Test : Le pull d’Aran Monsieur Lacenaire : « il n’y a que maille qui m’aille »

/

Quand on m’a proposé d’écrire pour BonneGueule, c’était comme un rêve de gosse qui se réalisait. Fidèle lecteur depuis deux ans, c’est avec plaisir que je me suis lancé dans l’aventure.

Maintenant, la question est pourquoi avoir testé Monsieur Lacenaire ? Tout d’abord, j’ai été séduit par leur teddy. Puis, en découvrant la collection, je suis tombé sous le charme d'autres pièces, comme la chemise en tissu Japonais Dandelion ou le pull en coton égyptien Tree sunshine dont je vais vous parler. 😉

La passion de la maille :

Il faut avouer que le titre de cet article était facile mais là n’est pas la question ! L’histoire de Monsieur Lacenaire débute avec une jeune femme passionnée de maille. Garance Broca fait ses classes chez Hermès pendant 4 ans au département maille du PAP femme. Pendant ses nombreuses visites dans les usines, elle découvre les matières, la langue italienne, l’approche de la perfection, et la recette secrète des pâtes al dente. Comme elle le dit elle-même « la qualité des formations Hermès est à la hauteur de la qualité de leur produit ».

Garance Broca

Garance Broca, la fondatrice de Monsieur Lacenaire.

Plus sa passion pour la maille grandit, plus elle remarque que celle-ci est sous-exploitée. Le marché de la maille masculine étant encore très pauvre, elle décide alors de fonder sa marque sous le nom de Monsieur Lacenaire, en hommage à Pierre-François Lacenaire, criminel mondain et poète maudit du XIXe siècle. Elle s’impose un crédo : explorer sa créativité tout en restant dans le cadre chic et classique du vestiaire masculin.

Depuis sa première collection, quatre années se sont écoulées. Garance a ouvert son premier magasin dans le marais au 57 rue charlot, où elle y organise beaucoup d’évènements comme des concerts (en partenariat avec le festival Baléapop), des signatures de chaussures Buddy et prochainement un tournoi de baby-foot dans la boutique. Ses collections ont elles aussi évolué en même temps que ses inspirations : des jeux vidéo aux jeux tangram très géométriques en passant par des motifs anciens de maille type élan ou flocon de neige.

Teddy Jaune Monsieur Lacenaire

Le teddy Monsieur Lacenaire que l'on retrouve dans toutes ses collections.

Les vêtements que j’ai utilisé dans ce test sont imprégnés de son imagination et de cette envie : redécouvrir à chaque fois sa pièce.

" Mais, qu'est-ce que c'est que quoi dis-donc ? "

Pour ceux qui ne l'auraient pas reconnu, cette phrase (non elle n’est pas de moi malheureusement …) est un gimmick culte du Youtubeur PV Nova que je vous conseille d’aller regarder et écouter.

Mais revenons à nos moutons, et commençons par le pull Tree sunshine.

Un peu d’histoire :

Avant de partir dans une analyse approfondie de cette pièce, plongeons nous dans l’histoire du pull d’Aran.

Car oui, le pull de Monsieur Lacenaire est bien inspiré des pulls d’Aran connu de chacun pour être porté au moment des fêtes pour une seule raison : vous tenir chaud.

Mark Darcy pull

Référence Bridget Jones : Les pulls de Mark Darcy, ça donne envie…

Ce chandail nous vient tout droit de la côte Ouest de l’Irlande. Fait à 100% de laine, il est hydrofuge et permet de maintenir une température idéale au contact du corps. Les spécificités de ce pull sont les différents motifs que l’on peut apercevoir. D’après la légende, chaque famille de l’île d’Aran était dépositaire d’un motif leur permettant de déterminer, en cas de décès en mer, de quelle famille était le noyé. Pratique non ?

Le pull Tree sunshine (200 euros) :

Ne vous attendez pas à une grosse maille à porter lors d’une soirée au coin du feu en cuisant des marrons. La pièce de Monsieur Lacenaire est à l’opposé de l’original mais elle en garde la technique.

Pull Monsieur Lacenaire

« Ah, le beau gosse… »

Ce qui m’a attiré dans ce pull, c’est le travail de l’arbre dessiné voulant toucher la lumière. On comprend toute la maîtrise de Garance qui a réussi à réaliser un arbre graphique avec le point Aran et le jeu de couleur. Un pull d’Aran traditionnel nécessite environ 60 heures de travail alors estimez le temps qu’il faut en plus pour réaliser un arbre et ajouter de la couleur.

