Notre parka en Cordura japonais, membrane eVent et Climashield

Temps de lecture : 20 minutes

48

Les plus vieux lecteurs savent que je suis obsédé par la météo.

En fait, je ne supporte pas que la météo soit une gêne au quotidien, car elle ne doit pas vous empêcher d'être dans le moment présent. Elle ne doit pas vous empêcher de vivre de beaux moments, avec les gens que vous aimez, à cause du froid ou de la pluie.

En effet, quel dommage d'avoir une balade gâchée par une averse parce que vous n'avez rien pour vous protéger de la pluie. Quel dommage d'être pressé de rentrer chez soi parce qu'on a froid alors qu'on se promène avec ses amis.

Ces contraintes en hiver, on a voulu les traiter en employant les grands moyens, afin de vous faire oublier le froid et la pluie.

Pour un tel vêtement d'extérieur, on a immédiatement pensé à une parka, ce vêtement créé pour les militaires afin de les protéger des intempéries.

Le but était donc de faire une parka sans concessions, à savoir imperméable, résistante et respirante.

Voici donc notre parka, version marine, plus classique.

Là, c'est la version olive, plus décontractée.

Place au sommaire !

eVent + Cordura japonais : on vous dit tout sur la matière

L'eVent et la concurrence : l'heure de vérité avec un graphique de l'armée américaine

Cordura japonais + eVent : quelles performances ?

L'isolant dans cette parka : pourquoi j'adore le Climashield

C'est chaud à quel point ? + nos tests persos

Une parka fonctionnelle : toutes les finitions pratiques (dont un masque anti-froid bonus)

Comment porter cette parka : du jean au pantalon en flanelle

Conclusion : on parle avec le coeur

Le vêtement dont je suis le plus satisfait ?

Je n'aime pas quand les marques utilisent le mot "ultime", mais cette fois-ci, je suis à l'aise avec le fait de dire que cette parka, elle est ultime pour affronter l'hiver.

Pour conjuguer résistance, imperméabilité, respirabilité et chaleur, on a utilisé trois matières très performantes.

Les trois nominées sont donc…

Cordura + eVent + Climashield : la triforce débloquée

J'ai un paquet de choses à vous dire, donc on va aller droit au but :

  • le tissu extérieur est un Cordura japonais résistant
  • la membrane garantissant l'imperméabilité et la respirabilité est de l'eVent
  • l'isolant est un Climashield de la gamme APEX
  • et oui, il y a les coutures soudées !

Voilà ce qu'il faut savoir sur cette parka si vous n'aviez que 30 secondes devant vous.

Pour les autres, que le show commence !

Note importante : oui, cette parka est vegan du fait de son absence totale de fourrure sur la capuche, de duvet d'oie en rembourrage, ou de bouton en corne. Avis aux intéressés, qui sont de plus en plus nombreux à nous lire. 

Attention, du fait de la dimension technique exceptionnelle de cette parka, et qu'il y a beaucoup à dire pour séparer le bon grain de l'ivraie des arguments marketing des fournisseurs outdoor, les paragraphes expliquant les performances de cette parka sont longs et nombreux.

Si vous aimez connaître un produit dans ses moindres détails, vous allez adorer, mais si vous souhaitez uniquement connaître la partie style/tenues, je vous invite à vous référer au sommaire !

DE L'EVENT MONTÉ SUR UN CORDURA JAPONAIS

La carte d'identité de notre tissu

Le tissu extérieur est composé de deux couches :

  1. Le Cordura japonais résistant aux éléments, dont les couleurs ont été développées rien que pour nous
  2. Une membrane eVent respirante et imperméable

Nous avons choisi un bleu marine urbain :

Ici, c'est un très gros plan du tissu, ce qui accentue sa texture.

Et parce que je voulais une couleur plus décontractée, plus portée sur l'aventure, on a aussi une version kaki :

Si vous avez un style plus "brut", plus workwear, c'est cette couleur qu'il vous faut.

Le Cordura en 30 secondes chrono

Comme pour nos sneakers montantes, on s'est tourné vers du Cordura. Il y a tant à dire sur cette marque qui date de 1966.

Pour faire simple, la marque Cordura regroupe une gamme très complète de tissus qui se veulent très résistants et durables.

Oui oui, du selvedge avec du Cordura, ça a existé.

L'étendue de la collection de tissus Cordura est gigantesque :

  • On en trouve évidemment sur des sacs à dos, de Eastpak à Visvim, en passant par Goruck
  • Ils ont également créé un tas de mélanges de Cordura et de coton, en faisant même des collaborations avec Cone Mills
  • Ils ont exploré la laine en faisant des mélanges mérinos - Cordura, sous le nom "Combat Wool", pour les militaires qui ont besoin d'un tee-shirt mérinos qui résiste aux frottements des bretelles du sac à dos
  • Quelques marques se sont amusées à détourner son usage, dont une qui est bien connue sur BonneGueule : éclectic. Oui, leur fameuse veste de smoking dont je suis un immense fan est en Cordura
  • Et je me suis acheté une paire de chaussettes en Cordura chez Beams lors de notre voyage au Japon !

