Atelier Bertrand : quand le cuir de luxe devient abordable

Temps de lecture : 15 minutes

48

Le beau cuir, ça coûte très cher.

J'ai l'impression d'avoir répété cette phrase des milliers de fois ces dernières années, et non sans amertume ! Pour vous, comme pour moi d'ailleurs... Car pour être tout à fait honnête, les belles pièces en cuir sont si chères que je ne possédais pas moi-même de blouson jusqu'à l'année dernière.

J'avais beau en avoir vu passer des tas, je remettais cet achat à plus tard : je voulais prendre le meilleur, et j'étais prêt à économiser une grosse somme pour.

Pourtant, aujourd'hui, je voudrais vous présenter une marque qui essaye de changer la donne. Son ambition ? Proposer des pièces en cuir de haute qualité, à des prix compétitifs...

Atelier Bertrand, l'histoire d'un passionné

Atelier Bertrand est une jeune marque fondée et tenue par un seul homme : Jérôme Bertrand.

Grand amateur de mode depuis son adolescence — particulièrement de pièces en cuir — il dédie ces cinq dernières années à dénicher les meilleurs acteurs du marché. Il écume les tanneries et fabricants français les plus qualifiés, jusqu'à enfin atteindre son objectif en 2015 : il commercialise ses tous premiers blousons en cuirs de luxe, à des tarifs attractifs.

Certains d'entre vous connaissaient peut-être déjà son travail sous son ancien nom, "Game Of Fabrics". Mais Jérôme veut aller plus loin, surpasser ce qui se fait déjà en termes de rapport qualité/prix.

Pour ce faire, il fonctionne à présent selon un système de pré-commandes, ou "made-to-order" : chaque pièce commandée est conçue spécialement pour vous, suite à un rendez-vous privé avec le fondateur. Il peut ainsi se passer des frais habituels de stockage ou de boutique physique, en plus de proposer un produit personnalisé selon les besoins du client.

En poursuivant sur sa lancée, la marque commence même à étendre son offre à d'autres produits comme la ceinture et le porte-cartes.

Sachez donc que, derrière un site internet encore un peu brut de décoffrage, se cache en fait une véritable pépite ! Un de ces "bons plans" un peu confidentiels, que nous sommes toujours excités de partager avec vous.

Commençons par sa pièce phare, qui est le blouson...

Le blouson "Biker" fabriqué en France — Gamme "luxe" (990 €)

Un luxe dénué de marketing

"Luxe" est un terme à utiliser avec parcimonie et précaution quand on parle de vêtements.

À mon sens, si l'on exclut tous les critères de prestige, de communication et d'image, quand on parle d'une "qualité luxe" ou "de marques d'ultra-luxe", on parle de ce qui se fait de meilleur en prêt-à-porter. Sans exception.

Un nouveau travers de communication apparaît malheureusement chez de plus en plus de marques : amalgamer le milieu de gamme, le haut de gamme et le "luxe". Comme si les mots étaient interchangeables, simplement pour se démarquer de l'entrée de gamme.

Un agneau plongé révèle tout son potentiel au soleil ! (Pull Paris Yorker, lunettes Oliver Peoples, Pantalon DeBonneFacture, Jodhpur BonneGueule X Septième Largeur)

Or, si l'on peut trouver mille-et-unes raisons de critiquer les maisons de luxe, c'est malgré tout ce petit "plus" qui existe bel et bien, ce petit cran de qualité au-dessus du très haut de gamme, qui fait que même les passionnés ressentent un peu d'enthousiasme à la mention des "grands noms" — alors même qu'ils connaissent leurs dérives sur le bout des doigts.

Si je vous explique tout ça, c'est pour que vous puissiez saisir la valeur de ce qu'Atelier Bertrand veut proposer avec ses blousons : il sont réalisés dans les mêmes ateliers que ces marques, avec la même qualité de peaux et le même niveau de finitions... mais avec les marges d'une marque "direct to consumer".

Une confection de haute volée

Les ateliers d'une grande maison de luxe française

Si la confection des blousons Atelier Bertrand est bien confiée aux ateliers d'une maison française bien connue... je ne peux vraiment vous dire de laquelle il s'agit.

Si vous prenez rendez-vous avec Jérôme, vous verrez qu'il est loin d'être avare en informations : il a une véritable démarche de transparence sur la qualité du produit, sa provenance, et même son coût.

Seulement, pour lui éviter tout conflit avec cette maison ou ses ateliers, il m'a paru plus sage d'en taire le nom. Disons simplement qu'elle est particulièrement reconnue pour ses cuirs au style très fort et que, lorsqu'elle sort un modèle avec un niveau de complexité similaire, fabriqué dans ce même atelier français, elle le vend aux alentours de 5000 €... Les connaisseurs devineront peut-être de qui je parle...

Un très beau travail de finition sur ces coutures rabattues.

