Test : S.N.S. Herning et le cardigan Stark

/

Il existe quelques très belles marques de maille et, selon moi, S.N.S. Herning est l’une d’entre elles.

Je l’ai découverte dans les pages de BonneGueule, c'est pourquoi je souhaitais partager mon avis avec la communauté.

Disclaimer : Guerric est lecteur de BonneGueule et fondateur de la jeune marque GoudronBlanc. Il y a quelques semaines, il nous a envoyé un mail nous disant qu'il souhaitait écrire cet article "pour le fun et l'envie de contribuer, et parce que SNS m'a vraiment tapé dans l'oeil". La parole est à lui !

S.N.S Herning est une marque à l'origine de nombreux points de tricot particuliers, qui produit des pièces robustes et intemporelles grâce à un savoir-faire traditionnel. Elle doit réussir aujourd'hui, comme de nombreuses marques spécialisées, à créer de la nouveauté sans renier la tradition.

Avant de tout vous dire sur l’une de leurs pièces phares, le cardigan Stark, laissez-moi vous présenter la marque en détail.

S.N.S. Herning : un savoir-faire traditionnel et des points de tricot originaux

À l'origine : du bon workwear marin

La marque nous vient tout droit de Herning, au Danemark. Elle a officiellement été créée en 1931 par Søren Nielsen Skyt, qui lui a ainsi prêté ses initiales.

Monsieur Søren Nielsen Skyt, fondateur de la marque en 1931.

Dans les années 20, Skyt gagnait sa vie en vendant des vêtements marins. C’est alors qu’il découvre une technique de tricotage qui leur permet de tenir plus chaud (assez incontournable lorsque l’on connaît la fraîcheur de la mer du Nord). Toutes ces pièces sont faites à partir de laine, une matière robuste, thermorégulatrice et isolante.

Clairement, il ne fait pas chaud en mer.

En utilisant une méthode appelée en Anglais le “bubble knit pattern”, Skyt crée le Fisherman. Un pull qui a pour but de protéger et réchauffer les marins danois en cas de mauvais temps.

La particularité de ce point de tricot ? Il présente l’avantage d’augmenter l’isolation de la maille car il est plus dense que des tricots classiques. De même, il augmente la robustesse de la pièce (parfaite pour résister à l’usure du travail en mer).

Le succès du Fisherman est immédiat. Depuis plus de 100 ans, il reste le tricot phare de S.N.S. Herning. La marque est réputée pour ses modèles qui se distinguent grâce à ses techniques de tricotage particulières, qui lui sont complètement propres.

Le Fisherman, point de tricot à l’origine de la marque. On reconnaît bien le motif "bubble".

Une affaire de famille

Aujourd’hui, la marque est toujours une entreprise familiale. Elle tricote encore la majorité de ses vêtements à Herning !

Quatre personnes sont en charge de la production au Danemark, c’est vraiment une entreprise à taille humaine. Les collections sont souvent produites en quantité limitée pour assurer à la fois l’exclusivité, la diversité des modèles et limiter la prise de risque quant à d'éventuels stocks invendus.

S.N.S. continue d'utiliser de vieilles machines : certaines remontent aux années 50 et l’une d’entre elles servait déjà dans les années 30. Bien que l’entretien de cet outillage ne soit pas toujours facile, ni bon marché, l’équipe souligne que c’est l'un des éléments clés de la qualité de leurs pulls.

L’une des machines utilisées par S.N.S. Herning pour tricoter ses pièces.

Il y a aussi un attachement émotionnel à l’équipement qu’utilisait Skyt à ses débuts.

Depuis quelques années, c’est son fils Holger H. Skyt qui a pris la relève et prend soin de ces machines. Avec plus de 50 ans d’expérience dans le tricot de la laine, Holger est l’un des piliers de l’entreprise. Il assure la continuité entre l’origine de la marque et ses inspirations actuelles.

Holger H. Skyt, qui a repris les rênes de S.N.S. Herning.

Dans beaucoup d’entreprises familiales, la seconde génération a souvent "un profil d'homme d’affaires". Elle se concentre davantage sur l’aspect stratégie de l’entreprise. Ce n’est pas le cas ici. Holger a une approche très pratique des choses et n’a pas peur de réparer lui-même une machine à coups de tournevis.