Bref, pour faire simple, Cordura = grosse résistance à l'abrasion, c'est costaud, ça tient dans le temps, et c'est exactement ce que je voulais pour cette parka.

Ici, le Cordura vient du Japon et les deux couleurs — bleu marine et kaki — ont été spécialement développées pour nous.

Mais seul, ce Cordura ne suffit pas. Car aussi résistant et durable soit-il, il n'est pas imperméable. C'est pour cette raison qu'on l'a associé à une membrane eVent, fabriquée aux Etats-Unis.

Avant de parler de l'eVent, faisons un rapide rappel sur qu'est une membrane…

C'est avec un regard apaisé et déterminé que vous affronterez le froid et la pluie. Oui, les chaussures sur la photo sont nos boots, mais ça c'est pour un autre article.

Comment se protéger de la pluie ?

Reprenons au tout début : à la base, vient le besoin de se protéger de la pluie.

On invente donc les cirés, mais ils ont un gros problème : ils ne sont absolument pas respirants. S'ils empêchent la pluie d'entrer sur le porteur, ils empêchent aussi la transpiration de sortir. Bonjour, l'effet sauna.

C'est là qu'interviennent les membranes imperméables ET respirantes...

La pluie ne sera pas un problème pour notre parka.

ANATOMIE D'UNE MEMBRANE

Tout commence avec la première couche ; ici, notre Cordura japonais. C'est le tissu extérieur que vous voyez, tout simplement.

En-dessous, vous avez cette fameuse membrane. Là aussi, le principe est tout simple : les pores sont suffisamment grands pour évacuer la sueur mais trop petits pour laisser une goutte de pluie rentrer. Exactement comme sur la peau humaine. Le Gore-Tex, l'eVent, mais aussi le Neoshell et le Pertex fonctionnent sur ce principe. Il s'agit de la deuxième couche.

Puis vient enfin la troisième couche, nécessaire quand on porte la membrane "à même la peau", sans doublure. C'est un "backer" qui vient protéger la membrane.

Sur notre parka, étant donné que la membrane n'est pas directement en contact avec vos vêtements, il n'est pas nécessaire d'avoir un tissu 3 couches. C'est donc un tissu 2 couches utilisé pour notre parka, et en plus ça permet d'avoir un prix plus compétitif vu qu'il y a une opération en moins (appliquer la troisième couche) !

 

C'est l'eVent tout à droite que nous utilisons sur cette parka ("2-Layer), car il n'y a pas besoin d'un "backer" ou d'un "protective print".

L'eVent est considéré comme le grand rival du Gore-Tex. Les deux matières sont imperméables, mais eVent affirme que sa membrane est plus respirante... Je vous explique pourquoi.

EVENT CONTRE GORE-TEX : LE MATCH DES MEMBRANES

ZOOM SUR GORE-TEX

Parmi les éléments susceptibles de "contaminer" la membrane Gore-Tex, on compte la graisse, la crème solaire, les insecticides... Et si la membrane est contaminée, ce n'est pas compliqué : elle fuit et n'assure plus d'imperméabilité.

Pour protéger la membrane, Gore-Tex applique alors une fine couche de polyuréthane (le "PU" qu'on peut lire partout).

Voilà à quoi ressemble du Gore-Tex.

Vous voyez le paradoxe ?

On applique une matière finalement peu respirante (le PU) à la membrane sensée être respirante ! Le tout, à l'intérieur de la matière, et non à l'extérieur.

Qu'advient-il alors de la sueur ? Gore-Tex a trouvé une parade en rendant le PU hydrophile. Il va attirer votre transpiration pour la rejeter le plus vite possible vers la membrane respirante, qui elle-même va la rejeter vers l'extérieur. C'est pour cette raison que la respirabilité d'une veste est mesurée par sa capacité d'évaporation (pour faire simple).

Le problème, c'est que le PU constitue tout de même une barrière physique supplémentaire entre votre peau qui transpire et l'air extérieur. Et pour que le processus d'évacuation s'active, il faut commencer à transpirer un minimum, pour que le PU commence à "pousser" votre transpiration à l'extérieur, grâce à ses propriétés hydrophiles.

La solution d'eVent pour ne pas mettre de PU

C'est la différence fondamentale entre le Gore Tex et l'eVent : l'eVent n'a pas de PU. La membrane est protégée sans y avoir recours, on tombe directement sur la membrane très respirante.

On voit bien ici la différence, où les images 1 et 2 composent un tissu en Gore-Tex tandis que l'image 3 montre une membrane eVent plus aérée.

Encore une autre image parlante : l'eVent est clairement plus aéré qu'une membrane classique.

UN SECRET BIEN GARDÉ...

En vidéo, le Direct Venting, cette technologie qui rend l'eVent très respirant, ça donne ça :

Pour les plus curieux, d'autres vidéos vous attendent ici.

Si vous avez bien suivi, vous devez vous demander comment la membrane eVent peut être protégée des "contaminants" sans PU.

La réponse va vous décevoir... ou vous intriguer !

En fait, c'est un secret industriel.

