Test : Bernard Zins, l’ingénieur du pantalon haut de gamme

/

Les marques de luxe sont omniprésentes. Publicités, parfum, maquillage et célébrités véhiculent le rêve et l'admiration de beaucoup.

Romain nous régale régulièrement de sujets très poussés sur l'industrie du luxe et récemment, nous nous sommes penchés sur un test de Louboutin.
Mais BonneGueule a aussi pour rôle de découvrir de bonnes marques dont on parle peu, avec la volonté de vulgariser la mode à travers des analyses de défilés, des décryptages de tendances et bien d'autres sujets.

Alors dans la même veine, je vais vous parler d'une marque qui a beaucoup fait pour le luxe : Bernard Zins.

Découverte et histoire de Bernard Zins, pantalonnier de luxe

Une marque ancrée dans l'innovation

Fondée en 1967 par Bernard Zins, la marque éponyme s'est longtemps illustrée dans la fabrication de pantalons homme haut de gamme.

Certains modèles étaient d'ailleurs réalisés sur-mesure, comme chez le tailleur. Sa réputation l'avait même conduit à collaborer avec des grandes griffes de mode réputées.

Carte d'identité Bernard Zins

Encensée par les communautés de tailoring les plus pointues, l'entreprise Bernard Zins a pourtant connu de gros déboires, qui ont parfois bouleversé son histoire et auraient pu entraîner sa chute.

Aujourd'hui, elle existe encore grâce à l'acharnement et à la passion du fils de M. Zins, qui a su reprendre l'entreprise et lui insuffler un souffle nouveau, mais aussi à une clientèle fidèle qui a bien accueilli cette reprise.

Diplome Bernard ZINS

Ce diplôme d'ingénieur est très important pour la suite de l'histoire.

Des pantalons avec une approche d'ingénieur

Bernard Zins obtient son diplôme d'ingénieur de l'École Nationale des Arts et Métiers d'Angers en 1947 et c'est dès 1959, après un voyage aux États-Unis, qu'il propose une nouvelle conception industrielle du pantalon : il y intègre une ceinture extensible qui va révolutionner la confection industrielle.

Pour ne pas s'arrêter là, il crée sa manufacture de pantalons haut de gamme à Lens en 1967 et un showroom à Paris, rue de Birague dans le 4ème (toujours le même à l'heure actuelle !).

Rapidement, cet ingénieur passionné va déclencher une série de changements dans la confection textile jusqu'à devenir l'emblème d'un savoir-faire. En effet, Bernard Zins a apporté une dimension de maîtrise industrielle toute nouvelle pour l'époque, multipliant les innovations sur tous les points de qualité : doublures, braguettes, montages, poches, plis, coutures invisibles, passants...

Fiche Technique Zins

Les fiches techniques sont essentielles à la conception du vêtement.

Les grandes marques de luxe n'y échapperont pas et vont alors s'intéresser de près à lui.

Lanvin, Balmain, Saint Laurent, Chanel et même Hermès (toujours les mêmes) vont confier leur production à la société Bernard Zins. "Le génie des créateurs est de déceler les besoins, notre rôle est de les interpréter" comme il disait !

À ce moment-là, l'entreprise emploie plus de 500 personnes et diffuse un savoir-faire "tailleur" adapté industriellement. Pragmatique, Bernard Zins dira "l'important est d'adapter les machines qui aident la main, sans jamais nier l'homme".

pantalon à chevrons Bernard Zins

Un tissu Herringbone (proche du chevron) très présent sur cette sélection Bernard Zins.

En 1999, après trois décennies à la pointe du pantalon, le Printemps Haussmann consacre une exposition en l'honneur du savoir-faire Bernard Zins : "les 30 ans du Pantalon". Pour l'occasion, les modèles les plus emblématiques sont réédités ; Louis Vuitton, Arnys, Yohji Yamamoto, ...

Cela peut vous paraître comme du name dropping, mais Bernard Zins a marqué tout une époque de la mode et a engendré un tournant radical dans de nombreuses applications industrielles. D'où ces multiples collaborations.

Une marque qui renaît progressivement

Les contraintes budgétaires du luxe ont pourtant failli causer la faillite de l'entreprise : cette industrie assez volage se tournant vers des alternatives de fabrication moins coûteuses. Les marques décident alors de ne plus travailler avec l'entreprise Bernard Zins. À la suite de quoi, celle-ci décline et ferme son unité de production de Lens.

