Test : Sebago et ses mocassins penny loafers emblématiques

/

Après avoir rédigé le test des derby Garçonne & Chérubin, je me sentais d'attaque pour continuer sur ma lancée, et vous faire (re)découvrir cette marque de chaussures old school.

L'occasion s'est présentée avec Sebago, et j'ai donc naturellement proposé à Luca de rédiger cet article. Et puis, ayant grandi à Versailles, je ne suis pas étrangère au mocassin ! 😉

J'espère vraiment que vous apprendrez autant de choses que moi au sujet de cette marque emblématique...

Histoire de la marque américaine de souliers Sebago

Les origines de la marque Sebago

L'histoire de Sebago débute avec trois amis en janvier 1946

, en Amérique du Nord. L'un d'entre eux tient un commerce de chaussures dans le Maine, et décide un beau jour de s'associer avec ses deux copains hommes d'affaires pour créer une usine de souliers. Joseph Cordeau, William Beaudoin et Daniel Wellehan fondent ainsi la "Sebago-Moc Company".

Ils ont un gros point commun : ils sont tous natifs de la Nouvelle-Angleterre ! Cette région est située à l'extrême nord-est des États-Unis, et composée de six États différents (dont le Maine, qui est frontalier avec le Canada).

maine

Paysage typique de la région du Maine (ville de Rockport)

Les cours d'eau sont omniprésents dans ce coin ; cela fait donc partie intégrante de la culture des habitants : activités et sports nautiques, détente au bord du lac... Cette dimension est chère au cœur des fondateurs (et l'est toujours aujourd'hui pour ses habitants).

Cela fait d'ailleurs totalement partie de l'ADN de la marque. En effet, "Sebago" est le nom d'un lac dans le Maine, les fondateurs l'ont donc délibérément choisi pour cette raison.

Autre anecdote à ce sujet : "Sebago" peut se traduire comme "grande étendue d'eau", selon le dialecte d'une tribu locale d'Amérindiens (qu'on appelle les Abénaquis).

Sebago6

Et voilà le "Sebago lake" avec ses bateaux...

Le produit : la chaussure Sebago

Des inspirations Amérindiennes

Ces Indiens vivent toujours dans le Maine, même s'ils représentent une minorité ethnique qui se limite à quelques réserves. Ce sont d'ailleurs eux qui sont à l'origine de la première paire de chaussures Sebago : les penny loafers. Ce sont des mocassins, inspirés de ceux portés par ces autochtones.

En effet, comme vous le savez maintenant grâce au guide du mocassin, c'est la chaussure la plus ancienne de l'histoire de l'humanité. Les mocassins indiens ont d'ailleurs eu beaucoup de succès dans les années 40.

mocassin-indien-26ef857

Voici un véritable mocassin amérindien pour se balader à côté des bisons. C'est l'ancêtre du mocassin moderne : les penny loafers.

Le concept des souliers Sebago

L'idée était simple : proposer des mocassins de qualité, confortables et pratiques, le tout alliant une certaine élégance à des influences sportives. Un autre critère primordial pour ces souliers : la résistance à l'eau. En effet, la cible des créateurs était d'abord les locaux, donc des adeptes de sports nautiques, navigateurs, pêcheurs...

Les premières chaussures produites étaient donc des "beef roll penny loafers" : c'est un mocassin souple cousu à la main, le modèle que Luca détaille plus bas dans cet article.

_DSC0946

Voici la paire de penny loafers testée par Luca !

Historique de la société Sebago

Au départ, les produits sont vendus exclusivement aux États-Unis. Leur renommée ne dépasse pas leurs frontières. Il faut attendre les années 60 pour que cela change.

En 1964, en Suisse, un certain Sir Francisco Gaudier achète une paire de classic penny loafers Sebago. Bluffé par la qualité des produits, ce businessman décide d'aller voir de ses propres yeux les usines de Sebago dans le Maine, aux USA (il ne faisait pas les choses à moitié).

Séduit par sa visite et impressionné par la qualité des produits, il commence alors à vendre les chaussures via sa société, et ce dans toute l'Europe. Une fois lancés sur le marché, ces souliers deviennent vite un gros succès commercial pour tous les vacanciers du Sud de la France.

S66_Race_Village_062

Les Docksides de Sebago séduisent toujours les adeptes du style preppy.