Un ingénieur textile a parlé d'un revêtement oléophobique  appliqué grâce à un processus de fluide supercritique . Le secret consiste à appliquer ce fameux revêtement entre chaque pore, sans en compromettre la circulation de l'air et de l'humidité. Bref, sans toucher à l'ouverture des pores. On n'en saura pas plus...

Pour faire simple, l'eVent, c'est ça.

Pour cette raison, on dit que l'eVent "ventile" directement la transpiration. Il a d'ailleurs acquis la réputation d'être la matière la plus respirante sur le marché.

Pour les plus curieux, il existe pléthore de vidéos comparatives. Celle-ci est particulièrement drôle...

L'eVent et la concurrence

⚠️Attention, les geeks hardcore de la technique vont adorer le paragraphe qui va suivre… ⚠️

Pour vous donner une idée des performances de l'eVent, je vous invite à regarder attentivement ce graphique…

(attention les yeux, car c'est un graphique un peu… "aride" au premier contact, mais qui est très, très intéressant)

Bon, alors, qu'est-ce que ce graphique nous dit ? Comment on le décrypte ?

Fact #1 : ça vient de l'armée américaine

Première chose : c'est un travail scientifique poussé et effectué dans un centre de recherche de l'armée américaine, rien que ça.

On n'est pas ici sur un test inventé par un fabricant de membrane pour mettre en valeur ses produits par rapport à la concurrence.

Non non, là c'est sérieux, c'est un travail neutre, objectif, sans biais commercial, et ces données sont à destination de l'U.S Army pour qu'elle puisse prendre la meilleure décision dans le choix de ses uniformes.

Fact #2 : ça mesure des trucs

En fait, ici, c'est la résistance à la diffusion de la vapeur d'eau qui est mesurée… en fonction de l'humidité de l'environnement.

En gros, on cherche à reproduire le comportement du corps humain en activité, où l'humidité entre la peau et la membrane va forcément augmenter à mesure que l'activité physique augmente.

Axe des ordonnées = résistance à la diffusion de la vapeur. Donc plus le point est haut, moins ça respire, en gros. Et plus le point est bas dans le graphique, plus c'est respirant !

Axe des abscisses = évolution de l'humidité. Plus le point est à gauche, plus l'environnement est sec, et plus le point est à droite, plus l'environnement est… humide. Logique.

Fact #3 : mais c'est bizarre ces courbes descendantes non ?

Non, c'est parfaitement normal. Cela signifie que certaines membranes deviennent de plus en plus respirantes à mesure que l'activité physique augmente (= que l'humidité corporelle augmente).

En gros, plus vous suez et plus vous bougez, plus ça respire !

Là, ce sont des mécanismes complexes qui entrent en jeu, où c'est la différence de pression entre l'extérieur du vêtement et l'humidité corporelle qui active la respirabilité.

Fact #4 : l'eVent s'en tire extrêmement bien

J'ai été très (agréablement) surpris des performances de l'eVent.

Regardez bien, sur le graphique, l'eVent correspond à la courbe n°2. On remarque deux choses :

  1. La courbe est très "basse" sur l'échelle des ordonnées, cela montre que parmi les 15 membranes testées, l'eVent a l'une des résistances à la diffusion de vapeur les plus faibles, c'est-à-dire que la respiration peut très facilement traverser la membrane. Je vous laisse comparer ce chiffre par rapport au Gore-Tex (courbe n°11)…
  2. La courbe reste constante quelle que soit l'humidité. En gros, que l'environnement soit sec ou pas, la respirabilité est de suite "activée". Et il n'y a pas à attendre de transpirer légèrement pour que ça marche ! C'est d'ailleurs la plus grande fierté d'eVent : ils ont réussi à créer une membrane avec une respirabilité homogène, peu importe le degré d'humidité du porteur.C'est parfait pour un environnement urbain où on a besoin d'une matière respirante dès qu'on sort de chez soi, dès les premiers pas.

Pourquoi le Gore-Tex reste autant répandu et pas l'eVent ?

Eh oui, au vu des qualités évidentes de l'eVent, on pourrait se demander pourquoi Gore-Tex continue à régner en maître sur l'outdoor et pourquoi l'eVent n'a pas la place qu'il mérite.

J'y vois deux raisons :

  1. Gore-Tex sont les plus anciens : la membrane a quand même été créée en 1969. Forcément, avec 30 ans d'avance sur tout le monde, c'est une marque très établie dans la tête des consommateurs.
  2. Gore-Tex a les moyens d'investir lourdement dans son marketing, cf les collabs avec des marques japonaises, Virgil Abloh, etc. Ils prennent actuellement une dimension plus "lifestyle" et "street" tandis qu'eVent se borne à mettre des photos de randonneurs sur leur site.

Je trouve cette situation dommage, car l'eVent est une très belle technologie qui a toute sa place dans un usage urbain. Et j'espère qu'à notre humble échelle, cela va contribuer à mieux faire connaître cette membrane pleine de ressources.

 

Au fin fond de l'hiver, vous serez au chaud et au sec !

Je pourrai me contenter d'en rester là, et de vanter la respirabilité extrême de l'eVent et donc de notre parka, mais c'est un peu plus complexe.

