Conseils : Comment choisir et bien porter un costume à motifs, carreaux ou rayures ?

Temps de lecture : 10 minutes

Prenez un costume taupe. Ajoutez-y des rayures blanches : vous obtenez une tenue de mariage. De grands et fins carreaux ? Un costume professionnel très stylé. Et s'il est tissé d'un motif Prince de Galles ? Il sera porté le soir avec une chemise et un 5 poches.

Qu'est ce qui, mieux que le motif, peut ainsi donner le ton d'une tenue ? Depuis toujours, les carreaux, fleurs, rayures et autres fantaisies agissent sur le vestiaire masculin comme des boussoles, orientant le vêtement vers de multiples usages et diverses occasions.

Le tartan résume à lui seul l'incroyable puissance symbolique du motif : ces carreaux complexes, connus dans le monde entier, suffisaient à exprimer le rang social et la puissance d'un homme. Véritables armoiries sartoriales, ils étaient le fruit d'un travail sophistiqué et réfléchi, ne devant alors rien au hasard... Ce qui n'a pas tellement changé.

Cela étant, il n'est pas toujours facile de s'y retrouver. Quel est l'intérêt d'un motif ? Lequel choisir ? Pour quelles occasions ? C'est ce qu'on va voir ensemble.

Pourquoi porter des motifs ?

Il n'y a pas vraiment de réponse type à cette question. Il s'agit d'un choix purement personnel, rien n'oblige à en porter.

Toutefois, lorsque l'on cherche à "passer de niveau" sur le costume, c'est une option toute trouvée. Ils permettent d'apporter du style et du caractère à la pièce, avec une intensité variable.

Certains, comme les rayures larges, évoquent un grand formalisme, lorsque le Prince de Galles se fait plus fantaisiste. Le pendant négatif de tout cela, c'est qu'un motif peut aussi se démoder - vraiment - et n'est pas forcément facile à assortir : il supportera difficilement d'être porté avec un autre motif par exemple, exception faite de la pochette ou de la cravate .

Le Pitti, plus grand défilé de costumes à motifs du monde entier !

Il est maintenant temps de rentrer dans le détail : nous allons vous guider à travers les motifs, classés par grandes familles. La liste ne peut être exhaustive mais regroupe les grands classiques. En fin d'article, vous retrouverez une sélection de bonnes adresses pour passer à l'achat !

Les plus courants : les carrés

Les carrés sont LA grande famille de motifs géométriques, ceux que l'on retrouve le plus en raison de la pluralité des déclinaisons.

Ils sont partout aujourd'hui, même si l'on trouvera rarement du vichy ou du damier dans l’univers du costume, à l’inverse des carreaux.

Les carreaux, une approche facile des motifs

Passée l’acquisition d'un ou deux costumes unis et sobres, beaucoup optent pour les carreaux lorsqu'il s'agit de se tourner vers un modèle plus « marqué ».

Si les damiers sont très rares (et heureusement), les carreaux restent un choix à la fois facile et original.

On en trouve de différentes tailles, le plus souvent assez grands. Mais plus encore que la taille, ce sont les couleurs qui déterminent si le motif est voyant ou non.

Subtil.

En toute discrétion avec le ton sur ton

Le ton sur ton, très discret, va se composer d’une nuance à peine perceptible entre la couleur du costume et celle du motif.

Pour résultat, on a une étoffe presque texturée par le motif que l’on distingue de près seulement, offrant cependant une belle profondeur.

Quasi invisible ici, le motif est pourtant bien présent et va apporter une variation de texture intéressante.

Sa sobriété en fait un motif de choix pour des pièces polyvalentes : vous pouvez aller travailler avec sans problème, mais il ne sera pas moins approprié pour un rencard ou un mariage. De là, vous pourrez jouer sur la chemise et les accessoires pour modifier la tonalité de votre look.

Pour le coup, les motifs sont jouables (carreaux plus marqués, par exemple) et donneront un côté plus habillé à la tenue. La chemise unie blanche et la cravate, très pros, pourront être troquées contre une chemise plus colorée ou même un pull. On peut aussi imaginer un noeud papillon se glisser, histoire d'amener une touche de sophistication.

Un premier look ultra classique, un second bien réalisé avec le pull fin qui rappelle avec plus de force le motif du costume.

Le carreau contrasté, l'originalité maîtrisée

Le carreau contrasté reste, à mon sens, le plus intéressant : les bords seront d’une couleur bien plus visible, ce qui mettra en relief le motif.

Si le ton sur ton va à toutes les morphologies, les hommes forts se méfieront du carreau contrasté pour son côté massif.

