Conseils : Comment porter une pièce forte ? Quel est le sens du beau ?

blazer luisa via roma
/

Disclaimer - Nous avons été contactés par le site e-commerce italien Luisa Via Roma, qui nous a proposé de tester ses services et d'en faire un article. Pour nous qui nous intéressons à la mode sur Internet depuis maintenant 7 ans, LVR est un nom familier car c'est un des premiers e-shops à avoir émergé sur le sujet, si bien qu'il occupe aujourd'hui une place très à part.

En effet, LVR ne propose presque que des pièces très fortes. C'est sans doute l'un des shops les plus déroutants pour un débutant (à l'opposé d'un Menlook), mais c'est a contrario une excellente place de marché pour quelqu'un qui chercherait à s'adjoindre les services de quelques pièces (vraiment) fortes dans sa garde-robe.

Du coup, je me suis mis à arpenter Luisa Via Roma avec mon couteau et mon coupon de 300 € entre les dents, à naviguer entre des pièces toutes aussi fortes les unes que les autres, quand je suis tombé sur cette veste :

Screen Shot 2014-04-17 at 23.36.07

Et je me suis retrouvé très perplexe, ne sachant trop que penser de quelque chose d'aussi différent de mon quotidien stylistique. Et pourtant, quelque chose me parlait avec cette veste :

  • les couleurs en tant que telles, qui sont très jolies prises une à une,
  • la manière dont la veste est portée, avec le short assorti et un combo chapeau noir / souliers noirs qui encadre la silhouette. Chapeaux et souliers recadrent le look, grâce à ces deux vêtements plus intelligibles pour le commun des mortels,
  • un motif, disons-le franchement, psychédélique, mais qui me fait penser à l'intérieur nacré des coquillages, ou aux flaques d'essence sur le bitume ; deux choses que j'aimais beaucoup regarder quand j'étais tout petit,
  • l'idée de bousculer un peu l'équipe en déambulant avec une telle veste, intégrée dans la bonne tenue, laissant une partie des gens complètement polarisés (j'adore VS je déteste), ou totalement dans le même questionnement que celui dans lequel je me trouvais.

Note de Benoit : je ne pourrai jamais porter une pièce pareille, parce que de ce que cite Geoffrey, rien ne me correspond. Je dis ça pour vous montrer que les pièces fortes ont ceci d'intéressantes qu'on entre dans la subjectivité la plus totale ; au-delà des règles, ce sont vos goûts et vos ressentis qui entrent en compte.

uniforms for the dedicated

Alors plutôt que de vous faire un article sage sur une nouvelle paire de sneakers Lanvin, ou une sélection de vêtements techniques Nike (les deux autres choix que j'avais identifiés), eh bien je me suis dit que j'allais un peu vous étonner, vous polariser...

Mais en définitive vous faire aussi réfléchir sur le sens du beau, sur comment porter une pièce forte, et sur l'immédiateté parfois trop soudaine des jugements qu'on a tous (dire "j'aime pas" par défaut là où on est simplement surpris et décontenancé, sans réfléchir vraiment à ce que l'on ressent face à l'objet de nouveauté).

Alors c'est parti !

Comment porter une pièce forte ?

Tout d'abord, veillez à bien identifier les raisons pour lesquelles vous achetez une pièce forte, car elle n'ira pas avec tout. Assurez-vous d'avoir sous la main les pièces qui sauront soit calmer, soit compléter une pièce forte :

Calmer une pièce forte

La manière la plus simple de porter une pièce forte, c'est bien sûr de la compléter avec une solide sélection de basiques. Je ne m'étendrai pas sur les basiques (tout est dans le lien), mais sachez que plus ils seront dénués de détails, et dans des couleurs simples, plus ils permettront d'intégrer avec facilité une pièce forte à un look.

Bonus pour la couleur grise, qui a tendance à assagir les autres couleurs.

uniforms for the dedicated look

J'ai choisi de porter le blazer Uniforms For The Dedicated, avec une chemise Office Artist (petite marque avec un très bon rapport qualité/prix), le jean gris BonneGueule x FrenchTrotters (qu'on va peut-être ressortir suite à un grand nombre de votes), et une paire de Nike Lunar (de la collab Nike x Undercover).

Compléter une pièce forte

Une autre possibilité, c'est de porter d'autres vêtements qui font écho à la pièce forte. Cela peut se faire via des rappels de couleur (je le fais un peu avec ma chemise bleu ciel), mais j'aurais pu tout à fait troquer mon jean gris contre un chino vert émeraude (une autre des couleurs de la veste).

Bien sûr le rappel pourrait aussi se faire via des matières similaires, un motif qui se répète, ou des détails qui se font écho (exemple : des liserés, des ganses aux poches, etc.). Si vous avez lu la partie IV du Guide de l'Homme Stylé, ça doit vous parler...

En revanche, si vous voulez mettre un pantalon pointu avec ce genre de veste, vous devez toujours veiller à garder une couleur facile. Ce qui ne vous empêche pas de prendre une pièce au design très travaillé, à la matière complexe ou à la coupe un peu inhabituelle. Mais par contre, la couleur doit rester très simple (bleu, gris ou beige, par exemple). Sinon, la tenue sera inutilement surchargée.

uniforms for the dedicated blazer

Une chemise bleu ciel qui évite de rajouter encore des couleurs.

Ne pas se sur-estimer

On a souvent les bonnes idées sur comment porter une pièce forte, au moment de l'essayage. Toutefois, si aucune idée ne vous vient, car la pièce ne vous parle pas, ou ne rend pas bien sur vous : laissez tomber l'affaire, et passez à autre chose.

Je reçois beaucoup de mails et de commentaires venant de gens qui ont vu tel ou tel vêtement dans une pub, ou sur une star, tenter de copier au premier degré une tenue, sans se soucier de leur propre style, du contexte, du travail parfois poussé de stylisme (jeux de matières, coupes, accessoires), ou des éléments qui font que en photo (au milieu des dunes, contre une voiture, ou avec une belle femme), un vêtement rend mieux qu'en réalité (exemple type : le pantalon blanc).

jean blanc pub

 Rien ne fait mieux ressortir le blanc qu'une jolie bagnole
et la balance des couleurs de Photoshop.

jean blanc raté

Mais souvent, dans les faits...

Autre erreur classique du débutant : vouloir se payer une pièce forte et iconique, comme les Colorama de Pierre Hardy, le sweatshirt Doberman de Givenchy, ou une paire très osée de Lanvin, sans se demander si ça va lui aller, et avant cela, si c'est de bon goût (encore un autre débat auquel je ne répondrai pas concernant ces pièces, mais que j'ouvrirai de manière plus large en fin d'article).

colorama Pierre Hardy non portées

 Sneakers "Colorama" par Pierre Hardy, avec une flopée de couleurs et de lignes dans tous les sens.

sweat givenchy rottweiler

Pull "Rottweiler" de Givenchy, dans le genre agressif, on est bien !

