Dossier : à la découverte des cuirs exotiques

20

Avez-vous remarqué que les motifs, imprimés et embossages python ou croco sont partout depuis quelques temps ?

Incubé chez la femme, l'engouement pour les peaux exotiques se diffuse doucement dans la mode masculine sur certains souliers, sneakers, accessoires et même vêtements.

hi pyton adidas homme

La Forum Hi Python offre un embossage extrêmement convaincant selon moi. Un bel exemple de ce que peut apporter cette texture à notre vestiaire.

Disclaimer de Benoit : oui, la question de l'éthique est abordée en conclusion de cet article ! Beaucoup d'entre vous (et d'entre nous aussi) ne sont pas pour l'utilisation des peaux animales dans le secteur de la mode et du luxe. Mais je pense que même pour les plus vegans d'entre nous, il est encore plus indispensable de savoir de quoi on parle quand un créateur utilise du crocodile, de l'anguille ou de l'autruche. D'apprendre à reconnaître une peau, et l'utilisation qui peut en être faite. C'est primordial d'avoir une vue objective de ces matières si on veut en dénoncer les abus. Et c'est ce qu'a fait Romain, avec ce long article complet sur le sujet. Pourquoi un tel attrait pour des matières aussi rares, coûteuses, à l'utilisation aussi décriée et dénoncée ? Réponse dans les lignes qui suivent...

270 000€. C'est le prix du sac le plus cher du monde, vendu début 2016 aux enchères. Un modèle emblématique de la maison Hermès, le Birkin, réalisé en crocodile du Nil, teinté en dégradé, orné d'un fermoir en diamants 18 carats.

Évidemment, les matériaux sont incomparables, la fabrication irréprochable, et la rareté de cette pièce incontestable. Mais le prix revêt malgré tout une certaine forme d'indécence qui, d'ailleurs, est loin d'être limitée à la mode du luxe.

Birkin diamants

La réalisation entièrement main et les matériaux sont exceptionnels. Mais dépenser le prix d'un appartement dans un sac reste tout de même quelque chose qui apparaît comme indécent, surtout aujourd'hui.

Le cuir exotique a toujours fait partie de l'offre des maisons de luxe. Mais il connaît ces dernières années un succès particulier dans la grande distribution, décliné en versions imprimées ou synthétiques.

C'est un bon exemple pour illustrer l'impact que peut avoir le travail de certaines maisons sur la mode grand public. Zara et tous ses petits copains de la mass fashion ne créent pas, mais s'inspirent - voire copient - ce qui peut se faire sur les podiums.

Arena python balenciaga

Les minimalistes Arena de Balenciaga, confectionnées en python... Vraiment splendides !

Nous allons donc nous pencher sur le "phénomène" cuirs exotiques en essayant de comprendre s'il est vraiment noble et pourquoi tout le monde en veut. Ensuite, tour d'horizon des grandes familles. Vous verrez, le croco et le python sont loin d'être seuls...

Comprendre l'engouement pour les cuirs exotiques

Une beauté particulière

Les peaux exotiques doivent une grande part de leur désidérabilité au fait qu'aucune n'est vraiment identique : elles peuvent se ressembler mais sans jamais être tout à fait les mêmes. Les écailles et textures sont absolument uniques.

blouson croco homme

La peau est d'une qualité absolument irréprochable, de même que le montage. Tout ce travail pour créer une pièce d'une infinie noblesse.

Certaines pièces réalisées à partir de ces peaux peuvent "provoquer" quelque chose, du moins lorsqu'on est passionné. Une vieille dame très élégante, que je pensais être une cliente et qui était en réalité une conseillère, avait eu une expression très juste pour définir cette sensation indescriptible : "l'émotion du beau".

Plus que tous les autres cuirs, les exotiques permettent de créer des pièces magnifiques, avec beaucoup de caractère pour peu que l'on respecte la matière. Initialement, le désir et l'engouement part donc selon moi de quelque chose de bien réel, d'une "magie" particulière.

crocodile azzedine alaia

Azzedine Alaïa, l'un des grands de ce siècle, a créé avec cette veste en dos de crocodile l'une des pièces les plus iconiques de l'histoire de la mode. Il n'a pas non plus hésité à associer crocodile et nylon, avant tout le monde.

