Test : Hartford et son interprétation de l’héritage vintage américain

/

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, Hartford n’est pas une marque anglaise ou américaine, mais bel et bien française ! Son histoire remonte au début des années 80.

En France, si la marque n’est pas encore reconnue à sa juste valeur, c’est parce qu’elle a longtemps cultivé sa discrétion, surtout présente sur le marché américain.

C'est pourquoi, on vous propose de découvrir Hartford, une marque française qui puise son inspiration dans le style américain, tout en assurant un travail méticuleux dans l’élaboration de son vestiaire casual bien garni.

Note de Benoît : leur vestiaire est vraiment très garni, le showroom est immense. Dites-vous que si vous cherchez un type de vêtement casual, Hartford le propose forcément dans sa collection.

Logo Hartford

L’article présentera aussi une tenue complète comprenant une saharienne, un chino et trois chemises de la dernière collection.

L’Histoire d’Hartford : des fripes au rêve américain

Tout commence en 1979, dans la ville de New York. Yves Chareton vient de terminer ses études de commerce, et il décide d’aller vivre son rêve américain en travaillant dans une banque. Parfois, un seul élément suffit pour venir bousculer le cours d’une vie, et cela peut arriver à n’importe quel moment. Pour Yves, cela s'est fait un soir dans une boîte de nuit où il rencontre un vieux copain.

Après quelques verres échangés, les deux amis se disent qu’il serait bon de retrouver des vraies chemises vintage à l’américaine des années 50.

Les chemises en oxford ou en madras avec les fameux cols « button-down », comme il était possible d’en dénicher aux puces de Clignancourt dans le Paris des années 60.

Retrouver cet héritage était d’autant plus compliqué quand on sait que la mode des chemises, dans les années 70, consistait à introduire des cols pelle à tarte et des coupes cintrées…

Note de Benoît : il faut bien comprendre qu'à cette époque-là, l'offre en prêt-à-porter masculine n'était pas aussi développée qu'actuellement, et qu'il était tout simplement impossible d'acheter des vêtements à l'autre bout de la planète sans passer par des boutiques françaises.

Chemise vintage

Voilà une chemise typique des années 70. Même les Bee Gees n'ont pas osé la porter.

À la recherche des chemises des années 50

Yves se lance donc à la quête de ses chemises d’antan, et après quelques recherches, il tombe miraculeusement sur une fabrique qui disposait d’un vieux stock oublié de tissus. Incroyable !

Le fabricant américain, propriétaire des lieux, est séduit par l’idée de reproduire les chemises de l’époque. La confection reprend du service, la production est sur le point d’être lancée : tout semble fin prêt !

Enfin presque, puisqu’il faut alors choisir un nom ; ça sera Hartford, comme le lieu de naissance de la copine d’Yves.

Hartford

Hartford, est à mi-chemin entre New York et Boston. Accessoirement, cette ville est reconnue comme étant la capitale mondiale des assurances (ce n'est pas une blague).

Un succès également lié à de grands musiciens

À ses débuts, Hartford commence en lançant une petite collection de chemise casual aux inspirations vintage. Le succès se fait jusqu’à ce qu’un certain Bruce Springsteen commande une douzaine de chemises ! "The Boss" les portera régulièrement lors de ses tournées, ce qui ne fera qu’accroître la visibilité d’Hartford.

Mais la plus grande fierté de la marque est celle d’avoir appris qu’Eric Clapton, un autre grand nom de la musique, est le plus grand client de la marque ! Yves, guitariste depuis l’âge de 14 ans, ne peut pas s’empêcher d’écraser une larme en apprenant cette nouvelle.

Hartford, Yves Chareton, Bruce Springsteen, Eric Clapton

Eric Clapton : "Ce sont tes chemises qui m'ont inspiré 'Layla' !" ... Bruce Springsteen : "J'adore ce que tu fais ! C'est quand tu veux pour la reprise de 'Born in the U.S.A.' !" ... Yves Chareton : "Ça n'en a pas l'air comme ça, mais j'ai pleuré avant de poser."