Parfois, quand vous vous dites "est-ce que j'arriverai à porter ce vêtement ?", la réponse est dans la question. Et c'est un "non".

look colorama pierre hardy

Et pourtant, en partant sur des pièces neutres, les fameuses sneakers sont très bien calmées.

sweatshirt givenchy tenue

Ce jeune homme de lookbook.nu intègre parfaitement le sweat Rottweiler avec des pièces encore plus "grunge" : la veste en jean plus claire que le reste de la tenue attire le regard ailleurs que sur l'imprimé. Et les sneakers, un peu plus claires également que le sweat et le jean, intègrent à leur tour le blouson. Si vous n'arrivez pas encore à faire ce genre d'analyse, ne vous risquez pas sur ce type de pièces. 

Des pièces fortes qui vous parlent intérieurement... mais qu'il faut assumer

Enfin, les pièces fortes seront plus ou moins faciles à porter selon le contexte dans lequel vous vous trouvez (c'est aussi le contexte qui fait la pièce forte). J'ai récemment été invité à un mariage un poil anti-conformiste, puisque les mariés (que je félicite, et remercie !) ont demandé à tout le monde de venir habillé en "costuchic", avec la petite vidéo expliquant bien qu'il s'agissait de costumes détournés.

Je me suis donc déguisé en... Angus Young de AC/DC, en transformant en short un de mes vieux costumes gris, dont j'avais le pantalon en double. Et c'est vrai que lors de la messe, il y avait bien peu de monde déguisé, et je me suis senti un peu seul, voire légèrement mal à l'aise avec mon costushort et mes grosses rangers Heschung... Les invités déguisés n'excédaient pas 5% de l'assemblée à ce moment-là.

angus ac dc

Ça, c'était à la fin de la soirée.

Et puis finalement, lors de la fête suivant le mariage et après que la majorité des invités se soit changé, je me suis rendu compte que 99% des gens avaient décidé de jouer le jeu, tout en restant parfois très élégants (hussards, sosies de Jean Dujardin et autres zouaves), et que mon costume AC/DC était finalement plutôt "petit joueur" d'autant qu'une personne sur deux me prenait pour un boyscout... À ce moment-là, c'est sans aucun doute l'invité qui serait uniquement venu avec son costume de travail qui devait se sentir mal à l'aise et hors de propos.

soiree deguisement

 Fred et Sylvain (du Flageolet) en tenue de bureau.

Bref, cet exemple - certes un peu forcé - illustre bien qu'il est vraiment plus facile de porter des pièces fortes dans des milieux où elles sont socialement tolérées. Et qu'elles sont sans doute les plus intéressantes quand elles se traduisent par des tenues légèrement plus fortes que la moyenne du lieu où vous vous trouvez :

  • une paire de sneakers un peu plus originale que celles des autres étudiants,
  • un cadre sup qui tente la cravate tricot, ou des costumes à légers motifs, là où ses collègues sont habillés de manière plus consensuelle,
  • une grosse maille couleur framboise à un anniversaire où la plupart des invités ont déjà des looks bien réalisés,
  • une veste de smoking à une soirée où la majorité des gens sont juste en costume et chemise blanche (dédicace à Benoit et sa veste de smoking indestructible éclectic)
  • ma veste psychédélique à une soirée cocktail.

Vous l'aurez compris : on a ici les cas où vous différencier sera socialement valorisant. Mais poussez la chansonnette un peu trop loin, et vous vous trouvez alors déconnecté du groupe, et c'est là que vous vous sentirez moins à l'aise, sentant que votre tenue passe alors pour un manque d'intelligence sociale.

Des pièces qui peuvent être achetées pour l'imaginaire qu'elles représentent, pour l'image qu'elles convoient

Toutefois, certaines pièces peuvent aussi être achetées pour ce qu'elles représentent, pour l'imaginaire auquel elles se rattachent :

  • le perfecto : imaginaire du motard anarchiste, du hors-la-loi, des films avec James Dean, etc.

perfecto tenue

  • la paire de rangers : baroudeur, l'environnement militaire, l'univers punk,

street style Geoffrey Heschung

  • le caban de marin à boutons dorés : les voyages, l'isolement, l'aventure,

street style Jonathan caban

  • la veste de smoking : le succès financier, le savoir-vivre, l'élégance classique,

smoking de fursac

Il est tout à fait possible (et conseillé) de se demander quelle est l'image que vos tenues projettent de vous, par rapport aux pièces qui les composent.

Faut-il donc choisir un vêtement pour ce qu'il est ? Pour ce que vous ressentez quand vous le voyez ? Ou pour l'image qu'il véhicule ? C'est une question ouverte, mais la bonne réponse est sans doute un mix des trois.

Et pour le spectateur ? Remettre en question son "sens du beau"

Notre sens du beau résulte d'un ensemble de facteurs qui nous sont propres. On peut certes partager des goûts, mais il est rare de trouver une personne ayant strictement les mêmes standards de beauté. Pourtant, c'est souvent dans les looks les plus différents du nôtre (mais qui fonctionnent), que l'on se dit "ah tiens, il y a une bonne idée à récupérer".

Il est essentiel de retenir que la notion de beauté n'est pas immuable, mais qu'au contraire, elle évolue perpétuellement au fil de nos découvertes, nos rencontres, nos inspirations, etc. Gardons l'esprit ouvert et curieux.

Quelques mots sur Uniforms For The Dedicated

Du coup, je n'ai pas vraiment parlé du blazer en tant que tel (oui, c'est un article fleuve). Uniforms For The Dedicated est une jeune marque qui reprend l'esprit d'avant-garde scandinave. Avec pas mal d'éléments de surprise, ils ont une approche originale et décalée de l'élégance.

De ce que j'en ai vu, les coupes sont souvent ajustées, et les matières recherchées. Les pièces de la marque présentes sur LVR sont majoritairement fortes, mais il y a de tout. Et globalement, c'est bien pricé.

blazer psychedelique

Moi le premier, je ne sais pas si je suis vraiment fan de ce blazer,
mais ça m'aura clairement fait réfléchir ! 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • BenoitBG

    C’est une Filson pour femme !

  • RemiBG

    Ce sont des pièces qui ne trouvent grâce que lorsque son porteur à déjà une vraie experience et un vrai style développé autour de son dressing.
    Pas facile d’en faire un assemblage évident en temps réel, ce sont des choix qui nécessitent des réflexions, en tout cas au début.
    On peut comprendre qu’après coup, avec le rendu photo et confortablement assis devant son écran, on puisse avoir beaucoup à redire. Mais après tout, c’est aussi fait pour stimuler la créativité de chacun (comme l’a fait Hulk).

