Dossier : Le cordovan, un vrai cuir de bonhomme

30

Disclaimer - Laurent est un de nos lecteurs (et amis) de longue date. Comme il n'avait aucune chasse à l'alligator de prévue le mois dernier, il nous a spontanément proposé ce très bel article. Et on l'en remercie !

--

Ah les souliers… Selon certains, il est indispensable d’en posséder au moins deux paires : une marron, pour une tenue un peu smart ; et une noire, pour aller avec les occasions formelles.

Pour d’autres, c’est plutôt une grande histoire d’amour, de savoir-faire et de cirage. Pour satisfaire ces derniers, il leur faut : des Richelieu, des Richelieu à plastron, des full brogues, des balmorals, des double boucles, des brodequins, des bottines à boutons marron, cognac, bordeaux, en cuir grainé et, enfin, en cuir cordovan.

En cordovan ?

Nouvelle image bitmap 1

Avec une telle paire, comment peut-on ne pas tomber amoureux ? 🙂

Vous avez sûrement entendu parler de ce terme, le « cordovan », qui est souvent employé pour désigner le cuir de cheval ou de poulain. Mais détrompez-vous, car derrière ce nom se cache toute une histoire et un savoir-faire que j’aimerais vous faire découvrir dans cet article.

De l'Espagne aux Etats-Unis

Etymologiquement parlant, le terme « cordovan » provient de « cordobán » qui veut dire « de Cordoue » (Córdoba en espagnol). A la fin du XVIe siècle, le cordovan était employé pour désigner un cuir de chèvre traité par un tannage végétal. Ce cuir était utilisé par les artisans cordouans pour fabriquer à la fois des décorations murales, des coffres ou encore des armures ornées.

Ce n’est qu’à partir du XIXe siècle que le mot cordovan fut utilisé pour désigner le cuir de cheval. Les Allemands, qui maîtrisaient l’art du tannage du cordovan, l’appelaient d’ailleurs « Spiegelware ». Ce mot signifie littéralement « marchandise miroir » (« Ware » voulant dire marchandise et « Spiegel » miroir) et fait référence à l’aspect brillant du cuir, lorsque celui-ci est lustré.

C’est à cette même époque que les tanneurs allemands et néerlandais s’expatrièrent aux Etats-Unis, où ils perfectionnèrent le tannage pour rendre le cordovan plus souple et, de ce fait, adapté à la confection de souliers.

Une tannerie de cordovan légendaire

Nouvelle image bitmap - Copie

De nos jours, quand on parle de cordovan, le nom d’une tannerie vient tout de suite à l’esprit : Horween. Celle-ci produit la majorité du cordovan trouvé sur le marché. La tannerie perpétue la tradition du tannage de ce cuir, et son sceau est considéré comme un gage de qualité. Elle fut fondée en 1905 par Isadore Horween et est aujourd’hui tenue par Nick Horween.

Lors de ses débuts, Horween produisait essentiellement du cuir cordovan employé comme cuir à aiguiser pour rasoir. Cependant, avec l’invention du rasoir jetable, la demande s’effondra et la compagnie dut diversifier son offre.

horween tannerie cordovan

La tannerie de cordovan Horween
(plus de photos ici, avec un excellent reportage en anglais sur la tannerie !).

Depuis, Horween compte dans ses clients de grandes maisons telles que Alden (son plus grand client de cuir cordovan, depuis 1930), Crockett & Jones, Visvim ou encore Allen Edmonds. Le cuir pour les souliers représente environ 60% de leurs ventes. Les 40% restants concernent la vente d’équipement sportif. En effet, Horween est le fournisseur officiel de la NFL et la NBA, travaillant ainsi avec Wilson pour la production de ballons de football américain.

cuir rasoir

Un cuir pour affuter les rasoirs.

Dans le monde, il existe très peu de tanneries qui produisent du cordovan. Les Japonais ont une certaine réputation à ce sujet et le nom de Shinki-Hikaku ressort souvent. Des tanneries de cordovan existent également en Argentine et ANCA en est l’un des représentants.