La montée en puissance de Hartford

Progressivement, la marque se développe, et se forge une réputation de qualité justifiée dans sa quête d’authenticité des chemises. L’ADN d’Hartford ? La réappropriation des codes du vintage américain, le goût des imprimés, le mélange insolite des matières et des couleurs, ni plus ni moins.

D’autant plus que la marque utilise des tissus de Maisons que vous connaissez un peu (Albini, Maruwa, etc.) et que tous les imprimés sont des créations originales. Vous voulez un exemple ? Très bien !

Chemise Hartford PAL

Voici la chemise "Pal" en oxford avec broderie vahiné. Il y a plus de 6 broderies différentes ! Ce genre de détail ne peut que se relever dans une chemise haut de gamme.

Note de Benoît : la petite chemise en oxford bleu comporte des petites broderies marrantes mais discrètes. C'est un excellent moyen d'ajouter une touche fun et inattendue dans une tenue décontractée.

Après les chemises, le deuxième relai de croissance de la marque arrive en 1996, avec l’introduction des maillots de bain qui font fureur sur les côtes méditerranéennes. L’inspiration surf des années 60, les tissus originaux, les multiples couleurs, la technique de lavage délavé, la ceinture élastique, sans oublier l’incontournable slip en coton (anti-irritations s'il vous plaît !) : tous ces produits plaisent rapidement et la clientèle se développe.

Note de Benoît : ici aussi, il faut comprendre qu'à ce moment-là, les longs bermudas de bain des surfeurs (boardshorts) régnaient en maître sur les plages d'été. Hartford a su proposer quelque chose de fort et de différent, ce qui explique le succès de cette pièce ; plus de dix ans avant que d'autres marques se positionnent sur le créneau du maillot de bain haut de gamme (Seagale, Robinsons les bains, Cuisse de Grenouille).

De cette manière, le maillot de bain chez Hartford est devenu une pièce emblématique de la marque. Il paraît même qu'une certaine marque d'eau minérale très connue, qui aime beaucoup les bébés et la jeunesse, a décidé de faire appel aux maillots Hartford pour sa dernière campagne de pub...

Hartford Maillots de bain

Un exemple d'illustration avec une petite sélection de maillots de bain Hartford : 1. Long Beach Pochette ... 2. Swim, maillot vert céladon à imprimés  3. Swim, maillot fleurs hibiscus oranges .... 4. Swim, maillot ananas

La collection s’agrandit pour toucher le vestiaire américain classique (pantalon, chino, chemise chambray, parka) qui est retravaillée avec un ton moderne, sans pour autant négliger la tradition. Cette volonté de redéfinir un style, tout en insufflant une certaine modernité, constitue le slogan même d’Hartford : « Alternative Classics ».

Années 2000 et arrivée de la collection femme

Au début des années 2000, Hartford veut introduire des éléments nouveaux avec des lignes innovantes. Ainsi, en 2001, une première collection pour Femme voit le jour. Six ans plus tard, en 2007, ce sont les enfants qui peuvent aller faire du toboggan habillés en Hartford.

Hartford femme et enfants

Oui, les enfants étaient visiblement ravis d'avoir une collection de vêtements Hartford rien que pour eux.

La clientèle d’Hartford est principalement américaine (1er marché), italienne et française (2ème ex æquo).

Elle est constituée en grande partie des professions libérales (architectes, médecins, avocats, etc.), âgés de 35-50 ans, qui apprécient la qualité des pièces sobres (pas de logo, style casual au boulot) et la légère décontraction qu’elle apporte dans n’importe quelle tenue (pas de coupe très ajustée). Certaines pièces peuvent aussi avoir un petit côté preppy à la française. Dans cette démarche, on se rapproche des marques comme J. Crew et de Gant Rugger.

Aujourd'hui, le capital de l'entreprise appartient totalement à la famille. Yann Chareton, le fils, est chargé du développement et s'occupe de l'e-commerce. Marina, la fille, coordonne la collection Femme. Yves, lui, travaille à la gestion de l'image de sa marque, et il reste plutôt discret. Il aime bien se retrouver dans son bureau de style pour continuer à développer l'univers d'Hartford.