Il faut savoir que cette maille est disponible en deux couleurs (sunshine qui est le jaune et brick qui tend vers du rouge rouille).

Dans la photo ci-dessous, on observe plus clairement la maîtrise technique du point de maille.

Détail Pull Monsieur Lacenaire

Observez la technique.

Le jaune façon Color Block est assez subtil en étant dégradé. J’y trouve la signification d’un paysage reposant avec un soleil couchant ainsi qu'un arbre contre lequel s’adosser. C’est intéressant de voir les interprétations de chacun.

On découvre après quelques secondes le nœud de l’arbre (photo ci-dessous). Détail technique qui ajoute un petit quelque chose à la broderie.

Détail noeud Monsieur Lacenaire

Admirez le travail sur le nœud.

Observez aussi les bords-côte en bas du pull. Il faut savoir qu’il y a une continuité dans le tissage entre la matière et le bord-côte habituellement réservé au haut de gamme (habituellement on voit une coupure entre la matière et le bord-côte, ce dernier est rajouté après).

Bord Côte Monsieur Lacenaire

Il y a une continuité dans le tissage.

Le dernier point très important sur cette pièce est la matière. Ce pull est fait de coton égyptien (Florian en avait parlé dans son article sur les chemises Saint-Sens).
Le coton égyptien est réputé comme le « meilleur coton du monde » de part ses nombreuses qualités :

- Sa longueur produisant de solides et beaux fils

- Sa finesse lui permettant une perméabilité exceptionnelle

- Enfin sa résistance se répercutant sur le vêtement qui va mieux vieillir et résister aux lavages et autres agressions.

En plus de ses nombreuses qualités, le coton égyptien est ramassé à la main et est de facto très cher. Ce prix de la matière première se répercute alors sur le prix du pull qui peut en effrayer plus d’un (mais à l’heure où je vous parle, il est actuellement en solde sur le site de Monsieur Lacenaire).

fleur Coton egyptien

Coton égyptien hand picked.

Même si ce pull apparaît comme une pièce de créateur, il se marie très bien avec des basiques comme un chino simple et des sneakers. Vous pouvez sublimer le tout avec une très belle paire de lunette de soleil et quelques accessoires.

Pull Monsieur Lacenaire

Pull Monsieur Lacenaire, ceinture When I was Seventeen, chino Zara, Chaussures Sawa.

Cependant, la coupe n’est pas complètement cintrée. On aperçoit sur les photos cet effet de ballotement qui peut être nuisible à votre tenue, mais ceci est un détail si la maille est bien accordée.

J’ai vraiment aimé cette pièce de part sa légèreté et son originalité. Elle se porte très facilement toute l’année, aussi bien en dessous d’un caban d’hiver qu’aux soirées fraîches d’été. J’aurais juste une remarque qui concerne le col que je trouve trop proche du cou mais c’est à mettre entre guillemets, ayant un « cou de taureau ».

La chemise Dandelion :

Continuons à découvrir l’univers de Garance avec sa chemise Dandelion (elle aussi en solde).
Pour cette pièce, elle a voulu mettre en avant une matière qu’elle apprécie beaucoup : le tissu japonais. Ce tissu est très agréable à porter, bénéficiant d’une légèreté et de belles nuances de bleu. Pour mettre en avant ce dernier, elle et son équipe ont mis au point deux spécificités.

Commençons par le col. Celui-ci est très géométrique et fin. L’intérêt et but premier est de porter sa chemise fermée jusqu’en haut (comme les hipsters !).

Chemise Dandelion Monsieur Lacenaire

Y'avait du vent le jour du shooting.

Comme vous pouvez le sentir sur la photo, je ne suis pas très à l’aise, car ayant un cou assez fort, fermer mon col jusqu’en haut a tendance à appuyer sur ma pomme d’Adam. N’étant pas attiré par la tentation, je déboutonne les derniers crans pour un côté plus libéré, délivré :

Chemise Dandelion Monsieur Lacenaire

Les lunettes font le look.