Le cordovan, ou la peau des fesses (du cheval)

Nouvelle image bitmap - Copie (2)

Comme dit précédemment, le terme « cordovan » est souvent employé pour désigner le cuir de cheval. Il est aussi utilisé pour désigner une couleur qui tend vers le bordeaux foncé – rouge sang, caractéristique de ce cuir. Cependant, dans le monde des souliers, le cordovan désigne ce qu’on appelle le « genuine shell cordovan ».

Le genuine shell cordovan est un cuir que l’on extrait d’une couche sous-cutanée de la croupe du cheval. Celle-ci peut être assimilée à une sorte de cartilage et ne présente aucun pore.

D’une peau de cheval, on obtient ainsi deux petits ovales de cuir, mesurant approximativement 0.3m². Chaque ovale permet de construire une chaussure, voire une et demie au grand maximum...

Nouvelle image bitmap - Copie (3)

cordovan-leather-from-horween

On voit bien la forme des deux ovales sur ces cuirs de croupe.

On peut ainsi déduire l’équation suivante : 1 cheval = 1 paire de souliers en cordovan, ce qui explique sa rareté et, par conséquent, son prix si onéreux.

Le cordovan est traité par un tannage végétal, durant lequel le cuir s’imprègne lentement d’huile, pendant une période variant de 6 à 9 mois. Par comparaison, un tannage au chrome dure entre 24h et 48h. D’ailleurs, grâce à sa haute teneur en huile, le cordovan présente une forte capacité imperméabilisante.

A l’instar du veau velours, le cordovan est travaillé côté chair, ce qui le rend, d’une certaine manière, plus souple. Cela se ressent surtout au niveau des plis qui ressemblent davantage à des vaguelettes. Dernier point mais non des moindres, ce cuir a la particularité d’être extrêmement résistant et il n’est pas incongru de dire qu’une paire de cordovan dure toute une vie.

En résumé, et en le comparant au box calf (le cuir de veau tanné au chrome, qui serait le plus ressemblant), voici les caractéristiques du cordovan :

  1. Sa durabilité et sa solidité
  2. Son brillant naturel
  3. Ses plis (attention, le cordovan a pour réputation de plisser énormément)

Les maisons offrant du cuir de cordovan

En raison de sa rareté et de son coût, peu de maisons proposent des chaussures en cordovan. Néanmoins, si vous vous trouvez à Paname, vous aurez la possibilité de faire le tour des boutiques et d’admirer ces fameux souliers.

Alden

C’est sûrement le bottier le plus reconnu quand il s’agit de Cordovan. Fondé en 1884 dans le Massachusetts, Alden est l’une des marques phares des Etats-Unis, avec Allen Edmonds. Parmi ses produits les plus renommés, on retrouve les mocassins, mais surtout le fameux modèle 405.

Nouvelle image bitmap - Copie (4)

Petite anecdote : le modèle 405 est communément appelé « Indy boots », car elles furent portées par Harrison Ford dans Indiana Jones. C’est d’ailleurs l’acteur lui-même qui les a choisies, les ayant portées au temps où il était encore charpentier sur les plateaux de cinéma.

Nouvelle image bitmap - Copie (5)

Un très beau modèle de bottine en cordovan de chez Alden,
avec la couleur très caractéristique de ce cuir.

Chaussant à l’américaine, les Alden sont généralement assez larges. Si vous avez l’habitude des souliers plutôt effilés, passez votre chemin.

Vous pouvez en trouver chez Manfield, FrenchTrotters ainsi qu’Anatomica à Paris, et chez Endclothing et UpperShoes sur Internet. Si vous ne trouvez pas votre bonheur, vous pouvez toujours tenter la commande sur l’e-shop officiel d’Alden. Le prix, pour du cordovan, oscille entre 700 et 800 € (oui, je vous avais prévenu).

Nouvelle image bitmap - Copie (6)

Une bottine que vous trouverez chez Anatomica. En passant, les Alden que vous y trouverez sont des modèles spécialement produits pour la boutique. Elles sont basées sur la forme « modified last » qui est plus large que la gamme habituelle.