Test de la marque Hartford

Pour ce test, cinq pièces ont été choisies : un chino, une saharienne et trois chemises. L’idée était de présenter un vestiaire complet, tout en montrant la diversité et le savoir-faire d'Hartford. Car si la marque a commencé en proposant des chemises vintages et des maillots de bain, elle a su étendre ses collections pour retravailler tout un ensemble de la garde-robe américaine.

La saharienne Jonas (kaki, 190 euros)

Avec le soleil qui revient, il fallait bien parler d’une saharienne. C’est une veste militaire de mi-saison, totalement revisitée par Hartford, aux allures vintage avec sa couleur kaki et sa coupe casual qui la rend un peu plus urbaine. Sa toile est 100 % coton délavée.

Saharienne

La saharienne a 4 poches plaquées à soufflets et à rabats : deux au niveau de la poitrine et deux au niveau des hanches. Une petite poche intérieure est disponible. Sans surprises, c'est très fonctionnel, comme chez toutes les pièces militaires.

Si vous arrivez à lire les instructions d'entretien, j'ai une bonne nouvelle à vous annoncer. Vous voyez très bien.

Si vous arrivez à lire les instructions d'entretien, j'ai une bonne nouvelle à vous annoncer : vous voyez très bien.

Onur - Saharienne Hartford - Boutonnière x Point d'arrêt

Pas de zip pour fermer la veste, mais une boutonnière centrale. Il y a des points d'arrêt à chaque boutonnière, ce qui renforce la tenue de la saharienne une fois boutonnée.

Onur - Saharienne Hartford 3 - Patte boutonnière poignets

Les manches sont ajustables au niveau des poignets.

Onur - Saharienne Hartford 5 - Patte boutonnière cintrage

Il y a aussi deux pattes de boutonnage disponibles à l’arrière de la veste, pour la cintrer un peu selon votre silhouette.

Petit détail sympa, une poche stylo est disponible sur la poche gauche au niveau de la poitrine.

Petit détail sympa, une poche stylo est disponible sur la poche gauche au niveau de la poitrine.

Dans une volonté vintage, Hartford a tenu à rechercher un tissu de l’époque. C’est ce qui expliquerait pourquoi le tissage de la saharienne est issu d’une technique Ripstop.

Autrement dit, c'est une méthode de tissage spécifique qui donne au tissu cet aspect finement quadrillé, avec les fils qui ont été solidement intercalés. De cette manière, le vêtement résiste mieux aux déchirures, tout en gardant de la légèreté.

De cette manière, le vêtement résiste mieux aux déchirures, tout en gardant ses propriétés de légèreté.

Par contre, il n'y aura pas assez de place pour jouer au Tic-Tac-Toe.

Une fois portée, la veste est très légère et conserve une certaine fraîcheur. Des œillets d’aération sont présents sous les aisselles, pour un usage en mi-saison ou lors des soirées d’été.

Non, je n'ai pas tenté de poser pour une pièce de monnaie.

Au regard de la coupe droite, vous aurez de quoi porter un cardigan ou un sweatshirt en dessous si les températures se refroidissent. Non, je n'ai pas tenté de poser pour une pièce de monnaie.

La saharienne est disponible ici.

Note de Benoît : c'est une pièce très sympathique, à un prix très raisonnable et pas mal de possibilités de looks. Elle a l'avantage d'avoir un design assez intemporel. Attention cependant, on n'est pas sur une coupe fittée comme notre saharienne avec la marque Aigle, la démarche n'est pas tout à fait la même (pas de membrane MTD ou de choses comme ça). Mais je pense m'en prendre une pour l'été.

Le pantalon chino Tucson (gris clair, 125 euros)

J’ai choisi un pantalon chino 100 % coton qui présente plusieurs caractéristiques. La première est le fait qu’il a subi un double lavage. Autrement dit, toute trace de substance chimique résiduelle, liée à la production industrielle des vêtements, a disparu et il ne bougera pas au lavage.

Le coton peau de pêche est très léger tout comme la pièce.

Je respire.

Toute la légèreté de cette tenue repose sur le chino et le col italien évasé.

