Comment choisir et porter une veste en denim ?

34

Symbole du Far-West, pièce phare de la mode des années 90 que l'on trouvait également sur les épaules de légendes telles que Marlon Brando, Elvis Presley et autres Bob Marley, la veste en denim a fait un bout de chemin avant d'atterrir dans votre placard. Si son histoire est aussi vaste que les grandes plaines américaines, la veste en denim est aujourd'hui devenue un basique incontournable du vestiaire masculin.

La petite histoire de la veste en denim

Origines floues et précédents historiques

S'il est d'usage de dire que la veste en denim est véritablement apparue au début du XXème siècle aux Etats-Unis, il existe toutefois des précédents historiques. Déjà, au début du XIXème siècle, certaines factions de pompiers japonais étaient vêtues de vestes dénommées Hanten, gorgées d'indigo, dont l'esthétique pourrait rappeler les premières vestes en denim que l'on retrouvera, plus tard, aux Etats-Unis. Par ailleurs, ces mêmes Hanten, sont aujourd'hui repensés et proposés dans des toiles de denim.

Le bleu de travail est le vêtement de l'ouvrier français par excellence.

Là encore, ayant précédé la grande époque du denim, on se rappelle du "bleu de travail" à la française, vêtement de travail en toile de coton et teinte à l'indigo dont le design fait écho à celui des vestes en denim d'aujourd'hui.

Une invention "made in the USA"

Parmi les épopées dont seule l'Amérique a le secret, celle de la veste en denim, étroitement liée à l'histoire de la marque Levi's.

Un exemple de la Type 1 denim Jacket de chez Levi's.

Dès 1905, Loeb Strauss invente la première veste en denim, connue sous le nom de "Levi's Blouse" ou "Type I Denim Jacket". Elle est conçue à l'origine comme complément des pantalons de travail.

Un exemple de la Type 2 denim Jacket de Levi's.

Plus tard, en 1953, l’entreprise Levi’s sort sa Type II denim Jacket, dont les caractéristiques ont évoluées. Une seconde poche sur la poitrine est ajoutée, la martingale supprimée, remplacée par des ajusteurs au niveau des hanches.

Un exemple de la Type 3 denim Jacket de chez Levi's.

Enfin, la référence actuelle en matière de veste en denim reste la « Type III denim Jacket », aussi connue sous le nom de « Trucker Jacket ». Ce modèle apparaît au début des années 60. Plus fitée, les coutures contrastantes au niveau des lignes de construction sont plus également plus nombreuses. C’est aussi l’apparition des finitions en pointes au niveau des poches de poitrine.

La veste en jean contemporaine

Par ailleurs, et tout au long du XXème siècle, la veste en denim aura traversé les époques et les grands courants de la mode. Portée par la jeunesse rebelle des années 50, par les hippies bohèmes des années 60 ou détournée par le mouvement punk des années 70, la veste en denim est trans-générationnelle.

Mieux encore, elle est adoptée par de grandes personnalités parmi lesquelles James Dean, Elvis Presley Marilyn Monroe, Bing Crosby ou plus tard Madonna. C'est cette "starification" qui poussera les grands designers tels que Calvin Klein a propulser la veste en denim sur le devant de la scène. Passée dans les moeurs, elle est désormais un incontournable.

Comment bien choisir sa veste en denim ?

Chaque fois que les premiers rayons de soleil pointent le bout de leur nez, les étalages se remplissent automatiquement de blousons mi-saison en tous genres. Parmi eux, les fameuses vestes en denim et les centaines de modèles qui s'empilent. Difficile de vous y retrouver ? Alors pour vous éviter un choix cornélien, voici quelques conseils.

Coupe et composition

Comme expliqué précédemment, l'origine de la veste en denim est attribuée à la marque Levi's Strauss. Après de nombreuses évolutions, le dernier modèle, la "Type III Denim Jacket", reste la référence s'agissant du design des vestes en denim actuelles.

Certaines variantes existent. Parmi elles, le modèle sherpa. Pas de panique, il ne s'agit finalement que d'une veste en denim classique, doublée en laine de moutonet conçue pour des climats plus rudes. Aujourd'hui on trouve également des pièces dont seul le col est doublé et parfois amovible.