Carmina

Carmina jouit d’une très bonne réputation dans des forums spécialisés dans les souliers, tels que DePiedEnCap ou EnGrandePompe, que ce soit au niveau de la qualité des matériaux, que du montage. Je ne vous mentirais pas sur le fait que j’apprécie, moi aussi, énormément cette maison (c’est d’ailleurs après un achat de bottines en cordovan de chez eux que je me suis motivé à rédiger cet article).

Au niveau de la forme, les chaussures de chez Carmina sont plus effilées que chez leur confrère Alden et, par conséquent, plus élégantes. Pour ce qui est de la provenance du cordovan, Carmina se fournit également chez Horween.

Nouvelle image bitmap - Copie (7)

Voici de magnifiques bottines que vous pourrez porter à la fois avec un denim et un pantalon de costume (avec un ourlet revers pour les connaisseurs). A noter que la semelle est en dainite, une matière solide et surtout bien pratique sous la pluie.

carmina_double_boucle copy

Et voici un très beau modèle de double boucles pour les amateurs.
A porter au bureau, comme le week-e
nd.

Nouvelle image bitmap - Copie (7) - Copie

Carmina propose aussi des modèles en cordovan aux couleurs très originales en collections temporaires. C’est une paire sublime, mais qu’il faudra assumer (pas au bureau, bien évidemment).

carmina_richelieu_ruby copy

Enfin, une autre paire de richelieu, dans un ton un peu moins flashy. Cette couleur rubis est vraiment superbe, et s’accordera très bien avec un pantalon gris ou bleu.

Si vous êtes intéressé par les souliers en général, je vous incite fortement à visiter la boutique située avenue de l’Opéra à Paris. Vous pourrez à la fois découvrir leur vaste gamme de cordovan, mais aussi en box calf, qui valent vraiment le détour. En ce qui concerne le prix pour du cuir cordovan, celui-ci va de 525 € pour les souliers à 600-640 € pour les bottines.

Septième Largeur

Septième Largeur est une maison fondée par Marco Fernandez, le créateur de la marque Markowski que nous vous avons présentée récemment (on en trouve aussi parfois chez eux). Bien que leur gamme cordovan soit bien moins étoffée que chez Alden ou Carmina, elle n’en reste pas moins intéressante.

D’ailleurs et contrairement à eux, Septième Largeur se fournit au Japon pour ce qui est du cuir cordovan. Fait assez rare et qui mérite d’être noté, le bottier propose des souliers en cordovan naturel à patiner.

cordovan bottines

Au niveau de la forme, c’est le juste milieu entre Alden et Carmina,
avec une couleur bordeaux foncé, caractéristique du cordovan.

cordovan richelieu

Comme sur une paire en box-calf, vous pouvez demander une patine personnalisée pour vos souliers en cordovan.

cordovan derby

Notez que la patine grise-noire se prête très bien au cordovan.

Pour ce qui est du prix, celui-ci oscille entre 495 € pour les chaussures basses et 645 € pour les montantes. Comme pour Carmina, je vous incite à visiter leur boutique à Paris, où on vous accueillera chaleureusement (et les tenanciers ont un savoir encyclopédique sur la chaussure).

Crockett & Jones

Je souhaiterais finir ma sélection sur cette prestigieuse maison anglaise, très appréciée par nos confrères, les Frères Jo.

c&j_chukka copy

THE best seller de chez Crockett & Jones, la Chukka.

La gamme cordovan est limitée à une seule paire de mocassins en France. Cependant, elle est bien plus riche au Royaume-Uni.

c&j_derby copy

Des derby simples, mais efficaces, et surtout solides.

c&j_skye2 copy

De loin mes préférées, des bottines cordovan full brogue :
un modèle bien viril pour un vrai cuir de bonhomme.

Alors, dois-je acheter une paire en cordovan ?

Oui, oui, oui et mille fois oui ! Si vous n’avez pas le budget, vendez tous vos biens, hypothéquez votre appartement, laissez tomber votre femme et, le cas échéant, vendez vos organes.

Bon plus sérieusement, c’est bien évidemment, une histoire de cœur et de budget. Mais au vu de la durée de vie extrême de ces produits, c'est un investissement qui en vaut la peine.

