Test d’Atelier Mesure : un costume pour le Pitti ?

Temps de lecture : 26 minutes

costume demi mesure rayé
37

De longue date nous vous avions promis de tester Atelier Mesure. Alors, voici enfin l'article !

Sans plus attendre, je passe le mot à Benoît pour qu'il vous introduise un peu qui sont les personnes derrière Atelier Mesure, et dans quelles conditions ce test a été réalisé.
Et je vous retrouve juste après pour rentrer dans le vif du sujet.

Nicolò

Les frères Masson et BonneGueule (par Benoît)

Cela va faire presque sept ans qu'on connaît Gilles, dont on apprécie beaucoup le parcours. Il avait en effet l'une des boutiques de costumes les plus réputées sur Paris, à Saint-Germain-des-Prés, pendant 20 ans, jusqu'en 2005.

Quant à François-Xavier, c'est un ancien de chez Degand, cette boutique de costume bruxelloise mondialement réputée.

Ce sont donc deux personnes que l'on connaît depuis un moment, on se voit régulièrement pour échanger sur des sujets d'entrepreneuriat , mais pour vous garantir une objectivité sur ce test, c'est Nicolò qui s'en est chargé, lui et son exigence légendaire.

Me concernant, j'ai fait faire deux costumes chez lui

J'en suis très satisfait, et certains ont pu voir les deux vestes dans deux Parlons Vêtements.

J'ai également testé le jean sur-mesure et là aussi, tout était nickel. J'ai ensuite essayé une chemise sur-mesure, mais je la trouve un peu large dans le dos. Rien de bien dramatique car elle est rapidement devenue une de mes chemises incontournables en été, en raison de son tissage très aéré.

Gilles est à droite, et François-Xavier à gauche !

Dernier point important : étant donné que Gilles et François-Xavier sont des forces de la nature, ils sont de très bon conseil sur des morphologies bien massives. Ils connaissent parfaitement leur outil de production et savent jouer des mesures pour avoir un tombé nickel si vous êtes costaud.

Si vous vous plaignez de ne pas arriver à rentrer dans les costumes du prêt-à-porter et que ça coince au niveau des cuisses ou des bras, alors allez chez Atelier Mesure les yeux fermés.

A ce titre, parmi tous mes copains que j'ai pu lui envoyer, je me souviens d'Anthony, un beau garçon de 100 kg qui avait besoin d'un costume pour son mariage. Comme d'habitude, je l'ai orienté vers le tissu Loro Piana en laine lin et soie que j'aime tant. Et vraiment, le costume était magnifique, il mettait parfaitement en valeur sa morphologie.

Benoît à un mariage, dans son costume d'été Atelier-Mesure. Un très beau fit à épaule naturelles, ajusté mais pas serré ! - Nicolò

Après, ça reste de la demi-mesure, et non de la grande mesure. Donc si vous souhaitez avoir une épaule très particulière, vous amuser sur la hauteur des boutons, vouloir un revers à la dimension très précise, etc, ça risque d'être compliqué.

Je vous rassure, c'est aussi le cas chez n'importe quelle offre de demi-mesure concurrente dans cette gamme de prix. En effet, si vous voulez de la personnalisation totale, il va falloir vous tourner vers du vrai bespoke, mais les tarifs s'envolent totalement.

Voilà, c'était important de vous présenter les liens entre les frères Masson et BonneGueule. Dans un souci d'objectivité totale, voilà les autres offres en demi-mesure qui m'ont tapé dans l'oeil : les Francs-Tireurs, Ardentes Clipei et bien sûr, L'Officine Paris  !

Du choix, du choix, du choix... (par Nicolò)

Merci Benoît pour cette intro !

On va parler de l'offre de la marque.

C'est sûrement le point le plus différenciant d'Atelier Mesure, mais aussi ce qui rend la marque un peu difficile à cerner : la largeur de gamme très étendue, comme le dit Benoît.

En terme de demi-mesure, ils ont de quoi parler à vraiment tous les budgets. Pour parler du costume, vous avez tout de même de 10 grades de construction différents, afin de s'adapter à différents moyens et exigences.

A vous, donc, de proposer un budget pour votre costume, et la marque fait le pari de trouver, parmi son offre, le costume qui vous sera le plus adapté.

style costume atelier mesure nicolo

Ca, c'est ma tête quand je suis content de mon nouveau costume.

Les gammes de tissu

Entrée de gamme

Catégorie "AA" : les tous premiers prix d'Atelier Mesure. Ce sont des tissus italiens de qualité honnête mais pas superlative, au style basique, proposés sur un choix limité, que la marque parvient à proposer assez peu cher notamment grâce à des volumes d'achats (d'où le choix plus restreint).

On parle par exemple des entrées de gamme de chez Marzotto, Oliviera ou Reda.

Vous aurez du 100% laine lisse et classique, en noir, bleu marine et éventuellement gris. Le but, est évidemment de pouvoir parler aux budgets plus restreints pour lesquels ce costume sera avant tout un achat fonctionnel, et où il faut aller au plus efficace pour le moins cher possible.

•  Catégorie "A" : les seconds prix, toujours dans l'entrée de gamme. Ce sont des tissus des mêmes fournisseurs, mais l'offre y est un peu plus fournie et raffinée. On reste sur des tissus simples, mais vous y trouverez peut-être une laine un peu plus jolie, ou une petite rayure, un carreau discret, un tissage "caviar"... Vous y trouverez aussi des tissus type "activewear", comme des laines avec un petit peu de stretch, qui ont la particularité de ne pas froisser. Pratique pour ceux qui travaillent en costume au quotidien.

Les tissus du grade A sont basiques (même si j'ai vu quelques exceptions), mais d'une qualité largement suffisante si votre seul besoin est un simple costume de bureau pour le quotidien.

Milieu de gamme

• Catégorie BB et B : on entre dans le milieu de gamme avec les tissus Vitale Barberis Canonico ("VBC" pour les intimes) principalement. Vous commencez à avoir quelques tissus un peu créatifs, la main est belle, la qualité commence à se faire sentir... C'est ici que vous trouverez des tissus super 120's et super 130's !

Les tissus de grade BB proposent un peu plus de variété de couleurs et de textures, ainsi qu'une finesse de fibre supérieure.

Haut de gamme

• Catégorie C : du haut de gamme ! C'est là que certains tissus plus originaux sont proposés, ainsi que des classiques de très haute qualité, en super 150's. Vous y trouverez le haut de gamme de VBC, ainsi qu'un peu de Loro Piana.

En grade C, en plus du gain de qualité, on commence à avoir des tissus plus créatifs.

• Catégorie D : le plus haut de gamme ce chez Atelier Mesure ! Du Loro Piana des gammes supérieures (la gamme "Tasmanian super 150's"), des tissus créatifs, et même des tissus Ferla dont on vous a parlé en détails ici. Typiquement là où vous trouvez de quoi vous faire dire "Waouh !" tout simplement.

Et enfin, la catégorie D. Des tissus excellents, et souvent très originaux.

Sachez aussi que ceux d'entre vous qui sont dotés d'un budget très conséquent peuvent même demander des tissus "à la coupe", directement auprès des fournisseurs, qui ne sont pas dans la collection d'Atelier Mesure. Et à ce moment là, côté prix... "sky is the limit" comme on dit.