Il faut cependant souligner qu’il est très facile de boutonner jusqu’en haut sa chemise (une performance car d’habitude, je ne peux fermer aucune chemise jusqu'à ce point, à moins de m’étouffer).

La poche poitrine a elle aussi une particularité de part sa forme. Une photo illustrée étant plus parlante que des mots :

Poche Chemise Dandelion Monsieur Lacenaire

Chemise Dandelion Monsieur Lacenaire

Une forme de poche originale.

La poche, très géométrique, a pour but de mettre en avant le motif et de ne pas créer de coupure entre la poche et le reste du motif. Je trouve ça réussi même si la forme de la poche ne permet pas de mettre un objet carré ou rectangulaire type portefeuille ou même portable.

Parlons du motif, qu’en est-il ? Comme vous l’aurez compris, c’est une chemise de créateur, Monsieur Lacenaire qui plus est spécialisé dans la maille. Les petits points que vous pouvez apercevoir sur la photo sont des points de maille avec pour petit nom : point Dobby (une référence à Harry Potter ?).

Point Dobby monsieur lacenaire

Les deux côtés d'un point Dobby.

Il consiste à laisser d’un côté le motif propre (petits points blancs en laine à gauche sur la photo) et de laisser de l’autre côté les fils, afin de les couper (pas complètement), donnant une forme de nœud papillon (à droite sur la photo).
Garance a voulu mettre en avant les deux formes du motif. Sur une grande partie de la chemise, on aperçoit le petit point et sur le reste, incluant la poche, on remarque le nœud papillon.

Tenue Chemise Monsieur Lacenaire

Les deux motifs sur la chemise.

C’est LE détail qui donne un charme à cette pièce. Chaque point de maille est unique et on en découvre un peu plus à chaque fois.

L’autre point à souligner est la présence d’une boutonnière propre dans la finition, avec des boutons en nacre cousus en croix.

Mais il y a toujours un mais : des défauts frustrants pour une chemise à ce prix là.

Premièrement, le col n’est pas symétrique. Je m’explique. Il est plus large d’un côté que de l’autre. Le col ne se place pas alors parfaitement. Ça n’influence pas beaucoup au porter mais ça reste un problème de finition.

Col décalage Monsieur Lacenaire

On remarque le décalage au niveau du col.

Deuxièmement, au niveau des coutures des aisselles, la tête de manche n’est pas alignée.

Couture aisselle Monsieur Lacenaire

Les coutures ne sont pas alignées.

Enfin, ce qui m’a le plus dérangé mais qui est un choix personnel de la marque, la coupe. C’est une coupe droite. Vous aurez l’impression de flotter dedans si vous êtes habitués à des coupes cintrées, cependant cela permet aussi d’explorer de nouvelles tenues.

En conclusion :

Monsieur Lacenaire crée de belles pièces de créateurs. Les mailles sont vraiment agréables et bien finies même si le col est à revoir (à mon avis). On sent la volonté de renouveler une pièce contenant beaucoup de stéréotypes. Cependant, les finitions sont encore limites pour le prix affiché (surtout pour la chemise).
Si vous aimez la maille et porter quelque chose d’original, cette marque est pour vous. Si ce n’est pas dans votre budget, attendez les soldes pour avoir des prix plus raisonnables (le guide de survie pour les soldes, et le livre pour aller encore plus loin !). Cependant, leurs teddys sont vraiment intemporels et magnifiques !

Finalement, derrière cette marque, il y a une jeune équipe talentueuse et très sympathique dont vous pouvez aller voir les créations au magasin, dans le marais au 57 rue charlot.

N’oubliez pas, BonneGueule vient de sortir sa maille ! 😉

Crédit photo : Je remercie énormément ma photographe et amie de longue date Katell Roland pour les superbes photos ! Son site internet et sa page Facebook ! Check it out, vous serez SWAG !

Article rédigé par Valentin, anciennement stagiaire chez BonneGueule.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • RafikBG

    Hello Thomas,

    Le coton organique un coton issu de l’agriculture biologique. Je ne pense pas que cela ait une incidence particulière sur la qualité du coton, il s’agit davantage d’une sensibilité à ce genre de préoccupation.

    Pour en revenir à ton pull, le design est très sympa, et le rapport qualité / prix de KCA est bon. S’il te plait, tu peux y aller 😉

  • Gaby31

    Entièrement d’accord avec toi, je trouve le pull particulièrement horrible…. La chemise, passe encore, mais le pull!