En ce moment par exemple, on trouve pléthore de toiles bleu marine marquées de fins carreaux blancs, ce qui fonctionne très bien !

Tout aussi habillé que les autres, il se porte généralement avec une chemise unie : c’est donc très simple à assortir.

Il ne faut vraiment pas en avoir peur car il s'agit bien d'un motif simple, très largement démocratisé ces dernières années en mode masculine.

Gros plus : sa capacité à inspirer une touche « sport chic » dans une tenue composée par exemple d’un polo et d’un chino, ou même d'un short clair. Les looks sont plus audacieux, mais les pièces fonctionnent vraiment bien ensemble. On peut imaginer une veste avec des carreaux plus sobres et un chino beige pour une version plus simple à exécuter.

Le cas des damiers et du vichy

Enfin, il y a les motifs types damier/vichy, plus difficiles à apprivoiser. Les premiers sont clairement hors de portée, beaucoup trop proches du déguisement en matière de costume.

Le motif vichy, caractérisé par le croisement de lignes bicolores pleines, est beaucoup plus fréquent et abordable.

Bleu, marron, noir : les carreaux vichy se déclinent dans de nombreuses nuances. À juste titre, ils renvoient une image rétro lorsque le costume est confectionné dans une laine épaisse type tweed, bien qu’un vichy en flanelle lisse soit beaucoup plus intemporel.

Une superbe veste en vichy, légère, dans un style napolitain.

Imposant même quand les couleurs sont sobres, le vichy se contentera lui aussi d'une chemise unie. Il est également peu conseillé dans des univers professionnels strictes, mais offre de superbes tenues pour le soir : porté avec un jean, c'est le carton plein.

Tantôt sartorial, tantôt moderne et épuré, le vichy prend de nombreuses tonalités. 

Venons-en maintenant à des motifs de la famille carrés un peu plus complexes, dans tous les sens du terme !

Le plus british des carrés : le tartan

Très associé à nos amis britanniques, le tartan est extrêmement ancien : on en retrouve trace dès 3.500 avant JC en Asie, dans des tombes tokhariennes .

Bien sûr, les peuples celtes ont aussi marqué l'histoire du tartan, puisqu'ils ont fait de cette étoffe de laine un véritable marqueur social et familial. Les couleurs et le dessin du motif variaient selon le rang social et l'origine géographique de la famille.

Le plus célèbre de tous les tartan, emblème de la maison Burberry, le Haymarket Check.

C'est un motif plus complexe que les autres carreaux car il peut être vu comme une superposition de damiers et de bordures multicolores.

Il en existe une infinité, même si certains restent particulièrement célèbres, à l'image du Black Watch, du McLeod, ou encore du "puissant" Royal Stewart.

Black Watch, MacLeod et Royal Stewart : ils nous sont tous familiers !

Vous remarquerez, à la vue de ces diagonales, que le tartan est un motif tissé en sergé  à partir de fils teintés dans la masse. Historiquement, c'était une étoffe noble et chère en vertu de la complexité de sa fabrication.

Les tartans ont été détournés par les mouvements punks, jusqu'à régulièrement apparaître dans les collections de créateurs alternatifs comme Vivienne Westwood ou Alexander McQueen.

Punks et créateurs s'emparent du Tartan pour en détourner complètement le sens.

À présent, il tend à se créer une place de choix dans le vestiaire sartorial. Loin de ses habituelles couleurs vives ou criardes, le tartan se compose parmi des palettes plus sobres de marron, gris, vert foncé...

Souvent conçu en trois-pièces, le costume tartan se modernise et évolue vers des coupes plus simples et cintrées. Malgré un fort caractère, son élégance peut en faire un motif adapté à l'univers pro , qu'on transposera facilement dans un registre habillé.

Niveau association, pas de difficulté : chemise unie, simple et sans artifice. Idem pour les souliers. Le costume se suffit à lui même.

Les modèles commercialisés aujourd'hui sont plus ou moins sobres et en offrent pour tous les goûts. Remarquez la récurrence de la chemise blanche toute simple.

Le tartan a une âme. Il fait partie de ces tissus/motifs qui ont marqué des époques, des lieux et vont jusqu'à être de véritables vecteurs de messages politiques et culturels.

Autant dire que porter du tartan, sans faire de vous un rebelle invétéré, suppose néanmoins de faire preuve d'un minimum d'assurance...

J'aurais vraiment tendance à vous inciter à vous lancer. Bien qu'imposant, il n'offre pas cinquante "lectures" possibles : un trois-pièces à tartan gris, s'il n'est clairement pas un modèle de sobriété, dégagera avant tout une impression d'élégance et d'audace. Et il n'y aucun mal à sortir du lot dans ce sens 😉

La campagne Tom Ford A/H 2009 : l'une des pubs les plus marquantes de la mode masculine. Quel est le premier mot qui vous vient à l'esprit en voyant ce costume ?