Si vous êtes curieux, demandez à François-Xavier de vous parler de la fois où ils ont réalisé deux costumes en vigogne pour un client très fortuné... Il sera ravi de vous raconter l'anecdote.

Les grades de construction de costume

C'est probablement ce qui rend Atelier Mesure capable de servir  une large clientèle, de l'étudiant se préparant pour un oral de fin d'école à l'homme d'affaires fortuné. Car, même si votre budget est limité et que vous avez un coup de coeur sur un beau tissu plus onéreux, la possibilité de choisir une construction plus modeste permet de garder un prix contenu.

Atelier Mesure dispose de deux ateliers : un en Chine, et en en Italie. De l'aveu du fondateur, la différence de qualité entre les deux reste très subtile, surtout sur les fabrications dites "machine".

Voici les prix pour un costume deux pièces.

La grille des prix d'Atelier Mesure ! Petite clarification sur les termes : le "semi-traditionnel" est ce que je préfère appeler un "thermocollé amélioré", et le "traditionnel semi-entoilé" un semi-entoilé.

Offre "fait machine"

La demi-mesure classique, avec des coutures et un entoilage (lorsqu'il y en a) piqué à l'aide d'une machine dite "Strobel".

Pour être honnête avec vous je dirais qu'un simple thermocollé de bonne qualité satisfera les exigences 80% des hommes... Mais pas peut-être pas la majorité d'entre vous, lecteurs, qui êtes probablement plus exigeants sur le tombé et la qualité, en tant qu'initiés. Sauf si vous cherchez à tirer le prix le plus bas possible, privilégiez donc au moins un semi-entoilé. D'autant que la gamme thermocollée d'Atelier-Mesure ne peut-être réalisée que sur les tissus de premier prix.

D'ailleurs lorsque j'ai demandé à Gilles Masson pourquoi il a imposé cette restriction, il m'a fait une réponse franche, sensée, à laquelle je m'attendais : "Parce que ça n'en vaudrait pas la peine."

Et il est vrai que mettre des tissus très haut de gamme sur du thermocollé hé bien... C'est du gâchis. Ce serait un peu comme aller acheter la carrosserie d'une belle voiture et y coller un moteur de voiture premier prix.

Vous voulez un exemple parlant de ce qui change entre une fabrication à la main, et une fabrication machine ? Ici, des surpiqures à la machine "AMF", sur les épaules, qui visent à imiter le rendu d'un détail fait main.

Offre "fait à la main"

... Et ici, la "vraie" version surpiquée à la main. Oui, pour les finitions, c'est avant tout une affaire de purisme et d'amour du détail, plus qu'une question fonctionnelle.

Pour les plus puristes ! La fabrication manuelle

Sur cette partie de l'offre, la différence entre les deux ateliers sera déjà plus remarquable pour les plus puristes : l'atelier chinois réalise 70% des opérations à la main (manches, col et épaules), tandis que l'atelier italien fait pratiquement toute la veste à la main. Évidemment, lorsque la veste est entoilée, l'entoilage est piqué à la main dans les deux cas.

L'intérêt du fait-main ? Au delà du "supplément d'âme" qui ravira les amateurs, de cette idée de tradition et d'artisanat réalisée par la main de l'homme, il y a aussi un petit avantage technique : le point de couture réalisé à la main est doté d'une certaine extensibilité que le point machine, plus resserré et fermé, n'a pas.

A l'échelle d'une seule couture, ça ne ferait aucune différence, mais sur une veste entière, les petits millimètres d'extensibilité s'additionnent... Et vous vous sentirez encore un peu plus libres de vos mouvements que dans une veste entoilée et cousue à la machine. Et encore plus si vous le comparez à une veste thermocollée.

Petit rappel technique sur les différentes constructions

Hors de question de laisser de côté ceux d'entre vous qui ne savent pas de quoi il s'agit. Et pour les autres, voilà de quoi vous rafraîchir la mémoire si nécéssaire.

La construction thermocollée : elle repose avant tout sur un thermocollant, qui vient solidariser les deux faces de la veste entre elles. C'est la solution la plus économique en production, mais aussi celle qui donne le moins beau tombé et la moins bonne durée de vie : à très long terme et à force de pressings, des cloques peuvent apparaître, il y a plus de faux plis, et les mouvements sont plus restreints. On y ajoute aussi un "plastron" qui donne de la tenue (qu'il ne faut pas confondre avec de l'entoilage). Chez les marques au travail sérieux, dont Atelier Mesure, une version "thermocollée améliorée" est souvent proposée, dotée d'une partie à l'entoilage flottant sur le plastron, mais pas sur les revers.

La semi-entoilée :  le plastron ainsi que les revers sont munis, en plus, d'une toile tailleur en crin. Elle donne un plus beau tombé et évite que les revers et le plastron cloquent dans le temps. Elle est plus longue à réaliser car le VRAI semi-entoilé (parfois appelé "semi-traditionnel" pour le distinguer d'un "thermocollé amélioré) va du plastron jusqu'aux revers, auxquels l'entoilage doit d'ailleurs être cousu à la matière de la veste.  Quant au bas de la veste, il est thermocollé. C'est plus long et coûteux que la construction précédente.

L'entièrement entoilée : l'entoilage en crin descend sur tout l'avant de la veste, jusqu'en bas. Il n'y a aucun thermocollant. C'est le plus haut de gamme, celui qui donne le meilleur tombé, mais il est aussi beaucoup plus cher à produire. Dans ses versions très haut de gamme (souvent en petite ou grande mesure), elle peut même être réalisée "à la main", c'est à dire que l'entoilage est piqué par un fil et une aiguille. La souplesse et le tombé s'en voient encore améliorés.

La construction "destructurée" : la seule qui n'est pas représentée sur le schéma plus haut. Ici, aucun entoilage, ni thermocollant, à l'exception d'une très fine couche sur le haut des épaules pour éviter que la veste n'ait vraiment aucune tenue. Tout le tombé repose sur le tissu plutôt que ce qui est à l'intérieur... Ce qui rend d'autant plus nécéssaire un choix de tissu exigeant.

Ce n'est pas tout...

... Car il n'y a pas de que des costumes. Quand je vous dis que l'offre est pléthorique, je pèse mes mots, car il y a aussi toute une offre de demi-mesure complémentaire au costume. En voici quelques exemples :

• Des manteaux et des cabans en laine : comptez un prix similaire à celui d'un costume. Les tissus vont du 100% laine plus standard au 100% cachemire très luxueux.

Manteau sur mesure croisé cachemire camel loro piana

Le genre de manteaux très sartoriaux que vous pouvez faire réaliser chez Atelier Mesure. Ici dans un tissu Loro Piana en cachemire.

• Des chemises : qui vont de 120€ pour la plus basique à 320€ pour une version presque entièrement faite à la main. Il y a même des polos sur-mesure (je n'y aurais jamais pensé)

• Des cravates : quelques tissus texturés et d'autres plus classiques, proposées en trois longueurs standard, en version 3 ou 7 plis, doublée ou non. Il y a également des versions en tricot.

