Test : Commune de Paris, les insurgés du style + interview d’Alexandre Maïsetti

commune de paris
/

Disclaimer : Non, ce n'est pas un bug, c'est bien "by Rafik" que vous lisez sous le titre de l'article. Pour ceux qui ne me connaîtraient pas encore, je suis stagiaire chez BonneGueule en tant qu'assistant de Benoît, et l'heure est venue pour moi de vous livrer mon premier article sur le blog 😉

Pour cette grande première, j'ai choisi de vous parler d'une marque dont rien que le nom m'intriguait tant il semble chargé d'histoire : Commune de Paris - 1871.

C'est une des marques françaises qui creuse petit à petit son trou dans la mode masculine - et pour cause - puisque Commune de Paris est un des pionniers du streetwear parisien, dispose d'un vestiaire casual complet, et n'hésite pas à multiplier les collaborations avec des marques venues d'autres horizons.

D'ailleurs, on a eu l'occasion d'en savoir un peu plus sur la marque en rencontrant Alexandre Maïsetti. La collection a beaucoup de pièces fortes, on vous donnera des idées d'association pour en intégrer intelligemment dans vos tenues.

Interview de Alexandre Maïsetti, co-fondateur et designer du label Commune de Paris

visuel-commune-de-paris

A ses côtés, Sébastien Lyky et Edouard Launay.

Peux-tu présenter Commune de Paris ? 

Nous concevons et produisons des vêtements, des objets ainsi que des accessoires pour homme depuis 2009.

Quel est le lien entre l’évènement historique et la marque Commune de Paris ?

On voulait une marque avec une connotation et une identité fortes, ancrées dans l’histoire. Nous sommes tous les 3 parisiens, et nous nous sentions représentés par cette marque.

C'est un événement qui symbolise les idées d’insoumission, d’indépendance française. C'est cette identité que l'on voulait donner à la marque. Etant un événement méconnu, on se demandait seulement comment les gens allaient accueillir la marque.

On retrouve cet état d’esprit d’indépendance et de désinvolture dans vos vêtements ?

On est autofinancés, on fait ce qu’on veut pour la marque. On aime beaucoup l’aspect communautaire pour la réalisation des visuels et des photos ; pour le site avec les illustrateurs, les photographes et les artisans ; avec d’autres marques qui ont de vrais savoir-faire dans leurs domaines, afin de proposer des produits un peu plus innovants, qui sortent du cadre de notre simple ligne de vêtements.

Par exemple, on aime se faire plaisir dans nos collaborations. On aime aussi essayer d’autres supports, apprendre de nouvelles choses.

Quelles sont vos inspirations ?

Sébastien Lyky est directeur artistique dans une agence de pub. Il est très attiré par l’image et l’esthétisme, avec un souci « impitoyable » du détail et un regard très graphique.

J’ai plus le côté "vêtements", car j’avais déjà une autre marque avant. J’ai également une vision graphique avec l’assemblage des coupes, des couleurs, etc. (on faisait du graffiti ensemble avant), le tout avec un petit côté architectural qu’on retrouve dans les rayures, les motifs et les bonnes combinaisons de couleurs. Avoir le regard graphique est important.

On est inspiré par ce qu’on voit tous les jours dans la rue, on fait de la recréation : réutiliser des vieux basiques et les réinterpréter dans une vision plus moderne (nouvelles couleurs, coupes plus cintrées…), des lignes sobres et portables pour tous les jours, plutôt que des lignes pour défilés de mode avec des mannequins.

Est-ce-que tu peux nous parler de la provenance et des choix des matières ? La confection ?

On est sur une production Europe : nos matières sont principalement italiennes et anglaises, notamment pour le lainage, les tweeds et les costumes. La confection se fait principalement au Portugal. En France, nous fabriquons nos carrés de soie et nos cravates. Les foulards sont faits en Italie. On pourrait faire le choix de tout produire en France, mais les prix augmenteraient d’au moins 20%.

Des projets futurs ?

Le premier : avoir une boutique / un QG physique. Sinon, on aime bien les nouveaux projets, mais aussi en refaire avec d'anciens partenaires. Par exemple, des collaborations avec LIP, Astier de Villatte et une marque anglaise de chaussures sont à l'étude.

Test : les pièces Commune de Paris à intégrer à votre garde-robe

Pour cet article, j'ai choisi de tester un sweat, une chemise et un sac. Je vous en dirai davantage tout à l'heure. Pour le moment, je vous laisse en compagnie de Florian, qui a testé pour vous un pull en laine.