  • RafikBG

    Hello Tiziano,

    Merci pour ton retour ! Pour ce qui est de tes sneakers, je les trouve vraiment intéressantes. La couleur est certes un peu flashante, mais tu restes sur un joli rouge (on n’est pas sur un jaune stabilo), et les touches de bleu l’apaisent bien.
    Je ne pense pas qu’elles soient particulièrement difficile à porter, évite simplement de les mettre avec un pantalon rouge/bordeaux qui pourrait faire un peu too much, mais aucun problème autrement.

    Ah et en termes de qualité, il n’y a pas de souci, le rapport qualité/prix de Piola est bon :). Bref, si elles te plaisent, tu peux y aller !

  • Tiziano

    Bonjour,

    Super article comme d’habitude.

    J’ai repéré dernièrement une paire de sneakers qui me plaisent beaucoup, toutefois j’ai un petit doute concernant la couleur qui est rouge, je me dis que ça ferait peut-être mauvais gout. D’un autre côté je me dis qu’elles iraient super bien avec un jean gris et que ça me permettrait d’avoir un peu une paire qui sort de l’ordinaire, sortir un peu des basiques au niveau sneakers.

    Voici le lien 🙂

    http://piola.lexception.com/fr/homme/chaussures/chaussures/33126510533-04RO-Sneakers-Chincha-Rouge

    Tiziano

  • BenoitBG

    Là dessus, je te rejoins totalement sur le fait d’assumer pleinement. Mais je pense qu’on entre dans un look qui ne peut être compris que dans un environnement culturel bien précis.

  • BenoitBG

    Hello,

    Oui, je vois très bien ce que tu veux dire avec ton manteau Wooyoungmi, la couleur en fait clairement une pièce forte… Plus que de codes très normés, c’est plutôt l’entourage et sa sensibilité à la mode et à la nouveauté qui peuvent provoquer des réactions assez particulières…

  • BenoitBG

    J’espère que non !

    (oui je fais du mauvais esprità

  • emmaya

    Salut Rafik, merci d’avoir pris le temps d’apporter une réponse précise à mon précédent message.

    « – Le propre d’une pièce forte est qu’elle se remarque très vite, mais cela ne passe pas forcément par un motif. Elle peut aussi se distinguer par ses couleurs, sa coupe, les jeux de matières… Mais elle résultera toujours d’un travail plus pointu et plus poussé qu’avec une pièce plus classique, ou un basique. »

    Je me posais la question parce que cet hiver, j’ai souvent porté un manteau de drap de laine rouge de chez Woo Youngmi (certes acheté à prix d’or..) La coupe est fantastique et la couleur très bien maitrisée. Pour moi, il s’agissait d’une très celle pièce. Mais pour certains de mes proches (et en particulier lorsque je suis passé sur Paris), il s’agissait d’une pièce trop forte, trop fantasque… J’ai l’impression que dès qu’il y a une rupture avec certains codes très normés, on est dans la pièce forte ..

    « – Il y a en fait énormément de facteurs qui font que ces dames ont plus de possibilités que nous ! Déjà, le nombre de types de vêtements qu’elles peuvent porter est plus important que le nôtre (robe, jupe, combi…, et je ne te parle pas des sous-catégories !). Au-delà de ça, je pense (c’est vraiment un avis perso) que d’un point de vue sociétal, il est plus facilement de voir une femme porter une tenue audacieuse, qu’un homme.
    Le dernier point déterminant, toujours selon moi, est qu’une femme est beaucoup plus libre niveau style : une tenue masculin-féminin ne choquera personne, mais pas sûr qu’il en soit de même avec un mec par exemple. 🙂 »

    +1, Les choses sont certainement en train de changer en douceur, avec le glissement de certaines valeurs (cf. votre article sur les cosmétiques pour hommes).

    – Les pièces fortes, en raison du travail qui est apporté à leur conception, sont effectivement plus chères. Et je suis tout à fait d’accord, si tu as un modèle qui y ressemble trait pour trait à 300€ de moins, autant opter pour celui-là ! Mais c’est un achat qui marche beaucoup au coup de coeur, on est plus dans l’émotion que le rationnel.
    Alors certes, certains pourront dire « ah ouais, le mec s’est payé un cuir à 2000 balles », mais c’est justement pour cela qu’il faut être « prêt » à porter une pièce forte, à assumer l’éventuel regard des autres, d’où l’importance d’aimer la pièce en question et de se sentir bien dedans !

    + Tout à fait.

  • emmaya

    Je voulais dire, reverrons-nous cette veste sur bonnegueule ? 🙂

  • Incroyable Hulk

    Je pense qu’il veut dire faire plus d’efforts pour la mettre en valeur (= trouver d’autres vêtements pour mieux l’accompagner).
    Pour répondre à ton commentaire précédent, non pas forcément, en l’occurrence, je n’ai rien contre cette veste en soi, je trouve simplement qu’elle est mal associée. Parfois, savoir porter une pièce forte ne consiste pas à l’atténuer, mais au contraire à l’assumer pleinement. Je crois que c’est très vrai pour cette veste.

  • une deuxième chance ? que veux-tu dire ?

    je compte la porter de temps en temps, oui, en mode cocktail 🙂

  • RafikBG

    Hello Nico,

    Merci pour ton retour, ravi que l’article t’ait plu !

    Le contraste que tu décris, entre le rendu sur le mannequin et une fois porté, est effectivement intéressant ! D’ailleurs, et au-delà de l’aspect « photo retouchée », une même pièce forte n’ira pas forcément à tout le monde, et je ne parle pas de morphologie ! La pièce forte est vraiment une continuité de ton propre style, elle traduit vraiment tes influences, et c’est pour ça qu’elle doit te correspondre :).

    Mais je comprends tout à fait ta réticence à en acheter sans avoir essayé, c’est vrai qu’avec une pièce particulièrement travaillée, il faut être sûr du rendu ;).

    Pour ce qui est des retouches que certains e-shops appliqueraient à leurs photos au niveau des vêtements, je t’avoue ne pas être informé sur la question. Mais cela mériterait clairement qu’on se penche la-dessus !

  • RafikBG

    Hello Emmanuel,

    Merci beaucoup pour tes compliments !

    Nous n’avons pas souhaité limiter le concept de pièce forte, je suis désolé si tu l’as compris ainsi. En fait, l’un des but de cet article était de donner des pistes pour porter une pièce forte, tout en amenant une réflexion sur une veste qui, comme tu l’as justement relevé, ne laisse personne indifférent ;).

    – Le propre d’une pièce forte est qu’elle se remarque très vite, mais cela ne passe pas forcément par un motif. Elle peut aussi se distinguer par ses couleurs, sa coupe, les jeux de matières… Mais elle résultera toujours d’un travail plus pointu et plus poussé qu’avec une pièce plus classique, ou un basique.