• Des trench-coats réalisés dans des tissus déperlants.

Trench, chemises, et même jeans... Il serait trop long de détailler l'ensemble de l'offre de la marque, mais sachez qu'elle existe, et que nous en avons également essayé une bonne partie. Et elle est fiable.

• Des sahariennes. Il y a même un modèle réversible qui est exposé en boutique.

• Des jeans, y compris en toile japonaise selvedge de chez Kuroki, un tisseur japonais que l'on aime bien.

• Des chinos (et même des cargos) en tissus de coton, italiens (Loro Piana) ou anglais (Brisbane Moss), stretch ou non.

Bref... Une sacrée liste, et j'en ai peut-être même oublié. L'idée n'est pas de tout vous présenter en détail ici, mais de vous faire savoir que si vous avez particulièrement besoin de sur-mesure dans votre garde robe, même si ce n'est pas du costume, il ne faut pas hésiter à passer un coup de fil ou à prendre rendez-vous. Il y a de fortes chances qu'Atelier Mesure ait une solution à vous proposer.

Un mot sur la fabrication chinoise

Je tiens à en dire deux mots car c'est un sujet qui divise.

D'un côté, tous les professionnels du textile vous diront que de nos jours, l'image que nous avons de la fabrication chinoise est erronée : certes, c'est une solution qui vise à baisser le coût de fabrication.

Mais certains ateliers, dont celui d'Atelier Mesure, sont capables de produire une qualité impressionnante. Les conditions de travail sont bonnes, les délais sont tenus et optimaux (ce qui est un argument de poids pour la marque qui doit produire en demi-mesure), et les finitions n'ont parfois pas à rougir face aux pays dotés d'un savoir faire ancestral sur le costume.

Il n'y a qu'à voir cette vidéo de Suitsupply, filmée dans leurs usines pour comprendre pourquoi.

De l'autre beaucoup d'amateurs vous soutiendront qu'en dehors des différences de qualité qui persistent, ils tiennent à soutenir une économie européenne, et à aider les savoirs-faire à subsister dans leur pays d'origine. Et soutiendront aussi que malgré une apparence impeccable des ateliers, et des progrès indéniables sur les deux dernières décennies, les droits de l'homme en Chine,  et les conditions de travail des ouvriers (notamment les congés) n'y sont pas toujours respectés selon des standards qui nous paraissent acceptables.

homme costume réfléchit

A ce moment là, j'étais en intense réflexion sur les différentes gammes de prix chez Atelier Mesure. Bon à vrai dire j'avais surtout le soleil dans les yeux, et j'avais vraiment besoin d'un café.

Pour ma part, je comprends les deux points de vue, et ne saurais trancher... Ne serait-ce que parce que je n'ai jamais vu un atelier chinois de mes propres yeux.

Quoiqu'il en soit, Atelier Mesure s'est lancé en ayant comme objectif de pouvoir servir une clientèle diverse, et le choix des ateliers reflète cette volonté.

Sachez aussi que tous les ateliers de confection de la marque sont listés ici. On ne peut que saluer cette démarche de transparence, particulièrement admirable sur un marché aussi concurrentiel que celui du costume !

Que choisir ?

Après avoir vu une offre pareille, vous vous sentez peut-être plus perdu qu'autre chose. Avec tous ces différents tarifs, que devriez vous choisir pour un costume ? J'ai pris trois exemples théoriques pour vous montrer ce qui pourrait être adapté à vos besoins.

Cas N°1 : Vous êtes étudiant à la recherche d'un costume très basique, mais bien coupé. Pour passer des oraux, par exemple. Or, vous n'avez pas une morphologie facile à habiller... à tel point que vous en auriez forcément pour plus d'une centaine d'euros de retouches...  Il devient donc logique de se tourner vers la demi-mesure si vous voulez un minimum de qualité et un bon fit. Vous pourriez par exemple partir sur le costume à 580€ ou 680€. D'autant qu'Atelier Mesure propose 100€ de réduction sur le premier costume de tout client âgé de moins de 25 ans, et doté d'une carte étudiant à jour.

Cas N°2 : Vous avez des moyens plus conséquents. Vous êtes à la recherche d'un costume de bonne qualité, qui vous mette en valeur, mais dont l'aspect reste très sérieux et formel. Avec le budget que vous investissez, vous souhaitez un costume qui tombe vraiment bien, sans faire de fantaisies. Vous choisirez donc un beau tissu en milieu de gamme, ainsi qu'un grade de construction élevé.

Cas N°3 : Vous êtes un passionné des belles matières et du style sartorial. Pour vous la priorité est à un tissu original. Dans ce cas, vous pouvez choisir un tissu très haut de gamme et très créatif, tout en adaptant la construction à votre budget. A vous les carreaux resplendissants et les textures travaillées... A vos mesures.

veste tissu vert d'eau

Exemple type du genre de tissu que vous choisirez si vous êtes dans le "cas #3". C'est le tissu du costume de Benoît, montré plus haut.

Cas N°4 : Il vous faut la totale... Des tissus exclusifs, une construction à la main, des formes de revers spécifiques, une épaule particulière... Pourtant, vous n'avez pas non plus envie de payer le prix d'un costume de grande mesure d'un tailleur français, dont les prix sont difficilement sous les 5000€ (Et encore... sur des tissus classiques). Auquel cas, sachez que l'offre "fait main en Italie" permet un degré de personnalisation plus élevé.

Couplez ça à la possibilité d'acheter des tissus "à la coupe" chez le drapier , et vous aurez vraiment LE costume que vous voulez. C'est une excellente porte d'entrée vers ce que l'on appelle "la petite-mesure artisanale". Mais vu l'investissement que ça représente, c'est évidemment réservé aux plus passionnés.

Cas N°5 : Vous vous mariez ou êtes convié à un mariage. Parce que oui,  probablement une fois sur deux , quand les hommes vont en demi-mesure, c'est qu'il y a un mariage dans les parages.

Jordan a écrit un article qui vous expliquera en détail des tenues que vous pouvez adopter à l'occasion.

De mon côté, je n'aurais que trois recommandations à vous donner : premièrement, dirigez vous vers des tissus des catégories B, C et D. Tout simplement parce que vous pouvez opter pour des tissus un peu créatifs (carreaux, rayures, princes de galles, etc...) mais pas tape à l'oeil non plus. Il ne s'agirait pas de voler la vedette aux mariés.

Ensuite, adaptez le grade de construction à votre budget plutôt que de choisir un moins bon tissu pour une meilleure confection. Dans un tel contexte, il sera plus déterminant pour le style.

Enfin, considérez la possibilité d'un trois pièces : s'il y a bien une occasion pour le porter, c'est à un mariage !

Maintenant que vous savez à peu près tout sur l'offre chez Atelier Mesure, place au test.

Test : costume d'hiver 3 pièces, full entoilé artisanal en Chine, tissu Ferla (1580€)

(Disclaimer : Non nous ne sommes pas fous et savons que cet article sort pile au début d'une grande canicule, malgré son tissu hivernal. Initialement prévu pour la mi-saison, nous avons juste souhaité ne pas tarder avant de publier cet article, déjà depuis trop longtemps en gestation.)