Le chino a une coupe légèrement semi-slim, bien ajustée aux cuisses, avec une petite ouverture vers le bas (je porte une taille 30 et l’ouverture est de 18 cm).

Le tout dans une armure de twill de coton délavé au teint « Mastic ». C’est une couleur gris claire qui lui confère un petit côté ancien et précieux à la fois. Une sorte d’argile séchée sous le soleil du Portugal. C’est d’ailleurs dans ce pays qu’il a été confectionné.

Comme bon nombre de pantalons, la longueur du chino est à retoucher selon votre taille, mais roulotter deux ou trois fois le bas n’enlève rien de son charme.

Notre Alexandre vous dirait qu’il apprécie l’effet visuel que produit l’effet de matière en trop. Mais comme les goûts et les couleurs, c’est à définir selon vos affinités.

Un chino avec un petit ourlet au niveau des chevilles, apporte une touche estivale.

Un chino avec un petit ourlet au niveau des chevilles apporte une touche estivale.

Les poches latérales sont suffisamment profondes pour accueillir votre smartphone et les poches arrières le sont presque tout autant !

Onur - Chino Hartford 12 - Poches profondes - 700

Les sacs de poches sont bien finis et profonds, ce qui évitera de sortir la poche une fois la main retirée. C’est un détail agréable à relever !

Onur - Chino Hartford 13 - Poches arrières - 700

Il y a une poche gilet à monnaie sur la hanche droite, un grand classique.

Il y a une poche gilet à monnaie sur la hanche droite, un grand classique.

Boutons Chino Hartford

Au niveau des finitions, la ceinture est boutonnée : un bouton extérieur et une patte à l'intérieur.

Ykk

Sans surprise, on y trouve une braguette YKK. Signe de qualité dans les moindres détails.

Il y a des points d’arrêt aux extrémités des poches latérales, ce qui renforce la solidité du pantalon.

Il y a des points d’arrêt aux extrémités des poches latérales.

La confection est propre, les coutures intérieures du haut sont gansées, la fourche ne présente aucun défaut, tout cela constitue un chino bien confectionné.

Onur - Chino Hartford 6 - Coutures Gansées - 700

Un petit détail stylistique sympathique avec le liséré bleu marine en point de chaînette.

Un petit détail stylistique sympathique avec le liséré bleu marine en point de chaînette.

Le pantalon présente une très bonne qualité pour un prix raisonnable. C’est une pièce qui conviendra parfaitement pour le printemps et l’été !

Le chino est disponible ici.

Test des chemises Hartford

Pour les chemises, j'en ai choisi trois pour vous montrer une bonne partie du savoir-faire d'Hartford, notamment dans leurs motifs et leurs imprimés qui sont des créations originales.

Toutes leurs chemises ont été fabriquées au Maroc avec qui Hartford travaille, notamment avec leur façonnier historique, et ce, depuis plus de 30 ans ! Chaque chemise porte des noms (PAUL, PADDY, SAMMY, etc.) qui correspondent à des coupes. Par exemple, SAMMY et SIDE commencent par la lettre "S" comme slim-fit. Ces noms de code proviennent historiquement de la production qui détient une place importante chez Hartford.

La première va faire office de test général et les deux autres chemises vont mettre en avant le rendu de leurs motifs sur une tenue.

La chemise PAUL à micro-imprimés losange (141 euros)

J'ai choisi cette chemise parce qu'elle m'a tout de suite intrigué. Sa profondeur et sa clarté, portée par un habile jeu de couleurs : bleu et blanc, est du plus bel effet.

Oui, je mesure la même taille que Bruce Springsteen.

Oui, je mesure la même taille que Bruce Springsteen et Eric Clapton, mais là n'est pas le propos. (Chino "Le Pantalon" - Sneakers BonneGueule x Buttero).

Elle me va très bien, mais il y a un petit souci à relever. La coupe de la chemise est une slim-fit en taille S. Sachant que je mesure 1m77 pour 66 kg, j'ai donc un physique plutôt longiligne, et cela veut dire que cette chemise risque de ne pas être à la bonne taille pour ceux qui mesurent moins d'1m75.