Quelques règles à retenir

Comme toujours lorsqu'il s'agit de vêtement, c'est le goût et la sensibilité personnels qui prévalent. Cependant, voici quelques règles de base qui pourront vous être utiles si vous ne deviez acheter qu'une seule veste en denim.

Deux exemples de vestes en denim correctement coupées, de bonne longueur qui habillent correctement la silhouette.

Pour commencer, privilégiez une veste cintrée, les coutures des aisselles ne devant ni coller le dessous de votre bras ni être trop lâches. Vous devez vous sentir maintenu, sans être étriqué lorsque vous fermez les boutons de votre veste. On considère que la longueur raisonnable si situe au minimum au dessous de la ceinture sans toutefois recouvrir le fessier.

Une veste en denim classique comportera quelques éléments traditionnels parmi lesquels, un col chemise, deux poches à rabat sur la poitrine, une boutonnière composée de cinq boutons et des coutures contrastantes. Au dos, il n'est pas rare d'y trouver des pattes de serrages.

Comme pour un bon jean, il est nécessaire d'être attentif au choix de la matière. En effet, évitez les matières synthétiques et privilégiez une toile 100% coton, dont le grammage est compris entre 12 et 14 Oz. Rigide au port, la toile se détendra et s'adaptera à votre morphologie au court du temps. Soyez également vigilants aux coutures et à leurs points d'arrêt, qui devront être nombreux pour que votre pièce soit solide et dure dans le temps.

Exemple d'une patine et de traces d'usage toutes particulières.

Là encore, si vous deviez ne choisir qu'une seule veste en denim, je vous conseille d'opter pour une toile brute qui se patinera dans le temps.

Comment porter une veste en denim ?

Mille et un looks possibles

La veste en denim a cet avantage de pouvoir être portée dans de nombreuses circonstances. Que l'on parle de mode ou de climat, cette pièce est évolutive et suit le cours des saisons. Elle est plurielle, tant au niveau des coloris, que des coupes ou du design, s'intégrant aisément dans de très nombreux looks. Serait-il pensable que vous en manquiez dans votre vestiaire? Afin de vous y retrouvez, voici quelques exemples de looks dont vous pouvez vous inspirer.

La version basique

La veste en jean se suffit à elle-même, portée simplement et sans aucun autre artifice.

Parfaite pour la mi-saison ou pour les premiers jours d'été, la veste en denim se porte le plus souvent sur un simple tee-shirt clair. On créé un contraste en ajoutant, en bas, un chino qui dénote, dans des teintes plus chaudes - terre, beige, écru, marron - que l'on peut associer à toutes sortes de chaussures aux couleurs plus prononcées qui réveilleront l'ensemble de la tenue (comme ici, un paire de mocassins rouge vif). Dans un style plus streetwear, la veste en denim s'accorde également à des teintes plus sombres, en optant pour un ensemble tee-shirt/jogpants foncés, en ajoutant une paire de sneakers blanches basiques qui éclaircissent un peu le rendu final.

La version layering

Explorez les possibilités que vous offre le layering en ajoutant une veste en jean à vos tenues plus hivernales.

La veste en denim est un excellent élément à ajouter à une tenue portée en version layering. Elle devient une composante centrale, portée fitée pour dessiner la silhouette, sous un pardessus en laine, un cardigan épais ou un manteau long par exemple. Les possibilités sont infinies et apportent du corps à la tenue. Le résultat est travaillé et nécessite une vraie maîtrise du layering pour ceux qui aiment les tenues s'inscrivant dans une veine plus workwear.

La version canadienne

Bien maitrisée, la version canadienne - soit un look composé d'une veste et d'un pantalon denim - peut s'avérer assez esthétique...