Certes, la membrane est très respirante, mais n'oubliez pas que ces performances indiquées dans le graphique, elles ne concernent justement QUE la membrane. Et en l'occurence, sur cette parka, cette membrane est laminée avec le Cordura japonais (oui, comme on a vu, c'est un tissu deux couches).

C'est un peu ce que je reproche aux fabricants de membrane d'ailleurs, ils annoncent fièrement des performances de respirabilité, sauf qu'ils ne font référence qu'à leur membrane, en occultant le tissu extérieur.

C'est donc les performances de l'ensemble eVent + Cordura "collés" ensemble qu'il faut regarder…

Ne vous inquiétez pas, cette parka est parfaitement compatible avec une promenade en forêt. Parka, cardigan alpaga et chemise en denim BonneGueule. Bonnet Harmony Paris.

Les performances de ce mélange Cordura + eVent

Accrochez-vous, ça va encore parler technique.

Instant technique #1 : à quel point ce tissu est-il imperméable ?

Là, comme d'habitude, je sors ma bible ultime des matières imperméables et respirantes, à savoir le volumineux "Waterproof and Water Repellent Textiles and Clothing Book" !

Un tableau va particulièrement nous intéresser :

Ce tableau, vous allez l'imprimer, l'afficher dans votre placard et vous le regarderez à chaque fois qu'une marque vous vend de l'imperméabilité.

Sur le tissu de notre parka, on est sur une résistance supérieure à 20 000 mm de colonne d'eau. En gros, ça veut dire que si une colonne d'eau mesurant 20 mètres "appuie" sur la membrane, l'eau ne passe pas (sachant qu'on considère un tissu comme imperméable à 5 000 mm).

Vous voyez donc qu'on est dans la dernière ligne du tableau, celle où vous pourrez vous prendre de grosses averses de pluie ou de neige sans aucun problème avec cette parka.

Instant technique #2 : à quel point ce tissu est-il respirant ?

Pour répondre à cette question, on s'aider d'un deuxième tableau, toujours issu de ma bible du waterproof :

Vous devez regarder la colonne tout à droite, elle indique la quantité d'eau en grammes par mètre carré que le tissu peut laisser passer en 24 heures, en fonction de l'activité physique.

On appelle ça le MVTR, pour Moisture Vapor Transport Rate.

A noter : un MVTR de 10 000 minimum est requis pour des vêtements de randonnée.

Ici, notre mélange Cordura + eVent donne un MVTR d'environ 13 700 g/m2/jour  .

En gros, selon le tableau, ça correspond à la quantité d'eau dégagée pendant une marche à bon rythme, à mi-chemin entre le fait de porter un sac à dos léger ou non.

Pour notre parka urbaine, c'est amplement suffisant.

Instant technique #3 : des coutures soudées ? Bien sûr !

Des coutures soudées qui donnent un léger sourire…

Eh oui, vous connaissez mon dilemme de mettre ou pas des coutures soudées sur une pièce de pluie :

  • argument contre : cela demande une confection plus minutieuse, plus longue et fait augmenter le prix
  • argument pour : cela rend la pièce complètement imperméable, l'eau ne peut pas s'infiltrer et là on est sur une "vraie" imperméabilité

Là, sur cette pièce d'hiver qui doit être d'une fiabilité exemplaire face à la météo, il était clair que les coutures soudées (="taped seams" comme on dit dans le jargon) étaient obligatoires.

Donc, OUI, il y a les coutures soudées sur notre parka.

Parce que s'embêter à utiliser du Cordura japonais, de l'eVent, du Climashield (on en parle juste après) ensemble sans mettre de coutures soudées, c'est comme faire l'ascension de l'Everest et s'arrêter trois mètres avant le sommet !

Note : pour ceux qui veulent un vêtement de pluie sans coutures soudées, au design sobre, avec une bonne résistance à la pluie, sans isolant, n'oubliez pas notre rain coat Schoeller !

Instant technique #4 : on remet tout en perspective…

C'est bien beau de se plonger dans les chiffres, mais n'oubliez pas que tout ceci sont des valeurs mesurées en laboratoire. Si vous portez une grosse maille sous la parka et que vous vous mettez à courir, vous aurez beau avoir un MVTR de 13 700 g/m2/jour, votre gros pull va forcément vous faire transpirer.

Idem s'il ne fait pas si froid et que vous portez un blazer épais, que vous êtes du genre à transpirer facilement et à marcher très rapidement.

Voilà, je sais que les marques ne se privent pas de parler d'extreme breathbility, d'amazing waterproofness, d'extreme conditions for use, mais c'est bien aussi de se montrer plus réaliste dans les conditions d'utilisation.

D'ailleurs, aussi japonais soit ce tissu, aussi performant soit l'eVent, ce tissu seul ne suffit pas à vous garder au chaud. C'est là qu'on a fait appel à une troisième technologie pour vous protéger du froid, cet isolant que j'adore, c'est le Climashield.

Pour la petite histoire, lors du shooting, il y avait le propriétaire des lieux… et son chien ! Jason a eu l'idée lumineuse d'inclure pour la première fois un animal dans nos photos…

Un isolant au top : le fameux Climashield

Plus les mois passent, plus je suis amoureux du Climashield.