Ce n'est qu'en 2006 que l'entreprise reprend timidement le développement de la marque éponyme au Japon puis, progressivement, à l'international en réanimant une nostalgie chez les connaisseurs, et un intérêt chez les plus jeunes.

À ce jour, l'entreprise compte une trentaine d'employés et réinvente les signatures stylistiques des collections, progressivement, loin des volumes de ventes d'autrefois.

détails pantalon Zins

Certaines finitions devraient vous être familières...

Nous allons aborder les détails présents chez Bernard Zins plus bas, mais je profite de cette image pour attirer votre attention sur les passants de ceinture : ce sont des passants "à cheval". Ils sont "pris" dans la hausse de ceinture, vous remarquerez que cela ne figure pas partout 😉

Les pantalons Bernard Zins coupés au scalpel

BZV3, BZV2, ... Ça vous interpelle ? Oui, un peu comme un nom de fiche technique obscure.

N'oubliez pas que la marque a été créée par un ingénieur. Ce sont en fait les noms des coupes proposées chez Bernard Zins, avec chacune ses spécificités.

BZV2

Pantalon en lin et soie Bernard Zins - Coupe BZV2 - 290 euros

La coupe BZV2, semi-ajustée, donne de l'ampleur et un joli tombé sur la chaussure. La matière est également très étonnante et un régal au toucher. Je recommande cette coupe pour ceux qui se sentent inconfortables dans un pantalon trop près du corps.

BZV3

Pantalon en gabardine de coton stretch lavée - Coupe BZV3 - 220 euros

La coupe BZV3 est beaucoup plus ajustée, la jambe est affinée. Plus moderne, on voit le modèle porter des sneakers et ce n'est pas par hasard. La matière stretch permet d'utiliser ce pantalon partout où vous irez, sans vous soucier des tensions du tissu.

Une catégorie particulière supplémentaire est le pantalon spécial voyage (à retrouver en partie test). Une coupe et une matière voulues pour un port formel et un confort à tout épreuve.

Une marque qui s'adapte à sa clientèle de voyageurs en développant une gamme spécifique à cet usage marque forcément des points. La matière n'a absolument pas un toucher synthétique. Elle est pourtant très stretch et réagit très bien aux tensions, froissage, éclaboussures...

Le goût de Zins pour les belles matières

Faire un pantalon haut de gamme homme n'a rien de facile. À quoi bon une coupe parfaite si la matière utilisée ne permet pas de garder le pantalon une partie de sa vie ?

tissu pantalon bernard zins

Les reflets sur la matières parlent d'eux-mêmes.

Flanelle Bernard Zins

Un pantalon en flanelle pure laine grise avec ceinture et détails de poches "poivre et sel".

La confection d'un pantalon haut de gamme

L'extérieur est très soigné : aucun fil ne dépasse, tout est très régulier.

Mais qu'en est-il de ces détails invisibles qui contribuent à l'aspect final du pantalon ?

Envers pantalon Zins

Notez le système d'attache et la bande de satin à la braguette finissant joliment le produit.

Il faut savoir qu'à chaque étape de sa fabrication, celui-ci est repassé. Cela permet de "pré-casser" le pli avant le montage, c'est un travail plus facile, mais plus long.

Ensuite, le pantalon est travaillé "en suspendu", il ne sera pas chiffonné. C'est un point particulièrement important, démontrant le respect du produit et de l'étoffe jusqu'au bout.

Pour respecter la matière, le tissu est travaillé "à sens" : les parties avant et arrière du pantalon sont découpées dans le même sens. Ainsi, les deux parties ont strictement la même texture. Cela paraît évident, mais ne l'est pas tant que ça, car plusieurs manières de découper la matière pour un pantalon existent :

  • Découpe tête-bêche :
découpe tête-bêche pantalon

Voici comment 99% des marques découpent leurs tissus. #économie

La découpe est faite "tête-bêche" pour éviter de trop grosses pertes dans le tissu, mais au montage, les motifs ou les reflets ne correspondent pas.

Dans cette étape, il est également possible de découper la pointe du pantalon dans une autre partie du tissu, pour la raccommoder ensuite, par souci d'économie là encore. Cela s'appelle une "pointe rapportée".

  • Découpe "à sens" :
Découpe A sens

La découpe utilisée chez Bernard Zins, sans pointe rapportée - Crédit photo : omocubriruncuerpo.org

Cette configuration est plus coûteuse car les pertes de matières sont plus importantes, mais on a l'assurance que l'avant et l'arrière correspondent parfaitement. Exemple avec les pantalons à carreaux, où les motifs sont raccordés horizontalement et verticalement à la main, de manière symétrique.