Des collections qui suivent l’héritage de Søren Nielsen Skyt

Vous l’avez compris, le succès de S.N.S. Herning a été bâti sur le bubble pattern du Fisherman.

Depuis, la marque continue de produire des pièces sobres pour se concentrer sur la création de points de tricot particuliers, devant être à la fois denses, solides et beaux. Elle reste ainsi fidèle à ses origines en s'inspirant toujours de l'univers marin.

Plus récemment, S.N.S. a développé le point Stark (que je vais vous présenter bientôt) et le Real (créé en 2016).

Le Real est l’un des points de tricot de S.N.S. Herning. Basé sur un schéma côtelé, il donne du relief au vêtement.

La plupart des nouvelles pièces présentent un des fameux points de tricot. C’est important car la marque a avant tout été créée pour le côté fonctionnel du vêtement, ce que l’on retrouve aujourd’hui dans la qualité de ses produits. C’est ce qui fait tout le charme des collections.

S.N.S. Herning fait partie de ces noms qui se concentrent sur une chose, mais qui la font vraiment bien. De mon côté, je suis moins fan des nouveaux produits qui viennent étendre le catalogue (bonnets, écharpes, tee-shirts principalement).

En tant que créateur d’une marque, je témoigne que cela souligne un challenge typique pour celles qui ont su créer des pièces intemporelles. Il y a une forte tension entre rester dans la zone de confort et parfaire ces pièces, ou chercher à innover au risque de faire quelques ratés.

Je vous l'ai dit, ce sont plutôt les pièces classiques de S.N.S qui retiennent mon intérêt. J’ai choisi de vous parler du cardigan Stark qui illustre le bon équilibre entre la recherche de nouveauté et la volonté de conserver la tradition de la marque.

J'ai testé le cardigan en laine vierge Stark

Le point Stark est l’un des points de tricot qui ont fait le succès de S.N.S. Herning. On le retrouve sur des écharpes, des bonnets, des cardigans ou des pulls selon les collections.

Le Stark est apparu dans les collections de la marque en 1971. C’est un point très texturé, tricoté en cadence, qui donne au vêtement un caractère très extensible. Selon les éditions, certains modèles Stark sont tricotés avec de la laine mérinos à l’intérieur du col car celle-ci est plus douce que la laine vierge.

La constance est que la majorité du cardigan est fabriquée à partir de laine vierge. Celle-ci provient de la première tonte des moutons. Le standard “laine vierge” requiert qu’on ne puisse y ajouter plus de 7% de fibres extérieures. Ici, le Stark de S.N.S. respecte exactement la balance : 93% de laine vierge et 7% de laine mérinos extra-fine (au niveau du col).

Ce type de laine présente une très bonne robustesse dans le temps. Il y a très peu de risque qu’elle bouloche comme le ferait une laine plus fine. L'un des autres intérêts de la laine vierge est le rendu visuel, qui donne un aspect brut au cardigan.

Le fameux tricot Stark. Notez également les boutons en métal qui se patineront avec le temps, comme sur un jean.

Si vous cherchez un bon cardigan pour vous tenir chaud en hiver, le Stark est parfait pour cela. J’ai trouvé la matière vraiment épaisse mais le modèle reste confortable grâce au côté extensible du point de tricot.

Pour vous donner un exemple, le cardigan Stark en taille M pèse 1,2 kg. C’est le poids de la qualité sur vos épaules. En observant bien le cardigan, j'ai noté la régularité du tricot. On ne peut y voir aucun effilochage.

Comment porter le cardigan Stark ?

Efficace, même avec un simple tee-shirt

En mi-saison, il est possible de porter le Stark seul avec un tee-shirt. C’est mon duo coup de coeur, surtout en automne.

Évitez de mettre deux couleurs trop proches en tee-shirt et cardigan. Le ton sur ton reste possible mais il est dommage d'avoir une tenue monochrome quand on peut créer des contrastes bien plus intéressants.

Dans la tenue ci-dessous, j’ai choisi de partir sur deux couleurs : bleu marine et blanc. C’est une combinaison simple et efficace. Comme la pièce est texturée, il n'y a pas vraiment besoin d'en faire des tonnes, votre tenue ne risque pas d'être ennuyeuse.