    – Il y a en fait énormément de facteurs qui font que ces dames ont plus de possibilités que nous ! Déjà, le nombre de types de vêtements qu’elles peuvent porter est plus important que le nôtre (robe, jupe, combi…, et je ne te parle pas des sous-catégories !). Au-delà de ça, je pense (c’est vraiment un avis perso) que d’un point de vue sociétal, il est plus facilement de voir une femme porter une tenue audacieuse, qu’un homme.
    Le dernier point déterminant, toujours selon moi, est qu’une femme est beaucoup plus libre niveau style : une tenue masculin-féminin ne choquera personne, mais pas sûr qu’il en soit de même avec un mec par exemple. 🙂

    – Les pièces fortes, en raison du travail qui est apporté à leur conception, sont effectivement plus chères. Et je suis tout à fait d’accord, si tu as un modèle qui y ressemble trait pour trait à 300€ de moins, autant opter pour celui-là ! Mais c’est un achat qui marche beaucoup au coup de coeur, on est plus dans l’émotion que le rationnel.
    Alors certes, certains pourront dire « ah ouais, le mec s’est payé un cuir à 2000 balles », mais c’est justement pour cela qu’il faut être « prêt » à porter une pièce forte, à assumer l’éventuel regard des autres, d’où l’importance d’aimer la pièce en question et de se sentir bien dedans !

    J’espère avoir pu répondre à tes questions ! Un grand merci en tout cas, je trouve la réflexion très intéressante 😉

  • Nico

    Très intéressant cet article.
    Le côté ce-que-je-vois-sur-le-mannequin-du-site-web versus mon miroir après achat est très frappant. Notamment pour des pièces fortes justement.
    Souvent on a l’impression qu’on va avoir autant la classe que sur les photos (retouchées), et finalement ben c’est pas aussi simple.
    Bref, les pièces fortes pour moi, c’est en boutique uniquement (ou sur internet après essai en boutique). Ce qui n’est pas forcément le cas avec les basics.

    Et sinon j’ai l’impression (mais c’est peut être à confirmer par l’équipe BG) que certains sites retouchent leurs vêtements avant photoshoot pour leurs e-shop.
    Par exemple, je trouve parfois que le fit des pantalons de costume est toujours nickel sur internet et quand il arrive à la maison il a l’air plus large.
    Les boutiques réelles font parfois ça aussi, on voit les vestes en vitrine bien taillées. Mais quand on regarde derrière, on voit qu’il y a plein d’épingles qui re-fittent la veste.

  • emmaya

    Carrément. Je me demande exactement la même chose, s’il ne faut pas jouer mieux jouer le jeu à fond. Mais pour ça, il faut aimer pleinement la pièce en question, arriver à se l’approprier, avant de l’assumer à 100 %.
    Geoffrey, est-ce que tu donneras une deuxième chance à cette veste ?

  • emmaya

    Une fois encore bravo à toute l’équipe pour la qualité de la ligne éditoriale et celles des articles. Le titre de l’article laissait augurer plein plein de bonnes choses 🙂 Et visiblement, cette veste ne laisse personne indifférent. Mais, je reste un peu sur ma faim .. Il me parait extrêmement difficile de limiter pleinement le concept de pièce forte, qui reste très relatif, très subjectif, non ?

    Plein de questions en tête 🙂
    # Est-ce qu’une pièce forte est forcément transgressive ? par opposition à une belle pièce ? ou un basique ? Bref, à partir de quand peut-on considérer qu’une pièce est forte ?

    # Qu’est ce qui fait que pour les nanas, le champ des possibles semble être beaucoup beaucoup plus large, en termes de motifs, de jeux de couleurs, voire de matières ?

    # Est-ce que le principal problème d’une pièce forte n’est pas surtout son prix ? .. A prix égal, c’est assez normal de privilégier une pièce plus « accessible », plus simple à associer.
    En plus de devoir l’assumer .., la pièce forte peut peut être donner l’impression de passer à la caisse plein pot ?

  • Je pense que c’est plus facile à dire qu’à faire 🙂

    Mais comme tu le vois dans les commentaires, certains détestent, certains aiment beaucoup… c’est le propre d’une pièce forte, non ?

  • Incroyable Hulk

    La plupart de vos conseils sont super bons, on sent que vous avez du métier et de l’expérience, mais sur ce coup-là, je ne suis vraiment pas convaincu. La veste est super osée, et je crois qu’au contraire de la calmer avec des trucs gris, il vaut mieux l’assumer complètement. Il aurait peut-être fallu par exemple un pantalon blanc qui remonte au-dessus des chevilles, des loafers bleu électrique, un t-shirt clair avec un travail particulier sur la matière, retrousser les manches, faire quelque chose avec les cheveux, pour que ça puisse donner quelque chose.

  • RafikBG

    Hello Gabriel,

    Que tu ais du mal avec la veste peut se comprendre, le style étant assez marqué. Plus globalement, les avis sont plus tranchés sur les pièces fortes que sur des pièces « mainstream ». 🙂

    Le but était de montrer comment on pouvait porter une telle pièce et, en extrapolant, une pièce forte en général. Sans oublier la réflexion sur le beau, qui est une notion extrêmement subjective.

    Il est normal que la veste ne remporte pas tous les suffrages, mais j’espère que le reste de l’article t’as plu 🙂

  • Gabriel

    Salut, j’ai aussi un peu de mal avec cet article. J’ai pas vraiment compris où tu voulait en venir. Déjà la veste (que je trouve pas terrible) j’ai du mal à la voir sur une tenue assez « basique ». Ça fait tâche sur la tenue alors que sur l’eshop avec le short et les chaussures de villes ça fait un style (que j’aime pas trop mais qui me choquerais moins dans la rue).
    Enfin j’ai toujours du mal à définir la pièce forte …

  • RafikBG

    Hello Antoine 🙂

    C’est un joli modèle, tu es bien niveau couleur et matière ! La coupe est peut-être un brin généreuse, mais rien de bien alarmant, elle reste un minimum cintrée. Tu peux y aller je pense 🙂

  • antoine

    Bonjour l’équipe
    que pensez-vous de cette veste de costume 100% laine ?
    http://www.galerieslafayette.com/p/veste+de+costume+en+laine+coupe+droite-briefing/34559252/230

  • tony42

    ok merci beaucoup ^^ je me renseigne et je vous enverrai un mail perso, je veux pas m’étendre ici dans un sujet qui ne concerne pas les chaussures ^^ mais merci beaucoup, au top comme d’hab 😉

  • Merci pour ton message.

    Pour le mannequin, baaaah, je suis comme je suis, idem pour le reste de l’équipe : on ne compte pas se faire remplacer par des mannequins.