Le plus royal : le Prince de Galles

On termine la famille des carrés avec le fameux Prince de Galles.

Malgré ce que laisse penser son nom, il a été imaginé pour ceux - domestiques... - qui n'avaient pas le droit de porter le tartan.

Plus encore que le tartan, ce motif emblématique connaît un succès croissant depuis quelques années, surtout en mode masculine. Non moins complexe, il demeure souvent plus fin et discret que son ancêtre.

La version formelle. Costume Prince de Galles gris nuancé de quelques lignes bleues, chemise bleu layette, cravate verte, souliers marron. Easy, non ?

Des "fantaisies" ont donc été ajoutées à ces superpositions de carreaux, composant la base du motif : on retrouve par exemple du pied-de-poule au niveau des "croisements" de lignes.

Remarquez la complexité et la diversité des motifs : pied-de-poule contrasté, lignes obliques, droites, damier...

 

 

Au Royaume-Uni, le Prince de Galles trouve sa place dans un vestiaire très décontracté, voire même sportif... Étant entendu que personne ne va courir avec un pantalon du genre, mais plutôt faire un golf.

Dans les pays où il s'est exporté, tels que la France ou l'Italie, le motif a pourtant intégré un univers très sartorial. On le voit beaucoup sur des costumes trois-pièces ou plus modernes, surtout en été.

Il apparaît souvent tissé à partir de nuances de beige et de marron, les teintes claires étant souvent dominantes sur les foncées.

Chez SuitSupply, vous trouverez des costumes Prince de Galles en trois pièces, très habillés - presque trop.

Il a aussi la particularité de se dépareiller facilement avec un chino beige ou un jean. Sa décontraction en fait un bon client pour des chaussures casual type brogues ou derby, voire même des sneakers.

C'est sans doute dans ce registre casual chic que le Prince de Galles peut être le plus intéressant. De quoi donner libre cours à votre imagination !

Je n'aurais pas pensé à un jean brut avec cette veste, de prime abord. Pourtant, avec ses nuances de "beige ficelle" et la chemise rose pâle, l'assemblage fonctionne parfaitement.

Les rayures, un motif clivant

Si les rayures font partie du vestiaire masculin depuis toujours, certaines d'entre elles sont particulièrement "connotées" et associées à une certaine forme de vulgarité.

Elles sont pourtant capables d'affiner et d'élancer une silhouette, nous reviendrons dessus.

Sobriété de rigueur...

Il faut dire que les rayures larges sont, en matière de costume, purement ridicules. À moins d'avoir un style extrêmement fort et donc une maîtrise sans commune mesure de l'élégance, il sera impossible de s'en sortir.

Un peu dépassées aussi : les rayures de différentes couleurs que l'on a beaucoup vues il y a quelques années. Souvenez-vous de ces costumes d'entrée de gamme gris avec ces lignes dans des tons violets, à largeur variable... Ce genre de "souvenir" reste mais ne vieillit pas forcément bien.

Légion dans les années 2000, ce type de motif est aujourd'hui vraiment vieillot et triste. Au-delà de la coupe aléatoire du costume !

L'élégance des rayures fines

Les rayures plus fines, emblèmes de l'univers sartorial : ce sont incontestablement les plus habillés de tous les motifs. Par conséquent, leur présence indique un registre extrêmement formel, inutile donc de chercher à dépareiller une veste par exemple !

Plus le contraste entre la rayure et la teinte du tissu sera marqué, plus le costume sera "fort",  phénomène qui sera accentué par des coupes croisées ou trois-pièces déjà très habillées.

Voici quelques exemples pour bien comprendre.

Deux belles pièces où les rayures apparaissent nettement, contrastant avec le bleu des étoffes. Le premier modèle allonge et affine la silhouette grâce aux lignes fines et serrées, bien plus que le second modèle. Un bon point pour à peu près tout le monde, sauf pour les grands et fins. Vu son côté très formel, un costume rayé se porte quasi systématiquement avec chemise unie, cravate et pochette... Tenue qui pourrait convenir à un marié.

Passons donc à quelque chose d'un peu plus facile.

On reste sur une tenue habillée à gauche mais déjà moins forte, plus facile à s'approprier. On aurait aussi pu se permettre une paire de chaussures plus casual. Le second costume a, comme celui du dessus, des rayures espacées et épaisses. Cela étant, le contraste rayures / étoffe est moins fort, ce qui vient "lisser" la pièce.