Même quand il fait plutôt frais, le Stark se suffit à lui même. Ici, je porte le cardigan avec un chino Carhartt, des sneakers Superga et un tee-shirt GoudronBlanc.

Col V ou col rond avec le cardigan Stark ? Je sais que Benoît et Luca préfèrent le second mais personnellement, j'ai tendance à privilégier le col V. Ça dépend plus de vos goûts que d’une indication objective.

Dans tous les cas, faites attention à la profondeur de votre tee-shirt, d'autant plus si vous optez pour le col V. C’est souvent là où ça fait débat. En gros : évitez que votre tee-shirt ne dévoile complètement vos clavicules.

Également, gardez en tête que la laine du Stark est vierge, donc légèrement rêche. Des manches courtes restent jouables - c’est ce que je fais lorsque je porte mon cardigan avec un simple tee-shirt - mais bien que la laine vierge S.N.S. gratte peu, beaucoup ne trouve pas ça confortable.

Si vous avez la peau sensible notamment, je vous conseille d’opter pour un tee-shirt à manches longues.

Pour rappel, la douceur de la laine n’est pas un signe de qualité. Donc si ça gratte, c'est normal. Benoît l’explique très bien :

En effet, si je vous dis qu'un cardigan en laine vierge peut gratter, vous allez intuitivement rechercher les pièces les plus douces en boutique. Or, comme je l'ai expliqué, cette douceur est bien souvent très artificielle dans des mailles d'entrée de gamme et de milieu de gamme (surtout chez les marques annonceurs). Souvenez-vous, ces mailles sont douces uniquement grâce à de nombreux adoucissants, qui laisseront d'ailleurs une sensation savonneuse sur vos doigts si vous pincez le vêtement.

Mais de l'autre côté, je ne dis pas qu'une laine qui gratte est nécessairement gage de qualité...

La seule chose que vous pouvez faire est d'être particulièrement attentif à votre ressenti quand vous la touchez… Par exemple, une laine très douce peut être obtenue grâce à de nombreux traitements chimiques de la matière, mais elle n'atteindra jamais le niveau de douceur d'une laine mérinos extra-fine.

Sur ce cardigan précisément, la laine vierge m’a paru trop rêche au départ. Sachez que comme pour tous les lainages, elle s'adoucit vraiment au fur et à mesure des ports et des lavages.

La silhouette du Stark est plus affinée que celle des cardigans en grosse maille classiques. Merci à Oskar Zieba d'avoir posé pour la photo 🙂

Le col montant est typique de S.N.S. Herning. On est à mon sens sur une pièce forte, je vous conseille donc de la porter avec des vêtements basiques et sobres.

L'avantage du Stark est qu'il est bien plus chaud que la plupart des vestes de mi-saison, c’est ce qui en fait un parfait compagnon quand il fait froid.

Pour les hivers rudes, il est parfait sous un manteau. Mon dernier voyage avec ce cardigan était en Estonie (comptez -10°C en hiver). Avec lui sur les épaules, je n’ai eu aucun souci.

Au niveau de la coupe, le Stark est ajusté. Cela change des cardigans à grosse maille qui sont souvent volumineux mais il faut aimer le style.

En version plus habillée, avec une chemise

Comme je le soulignais, il passe très bien au-dessus d'un tee-shirt mais il est également facile à assortir avec une chemise. L'opportunité pour vous de jouer sur les couleurs et les matières.

Un bel exemple de cardigan Stark porté avec une chemise casual en chambray.

Le combo cardigan Stark / chemise casual est simple comme bonjour. C'est une combinaison facile mais loin d'être fade ou ennuyeuse. De mon côté, j’ai une préférence pour les chemises oxford.

Comment jouer sur les couleurs ?

La marque propose majoritairement des modèles aux couleurs sobres (bleu marine, noir, gris, etc.) mais elle met régulièrement dans ses collections quelques pièces aux nuances moins classiques. Le rouge et le bordeaux en font partie cette saison.

Ces modèles sont plus originaux et finalement plus faciles à porter qu'on ne pourrait le penser à priori. J'imagine très bien un gros cardigan rouge porté sur un tee-shirt crème et un jean brut, avec des boots marron par exemple.