  • TomBG

    Hello Gabriel !

    Je partage tout à fait ton avis, c’est un choix fait par le créateur 🙂

  • gabriel irlande

    à partir du moment ou c’est une volonté du créateur, on ne peut pas affirmer que c’est « raté ».
    La coupe est volontairement droite, et resserrée avec un bord côte. Vu le travail sur le pull, je pense que si la créatrice l’avait voulu fité, elle n’aurait eu aucun problème pour le faire. C’est une question de goût 🙂 moi je trouve ça vraiment réussi

    la chemise est plus discutable à mes yeux par contre

  • gabriel irlande

    waw, génial. Je suis pour un article, t’as l’air bien calé, c’est vraiment intéressant !
    et si t’as une petite bibliographie à conseiller là dessus je pense qu’il y aura des preneurs 😉

  • gabriel irlande

    ok, autant pour moi, la photo de l’article n’étant pas très parlante (à mes yeux en tout cas) je n’ai pas distingué la différence (je n’ai jamais vu la chemise en vrai) ! J’ai déjà pu voir en vrai des chemises hdg avec ces détails 😉
    c’est bien dommage en tout cas !

    PS : ça existe des chemises en denim avec ce genre de détails ? ._. j’avais jamais vu ça, par contre ^^

  • Baptiste30

    Je trouve que les coupes desservent tout le travail de création.. Cela ne met en valeur du tout le porteur, et ce n’est pas une question de « coupe décontractée » ou de « style streetwear », c’est juste raté.

  • BenoitBG

    Hugo, c’est passionnant ce que tu racontes ! Est-ce que tu seras partant pour en faire un article sur le blog expliquant toutes les subtilités du coton (ses dérives, mais aussi les plus beaux cotons, les marques les utilisant, etc) ?

    Tu travailles dans le milieu ?

    Oui, j’avais entendu que pour le coton du Zimbawe, sa culture sous dictature était très critiquée…

  • Hugo

    Sur le coton, il faut distinguer plusieurs facteurs :

    – la longueur de la fibre. Critère objectif que l’on retrouve très souvent dans le monde du tissu. Le meilleur coton est dit « ELS », soit Extra Long Staple. Il représente 1% de la production mondiale.

    – l’origine du coton. Géographique (coton égyptien, coton du Zimbabwe), historique (Sea Island, à l’origine en Géorgie, maintenant un peu partout aux Amériques), culturel (le coton Pima, originaire de la culture Inca, qu’on retrouve là encore un peu partout aux Amériques. Cousin du Sea Island.) Ces cotons « célèbres » ne sont pas une assurance de qualité, tout simplement parce que ces termes ne sont pas protégés. Un coton égyptien vient tout simplement… d’Egypte, or 75% de la production du pays est en fibres ordinaires, loin de la qualité ELS. D’autant que s’il n’y a pas marqué 100% coton égyptien, il peut y avoir du coton étranger !

    – les labels et certifications. Supima est le plus connu, c’est un Pima Coton certifié ELS.

    Bref, qu’en déduire ?
    – se méfier des simples origines. Quand la marque est bonne (genre Monsieur Lacenaire), on peut avoir confiance : leur égyptien est du bon égyptien. Mais ce n’est pas sûr à 100%.
    – ce qui est fiable : ELS, Supima ou autre certif avec pignon sur rue.

    En aparté, le fameux coton du Zimbabwe, connu des acharnés du Denim.
    Ce coton n’est pas d’une qualité exceptionnelle, il est juste (d’après les japs) particulièrement adapté au denim pour la manière dont ils réponds aux métiers à tisser, au rope dying à l’indigo naturel, etc. Ne le cherchez donc pas dans une chemise !
    Il est aussi très critiqué, le Zimbabwe étant une horrible dictature.

  • Kevin

    Non, mais ma grand-mère tricote. 😉

  • BenoitBG

    Merci beaucoup Hugo pour ces précisions sur le coton. Aurais-tu une URL sur le sujet ? Ca m’intéresse beaucoup. Quand tu parles de coton Sea Island, tu fais allusion à endroit où il est planté ? Un coton Sea Island en Egypte ?