Des sommes faramineuses pour un blouson, qui permettent de remettre en contexte le prix de celui que vous avez sous les yeux : les 990€ peuvent paraître onéreux au premier abord, mais quand on réalise ce que devrait coûter une telle pièce, on comprend rapidement à que c'est une affaire.

Une pièce fabriquée avec soin

En plus de vous donner la satisfaction de porter un produit réalisé dans notre beau pays, cette confection est surtout un gage de qualité. On le remarque à travers de nombreux petits détails, beaucoup plus soignés que d'usage dans cette gamme de prix.

Qu'il s'agisse du passepoil couvrant le bord des zips, des coutures rapportées créant un petit repli à la manière d'une couture anglaise, ou encore les bords et revers du blouson contrecollés, on voit que rien n'a été laissé au hasard. La découpe et l'assemblage sont effectués avec précision.

Un joli relief sur ces bords de revers, contrecollés de cuir. Notez les plis sous l'épaule : loin d'être dus à la qualité de la peau, ce n'est que le cuir d'agneau qui suit la tension exercée par le corps du porteur.

Pour s'assurer du confort de la pièce, la marque choisit toutes ses doublures en acétate-cupro. Plus onéreuse qu'une doublure 100% viscose, elle a aussi un toucher et un aspect plus soyeux, tout en présentant une excellente respirabilité.

Les fournitures métalliques ne sont pas en reste : boutons en laiton massif — sans nickel pour éviter les éventuelles allergies —, et des zips de la gamme "Excella" d'YKK. Sans vouloir faire le "geek du vêtement", je vous assure que leur glisse fluide, et l'impression de robustesse qui en émane, apporte un vrai petit plus à la pièce !

Une doublure en acétate-cupro, pour un rendu plus soyeux.

Quid de l'emploi-matière ?

C'est une notion à laquelle on ne pense jamais quand on ne connaît pas la confection des objets en cuir, mais elle joue un rôle extrêmement important son prix et la qualité du produit fini.

Le cuir est une matière naturelle, provenant d'un animal. Durant sa vie, il ne conservera pas une peau parfaite en tout point. Or, quand on veut produire une pièce haut de gamme, il faut trier et découper à la main les différentes zones d'une même peau pour que toutes soient du même niveau. Logiquement, ce procédé utilise beaucoup plus de matière que si l'on avait des exigences moins élevées...

Ce blouson a un emploi matière très conséquent : pour découper les 38 pièces de cuir qui le composent, il faut jusqu'à 7 peaux pour que tout soit parfait.

Un coup d'oeil sur le dos du blouson permet de se rendre compte de la complexité du montage : un total de 38 pièces de cuir sont nécéssaire à son assemblage !

C'est un travail long et fastidieux, qui se fait directement par l’œil expert de l'artisan. Il augmente grandement les coûts de production, alors que le cuir utilisé est déjà onéreux au départ !

Parlons d'ailleurs de la qualité de ce cuir...

Une tannerie française d'exception

Un beau blouson en cuir, c'est avant tout une très belle peau.

Comme pour ses ateliers de confection, Jérôme a choisi une tannerie qui travaille dans l'ultra-luxe. De nouveau, je ne peux que m'exprimer en devinettes : le cuir utilisé ici est exactement le même que celui de certains sacs pour femme, ceux d'une marque considérée comme "ce qu'il se fait de mieux" en la matière. Ses anciens modèles gagnent de la valeur avec le temps, tant ils sont prestigieux... Il y a deux candidats possibles, je laisse libre cours à votre imagination !

Les peaux sont toutes d'origine exclusivement européenne, puis travaillées en France.

Une fois ces informations données, disons qu'en ce qui concerne le cuir, une image vaut mille mots. Je suis bluffé par sa manière de prendre la lumière, par sa souplesse et son toucher.

De près, vous pouvez voir le grain marqué, mais très fin, d'un bel agneau.

Moi qui ne porte pratiquement pas de noir, je trouve qu'ici, la couleur met l'accent sur la noblesse du matériau et la profondeur de la teinture.

Soyez sans craintes cependant, si vous préférez le bleu, le camel ou le vert, ce n'est pas le choix qui vous manquera !

De la personnalisation à foison

Un choix conséquent

L'autre gros point fort d'Atelier Bertrand est la personnalisation, dont une bonne partie n'engage aucun surcoût pour le client.

Au-delà des multiples styles de base proposés — de la surchemise au perfecto, en passant par le bomber —, vous verrez que la marque a plus d'un tour dans son sac !

Commençons par le choix des cuirs : que vous soyez plutôt agneau plongé ou chèvre velours, ils se déclinent dans une vaste palette de couleurs. D'ailleurs, la tannerie fournissant les cuirs velours d'Atelier Bertrand n'est pas en reste par rapport aux lisses, et fournit elle aussi de grands noms dans le luxe français et le haut de gamme.

Les coloris en agneau plongé...

... Et en chèvre velours !

En bonus et uniquement sur du noir, la marque propose des finitions différentes, comme l'agneau foulonné, et l'agneau foulard.