C'est en 1970 que "Sebago-Moc" lance son modèle iconique : la chaussure bateau « Docksides ».  Le succès est immédiat, et tel qu'elles définissent désormais toute la catégorie de chaussures bateau de la marque. Le style "Ivy League" étant très à la mode à cette époque, les étudiants des universités américaines l'adoptent rapidement, ce qui fait de ces souliers un incontournable de la génération preppy des 70's.

En 1971, Sebago lance des chaussures décontractées cousues à la machine cette fois : les "Jesse Janes". La même année, les créateurs suppriment le "Moc" et "Company" du nom de la société, ce sera donc tout simplement "Sebago" (plus impactant, n'est-ce pas ?).

Dans les années 80, la marque devient le fournisseur officiel de chaussures de yachting, pour l'équipe de voile américaine. Cette visibilité lui permet de se faire connaître au plus grand nombre.

Gary_Jobson

Une publicité d'époque pour les Docksides.

Les années suivantes, Sebago sponsorise des événements sportifs : essentiellement des courses nautiques (Coupe de l'America, Young America, Celebrity Regatta ou encore la Newport Bermuda Race). Dans la foulée, Sebago propose des chaussures totalement étanches : les "Drysides".

La marque de souliers Sebago aujourd'hui

Aujourd'hui, Sebago s'est bien développée. Elle est actuellement distribuée dans 120 pays à travers le monde. Si leurs chaussures sont adorées par les pratiquants de sports nautiques pour leur qualité, certains lui reprochent aussi un côté un peu vieillot dans le design.

Des collaborations et une image de marque modernisées

Afin de plaire aux nouvelles générations, la marque culte de chaussures a cherché à concrétiser de nouveaux partenariats. C'était une nécessité pour elle, car pour de nombreux jeunes hommes, c'était une marque uniquement réservée aux hommes plus âgés.

Fin 2011, Sebago lance une collaboration avec Filson. En tant qu'équipementier outdoor, l'association de ces deux était très cohérente !

Découvrez en images la collaboration Sebago x Filson :

La marque a également développé des modèles exclusifs de Docksides multicolores avec le concept store parisien Colette. Une collection spéciale pour femmes a également vu le jour à cette occasion. Cinq femmes influentes ont créé des éditions limitées : la collection s'appelle "Six Degrees" (en référence à l’idée que chaque personne sur Terre est connectée via six interactions... Et que 5 femmes + 1 marque = 6 !).

sixdegrees-sebago-19

Voilà le girls band "Six Degrees" formé par les cinq créatrices.

Sebago a également conçu des modèles en édition limitée avec VANE. Il s'agit d'un collectif de design new-yorkais assez hype à New York. Ils ont même créé un pop up store exclusif à NYC, dédié à cette collection !

Vane-x-Sebago-Future-Heritage-Collection-00

Voici les modèles "Future Heritage" de la collaboration Sebago x Vane. Le design est très déroutant en raison de l'utilisation de matières brillantes.

Enfin, les fans de sneakers doivent connaître Ronnie Fieg. Ce designer / blogueur / sneakers addict a lui aussi fait une collaboration avec Sebago. Il a été interviewé à ce sujet, dans l'usine Sebago située en République Dominicaine :

Les modèles de mocassins et chaussures de la marque Sebago

Les Docksides (chaussures bateau)

Le modèle phare de Sebago, ce sont les fameuses Docksides ! Ce sont elles les véritables "chaussures bateau". Marines par excellence, elles sont cousues à la main, depuis leur conception en 1970. Leur création est la conséquence d'une vraie demande de la part des clients navigateurs ou amateurs d'activités nautiques.

docksides

Les emblématiques Docksides ! C'est véritablement LA chaussure bateau par excellence.

Souples, confortables et résistantes, en voici les caractéristiques principales :

  • Structure d'un véritable mocassin, construit dans un seul morceau de cuir cousu main,
  • Tige (extérieur de la chaussure) en cuir pleine fleur, nubuck ou daim,
  • Semelles en caoutchouc antidérapantes,
  • Lacets en cuir,
  • Oeillets en laiton anti-corrosion,
  • Semelle intérieure en cuir
  • Semelle extérieure adaptée pour le nautisme, avec caoutchouc anti-dérapant.

Les Spinnaker (les mêmes, version colorée)

Suite au succès des Docksides, la marque a souhaité les décliner dans une version plus colorée. C'est ainsi que les Spinnaker voient le jour. Pour votre culture personnelle et les fans de nautisme : un "spinnaker" est "un type de voile hissée à l'avant d'un voilier lorsque le vent souffle depuis l'arrière du navire" (merci mon ami Wikipédia).