Cela étant, certaines marques - dont le but n'est que de générer du revenu en gavant le consommateur de "produits" sans âmes, fabriqués à la chaîne - abusent de ces matières nobles. Beaucoup ont dû repenser leur offre pour faire face à une réalité dont elles sont seules responsables, mais qui pourrait les menacer grandement : le déficit de "rêve".

Elles ont beau investir des millions en marketing et en pub comme le font les marques de dentifrices, beaucoup d'enseignes ont trop tiré la ficelle d'un faux luxe qui n'a de noble que l'emballage.

Une réponse au faux luxe ?

Une partie de la clientèle a fini par se lasser des sacs en toile enduite de plastique, des logos et de tous ces accessoires insipides vendus des fortunes.

Une partie seulement, car les chiffres de croissance mirobolants du luxe ont été possible grâce à la captation d'une nouvelle clientèle, parfois pas du tout fortunée, mais en tout cas avide de marqueurs sociaux... et souvent peu "éduquée" au luxe, prête à acheter tout et n'importe quoi.

Rush chez Gucci...

Rush chez Gucci...

Tous les regards se portent alors sur les pythons, crocodiles et autres lézards : une matière noble qui pourra être vendue beaucoup plus cher qu'un produit en cuir "simple". Razia ! Les marques se battent pour racheter les fermes et tanneries qui leur permettront de sécuriser leurs approvisionnements.

Comment distinguer les principaux types de cuirs exotiques ?

Comment distingue-t-on une vraie peau d'une fausse ?

Les faux cuirs exotiques sont souvent des cuirs de veau embossés, sur lesquels un motif est imprimé à chaud grâce à une sorte de moule. Par conséquent, certains conservent l'aspect grainé du cuir et la matière reste "continue" et uniforme, la délimitation des écailles n'étant pas toujours nette.

Cela dit, d'énormes progrès ont été faits dans ce domaine, si bien qu'il n'est plus si aisé - voir quasi impossible parfois - de faire la différence entre un vrai et un faux. Je vais quand même essayer de vous en dire plus !

faux-vrai-crocodile

À gauche un faux, à droite un vrai.

À gauche, un très beau travail d'embossage. Les écailles ont une texture très proche des vraies, leur délimitation est très réussie. Regardez cependant bien le vrai crocodile à droite : on voit que la texture n'est pas si homogène, pas aussi lisse, et que les plis formés sont beaucoup moins réguliers.

L'indice le plus frappant se situe au niveau des écailles rondes : regardez comme elles sont lisses et bombées à gauche, alors quelles sont bien plus marquées à droite sur la vraie peau.

vrai-faux-cuir-python

À gauche, un faux ; à droite, un vrai.

Même principe pour les cuirs de serpent. À gauche, les écailles semblent beaucoup trop figées et ne se détachent absolument pas de la peau. Certaines marques comme Cavalli savent travailler le cuir au laser pour permettre ce petit "détachement" typique, mais ce cas est rare. Sur l'image de droite, authentique, les écailles sont texturées et, surtout, on voit bien qu'elles sont chevauchantes.

C'est en ayant pu toucher et voir un cuir authentique que vous parviendrez mieux encore à saisir les nuances entre un faux et un vrai.

Les peaux de crocodiles : les plus symboliques

La plus emblématique des peaux exotiques est sans conteste celle de crocodile.

Elle fait l'objet de nombreux fantasmes, à la fois symbole d'un raffinement ultime et d'un ostentatoire de mauvais goût. En tout cas, elle ne laisse personne indifférent.

Le terme "crocodile" mérite cependant quelques explications : il regroupe en effet de nombreuses espèces et types de peaux, que je vais détailler maintenant.

Prête à être découpée, cette peau d'alligator parfaitement tannée et vernie révèle des écailles serrées et régulières...

Prête à être découpée, cette peau d'alligator parfaitement tannée et vernie révèle des écailles serrées et régulières...

L'alligator fait partie des peaux les plus nobles et provient généralement d'élevages en Floride ou au Texas. Une fois tanné, avec un savoir-faire très particulier, il peut offrir une peau des plus souples.

Il a un corps assez long pour travailler à partir de gros empiècements, ce qui est très recherché.