    Je ne passe pas non plus des milliers d’heures sur mes tenues. C’est une pièce compliquée, j’ai fait au mieux avec ce que j’avais dans ma penderie pour illustrer l’article.

    Bref, on n’a pas les moyens titanesques des grands magazines, mais on joue le jeu avec une certaine transparence, en se montrant nous-même, et a priori ça parle davantage aux gens que du photoshop aseptisé.

    C’est simplement comme ça 😉 Bon, je retourne à mon bouquin de recherche fondamentale en pastis !

  • c’est une somme de facteurs : tendances, réceptivité du marché face à la nouveauté, marketing, portabilité, bon goût, etc. Il n’y a pas de réponse simple 🙂

    Mais là ça va loin, je doute que ça passe dans le domaine du grand public. Quant à Paul Smith, il n’a pas inventé la rayure, il en a juste fait une gimmick qu’on a associé à sa marque quand celle-ci a pris de l’ampleur.

  • hello Sam,

    Je pense que « la mode mérite d’aller aussi loin » seulement si tu en ressens le besoin et que ça t’amuse.

    Au delà, l’article ne t’y pousse pas. L’idée, c’était plus de vous dire « restez ouvert et impreignez-vous de ce que vous voyez autour de vous, en poussant aussi loin que vous voulez, ou pas »

    L’important est d’être spontané passé un certain stade, sans oublier ses bons acquis.

  • hello, ce sont des Heschung, plus rééditées. Mais on donne des pistes de marques ici :
    https://www.bonnegueule.fr/petit-traite-de-combat-boot-a-lusage-des-honnetes-gens-22/

    PS. on ne peut pas répondre à ce type de questions quand tu ne nous donnes pas un budget cible

  • tony42

    Salut, un peu hors sujet mais j’adore les rangers de la photo ci dessus. Où trouver des rangers et si possible dans cette couleur? merci

  • Sam

    Bonjour,

    Je me permets d’intervenir car je ne sais quoi penser de cet article. Il y a environ deux ans que j’ai commencé à lire BG, (félicitations au passage pour tout votre travail) j’ai pris du niveau, et ait trouvé une passion dans la mode, ou plutôt le vêtement…
    Aujourd’hui, je lis votre article, et je suis dérouté, la mode mérite-t’elle d’aller si loin ? Au delà du débat mode/vs/style, je pense que la mode, au même titre que la technologie, doit se faire discrète. Je ne parle pas d’une forme de sprezzatura, mais de quelque chose de vraiment naturel. Mais peut-être que l’élégance spontanée, presque instinctive, ne peut être atteinte qu’après être passé par des aspects plus techniques. Docteur Who ne pert pas de temps à se demander si son costume ira avec ses converses, le vêtement fait partie de lui, il reflète sa personnalité.

    Bref, je me suis surement très mal exprimé, mais je n’ai pas le temps d’organiser ma pensée. Au final ma question serait en quelque sorte : trop de mode tue-t’elle la mode ?

    Sur ce, a plus 🙂

  • Joseph B

    En lisant votre article je me suis posé une question, tachez de me faire part de vos opinions.À votre avis, quand ce genre de motifs particuliers (dans votre cas « psychédélique ») passe dans le registre de motif travaillé mais courant, est-ce une prouesse de la marque ou un phénomène inévitable d’une marque en expansion ? -je pense aux rayures multicolores typiques du couturier britannique Paul Smith-

    Cordialement,

    J.B

  • Sashimi

    Très bel et intéressant article.

    Par contre, ne le prends pas mal Geoffrey, mais je trouve les 2 premières photos de toi particulièrement pas valorisantes, ni pour la veste en question, ni pour le modèle (en l’occurence toi). J’arrive avec un regard extérieur, donc de « non-initié à la mode moderne »

    – l’association veste bariolée très habillée vs. pantalon + godasses rackettés auprès d’un élève en recherche fondamentale informatique, wtf ?

    – mention spéciale pour la première photo où la combinaison du stylisme / de la pose du corps bras & épaules en avant / expression faciale / coiffure te donnent un air penaud lendemain difficile auquel on imposé d’enfiler la veste.

    – Le stylisme, décidément je m’y fais pas, donne un effet « grand buste jambes courtes » pas sensas.

    J’imagine que l’idée des photos de vous-même que vous montrez sont pensées pour parler à Monsieur tout le monde et casser le code assez idyllique des modèles pro / mannequins taillés à la muscu, mais là ça fait plusieurs fois que cette dégaine « penaud » me frappe.

    Food for thought (ou pas).
    En tout cas, excellent travail rédactionnel, comme toujours.

  • très bonnes remarques 🙂

  • Mathieu

    Petit point à ne pas négliger : une pièce forte c’est marquant et pas forcément très versatile ni remplaçable trop régulièrement (rapport au prix), un peu comme une robe de designer pour ces demoiselles.
    L’effet de surprise joue à fond, mais gare à la lassitude. Pour un budget serré j’aurai tendance à mettre de la fantaisie sur des pièces / accessoires peu couteux / facilement renouvelables.
    (Mais la veste reste cool, faudrait juste pouvoir louer ce genre de trucs en fait 🙂 )

  • Rodolphe

    Je crois Cholera qu’il n’y a pas de réponse unique. Ca va dépendre de tes valeurs personnelles et de comment tu les hiérarchises.
    Est-ce que l’appartenance au groupe est plus importante que ton individualité ? Ou bien comment tu articules ces deux notions ?

    Il est assez clair que les êtres humains sont des animaux sociaux (rien que pour sa survie par exemple), donc le plan « je vis tout seul seul comme je veux au milieu de la forêt », je le laisse à ceux qui veulent ça. Il faut faire des choix et/ou des compromis pour vivre avec les autres.

    Mais même dans ce cadre (« je prends l’autre en compte »), je crois que notre espace de liberté est beaucoup plus vaste que ce qu’on croit. Dès qu’on laisse tomber l’importance qu’on accorde au jugement des autres et au risque d’être rejeté, on se rend compte qu’on peut faire plein de choses et que ça se passe beaucoup mieux qu’on l’aurait pensé.
    Tes potes ou ta famille te chambrent un peu au début pour ton nouveau look et puis 3 jours plus tard, il te disent en fait que ça te va bien.
    Au boulot, ta coupe de cheveux décolorée platine surprend la première journée et puis tout redevient comme avant très rapidement (mais pour info, il n’y a jamais eu autant de meufs qui m’ont abordé au O’ Sullivan que la première fois où je l’ai fait).

    Pour moi, ce n’est pas manquer « d’intelligence sociale » que de s’habiller en « foufou » (je reprends tes termes) si c’est pleinement assumé et choisi. La personne qui décide cela sait et a décidé de prendre les risques associés. Et si elle ne sait pas ce qui va se passer, mais qu’elle a décidé de le faire quand meme, elle peut vivre cela comme une expérience sociale où il y a quelque chose à apprendre.
    J’ai fait l’event mondial « No pants » dans le métro l’automne dernier et bien ça s’est super bien passé. Aucune raison de flipper. Ca faisait marrer les gens.