Dans le cadre de l'écriture de cet article, je me suis refait un "binge reading" sur cet isolant.

Et il n'y a pas à dire, dans les forums outdoor, il y a une espèce de fascination pour le Climashield, bien plus qu'avec du Primaloft™ ou du Thermolite™ par exemple.

Et à chaque fois, toujours la même question : mais pourquoi les marques de créateurs de notre écosystème, utilisent des isolants génériques, et dont on ne sait rien ? Pourquoi elles ne disent pas clairement quel est l'isolant utilisé ? Car c'est tellement clé pour un vêtement d'hiver !

Je suis donc très fier que BonneGueule soit l'une des rares marques au monde (oui oui, là je n'ai pas peur de dire "au monde") à utiliser cet isolant pour des vêtements urbains.

Pour ceux qui ont déjà notre gilet sans manches, notre premier vêtement utilisant du Climashield, vous voyez de quoi je veux parler.

C'est ce petit nuage qui vous garde au chaud…

Vous l'avez compris, c'est du Climashield qui va vous tenir au chaud cet hiver, choisi dans la gamme APEX (poids de 133g/m²).

Parce que c'est cette gamme qui offre le meilleur ratio chaleur/légèreté.

Pour les amateurs de vêtement technique, sachez que son CLO est de 0,024 (c'est une unité qui mesure le ratio chaleur/poids assez complexe à appréhender).

Climashield nous fait savoir que, selon eux, à poids égal, l'isolant APEX est le plus efficace du marché. Pour info, c'est une gamme assez récente, puisqu'elle a été lancée en 2008, alors que Climashield existe depuis 1974.

Et comme d'habitude, je regarde beaucoup qui sont les clients des producteurs de matières techniques. En effet, c'est souvent un bon indicateur de la fiabilité d'une marque. Alors selon vous, qui utilise du Climashield ?

  • Acronym évidemment, dans son bomber J50 (env. 1.000 €).
  • Wiggy's, marque ultra fiable et rustique fondée par Jerry, qui se définit comme un vétéran dans l'industrie des isolants et qui est sûrement le plus grand défenseur du Climashield (attention, Jerry a une charte éditoriale un peu particulière).
  • Tilak, le (très probable) fabricant tchèque de la marque Acronym, qui a sa propre marque d'outdoor de qualité (autour de 200 €).
  • Arc'téryx, dans sa ligne de base et dans sa ligne haut de gamme Veilance (1.000 - 1.500 €). Je soupçonne la ligne LEAF d'avoir aussi du Climashield.
  • Beyond Clothing, marque technique/outdoor très haut de gamme (autour de 250 €). Et je ne parle de toutes les marques militaires qui utilisent du Climashield, telles que Crye Precision ou Helikon, sinon la liste serait deux fois plus longue !
  • Kanuk, une marque québécoise de parka haut-de-gamme, qui crée des pièces pour lutter contre les grands froids (autour de 600 €). Nos lecteurs canadiens comprendront.
  • Enlighted Equipment, une marque de randonnée de références pour les randonneurs dits "ultra légers"

Très bien mais pourquoi ces marques utilisent du Climashied et pas un autre isolant ?

QUELLE EST LA PARTICULARITÉ DU CLIMASHIELD ?

La première chose, c'est que Climashield est le pionnier des "filaments continus".

Je me dois d'être transparent, j'ai tout de même pu voir que son concurrent, Primaloft avait une technologie similaire, mais je n'en sais pas plus.

Dans une vidéo dont les fabricants de matières techniques ont le secret, on voit bien le fonctionnement de l'isolant :

En fait, une ouate "classique", c'est comme du coton de pharmacie, ça se délite.

C'est un problème pour le vêtement car, avec les usages répétés, les mouvements, les lavages ou l'humidité, votre isolant ne ressemble plus à grand chose à la fin.

Mais ce n'est pas le cas du Climashield.

Ce sont de longs filaments continus ce qui en fait, d'une certaine façon, un isolant "indéchirable". C'est comme si vous tentiez de rompre une ficelle en tirant de chaque côté, dans le sens de la longueur. Impossible je vous dis !

Et il en ressort deux avantages très intéressants pour nous :

  • Parfaite tenue dans le temps : le Climashield ne se déchire pas quand il est étiré, il ne s'agglomère pas et ne se sépare pas.
  • Hautement compressible : il va retrouver sa forme initiale très rapidement, ce qui le rend bien pratique quand vous allez porter cette parka avec un sac à dos.

En voilà une image très parlante !

UNE TECHNOLOGIE QUI LUTTE CONTRE L'HUMIDITÉ DU TISSU

Enfin, notre isolant Climashield est doté de la technologie dite "Aquaban" (oui, je sais, ils sont très fort en noms) : il garde la chaleur même quand il est mouillé, tout en permettant à la transpiration de s'évacuer rapidement.

On peut penser que je suis un vrai perfectionniste mais, ayant déjà fais des tests avec des isolants de moins bonne qualité, je vous garantis que c'est bien moins agréable : la sensation de moiteur peut s'installer et ça ne tient pas si chaud que ça.