Rarement recommandé, le fameux "costume canadien" est en fait l'association d'un jean et d'une veste en denim. La mauvaise association de ces deux pièces pourra vite vous faire commettre une faute goût. Comme vu précédemment, la première solution consiste à incorporer une veste en denim dans une tenue en layering. Sur la première proposition, celle-ci apporte du corps et de la profondeur à la silhouette. Sinon, dépareillez les coloris du bas et du haut, et misez sur des pièces et accessoires aux couleurs vives ou à motifs qui apporteront du contraste.

La version hivernale

L'atout de la veste sherpa est à garder dans sa manche en prévision des premières fraicheurs de l'hiver.

La version Sherpa est à considérer pour des climats plus rudes. Il s'agit déjà d'une pièce forte, avec un parti pris stylistique assez fort. Dans la veine workwear, ajoutez-y un simple pull chiné et un pantalon foncé pour adopter un style très actuel. La veste en denim et plus encore la version sherpa, se marie parfaitement avec une chemise à carreaux d'inspiration bucheron.

La version créateur

Une veste en jean revisitée selon des standards plus "créateurs" pourra séduire les plus audacieux.

La veste en denim est une pièce traditionnelle du vestiaire masculin. Il est donc normal qu'elle soit en permanence revisitée et réinventée par les créateurs de mode. Si vous êtes amateurs de pièces fortes et travaillées, n'hésitez pas à choisir un modèle plus insolite. Attention toutefois au reste de votre tenue. En effet, celle-ci devra être simple afin d'éviter le trop-plein d'informations et la surcharge visuelle. Parmi les pièces un peu originales vous trouverez des modèles en patchwork, peut-être dans des labels coutumiers de l'upcycling, d'autres plus déconstruits, agrémentés de patchs et autres détails fantaisistes.

La sélection de l'équipe

Comme d'habitude, quelques membres de l'équipe ont fait un tour d'horizon des pièces qui valent le coup.

La sélection de Nicolo

Le modèle Tellason

Une version plus originale, dans un esprit 100% workwear baroudeur, par Tellason. Elle est d'ailleurs réalisée dans un denim Cone Mills, dernière filature américaine de denim slevedge, qui a fermé ses portes il y a peu... C'est un petit morceau d'histoire.

Le modèle Maison Standard

Un modèle sympathique chez Maison Standard, et plutôt abordable. Confortable avec son denim stretch, avec une pointe d'originalité grâce à la poche du bas.

Le modèle Naked and Famous

Une variante de chez Naked & Famous, comme toujours classique dans la forme, mais plus fort sur la matière, avec sa toile très légère dans un denim à la teinte plus estivale.

La sélection d'Axel

Le modèle Levi's Vintage Clothing

J'apprécie tout particulièrement cette veste Levi's Vintage Clothing qui reprend le design de la traditionnelle Type 1 de Levi's. Un bel hommage pour la marque à l'origine de cette pièce iconique.

Le modèle Est Dust

Ce qui est intéressant sur ce modèle Eat Dust, ce sont les détails des coutures sur les poches de poitrine. Le cintrage met en valeur la silhouette et galbe le torse.

Le modèle Nudie Jeans & Co

Cette pièce Nudie Jeans m'a tapé dans l'oeil tandis que je cherchais un modèle au délavage qui semble naturel. Les détails donnent également un côté plus authentique, presque suranné.

La (première) sélection de Jordan

Le modèle Officine Générale

Le zip à double curseur de ce modèle Officine Générale est une invention de génie. Notamment pour s'asseoir au volant du bolide de son choix.

Le modèle Oliver Spencer

J’aime les produits qui m’évoquent des histoires. Et avec cette veste Oliver Spencer, je suis clairement dans un atelier d’artiste sous les toits de Paris.

Le modèle Momotaro

Il faut voir cette veste Momotaro vieillir et se patiner. Si je croise un type dans un bar avec ça sur le dos et qu’il me dit « Mon vieux, j’ai bourlingué… » Je le crois directement !

Denim et vintage

Pour les amateurs d'authenticité et de style rétro, n'hésitez pas à écumer les portants de friperies qui sont, pour la plupart, bien fournies en pièces vintage plus ou moins datées. Si la coupe, et l'ajustement ne sont pas toujours au goût du jour, cela conviendra toutefois pour qui souhaite expérimenter un style plus original ou simplement à la recherche de bonnes affaires. Autre avantage des pièces de friperie? Les patines et délavages de certains modèles apporteront un vrai cachet à certaines de vos tenues.