D'autant plus que la marque ne propose pas de taille XS à l'unité, sauf si vous êtes grossiste... Tout cela peut s'expliquer en raison du sizing américain, ce qui est compréhensible compte tenu de l'histoire de la marque, mais cela risque de pénaliser un public plus jeune (ou plus mince) qui serait tenté par l'univers d'Hartford.

Note de Benoît : c'est l'une des faiblesses de Hartford, les coupes conviennent assez peu aux petites morphologies. Le sizing de leur taille S pourrait être un M chez d'autres marques !

Cette chemise est composée de lin français à 100 % (un autre signe de qualité). Son col est italien et ses motifs sont des losanges imprimés bleu marine.

Col Italien ouvert.

Le col italien est très évasé et présente une belle forme arrondie. Il équilibre bien les visages longs et le cou.

La chemise a une poche poitrine, ce qui renforce son côté très américain. Les coutures sont discrètes et se fondent merveilleusement dans les motifs.

Onur - Hartford Chemise Losange - Poche américaine

Les boutons sont en nacre. Pour le vérifier, rien de plus simple, vous prenez le bouton et vous le touchez avec vos lèvres. Si c'est froid, c'est du vrai. Ne vous amusez pas à faire cela en boutique !

Onur - Hartford Chemise Losange - Hirondelle de renfort

On a une petite hirondelle de renfort, très discrète pour ne pas briser la belle alchimie de la chemise.

À noter aussi, un détail très sympa qui ravira les puristes (comme dirait Alex) : un liséré selvedge en dessous de la patte capucin.

Onur - Hartford Chemise Losange - Liséré Selvedge

Dans une autre vie, j'ai toujours voulu être Spiderman.

Toutes ces petites finitions traditionnelles sont agréables à relever. Mais ce qui est vraiment bien avec cette chemise, c'est son confort et sa légèreté. Une fois enfilée, je n'avais pas l'impression de porter une chemise du fait de sa légèreté. Le 100 % lin et ces motifs sobres et drôlement recherchés sont parfaits pour l'été.

La chemise est disponible ici.

Note de Benoît : très belle chemise en lin de la part d'Hartford, rien à redire sur ce point-là.

La chemise PAL-8, indigo à micro-points (136 euros)

Pour cette seconde chemise, le choix s'est fait parce que sa couleur bleu indigo a rapidement capté mon attention par des micro-points imprimés.

Légère

Soleil + petite brise = Légèreté

Note de Benoit : le tissu est vraiment top ! Dommage que le sizing soit un peu ample.

La chemise est composée de lin (55 %) et de coton (45 %). Son tissu est italien et le lin indigo a été délavé pour produire un rendu vintage. La coupe de la chemise est droite, mais un peu trop. Ça taille large, les manches sont un peu trop longues, et la longueur de la chemise aussi, et pourtant, j’ai pris la plus petite taille disponible (taille S).

C'est pourquoi, une fois n'est pas coutume, j'ai proposé à Jérémy (1m85 pour 76 kg) de porter la chemise pour que vous ayez un bon rendu de la pièce. D'habitude, il porte du M / L.

Jérémy - Hartford Chemise Indigo - Tenue 1

La chemise est à sa taille et la longueur est bonne. Pourtant, quand il lève les bras, on se rend compte que la coupe de la chemise est encore un peu trop juste.

Au niveau de l'emmanchure, ça n'est pas ça.

Au niveau de l'emmanchure, ça n'est pas ça. La coupe est bien trop large pour une taille S.

Le col est boutonné ("button-down"), typiquement américain. Ce type de col est souple et ne contient aucun emplacement pour y loger des baleines de col ; c'est ce qui fait que la chemise est adaptée pour être portée sans cravate dans un cadre de détente ou pour les sorties en fin de semaine.

Jérémy - Hartford Chemise Indigo - Col américain

La finesse du tissu est perceptible à l’œil. Le bleu indigo sublime et les micro-motifs à points blancs apportent une certaine profondeur à cette chemise.

Boutons en nacre, liséré selvedge, hirondelle de renfort, coutures propres.

Comme la première chemise, elle présente les mêmes finitions traditionnelles : boutons en nacre, liséré selvedge, hirondelle de renfort, coutures propres.

