cuir… de vache, ou de taureau adulte, tout simplement.

    S’il y a entourloupe, c’est plutôt là dessus je crois. Par contre, ne me demande pas pourquoi, car je ne saurais pas te l’expliquer.

    Cuir de génisse j’ai pas encore croisé cette appellation sur les étiquettes de compo.

  • Pierre – BonneGueule

    Merci pour l’info, Paerrard ! 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Remy !

    Nous avons séparé les différentes marques par gamme de prix. Nous ne savons pas si c’est fait dans le même atelier (mais il y a beaucoup d’ateliers de maroquinerie dans le coin, c’est un savoir-faire régional assez ancien), et la différence se fait probablement ressentir au niveau des boucles et finitions, effectivement. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Charles !

    Les deux sont possibles, mais à mon avis ce serait plus élégant avec un cuir lisse comme celui des chaussures. Dans les deux cas, je ne pense pas que tu ferais une faute de goût. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Sébastien !

    Je tiens à te rassurer, nous sommes humains et tu n’as pas besoin de faire de rites druidiques pour invoquer des grands maîtres vivant dans la montagne avec leurs grandes barbes. 😉

    Plus sérieusement, une ceinture tressée est parfaite pour des tenues casual avec bottines ou sneakers, même sur un pantalon en laine. Ca permet de casser un peu le côté formel du pantalon sans être choquant, et ça passera très bien. 🙂

    À bientôt,
    Pierre

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Chris !

    Le vrai problème selon moi (si l’on parle de la même chose) c’est que l’épaisseur vient du fait que ce soit un gros « bloc » de métal plus qu’autre chose.

    Si je me souviens bien, il me semble qu’il y a une certaine différence, dans le sens ou le taurillon est un taureau adolescent, donc peau plus souple et lisse que celle d’un taureau (et moins abimée par la vie de l’animal, tout simplement) mais plus épaisse et robuste que celle d’un veau.

  • Hello Chris,

    Non, jamais. Tu ne trouves pas que le mécanisme prend un peu trop d’espace et donne trop d’épaisseur à la ceinture ?

    Qu’est ce qui te fait penser que le cuir taurillon est une appellation commerciale et non une variété de cuir ?

    Très bonne soirée,
    Geoffrey