La tige est toujours de deux ou trois couleurs, et les finitions sont les mêmes que celles énumérées plus haut pour les Docksides.

spinnaker

Un modèle de Spinnaker.

Les penny loafers Classic (mocassins)

Les penny loafers sont donc les premières chaussures développées par Sebago. Elles sont montées sans aucun trou de guidage pour les cordonniers, qui sont donc de vrais experts.

Leur structure a justement été brevetée "Welt Construction" (il s'agit concrètement d'un cousu Goodyear). Leur design est resté inchangé depuis plus de 70 ans !

Le Président John F. Kennedy et James Dean ont popularisé ces loafers en les portant dans un contexte décontracté (en bord de mer), le tout sans chaussettes (assez rare à l'époque).

12 Aug 1963, Cape Cod, Massachusetts, USA --- President John F. Kennedy walks out of a car with his children Caroline and John Jr. following him toward a hospital where they are visiting his wife and the children's mother, Jacqueline Kennedy. --- Image by © Bettmann/CORBIS

En 1963, le President John F. Kennedy arborait déjà une jolie paire de penny loafers. (Crédits : Corbis).

Les étapes de la confection des mocassins penny loafers Sebago

Il y a différentes étapes dans la confection des mocassins :

  • La découpe : après avoir choisi le cuir à utiliser, la forme de la chaussure est découpée dans la matière (les artisans n'utilisent que les meilleures parties de la peau),

sebago1

  • Le cousu main : Les artisans utilisent ensuite un poinçon, qui leur permet de percer des trous à la main dans la tige en cuir. Ensuite, il faut coudre la tige avec un fil de nylon. Le devant est mis en forme de tube, c'est cela qu'on appelle le « beef roll ».

sebago2

  • La semelle : elle est assemblée à la tige à l'aide d'une trépointe (cousu Goodyear). C'est une bande de cuir placée tout autour de la semelle, cousue à la tige puis à la semelle en cuir. Grâce à elle, le fond de la chaussure est renforcé et plus solide.

sebago3

Et pour finir, une petite vidéo qui met en avant l'art de la confection des mocassins :

Le test des mocassins penny loafers Sebago (par Luca)

J'ai choisi de tester les mocassins penny "à roulé prononcé". Et j'ai été le premier surpris (dès le premier port), car je ne m'attendais pas à être aussi à l'aise en mocassins !

Ce modèle (référence Grant, coloris Cordo) est très bien conçu :

• Entièrement cousu à la main,

• Tige non doublée en cuir de veau tanné

• Semelle première en cuir

• Semelle extérieure en caoutchouc thermoplastique (déposée : "Sebago Maine Street")

Luca Sebago chemise en lin

Très franchement, ce n'est pas la pièce que j'affectionne le plus, mais je cherchais une bonne alternative à mes derby pour l'été, alors je me suis lancé.

Porter des mocassins : avec ou sans chaussettes ?

Cela fait maintenant plus d'un mois que je les porte, et dès le départ, les mocassins ont été très confortables. Ma grande question avant le premier port était : chaussettes invisibles ou pas de chaussettes ?

J'ai donc essayé les deux pour comparer, car les Sebago sont, à la base, des chaussures qui se portent pour les balades en bateau (donc à potentiellement se mouiller les pieds, ce qui ne fait pas bon ménage avec des chaussettes).

Comme d'habitude, j'ai eu ce même ressenti de malaise : sans chaussettes vos pieds gonflent assez vite ; et je ne vous parle pas de la fin de journée et de ce que vous faites subir à votre entourage, en retirant vos souliers. Je dois tout de même souligner qu'elles sont plus aérées que la plupart des mocassins que j'ai pu chausser.

Avec des chaussettes invisibles, vos pieds glisseront un peu dans le mocassin la première heure de port, mais vous verrez que cet effet s'estompe très vite. La différence en fin de journée est incomparable, donc un conseil : portez des chaussettes invisibles !

Le cuir des penny loafers Sebago

cuir Sebago

Il manque le penny, mais je compte sur vous pour en ajouter un.

Le cuir des Sebago (du veau pleine fleur) est vraiment confortable et vieillit bien. Après un mois de port, il n'a presque pas bougé, on ne voit toujours pas de plis disgracieux sur la tige du mocassin. C'est vraiment du costaud.

Le plus étonnant, c'est qu'il est imperméable. Sans pitié, j'ai trempé les mocassins plusieurs minutes dans de l'eau : le cuir ne m'en a pas voulu !