Une coupe qui doit être adaptée

Autre chose importante à savoir : pour que le Climashield puisse bien fonctionner, il a besoin d'avoir du gonflant, ne doit pas être excessivement plaqué contre votre corps, pour que l'isolant ne soit pas écrasé. C'est pour cette raison qu'on ne peut pas faire une coupe aussi ajustée qu'un manteau dans un drap de laine.

Cette parka doit juste se poser sur votre buste quand il est fermé, et c'est tout.

Ce n'est donc pas une pièce à choisir trop ajustée. Je vous conseille tout simplement de choisir votre taille habituelle.

Il y a eu un équilibre pas facile à doser pour avoir une silhouette contemporaine tout en ayant une coupe permettant de porter de la grosse maille en-dessous et d'avoir un Climashield au top de son potentiel technique.

C'est chaud jusqu'à quel point ?

Ma réponse "en théorie"…

C'est LA question. Et alors que j'ai commencé à écrire ce paragraphe la fleur au fusil, je me suis vite rendu compte que les choses étaient plus compliquées que je le pensais.

Des marques qui utilisent du Climashield, il y en a déjà pas des masses, mais alors celles qui communiquent sur le grammage de Climashield utilisé, ça se compte sur les doigts d'une main. Même Wiggy's, pourtant très prolixe sur la chaleur de ses parkas prévues pour l'Arctique, ne dit rien sur le grammage utilisé…

C'est donc difficile de faire des comparaisons avec notre parka.

Vous serez au chaud, ne vous inquiétez pas. Parka, cardigan, chemise, chaussures, et jean BonneGueule. Le bonnet est à Michel, c'est un Muji. Je ne connais pas la race du chien.

Bon, pour commencer, retenez une chose en tête : le Climashield utilisé sur notre parka est le 133g/m2 (= 4 oz/yd2), sur les 5 épaisseurs disponibles dans la gamme APEX.

Du côté des marques de randonnée et des vêtements militaires, de ce que j'ai pu voir chez Enlightened Equipement ou chez Arc'teryx, ce sont les gammes  68g/2 oz et 100g/3 oz qui sont utilisées. Certes, c'est plus léger que notre parka, n'oubliez pas qu'on parle d'une isolation prévue pour une activité physique soutenue en plein froid.

Ensuite, comme je l'ai dit, il y a nous et notre parka à 133g/m2 (=4 oz).

Puis il y a Kanuk, marque québécoise qui vend des parkas qui vont de -15°c à -30°c, qui utilise les deux épaisseurs de Climashield au-dessus du notre, à savoir la version 170g (=5 oz)  et la version 200g (=6 oz).

Ça vous donne donc une bonne idée où situer notre parka en terme d'amplitude thermique.

Du coup, notre parka est pile au milieu, entre les épaisseurs utilisées pour de la randonnée et celles utilisées pour des vêtements très grands froids. Ça décrit bien l'esprit de la pièce : largement chaude pour un hiver français, même en cas de posture immobile.

On a d'ailleurs fait un essai avec la version 5 oz, mais c'est clairement trop chaud pour un hiver français, et la parka devient trop volumineuse à mon goût (alors que l'intérêt du Climashield gamme APEX, c'est justement cet incroyable ratio chaleur/volume).

Une parka qui vous permettra de tourner le dos au froid de faire des promenades méditatives.

Ma réponse "en pratique"…

Bon, en pratique, ça donne quoi ?

Test #1 par : moi-même

Les occasions de la tester par grand froid ont été rares, mais j'ai réussi à avoir un prototype presque à ma taille lorsqu'il a fait 2°c à Paris, avec une averse mi-pluie, mi-neige. Bref, le grand kiff !

J'avais juste une chemise en flanelle en-dessous.

Je l'enfile, je descends sur le trottoir de notre bureau et… j'attends.

Je n'ai pas eu froid du tout, à 2°c, avec juste une chemise, et en étant totalement debout, en attendant (je n'ai pas marché, je voulais vraiment tester l'isolation en étant immobile).

Au bout de 30 min à attendre debout, sans bouger sous la pluie, je commence à m'ennuyer et je mets fin au test. Bon niveau étanchéité, j'étais parfaitement au sec (encore heureux) et niveau froid, je n'ai jamais été en difficulté malgré ma chemise en-dessous.

Test # 2 par : Julien, notre chef de produit

Julien, le chef de produit a testé cette parka pendant plus longtemps que moi car le prototype était parfaitement à sa taille.

Habituellement, il porte une doudoune en duvet et un blouson Blocktech Uniqlo par-dessus (blouson qu'il déconseille par ailleurs à cause des performances médiocres).

Voici donc son retour :

  • Il n'a jamais, jamais, jamais eu froid. Je pense qu'il a testé la parka entre 4°c et 15°c.
  • chose intéressante, quand il a dû courir pour prendre le train et qu'il faisait plus de 10°c, il a eu chaud chaud, mais bien moins qu'avec sa combinaison habituelle doudoune duvet + blouson Uniqlo, où là, il a clairement trop chaud.
  • Il a eu la sensation que cette parka régulait très bien la température, il a "toujours été bien sans avoir trop chaud ou trop froid quelque soit la température extérieure" (je cite).
  • Côté pluie, il rapporte : "aucun souci, rien ne passe"

Test #3 par : Oana, responsable e-commerce

Certes, c'est un vêtement pour homme, mais j'ai lourdement insisté pour que Oana, qui s'occupe de l'eshop, essaie quand même cette parka.