Le pull à motif moucheté

pull_cdp

Ce pull en laine torsadé s'intègre très facilement dans une tenue urbaine. On oublie donc le côté pull de montagne ! Les manches sont volontairement longues pour ajuster le bord côte comme ça nous chante. On peut même la dérouler entièrement en cas de grand froid. La coupe est ajustée au niveau des épaules et des pectoraux et plus loose au niveau des hanches.

Avec cette coupe, ce pull a un style plus décontracté, moins parfait que ceux que l'on peut trouver d'habitude.

look hiver commune de paris 2

Echarpe Galeries Lafayette, manteau Three Animals,
pull Commune De Paris, pantalon Topman.

Vous voyez, c'est un jeu d'enfant de l'insérer à une tenue : le dégradé de couleurs autour du bleu fait le reste. L'écharpe vient compléter le look en donnant un peu de volume. Bien sûr, on ne se prend pas la tête pour la mettre, ça doit rester naturel ! A noter qu'une écharpe kaki aurait été plus judicieuse que le noir (ça aurait donné une tenue un poil plus pêchue avec cette petite couleur dissonante).

tete epaule pull

La tête d'épaule est nette et la jonction entre les torsades est propre

look hiver commune de paris 1

On ajoute des derby bi matières pour le rappel de couleurs et le tour est joué ;). On obtient une tenue cohérente et homogène.
(Chaussures : Menlook Label / Pantalon : Topman / Manteau : Three Animals)

Vous vous demandez peut être : "combien de pièces fortes puis-je intégrer dans une tenue ?"

Il n'y a pas de vérité absolue, tout dépend de l'assemblage que vous en faites. Mais limitez tout de même à 2-3 pièces. J'entends par pièces fortes, des vêtements qui sortent de l'ordinaire : par les motifs, l'association de couleurs, la coupe, ou encore par la texture. Par exemple, le chino bleu n'est pas une pièce forte selon moi. Et vous pouvez relire cet article sur comment construire une tenue.

Passons maintenant à des tenues plus estivales.

Le sweat-shirt "Birdy" (155€)

Sweat Commune de Paris

On tend parfois à associer les pièces fortes à la notion de sophistication. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai choisi ce modèle, afin de vous montrer qu'on peut avoir une pièce forte avec un ADN résolument casual. L'atout majeur de ce sweat réside dans ses motifs, qui apportent du caractère.

motif sweat Commune de Paris

 Petit zoom sur les motifs. Notez le soin apporté aux détails, notamment dans la variation des couleurs des plumes. C'est véritablement ce motif qui fait du sweat une pièce forte. Sachant que les couleurs restent sobres, on peut l'associer à un pantalon de couleur plus vive.

En termes de fit, on est sur une coupe assez ajustée, sans qu'elle ne soit trop moulante pour autant. Cela permet de garder une forme de décontraction dans la tenue. La matière est aussi vraiment agréable à porter.

IMG_0032 copie

Les bouclettes du molleton sont bien régulières et assez serrées. Plus elles le sont, et plus le tissu est de qualité.
(Des fois que vous vous le demandiez, le truc bizarre en haut à gauche est la breloque de mon bracelet).
(ceinture : Commune de Paris).

Bord côte sweat Commune de Paris

On a un joli bord côte, qui ne remonte pas (comme c'est parfois le cas). Pour tester la qualité d'un bord côte, je vous invite d'ailleurs à reproduire la petite expérience expliquée par Nicolas dans son test de Frank & Oak.

 La chemise "Flourens" (145€)

Portant rarement des chemises formelles, j'ai été séduit par le côté bicolore de celle-ci, qui lui apporte une très légère originalité.

chemise Commune de Paris

Au niveau du tissu, on est sur une popeline de coton. Douce et légère, elle est vraiment agréable à porter également. D'autant plus à l'approche des beaux jours !

col chemise commune de paris

Voyez comme le col blanc contraste bien avec le bleu de la chemise. C'est le genre de détails que j'apprécie beaucoup, car il donne du relief à la pièce tout en restant discret. Il a en plus l'avantage de bien se tenir, et présente une ouverture permettant le port d'une cravate ou d'un noeud pap' 🙂

dos chemise Commune de Paris

En termes de finitions, les coutures sont correctement réalisées : on constate des points réguliers et assez fins, en ton sur ton.