De plus, une paire en cordovan dévoilera sa véritable beauté avec le temps, lorsque sa patine se sera faite. Pour cela, il faudra cependant s’armer de patience, car ce cuir a pour réputation de ne pas bouger. Et à moins que cela soit le coup de foudre, je vous conseillerais d’attendre d’avoir acquis quelques paires de souliers plus classiques et moins chers, avant de vous attaquer au cordovan, qui je le rappelle, est onéreux.

Si vous décidez d’acquérir une paire en cordovan, voici quelques conseils d’entretien. En termes de matériel, vous aurez besoin de :

  1. Une brosse en crin de cheval (exemple ici)
  2. Une crème spéciale cordovan (exemple ici avec Saphir, et Carmina en fait aussi)

Nouvelle image bitmap - Copie (12) - Copie - Copie - Copie

Voici la meilleure amie du cordovan : la brosse.

Bien que résistant à l’eau, le cordovan se trouve être un cuir assez capricieux sous la pluie, la moindre goutte d’eau engendrant une cloque. Pour les retirer, il faut tout simplement frotter énergiquement avec la brosse. Après un petit moment, les tâches disparaîtront. C’est d’ailleurs avec ce même procédé que vous entretiendrez quotidiennement votre paire en cordovan, car celui-ci redonnera au cuir son brillant naturel. Pour ce qui est de la crème, appliquez-la de temps à autre, ou après une grosse averse.

Petit mot de la fin : si vous ne l’avez pas encore fait, je vous incite fortement à lire l’article de Romain sur les différentes sortes de cuir, ainsi que les différents procédés de tannage du cuir.

carmina_shelf copy

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jean-Michel !

    « C’est quand même aberrant qu’à ce prix là, on en soit encore à craindre la moindre averse. »

    Je comprends ta réaction mais le truc c’est que tu prends le problème dans le mauvais sens haha.

    Ce n’est pas le prix qui rend un produit résistant à l’eau ou beau, ou bien fait, ce sont ses propriétés matérielles ^^

    En dehors de la question de l’offre et de la demande (qui concerne à peu près tout ce qui est vendable), le prix lui, résulte plutôt de la difficulté à produire l’objet en question.

    Le cordovan, c’est compliqué à faire, c’est cher, c’est beau, et la matière première est disponible en quantités fort limitées.

    Mais il faut sortir de l’idée comme quoi un prix plus élevé signifie forcément une robustesse plus élevée, et que cette robustesse est l’équivalent direct de « qualité ». (alors que ça comprend beaucoup, beaucoup d’autres facteurs, même si c’en est potentiellement un aussi)

    Et sinon pour être plus précis : le cordovan résiste à l’eau, c’est juste que ça cloque. Mais ces cloques peuvent s’enlever. Tout dépend de ce que tu appelles « résister », mais en tout cas, l’eau ne risque pas de compromettre l’intégrité structurelle de ta pompe 🙂
    C’est le côté esthétique qui peut être partiellement compromis.

    Par contre ces dernières années on a vu de plus en plus de corodovan « plus abordable » (comprendre : très cher au lieu de super méga cher), et j’ai l’impression qu’ils ne sont pas forcément égaux entre eux, notamment sur le point de la résistance à l’eau, tant les retours que je peux lire dessus sont mitigés.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Anthony !

    Bien-sûr ! Notamment certaines parties qui peuvent être plus épaisses que d’autres, certains fournisseurs dont le processus de tannage et de teinture est plus abouti, et même au sein d’un même fournisseur, tu as toujours les « peaux de premier choix » et puis celles qui restent ensuite, puis les autres…

    Après globalement le shell cordovan c’est un cuir précieux et je crois qu’il y a pas plus de trois ou 4 tanneries qui en font.

    l’américaine Horween (et donc forcément, comme c’est la référence, c’est plus cher), une italienne, et une japonaise.

    Meermin utilise des cordovans que je trouve un peu moins jolis (de la tannerie italienne en question), mais globalement ça reste très bon.