    Pour moi, il y a manque « d’intelligence sociale » si la personne vit sur son petit nuage en pensant par exemple qu’elle va pouvoir travailler dans une banque habillée en mode punk (je prends exprès un exemple tiré par les cheveux pour illustrer).

    Mais encore, à la limite, où est le problème d’essayer ? La personne va se prendre un mur et aura appris que ça ne marche pas : elle aura gagné en intelligence sociale à cette occasion.

    En fait, les questions que je poserais à quelqu’un qui veut bosser dans une banque habillé en punk sont plutôt : est-ce que tu es sûr que c’est ce métier que tu veux ? Quelles sont tes valeurs ?
    A priori, ça sent le conflit de valeurs : ordre vs rébellion, statut vs égalité, …

  • Mathieu

    Je suis bluffé. J’étais hyper sceptique sur la veste jusqu’à la dernière tenue en mode Las Vegas parano et maintenant j’adore 🙂

  • ten

    clairement portable!!
    d ailleurs si tu fais du L je te la rachète!!

  • corto maltese

    Article prometteur et très intéressant ! D’autres articles dans la même veine, pour « dédramatiser » les pièces fortes seraient top.
    ps: personnellement, même si j’aime bien ce blazer, je sais pas si je craquerais pour autant.

  • hello, le lien ne passe pas, envoie-le moi par mail stp (parfois Disqus tronque les liens trop longs)

  • Choléra

    Je pense aussi qu’une personne qui va trop loin manque d' »intelligence sociale ». Tout simplement parce que vivre en société implique beaucoup de codes nécessaires à la vie en groupe, et que le vêtement en fait partie (pour des raisons multiples et variantes selon les situations).

    Je trouve ça bien de faire le foufou avec son apparence, mais il faut malgré tout respecter certaines conventions (+ ou – strictes ça dépend du contexte bien sur) sous peine d’être complètement exclu du cercle social en question.

    Imagines l’affreux décalage et tout ce que ça implique de venir en look vraiment trop agressif-punk-street à une réunion de travail ou à un mariage! L’hypothétique personne qui oserait se retrouverait exclue. Disons qu’une certaine dose d’excentricité est possible, à partir d’une base très variable selon les occasions/groupes sociaux.

    Donc oui, à mon sens, il faut (hélas?) respecter
    -un minimum, s’agit pas d’être un mouton- les règles du cercle social dans lequel on évolue. Qu’en penses-tu?

  • Tilc

    Salut geoffrey j adore cette piece maos je ne sais pas avec quoi l accorder quel basique choisir ? A savoir que je prefere la capuche rabatue.
    http://www.luisaviaroma.com/index.aspx?#ItemSrv.ashx|SeasonId=58I&CollectionId=014&ItemId=2&VendorColorId=QkxBQ0s1&SeasonMemoCode=sale&GenderMemoCode=men&Language=&CountryId=&SubLineMemoCode=clothing&CategoryId=0&ItemResponse=&MenuResponse=&SizeChart=false&ItemTag=true&NoContext=false

  • Jérôme

    Je trouve que le gris tranche trop avec la veste. Rester sur une des couleurs vive de la veste pour le pantalon calmerait mieux la veste je pense…ce que fait très bien la chemise bleu ciel.
    Article super intéressant. J’ai pas encore vraiment testé les pièces fortes. Et l’humeur du jour joue bcp sur notre jugement.

  • je préfère ne pas la mentionner pour ne pas lui porter préjudice

  • Karim

    Effectivement c’est dommage pour BG. Néanmoins, pourrait-on connaitre la marque avec qui vous deviez lancer cette collaboration, mais qui n’a pas abouti?

  • on fait avec, ce sont les risques du métier, et au moins nous on peut récupérer nos sous (pas sûr de savoir qui paiera entre la marque partenaire et l’atelier)

  • hello,
    il y en a chez La Comédie Humaine

  • Laurent

    Nodus fait des chemises pas mal dans le genre aussi…
    Ceci dit j’en ai une (rayures multicolores très fines comme « peintes »), c’est une de mes préférées maintenant et je n’ai jamais eu de remarques dessus, comme quoi il faut se faire violence parfois ^^
    PS: à ce propos, vous ne sauriez pas où trouver des chemises à col officier svp ? J’ai beau chercher je n’en ai vu que chez The Kooples, je suis sûr que vous voulez m’éviter ça !

  • Florian

    Je parcours pas mal le site alors j’ai un peu l’œil ;).
    Coup dur pour les chaussures :(. J’espère qu’au delà du manque à gagner il n’y a pas de perte trop importante.
    Petite erreur de l’atelier mais grosse conséquence !

  • Rodolphe

    Ok, on est d’accord alors !

    Savoir ce qu’on fait, pourquoi on le fait, s’autoriser à jouer avec les codes, c’est un des plaisirs de la mode.

    « J’adore ça » quand des personnes qui me mettent dans une case en fonction du look que j’ai adopté ce jour-là découvrent qu’ils ont tout faux !!!

  • Etienne

    Je comprends tout à fait, l’art déco a un mélange d’audace, de classicisme, de classe et de simplicité particulièrement marquant 🙂 mais qui respire le raffinement et l’ouverture vers l’avenir… Et qui semble être marquée par le même esprit de renouveau et de révolution que le cubisme, le surréalisme (qui pour innovant qu’il était n’en fut pas moins pénible et laborieux dans certains de ses aspects littéraires). Pour confirmer ton propos il me semble que c’était Luc Ferry qui disait que c’était essentiellement dans les voitures et les carrosseries (jusque dans les années 60 tout au moins) qu’il y avait eu une recherche du beau au XXième siècle et pas tant dans l’art proprement dit :-).

  • Romaric

    J’ai trouvais l’article intéressant car là on passe dans un stade avancé de la mode , ce qui peut être un frein sur cette pièce c’est quelle occupe une grande partie de la silhouette et que l’imprimé possède beaucoup de couleur et des couleurs vives après le fait quelle soit bien taillée reflète que c’est une veste de créateur , après c’est leur travail d’aller loin dans leur création parce que en regardant un jeans gris on voit un jean gris alors qu’en regardant la veste on se pose beaucoup plus de questions , et je pense que pour commencer à porter des pièces fortes il faut préférer les couches qui sont en dessous un tee shirt entièrement imprimé serait calmé par une veste plus sobre mais ça resterait une tenue originale équilibrée et qui sort du commun .

  • merci Emilien, à bientôt !
    (n’hésite pas à te mettre une alerte sur l’eshop si tu ne veux pas le louper si jamais on le réédite)

  • merci Haddi, ravi de voir que de nombreux lecteurs comme toi ont saisi le message 🙂

  • merci Maxime !