Le sens du service

Une fois n'est pas coutume, je ne vais pas parler du produit en premier. D'ordinaire, je parle plutôt du service en dernier lorsque je teste une marque. Mais en demi-mesure, c'est probablement ce qu'il y a de plus important. Vous payez plus cher qu'en prêt à porter, et vous vous attendez donc à une bonne expérience.

Or, il m'est plus difficile d'écrire sur ce point. En tant que rédacteur chez BonneGueule, je ne peux qu'être réaliste sur le fait qu'une marque a tout intérêt a prendre un soin particulier à mon égard, surtout si un article est en préparation. Ce n'est peut-être pas un problème pour d'autres médias mais comment rester impartial dans ces conditions ?

Gilles Masson a pris ce problème très à coeur, puisqu'il a tenu à ce que je vive une simulation d'expérience client "comme un inconnu". J'ai donc pris mon rendez-vous sous un pseudonyme, en allant voir François-Xavier, que je connaissais pourtant déjà, pour que rien ne soit préparé différemment de d'habitude. A l'accueil, il m'a demandé de jouer le jeu au maximum, et de faire comme si je ne le connaissais ni lui, ni la marque, ni le costume en général, et de me laisser guider.

Des deux frères Masson, c'est François-Xavier qui vous accueillera en boutique. Il est à l'écoute, et doté d'un humour et d'un certain franc parler qui vous feront ressortir avec le sourire.

S'en est donc suivi une présentation  détaillée : pendant une trentaine de minutes environ, durant votre premier rendez-vous François-Xavier vous initiera aux différentes qualités de tissu et grades de confection.

Tout en vous expliquant l'aspect technique qui les distingue, il vous fera toucher un super 120's, puis super 130's, puis super 150's pour que vous puissiez comparer des tissus similaires, mais de qualité différente.

Il procédera de la même façon avec les vestes et leur fabrication : il sortira des modèles d'exposition déjà réalisés pour vous les faire essayer. Vous passerez de thermocollé, à semi-entoilé, à entièrement entoilé, pour finir sur un entoilage fait main. Ce qui vous permettra d'apprécier par vous-même comment le confort s'améliore à chaque grade.

C'est dans cette boutique que se déroulera la petite "initiation" au costume et à la demi-mesure. Le fait de ne pouvoir venir que sur rendez-vous peut sembler contraignant, mais ça permet de réserver la boutique pour un seul client à la fois.

Voici donc les quatre points clés que je retiens de mon expérience en boutique :

  • La présentation "d'initiation" au costume est vraiment bien ficelée. Vous avez vraiment l'impression d'avoir tous les éléments en main pour faire un choix informé.
  • La boutique est vide pour vous lorsque vous venez : on ne s'occupe que d'un client à la fois. Croyez-moi, pour avoir testé d'autres adresses où vous avez l'impression que vous faites perdre du temps au conseiller, ça change la donne.
  • On m'a immédiatement annoncé un délai de trois semaines, et fixé un rendez-vous dans la foulée. Je n'étais pas pressé, mais le temps est un enjeu de taille pour beaucoup d'hommes qui ont besoin d'avoir leur costume rapidement, et le respect des délais est pris très au sérieux chez Atelier Mesure.
  • La sympathie de François-Xavier. C'est quelqu'un qui sait vous mettre à l'aise tout en étant à l'écoute, et qui vous aura probablement fait rire avant la fin de votre rendez-vous. C'est bête, mais malgré mon métier, j'ai toujours une sensation de malaise lorsque je rentre dans une boutique de costume ou d'une marque de luxe : l'image "chic" donne un côté impersonnel un peu angoissant, et la politesse du staff est parfois si excessive qu'on la sent fausse. Ici, j'ai ressenti le juste équilibre entre le "naturel" et respect du le client.

Mon expérience sur la coupe

Après l'expérience client, ce qui compte le plus en demi-mesure, c'est certainement la coupe. Et je voudrais justement en profiter pour répondre à la question suivante : qu'est-ce qu'il est réaliste d'espérer en demi-mesure ?

"Sur-mesure" et "coupe magique" : mythe et réalité

La première fois que je me suis tourné vers de la demi-mesure il y a quelques années, je m'attendais à une sorte de Saint-Graal de la coupe. On m'en avait tellement vanté les mérites, que j'imaginais une sorte de perfection innée. "Un costume à tes mesures, fait pour toi !" me disait-on.

J'imaginais donc un costume à la coupe splendide, quel que soit le budget, qui mettrait parfaitement en valeur ma morphologie. Et dans mon esprit, la "Grande" et la "Petite" mesure, n'étaient que du superflu pour ceux qui voulaient vraiment pinailler sur des détails inexistants.

La vérité est toute autre...

En demi-mesure, surtout sur des tarifs "abordables" le fit est parfois bon, parfois correct, et parfois encore plus mauvais qu'en prêt à porter.

Cela dépend de nombreuses choses : du sérieux et de la compétence de la personne qui prend vos mesures, de l'exigence que la marque s'impose, ou encore de l'atelier choisi.

Mais il y a aussi des facteurs qui relèvent de vous et non de la marque. Premièrement il y a votre morphologie. Nous sommes tous dotés de corps différents, et plus souvent qu'on ne le pense, nos petites différences de posture ou de proportions sont suffisamment marquées pour ne pas pouvoir être gommées par le patronage.

Et les costumes "parfaits" que vous voyez sur les photos d'influenceurs sartoriaux sur Instagram ? D'une part, bon nombre d'entre eux ont accès à de la grande et de la petite mesure des plus exigeantes, avec les prix qui vont avec. D'une autre une photo reste... une photo. La perfection apparente d'un angle et d'une pose soigneusement sélectionnés ne reflète pas forcément la réalité, en mouvement et en 3D.

Il est improbable que vous trouviez un tombé de veste pareil sur de la demi-mesure, surtout si le prix est abordable... Pour obtenir ce rendu là (regardez comment l'épaule et l'emmanchure se comportent, même quand le porteur lève haut le bras), il faut aller en Grande Mesure.
Crédit : @Bespoke Wrinkles sur Twitter

Deuxièmement, je dirais qu'en mesure, il y a une compétence chez la marque... et une compétence chez le client.

Oui vous m'avez bien lu. Vous devez être capables d'exprimer au mieux ce que vous désirez. Ça implique d'être renseigné, de comprendre vos propres, goûts, de savoir quel type de revers vous plaît, d'avoir un avis sur l'ajustement d'une coupe...

Et en même temps, il faut être capable de se laisser guider, ou vous risquez de faire des erreurs que vous n'avez pas prévues, comme demander une jambe très ajustée qui vous affine beaucoup quand vous êtes debout, mais ne permet pas de vous asseoir, ou choisir une couleur pas du tout adaptée au contexte de votre costume...

C'est un équilibre délicat : si vous ne vous exprimez pas assez, vous ressortirez déçu du manque de "personnalisation" de votre achat. Et si vous écoutez trop peu les mises en garde et les conseils ,  vous ne pourrez vous en prendre qu'à vous-mêmes s'il y a un souci.

Et maintenant que cette mise au point à été faite, je dois tout de même dire qu'à mon sens, la justesse de la coupe est maîtrisée chez la marque.