Deux indices vous permettront de le reconnaître. Le premier est une cicatrice ombilicale : de très petites écailles forment un triangle qui distingue cette espèce des autres... mais elle n'apparaît pas toujours !

vous

C'est ce petit amas d'écailles toutes petites et ratatinées juste au-dessus de la languette !

La forme des écailles est aussi un élément différenciant, celle des alligators étant particulièrement carrée et rapprochée, ce qui est considéré comme esthétiquement plus intéressant.

De manière générale, les écailles du crocodile se différencient de celle de l'alligator par leur forme : elles sont plus ovales, notamment sur les extérieurs (les flancs), et peuvent aussi être moins serrées ou moins uniformes. On remarquera aussi la présence d'un pore sur les écailles les distinguant de l'alligator...

Le porosus est un crocodile marin qui offre une qualité très proche de l'alligator, notamment en termes de souplesse.

Le cuir de porosus est particulièrement utilisé par Hermès pour ses fameux sacs. On voit bien la présence du pore sur chaque écaille.

Le cuir de porosus est particulièrement utilisé par Hermès pour ses fameux sacs. On voit bien la présence du pore sur chaque écaille.

Le nilauticus, plus répandu et moins cher, sera utilisé quasi exclusivement en maroquinerie, là où sa peau plus rigide pose moins de problèmes.

Le nilauticus a des écailles un peu moins lisses et plus espacées que le porosus, mais cela reste une très belle peau.

Le nilauticus a des écailles un peu moins lisses et plus espacées que le porosus, mais cela reste une très belle peau.

Le caïman vient en dernier, considéré comme d'une qualité vraiment inférieure à tous les autres. Provenant d'Amérique du Sud (Colombie le plus souvent), sa peau de plus petite taille présente un aspect abîmé assez inélégant : les écailles sont parsemées de fins petits trous.

Les écailles du caïman sont beaucoup moins belles que les autres espèces...

Les écailles du caïman sont beaucoup moins belles que les autres espèces...

Quelles sont les plus belles finitions sur les crocos ?

Je trouve que la finition mât est la plus intéressante : elle sublime le motif et la teinte, et possède un toucher très agréable à mon sens.

Cela étant, j'ai vu des pièces réalisées à partir de crocodile brillant, et je dois dire que cela donne un côté encore plus précieux à la peau, presque comme un bijou... mais peut-être plus adapté aux femmes qu'aux hommes.

La finition mât valorise les écailles.

La finition mât valorise les écailles.

Enfin, cas à part, il y a le crocodile velours. C'est une finition extrêmement rare, devant laquelle - je l'avoue - j'ai perdu l'usage de la parole pendant quelques minutes. C'était à Londres, dans la boutique historique de Burberry : un trench en alligator "velours" trônait littéralement en haut d'un escalier.

Une vraie claque, d'autant que personne ne semblait vraiment y faire attention. Son aspect velours pouvait laisser penser qu'il ne s'agissait que d'un imprimé alors qu'en réalité, les peaux les plus parfaites avaient été assemblées avec une précision vraiment incroyable.

La finition velours reste extrêmement rares !

La finition velours reste extrêmement rare !

En matière de qualité, une belle peau de crocodile se reconnaît non pas forcément à la régularité des écailles - même si cela participe à la beauté de la matière - mais bien à sa texture uniforme.

Les écailles "cloquées" qui se décollent, ou les découpes/coutures irrégulières, témoignent d'une maîtrise approximative de la peau. Une certaine souplesse et finesse est également attendue : des écailles épaisses, voire pointues, signaleront l'utilisation de la peau du dos, rigide et grossière.

Les peaux de serpents, une qualité plus inégale

Le python est sans conteste l'une des plus belles peaux exotiques. Les écailles sont proches de la forme d'un diamant, souvent régulières et plus solides que les autres.

La peau de son ventre est la plus prisée, avec des écailles chevauchantes relativement larges au centre, puis plus petites vers l'extérieur. Sa grande taille permet une utilisation en PAP, ce qui n'est pas le cas des autres serpents... à moins d'avoir des coutures partout pour joindre les petits empiècements.

Une paire de slips-on de la "petite" marque italienne Diemme. Beaucoup plus faciles à porter que vous ne le pensez !