Et on peut aller encore plus loin dans cette voie.

Dans ces deux exemples, la finesse des rayures et la faiblesse du contraste font qu'elles s'intègrent parfaitement, sans trancher. Les looks restent certes habillés, mais plus faciles à appréhender car plus discrets.

En conclusion sur les rayures, on pourrait dire que l'expérience va faire la différence.

Un homme aguerri, sûr de ses goûts et de son style, pourra se tourner vers un motif marqué et jouer sur son classicisme. En revanche, quelqu'un de moins expérimenté choisira plutôt des lignes peu épaisses et moins voyantes.

Les inclassables : bonne ou mauvaise idée ?

Il reste enfin une série de motifs "inclassables", uniques en leur genre.

Le pied-de-poule : mieux vaut voir petit

Il a fait un retour assez marqué chez les Britanniques et chez quelques Italiens, sans doute pour sa dimension vintage.

Pour homme, il demeure assez rare, surtout en matière de costumes. Si vous en croisez un et que c'est le coup de coeur, pourquoi pas, mais gare à la taille des motifs ! Trop volumineux, ils deviennent extrêmement voyants...

De plus en plus de marques choisissent de travailler le "micro pied-de-poule", version mini du motif. De loin, il ressemble à de tous petits carreaux ; de près, on constate sa forme unique. Dans ce cas de figure, on se trouve face à des pièces assez décontractées, faciles à dépareiller et presque rustiques selon les couleurs et les matières.

Le micro pied de poule reste visible, mais plus facile à gérer.

"Ne pas faire le pois"

Le costume à pois me fait instantanément penser à Léo Messi en 2012, qui a posé avec son Ballon d'or paré d'un ensemble Dolce & Gabbana.

Justement, je dirais qu'il n'y que des Italiens un peu barrés ou des joueurs de foot sous contrat avec des marques de luxe pour porter ce motif en costume. À moins de tomber sur des pois vraiment bien "fondus" dans l'étoffe, ce qui ne court pas les rues.

Laissons les costumes à pois à Messi...

Le pêle-mêle de fantaisies

Enfin, vous aurez noté que la mode masculine est de plus en plus marquée d'imprimés en tout genre, des plus sobres aux plus excentriques.

Sur ce coup-là, vous allez devoir vous en sortir seuls : c'est uniquement et exclusivement une question de feeling. En soi, pourquoi pas, mais l'univers dans lequel vous évoluez jouera beaucoup.

Inutile de préciser qu'une chemise neutre est de rigueur, de même qu'une sacrée dose d'assurance .

Les occasions de porter un costume bardé de citrouilles semblent aussi rares que celles de voir un Français gagner Roland Garros dans les 10 prochaines années...

Sélection : où acheter des costumes à motifs ?

Vraisemblablement, la plupart des marques de costume habituelles proposeront des motifs se prêtant à un contexte professionnel. 

SuitSupply est sans conteste la meilleure adresse "grand public" pour ce genre de pièces . Il y a de tout, dans un prix abordable pour une jolie qualité. De quoi se faire plaisir sans trop se ruiner, même pour quelques rares occasions comme les mariages.

Fidèle à la flamboyance italienne, Boggi offre également un grand choix, avec une sélection peut-être un peu plus "mode".

Le Français Wicket n'est pas en reste - notamment sur les vestes "sport" et leurs motifs bien menés - de même que Louis Purple.

Si vous en avez la possibilité, nous vous encourageons à vous tourner vers des marques de mesure. Elles n'ont pas les mêmes problématiques de stocks, ce qui leur permet d'offrir des tissus plus audacieux ou recherchés.

Le mot de la fin...

Une fois que l'on possède une base solide en termes de costumes, on est vite tentés d'explorer de nouvelles pistes. Cela passe évidemment par le type de matière... mais aussi les motifs.

Là où un costume reste une pièce finalement "neutre", les motifs lui apportent une autre tonalité. Ainsi, un costume à rayures fines dégagera une impression très formelle, contrairement à un blazer Prince de Galles plus détendu.

Des carrés aux rayures, en passant par le tartan et les feuilles d'ananas, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Et en cas de besoin, par ici pour tous nos conseils sur le choix d'un costume.

Romain Rousseau Romain Rousseau

Voir un tailleur marquer sa toile m'impressionne, regarder une brodeuse faire virevolter son aiguille me donne des frissons, admirer un cuir parfait me fait sourire. Je suis passionné par le Luxe pour ce qu'il est (rigueur, excellence, amour du beau), et plus encore j'aime partager et transmettre cette passion. [email protected]

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.