La chemise est disponible ici.

La chemise PADDY à micro-imprimés à fleurs (127 euros)

Cette troisième chemise, a les mêmes finitions que la première. Elle est constituée à 71 % de coton et 29 % de lin et possède des micro-imprimés à fleurs. Elle est disponible en coupe slim-fit, alors je peux vous la montrer.

Chemise Pantalon Sneakers Buttero x BG

Un bon rappel de couleur entre la Chemise Hartford et les Sneakers BG x Buttero. Le chino orange (Le Pantalon) est totalement en accord avec le bleu.

De loin, la chemise offre une belle petite illusion d'un bleu chiné et granulé qui est du plus bel effet. De près, le rendu des imprimés est très précis. Il y a même un petit effet psychédélique qui peut se ressentir lorsque l'on voit cette chemise. Et cela témoigne d'une certaine finesse dans la pièce.

Si vous parvenez à voir la poche, j'ai une autre bonne nouvelle à vous annoncer : vous n'êtes pas daltonien.

Si vous parvenez à voir la poche, j'ai une autre bonne nouvelle à vous annoncer : vous n'êtes pas daltonien.

Comme les autres chemises, elle présente les mêmes finitions traditionnelles et le tissu est très léger. Rien à dire, elle est de bonne qualité !

La chemise est disponible ici.

Conclusion du test Hartford

Les prix sont raisonnables et les produits sont de bonne facture. La qualité des chemises et des pantalons est bonne, le reste des pièces se situe sur du milieu de gamme intéressant.

En retravaillant l'héritage vintage américain pour l'adapter à un ton contemporain, Hartford est sans conteste une marque casual.

Le choix de leurs propres tissus, leurs créations originales (imprimés), la diversité des pièces tant sur le style que dans les couleurs est un fait rare à souligner.

Par contre, il est évident que la marque doit faire un effort dans son sizing et ses coupes, comme proposer une taille XS, pour pouvoir toucher un public plus jeune et/ou plus fin qui serait intéressé par l'univers d'Hartford. Mais si vous êtes un peu costaud, vous venez de trouver la marque qu'il vous faut !

Toutes les pièces que je vous ai présentées sont à retrouver sur le site d'Hartford.

Onur - Saharienne Harford - Photo avec Lionel

Lionel (ancien stagiaire chez nous) n'a pas résisté à porter la saharienne, et à faire un petit coucou, avec son look beachwear qui est totalement en cohérence avec l'esprit d'Hartford.

Onur Karapinar A propos Onur Karapinar

Fils spirituel de MacGyver et jumeau astral de James Bond, je suis un touche-à-tout hyperactif. Passionné par l'écriture, la radio, la musique et la scène créative. Pour moi, le style, c'est l'expression d'une intention qui extériorise une harmonie personnelle. Sinon, j'adore manger japonais et je médite souvent sur les flocons de neige.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sacha !

    On a pas testé les blousons, je ne peux pas t’en dire plus :/
    Mais c’est un bomber type comme on en voit partout…

    Regarde ici http://www.mkistore.co.uk/

    Ou chez l’exception section blousons 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Olivier !

    Pour ce qui est du sizing des marques, on te conseille de regarder directement sur leur site ou de t’adresser à leur SAV.

    Sur des coupes plus ajustées je t’aurais dit un M pour sur, mais comme Hartford peut parfois être un peu plus ample, il faut vraiment que tu voies ça avec eux.

  • Olivier Della Valentina

    salut à tous, j’aurais besoin d’un petit conseil. Je fais 1m80 pour 75kg avec un tour de poitrine de 101cm je dois m’orienter vers un S ou M ?

    merci beaucoup

  • BenoitBG

    Ca dépend des coupes, parfois deux pinces de cintrage dans le dos peuvent être très discrètes.

  • OnurBG

    Salut Michael !

    Par les gens costauds, j’entends ceux qui ont un physique solide qu’il soit musclé ou ceux qui ont du ventre. De ce que tu me dis, je pense que les chemises Hartford seront totalement adaptées pour toi puisque son sizing est américain (taille large).

