Nos conseils sur les chemises

Nos meilleurs articles sur les chemises

 

Comment bien choisir sa chemise ?

Pour ne pas faire de faux-pas, vérifiez les points suivants :

  • 1 - Les coutures se terminent sur l’épaule. Et vous pouvez placer un doigt entre votre cou et votre col. Ni plus, ni moins
  • 2 - La chemise est ajustée au niveau de la poitrine. Pas ou peu de tension sur les boutons
  • 3 - Il n’y a pas d’excès de tissu aux aisselles. Attention, la perfection n’existe pas !
  • 4 - Vos manches s’arrêtent au niveau du cubitus (os du poignet)
  • Pas d’excès de matière au niveau des aisselles et du dos

tuto-chemise

Pour plus d'informations, vous pouvez lire ce dossier sur comment choisir sa chemise.

La chemise en quelques mots

La chemise au fil des époques

Au fil des siècles, la chemise subit de nombreuses transformations.

Utilisée comme sous-vêtement de l'homme (et moyen de distinction social) depuis l’Antiquité, elle se transforme à partir du XVIe siècle, pour devenir à la fin du XIXe le vêtement iconique que nous connaissons.

Aujourd’hui démocratisée, elle connaît de nombreuses variantes : aux poignets (mousquetaires, simples, biseautés), au col (français, anglais, américain, button-down, italien, cutaway, mao, officier), etc.

Modèles et matières

Du coté des cols, les 3 dominants sont les suivants :

  • Col italien : Souvent large, il sera très évasé pour laisser place à une cravate large également. Il existe aussi en cutaway (ou Keaton) pour des versions plus évasées encore. Un modèle qui convient parfaitement aux sphères bureaucratiques.
  • Col français : Reconnaissable par son ouverture inférieure à 90°, il est droit, court et très polyvalent.
  • Col américain : Boutonné, il convient aux chemises casual. À éviter lors d’occasions formelles.

Du coté des matières, vous trouverez régulièrement de la popeline, du fil à fil et du twill pour les chemise formelles ; comme de l’oxford, du chambray (des matières que nous affectionnons particulièrement), mais aussi de la flanelle, pour des pièces plus casual.

A propos Geoffrey Bruyere

Je pilote BonneGueule avec Benoît, on fonctionne en binôme. Mais c'est moi qui trouve les surnoms bêtes à l'équipe. J'aime la mode masculine, la boxe, l'art déco, et les filles avec de l'humour. C'est moins vrai pour le lundi matin et le curling.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).