En ce qui concerne l'intérieur de la chaussure, une semelle de confort perforée absorbera les chocs de vos pas ; et la peau retournée au-dessous, votre transpiration.

semelle confort sebago

Je vous disais que ces mocassins sont confortables, avant tout grâce à cette finition qui vient épouser la cheville. Le retour de cuir est bien épais, ce qui permet de ne pas agresser votre peau et de ne pas souffrir un bon mois durant.

bordures sebago

En ce qui concerne la semelle, elle est en caoutchouc thermoplastique déposé par la marque. Encore une fois, elle vient accentuer cette proximité avec le monde nautique, en vous évitant de glisser sur le pont lors d'une manoeuvre maladroite de Tonton Daniel.

semelle sebago

Pour ce qui est du montage, c'est du solide grâce au cousu Goodyear (que l'on aperçoit ici. Les sillons permettent d'évacuer l'eau lors de vos pas, un peu comme sur un pneu.

Le design des mocassins Sebago

Au premier coup d'oeil, je trouvais que le design des mocassins était un peu vieillot. Je trouvais la forme trop carrée, les lignes trop brutes et la semelle trop imposante, d'autant plus que sa couleur noire dénote avec le reste de la chaussure.

En gros, je me voyais attendre de passer la quarantaine avant de les chausser.

Penny Loafers Sebago

Finalement, une fois portés, les mocassins s'intègrent dans un bon nombre de tenues et l'effet "désuet" se ressent moins ! Je n'imaginais pas les adopter aussi vite.

Comment porter les mocassins penny loafers ?

penny loafers pantalon cargo

Que vous portiez un jean, un short, un chino : le mocassin va avec pratiquement tout. Sur la photo ci-dessus, je les porte avec un pantalon cargo et une chemise habillée. C'est une pièce qui peut faire peur, mais qui ne devrait pas. Beaucoup de choix s'offrent à vous !

penny loafer sebago

Un autre exemple ici avec une simple chemise en lin et un jean gris.

L'avis de Luca sur les mocassins penny loafers de Sebago

Je suis très agréablement surpris par ces mocassins, tant en termes de qualité que de confort. J'ai vraiment l'impression qu'ils sont increvables !

La couleur du cuir change petit à petit également, en s'éclaircissant par endroit. C'est véritablement un produit qui mérite d'être porté sur plusieurs saisons.

En ce qui concerne les points d'améliorations : le design est un peu vieillot, et des roulés de cuir trop imposants sur la tige du mocassin (ce que je trouve personnellement un peu grossier au premier coup d'oeil).

Retrouvez ces penny loafers sur le site de Sebago pour 145 euros.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Quentin !

    Pourquoi pas pour les mocassins à picots, tu ne seras pas le premier que j’aurais vu faire ce choix pour remplacer les « boat shoes » 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Alexandre !

    On n’a pas testé leurs mocassins en particulier mais Doucal’s fait généralement des chaussures de plutôt bonne qualité pour le prix. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Alexandre !

    Je ne connais pas Weejuns mais les cuirs ont l’air vraiment mauvais.

    Velasca sans hésiter.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Zuyva !

    C’est un Hèdus !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Matthieu !

    Non elles sont prune / bordeaux 🙂

  • Luca – BonneGueule.fr

    Hello Arno,

    Tu peux te permette des Burlington pour le côté preppy. Pas de prise de tête, l’aubergine est une couleur facile à porter, tu peux t’amuser !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Vincent !

    Regarde chez Septième Largeur pour les mocassins, à part ça je ne vois pas trop. :/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Olivier !

    Les lunettes sont juste des Suitsupply.

    Et pour le bracelet si tu parles de celui en cuir et en métal, (pour ceux en bois je ne sais pas, et comme il est en congé je ne peux pas lui demander pour l’instant), c’est un « A Cool Man » que je lui ai offert parce que je l’avais en double et que c’est un chouette collègue, ce Luca 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Victor !

    Tant que ton pied est maintenu, pas forcément besoin que ça « serre ». Si la chaussure ne gigote pas quand tu secoues ton pied, ça devrait être bon.

  • Victor

    J’ai franchi le pas, et je rejoins Lucas en les portant, la perception pataud de départ s’estompe très vite. On est vite à l’aise dedans, d’ailleurs j’ai l’impression qu’elles ne serrent pas trop, peut-être une taille en dessous me serrait bénéfique.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Victor !