Pour être rigoureux, le pantalon est également travaillé en droit-fil en chaîne et trame : le sens des fibres est respecté, que ce soit verticalement (chaîne) ou horizontalement (trame). Autrement, la jambe peut vriller.

Bernard Zins Carreaux

Les motifs sont raccordés à la main

Les morceaux ainsi découpés sont ensuite cousus avec du fil texturé, pour un rendu final plus esthétique, au lieu de l'habituel "fil mousse", moins cher. Ce sont d'ailleurs 300 mètres de fil qui sont utilisés par pantalon.

Pour la confection d'un pantalon Bernard Zins, ce sont 60 minutes de travail contre 24 minutes sur un pantalon moyen de gamme. Soit environ deux fois plus de travail.

Bernard Zins applique une technique de surfilage à l'intérieur des sacs de poche pour un confort supérieur, évitant que les fils ne se désolidarisent (technique très rarement utilisée pour des poches).

Vous pouvez retrouver les caractéristiques complètes des détails de montage sur le site de la marque (note de Benoit : ne passez pas à côté de cette partie de leur site Internet, c'est très intéressant ! ).

Test des pantalons Bernard Zins

À mon tour, j'enfile un pantalon qui faisait s'exclamer les clients de l'époque. "Monsieur Zins, vos pantalons marchent tout seuls ! " - une célèbre anecdote de la marque, aujourd'hui imprimée dans les cabines d'essayage.

Nous avons déjà abordé le sujet du techwear chez BonneGueule, en présentant les marques qui développent des gammes de vêtements conçues pour le confort de l'utilisateur en tout temps (multi-poches, déperlance, stretch...).

C'est avec cette même volonté de confort que Bernard Zins a conçu la gamme Voyage. Allier un design en tout point commun à un pantalon habillé, portable avec une veste de costume, mais avec une matière à 40 % synthétique.

Surprenant ? Voyez plutôt...

Le pantalon "spécial Voyage" BERNARD ZINS - 240 euros

Une fois enfilé, j'ai l'impression de porter un sweatpant pour le confort, et un pantalon tailleur pour son élégance indéniable. Comment diable ont-ils réussi cette magie ? 😉

C'est une coupe BZV2 en taille 38, alors que je porte habituellement du 40 sur ce type de pièce. Il ne me serre pas à la taille, c'est extrêmement confortable. Et pourtant, il tient parfaitement sans ceinture. Il est aussi auto-défroissable et anti-tâches !

pantalon technique bernard zins

La matière réagit comme pour un pantalon en laine

Le pantalon est composé à 60 % de laine, 30 % de polyester et 3 % de Lycra (la composition change suivant les saisons). Si le synthétique est à proscrire pour la plupart des vêtements, il est indispensable aux pièces techniques.

Fit pantalon Bernard Zins

Une coupe optimale sans excès de matière ni plis disgracieux.

Stretch pantalon voyage bernard zins

Un sacré stretch !

J'ai porté ce pantalon plusieurs mois dans de nombreuses conditions, et je peux vous dire qu'il fait honneur à sa dénomination "voyage". Les montées de marches (dans le métro hein, pas à Cannes) n'ont causées aucune gêne. J'ai aussi ressenti l'effet thermorégulant de la laine en ne subissant pas de chaleur excessive, ni d'inconfort à cause d'une étoffe qui gratterait.

En résumé, ce pantalon s'adapte à mes mouvements sans problème, et présente des détails tailleur qui n'ont rien à voir avec un pantalon strech commun. Il a l'aspect de la laine mais un confort supérieur à celle-ci.

Ce pantalon Spécial Voyage Toutes Saisons est proposé au prix de 240 euros. Faites le calcul, d'autres marques vous l'auraient vendu deux à trois fois son prix. Et c'était le cas à l'époque de la sous-traitance Zins !

Des pantalons avec le souci des finitions

Pour rendre hommage au travail apporté à ce pantalon, j'ai voulu vous montrer des détails haut de gamme.

Passant ceinture Bernard Zins

On retrouve les passants à cheval, d'une grande élégance.

Bande de propreté pantalon Bernard Zins

Une bande de propreté dont la couture est dissimulée sous un liseré de satin.

Point D'arret pantalon Bernard Zins

Le point d'arrêt est situé en haut et en bas de la poche.

Attache pantalon zins

Le système d'accroche du pantalon est appelé "crochets canon de fusil".