Elle l'a donc porté, quand il faisait 2°c, elle n'avait pas de maille, et elle a été impressionnée de cette sensation de chaleur réconfortante parfaitement dosée, elle qui était arrivée grelottante le matin même. A noter : contrairement à moi, elle n'a pas l'habitude du techwear, elle ne porte que des vêtements "classiques", c'était donc une belle découverte pour elle.

Parce que je ne vous cache rien : les limites de ce vêtement

Bon, là, avec toutes ces matières incroyables, ça serait très facile de vous promettre que ce vêtement pourra même faire le café. De vous dire que vous pourrez faire l'ascension de l'Everest avec. Ou aller en Antarctique, et boire un petit thé en terrasse parisienne quelques jours plus tard.

Mais ce n'est jamais tout noir ou tout blanc…

Cette parka sera donc :

  • Suffisamment chaude si vous souhaitez la porter dans un hiver québécois à -15°c ou -20°c AVEC mid layer en-dessous type grosse maille + base layer épais type ultra warm d'Uniqlo .
  • Trop chaude pour faire de la randonnée en hiver.

Voilà, si jamais vous la prenez pour barouder dans des contrées froides dans le monde entier, envoyez-nous vos photos !

Peut-on faire du ski avec ?

Très franchement, je me pose la question. Je ne suis pas skieur, donc je ne pourrai pas répondre. En terme de chaleur, d'imperméabilité, il n'y aura aucun problème.

Mais je pense que, pour vous les skieurs intensifs, vous ayez besoin d'une isolation plus légère, plus adaptée à une activité physique intense, comme les épaisseurs 2 oz et 3 oz.

Et pour l'utilisation en deux roues ?

En théorie, effectivement, cette parka a tout pour être votre amie sur le scooter grâce à sa chaleur et à son imperméabilité.

Mais, je n'en démordrai pas : que ça soit en moto ou en scooter, le seul équipement à avoir c'est un blouson de moto, avec des coques de protection au niveau des épaules, du dos et des coudes. Je préfère vous décevoir sur ce point plutôt que de mettre votre sécurité en jeu.

Une parka fonctionnelle

Je récapitule : le Cordura est fabriqué au Japon, tandis que la membrane et le Climashield sont fabriqués aux Etats-Unis. Puis le tout arrive dans notre atelier en Roumanie spécialisé dans de la pièce technique, et équipé des fameuses machines pour les coutures soudées. C'est lui qui va fabriquer la parka.

On en également profité pour demander tout un tas de finitions :

Une patte de réglage pour la capuche

C'est un élément classique qu'on a sur les parkas, ça permet de régler la profondeur de la capuche. Ici, on a veillé un choisir un élément dans un beau métal plus qu'un plastique banal.

L'intérêt est d'avoir une capuche qui s'adapte parfaitement à votre tête… et aux conditions climatiques.

Les traditionnelles poches polaires

Vous les adorez sur tout notre outerwear, elles sont évidemment bien présentes. Et elles sont doublées polaire, en bleue sur la photo :

Vos mains seront au chaud dans cette poche dont l'ouverture est soulignée par une bande de gros grain ton sur ton.

De grandes poches pression

De grandes poches extérieures habillent cette parka, car sur une telle pièce, vous avez besoin de ranger vos gants et bonnets dans des poches prévues à cet effet.

Finies les poches trop petites pour mettre son bonnet !

Des pattes de serrage aux manches

Si vraiment un déluge de pluie et de neige s'abat sur vous, des pattes de serrage sont placées sur le poignet.

Deux positions sont disponibles avec cette patte de serrage. Non visible sur la photo : à l'intérieur de la manche, il y a un bord côte qui vient bien se plaquer au poignet pour éviter le moindre courant d'air.

Une poche poitrine zippée à tout faire

Notez que les embouts des cordons sont en métal, pour avoir une touche plus haut de gamme que des bouts plastifiés. On ne le voit pas sur la photo, mais il y a deux grandes poches intérieures au niveau de la poitrine.

Bon, là c'est du classique, c'est une poche poitrine utile pour vos écouteurs ou vos documents de voyage.

Deux poches intérieures zippées

A noter qu'on a vraiment travaillé la profondeur de ces poches, vous allez voir beaucoup de place !

Une poche secrète au poignet

On a rajouté également une petite poche invisible et zippée au niveau du poignet droit, parfaite pour y mettre une carte de transport !

Ne perdez plus jamais votre carte de métro.

Des zips YKK de la gamme Vislon

Il était très tentant de prendre des zips en métal, mais j'ai préféré m'orienter sur les zips injectés YKK de la gamme Vislon, car ils sont très légers, et surtout très fiables.

Et je reconnais que YKK a fait un super job, car l'effet patiné du zip est très réussi :

Le travail de patine sur un zip qui n'est pas en métal est remarquable, peu de fournisseurs savent le faire.