Question design, s'il n'est pas possible de faire absolument ce que vous voulez, vous pourrez retirer des détails sur un des huits modèles existants (zips, poches, languette...). De plus, vous avez la possibilité d'ajuster les manches à votre longueur gratuitement : finis les problèmes de taille pour les bras un peu courts, comme les miens !

Comme vous pouvez le voir, la qualité des cuirs en chèvre velours n'est pas en reste non plus.

D'autres options pour aller plus loin

Maintenant, listons les options payantes, qui peuvent intéresser ceux qui veulent un produit plus personnalisé encore :

  • Tous ces coloris sont au même prix. Cependant, si les échantillons ici présents ne vous suffisaient pas, il serait éventuellement possible de travailler sur un coloris exclusif et inédit pour 240 € ! Pour les plus connaisseurs d'entre vous, la marque est même capable de vous trouver des peaux plus rares ou exotiques, comme le renne velours dont la souplesse et la douceur sont inégalées.
  • La marque dispose également d'une offre entièrement réalisée à vos mesures ! Pour 290 €, vous pouvez soit lui fournir vos mensurations (correspondant à un blouson qui vous va déjà bien), soit les prendre directement en rendez-vous avec la marque, chez son modéliste.
  • Ce n'est toujours pas assez ? Pas de problème. Jérôme peut même, sur devis, vous proposer un design réalisé à partir de vos propres inspirations. En revanche, ici, comptez un surcoût vraiment plus conséquent. Tout dépend de la pièce choisie et de son niveau de complexité, mais estimez que pour réaliser votre propre patron et travailler votre propre design, ce sera au moins le double du prix... Toujours plus abordable qu'aller en maison de luxe, cela dit.

Bon, après tout ça, vous vous dites peut-être que cette marque n'est pas faites pour vous, car trop onéreuse malgré la qualité...

Eh bien, là aussi, Atelier Bertrand a pensé à vous !

Les blousons "haut de gamme accessible" (690 €)

Un produit de qualité pour les plus petites bourses

Meilleures peaux, meilleurs ateliers... Je ne peux que comprendre et saluer la démarche de Jérôme. Mais aussi compétitive que puisse être sa gamme luxe, il souhaitait aussi pour pouvoir s'adresser à un public plus large.

Un très beau modèle en cuir vert bouteille de cette nouvelle gamme plus accessible.

Bien conscient que tout le monde ne pouvait pas dépenser 990€ dans un blouson, Atelier Bertrand propose depuis peu une gamme de cuirs plus abordables à 690 €... avec le même niveau de confection, les mêmes options de personnalisation, la même variété de modèles, et dans les mêmes ateliers ! Le tout sur un cuir qui reste vraiment excellent.

C'est d'ailleurs une extension si récente de son offre qu'on vous l'annonce en exclusivité ici ! Pour y avoir accès, il faut contacter Jérôme directement, car vous ne trouverez pas encore cette gamme sur son site web. Pour tout vous dire, Jérôme hésitait à communiquer dessus aussi tôt... Que voulez-vous, quand j'ai appris son existence, j'ai insisté pour pouvoir vous en parler car je me suis dit qu'elle intéresserait un bon nombre d'entre vous !

Toujours ce même niveau de confection et de détail.

Un beau cuir provenant du Puy-De-Dôme

Alors comment la marque peut-elle proposer une seconde gamme à un tel prix ? Elle a tout simplement choisi un "sourcing" de cuir moins onéreux.

C'est dans le Puy-de-Dôme qu'il est finalement parvenu à dénicher une tannerie aux peaux plus abordables mais de grande qualité. Et tout comme pour la version "luxe", l'atelier ne sélectionne que les parties de tout premier choix, dépourvues de veines, zones creuses, ou autre réel défaut.

À vrai dire, Jérôme souhaitait proposer ce produit dès le départ, avant même de créer la gamme luxe. Il lui aura pourtant fallu plus d'années pour trouver cette tannerie qui, malgré sa structure de marges, lui permettrait de conserver ses exigences tout en proposant de belles peaux pour 690 €... toujours entièrement made in France.

Mais du coup, quelle est la différence avec la gamme luxe ? Honnêtement, en photo, vous aurez probablement du mal à la voir.

Vu de très près : le grain impeccable d'un cuir noir de cette nouvelle gamme. Difficile de trouver quelque chose à redire.

C'est aussi une des caractéristiques du cuir : passée la question des défauts plus visibles, c'est une matière qui se comprend autant à la saturation de ses pigments ou à son toucher, qu'à la façon dont elle prend la lumière. Il faut la voir bouger, réagir, afin de pouvoir comparer la qualité de deux peaux.

Disons que la gamme luxe a une prise de lumière un peu plus chatoyante, une plus grande souplesse, et quelque chose de plus dans la profondeur des couleurs.

Au-delà de cela, cette gamme "accessible" reste très impressionnante pour le prix proposé, surtout en conservant une telle confection entièrement française.