Mais si vous préférez rester dans une zone de confort, il est plus raisonnable de jouer sur les matières. Partez sur des couleurs simples et intemporelles, mais appuyez-vous sur la richesse et la texture du tricot Stark.

Le col droit du Stark le distingue de la plupart des autres coupes de cardigan.

Dernière petite chose : le col a tendance à se tenir vraiment bien droit. C'est un petit détail que j'apprécie car on ne voit pas souvent ce type de modèle. Mais il est aussi possible de le casser un peu si vous préférez qu'il retombe.

Mon avis sur la pièce

Le Stark m'a vraiment fait sentir que j'avais investi dans une belle pièce bien robuste. Je n’ai le mien que depuis quelques mois mais j'ai l'impression qu'il va me durer des années.

Et mon intuition semble confirmée avec cet avis que j’ai trouvé sur le forum BonneGueule :

Niveau qualité, SNS est indestructible. Là, j'en ai un sur le dos qui a 3 ans et plus de 150 ports (à la louche). Je peux le remettre sur le portant dans une boutique à côté des neufs, on ne peut pas voir la différence, à part les boutons qui se sont patinés (0 bouloche, 0 déformation y compris les bords-côtes, 0 fil qui se balade, 0 déteinte).

Le tricot Stark est excellent pour apporter du caractère à une tenue simple. Remarquez qu'ici le quasi ton sur ton ne choque pas.

Alors le Stark, j’en pense quoi finalement ?

Le négatif d'abord : le côté très ajusté / slim de la coupe.

Clairement, le cardigan Stark ne va pas facilement à toutes les silhouettes. Certaines personnes le trouvent trop ajusté, je vous conseille vraiment de l’essayer pour voir. C’est une pièce particulière qui ne peut pas être achetée seulement à la vue de belles photos.

Le positif maintenant : à 270 euros, je pense que c’est un très beau cadeau que je me suis fait. Le prix est très bon au regard de la qualité.

Comme le souligne Euxane dans le guide des pulls et cardigans pour homme :

Difficile de trouver de la grosse maille en matière 100% naturelle à moins de 300€…

Il faut garder en tête que le Stark est un cardigan grosse maille en laine vierge, ce qui signifie au moins 1,2 kg de matière par pièce. Cette quantité de laine utilisée a un prix mais il s'explique aussi par la qualité du travail et les outils employés.

En trois mots : c'est pour moi une pièce de qualité qui durera des années, un vrai investissement à long terme.

Guerric de Ternay A propos Guerric de Ternay

Enthousiasmé par les marques qui créent de beaux produits, j’ai fondé GoudronBlanc en 2012 avec l’idée de proposer ma vision du meilleur tee-shirt. J’aime aussi écrire.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Yom_Tom

    J’hésitais avec le coloris blue brain.
    Merci pour la réponse.

    Bonne journée

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Yom_Tom !

    Merci pour ton retour. 🙂

    Il me semble que c’est le modèle navy blue. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Merci à toi pour ton retour ! 😉

  • yapluka !

  • merci à toi Michel 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Ben oui, c’est clair qu’il ne faut pas laisser n’importe qui écrire chez nous 😉

    Mais ce que vous ne voyez pas forcément, c’est que derrière cet article, le processus de sélection est hyper strict. Des marques qui veulent écrire des articles invités chez nous, il y en a tout le temps, et à chaque fois on refuse parce que la qualité ou l’état d’esprit n’est pas au niveau. C’est pour ça que vous ne voyez jamais d’articles invités d’autres marques chez nous parce que 99% de ce qu’on nous envoie est mauvais.

    Et pour chaque article posté, il y a au moins 3 relectures, dont une faite par mes soins. Après 10 ans à écrire sur le sujet, j’ai développé un bon « nez » quand c’est du bon contenu, et c’est le cas ici.

    Donc quand on publie un article, c’est que derrière on a pris toutes les précautions nécessaires, et je suis vraiment content des dernières fois où on s’est prêté à l’exercice (cf Vincent qui raconte la création d’une collection pour Patrons, ou Olivier qui raconte la création d’Office Artist).