Pour ce qui est des boutons, ils sont taillés dans une très jolie nacre blanche, qui a conservé ses petites aspérités naturelles (au niveau du pourtour notamment, qui n'est pas exactement rond). Petit détail appréciable : le deuxième bouton est frappé de la croix Commune de Paris. Ce n'est en soi pas particulièrement significatif, mais c'est un petit plus que j'aime bien.

IMG_0068 copie

Au-delà de mes lacunes en repassage (merci à Victoire de L'Exception pour son aide), on voit le très léger martelage du bouton sur sa partie inférieure. L'ensemble des boutons est d'ailleurs cousu en croix, ce qui, comme vous le savez, permet une tenue plus durable.

poignet chemise commune de paris

Le même détail est repris au niveau du poignet de la chemise. On note au passage la présence d'un renfort au niveau de la boutonnière, ce qui laisse présager de la qualité de la pièce.

En termes d'associations, c'est une pièce très polyvalente. En effet, sa longueur est idéale et permet d'être portée aussi bien rentrée que sortie. Les tons neutres qu'elle reprend en font une chemise facile à assortir.

Je déplore en revanche l'absence d'hirondelle de renfort, qui est une finition à laquelle on peut s'attendre dans cette gamme de prix.

Le sac en bandoulière "Nubuc" (245€)

Parce que je suis un fana d'accessoires, et parce que beaucoup d'hommes voient le fait de choisir un sac homme comme étant une tâche ardue, il me tenait à cœur d'en tester un. Mon choix s'est donc porté sur un sac en bandoulière - pratique et confortable - et ne posant pas de souci au niveau des épaules des vestes, soleil oblige.

sac commune de paris face

La taille est idéale : ni trop gros, ni trop petit, il permet de se balader avec tout son bazar sans pour autant se sentir encombré. Il est en nubuck (rien de bien surprenant pour un sac s'appelant le "Nubuc", me direz-vous), avec une bandoulière en canvas. Toutefois, les zones les plus fragiles (jonctions bandoulière/corps du sac, et patte d'épaule) sont en nubuck pour plus de solidité ; un atout non négligeable. A ce propos, il s'agit d'un nubuck assez standard, mais qui reste tout de même honnête compte-tenu du prix.

sac commune de paris porté épaule

Grâce à son design décontracté et masculin, ainsi qu'à sa jolie nuance marron, ce sac s'intégrera sans problème dans bon nombre de vos looks.
(Chino : Asos / Chaussures : Asos / Lunettes : Ray-Ban).

Je regrette cependant le manque d'attention dans la conception de la poche avant, que l'on ne peut pas maintenir fermée. C'est en fait un excédent de matière qui l'empêche de rester bien plaquée, ce qui est contraignant si l'on souhaite ranger des affaires à cet endroit-là.

poche sac commune de paris

L'aspect incurvé vers l'avant de la partie basse de la poche met en évidence l'excédent de matière.

IMG_0040 copie

Ce petit problème mis à part, les finitions sont très convenables. On retrouve une fois encore le logo Commune de Paris apposé très discrètement, mais aussi un liseret bleu tout le long du zip. Celui-ci contraste bien avec le marron, et apporte une touche de dynamisme à la pièce.

Commune de Paris, en somme...

Je dirais que Commune de Paris est une marque proposant des pièce intéressantes en termes de création. Malgré des finitions pouvant être améliorées, les produits sont de bonne confection, avec un rapport qualité/prix honnête. On constate enfin un véritable soin apporté à l'esthétique des détails, avec de petits twists bien menés, et cela tout en sobriété.

Toutes les pièces testées sont disponibles sur l'e-shop de L'Exception.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Oui c’est mieux ! Surtout qu’avec des épaules raglan, si tu rajoutais de l’oversize par dessus ça aurait vraiment été trop loose 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jeserlecter !

    Pour moi il est trop grand d’une taille 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Tu as pris la bonne couleur je trouve !

  • Benoit – BonneGueule

    Le XS ne serait pas du luxe effectivement. Si tu sens que tu es large pour porter une épaisseur en-dessous, tu peux baisser d’une taille.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Ludovic !

    Tout à fait, comme pour la plupart des laines et mailles 🙂

  • Ludovic

    Salut,
    J’ai acheté un pull chez eux en Laine Mérinos. Pour le lavage, vous conseillez quoi ? C’est à la main et à l’eau froide, c’est ça ?

  • ThibaultBG

    Salut Alain, qu’est ce qui te dérange dans la compo ?
    Je pense que ce pantalon sera adapté pour un port toute l’année à cause du mélange ni trop chaud ni trop froid de la matière.