Ce même cuir, monté sur une forme "café racer".

Du côté de la personnalisation ?

Pour le moment, la marque ne dispose que d'une palette plus restreinte, sur l'agneau plongé. Quant au suédé, il est uniquement disponible dans cette gamme en agneau velours noir, et provient de la même tannerie que le premier.

Pour la gamme "accessible, le choix de coloris est plus restreint mais reste intéressant, surtout pour ceux qui souhaiteraient des couleurs assez vives.

Petit rappel sur les exigences vis-à-vis de la perfection d'un cuir

Si l'aspect homogène du cuir est frappant sur une peau d'une telle qualité, il faut rester réaliste quant à ce qu'on appelle "une peau sans défauts". C'est une matière naturelle, qui provient d'un animal et non d'un métier à tisser. Une tâche légèrement plus claire sur un ou deux millimètres de large, une minuscule éraflure qu'on ne voit que de très près... Même en maison de luxe, ce sont des choses qui arrivent, et ne rendent pas la pièce non éligible à la vente.

Il y a aussi la question des plis. Vous verrez que l'agneau prend rapidement de grands plis d'aisance là où vous vous mouvez, comme sur vos bras. Il présente aussi de légers plis plus "froissés" par endroits, par exemple près d'un grand zip central. Ces marques sont complètement différentes des zones creuses ou des veines, qui se manifestent par des reliefs inopinés en plein milieu d'une peau, ou un aspect "gondolé".

Simplement, l'agneau plongé est une matière si souple qu'elle réagit différemment selon l'endroit. Par exemple, mes épaules légèrement en avant font que, sur ce blouson très fitté, de petits plis apparaissent en-dessous de la couture de l'épaule à l'avant.

Bref, je vous encourage à toujours être exigeants sur les matières, mais ne prenez pas peur à la moindre aspérité !

Des ceintures abordables

Si la pièce phare d'Atelier Bertrand reste le blouson, depuis peu, la marque dispose aussi de produits au positionnement plus accessible sur de la petite maroquinerie. À commencer par les ceintures, sur lesquelles il propose trois modèles : deux ceintures habillées de largeurs différentes, et une ceinture réversible un peu plus créative !

La ceinture habillée (69 €)

Pour ceux qui recherchent quelque chose de portable avec un costume ou un chino, deux designs différents sont disponibles : une ceinture très classique et plutôt formelle de 30mm large, à boucle rectangulaire, et une autre un peu plus discrète, dont les 25mm de large peuvent donner une allure plus précieuse, ce qui est renforcé par sa forme de boucle plus arrondie.

Les deux modèles de ceintures classiques : en 3cm, veau grainé cognac à gauche, et en 2,5cm en veau lisse cerise à droite !

Disponibles en cuir lisse ou grainé, elles sont vendues avec une taille unique, ajustable à moindres frais chez un cordonnier(pas plus de 5€), ou  directement par la marque avant l'envoi si vous êtes sûrs de votre taille !

Cela permet d'avoir une longueur parfaitement adaptée à votre taille, plutôt que des incrémentations par 5cm comme on les trouve habituellement, et vous dispense d'un retour inutile en cas d'erreur sur le choix de taille.

La ceinture réversible (99 €)

Pour ceux qui voudraient un modèle plus original et casual, la marque a créé une ceinture avec un petit twist sur la boucle : deux formes baptisées "Stadium" et "C-Shape" sont disponibles. Elles ont l'avantage d'être détachables en un geste, et de masquer le pan superposé de la ceinture une fois fermée.

Ce que j'apprécie avec ce design ? Si vous veniez à prendre ou perdre quelques kilos et à devoir décaler la fermeture d'un trou, l'aspect de la ceinture ne changerait pas puisque le pan est masqué !

Question taille, pas d'ajustement à faire ici : la ceinture est d'une largeur de 30 mm, et est disponible de la taille 75 à 115.

Deux modèles différents : notez les deux formes de boucles "Stadium" à gauche et "C-Shaped" à droite.

La marque s'est aussi intéressée aux jeux de matières, en associant à chaque fois une face grainée et lisse, disponibles dans de nombreuses combinaisons de couleurs.

Jérôme m'a dit que l'idée était de toujours proposer une couleur assez facile à porter, associée à une couleur plus originale pouvant occasionnellement apporter une touche de fun à ses tenues !

En voici quelques unes (ordre lisse et grainé) :  rouge et cigare, noir et bleu pétrole, gold et moutarde, bordeaux et terre battue, chocolat et bleu ciel...

J'ai personnellement opté pour la boucle C-Shaped dont je trouve la forme plus racée, ainsi qu'un combo "olive / blanc cassé". Je me vois bien utiliser la première face pour faire un petit camaïeu de verts dans une tenue, et faire usage de la seconde pour créer un rappel de couleur avec une paire de sneakers blanc cassé !