    Quand au fait qu’il utilise sa marque, honnêtement je trouve que c’est très propre. Son nom « Goudron Blanc » apparaît deux fois dans l’article, dont une dans notre disclaimer écrit par nos soins, et une autre dans une légende de photo ! Tu as l’impression que ça le rend moins objectif quand il parle de SNS ? Moi, non. Je n’ai pas non plus l’impression qu’il survende sa marque, ou qu’il essaye de la faire à l’envers. Vraiment, il a fait un boulot très propre et objectif, et quand la qualité du contenu est là, il faut le reconnaître. Et vu qu’on est très stricts et exigeant sur la qualité de nos publications, je peux me permettre de pas vouloir un état d’esprit où je suis méfiant de la moindre publication extérieure. Nos process de sélection font le job à la place !

  • Benoit – BonneGueule

    Magnifique effectivement !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Pioupiou !

    Merci pour ton retour, que j’ai entendu et partagé au reste du pôle édito ! On y fera attention pour les prochaines fois.

    Ceci dit, très franchement, il y a seulement deux fois mention de la marque de Guerric dans l’article…

    Par contre pour l’histoire de couleur foncée qui serait choisie pour faciliter la promotion du tee-shirt… Tu es-sûr que tu ne pars pas un peu loin dans ta théorie, quand même ? :p

    On a laissé Guerric faire sa tenue, je pense qu’elle reflète surtout ce qu’il aime porter. (Qu’elle plaise ou non c’est une autre histoire…)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Vincent !

    Merci pour le retour. 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Robin !

    Ca dépend des modèles. Pour celui-ci, aucune idée. Je sais juste que leur col rond taille normalement pour moi !

  • Guerric

    Yes. Je cherchais un moyen d’illustrer une autre couleur que le bleu.

    N’en ayant pas d’autre sous la main, j’ai opté pour celui-ci. Je suis d’accord. Avec du recul, ce n’était peut-être pas la meilleure photo. 🙂

  • Meliael

    Super merci ! 🙂

  • Guillaume

    Merci de ta réponse. Je maintiens ce que je pense concernant la photo avec le Stark Rouge. Le mec en question (c’est un lookbook?) est pas fait pour la porter.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour le retour Allsgn 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Ca c’est un des avantages de la laine vierge : un peu rêche, un peu moins douce, mais balèze 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est très quali aussi 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Emmanuel !

    Hahaha, hé non, c’est pas BG mais c’est très bien aussi 😉

    Ceci dit on a pas prévu de faire que ça, notamment l’année prochaine… Vous verrez 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Seb !

    C’et parce qu’il y a deux rouges différents pour ce modèle, de mémoire. Un bordeaux vraiment foncé et un rouge plus vif.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Nico !

    Leurs collections changent donc pas sûr mais je sais qu’ils sont distribués chez Centre Commercial, en physique à Paris, et sinon sur Endclothing, entre autres…

    Le mieux reste d’aller sur leur site officiel et regarder quels sont leurs revendeurs (c’est toujours indiqué chez toutes les marques.)

  • Guillaume

    J’ai un stark acheté il y a 5 ans qui n’a pas bougé depuis. Une vraie merveille en terme de qualité.
    Il est assez cintré et met bien en valeur la carrure mais comme le dit Julien plus bas, la bedaine ne pardonne pas avec une pièce comme celle là.

    Je vais aller plus loin: C’est à oublier pour les mecs très minces, car ca accentue l’effet crevette.
    D’ailleurs la photo avec le Stark rouge/violet est tout simplement affreuse en terme de silhouette. Le mec ne donne plus l’impression de peser 50 kilos mais d’en peser 30. Pour moi c’est une pièce à réserver à certaines morphologies.

    D’ailleurs, la photo de face de l’auteur de l’article est bien car le cardigan est ouvert, mais sans méchanceté, je suis curieux de voir le rendu avec le cardigan fermé

  • JulienB

    Il faut quand même insister sur le fait que cette pièce est TRÈS ajustée (contrairement aux autres modèles SNS), et de fait va à très peu de monde…
    En gros ceux qui sont taillés en V ou les minces peuvent le porter, les trop balèzes ou ceux qui ont un peu de ventre, n’essayez même pas ! ça sera horrible…
    Pour ces types de silhouettes, ils ont d’autres pièces qui peuvent plus facilement se porter (notamment le fisherman)

    En tout cas c’est lourd, c’est chaud, ça ne gratte pas spécialement.
    Du très bon matos !