Une paire de slips-on de la marque italienne Diemme. On voit bien le motif "diamant" sur les écailles. Beaucoup plus facile à porter que vous ne le pensez !

Il faut cependant savoir que le python fait l'objet de contrôles particuliers car il ne peut être élevé en fermes : il faut donc le chasser. De nombreux abus ont été commis, avec des marques qui ont fermé les yeux sur un trafic qui les arrangeait bien.

Il ne faut donc jamais hésiter à demander un certificat d'authenticité et, surtout, d'origine des peaux : ils sont obligatoires pour l'import en France, donc le vendeur les a forcément !

On trouve ensuite de nombreux articles réalisés à partir d'ayers, qui est un serpent d'eau présentant des caractéristiques proches de celles du python, avec une écaille ventrale plus large que les autres.

L'ayers a des écailles légèrement plus arrondies et plus petites que le python

L'ayers a des écailles légèrement plus arrondies et plus petites que le python

L'élaphe, proche de l'ayers, a des écailles encore plus petites. C'est sur la taille et la forme de ses dernières que se fait l'essentiel de la distinction avec le python, dont les écailles aux formes quasi géométriques et régulières servent de "référence".

Là encore, on s'éloigne du python avec des écailles beaucoup moins nettes et droites.

Là encore, on s'éloigne du python, avec des écailles beaucoup moins nettes et droites.

Enfin, si on exclut les espèces interdites par la Convention de Washington, il reste le karung, que l'on voit beaucoup moins que ses cousins. Ses écailles très petites ainsi que sa peau à la texture rugueuse et cartonneuse en font une matière de second choix, beaucoup moins précieuse que les autres.

karung-rouge-pochette

La texture du Karung reste intéressante, même si elle a un peu moins de caractère. Mais tout est une question de goûts 😉

En règle générale, une certaine régularité dans la forme des écailles évoque une matière première qualitative. Un tannage bien maîtrisé laissera la peau de serpent relativement souple et douce.

Attention aux cuirs très secs qui "craquent" (au bruit) et qui ont un toucher carton... Enfin, des écailles trop décollées ou pliées aux extrémités risquent de se détériorer à l'usage.

Les lézards, des peaux plus discrètes et abordables

Moins répandu que les autres, le cuir de lézard est lui aussi pourvu d'écailles. Rectangulaires, très petites et serrées, elles sont moins visibles que celles du crocodile ou du serpent, d'où une certaine discrétion.

C'est aussi une matière moins chère, bien qu'elle soit vraiment difficile à travailler : seule la peau du corps est utilisée, ce qui en réduit la surface et réserve le cuir de lézard à la petite maroquinerie (portefeuille, porte-cartes...). Bien tanné et coloré, il peut être magnifique.

portefeuille-cuir-lezard

Avec ses petites écailles carrées et régulières, le lézard est un cuir exotique discret mais efficace !

Niveau finitions, je dirais qu'un aspect verni/brillant mettra vraiment en valeur ce cuir sous-estimé. Une belle qualité de cuir tiendra à une teinte lumineuse et à une texture homogène.

On a recours à certaines espèces de varans (Malaisie), au Téju et parfois à l'iguane, pour fabriquer ce cuir qui saura être très résistant, en plus d'être peu onéreux. Peut-être un bon compromis pour ceux qui cherchent à acquérir un cuir différent à garder très longtemps.

L'autruche, un cuir grossier mais qui a du caractère

Voilà à ma connaissance le seul volatile dont la noble peau trouve sa place dans cet article.

Certes, il n'est ni fin, ni doux, ni soyeux, au contraire. À la vue, il se rapproche d'une peau de poulet, parsemée çà et là de petites boursouflures marquant l'implantation des plumes. Le grain est épais, rugueux et irrégulier.

Pour autant - mais je vous laisserai en juger - c'est un très beau cuir, avec du caractère, qui devient absolument superbe lorsqu'il est teint en camel. Attention tout de même à ce que la peau ne soit pas trop "flétrie" !

La texture du cuir d'autruche est atypique !

La texture du cuir d'autruche est atypique !