    Je peux aussi te recommander d’aller voir des marques workwear, qui ont l’habitude de tailler large aussi, comme Timberland, Dickies, Carhartt, Nudie et Naked & Famous.

    Pour le grand PàP, il y a aussi Gap, marque américaine, qui dispose vraiment de bonnes pièces et le rapport qualité / prix est de très bonne facture ! Au niveau des soldes, ils sont vraiment imbattables. Tu peux avoir jusqu’à du moins 80 % si tu vises juste ;))

  • OnurBG

    Oui, tu en as au moins 5 !

    http://www.hartford.fr/boutique/

  • OnurBG

    Eh oui Chris !

    Le sizing des chemises est probablement le défaut de la marque qui prive des gens aux physique plus léger de porter des pièces de chez Hartford. C’est issu de leur héritage américain et on ne peut pas vraiment leur en vouloir.

    En revanche, si tu es un peu costaud, tu peux porter les chemises et retrousser les manches. Il y a aussi les maillots de bain ou les pantalons que tu peux porter sans véritables contraintes ;))

  • Chris

    Les matières ont effectivement l’air superbes, à un prix raisonnable.

    Quel dommage que les coupes ne soient pas plus « européennes ». 1m85 pour 76kg pour porter du S !? 😮 C’est sûr que c’est pas avec mon 1m61 que je vais pouvoir en porter ! 😀 Dommage !

  • OnurBG

    D’accord. Eh bien, tu trouveras certainement ton bonheur pour l’été.

    Je te recommande grandement les trois chemises que j’ai testées, elles présentent toutes un caractère singulier. La bleue indigo est vraiment de toute beauté, et c’est celle qui s’accommodera à bon nombre de couleurs ;))

  • OnurBG

    Ah, c’est un bon retour que tu nous livres ! Je n’ai pas eu l’occasion de tester un costume de chez eux compte de la saison. L’idée était plus d’introduire Hartford à travers son histoire et son intention.

    La marque est très bonne pour ceux qui sont grands et costauds. Est-ce ton cas (grand et/ou costaud) ?

  • Kaidjin

    Pour ma part, je possède un costume en flanelle grise de chez eux qui me convient parfaitement. On ne croirait pas en lisant cet article mais Hartford sait aussi y faire dans un style plus habillé (certes, les épaules sont sans padding mais le costume est ajusté comme il faut).

    Les chemises sont sublimes, avec l’approche des soldes j’espère que Flaneurs à Rennes a quelques exemplaires de ces modèles…

  • OnurBG

    Merci pour tes retours !

    Pour le sizing, la solution de la retouche peut être envisagée, mais parfois ça peut être utile pour l’été d’avoir des vêtements un peu ample ;))

  • OnurBG

    C’est corrigé Jean, merci !

  • Abdelhamid Niati

    Je t’en prie Onur. Je vais suivre tes conseils pour le lin.

  • OnurBG

    Merci Abdelhamid ! Il est vrai que le travail requis pour produire cet article fut conséquent, mais c’est bien ce que je dois à nos lecteurs : de la qualité et de l’enchantement ;))

    Quant aux soldes à venir pour l’été, Hartford pourrait être une bonne piste pour se constituer un petit vestiaire d’été décontracté et élégant.

    Je te recommanderai vivement d’essayer le lin, c’est un tissu qui présente des propriétés incroyables autant dans son port (légèreté, thermorégulant, anti-bactérien, etc.) que dans sa culture (assainissement les sols, seule l’eau de pluie suffit, aucun déchet, etc.).

  • BenoitBG

    C’est pas tout à fait comparable, le sweat Hartford est moins cher et dans une matière plus basique que les BJ et la LCH.
    SI tu veux un équivalent, il faut regarder du côté de Jagvi.

  • Abdelhamid Niati

    Onur Karapinar merci pour cet article qui a du demander beaucoup de travail tant les pièces présentées sont nombreuses. Les chemises sont clairement réussies et originales même si je fuis le lin. Je connais la marque et confirme que le sizing est à revoir car pour le coup il fait américain. Par contre les soldes approchants, ce serait une bonne occasion pour chacun de compléter son dressing estival. Merci les BG !