    Le système MTO de Meermin ne permet pas non plus de faire des miracles 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Et puis surtout, la peinture c’est pas la même chose en terme d’aspect…

    Le cordovan résiste bien à la pluie, c’est le produit que tu as utilisé qui les a décapées car pas adapté.

    Sinon, c’est vraiment le genre de cuir qui peut te durer une vie justement.

  • Nicolò – BonneGueule

    Des poisons, carrément ?

    Je sens que nous avons un puriste parmi nous 😉

    Honnêtement j’ai plein de paires qui se portent très bien après plusieurs passages au lait saphir, ou à la surfine incolore (même si cette dernière éclaircit les cuirs si utilisée à répétition)

    Et par exemple, le Baume Renapur lui, n’a jamais eu le moindre effet négatif sur mes cuirs. Et il est pourtant bel et bien « universel ».

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Boreï !

    C’est effectivement irréparable et pour le cordovan il y a des crèmes bien précises à utiliser, autrement tu les dégrades… :/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Chris !

    Les deux nuances de marron seront un peu plus polyvalentes. La burgundy est un poil plus audacieuse mais on est pas non plus dans un bordeaux trop vif (c’est sympa pour égayer une tenue qui a très peu de couleurs autres que bleu ou gris par exemple)

  • Luca – BonneGueule.fr

    Oui ! Mais le cordovan n’aime pas l’eau.

    Comme tu le sais il faut de l’eau pour glacer un cuir alors ici le mieux est de bien cirer ces bouts de chaussures avant d’appliquer la première goutte d’eau.

    Bien entendu, il faut y aller doucement sur l’eau et tout se passera bien.

  • Benoit – BonneGueule

    Courage, le cuir va bien finir par se casser un jour !

  • Benoit – BonneGueule

    Si tu as les moyens pourquoi pas, mais je vois pas où tu vas en trouver 🙂
    Pour des photos du cordovan vieilli, tu vas en trouver sans problème sur google !

  • Nicolò – BonneGueule

    On y avait pas pensé immédiatement, mais effectivement pour certains ça peut être une question essentielle !

    Ca explique aussi la rareté et le prix du cordovan ! 🙂

    De toutes façons, de mémoire, tu ne dois avoir que deux tanneries dans le monde qui font du vrai Cordovan : Horween, l’américaine, et Shinki-Hikaku la japonaise.

  • Benoit – BonneGueule

    Incroyable ce produit ! Je connaissais pas !

  • Nicolo BG

    Hello Folace !

    C’est écrit un peu plus haut, c’est Crockett & Jones 😉

  • BenoitBG

    Attention, ces chevaux ne sont pas tués spécifiquement pour le cuir hein !

  • RafikBG

    Retour très intéressant, merci Cactus ! N’hésite pas à nous envoyer une look pic à l’occasion 😉

  • RafikBG

    Merci pour ton retour Marc, c’est très intéressant !

  • Maya

    Ah, aussi, je rajouterais qu’un des défauts du cordovan, à mon avis, est de moins bien respirer que le box calf. J’ai l’impression de transpirer davantage.

  • BenoitBG

    Témoignage hyper intéressant, merci !

  • Maya

    Excellent article ! Le cordovan est encore rare en Europe et c’est dommage car, sans être le saint graal de la chaussure, c’est un cuir qui a néanmoins quelques avantages intéressants pour certaines applications. Quelques précisions :

    1) si, en cas de pluie, des taches blanchâtres sont apparues (ce qui, à mon avis, n’est pas systématique), je conseille d’attendre une bonne nuit pour voir si elles disparaissent d’elles mêmes. Dans le cas contraire, prendre un chiffon mouillé et gentiment frotter la chaussure dans son intégralité, puis laisser sécher. Après, remettre un peu de crème cordovan (le chiffon va absorber la crème déjà présente). Quoiqu’il en soit, je ne porte plus que des paires en cordovan sous pluie battante, car je trouve qu’elles résistent beaucoup mieux aux déluges que les paires en veau. En revanche, ne pas oublier la brosse au boulot : une fois mouillé, le cordovan devient terne, et seul un coup de brosse va lui redonner son brillant, contrairement au veau ou un simple séchage suffit la plupart du temps.

