Froid, pluie… les dessous des parkas : ce que disent les marques (ou pas) – #CDL38

Temps de lecture : 6 minutes

39

Photo de couverture : lookbook Nike ACG

Après avoir défini les différents types de parkas qui existaient dans cet article, nous allons parler de la technicité de la parka.

Les marques affirment souvent que leurs parkas sont chaudes, respirantes, imperméables : comment le détermine-t-on ?

Elles évoquent parfois des termes techniques tels que DWR, thermosoudage, lamination : qu'est-ce que cela veut dire ?

On va clarifier tout cela ensemble. Parka Musto

La résistance à la pluie

1. L'imperméabilité et la déperlance

Un vêtement résistant à la pluie peut être :

  • Déperlant, grâce à un traitement de surface sur la matière le rendant légèrement résistant à la pluie (ou si la matière est tissée de manière très serrée comme le Ventile)
  • Imperméable, grâce au processus de lamination qui consiste à contre-coller une membrane technique à un tissu. Ainsi, lors d'une exposition forte ou prolongée à la pluie, l'eau ne pénètrera pas le vêtement grâce à l'action de la membrane.

Ainsi, une parka peut être  :

  • Déperlante MAIS PAS imperméable : résistance légère à la pluie, pas de membrane
  • Imperméable MAIS PAS déperlante : en cas de pluie, la matière extérieure sera vite mouillée mais l'intérieur non , grâce à la membrane
  • Imperméable ET déperlante : si le tissu extérieur est déperlant ET qu'une membrane est présente.

Le fait que l'eau ruisselle sur la matière montre que le vêtement est déperlant. Cela ne montre pas l'imperméabilité. Parka BonneGueule

PS : si vous voyez la mention DWR sur un site en anglais, cela signifie Durable Water Repellency, ou traitement déperlant durable. Le traitement appliqué sur la matière est conçu pour durer dans le temps.

2. Comment est calculée l'imperméabilité d'un vêtement

L'imperméabilité est déterminée par un test qui consiste à poser une colonne verticale d'eau sur la matière et regarder la quantité d'eau nécessaire pour traverser le vêtement (donnée exprimée en mm).

Voici le tableau du "Waterproof and Water Repellent Textiles and Clothing Book" utilisé par Benoît sur l'article de présentation de notre parka cordura, eVent et Climashield :

Autour de 5.000 mm : un tissu est un peu imperméable

Autour de 10.000 mm : un tissu est bien imperméable

Autour de 15000mm : un tissu est très imperméable

Autour et au-dessus de 20.000 d'eau : un tissu est imperméable même sous une très forte pression d'eau

Concrètement, retenez que :

  • Une déperlance basique ou une imperméabitilité modérée est suffisante pour tenir face à une averse légère
  • Si vous risquez d'être exposé à une pluie battante pendant plus de 10 ou 15 minutes , choisissez une imperméabilité au moins égale à 10.000 mm

3. Les coutures soudées

Quand on parle de coutures soudées ou thermosoudées (sealed seam ou taped seam en anglais), cela signifie que les coutures du vêtement ont été étanchéifiées au moyen de bandes spéciales pour empêcher tout passage d'eau.

On voit bien ici la bande noire qui représente la couture soudée. Source : Obermeyer

C'est un processus lent, technique (que tous les ateliers de confection ne maîtrisent pas) et par conséquent coûteux.

Vous trouverez des coutures soudées sur des parkas très techniques et plutôt haut de gamme.

4. Ce qu'il faut retenir

Ainsi, vous pouvez faire confiance à une marque quand elle dit que son vêtement est déperlant, imperméable grâce à une membrane ou quand sont mentionnées des coutures soudées.

Par contre :

  • Si une marque indique juste que le vêtement est "imperméable" au détour d'une phrase sans en dire plus, soyez méfiant. Peut-être que la marque joue un peu sur l'ambiguïté déperlance/imperméabilité en jetant volontairement le flou sur ce point.
  • Si une marque précise bien qu'un vêtement est imperméable à l'aide d'une membrane mais qu'elle ne donne pas de données, cela signifie que l'imperméabilité est probablement plutôt légère, moyenne au mieux.
  • Si une marque ne dit rien du tout à ce niveau, le vêtement n'est probablement ni déperlant ni imperméable.

Le rembourrage et l'isolant

Si vous souhaitez creuser le sujet du rembourrage de la parka, je vous invite à lire le vaste article de Michel sur le sujet.

Il y évoque notamment :

  • Le grand match entre le synthétique et le duvet
  • Le clo, indice calculant l'isolation d'un rembourrage synthétique
  • Le Cuin, indice calculant la capacité d'un duvet à se compresser, à se développer, et donc à emmagasiner l’air.

Une ouate de ce type aux fibres courtes peut, à la longue,  se tasser vers le bas du vêtement.

Si vous souhaitez vous émanciper de toutes ces données complexes, le mieux est de regarder si la marque donne une amplitude thermique à laquelle le vêtement est adapté.

"Zone de confort : -10°". L'information est très claire sur cette parka Kanuk.

Si le poids du rembourrage est donné, ça peut aussi aider.

Voici ce qu'on a constaté sur des gammes chez Primaloft ou Climashield par exemple :

  • En-dessous de 100g/m² : poids léger, pour un vêtement à l'aise autour de 0°.
  • Entre 100 et 180g/m² : poids moyen, pour un vêtement à l'aise jusqu'à -5, -10°
  • Au-dessus de 200g/m² : poids lourd, on commence à arriver sur des parkas "grand froid" qui peuvent protéger facilement sous -20°C ou plus froid encore

Primaloft 180g/m2 pour cette parka Alchemy Equipment. C'est un vêtement bien chaud.