Le mot de la fin...

Pièce chargée d'histoire, la veste en denim doit devenir un basique de votre dressing tant il est polyvalent, qu'il s'agisse d'un simple blouson de mi-saison, ou d'un parfait complément d'une tenue en layering.

Une belle pièce doit avoir une coupe cintrée et une toile de bonne facture. Comme pour un bon jean, une veste denim nécessite un certain investissement financier. De belles pièces existent à partir de 120 euros. Pour une pièce qui dure dans le temps, ne craignez pas d'y mettre le prix.

Axel Yvon A propos Axel Yvon

Grand enfant rêveur, un peu bohème, je considère le vêtement comme un mode d’expression du quotidien, qui amuse, qui rassure, qui passionne. Oiseau de nuit, mondain du dimanche, j’adore les chemises de pyjama, les blockbusters Marvel, les nuits d’orage et les pâtes à la carbonara (seulement celles de ma mère). Liste non exhaustive.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Bien joué, sacré butin que tu as attrapé là, Régis 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Fabrice !

    Oui je me faisais la réflexion aussi, parmi les marques très distribuées et très anciennes, je pense que Lee fait partie de celles qui ont su conserver un bon rapport Q/P. Elle mériterait qu’on s’y attarde un peu plus, en tout cas pour tout ce qui concerne le denim.

    J’irais plutôt sur la Lee donc 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Poilane !

    Aucune idée je t’avoue :/

  • Moine O

    « un coton taxé made in California »
    Ça sent encore la douane !

  • Nicolò – BonneGueule

    Elle sera plus chère qu’un jean japonais chez nous, mais moins chère que notre M-65 ou qu’un blouson en laine.

    Mais aussi un peu plus chère qu’un gilet matelassé en flanelle chez nous, et un peu moins chère que des Derbys 😀

    Je n’en dis pas plus ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Pour le 21 Avril 🙂

    L’article de présentation paraîtra dans la semaine qui précède sa sortie !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jim !

    Tu parles d’une veste en denim bleached du coup ?

    Edwin ou A.P.C. doivent proposer ça je pense 🙂

  • Jim

    Bonjour BG,

    Merci pour cet article !

    Je recherche une veste en jean avec un délavage extrêmement prononcé. Un peu dans le genre de celle que porte luca dans le premier épisode de Dans le Vestiaire. Il indique que c’est une Pull and Bear mais je préférerai éviter cette marque 🙂
    Avez-vous une idée d’une marque de qualité qui proposerait des vestes avec un délavage aussi poussé ?
    Merci beaucoup et bonne journée.

    JiM.

  • Nicolò – BonneGueule

    Elle est très bien celle-ci dans le genre légèrement plus clair ! Moi je préfère encore celle-là !

    https://tateandyoko.com/collections/naked-and-famous-jackets/products/denim-jacket-9oz-antique-selvedge-denim?variant=1443716366351

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Romain !

    Ben j’ai envie de te dire, sur ce genre de sites, avec ce genre de marques, c’est le lot de tout le monde … Soit tu mesures, soit tu tentes ta chance et tu croises les doigts… :p

    C’est d’ailleurs mon lot à moi aussi, qui ai commandé un modèle similaire la semaine dernière, en taille 38 pour mon 1m71 / 65kg avec de bonnes épaules. (Epaules entre le S et le M)
    Et j’ai plus qu’à espérer que ça passe haha.

    Le one wash indique juste que la veste bougera moins que si elle ne l’était pas (c’est à dire qu’elle bougerait énormément), mais je ne partirai pas du principe que le denim japonais non sanforisé, même en one wash, est la matière la plus stable du monde haha.

    En plus chez ces marques là, bonne chance pour trouver la moindre cohérence de sizing. Il y a des coupes de jeans où je fais un 28, d’autres un 34 haha. Et parfois la même coupe aura des différences de mesure en cuisse de 3 voire 4cm juste parce que la toile est différente.