Le modèle que j'ai choisi : le coloris "olive / blanc cassé" avec la boucle "C-shaped". J'aime beaucoup le côté épuré de sa forme. (Bague achetée sur Etsy)

La confection et les détails...

Venons-en à la confection ! Comme pour les fournitures métalliques des blousons, les boucles sont en laiton massif, avec une finition sans nickel hypoallergénique.

Tous les modèles sont réalisées dans un atelier labellisé Entreprise du Patrimoine Vivant, dans la région de Limoges. Les tranches sont poncées et teintes à la main pour un rendu net, et les ceintures classiques sont contrecollées de cuir.

Des tranches poncées et enduites à la main pour un rendu plus net, et une boucle en laiton massif.

Des cuirs entièrement européens, à la provenance contrôlée

Pour proposer une confection entièrement française à ce prix-là, sans compromettre la qualité, la marque a choisi de se fournir en cuir chez une d'une tannerie espagnole. Toutes ses peaux sont de provenance espagnole ou française. En l'occurence, Atelier Bertrand opte pour une teinture minérale plutôt que végétale.

Un cuir grainé espagnol qui va conserver sa couleur dans le temps.

Notez que si le tannage végétal est très prisé pour la patine qu'il prend dans le temps, il n'est pas adapté à un modèle pensé pour garder un aspect inchangé au fil des années, et dont on voudrait conserver la couleur initiale ! Par ailleurs, il ne permet pas d'obtenir certains coloris très vifs.

Quant aux doublures des modèles classiques, elles sont en cuir de vachette pleine fleur, au tannage végétal qui va lui se patiner avec le temps, sélectionné auprès d'une tannerie française datant de 1890. Tout est donc bien contrôlé côté provenance des matières !

Des porte-cartes de luxe rendus accessibles (85 € et 119 €)

Deux tailles, deux possibilités

Pour finir en beauté, parlons du porte-cartes, dernier produit en date de la marque !

Etant donnée la nature précieuse et moins fonctionnelle de l'objet, Jérôme a de nouveau misé sur un positionnement luxueux, faisant le pari que les clients préféreront mettre un peu plus dans cet accessoire. Réalisé dans un cuir de veau grainé pleine fleur, il est décliné en deux formats différents.

D'abord, un grand porte-carte pliant (119 €) avec six fentes pour cartes et deux grandes fentes intérieures. Il pourra contenir toutes vos cartes, y compris notre chère carte d'identité française, dont le format si original est la hantise des marques de petite maroquinerie. Cela dit, il faudra être un peu conciliant sur le pliage du porte-carte, qui ne sera pas tout à fait symétrique du fait de la présence de la carte...

Le porte-cartes en grand format. Cuir grainé bleu et bordeaux.

Ensuite, un petit format classique (85 €), avec deux compartiments de chaque côté et une fente centrale. Côté design, j'aime le twist sous la forme d'une encoche géométrique, qui apporte une touche d'originalité discrète.

Ce modèle-là sera plus adapté pour les jours où vous voudrez avoir des poches très peu chargées.

Le petit format, avec une déclinaison en perche du Nil, à gauche !

Des finitions poussées

Dans une optique de proposer un produit plus luxueux, la marque a emmené les finitions encore un peu plus loin que sur la ceinture.

Ici aussi, les tranches sont poncées et enduites à la main, mais elles ont été traitées avec une double couche de teinture pour un aspect lisse et agréable au toucher. Ce détail n'est pas anodin : très chronophage, il nécessite d'attendre que la première couche sèche, avant d'appliquer la seconde.

Des tranches poncées puis enduites deux fois, pour un ressenti vraiment haut de gamme.

Deuxièment, parlons filetage. L'artisan passe un fer à fileter sur les coutures — petit outil entièrement manuel — afin de les faire rentrer dans le cuir, faisant joliment ressortir les bords par la même occasion. C'est le genre de finition qu'on trouve seulement dans le très haut de gamme et le luxe.

C'est difficile à voir en photo, sur une texture aussi grainée, mais vous remarquez cette fine ligne qui suit le bord du portes-cartes ? C'est le fameux "filetage", qui donne un vrai relief à la pièce.

Des cuirs précieux

Le cuir n'est pas en reste ici non plus ! Ce veau pleine fleur grainé est déniché chez une tannerie labellisée "entreprise patrimoine vivant", dans la région de Millau. Elle qui fournit d'ailleurs les grandes maisons de luxe françaises sur la petite maroquinerie, dont une que vous connaissez tous, et chez qui on retrouve ce même cuir... (Un indice : c'est probablement encore la plus prestigieuse en France en terme de qualité.)

Un beau veau grainé, originaire d'une tannerie fournissant les plus grands noms du luxe.

Allez, juste pour le plaisir, sachez qu'il les décline aussi dans de magnifiques cuirs exotiques, comme la perche du Nil, l'alligator ou la patte d'autruche.

Je suis tombé amoureux du rendu de la perche du Nil, matière que je ne connaissais pas du tout ! Une fois sa peau travaillée, les écailles de ce poisson ont un rendu qu'on qualifierait presque de "suédé" !