  • RafikBG

    Hello Alain,

    Les deux sont très bien, autant en termes de style que de rapport qualité/prix. Tu peux y aller ! 🙂

  • PY

    Yep fait mais pas eu de réponse rapide… j ai finalement trouvé au printemps 🙂

  • je suis d’accord avec toi PY, Rafik voulait sans doute parler du cas où le sac ne serait pas trop chargé. Mais c’est vrai que si tu as de très belles vestes bien structurées, mieux vaut éviter (et c’est vrai que Rafik est plus souvent en sweat qu’en blazer).

  • hello PY, pour ce type de question on n’est pas capable de répondre : je t’encourage à contacter directement la marque 🙂

  • PY

    Re, je cherche le foulard avec les oiseaux. Il est soldout sur les e boutiques. Une idee de boutique physique sur Paris où j’ai mes chances ?

  • PY

    Bonjour Rafik et bravo pour ton premier article qui est très réussi !

    Juste une question à propos du sac (nous avons déjà eu plusieurs échange sur le sujet dans le programme). Tu ecris « sac en bandoulière – pratique et confortable – et ne posant pas de souci au niveau des épaules des vestes, soleil oblige. ». Comment un sac en bandoulière peut il ne pas flinguer les epaules des vestes ? Meme avec un bout cuir pour limiter led frottements le poids du sac et de son barda ecrase tout de même les épaulettes.

  • RafikBG

    Merci beaucoup Théo, ça me fait hyper plaisir !

    Oui, ça faisait un moment que j’entendais parler de cette marque sans la connaître véritablement en fin de compte, du coup j’ai sauté sur l’occasion lorsqu’elle s’est présentée 😉

    Je suis d’accord avec toi quant à l’existence de similarité avec LCH, mais je pense que CDP a tout de même des influences streetwear qui sont plus marquées. Mais à côté de ça, j’aime beaucoup les tees LCH, ainsi que leurs chemises à col amovible. Je pense vraiment qu’il y a du bon à prendre chez les deux marques. 🙂

    Encore merci, à très vite !

  • BenoitBG

    L’autofinancement, c’est quand tu te débrouilles pour faire grandir une entreprise sans emprunter le moindre euro à une banque ou sans lever d’argent pour des investisseurs.

  • Théo

    Et bien félicitations à toi Rafik pour ce première article de qualité !
    Est-ce toi qui à choisi l’article ?

    A titre personnel, je trouve CDP très similaire à la Comédie Humaine, avec une préférence pour cette dernière?

    Dans l’article, on évoque vaguement le modèle économique de la marque; Mais concrètement, c’est quoi l’autofinancement ??

  • je pense qu’on est d’accord au final 🙂

  • RafikBG

    Done ! Et oui, merci !

  • RafikBG

    Je t’avoue mon petit coup de cœur pour le sweat, mais cela reste très personnel : les deux sont franchement bien. 🙂

    Quoi qu’il en soit, un grand merci pour tes compliments !

  • RafikBG

    Merci à toi Guillaume, j’avais forcément un peu de stress pour ce premier article et vos compliments à tous me touchent vraiment ! :’)

  • RafikBG

    Merci beaucoup !

    Je suis complètement d’accord, de loin ça semble vraiment bucolique, et on découvre quelque chose de plus trash en s’approchant, mais tout en finesse ! C’est archi sympa en foulard, good choice 😉

    En ce qui concerne les hirondelles, tu as raison en disant qu’elles ne seraient pas indispensables. C’est seulement que compte-tenu du prix de la chemise, bien que n’étant pas indispensable, c’est un détail qu’on s’attend à trouver 🙂

  • RafikBG

    Haha tu as raison ! A ma décharge, figure-toi que je voulais prendre du marron, mais il n’y avait plus ma taille :).

    En tout cas un grand merci, ça me touche vraiment beaucoup !

  • RafikBG

    Merci beaucoup Breaks, ça me fait archi plaisir ! J’espère pouvoir vous en livrer d’autres également 😉

  • Bazil

    Oui Alexandre vient de là (je l’ai rencontré, intertviewé etc), mais CDP ce n’est pas que lui. Et même si je reconnais certaines de leurs influences street, pour moi qq tee graphiques avec des artistes ne font pas de CDP une marque street (je schématise). Pour moi c’est avant tout un vestiaire classique revisité, avec, je te l’accorde, une petite touche street très très légère ici et là. Mais effectivement on pourrait parler de tt ça longtemps.