Mon avis sur les pantalons Bernard Zins

Un plaisir immense de voir le pionnier du pantalon reprendre du poil de la bête. C'est une marque pleine de surprises, de passion et dont la démarche qualité est des plus poussées dans le domaine du prêt-à-porter.

tissus bernard zins

La multitude d'échantillons qui jonche le bureau de création.

Une seule adresse : la boutique Parisienne de Bernard Zins (mais vous pouvez aussi leur envoyer un email en cas de question). Vous allez tomber pour leur gamme Hiver avec des chevrons, des tartans et j'en passe ! Ils ont aussi un e-shop 😉

Un petit bémol cependant, j'ai eu du mal à comprendre les suites de lettres dans les descriptions produits ! GG signifie que les passepoils des poches-montre et poche arrière-droite sont en Gros Grain. Le TF pour Tissu Fantaisie aux mêmes endroits, et OC pour Opposition Ceinture.

Rien de bien méchant, mais il est toujours agréable de savoir que la marque prend même la peine d'inclure les détails principaux du pantalon dans son intitulé.

Bref, cette marque est un vrai morceau du patrimoine textile français et, au delà de ça, la grande variété de coupes et le savoir-faire de Zins font que vous trouverez forcément un pantalon adapté à votre morphologie.

Mur chinos Bernard Zins

Mur de chinos !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Hello Amine,
    Hélas tout se paye toujours, mais sur des gammes autour des 150 € tu as Marchand Drapier, GANT, RRL par exemple

  • Harvey Specter

    Merci Rémi pour cet excellent article qui présente cette belle marque pas très connue.

    Quant à moi, je l’ai découverte il y a un an suite à une commande sur ChicTypes, j’ai reçu un BZV3 en camel, taille 42.
    Bilan après un an : malgré le fait de ne pas l’avoir porté très souvent (une à 2 fois par semaine en fonction de l’humeur), le pantalon reste aujourd’hui intacte et n’a pas changé ! Autant vous dire que c’est du solide… Ce que je regrette par contre, c’est le prix à payer aujourd’hui pour en avoir un. 220€, alors que j’avais payé le mien 139€…

    Du coup, je me demande où est-ce que je peux trouver des pantalons similaires pas aussi chers ? Je recherche un joli chino coupe ajustée en noir. Si vous avez des marques à me conseiller, je suis preneur !

  • Benoit – BonneGueule

    En pantalon piqué, tu trouveras ton bonheur chez Louis Purple ou Boggi.

  • RemiBG

    Merci HaricotViolet 🙂 La marque vaut le détour, tu ne regrettera pas de t’y attarder ! Et oui, les articles BonneGueule nécessite un solide travail d’investigation et un travail d’équipe tout aussi solide pour la relecture/correction/photos, …

  • RemiBG

    Beau compliment en ce qui me concerne, merci Foued, toute l’équipe fait son maximum pour toujours proposer un contenu de qualité adapté aux attentes de nos lecteurs. A te lire !

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour Foued !

    Par curiosité, qu’est-ce qui te déplaisait dans les derniers articles ? 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Haricotviolet !

    Super gentil retour, Rémi va être ravi 😉

  • RemiBG

    Oui, tu downsize car le stretch va bien réagir.
    La coupe BZV3 est proche d’un semi-slim BG, en terme de coupe, j’aurais dû mal à dire les différences de coupe flagrantes, peut-être que tu peux te rapprocher de la marque pour connaître les détails sur leur coupe ? La coupe BZV2 s’éloigne du semi-slim donc à mon avis ta question ne concerne pas cette coupe là.

  • RemiBG

    Hello, merci pour ton retour. Je fais du 48 sur le pantalon gris BG et j’ai enfilé un 38 pour le pantalon Voyage (donc avec du stretch). Mais dans une toile classique, je fais un 40 chez Bernard Zins. La coupe qui correspond au pantalon BG est la coupe BZV2, plus classique. La BZV3 étant plus urbaine.
    J’espère t’avoir répondu correctement, dans tous les cas, tu peux toujours affiner ta recherche en écrivant directement à la marque et en communiquant tes mesures. Ils sauront te guide en fonction du pantalon que tu souhaites.

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est pas dit de façon très délicate mais l’idée est là. 😉
    Il faut tenir compte de son entourage comme de son envie de s’affirmer, et trouver l’équilibre 🙂

  • Sashimi

    Ca dépend si tu fréquentes Janson de Sailly ou une ZEP :o)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Brice !

    Oui pour les pantalons en laine il ne faut pas jouer au super héros haha.