Parmi tous les zips que j'ai pu essayer, le Vislon de YKK est un de mes préférés, car il a une très bonne qualité de zip.

Bonus : le masque anti-froid intégré

Là, c'est la cerise sur le gâteau. En interne, on l'a affectueusement surnommé le "blizzard mask".

Si jamais il y a beaucoup de vent/pluie/neige, il y a une protection supplémentaire, un masque à enfiler qui peut même remplacer une écharpe en cas d'urgence.

L'inspiration me vient de notre voyage au Japon en mars dernier, où j'ai été absolument impressionné de voir la sophistication des écharpes de certaines marques outdoor, qui n'avaient rien à voir avec un simple morceau de tissu de forme rectangulaire.

Le masque en question peut rester dissimulé.

Et ice "mask" est même doté :

  • d'une petite ouverture pour faciliter la respiration
  • d'une doublure intérieure en mesh
  • et de deux cordons de serrage pour l'ajuster parfaitement

Mine de rien, si ce masque était censé être un petit bonus — presque un easter egg —, sa conception n'a vraiment pas été simple.

Il a fallu trouver un juste équilibre entre sa longueur, sa tenue, la tension des bandes en jersey qui le maintiennent, son aération, etc.

Mais on en est incroyablement fiers. Parce que même pour un élément en plus, on a poussé le truc à fond. Et surtout, ce masque anti-tempête m'amusait beaucoup, et j'espère que ça sera aussi le cas pour vous !

A NOTER : à ceux qui ne veulent pas entendre parler de techwear, rassurez-vous, l'utilisation de ce masque est totalement optionnelle ! Quand vous ne l'utilisez pas, il reste au fond de la capuche, et personne ne se doute de quoique ce soit. Si vous mettez la capuche sans le masque, vous ne sentirez rien, à part si vous êtes un descendant de la Princesse au petit pois.

Les deux cordons de serrage servent à ajuster la tension du masque. Vous êtes prêt pour les pires conditions !

Quand porter cette parka ?

Je dirai qu'entre -10°C avec un gros pull, et +10°C avec un sweatshirt, vous êtes bien.

En ce moment avec les -3°C le matin et 2°C l'après-midi sur le territoire français, on est pile dans la température d'usage.

Comment porter cette parka ?

Avec un cardigan et une chemise en jean

Avec cette pièce qui appelle au layering, vous avez la place de porter votre grosse maille préférée confortablement, alors ne vous en privez pas.

Sur cette tenue entièrement BonneGueule, on est dans la facilité : un jean brut indispensable, une chemise en jean délavé pour du contraste, et le cardigan alpaga qui va apporter de la lumière.

Avec un pull gris texturé

Je l'ai souvent répété, le gris est une couleur qui permet d'intégrer des couleurs plus variée que le bleu dans une tenue, car il "calme" les couleurs.

C'est pour cette raison qu'il se marie bien avec la parka olive. Le jogpant, de part sa coupe, ajoute du dynamisme à la tenue et vient joliment tomber sur nos boots.

Tenue full BonneGueule !

Avec un pantalon plus audacieux

Forcément, notre coloris bleu marine se marie bien avec une tenue aux connotations plus habillées. Pour éviter d'avoir un résultat un peu triste, pensez à mettre un pantalon plus fun, comme notre pantalon de costume Ferla.

Tout vient de BonneGueule dans cette tenue, à part la cravate qui est une Howard's.

Le double zip permet d'ouvrir le bas pour plus de confort, ou simplement pour un twist visuel !

Pour conclure : une parka qui va vous faire oublier le froid

Et voilà, on arrive au bout de ces 6304 mots consacrés à cette parka. J'espère que vous avez pu vous rendre compte du plaisir et de la passion qu'il y a derrière.

Je ressens aussi une grande fierté. Oui, car d'habitude, les marques qui s'aventurent sur ce genre de produits ont des moyens bien plus conséquents que nous et/ou une longue expérience dans le vêtement technique.

Je suis donc fier de proposer une parka qui allie trois technologies textiles majeures (Cordura, eVent, Climashield) et performantes destinée à un usage urbain, car j'aurai aimé voir ce genre de pièce plus souvent chez les marques françaises contemporaines.

Je suis également fatigué de lire des descriptions de vêtements très laconiques du type "tissu technique imperméable", car au prix auquel sont vendus ce genre de vêtements, vous méritez d'avoir toutes les informations, toutes les données nécessaires pour faire votre choix. C'est de la transparence saine, et non de la "transparence marketing".

Et même si cette parka est le cadet de vos soucis, le fait de savoir que, désormais, vous savez décrypter un test d'imperméabilité en colonne d'eau, comprendre le MVTR dans le cadre d'une activité physique, avoir une idée générale du fonctionnement d'un isolant à filaments continus, moi, ça m'emplit de joie. Pour de vrai.

Sur ce, je vous souhaite de rester au chaud ! A très vite de l'autre côté, ce samedi 15 décembre, pour le lancement !

Benoît

Benoît Wojtenka Benoît Wojtenka

J'ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j'aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées.
Et j'ai quelques lubies : le sport en salle, le techwear… Et j'adore le thé sous toutes ses formes, que je bois à raison de plus de trois litres par jour.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.