De gauche à droite : l'alligator, la perche du Nil, et la patte d'autruche. Avis aux amateurs de textures fortes et exclusives !

J'ai été également surpris par la patte d'autruche, au motif très particulier, formé par une large ligne d'écailles centrales entourée de plus petites.

Le mot de la fin

Cette adresse est une véritable aubaine pour les passionnés, ou les amateurs soucieux d'avoir le meilleur rapport qualité/prix.

Comme moi, si vous avez longtemps bavé devant les pièces en cuir de luxe, mais que vous étiez frustrés par leurs prix prohibitifs, Atelier Bertrand est probablement la marque que vous attendiez sans le savoir. De même si sous souhaitez créer le blouson de vos rêves.

Jérôme m'a même confié sa vision à long terme : si sa marque se développe bien, il espère pouvoir devenir une véritable référence sur le marché, où l'on pourrait trouver tous les objets de mode en cuir, du blouson à la pochette d'ordinateur en passant par le sac, les gants, ou même les souliers... Toujours avec les mêmes exigences de qualité et de compétitivité !

Je lui souhaite beaucoup de réussite dans ce beau projet.

Nicolò Minchillo Nicolò Minchillo

Moi, c'est Nicolò. Chez BonneGueule, je réponds à toutes vos questions et demandes de conseils. À côté de ça, je m'occupe des tests de marques et je prête main forte au pôle édito. J'aime la funk, le jiu-jitsu brésilien, le bacon, les manteaux majestueux et les belles boots.

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Olio !

    Merci pour ce super retour 🙂

    Je prends un grand plaisir à savoir que mon article vous a convaincus de passer le pas, et que vous n’avez pas été déçus ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Kevin !

    Merci pour ton retour d’expérience ! Je suis ravi de savoir que tu as trouvé entière satisfaction.

    Et je suis sûr que suite à cette rencontre, tu peux comprendre pourquoi j’avais absolument envie d’écrire un article pour soutenir cette belle démarche 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Medy !

    Hé non ! Les boutons pressions ont « historiquement » ce rôle là sur les revers en effet (c’est ce que tu as sur tous les modèles de perfectos originels), mais ici ils sont purement esthétique, leur pendant inversé qui s’insère dedans n’est pas sur le blouson 🙂

    Tu peux demander avec ou sans. Par défaut ils y sont, et moi j’ai demandé à les laisser car ça fait partie des détails authentiques du perfecto et que je les aime bien.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Pierrick !

    Ah ce fameux multi zip ! Design très fort, j’ai hésité à me le prendre, c’est une sacrée pièce 🙂

  • Pierrick

    Bonjour Nicolo

    J’ai craqué pour le modèle multi zip couleur beige foncé en sur mesure , au final ça me coute le prix d’un belstaff pas sur mesure ,je te ferais un retour dans 6 semaines à réception du blouson

  • Nicolò – BonneGueule

    Chouette !

    Ah j’espère qu’il corrigera ça bientôt 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Louis !

    Merci à toi de l’avoir lu 🙂

    Non, pas à ma connaissance. Jérôme organise parfois de petits « showroom » dans des boutiques multimarques mais par défaut le mieux est de prendre RDV avec lui et il amènera des exemplaires pour te les faire essayer !

    Quand je dis que c’est une petite marque, c’est vraiment le cas : Jérôme fait encore tout tout seul pour le moment et n’as pas encore de point de vente physique !

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour Gwen 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Oui quand il fait suffisamment sombre ce vert bouteille peut paraître noir / gris foncé, mais à la lumière c’est très très vert ^^

    Il est exclusivement à Paris malheureusement. 🙁

    Sincèrement, la différence est pas « à peine visible », mais en photo, oui.

  • Nicolò – BonneGueule

    Si tu es sensible aux beaux cuirs, oui, tu vas le remarquer à la vue et au toucher. Ca reste franchement très bien cette gamme à 690.

    Je te l’ai décrit du mieux que je pouvais, mais malheureusement c’est compliqué d’expliquer la différence entre deux cuirs très similaires avec des mots ^^

    Tu sais si tu as un gros doute autant demander à Jérôme d’amener les deux pour comparer 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Pour moi AB reste au dessus.

    L’intérêt de Falcon Garments après la sortie de la nouvelle gamme AB c’est la quantité de choix de modèles, de peaux (chèvre, suédé, agneau, vachette), de coloris … Qu’Atelier Bertrand ne peut pas encore se permettre.

    Après le problème avec les marques comme AB qui bousculent le rapport Q/P c’est que les initiés peuvent vite perdre des repères et se dire que « tout ce qui ne s’en approche pas » est mauvais, mais c’est prendre les choses à l’envers.

    FG reste un très bon rapport Q/P 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Gabin !