    C’est vrai que c’est un peu associé à un esprit « old school » et que porter ce genre de chaussures en étant jeune est une vraie affirmation stylistique, un parti pris. Si tu ne te sens pas assez à l’aise à l’idée de les assumer, alors ne te force pas à les porter. C’est avant tout ça la question : te sentiras tu bien dans ta peau et dans tes vêtements avec ?

    Pour les chaussettes, je te recommande de les porter avec des « chaussettes invisibles ». Le port sans chaussettes ça n’est pas hygiénique, et ça causera des dégâts à la chaussure comme à ton pied.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Vincent !

    Pour les boat-shoes, le design de Sebago est un peu la référence à partir de laquelle les autres marques travaillent… Je ne connais pas de boat shoes qui soient plus fines et « racées », ça ne va pas dans le sens de ces chaussures conçues comme un peu brutes et robustes.

    C’est probablement les boat-shoes en général que tu trouveras pataudes, du coup. :/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Vincent !

    Luca te conseille des Velasca, une nouvelle marque italienne avec un bon rapport qualité / prix. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Bonne remarque MLB !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello web !

    Honnêtement, ça apporte un petit cachet d’authenticité et de « tradition », mais je doute fort que les boyaux (même si c’est un matériau sacrément costaud quand il est bien travaillé) soient plus résistant que le Nylon. 🙂

  • Pierre Alanski

    Après une belle journée, à mon tour de te souhaiter une agréable soirée 😉

  • Salut Nicolas,
    Effectivement, on était dans un flux éditorial consacré à ce thème mocassins / preppy 🙂
    Merci pour tes compliments, c’est gentil !
    Bonne semaine

  • Merci beaucoup Pierre !
    C’est en effet une très jolie teinte, qui révèle ses reflets au fur et à mesure des ports…
    Bonne journée à toi

  • Salut Chris,
    Que d’enthousiasme !
    J’aime beaucoup les modèles de chez Aubercy… Mais comme tu dis, ce n’est pas donné !
    En tout cas, merci pour tes compliments, ça fait plaisir 🙂
    Bonne journée

  • Bonjour Abdelhamid,
    En effet, ces penny loafers divisent… C’est un peu quitte ou double ! Benoît est dans ton cas, il n’est pas très fan. En tout cas, merci pour tes encouragements 🙂

  • Salut Max,
    Merci beaucoup pour ton retour et pour G.H. Bass !
    En effet, les mocassins ont un côté un peu « old-fashioned » très preppy. Nous avons d’ailleurs publié un article à ce sujet il y a une semaine : https://www.bonnegueule.fr/comment-maitriser-le-style-preppy/.
    En ce qui me concerne, j’aime beaucoup le style d’Audrey Hepburn, Geoffrey avait donc tout à fait raison 🙂
    Bonne journée !

  • Merci beaucoup Erwann pour ce retour positif !
    Bonne journée 🙂

  • Bonjour Filip,
    Merci pour le compliment, ça fait plaisir !
    Maxime, notre photographe, porte des Docksides régulièrement. Au début, il était comme toi, ça lui faisait un peu mal et il était obligé de mettre des pansements. D’après lui, c’est une question de temps !
    Bon courage 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    En général les gens qui portent ce genre de chaussure très souvent ont suffisamment de corne au pied pour ne plus trop avoir ce genre de problèmes :/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Filip !

    C’est clair que c’est le genre de chaussures auxquelles le pied doit un peu s’habituer 🙂

    Merci pour ton retour !

  • Filip

    Juste les docksides c’est pas confortable pour tout le monde, moi ça m’explose les pieds ! 🙁 (70€ à la poubelle…)
    Sinon encore un bel article 🙂

  • merci pour ton retour Max ! Très bonnes remarques, et je ne connaissais pas GHBass !

    Je pense que Luca a pris le modèle avec semelle caoutchouc car il est plus fonctionnel, il ne glisse pas, à l’inverse d’une semelle en cuir.

    Merci pour Audrey Hepburn aussi, ça va faire plaisir à Constance (je suis certain qu’elle est fan).

    Bonne journée,
    Geoffrey

  • merci Erwann !

  • Chris

    Merci pour les noms de marques Benoit ! Je ne connaissais pas Tony Fargo. Les designs et couleurs sont bien sympas, à un prix très raisonnable. Je note pour plus tard.