Pour que vous sachiez sur quoi je me base pour comparer, j'ai déjà essayé les services de trois autres marques par moi-même (Lanieri, Faubourg Saint-Sulpice, Atelier N.A.) et en terme de fit et de qualité de la prise de mesure, Atelier Mesure est au dessus du lot (largement, dans certains cas...).

Par ailleurs, à travers des retours de lecteurs et de collègues, et en ayant scruté les photos d'autres "tests" sur le net, je pense avoir une idée assez juste de ce à quoi on peut s'attendre en terme de fit dans la demi-mesure dite "abordable" (début d'offre à moins de 700€ le costume).

Chez Atelier Mesure j'ai eu le meilleur fit "dès le départ" possible pour le moment en demi-mesure. Particulièrement sur la coupe du pantalon. Je n'ai pas une morphologie simple à habiller en bas du corps (cuisses assez imposantes entre autres), et c'est souvent là que le bât blesse à l'essayage.

 

Disclaimer : en grand perfectionniste, je m'apprête à vous faire inspecter chaque détail de coupe à la loupe, dont ceux qui ne vont pas. Mais ne perdez pas de vue que l'allure globale de ce costume est très juste. (Chaussettes en soie & mérinos Sympa Bonnard)

Voici les notes que j'ai prises au premier et second essayage (car vous verrez par la suite qu'il y a eu quelques imprévus...)

Veste

Lorsque la veste est portée ouverte, aucun problème particulier ne se fait sentir, même après changements de morpho.

Premier essayage

  • Good : la poitrine était harmonieuse et l'emmanchure était haute comme il faut.
  • Good : le dos était très net, sans pli de col.
  • Good : le tombé global était bien équilibré des deux côtés. C'est important car j'ai l'épaule droite 1 cm plus basse que l'autre, ce qui est compensé en décalant légèrement le boutonnage sur l'avant de la veste.
  • Ok : l'arrière d'épaule demandait à être un petit peu repris car il flottait légèrement, surtout à droite.
  • Bad : par contre les épaules étaient déjà très galbées, peut-être un peu trop. La couture était haute sur la clavicule, ce qui fonctionne bien sur une épaule naturelle, et un peu moins sur une épaule à cigarette. Ce n'est pas quelque chose qui est modifiable en retouche.
homme costume rayé bleu baby alpaga

Il n'y a que la forme d'épaule que je trouve objectivement moins réussie (et qui ne soit pas imputable à mes changements de morpho). Notez par contre le joli roulé de revers, qui n'est pas rigide ou cassant. Merci l'entoilage à la main !

Deuxième essayage

  • Good : l'arrière d'épaule a été parfaitement repris.
  • Good : les manches étaient 1 cm trop longues et la correction était parfaite. La coupe se fait "en biais" pour éviter que les boutonnières soient trop proches du bord.

Parlons brièvement du gilet : il taillait bien dès le premier essayage. Je remarque cependant qu'avec la cravate, il donne une impression de volume sur mon ventre. Cela est peut-être dû à ma morphologie (sangle abdominale plus saillante en haut et ventre plat en bas).

Le dos du gilet est bien cintré, et n'est donc pas la cause de cet effet. Le bas plisse juste un peu à cause d'une chute de reins plus accentuée qu'auparavant, ce qui ne lui permet pas de tomber sur toute sa longueur. A vrai dire, ce costume étant mon premier trois pièces, je ne sais pas à quel point c'est normal, ni si une demi-mesure est suffisamment personnalisable pour y remédier.

Le pantalon

Je suis vraiment très content du rendu des pantalons chez Atelier Mesure. C'était vraiment le point où j'ai eu les résultats les plus mitigés dans mes expériences passées. Ici, le fit reste bon même en mouvement, le fessier est correctement galbé sans être à l'étroit, et je conserve un certain confort (malgré une matière bien épaisse !)

Premier essayage

  • Good : une ligne de jambe très nette malgré mes particularités physiques.
  • Good : le tour de taille était juste... par rapport à mes premières mesures du moins (je vous parlerais après des retouches...).
  • Good : un fessier correctement galbé.
  • Ok : une cuisse et une ouverture de jambe un chouilla plus larges que ce que j'aurais voulu, mais déjà assez ajustées, surtout pour un premier essayage.
  • Ok : pantalon légèrement trop long par rapport à ma demande.

Après le premier essayage, j'ai demandé ceci : "la longueur de jambe la plus courte possible avant que la cheville ne soit vraiment découverte, et l'ouverture la plus resserrée possible avant que ça serre le mollet". Hé bien c'est exactement ce qu'ils ont fait, et je trouve le résultat probant. (Chaussures Carmina, chaussettes Sympa Bonnard)

Deuxième essayage

  • Good : les bonnes longueurs
  • Good : un ajustement exactement comme demandé (mais qui en nécessitera tout de même d'autres par la suite...)

La coupe au bassin sur le pantalon est peut-être ce qu'il y a de plus important pour un fit réussi. Car si la jambe et ses volumes peuvent changer avec les tendances et préférences de chacun, un bassin trop serré tension sur les poches, plis en étoile autour de la braguette) ou trop ample (fesses qui baillent) ne pardonne pas. (Cravate BonneGueule X Howard's)

Concernant les retouches, elles sont exécutées par un retoucheur doté d'une formation de tailleur. Il peut arriver qu'en rentrant chez le premier retoucheur venu, vous trouviez du travail un peu approximatif. Ce n'est pas le cas ici.

Bref, s'il y a un seul reproche que je pourrais faire sur la coupe à Atelier Mesure, c'est d'être spécialisé dans les épaules dites "naturelles", et moins bons sur les épaules un peu plus structurées.

Comme vous pouvez le voir j'ai choisi une épaule "à cigarette", c'est à dire dotée d'un repli qui crée une surélévation sur la fin de l'épaule. C'est un style qui se veut un peu plus marqué et ostentatoire, moins Napolitain que l'épaule naturelle, et plus Milanais ou même Parisien.

Selon Atelier Mesure, ce résultat dépend du fait qu'ils n'ont qu'un seul type de rembourrage (très léger), qui ne peut pas créer cette ligne d'épaule "forte" que je recherchais.

Par la façon dont elle a été ajustée, sa couture remontait assez haut, et son volume était très proche du muscle de l'épaule. C'est très adapté lorsqu'on veut faire une épaule naturelle tout en gardant une allure "jeune" et éviter le côté "sac" de certains costumes à l'américaine 

Or sur ce tissu particulièrement épais et "rentrant" . Par contre, sur une épaule plus structurée, ça réduit un peu trop la carrure, et laisse plus à l'étroit.

François-Xavier m'expliquait que leur offre ne permettait qu'une base

Ceci étant, j'ai aussi pris un peu d'épaules sur cette dernière année. D'ailleurs, à cause de certains changements, j'ai pu tester leur vision du fit de façon extensive...

Retouches : comment mes multiples transformations physiques ont affecté ce test

Disclaimer :

Si vous êtes curieux de savoir en détail comment la perte de poids et la musculation peuvent vous compliquer la vie dans une expérience de demi-mesure, lisez cette partie.