  • hello Guillaume,
    C’est clair que ce n’est pas ma meilleure tenue (quoique je trouve qu’elle passe), mais ce que tu dis est plus facile à dire qu’à faire ahaha
    Par contre je la trouve très bien portée sur l’eshop, avec le short assorti.
    À bientôt,
    Geoffrey

  • Merci Etienne pour ton retour. Je te comprends très bien pour le parallèle avec l’art du XXième, je suis tout à fait d’accord (autant j’aime l’art déco, autant je déteste les cubistes !).

  • merci Éric

  • hello Flo,

    Rien ne t’échappe dis-donc !

    Pour les chaussures, l’atelier avec qui on travaillait s’est basé sur le premier prototype (pas du tout abouti) au lieu du dernier (celui qu’on avait validé) pour réaliser l’ensemble de la production. Cette erreur bête a donné une production finale dans laquelle on ne se retrouvait pas, et on a décidé de l’annuler en dépit du manque à gagner financier. Tant pis !

  • c’est pas encore sûr, mais on étudie cela en fonction des minima de production et de la matière disponible pour pouvoir le reproposer à un prix aussi intéressant que la dernière fois

  • elle est portable, lance toi ! 😉

  • on est bien d’accord

    sur l’intelligence sociale, c’était plus par rapport aux gens que tu décris, et non un jugement personnel 🙂

  • Rodolphe

    « Vous l’aurez compris : on a ici les cas où vous différencier sera socialement valorisant. Mais poussez la chansonnette un peu trop loin, et vous vous trouvez alors déconnecté du groupe, et c’est là que vous vous sentirez moins à l’aise, sentant que votre tenue passe alors pour un manque d’intelligence sociale. »

    Je recopie cet extrait parce qu’il symbolise à mes yeux une des ambivalences clé de la société française : soit différent de la norme, mais pas trop !

    Cette injonction est nettement moins prégnante chez les anglo-saxons. Il suffit de faire un tour à Londres pour se rendre compte que les gens s’habillent comme ils veulent sans que personne ne les juge. Ce n’est pas le cas en France où on catégorise les gens sur leur physique ou leur look.

    De ce simple constat, chacun en fait ce qu’il veut. Entrer dans le moule, s’autoriser une pointe d’excentricité ou être en dehors de la norme, chacun est libre en prenant en compte sa vie et ses objectifs.

    Je ne suis pas totalement d’accord avec le « manque d’intelligence sociale » d’une personne qui va « trop loin » : d’une part, une personne qui assume pleinement sa personnalité et son look même extrême sera rarement perçue comme manquant d’intelligence sociale (sauf pas les crétins), d’autre part est-ce que c’est si important que ça ?
    Est-ce qu’avant de penser à ce que les autres vont penser de nous, ne devrait-on pas penser à ce qui nous fait vraiment plaisir ?
    Et pourquoi les autres auraient-ils plus raison que moi ?

    En ce qui me concerne, le choix est vite fait. Si quelque chose me plait, j’essaye de passer outre le jugement de autres (pas toujours simple). C’est ma vie, pas la leur.

  • Steph75014

    A noter que Luisa Via Roma, outre qu’il offre un excellent service, propose systématiquement les petites tailles, et notamment le 44 en blousons de cuir (Balmain, Prorsum, RO etc). Idéal si vous voulez un cuir bien fitté, avec des manches gainées, et ne plus flotter dans des cuirs beaucoup trop grands avec manches parachutes

  • Merci, c’est exactement le genre d’article que j’attendais, je crois que je commençais à faire une overdose du mot « basic » ! D’autant que je me reconnais volontiers, j’avais cru faire une bonne affaire en achetant une chemise Vanishing Elephant franchement classe et originale (http://www.asos.com/Vanishing-Elephant/Vanishing-Elephant-Worker-Shirt/Prod/pgeproduct.aspx?cid=3602&clr=Blue&iid=2405689&pge=18&pgesize=20&sh=0&sort=-1&r=2) mais je n’ai jamais osé la porter. Je ne désespère pas pour autant.

  • EmilienO

    Article intéressant. Pour l’instant, je me cantonne à mes basiques car je trouve encore difficile de choisir ces pièces fortes…

    Je rebondis aussi sur cet article car j’ai cru voir une potentielle excellente nouvelle : votre jean gris qui me plait tant pourrait resortir …? Si oui je serai le premier intéressé !
    Bonne continuation.

  • Florian

    Wouah. Pour le coup tu as raison c’est polarisant ;). Mais en effet il ne faut pas s’arrêter à j’aime/j’aime pas. Mais comme Benoît je dirais que la pièce ne m’inspire pas grand chose, je ne m’y retrouve pas et elle n’est donc probablement pas pour moi.
    Autre chose : dans vos « teasers » de collab sur la droite du site, les chaussures ont disparues, c’est normal ?
    En tout cas merci d’aborder le sujet des pièces fortes de temps à autres !

  • JeanPaulTarte

    Moi je la trouve cool cette veste! bon éviddement je ne la porterai pas, mais en tout cas je trouve que l’association des couleurs est mal choisit. Un bon vieux jean brut et un tshirt blanc ca aurait été beaucoup mieux à mon avis

  • Wilfried

    Le sujet de cet article est très intéressant. Je trouve ce blazer affreux, ceci dit il illustre bien la notion de « pièce forte ». Au final cet article est très instructif, merci bonne gueule !

  • ERIC

    Geoffrey, je bloque sur cette veste. En revanche, l’article est super, merci.
    Personnellement, je trouve que c’est dans le dernier look que la veste passe le mieux : un look full gris + sneakers lanvin la veste rajoute une touche (très très) originale ^^!

  • Etienne

    Et moi quoi trouvais déjà assez osé ce modèle de Still Good: http://www.still-good.com/home/39-composition-tee-.html (quoique manquant un peu de couleur)… A la vue de cette veste, je peux aller me rhabiller :-). Mais en effet, si d’un point de vue purement esthétique elle ne me sied guère (après j’ai un peu de mal avec les motifs camouflages et compliqués en général), elle est « challenging » pour ce qui est de l’associer et elle interpelle celui qui te regarde.
    Par contre article très intéressant qui aborde plusieurs points:
    1. Ce que l’on ressent devant un vêtement et pourquoi on le choisit: la silhouette, l’allure, le motif etc.
    2. L’image que l’on véhicule avec ce vêtement et plus généralement avec notre manière de nous habiller (voire de se comporter etc). Et donc l’importance du contexte dans lequel on le porte; sans pour autant trop se brider :-): sinon je ne porterais pas votre jean, ni de tee-shirt Sixpack… Trop précieux, efféminés etc (quand à les porter avec des grosses boots Paraboot malheur ça plonge certains dans le désarroi absolu :D)
    3. Comment on peut porter une pièce forte et lui permettre de pleinement s’exprimer tout en ne faisant pas fuir la moitié de la population ;-)?
    4. Est-ce que ce qui est intéressant est forcément beau? Et ceci n’est pas valable que dans l’habillement mais aussi dans l’art. C’est notamment ce que nous pouvons voir avec l’art du XXème siècle où les innovations ont été énormes. Mais si philosophiquement, techniquement, Max Ernst, Picasso dans sa période cubiste, Dali et consorts ont énormément apporté par leurs oeuvres, la sensibilité de beaucoup sera plus touchée par Sieff, Gauguin, Dix, Monet etc. (désolé si je suis peu clair mais c’est dur de formuler cela à l’écrit).