On en trouve rarement en mode masculine, bien qu'il apparaisse parfois sur quelques portefeuilles. Certains créateurs se servent du cuir de la patte d'autruche pour créer des souliers ou l'appliquer sur des sacs, mais je trouve que l'effet est beaucoup moins réussi... Sachez néanmoins que cela se fait.

Les poissons, des peaux diverses à l'aspect riche

Eh oui, les savoir-faire artisanaux permettent même de travailler les cuirs de poissons !

D'abord, le galuchat. Ce n'est non pas le nom d'une espèce en particulier, mais il désigne tous les cuirs issus d'espèces cartilagineuses (raies, roussettes, etc.), aux écailles bien particulières.

De ce fait, ce sont des peaux très difficiles à travailler, mais dont la texture est absolument unique et d'une robustesse à toute épreuve. Certains cuirs, les plus beaux, présenteront des imperfections que l'on considère comme un gage d'exception : certaines écailles, encore plus épaisses que les autres, prendront la forme de "perles".

Le fameux galuchat et sa texture unique. Notez les "perles" blanches bien visibles sur ce portefeuille.

Le fameux galuchat et sa texture unique. Notez les "perles" blanches bien visibles sur ce portefeuille.

Le galuchat est principalement utilisé en maroquinerie, compte-tenu de son épaisseur et la difficulté à le travailler. Il a quasiment disparu des ateliers de maroquinerie mais reste extrêmement précieux.

Au rythme où vont les choses, il est bien possible qu'il devienne le prochain indispensable des marques de luxe, qui devront trouver une alternative lorsque les crocos et les pythons auront lassé la clientèle...

L'anguille donne un cuir extrêmement fin et texturé, la peau du ventre marque une ligne continue de petits plis. Il est souvent brillant, ce qui permet de bien mettre en valeur le contraste entre les plis et l'aspect lisse du reste de la peau.

Assez peu onéreux, le cuir d'anguille n'est pourtant pas si répandu que ça et apparaît de temps à autres dans les collections de maisons de luxe.

Versace-portefeuille

Ce portefeuille a environ 5 ans. Les petits plis dont je parlais restent bien visibles !

C'est vraiment une peau qui - à mon étonnement - vieillit très bien et se patine. Les accessoires type portefeuille souffriront en revanche de trop nombreux frottements, ce qui est un peu contraignant... Cela étant, si les rayures peuvent effrayer au début, elles donnent finalement du cachet à ce cuir authentique !

Enfin, pour en terminer avec les poissons, sachez que la truite et le saumon commence à intéresser de près les artisans/professionnels de la maroquinerie.

Évidemment très peu chers comparés aux autres cuirs exotiques, ils conservent néanmoins ce caractère assez unique, car aucune écaille n'est vraiment semblable à une autre.

Certains partenariats ont permis d'utiliser de la peau de saumon pour confectionner des sneakers par exemple : je n'ai pas de retour d'expérience sur cela, mais l'initiative me semble vraiment intéressante et mérite d'être vue !

Le cuir de truite se rapproche un peu d'un cuir de serpent.

Le cuir de truite se rapproche un peu d'un cuir de serpent. Modèle de chez Veja.

Comment est utilisé le cuir exotique en mode masculine ?

Le plus facile : la maroquinerie

Dans l'imaginaire collectif, les cuirs exotiques renvoient souvent à une image assez féminine : il n'en est rien en réalité.

Depuis quelques années maintenant, avec l'évolution fulgurante de la mode masculine, la demande en articles précieux et rares s'est accrue dans ce secteur.

L'utilisation "primaire" du cuir exotique, celle que tout le monde peut facilement intégrer dans son style, est celle dans la maroquinerie. Un portefeuille, une ceinture ou même un simple petit porte-carte prendront tout de suite une autre allure s'ils sont confectionnés avec du crocodile, du lézard ou de l'autruche.

Un très beau portefeuille en autruche d'un beau bleu. Modèle Louis Vuitton.

Un portefeuille en autruche d'un beau bleu. Modèle Louis Vuitton.

Plus audacieux : les souliers et sneakers

Ce sont des éléments de votre tenues qui se voient, et selon la finition et le cuir choisis, qui attireront davantage l'oeil... Mais il ne faut pas hésiter à s'amuser avec pour autant.