Sinon, passez directement à la partie "Tissu Ferla", et retenez juste que les conditions de test ont été biaisées par mes changements de morphologie.

La qualité des retouches est primordiale pour une marque de demi-mesure. Et sur ce point, je me dois d'être sincère et de faire mon "mea culpa", car j'en ai fait voir de toutes les couleurs à Atelier Mesure.

Certains parmi vous savent que ce test était prévu depuis très longtemps déjà. A vrai dire j'ai pris mon premier rendez-vous, en janvier 2018, il y a plus d'un an déjà.

La raison de ce retard ? Pas de bol pour Atelier Mesure, au moment ou j'ai lancé ce test, j'ai entamé d'importants changements dans ma vie qui ont transformé mon physique à plusieurs reprises...

costume demi-mesure rayé bleu homme cravate bordeaux

Le sport tend non seulement à modifier le volume du corps, mais aussi la posture. Par conséquent les revers cassent désormais sur la poitrine lorsque je me tiens très droit, car la cage thoracique est plus "ouverte" qu'au départ. Même si ce n'est pas très esthétique, ce "problème" est plutôt bon signe. Car une bonne demi-mesure modifie aussi le patronage pour accompagner des épaules voûtées ou un dos cambré. Et ça a bien été fait.... Mais ces modifications ne sont désormais plus adaptées pour moi.

  • Début Janvier 2018 : première prise de mesure. Je pèse autour de 72kg à l'époque. Sans être corpulent pour autant, j'avais "quelques kilos à perdre" selon mes propres standards. Le costume arrive, à la fin du mois mais je manque de temps pour l'essayer. C'est à ce moment là que je commence à perdre du poids...
  • Fin Mars 2018 : Je fais le premier essayage... Mais j'ai déjà perdu 5kg !
    "Pas de problème", me dit François-Xavier. Les retouches sont encore minimes : ils vont me raccourcir un peu la longueur de manche et de jambe , ajuster un peu plus l'ouverture de jambe pour correspondre à mes goûts, et reprendre la ceinture du pantalon ainsi que le cintrage de la veste pour que le costume "mincisse" avec moi.
  • Début Juillet 2018 : Nouvel essayage. Les retouches auraient probablement été parfaites si je n'avais pas commencé la musculation et encore minci. Résultat : le dos et les épaules sont un peu serrés (mais encore acceptables) et le pantalon est bien trop grand. On tente la retouche.

Le dos, un des endroits où le corps change le plus avec le sport, et également un point critique du fit d'une veste. Malgré son élargissement, les retouches ont permis de conserver un rendu très net. Seul le haut des bras crée un pli significatif : tirés vers l'arrière, eux aussi, par une posture améliorée, ils entrent en conflit avec la tête d'épaule qui avait été spécialement avancée exprès pour mes épaules plus voûtées. Mention spéciale, cependant, au bas de veste, qui couvre harmonieusement les fessiers.

  • Août 2018 : Je réessaye le costume après retouches et là... Aïe. Le pantalon, à force d'être trop retouché, s'ouvre complètement sur les poches. Les pinces ne ressemblent plus à grand chose. Les épaules et la carrure sont vraiment trop serrés et le gilet n'est même pas mettable. Gilles fait preuve d'une sacrée patience, quand je lui explique que des photos en l'état ne leur feraient pas honneur. Il relance donc un second costume.
  • Septembre 2018 : le nouveau costume me va bien. Je commence à poser les bases de ce test. Mais entre temps, mon physique continue d'évoluer... Et j'ai d'autres "chantiers" plus prioritaires chez BonneGueule qui me font mettre cet article en pause.
  • Avril 2019 : l'article finit par prendre forme, mais une dernière retouche est encore nécessaire. Je n'ai plus énormément changé de morphologie, seulement quelques kilos de pris (moitié muscle, moitié pizza...). Un petit peu de tour de taille en plus, pas mal de dos et un peu d'épaules encore. Il faudra simplement rouvrir le milieu du dos et le côté de la poitrine pour retrouver un confort acceptable.

Je vous raconte tout ça pour deux raisons. La première, c'est que je ne souhaitais pas que les conditions du test vous donnent un avis biaisé sur la qualité du travail d'Atelier Mesure. Le résultat est bon, mais moins bon qu'il ne l'aurait été si tout ça n'avait pas eu lieu. D'autant que je leur demandais des coupes déjà un peu plus ajustées que sur leurs standards. Par conséquent, chaque petit changement physique se remarquait rapidement.

La seconde, c'est pour que vous puissiez tirer un enseignement de mon erreur : ne lancez pas un projet de sur-mesure en même temps qu'un projet de transformation physique... Les retouches ne peuvent pas adapter le costume à l'infini. Je le savais déjà, mais bon, parfois il faut vivre un problème pour le prendre au sérieux.

Sur cette pose, je rentre un peu plus les épaules et la veste vient d'être remise en place (aussi appelée "la pose du ministre"). On a du coup un rendu beaucoup plus proche du fit d'origine avant que ma posture ne change.

Le bon côté des choses, c'est que j'ai au moins la preuve irréfutable qu'Atelier Mesure savent faire de bonnes retouches. Et qu'ils sont capables d'habiller aussi bien un physique plus trapu qu'un physique athlétique, puisque je suis passé par les deux stades durant la période du test.

Par contre Gilles Masson, un peu soucieux à l'idée d'avoir à faire à d'autres "transformations" comme la mienne, m'a demandé de vous mettre en garde : aucun problème pour retoucher le costume plusieurs fois s'il le faudra, mais ne leur faites pas vivre le parcours du combattant comme je l'ai fait... Ils ne relanceront pas de costume. 😉

Un tissu Ferla Alpaga-Coton-Polyamide

Attardons nous un moment sur ce choix de matière, qui n'est pas des plus communs. Vous avez peut-être remarqué que sa texture est singulière. Et pour les habitués vous connaissez sûrement déjà Ferla, tisseur qu'on avait présenté en détail à l'occasion de la sortie de notre costume d'hiver prince de galles.

Ce tissu lui est très similaire : l'épaisseur est la même, les matières premières utilisées sont également les mêmes. Détail surprenant, Ferla n'a pas communiqué la composition exacte à Atelier Mesure, ne révélant que les trois fibres qui ont été utilisées, sans dire dans quelle proportion exactement.

D'autres tissus typiques de chez Ferla, qui contiennent le même mélange de fibre (dont celui de notre costume d'hiver, à gauche, en gris plus clair !)

Mais j'ai toutes les raisons de penser que ce tissu n'est autre qu'une version "bleue rayée" du tissu gris à carreaux que nous avons employée.

La composition devrait donc être : 

  • 38 % de baby alpaga
  • 33 % de coton
  • 29 % de polyamide

Le polyamide peut sembler regrettable ici, mais c'est quelque chose de récurrent sur les tissus hiver de chez Ferla, pourtant très haut de gamme. C'est en fait sa présence qui permet d'obtenir l'effet visuel de "bouclette" aussi marqué, et un tel chiné.

On retrouve l'esprit "signature" de la bouclette chinée de chez Ferla. Rien à dire, je trouve toujours ces tissus splendides.