    Bref merci pour cet article intéressant pour cette fin de week-end et qui en outre change l’image que j’avais de Uniforms for the Dedicated que j’assimilais à un Homecore à peine plus osé :D.

    Joyeuses Pâques à tous,

    Amicalement,

    Etienne 🙂

  • Gui

    Bon je vais faire le salaud critique, excusez moi

    Très bon principe d’article mais tes tenues sont à revoir
    Intrinsèquement, la pièce est cool

    Mais ya deux façons de s’en servir, comme tu l’as dit

    La première, la plus évidente même si on dirait pas, c’est de faire un assemblage improbable de motifs/textures/imprimés, du streetwear WTF, 10Deep pour l’exemple, mais c’est pas trop trop l’esprit BG

    Bien plus difficile t’as l’approche avec des basiques, et là clairement, tes tenues sont pas les plus heureuses. Ça demande un assemblage extrêmement harmonieux (souvent atteint par Photoshop d’ailleurs), mais regarde ta tenue à posteriori même dans qq mois hein) et tu vois que le gris, non, n’est pas bon en toute situation, ici, il attriste ta tenue, cette putain de veste est faite pour puncher, tu dois ressembler à une oeuvre d’Andy Warhol, à une symphonie de Mozart !

    Là je vois un plat fade bourré d’épices pour avoir un peu saveur, mais non c’est pas bon.

    PS : Désolé pour la critique cinglante, vous avez plein de bons côtés

  • gabriel irlande

    j’aime ce blazer mon dieu, même si je ne le porterais pour rien au monde ^^
    en fait il y a 2 choses qui me chiffonnent : la première c’est que la silhouette m’apparait floue… problème de vue ou pas ? En tout cas je pense que j’aurais mis un pantalon plus foncé, ou quelque chose qui remette la silhouette d’aplomb. Par exemple le pantalon gris + les sneakers grises… je trouve que ça marche pas. Peut-être que le fond joue aussi ^^ Bref, je pense que la pièce aurait pu être mieux intégrée ! Ca marche déjà mieux sur la photo avec tes lanvins je trouve, mais j’aurais pas mis le sweat gris avec le pantalon dans ce cas.

    Ensuite, là je pense qu’on y peut pas grand chose, que c’est l’esprit de la pièce, mais je trouve que les couleurs rendent l’ensemble très froid !

    Voilà, en dehors de ça très bon article, et je vote pour ce blazer 😉

  • Maxim Hinz

    Je me retrouve complètement dans le propos de l’article, ça confirme mon ressenti intuitif vis-à-vis des pièces fortes en général.
    C’est le genre de papier que je suis vraiment content de pouvoir lire sur Bonnegueule, et pour ceux d’entre nous qui vous suivent depuis aussi longtemps que moi ou plus il est très agréable de voir le contenu des articles évoluer en même temps que nous. Continuez comme ça !

    Sinon rien à voir mais le blazer MG est terrible, je pensais pas trouver un jour quelque chose d’aussi stylé ET supportable sous le soleil bordelais 😉

  • Haddi Lam

    J’adore le message que vous essayez de véhiculer. c est plutôt intéressant d’explorer des univers inconnus, difficiles à apprivoiser plutôt que de se satisfaire(ou de se complaire, comme vous voulez) dans des codes vestimentaires maitrisés,certes efficaces, mais qui peinent à se renouveller. ça en devient ennuyant… En comparaison, quand on regarde l’évolution de la mode féminine, avec par exemple l’introduction des blazers et des pantalons par YSL y a 50 piges, qui avait pas mal fait d’émules à l’époque mais qui, au final, s’est inséré parfaitement dans leurs habits de tous les jours, et bien je trouve qu’on manque d’audace dans la mode masculine. Qu’on est de gros frileux quoi. Enfin c’est juste un avis, je précise au cas où… 😉

  • EmilienO

    Article intéressant. Pour l’instant je ne m’aventure pas trop sur le terrain des pièces fortes par manque d’expérience…
    Je voulais aussi rebondir sur la potentielle resortie du jean gris qui me ferait super plaisir (tellement j’apprécie porter le BG 1.1) !
    Bonne continuation

  • j’espère que le reste de l’article t’a quand même appris des choses 🙂

  • moi j’ai du jus de gariguettes plein les doigts, ça a été un massacre hahaha

  • merci pour les encouragements 🙂

  • oui, je pense que c’est comme ça qu’il faut le prendre… mais même Benoît à concédé que la veste pouvait avoir un intérêt (bon okay, il avait un peu bu aussi) ^^

  • Raph

    D’habitude, c’est dans tes looks que je me retrouve le plus, mais là, comme Benoit, je bloque 😮 Mais il n’empèche que c’est un article très intéressant, a contre courant de ce qu’on a l’habitude de lire, et qui cultive donc notre ouverture d’esprit !

  • Choléra

    C’est pour ce genre d’articles excellents que je suis bonnegueule. Et je trouve ça très pro d’avoir joué le jeu à fond en choisissant cette veste fort à propos, plutot que de te choisir les Lanvins basiques pour ta collec!
    Effectivement, la notion de beau/piece forte/décalé est 100% relative au milieu dans lequel on évolue. D’ailleurs dans mon milieu pro, porter une cravate me ferait (helas) passer pour un excentrique pédant et précieux… Amusant.
    Par curiosité j’aurais aimé beaucoup plus de photos de tes expérimentations avec ce blazer, ça serait interessant pour tout le monde non?
    Bon, personnellement je le trouve odieux ce blazer, mais ça ne change rien 😉

  • DGreenleaf

    Ce blazer … j’ai vomi ( désolé c’est subjectif mais là c’est surement l’une des pires choses vues ici )

  • Choléra

    Du poulet à paques? Païen!

  • aaaahhhh, enfin quelqu’un qui s’y connait en accords mets-alcools-articles !

  • Olivier

    Merci pour cette article de fond qui, en plus d’être très intéressant avec ses exemples concrets, tombe pile à l’heure du poulet (et du pastis) 😉