En passant devant une boutique lors d'un voyage, je suis tombé sur une paire de Richelieu en serpent authentique verni. La remise monstrueuse (dernière pièce) qui était faite dessus m'a décidé, et je dois dire que je ne regrette pas : avec un costume sobre, cela amène un côté un peu "red carpet" vraiment sympa.

Mais on peut aussi opter pour de "simples" empiècements, qui apporteront du caractère tout en conservant une certaine sobriété.

Il y a un "parti pris", surtout avec celles de gauche. Mais aujourd'hui, intégrer ce type de soulier dans une tenue très formelle (smoking...) est vraiment faisable et positivement remarqué !

Il y a un parti pris, surtout avec celles de gauche. Mais aujourd'hui, intégrer ce type de soulier dans une tenue très formelle (smoking...) est vraiment faisable et positivement remarqué !

Le plus pointu : directement sur les vêtements

Enfin, les cuirs exotiques ont aussi leur place en prêt-à-porter... Mais en général sur des pièces très pointues, et dans des prix qui dépassent l'entendement. Le moindre petit empiècement en croco peut faire exploser le prix parce que la "valeur perçue" est censée croître elle aussi.

Roberto Cavalli a toujours été un adepte des peaux reptiliennes dans ses collections et en a fait une marque de fabrique. Si l'utilisation de cuirs exotiques en prêt-à-porter mérite souvent le coup d'oeil, cela s'arrête là...

Un T-shirt oversize Lanvin rayé par des applications de peau d'anguille. Blouson Roberto Cavalli en ayers repeint de cuivre.

Un T-shirt oversize Lanvin rayé par des applications de peau d'anguille.
Blouson Roberto Cavalli en ayers repeint de cuivre.

Et l'éthique dans tout ça ?

Bien évidemment, comme de nombreuses choses convoitées, les peaux exotiques ont un "revers" de médaille. Comme le souligne Helen Crowley, spécialiste du sujet chez Kering (Gucci, YSL...), il y a de nombreux abus :

Près de 500 000 peaux sont exportées chaque année depuis le sud-est asiatique, pour une valeur totale estimée à plusieurs millions de dollars. De manière préoccupante, le commerce illicite représente un montant équivalent [...]. La consommation dépasse clairement la capacité à encadrer et à réguler le secteur.

La demande exponentielle devient le terreau d'un marché parallèle, dangereux, sans aucune considération éthique, qui a très probablement infiltré le sourcing de certaines maisons de luxe.

L'Union Européenne et parfois les acteurs du marché, de façon autonome, ont commencé à réagir en menant par exemple des visites et analyses aléatoires sur les peaux importées. Le but est de s'assurer qu'elles proviennent d'élevages et n'ont pas été chassées illégalement.

élevage crocodiles

Certains élevages n'hésitent pas à attacher les crocodiles pour limiter leur déplacement, ou à les museler pour éviter qu'ils ne se battent.

Certaines associations comme PETA ont aussi mis en avant les conditions d'élevage inacceptables des crocodiles notamment, parqués dans des bassins trop petits pour eux, sans possibilité d'en sortir et parfois même de bouger.

Concernant l'abattage, il est question de coups de ciseaux, de dépeçages de reptiles pas encore morts et autres traitements intolérables. Si, comme pour tous les très beaux cuirs, certaines fermes élèvent les animaux de façon "éthique", une fois de plus la boulimie de certaines marques de luxe se fait au détriment de TOUT le reste.

Les peaux exotiques étaient souvent réservées aux pièces d'exception, fabriquées en très très petites quantités, et avec respect surtout...

Les peaux exotiques étaient souvent réservées aux pièces d'exception, fabriquées en très très petites quantités, et avec respect surtout...

À l'origine, les peaux exotiques recevaient un "traitement" particulier, n'étant confiées qu'aux artisans les plus expérimentés. Aujourd'hui il faut en mettre un peu partout, et diffuser cela en masse dans les boutiques du monde entier pour satisfaire la clientèle.

Fini l'exception, fini cette "magie" immatérielle à peine perceptible, mais qui faisait toute la différence.

Pour synthétiser, il faut donc retenir que oui, les peaux de crocodile, de python, d'autruche & co. sont absolument exceptionnelles et d'une noblesse qui se ressent.