    Bref, en deux mots : c’est le b*rdel, bonne chance à toi aussi 😀

  • Meliael

    Hello,

    Si jamais, N&F en font une qui pourrait peut être te plaire :
    https://www.nakedandfamousdenim.com/natural-indigo-selvedge-jacket

    Si celle de BG ne te plait pas, évidemment 😉

  • Romain Lz

    Hey les BGs 🙂

    Je n’ai pas de veste en jean et j’avoue être tenté, plus particulièrement sur la Momotaro présentée par Jordan (fan des white stripes) : https://www.okayamadenim.com/collections/tops/products/momotaro-14-7oz-combination-denim-jacket?variant=6100106280987
    Seulement je suis un peu perdu dans les tailles (et aucun moyen de mesurer !). Je ne sais pas si c’est pertinent mais j’ai votre cardigan alpaga en M et mes chemises Première Manche en T41, quelle taille serait la bonne (1m84 pour 89kg) ? Le Slim Fit ne sera-t’il pas trop fit justement pour moi ? Et dernier point, le One Wash indique bien que la veste ne bougera (presque) plus au lavage en taille je crois ?

    D’autant plus qu’Okayama propose un discount de 13% sur l’ensemble du site à partir d’aujourd’hui… Elle reviendrait à 209€ (280 sur Amazon ahahah). Pépite ? 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Ben, si tu as le budget (mon choix pour cette pièce effectivement pas donnée à cause de la confection et de la matière japonaise n’a pas fait l’unanimité du fait du prix, donc je tiens à prévenir), le hoodie « oatmeal » de chez Velva sheen serait top de chez top avec cette veste je pense.

    Le gris ça sera pas triste si la matière a un peu de relief et qu’il est lumineux, je trouve.

    Y’a différents modèles chez Elevation.

    Jap « loopwheeler »

    https://elevationstore.fr/fr/velva-sheen/986-loopwheeler-pullover-hoodie.html#/162-taille-s/207-couleur-off_white

    Non zippé

    https://elevationstore.fr/fr/sweatshirts/836-8-oz-pullover-hoodie.html#/162-taille-s/220-couleur-oatmeal

    Zippé

    https://elevationstore.fr/fr/sweatshirts/822-10-oz-hooded-zip-sweat.html#/163-taille-m/220-couleur-oatmeal

    Le plus joli pour moi c’est le dernier, et une fois n’est pas coutume, celui-ci n’est pas jap’ mais américain.

    Et si tu pars sur du gris, le hoodie sur lequel j’avais flashé au départ :

    Jap « loopwheeler » zipé

    https://elevationstore.fr/fr/velva-sheen/985-loopwheeler-with-zip-hoodie.html#/162-taille-s/237-couleur-heather_grey

    Jap « loopwheeler » non zipé

    https://elevationstore.fr/fr/velva-sheen/986-loopwheeler-pullover-hoodie.html#/162-taille-s/237-couleur-heather_grey

  • Nicolò – BonneGueule

    Hé oui 🙁

  • Julien Petit

    Nooooooooonnnnnn !!! Ah bah merci pour l’information !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Julien !

    Aux dernières nouvelles ils allaient fermer le 31 décembre 2017

    https://www.heddels.com/2017/10/cone-mills-close-white-oak-plant-last-american-selvedge-denim-mill/

    https://www.primermagazine.com/2018/spend/cone-mills-the-end-of-an-american-icon

    (Mais pour être plus précis, c’est l’usine White Oak qui a fermé celle qui fait du denim américain. J’imagine que l’entreprise en elle même subsiste à l’étranger pour produire du denim plus industriel cependant.)

  • Nicolò – BonneGueule

    Bien joué Régis, chouette veste 🙂

    Je ne sais pas qui c’est, mais e type qui a sélectionné ça dans l’article, a vraiment bon goût, ça saute aux yeux :o)

    Ah oui c’est sûr que la waxed trucker c’est tout à fait autre chose !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Antoine !

    La notre sera dans un bleu brut couleur « one wash » si tu veux tout savoir. Donc pas délavé ou bleach non plus, mais on voit que ce n’est plus une toile brute 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Oliv !