    Je connaissais déjà Tangerine, et bien qu’ils soient très jolis, je me vois mal porter leurs mocassins en dehors d’une soirée chic, avec un smoking (et je ne suis pas encore suffisamment invité aux soirées de l’ambassadeur pour justifier un tel investissement 😀 ) :
    https://cdn.shopify.com/s/files/1/0205/3864/products/SUPERGLAMOUROUS_TANGERINE3_BLUE_1.jpg

    En tout cas, si tu as d’autres noms de marques qui te viennent à l’esprit, n’hésite pas, ça accélérera mes recherches ! 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    merci Chris, on a le même ressenti sur la marque !

    Pour des mocassins stylés, essaye de voir ce que portent les mecs du Pitti, c’est exactement ce que tu recherches (Tony Fargo, Tangerine, entre autres).

  • Benoit – BonneGueule

    Merci Abdelhamid ! Comme toi, c’est le genre de design qui personnellement ne m’irait pas du tout. Mais comme tu l’as dit, l’histoire de la marque est très intéressante, et Luca les porte bien. C’est aussi cette variété de points de vue qui fait la force de BG !

  • Abdelhamid Niati

    Un article qui ne me rajeunit pas tant j’ai porté de paires de Docksides. Ce modèle est clairement intemporel et à la différence du mocassin peut se porter sans invisibles. Alors les mocassins testés ont ont beau cuir mais sur le design je fais mon Benoit avec un « noway ». Même des Méphistos ( chaussures pour personnes d’un certain âge ) sont mieux travaillées. Les coutures sur le dessus sont beaucoup trop prononcées à mon goût et on aurait pu se passer des surpiqûres. Ceci contraste avec les collab citées dans l’article. Concernant l’article, Les BG savent faire et il y a un gros travail derrière. Il y a un contenu de grande qualité que je retrouve sur tous les articles. Merci à Constance et Luca ainsi qu’à toute la team BG.

  • Chris

    Merci, une fois de plus, pour ce très bon article, bien complet et agréable à lire. 😉

    Les photos en gros plans des chaussures Sebago me confortent quant au fait que je trouve leurs patronages vraiment patauds et vieillots. Par contre, je suis content d’avoir appris que leurs chaussures sont bien résistantes. Au final, on a un bon rapport Q/P, mais il faut aimer le design… Je trouve que celui-ci raccourcit le pied de son porteur, ce qui n’est pas avantageux (un peu comme le mocassin 180 de JM Weston, dont je ne comprends pas l’engouement…).

    D’ailleurs, sur pas mal de mocassins en entrée-de-gamme (dont les Sebago testées), on peut voir de nombreux plis sur le coté de la chaussure, au niveau de la couture avec le haut de celle-ci. Je trouve ça vraiment disgracieux.

    Je suis toujours à la recherche d’une paire de mocassins (penny loafer, voire à pompoms) de bonne qualité, avec un bon design, à un prix raisonnable. Mais bon, s’il le faut, je me dirigerai vers du plus haut-de-gamme, où forcément le prix pique un peu plus.

    Dans celles qui me font de l’oeil, il y a notamment la Justin Fitzpatrick :
    https://cdn.shopify.com/s/files/1/0247/5859/products/j-fitzpatrick-footwear-2015-studio-profile-madison-navy-suede-shaded-navy-calf_1024x1024.jpg

    Ainsi qu’une Alfred Sargent (plus difficile à porter par contre) :
    http://alfredsargent.co.uk/wp-content/uploads/2011/09/Oxblood-Carrol-MTO.jpg

    Aubercy font notamment les plus beaux mocassins au monde (d’après ce que j’ai pu voir sur internet), mais les prix sont astronomiques 🙁
    http://www.aubercy.com/files/2013/06/Lupin-Tous.jpg
    http://www.aubercy.com/files/2012/03/Dorian-1024×683.jpg

    En tout cas, j’ai hâte de lire vos prochains articles et de découvrir vos nouvelles collab et ligne. Good luck !!!

  • Pierre Alanski

    Super article, encore une fois ! J’adore Sebago 😉
    La couleur « Cordo » choisie par Luca est superbe, ça change un peu des classiques nuances de marron 😉

  • Nicolas Ferreira

    Ben dis donc en ce moment ca y va sur les mocassins ! 🙂
    Deja l’article avec Bobrunel, puis maintenant sebago, vraiment tres interessant tout ca,
    et surtout.. CA DONNE ENVIE !

    j’aime tout particulierement la couleur du modele testé par Luca, je trouve ca apporte un petit nuance sympathique dans tes tenues aux couleurs basiques, mais on peut aussi l’accorder avec d’autres tenues plus « colorés », c’est vraiment sympa !