    Tout à fait. C’est ce que j’explique au travers de tout l’article, et normalement il ne devrait y avoir aucun quiproquo sur le sens du propos 🙂

    On parle bien de « luxe à tarif attractif ». Pas de tarifs attractifs tout court. Je crois même avoir développé ça sur deux paragraphes entiers. ^^

    C’est « abordable » dans le sens où ça devient un achat réalisable (tandis que les prix des marques de luxe relèvent de « l’impossible » pour 95% des gens, même passionnés, et même dotés de revenus confortables…)

    Il ne devrait pas y avoir d’ambiguïté sur ce que veut dire « luxe ». Il n’y a pas d’abus de langage ici.

    Le problème vient plutôt du fait qu’évidemment, si l’on voit les publicités des marques raconter du pipeau toute la journée en disant vendre du « luxe bon marché », on est choqués face à la réalité du produit et de ce qu’il coûte…

  • Nicolò – BonneGueule

    Tu peux soit prendre RDV avec Jérôme qui peut t’amener quelques modèles, soit profiter de certains showroom qu’il organise ! Contacte la marque 😉

    Le seul désavantage qu’a Atelier Bertrand c’est peut-être ça 🙂 (Je ne pense pas que la boutique soit prévue de sitôt, ce n’est pas forcément compatible avec le business model de la marque)

  • Quentin Sastre

    Bonjour!
    Est ce possible d’essayer leur blouson quelque part? Je n’ai pas réussi à voir si ils avaient une boutique quelque part 😮

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est effectivement très, très lisse, et c’est aussi cette qualité là que tu payes ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Ca ne doit pas être à jour. Jérôme m’a justement expliqué qu’il avait retiré cette finition qui faisait grimper un peu trop le prix final de la ceinture.

    Et puis tu peux le voir si c’est fileté ou non ! Regarde le bord de la ceinture et compare le à celui du porte cartes ou celui des ceintures Atelier Particulier ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Si Jérémy, mais je pense que Yan veut aussi, sans nécessairement le réaliser, des partis pris de design « rock et tendance » 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    De me mouiller non, car je suis là pour ça aussi !

    De trancher, oui, car pour moi c’est assez similaire et je manque d’infos sur ce que fait vraiment AP pour en dire plus 🙂

  • david

    Bel article Nicolo ;
    Concernant les ceintures ; tu situes cela au-dessus (qualitatif et rqp) d’atelier particulier ?
    Je sais que parfois c ‘est difficile de trancher ou de se mouiller ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Gluons !

    C’est marrant parce que pour être honnête je te dirais qu’en terme de choix de couleurs, c’est le col roulé qui est le moins bien assorti ^^

    A mon avis : patine faible. J’ai vu celui de Jérôme (rouge vif) qu’il porte depuis 3 ans déjà. C’est son premier prototype dans ces agneaux là il me semble. Hé bien on dirait qu’il est presque neuf.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hé bien c’est parfait Fred !

    Oui, je lui expliquerai, mais ne sois pas étonné si, au prochain rendez vous, il est en trois pièces Cifonelli. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Bah moi je ne l’ai pas fait mais j’ai lu des retours très satisfaits sur le forum BonneGueule vis à vis de la prise de mesure.

    Un de nos « #10 » (des lecteurs qui vous aident le soir sur le chat en ligne pour choisir vos pièces BonneGueule), dont le pseudo ici est Han Solo, est très satisfait du sien qui a été entièrement customisé et à ses mesures. Il lui va super bien.

    Haha désolé, je comprends ce sentiment :p

  • Nicolò – BonneGueule

    Alors là pour le coup je n’ai pas été assez clair peut-être, je disais « pas comparable » dans le sens où ce sont des types de produits différents, notamment via le type de cuirs utilisés.

    Un peu comme si tu me demandais de comparer la qualité des fruits de deux primeurs en me montrant une banane à côté d’une pomme 😀

    Donc oui le RQP d’AB est techniquement au dessus mais après comme ce sont des produits qui ne se ressemblent pas du tout, ça ne change pas grand chose.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Antoine !

    Pas vraiment comparable dans le sens où belstaff privilégie des cuirs un peu plus épais et souvent dotés d’une patine d’usure… Mais quand même, AB c’est bien au dessus niveau RQP ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Yan !

    Non. En fait si tu veux du design et de la qualité à ces prix là, tu ne vas pas trouver de « marques magiques » chez qui tout est super beau et super quali, tout en correspondant exactement au style recherché.

    Il faut raisonner pièce par pièce 🙂

    Car effectivement la force de ces marques c’est le stylisme avant tout (proposer des collections qui font envie grâce à la cohérence des pièces entre elles. Pièces qui, isolées une par une, n’ont finalement pas grand chose de spécial la plupart du temps, ou peuvent être trouvées en mieux ailleurs)

  • Nicolò – BonneGueule

    Bonne question, pas testé les J&D.

    Je pense que ça va un poil plus loin niveau finitions chez J&D (les J&D ont un « filetage », comme sur le porte cartes AB) mais le rapport qualité / prix d’Atelier Bertrand fait très fort 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Atelier Bertrand. Comme dit dans un autre commentaire, ce n’est pas comparable 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Neymar !