    Non mais ça a l’air bien 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Bon hé bien du coup la question ne se pose pas on est d’accord sur le principe : si denim en haut et en bas, veiller à le faire avec des couleurs différentes de denim.

    Sinon, possible, mais très casse gueule. Voilà 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    « combo jean-veste dans la même toile, même si certains arrivent à le porter correctement. »

    Bah pour moi quand les deux toiles sont visiblement différentes, on est plus tellement dans le canadian tuxedo à proprement parler, justement 🙂

    En tout cas moi la définition que j’en ai c’est « denim identique en haut et en bas »

  • Nicolò – BonneGueule

    Bah… Je pense que c’est une type III Levi’s tout ce qu’il y a de plus banal. Tu lui trouves quoi de plus que les autres haha ? ^^

  • talking-to-me

    Sur la photo double sous « Quelques règles à retenir », j’aime beaucoup celle du type de gauche avec un bonnet. Quel est ce modèle ? Et ou le trouver ?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Le Strat !

    Je sais pas si en 1993 et 1994 on était déjà aux productions délocalisées de Levi’s.
    En fait tout dépend de ça : si c’est un équivalent aux Levi’s collection « Vintage » (toujours trouvable aujourd’hui) en denim americain, fait aux US, en état complètement neuf tu peux peut-être en tirer une centaine d’euros d’occasion.

    Portée, même en bon état, ça ne vaut absolument rien, ça se trouve à la pelle en frippes 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    La type II fait plus vintage, et la type I fait carrément plus workwear au sens propre de « vêtement de travail » à l’ancienne 🙂

    Donc je peux comprendre. Perso je trouve les trois intéressantes, la type III est juste la plus « safe ».

    Cette règle n’en est pas une, c’est plus une recette « anti-erreur », le but est juste de t’éviter de surcharger tes tenues quand tu n’as pas encore l’oeil pour arbitrer tout seul !

    Ce qui ne signifie pas que tu ne puisses pas avoir 4, 5 ou même 6 couleurs et très bien t’en sortir. 😉

    Par contre autant je ne compterais pas un marron clair comme une couleur supplémentaire au beige ou à un marron foncé (les couleurs proches peuvent être considérées comme un même groupe) autant quelque chose qui tranche aussi fortement que le noir ou le blanc, oui clairement ça compte comme une de plus.

  • Nicolò – BonneGueule

    Helo Frank !

    Il faut absolument avoir deux couleurs de denim différentes.

    Franchement ton sur ton denim brut sombre c’est difficile d’éviter le costume canadien, à moins de faire un énorme layering 4 couches où chaque couche apporte une couleur de plus, de porter une ceinture qui contraste et qui reste bien visible, et des chaussures qui dénotent aussi. Mais même là, c’est pas idéal je trouve

  • Nicolò – BonneGueule

    Oui c’est leur force , la grande variété des matières 🙂

  • Jean-Michel MARTZ

    GUSTIN propose des Trucker Jacket, déclinaison de la

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Guillaume !

    Et on la verra probablement toujours dans 20 ou 30 ans 🙂

    Oui pour 80€ c’est très bien clairement.

  • Renaud

    Avec plaisir !
    Merci quand même !

  • Guillaume

    Salut BG,

    Super article. C’est vrai qu’on la revoit de plus en plus la veste en denim. Je me suis procuré une Balibaris l’an dernier, avec col mouton amovible. Je ne sais pas s’il la font toujours mais ma foi c’est une pièce sympa. Je commence à la ressortir hors layering. Comme d’habitude à 200€ c’est indécent pour une toile brute non selvedge mais touchée à 80€ j’en suis plutôt satisfait. Je suis content qu’elle valide tous les critères que vous évoquez.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Renaud !

    Aucune idée ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Tu as raison je crois, mais nous allons retirer l’illustration de toutes façons 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Meliael 🙂

    Quand tu y regardes de près, presque tous les modèles existant sont des déclinaisons de type I, II ou III ! C’est assez amusant

    On est en train de finaliser ça 😉