Néanmoins, à vouloir en mettre partout pour surfer sur la désidérabilité - fondée - de cette matière, certaines marques banalisent et abîment son caractère exceptionnel et rare, en plus de fermer les yeux sur des conditions d'élevage parfois intolérables.

Il n'est d'ailleurs nul besoin d'acheter ou d'en posséder pour s'émerveiller devant de si beaux cuirs. Et j'espère que cet article vous aura permis d'y voir plus clair, voire d'apprendre deux trois petites choses...

Cheers gentlemen :).

Romain Rousseau A propos Romain Rousseau

Voir un tailleur marquer sa toile m’impressionne, regarder une brodeuse faire virevolter son aiguille me donne des frissons, admirer un cuir parfait me fait sourire. Je suis passionné par le Luxe pour ce qu’il est (rigueur, excellence, amour du beau), et plus encore j’aime partager et transmettre cette passion. [email protected]

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Là ça se discute oui 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Bah il y a un côté un peu « papier » sur l’aspect je trouve, qui fait que selon moi ça ne doit pas être utilisé sur les mêmes designs classiques que des items en cuir, au risque de faire très cheap.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jonathan !

    Ton lien me renvoie vers l’ensemble des vestes en cuir All Saints… ! :/

  • Romain Rousseau

    MErci Thomas !

  • Romain Rousseau

    Salut Abdelouahed,

    Je pense qu’au delà d’un désir narcissique, il y a à travers ces peaux d’exception – et la notion d’exception prend tout son sens- quelque chose qu’on ne trouve pas avec une belle laine ou un cuir de veau.
    Le but n’est pas de dire : achetez du croco ! mais plutôt de faire un état des lieux des savoir-faire dans le travail de ces matières qui sont toutes uniques. Et faut-il le rappeler, tous les éleveurs ne sont pas des tortionnaires. Acheter une fois dans sa vie un article bien fabriqué dans l’une de ces peaux, si tant est bien sûr qu’on en ressente l’envie et que l’on sache l’apprécier, n’est donc pas forcément la pire des abominations.
    De surcroit, je trouve toujours étonnant de voir que l’on s’attache parfois plus à la condition animale qu’humaine. On sait qu’une grande majorité de ce qui vient du Bangladesh, du Vietnam, d’Indonésie et plus récemment d’Éthiopie est produit dans d’affreuses conditions, et c’est quasi systématique lorsque le produit fabriqué est en cuir.
    Evidemment se préoccuper de la conditions animale n’empêche pas de se préoccuper de la conditions humaine… Mais bon l’humain peut être une pourriture parfois envers ses semblables qu’envers les animaux.

  • Nicolò – BonneGueule

    Reste plus qu’à en faire quelque une pièce par la suite 😉
    Merci pour le partage !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Léo !

    J’avais vu un article passer dessus, mais au vu des rendus que ça permet d’obtenir actuellement, je préfère encore certaines imitations synthétiques de « cuir vegan » qu’on peut trouver chez des marques à la Good Guys Don’t Wear Leather, ou Will’s Vegan Shoes, qui se rapprochent de plus en plus du rendu d’un vrai cuir.

    On y est pas encore, ça ne trompera pas quelqu’un qui aime les beaux cuirs, mais franchement moi qui peste facilement contre les imitations, je ne leur jetterai clairement pas la pierre pour le résultat !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Antoine !

    Haha cela dit, c’est une chose que de pêcher le poisson, c’en est une autre que de le tanner sur place puis d’en faire une ceinture !

  • Benoit – BonneGueule

    Il semble que le requin roussette soit quand même une espèce un peu part chez les requins. Plus de précisions ici http://atelierstersi.fr/blog/galuchat-mythe-realite/

  • Benoit – BonneGueule

    On est totalement d’accords, à un point près : je ne pense pas que les produits en croco soient des produits d’appel, c’est plutôt pour le top du top des clients.
    Pour la fourrure, on en a déjà parlé en ce qui concerne l’article sur Yves Salomon.
    Je déplore également une telle opacité pour le consommateur qui voudrait connaître plus en détails la traçabilité des peaux utilisées…

  • Benoit – BonneGueule

    Honnêtement, boycotter oui, mais c’est déjà tellement inabordable pour 99,9% de la population, c’est difficile de boycotter encore plus !