    Bonne journée

  • on pourrait discuter longtemps sur ce qu’est le streetwear, mais CDP a quand même de grosses influences de ce côté là. Et Alexandre Maïsetti avait déjà des marques streetwear avant (il doit faire ça depuis une quinzaine d’années, ce qui en fait un des pionniers français aux côtés de gens comme Alexandre Guarneri de Homecore).

  • Bazil

    Pardon mais CDP n’est en aucune cas une marque de strreetwear…

    Quand vous dites « Commune de Paris est un des pionniers du streetwear parisien », non seulement c’est une erreur mais attention également à l’emploi du terme « pionnier » qui me paraît légèrement excessif.

    CDP fait partie des marques qui ont commencé à proposer des collections masculines plus modernes dans le courant des années 2000/2010. Leur intérêt réside principalement dans leur capacité à dépoussiérer et à moderniser le vestiaire masculin. C’est du classique revisité et actualisé, mais leur proposition reste quand même – soyons lucides – très formelle (et ce n’est pas une critique !)

    Donc ce n’est certainement pas du streetwear même si je comprends bien que vous ayez voulu parler d’un esprit urbain, et je resterais aussi très modéré sur l’idée de classer CDP parmi les « pionniers », les marques qui défrichent et qui innovent…

    Mais je comprends l’emballement du 1er article, je vous invite simplement à mesurer le poids des mots que vous employez ainsi qu’à bien en comprendre leur sens et leur portée.

  • J’ai écrit un article sur la longueur des chemises ici :
    https://www.bonnegueule.fr/courrier-des-lecteurs-5-%E2%80%93-faut-il-porter-sa-chemise-rentree-ou-sortie-du-pantalon/

    Pour le chino, évite toujours le skinny.

  • Florian Deveaux

    Ah bon, ce n’était pas du jaune ? Faut décidément qu’on arrête le pastis, ça fausse les couleurs 🙂

  • Thal

    Super choix de produits 🙂

    Question naïve, car je ne met quasiment jamais de chemise formelle.
    Il me semblait qu’une des différences principales formelle / casual, c’était la longueur pour bien rentrer dans un pantalon (et du coup, une chemise formelle sortie du pantalon, ça craint un peu).

    Là, elle a l’air plus courte et elle semble ok pour être portée hors du pantalon, non ?

    Ah, et pour le chino asos, c’est la coupe Slim ou skinny ?

  • Petidis

    Pour la collection d’automne/hiver les chats 🙂

    (Autant pour moi, j’ai lu trop vite et sauté la phrase à propos du canvas!)

  • y’en a un autre avec des chats écrasés (nan, je rigole)

    PS. pas de coquille, le nubuck est effectivement plus solide que du canvas

  • Petidis

    Bon test avec des produis intéressant! Le motif du sweat est assez spécial (des oiseaux transpercés, WTF?) mais il est vraiment sympa 🙂

    (ps : petite coquille concernant le sac bandoulière, avec le mot « nubuck » à la place de « cuir » je pense dans la phrase parlant des zones fragiles)

  • gabriel irlande

    je fond sur la chemise et/où le sweat « birdy »…
    bon article comme d’hab !

  • Florian Deveaux

    Hello Arnaud,

    Merci pour ton retour !

    Oui c’est une bonne idée, on met les prix ASAP 😉

  • Arnaud

    article sympa, comme d’hab ! 🙂

    par contre, pouvez vous indiquer directement le prix des pièces présentées dans l’article afin de se situer directement ?
    thanks !

  • Guillaume

    Merci beaucoup pour le test, Rafik. C’est une marque qui m’intéresse beaucoup et c’est vraiment bien d’avoir votre opinion dessus. Bonne continuation!

    Cheers

  • Choléra

    Sympa comme article! Je me suis offert le foulard motif bird il y a peu! J’adore cet imprimé délicat de loin mais violent et cruel de près!!
    Concernant les hirondelles de renfort, j’ai pu remarquer l’obsession du blog vis à vis de celles ci, mais même dans la top qualitée de fifou elles ne sont indispensables que si l’angle de la chemise est AIGU. Sinon elles sont pour ainsi dire uniquement esthetiques. 🙂

  • Steph

    Vous avez un grave problème avec le bleu et le gris les gars!!! 😉
    Félicitation à Rafik pour un premier article très réussi!

  • Breaks

    Trés bon départ Rafik ! Bonne continuation en espérant d’autre articles de ta part 😉