Est-ce que c'est beau ?

C'est clairement son atout principal : la prise de lumière est excellente, la couleur est délicieusement nuancée, la texture est d'un niveau hors de tout ce à quoi vous habituent les tissus plus normaux, la rayure est travaillée avec une aspérité toute particulière... En fait, c'est à la fois un atout, et peut-être même inconvénient : c'est un peu trop "beau", de façon ostentatoire, pour de nombreux cadres, surtout dans ce bleu bien chatoyant. Là où d'autres tissus Ferla gris peuvent peut-être passer dans un cadre "business" l'hiver, celui-ci a une forme d'exubérance qui complique les choses.

Ce tissu Ferla, est clairement de ceux que vous choisissez pour un argument principal : le style. Ou l'originalité, pour être plus précis. Car ce tissu un peu ostentatoire n'est pas très adapté aux cadres business. On est donc clairement dans le "cas de figure #3" dont on parlait plus haut, où l'on cherche vraiment à se faire plaisir. A moins que vous n'assistiez à un mariage en hiver... (Bracelet Ursul, montre Datejust début des 80's, bagues Harpo & Etsy, cravate BonneGueule x Howard's)

Et en même temps, c'est exactement ce que je voulais pour mon usage personnel.

Est-ce que c'est doux, agréable ?

Oui. Le Baby Alpaga se fait sentir, c'est un tissu avec un toucher agréable (même si pas aussi doux qu'un 100% alpaga évidemment) et une main intéressante.

Est-ce que c'est robuste ?

Oui. En dehors de l'esthétique, un des avantages à avoir du polyamide dans ce mélange, c'est qu'il le rend bien plus stable et solide. L'hiver dernier, j'ai gambadé dans la campagne anglaise pendant un WE en le portant , il a même rencontré quelques ronces sans trop broncher.

Est-ce que ça tient chaud ?

Oui, plutôt. Porté seul avec une chemise d'hiver, sans pardessus, il est dans une amplitude thermique idéale de 7 à 18°C je dirais. Parfait seul, en mi-saison, ou accompagné d'un manteau l'hiver.

Voilà. Ce tissu sert plus à s'amuser au Pitti Uomo qu'à aller passer votre entretien d'embauche. Et par ailleurs, c'est largement assez pour un hiver tempéré, porté sous un manteau.

Est-ce que ça respire bien ?

Moins bien qu'un 100% laine par exemple, mais ça reste très acceptable. Comme il est destiné aux temps plus frais, vous ne devriez pas sentir de différence, sauf si vous le portez dans un cadre où vous faites un effort physique prolongé. Je l'ai porté cet hiver au Pitti Uomo, et il est vrai que quand je passais de l'intérieur chauffé à l'extérieur froid, le tout en marchant à toute allure toute la journée, en ayant un manteau par dessus, il m'est arrivé d'étouffer un peu.

Pour un usage urbain plus détendu, pas de problème cependant.

Maintenant qu'on a parlé du tissu, place à la construction...

Le full-entoilé, ça vaut quoi ?

Ce costume, ce n'était pas seulement mon premier trois-pièces, mais aussi mon premier costume entièrement entoilé.

Alors, la théorie sur le confort et le tombé, ça faisait bien quelques années que je l'avais. Mais j'ai eu l'occasion de voir ce que ça donnait en pratique, et voici mon retour d'expérience :

Le revers d'un costume entièrement entoilé (ici, fait à la machine) chez Atelier Mesure. Je trouve que c'est parlant visuellement : si je vous demandais ce qui risquait de tomber le mieux entre cette toile de crin, et une couche de thermocollant synthétique, vous n'auriez pas forcément besoin de vous y connaître en costume pour le deviner.

Est-ce qu'elle suit mieux le corps du porteur ?

Oui, même si sur ce point, je pense que c'est plus facile de le remarquer sur des tissus fins que des tissus épais.

Cependant, mon intuition me dit que c'est justement l'entoilage qui permet à la veste de prendre forme sur mon buste, et de rendre bien la plupart du temps, alors même qu'elle ne devrait plus tout à fait m'aller. Un revers thermocollé, serait, à ce stade, complètement cassé sur le torse.

Est-ce que la veste tombe mieux ?

Oui, complètement, sur le bas de la veste en particulier : celui-ci a un tombé plus naturel, même sur une matière aussi épaisse. C'est difficile à décrire, mais c'est à la fois plus "lourd" et plus fluide. D'ailleurs notez qu'Atelier Mesure utilise un entoilage assez fin, ce qui donne un rendu plus "à l'italienne", plus léger,  là où le style anglais choisit des toiles crins plus épaisses pour créer une structure plus ferme.

Rien de mieux qu'une photo pour parler de tomber. Regardez, en mouvement, comment l'entoilage laisse le bas de la veste onduler naturellement plutôt que de rester figé.

Est-ce que c'est plus souple ?

Oui également. Comme évoqué au dessus, cette veste désormais un poil petite et dont la coupe m'est désormais peu adaptée garde un confort plutôt acceptable. Les coutures main y sont probablement aussi pour quelque chose, dans une moindre mesure.

Est-ce qu'elle respire mieux ?

Difficile à dire. En théorie, c'est censé être le cas, mais en pratique j'ai choisi ici une  matière épaisse, d'hiver, qui fait un petit compromis de respirabilité par la présence de polyamide. Sur cette veste, je ne remarque donc pas de respirabilité améliorée.

En somme, pour cette première expérience du full-entoilé, je dirais que ça vaut vraiment le coup. Mais qu'il vous faudra déjà avoir une petite expérience dans de précédents costumes pour pleinement l'apprécier. Ne le voyez donc pas comme quelque chose d'indispensable.

Qu'en est-il des finitions ?

Pour conclure ce test, parlons des détails.

Le site d'Atelier Mesure expliquera mieux et plus exhaustivement toutes les finitions présentes sur leurs différentes gammes.

Inutile donc, de vous montrer chaque couture qui a été faite à la main, chaque passepoil et bouton. Je tenais plutôt à m'attarder sur les détails qui m'ont le plus plu, et que j'ai le plus remarqué sur mon costume.

Notez aussi que en raison de sa texture extrêmement prononcée, certains détails sont plus difficiles à voir sur le tissu que j'ai choisi. J'utiliserai donc des photos provenant de chez Atelier Mesure sur des matières plus classiques, dans un souci de lisibilité.

La boutonnière faite à la main (ou milanaise)

Ahhhh la milanaise... Ça me rappelle le bon vieux temps chez BonneGueule, où nous découvrions encore l'art sartorial, et où cette fameuse milanaise était la cerise sur le gâteau : une boutonnière de veste entièrement faite à la main, très chronophage, par pur plaisir de l'esthétique et de la tradition.

Là où une boutonnière machine est plate, la boutonnière faite à la main possède un relief et une densité que vous apprendrez rapidement à reconnaître.

Une boutonnière faite main chez Atelier Mesure. Détail savoureux, et pourtant, nous l'avons oublié lors du shooting photo...

Petit détail de plus qui va avec cette boutonnière milanaise : un "flower loop", point de couture réalisé à la main sur la partie cachée du revers, pour tenir la tige de toute fleur que vous voudriez y glisser. Utile en cas de mariage !