  • Benoit – BonneGueule

    Pareil, je suis tout à fait dans le même état esprit que toi !

  • Benoit – BonneGueule

    Bien vu Mathieu, je partage de plus en plus ton opinion.

  • Antoine

    Je pense que ta conclusion résume très bien ! 😉
    Personnellement cela fait un certain temps que j’admire les pièces réalisées avec ses cuirs (maroquinerie ou chaussures.) Déjà, je suis partisan de les réserver à des petites pièces (un cartable en crocodile ce serait le maximum, le reste c’est à regarder plutôt qu’à porter.) Après, pour des raisons d’éthique (et de prix aussi j’avoue) je me dis que l’imitation (avec du cuir de veau ! pas du plastique !) fait tout aussi bien l’affaire 🙂

  • Matthieu F.

    Très bon article ! J’ai appris de nombreuses choses, et notamment qu’il existait des cuirs de poisson !

    Même si je reconnais la qualité et la noblesse de ces cuirs, ceux-ci ne me donnent pas envie (hormis le poisson). Ils vont à l’encontre de mes convictions personnelles, notamment en ce qui concerne le braconnage ou les élevages (qu’on pourrait aisément associer à de la torture animale).

    On retrouve le même engouement pour les fourrures récemment…

  • alexandre baud

    Excellent article ! Le cuir velours de croco, je connaissais pas mais c’est hallucinant !
    Petit clin d’oeil à Hugo Jacomet dans la signature, ou simple hasard ? 😉

  • Pierre Alanski

    Merci pour cet article Romain ! 😉
    J’ai vraiment aimé ta conclusion, c’est exactement ce que je pense.
    À titre personnel, je ne suis pas pour l’utilisation de parties animales si l’animal en question n’est pas élevé pour sa viande également. Des gants fourrés en lapin ou des chaussures en veau, je cautionne (au-delà d’apprécier et d’aimer, bien entendu). Mais une capuche de manteau en fourrure de coyote, cela me heurte cependant. Je reste convaincu que l’animal, quel qu’il soit, doit être élevé avec respect. Mais s’il ne sert même pas à nourrir, je ne vois pas l’intérêt de le tuer.

    Pierre-Alex

  • Abdelouahed Ben’

    Je trouve absolument horrible de chasser un animal juste parce qu’il a une peau noble.

    Quand on tue un animal pour le consommer et qu’on récupère sa peau, je comprends, on évite même du gâchis. Mais chasser un pauvre animal juste pour faire des sacs et des chaussures de luxe ça me dépasse.

    A la rigueur quand c’est un esquimau qui récupère une fourrure car c’est le seul vêtement isolant qui peut le protéger du froid ça peut s’expliquer. Mais là on parle de gens à la recherche d’exotisme. On massacre des animaux qui n’ont rien demandé juste pour assouvir le désir narcissique de s’imposer socialement de certains gens. Je trouve ça incroyable.

    L’être humain est vraiment une pourriture parfois.

  • BRE_Y

    Bonjour,
    Ayant personnellement déjà du mal à acheter des gants en cuir ou des souliers en cuir « traditionnels » pour cette question d’éthique, je pense ne jamais acheter ce genre de matières, je l’ai trouve vraiment pas jolie. Exception peut être pour l’autruche sur certains bracelets de montres :

    http://hirschag.com/produit/massai-ostrich/?lang=fr

    http://charliewatch.com/collections/montre-made-in-france/products/la-montre-automatique-initial-autruche

    Article intéressant sinon.

  • Sébastien

    Hello BG, au vu des progrès technologiques réalisés entre autres pour les vêtements techniques, imitations admirables de peaux etc, ne serait-il pas temps de boycotter cette industrie qui de manière très large torture ces animaux pour notre petite consommation luxueuse, et ce même pour les grandes marques hors de prix? Je pense que ça passe par vous aussi (et même d’abord, ayant une tribune lue et respectée); merci d’avoir ajouté un paragraphe consacré à l’éthique, mais je pense qu’il faut aller plus loin. N’achetons plus de peaux « exotiques ». Et surtout n’en faisons pas la promotion. À méditer…