    Merci !

    Oui regarde dans l’article sur la partie « customisation » j’explique que c’est une option possible 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Arthur 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Pas celle là. Je n’en dis pas plus, c’est vraiment important de ne pas mettre en danger l’atelier de confection comme la marque 🙂

  • Enguerrand

    salut Nicolo, très bon article comme d’habitude, dis moi la marque de haute couture qui a le même sourcing qu’Atelier Bertrand ne commencerait elle pas par un H ?

  • Arthur

    Et bien tout ça donne très envie. Vivement que je gagne au loto pour dévaliser tout ça !
    Merci pour l’article 🙂

  • Pierrick

    Oui très et gros choix de couleur en agneau plongé

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton témoignage Olivier 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Bah Aéro c’est de la repro militaire et vintage donc forcément… Même le type de cuirs utilisé n’est absolument pas comparable.

    Tu peux pas comparer du du cuir Horween a de l’agneau plongé comme ici.

    Mais en tout cas niveau « coût pour la marque / prix » clairement AB est bien au dessus ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Il est original n’est-ce pas ? 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Pas comparable.

    FG ce n’est pas ce genre de sourcing là. Ils font les choses pour que ce soit « similaire » a une qualité luxe mais c’est en aucun cas équivalent comme ici 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Honnêtement l’article était déjà long, il a fallu faire des choix ^^

    Merci !

    Non ce n’est pas celle à laquelle tu penses mais tu es pas loin niveau prestige 😉
    Je n’en dis pas plus !

  • Nicolò – BonneGueule

    J’en suis ravi, la marque le mérite ! 🙂

  • Majhen Olivier

    Bonjour,
    merci pour ce bel article très intéressant et le joli clin d’œil à cet artisan. Bravo pour avoir mis en avant un savoir faire made in France qui j’espère lui apportera le succès qui le mérite.
    Pour ma part, j’ai essayé il y a une semaine un perfecto pour rigoler… Ben essayé c’est l’adopter. Après avoir fait un tour chez une talentueuse couturière pour ajuster les manches, j’ai pu obtenir un perfecto sur mesure d’une très belle qualité par une manufacture italienne J’ai été surpris comme ce blouson se porte facilement et qu’est ce qu’il est agréable. C’est une pièce à avoir vraiment dans sa garde robe. j’aurai jamais imaginé en posséder un. Et en plus quand c’est dans un beau cuir… c’est top!

  • Medy

    très bon choix, magnifique blouson en cuir.
    Après j’ai un soucis avec Atelier Bertrand, c’est que j’aime pas vraiment leur modèle de base. Fantasmant depuis quelque temps sur la marque aero leather et leur 3 milliards de modèle de bases disponibles (dont beaucoup me font rêver), et secondairement sur falcon garnments, j’avoue que les quelques modèles basiques d’Atelier Bertrand m’émeuvent assez peu, même si je suis complètement prêt à te croire quand tu dis que la qualité de peau est au-dessus (la prise de lumière de ton perfecto le montre bien d’ailleurs). Après, la question c’est « A quel point au dessus ? »
    Je compte acheter bientôt mon premier blouson en cuir, le bootlegger d’aero leather en battered tan, voila comment ça rend (je veux exactement le même ^^) : http://www.thefedoralounge.com/threads/aero-bootlegger-battered-tan.87287/
    Cependant, le jour ou j’ai vraiment beaucoup d’argent, je vais chez AB pour me faire le blouson en cuir ultime en sur-mesure.

  • Pierrick

    Bonjour

    J’adore le modèle multi zip sur leur site ça fait envie …

  • Romain

    Bonjour,
    C’est un peu du Falcon Garments dans le principe non? A prix égal, entre un perfecto FG et un perfecto AB qui s’en sort le mieux?

  • Unknown

    On aurait aimé avoir un peu plus de photos de ton blouson et d’outfit! Il est magnifique
    Si leurs cuirs sont réellement les mêmes que ceux de cette certaine maison de sellerie dont on parle alors pas de doutes à avoir sur la qualité 😉

  • LpL

    Bravo Niccolo, tu sais nous faire envie..

  • Foucault Jérémy

    Merci de ta réponse !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jérémy !

    Comme expliqué dans l’article : pas sur le montage, c’est le même , mais sur le cuir, oui évidemment.

    C’est difficile a décrire car les deux ont les mêmes exigences d’emploi matière sans défauts, donc pas de laxisme là dessus. Et la gamme à 690 a un feeling haut de gamme aussi.

    Je dirais juste que quand tu les mets à côté tu vois que celui de la gamme à 990 est encore mieux. C’est la prise de lumière surtout qui est dingue.

  • Foucault Jérémy

    Bonjour. J’imagine qu’il y a une différence de qualité entre les modèle à 690 euros et ceux à 1000 euros, non ?