Si vous avez déjà essayé de faire tenir une vraie fleur à votre boutonnière lors d'un mariage, pour ensuite pester parce qu'elle n'arrêtait pas de tomber, vous comprendrez immédiatement à quoi sert ce "flower loop", réalisé à la main.

La construction semi-doublée "camouflage" avec "protection postérieure"

Bon, ce titre est volontairement un peu racoleur.

Ceux qui me connaissent savent que j'aime le motif camo. Et il s'avère que parmi la belle sélection de doublures (classiques ou créatives) d'Atelier Mesure, cette version bleue m'a immédiatement interpellé. Elle répondait parfaitement bien au bleu du tissu, il je me suis fait un plaisir d'intégrer ce pied-de-nez à l'art sartorial, caché dans ma veste.

Pour la construction, vous connaissez déjà les avantages du semi-doublé : le compromis entre la légèreté du non doublé , et la protection qu'apporte la construction doublée.

Nicolò aime le camo. Et ça rime. Remarquez le "pattern matching" sur la partie intérieure non doublée. (Je vous explique ça juste après !)

Mais le détail en plus chez Atelier Mesure, c'est cette bande de tissu qui maintient les fentes de votre veste. Ainsi, plus jamais vous ne subirez ce moment un peu gênant où les fentes de votre beau costume s'ouvrent et partent un peu là où elles veulent. Plutôt pratique, mais ne connaissant pas son vrai nom, je l'ai donc baptisée "protection postérieure". Faites de ça ce que vous voulez !

D'ailleurs, j'ai été surpris de voir que cette finition est présente sur les costumes Tom Ford.

La poche à lunettes

Les poches, c'est important. Comme sur n'importe quelle veste qui se respecte, les classiques sont présentes : poches extérieures, poche poitrine, et poche intérieure droite et gauche. Mais chez Atelier Mesure, il y a une petite poche de plus, dont le format est spécifiquement adapté pour glisser une paire de solaires. Et le placement de celle-ci fait que la paire ne se remarque pas, même quand la veste est fermée, ce qui m'a beaucoup plu.

La fameuse poche à lunettes. Ceux d'entre vous qui ont de très bons yeux (et un zoom sur leur écran) verront aussi la customisation discrète de mes initiales, en violet, dans l'intérieur de la veste. Détail plus classique en demi-mesure, pour le coup, mais apprécié. Je vous déconseille un fil trop contrastant avec le tissu sur ce genre de choses, on s'en lasse vite.

Un "pattern matching" très correct.

Le "pattern matching", c'est simplement l'acte, sur un vêtement réalisé dans un tissu à motifs, d'aligner ceux-ci afin de créer un effet de continuité.

Plus différentes zones sont alignées (manches avec les épaules, poches avec le corps de la veste...) plus cela crée un effet "propre", ininterrompu.

Autant dire que cela demande une certaine ingéniosité dans la coupe du tissu à l'atelier. Et c'est souvent plus coûteux en matière, puisque ça demande de sélectionner des parties précises du tissu destinées certains endroits, plutôt que de pratiquer une découpe qui n'a pour seul contrainte que de se soucier d'optimiser au maximum l'emploi du rouleau.

Et, le pattern matching, ça agite un peu les clients pointus, parfois à un point tel qu'ils ne se rendent pas compte de ce qu'il est "normal" d'exiger.

 

Le pattern matching sur les poches à rabat de la veste est bien réalisé.

Voici donc les endroits où le pattern matching de ces rayures est réalisé :

  • Poches à rabats alignées avec la veste.
  • Revers alignés avec le col.
  • Dos du gilet aligné avec l'avant.

Dans du plus haut de gamme encore (en Grande Mesure notamment), vous auriez des alignements tels que celui de l'épaule avec la carrure, ou l'avant de la veste avec l'arrière là où ils se rejoignent à l'épaule... Ou encore, sur les poches du gilet, de la même façon que ça a été fait pour la veste. Mais pour de la demi-mesure à ce prix, je trouve ça amplement suffisant. Notez que sur certains motifs, selon la mesure donnée il n'est parfois juste pas possible d'aligner une zone avec une autre. C'est la vie, il n'y a pas mort d'homme !

Bien évidemment, des détails sur ce costume, il y en a tout un tas d'autres : boutons en corne montés sur queue (pour la solidité), nombreuses coutures à la main pour ce grade de confection (doublure, épaules, surpiqures sur les revers, boutonnières) ...

Mais ceux-ci vous surprendront moins.

C'est donc l'heure du verdict !

Les points fort d'Atelier Mesure, en bref :

  • Une belle sélection de tissus classiques comme créatifs, et beaucoup de goût dans ces derniers. De très beaux Ferla et Loro Piana, que vous ne trouverez pas partout ailleurs.
  • Une capacité à s'adapter à de nombreux budgets et exigences.
  • Une marque qui a "le sens commercial" (la réduction de 100€ pour les étudiants !), ainsi que celui de l'accueil et du service.
  • Une vraie pédagogie sur les tissus et les constructions. Vous en ressortirez plus informé et confiant dans vos choix.
  • Une coupe très juste par rapport à l'offre de demi-mesure sur le marché.
  • Des retouches de qualité.
  • Un très bon niveau de détails et de finitions. La confection est au poil !

Les points faibles en bref :

  • L'offre peut perdre le client, même si c'est compensé par de bonnes explications.
  • La confection chinoise donne une image moins "premium"du produit.
  • La confection italienne peine à séduire à côté, à cause de l'écart de prix
  • Mieux pour les épaules plus souples et moins structurées. Amateurs de lignes d'épaules très carrées, en pagode, ou de cigarettes très marqués, il y aura probablement des adresses plus adaptées pour vous.

Que vous soyez à la recherche de votre premier costume pour un oral de fin d'école, d'une tenue de bureau pour tous les jours, d'un costume pour un mariage, ou simplement de goûter à des tissus digne des plus beaux filtres instagram, Atelier Mesure a probablement ce qu'il vous faut.

L'avis de Benoît

  • Un très vaste choix de constructions différentes, il y en a vraiment pour tous les budgets, que ça soit pour l'étudiant qui fait son premier stage en costume ou celui qui veut le grand frisson du tout "fait main" entoilé italien
  • Enfin des tissus vraiment cools et qui sortent de l'ordinaire, car ils proposent du Ferla ! Ça change des éternels anthracites et bleus marine qu'on trouve partout ailleurs
  • L'expérience et l'accompagnement de François-Xavier
  • Des produits vraiment funs, comme de la polo shirt sur-mesure, du jean sur-mesure, de la cravate sur-mesure, etc

 

Pour prendre rendez-vous, c'est juste ici !

Nicolò Minchillo Nicolò Minchillo

Moi, c'est Nicolò. Chez BonneGueule, je m'occupe des tests de marques, et évidemment de faire des vidéos de conseil avec Sape m'en Cinq. À côté de ça, je prête parfois main forte au pôle produit pour qu'on développe des vêtements inspirés, dans de super matières.
J'aime la funk, le jiu-jitsu brésilien, le bacon, les manteaux majestueux, les blousons en cuir et les belles boots.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.