    ====> Direction pressing 😉

  • Cédric

    Oui comme dans beaucoup de domaine, pratiquant le VTT, je suis bien placé pour savoir qu’à un moment donné, pour gagner 10 grammes sur une pièce et bien il faut allonger 50 à 200e de plus, etc.
    Sinon pour en revenir à l’article, superbe comme toujours ! J’en avais eu vent rapidement sans m’y attardé au vu des prix mais, grâce à vous c’est fait, merci beaucoup.
    J’ai quand même une pensée triste pour les autres grands noms qui malheureusement ont disparus et parfois avec eux, leur savoir-faire unique :(.

  • j’avoue 🙂

  • RemiBG

    Salut François ! C’est avec grand plaisir. Et en effet, la boutique Aubercy est à quelques mètres seulement du flagship Zins !
    En effet, j’ai essayé de transmettre cette prise de conscience quant à la reprise de flambeau et au second souffle de la marque qui méritait largement un article sur BonneGueule. C’est une belle image de phénix renaissant de ses cendres pour Zins. 😉
    A ta dispo pour un petit tour dans le coin à la (re)découverte de toutes ces belles marques que tu cites. A très vite

  • RemiBG

    Merci pour ton retour Antoine, il est important, pour comprendre le Présent d’une marque, d’en connaitre le Passé. Cela ne donne qu’encore plus envie de découvrir une marque qui ne trouve pas, aujourd’hui, d’équivalent sur ce rapport qualité/prix.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton commentaire Antoine 🙂

  • RemiBG

    Merci Julien 😉 Une petite coquille en effet, mes infos dataient du modèle précédent. A très vite !

  • RemiBG

    J’ai eu exactement le même avis que toi « enfin une matière technique portable dans un contexte formel ». Je ne savais même pas que cela existait. Bien entendu, cela à un prix mais le côté positif et qu’il reste dans la gamme de prix la plus accessible de la marque (quand on sait que certains pantalons dépassent les 300e).

  • RemiBG

    Merci Abdelhamid, je confirme que les chinos sont très intéressants également. J’aurais pu rallonger encore l’article pour en faire l’éloge mais il faut savoir rester concis ! Tu as très bien résumé l’esprit de la marque entre technique et élégance avec de l’originalité maitrisée 🙂

  • RemiBG

    Le port du pantalon est autorisé ! Attention à ne pas le prendre trop « clivant » au début, c’est à dire à double pli à l’avant, à tartan et autres détails très visibles. Mais, comme on peut le voir en illustration, une coupe BZV2 en chino va très bien avec des sneakers. Il n’est pas interdit d’imaginer que l’effet serait très sympa avec de la laine !

  • RemiBG

    Hello Chris, même si tu ne trouve pas la valeur ajoutée flagrante, je t’invite à te renseigner sur les étapes de fabrication de la concurrence du domaine que tu évoques. Je suis sûr que nous aurons de belles surprises. La valeur ajoutée est davantage « cachée » mais se fait bien plus réelle quand tu vois que le pantalon résiste aux lavages, stress, tensions et autre… Merci pour ton commentaire 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello François !

    Merci pour ton commentaire 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Julien !

    En effet on nous l’a signalé, on va corriger ça 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour François ! 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Martin !

    Il n’est pas prohibé. Tout dépend de ta volonté de l’assumer. C’est sûr que tu te démarqueras, mais au fond, si c’est ce que tu recherches, pourquoi pas ? 🙂

    Et puis tu verras au final en l’espace de quelques années que les regards étonnés se mueront vite en envie.

    Qu’est-ce que tu recherches comme conseil en particulier ? A part choisir ton pantalon à ta taille et avec la bonne coupe, je ne vois pas 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton commentaire Demosthene 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Chris !

    Merci pour ton commentaire.

    Pour ce qui est du prix sur les chinos, il faut savoir que quand on pousse dans le très haut de gamme, le prix grimpe de plus en plus en plus pour des choses que l’on peut finir par considérer comme des détails. (En d’autres termes, la différence entre un pantalon à 20 et 70 euros est bien plus marquée que celle entre un pantalon à 70 et 120 euros, par exemple.)

    Merci d’avoir signalé la coquille, on s’en charge 😉

  • Abdelhamid Niati

    .;) Yes Nicolo. c’est un plaisir

  • Nicolò – BonneGueule

    Abdelhamid a encore frappé avec un commentaire sympa et constructif ! 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton commentaire Hervé 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Ibrahim 🙂

  • Ibrahim

    Merci à vous pour cet article.
    Très bonne découverte. Comme toujours.