Si la marque ne dit absolument rien sur l'épaisseur du rembourrage ou l'amplitude thermique de la parka, il est difficile pour vous en tant que client de deviner. Et il est aussi difficile pour nous de le dire.

La respirabilité

Je voulais écrire un paragraphe pouvant résumer de manière simple la respirabilité jusqu'à ce que Benoît me dise que c'est un sujet très complexe.

Un sujet où les données exactes, scientifiques, ne sont pas exhaustives, changent et sont difficiles d'accès.

Il existe trois tests principaux de respirabilité, uniquement pour des membranes imperméables .

Un premier test pour Gore-Tex, le RET, dont voici l'interprétation des résultats :

Plus le RET est faible, plus c'est respirant.

Et deux autres qui calculent des quantités d'eau en g/m2 par jour.

Cependant, les valeurs de ces deux derniers tests sont très différentes, et il n'est pas toujours facile, quand une marque donne une donnée chiffrée pour la respirabilité, de déterminer le test pris en compte.

Benoît me dit qu'il s'agit la plupart du temps du test dit "Inverted cup" qui est utilisé, dont voici l'interprétation des données :

Plus le score est élevé, plus la membrane est respirante.

Vous pouvez aussi comparer la donnée de respirabilité d'une marque avec la colonne droite de ce tableau, aussi issu du"Waterproof and Water Repellent Textiles and Clothing Book" :

La colonne de droite indique la quantité de respiration émise par un corps humain en fonction de son activité physique, en g/m2 par jour.

Si vous trouvez une information sur la respirabilité, comparez-la à un des tableaux ci-dessus. Aussi, les isolants qui ont fait leurs preuves sont plutôt performants tant en terme d'isolation que de respirabilité.

Les cas pratiques

Examinons ensemble quelques fiches techniques de parkas pour appliquer ce qu'on a vu :

1. UBR modèle Savile

Voici une fiche technique très fournie. On y voit :

  1. Une matière externe 100% laine italienne (Cerruti) de 16.5 microns, traitée déperlante
  2. La présence d'une membrane japonaise
  3. Une imperméabilité et une respirabilité élevées (avec des chiffres qui en attestent)
  4. Un rembourrage Primaloft 120g/m2 (poids moyen)
  5. Des coutures soudées
  6. Un poids léger (moins de 1kg)
  7. Des poches doublées en Polartec

Il s'agit donc d'une parka :

  • Urbaine car avec une matière extérieure en laine et un rembourrage de poids moyen
  • Très technique car déperlante, entièrement imperméable et respirante
  • Très fonctionnelle avec tous les détails (capuche amovible, poche pour y glisser une carte)

Et quand on regarde le produit :

  • Il est présenté avec un costume, ce qui est cohérent avec la fiche technique (matière extérieure en laine)
  • Il coûte 1000€

On a donc ici une parka qui justifie son prix par sa fiche technique.

2. NN07 modèle Jasper

Voici une fiche technique moyennement fournie :

  1. On sait que le rembourrage est en Primaloft sans connaître le poids.
  2. Le fait que le vêtement soit dit "2 couches" puis plus bas "imperméable" (sans plus de précisions) laisse très fortement supposer qu'une membrane est présente, sans que le terme "membrane" ne soit explicitement cité.
  3. Il y a des coutures soudées, ce qui va aussi dans le sens de la présence d'une membrane (mettre des coutures soudées mais pas de membrane imperméable n'a pas beaucoup de sens)
  4. Le tissu est dit "respirant" sans que plus d'infos ne soit données.
  5. La matière externe est en 100% polyamide, au rendu visuel pas trop technique.

Pour 500€, on a donc une parka :

  • Bien adaptée contre la pluie
  • Qui a l'air plutôt chaude
  • Au look plutôt urbain et passe-partout

3. Carhartt modèle Clash

Voici une fiche technique plus chiche :

  • Matière externe en 100% coton
  • Doublé en "nylon matelassé"

Et c'est tout. Les autres informations ne sont pas d'ordre technique.

Pour 240€, on a une parka qui est plutôt axée sur l'esthétique et qui tiendra raisonnablement chaud. Il ne faut pas en attendre beaucoup plus.

Le mot de la fin

1. Il n'est pas question ici de dire qu'il vous faut une parka complètement imperméable et isolante. Cet article vise à vous aider à déchiffrer les fiches techniques des parkas.

Cela vous sera utile si vous cherchez une parka d'une certaine chaleur ou avec un certain niveau d'imperméabilité. Si ce n'est pas le cas , vous aurez j'espère quand même appris des choses (c'est toujours intéressant de savoir ce qu'est une couture soudée même si on n'achètera jamais de vêtement qui en est pourvu).

2. Bien que les exceptions existent, retenez le principe global qu'une marque qui fait une parka avec des éléments techniques a tout intérêt à vous le dire.

Plus vous avez d'informations, plus avez de chances de vous trouver face à une parka techniquement efficace.

3. Il est impossible pour vous comme pour nous de déterminer le niveau de chaleur ou d'imperméabilité d'un vêtement si la marque ne donne aucune information à ce sujet : on ne peut pas le deviner.

Dans ce cas, le mieux est de contacter la marque directement pour obtenir plus d'informations. A la condition qu'elle réponde.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.