    2) Je ne trouve pas, personnellement, que mes paires en cordovan plissent énormément (ou du moins, comme dit dans l’article, forment des vaguelettes, car en réalité le Cordovan ne plisse pas). En revanche, je pense qu’il est très facile de se tromper sur la taille (le Cordovan a un feeling assez étrange, à la fois souple et rigide, et il n’est pas rare de devoir prendre une taille différente entre une même paire en cordovan et en veau ), et, en ce qui me concerne, les embauchoirs Carmina était tout simplement nullisimes pour la paire que j’avais acheté chez eux (ils ne remplissaient pas l’empeigne).

    3) En ce qui concerne les marques, Crockett & Jones et Carmina acceptent les commandes spéciales en échange de monnaie sonnante et trébuchante, si vous voulez un de leurs modèles en Cordovan (je crois, cependant, que tous les patronages / formes ne sont pas disponibles, à cause de la taille des peaux en cordovan et de la difficulté à les tendre sur les formes). Pour les plus fortunés (ou ceux qui sont prêts à conserver leurs chaussures pendant 20 ans, ce qui n’est pas du tout impossible, surtout avec du Cordovan), Edward Green en fait aussi en commande spéciale. Personnellement, une Galway en cordovan bicolore et semelle gomme, je craque. Elle, au contraire, n’a aucune chance de craquer.

    4) Le cordovan se raye plus facilement que le veau, mais, alors que pour celui-ci une rayure un tant soit peu profonde signifie l’arrachage irrémédiable de la fleur, sur le cordovan, une rayure n’a que très peu d’importance. La plupart du temps un coup de brosse suffira à lui redonner de la couleur (les rayures sur du Cordovan apparaissent plus claires que le reste du cuir), et, pour les rayures les plus importantes, une séance de polissage avec un chiffon enroulé autour du talon d’un embauchoir (méthode Carmina) ou un os de chevreuil (méthode américaine, et oui, vous avez bien lu, un os de chevreuil) associé à un peu de crème cordovan, les fera progressivement disparaître.

  • yes, belle petite marque jap ! merci de m’avoir devancé !

  • Seb Cussat

    Salut, après recherche sur google avec l’image je suis tombé sur plusieurs liens dont celui-ci : http://global.rakuten.com/en/store/auc-refalt/item/moto_mga2_co/?s-id=borderless_recommend_item_en

  • merci l’ami !

  • Arnaud

    article très très complet et intéressant, merci !

  • thanks 🙂

  • franck

    bravo pour cet article! etant l’heureux proprietaire d’une paire de crockett and jones cordovan depuis peu,j’ai appris beaucoup en vous lisant,merci!!!!

  • Etienne

    Correction: *Juste un commentaire pour signaler que Paraboot produit également des chaussures en Cordovan notamment de très belles bottines similaires (en plus simples) à celles de Septième Largeur disponibles dans certaines boutiques »

    Désolé pour la syntaxe approximative :^^

  • Benoit De Saint Maur

    Comme toujours, il vaut mieux s’offrir ces belles marques avec ce cuir de qualité. Un bon entretien et surtout laissez respirer ses souliers…Jamais deux jours de suite pour moi et brossage régulier. Et le temps fera son oeuvre pour apporter une patine personnalisée un peu comme un selvedge…
    Merci pour ce bel article!

  • Etienne

    Bonjour 🙂

    Merci pour cet article très intéressant :). Juste pour signaler que certaines boutiques Paraboot produit également des chaussures en Cordovan notamment de très belles bottines similaires (en plus simples) à celles de Septième Largeur. Alliées à la qualité Paraboot, l’investissement (environ 700 euros) doit valoir le coup, si vous avez la chance de les trouver en boutique (je les ai vues à Nice).

  • HelloLoulou

    Quelle est la marque des chaussures que vous avez mis en tête d’article ? Thx

  • Robin Nozay

    Très bon article, tout est dit il me semble !
    A voir aussi : la marque Makr (http://makr.com/), qui fait de très beaux accessoires en Shell Cordovan Horween.

  • alex

    excellent article je compte en acquérir une paire est les modèle ci-dessus sont magnifique.