  • BenoitBG

    Gabriel, il faut bien comprendre que tout le monde n’a pas découvert la mode masculine pendant l’âge d’or de Slimane et de ses silhouettes très étirées… On s’en rend peu compte, mais ce n’est pas forcément le cas avant.

    Oui, il y en a des créateurs qui aiment ce genre de coupe et il faut le respecter !

  • BenoitBG

    Non, il n’est pas vital que les coutures des aisselles ne soient pas PARFAITEMENT alignées, il s’agit juste d’une finition. Mais sinon, ça ne créé pas de faux plis ou quoique ce soit.
    Quant à la dissymétrie du col, je trouve Valentin assez sévère, car quand le col est boutonné, on l’aperçoit à peine (et encore, il faut faire attention)

  • BenoitBG

    Ahah excellent comme précision ! Tu travailles dans le milieu ?

  • BenoitBG

    Tout à fait, mais comme je l’ai dit, une couture décalée à l’emmanchure façon tailleur n’a pas du tout le même rendu que sur la photo.

    Encore une fois, attention à l’excès de zèle sur ce genre de détail ultra puriste !

  • BenoitBG

    Hello Gabriel,

    Non, je ne pense pas que ce micro décalage (qui en soit n’est pas gênant, ça ne fragilise pas la chemise, il y a un moment où il faut relativiser) soit intentionnel. Voilà un vrai décalage à l’emmanchure : http://www.dandy-magazine.com/sites/default/files/u27/D%C3%A9calage-emmanchure-4.jpg
    J’ai quelques chemises comme ça, j’essayerai de faire des photos pour un article. C’est très technique et délicat à faire, voilà pourquoi on en voit bien peu.

    Essaye de voir en vrai des chemises très haut de gamme, tu verras qu’il y a une différence bien nette avec la photo. Mais on reste sur des points de puristes, car personnellement, je ne vois pas beaucoup de différences quand je porte mes chemises avec l’emmanchure décalée et mes chemises aux emmanchures normales… C’est un détail très raffiné qu’il faut apprendre à apprécier 😉

    Pour le col, je te rejoins et je trouve Valentin assez sévère car je pense que l’atelier de confection est tout à fait dans ses tolérances au niveau des mesures. Le textile étant une matière (très) souple, on ne peut pas avoir une précision au millimètre.

  • BenoitBG

    Il y a alignement sous les aisselles et alignement accidentel sous les aisselles. Je vois très bien ce que tu veux dire car j’ai quelques chemises comme ça également. La couture décalée à l’aisselle l’est beaucoup plus que ça dans le cas de chemise sur mesure. Par contre, je salue vraiment la créativité dont Garance fait preuve, elle essaye toujours d’apporter de nouvelles choses, même sur une simple chemise.

  • KévinBG

    Hello Tom !

    Souhaitable, je ne sais pas ! En tout cas, chez nous, on prend le soin de bien les aligner… Donc à voir. Peut-être un partie prit.

  • KévinBG

    Hello Florian,

    A chacun ses goûts comme on dit :). On ne peut pas plaire à tout le monde !

  • KévinBG

    Hello Gabriel,

    Je pense qu’une fabrication artisanale, justement, ne laisserait pas passer un défaut pareil, passé entre des mains et yeux experts. A mon avis, c’est un réel défaut.

    Egalement pour la couture sur l’aisselle, je ne vois pas quel intérêt esthétique et pratique cela peut apporter :).

    Ce sont des choses qui peuvent arriver, même pour les plus grandes marques, mais malheureusement pour notre test, ça a fait 2 défauts de trop pour une seule et même chemise…

  • il y a un parti pris stylistique plus streetwear sur les chemises, ce n’est pas lié à un manque de travail. Mais effectivement cela peut surprendre.

  • c’est sans doute du à une petite phase de transition entre l’ancien blog et le nouveau, qu’on sort dans quelques jours (on exporte du nouveau site vers l’actuel). Merci pour tes retours !

  • Johnny

    Hello,
    Un peu HS, mais je pense qu’il y a un soucis dans le traitement des photos (gros halos autour du modèle) pas mal d’accentuation et les photos sous exposés 🙂 Sinon, longue vie au blog !

  • Oscar Franoux

    Les coupes… Pourquoi tant de travail sur la matière et le design et tellement peu sur les coupes et les finitions ?