Pourquoi je n’ai pas (encore) porté la casquette – Carte blanche à Nicolò

Temps de lecture : 6 minutes

Publié par le 18 juillet 2021

Récemment, la rédac' de BonneGueule a publié un éditorial où chaque membre donnait son avis sur la casquette.

Certains l'aimaient sans une once d'hésitation, tandis que d'autres étaient plus réservés à son sujet. Mais à une exception près , la casquette est appréciée et portée au quotidien par nos rédacteurs.

Eh bien ce coup-ci... Je me place un peu en faux vis-à-vis du reste de l'équipe.

Je ne porte pas la casquette. Ou du moins, pas encore !

Il y a plusieurs raisons à cela, et je me suis rendu compte que mes explications m'avaient mené à vous partager quelques idées autour de la casquette.

Pour ce carte blanche, on va donc parler :

  • Du mythe de "la tête à casquette"
  • De la question des tailles, formes et morphologies de têtes
  • De mon "astuce magique" qui aide à porter les couvre-chefs
  • Et enfin, la connotation "jeune" de la pièce

 

1. Y a-t-il vraiment des "têtes à casquettes" ?

"Ah ouais mais moi j'ai pas une tête à bonnet / chapeau / casquette !" (Rayez la mention inutile).

Cette question évoquée en introduction est un mythe tenace, auquel j'ai d'ailleurs cru pendant longtemps.

Techniquement, c'est tout à fait faux : les casquettes (comme tous les autres couvre-chefs) peuvent être choisies avec une forme, une taille, une couleur et un style adapté à son porteur.

Peu importe la morphologie de sa tête ou de son visage.

Et d'ailleurs, dans le temps, si vous vous promeniez en ville, vous auriez eu plus de mal à trouver un homme tête nue qu'un homme avec un chapeau dans la rue.

Il serait absurde de croire qu'ils portaient tous des chapeaux, alors que ça n'allait pas à la majorité d'entre eux...

Mais si c'est faux, alors pourquoi persiste-t-on à croire à la fameuse "tête à casquette" ? Et pourquoi c'est aussi communément admis ?

2. Prêt à porter = tailles standardisées

Le premier élément de réponse, c'est celui qui concerne un peu toutes nos fringues depuis bientôt un siècle : le prêt-à-porter est omniprésent, et tout ce qui est mesure (ou même demi-mesure) relève de la micro-niche.

Or, pour d'autres vêtements tels que le costume ou la chemise, on sait bien que le sur-mesure existe. Et bien sûr, on sait aussi qu'il y a des différences de coupe d'une marque à l'autre, des retoucheurs...

Bref du fait de l'existence de cette variété d'offres, nous sommes conscients que pour porter ces pièces, il faut les trouver ou les faire faire dans une forme qui nous est adaptée !

Mais pour les couvre-chefs ?

Je ne suis même pas sûr que la plupart de gens sachent qu'ils peuvent être déclinés en plusieurs tailles. Alors les faire sur-mesure ? N'en parlons pas... Aujourd'hui, il doit y avoir encore moins de chapeliers que de tailleurs.

formes de casquettes

Sur cette inforgraphie notez les différences de forme qu'on peut avoir rien que pour la casquette "baseball"... Et imaginez ce que ça implique pour nos visages. (source cncaps)

Mais pour revenir à la casquette en particulier, difficile de leur jeter la pierre puisque c'est bel et bien un produit qu'on ne trouve pas en mesure.

Et surtout, le vrai problème de la casquette , c'est qu'à moins d'aller chez un spécialiste qui ne vend que ça, les marques proposent rarement plus d'une taille. Allez, disons, deux, dans le meilleur des cas, du genre "S" et "M"...

casquette ralph lauren kaki

Tiens, une casquette Ralph Lauren sur Mr Porter. Comment ça, c'est pas la bonne taille pour ta tête ? Eh bah tant pis.

Or, un chapeau se choisit normalement sur un tour de tête, et à un centimètre près, vous changez de taille.

Alors certes, pour la casquette, on peut compter sur le réglage de l'arrière pour l'adapter à la majorité des clients.

Mais sincèrement, quand vous commencez à avoir trois ou quatre centimètres de tour de tête en trop ou en moins par rapport à au standard de la marque... Ce n’est pas terrible.

Le réglage fera tenir la casquette, oui, mais elle se posera bizarrement.

Elle ne paraîtra pas assez profonde sur les grosses têtes, et fera un paquet de tissu étrange à l'arrière pour les petites.

casquette bonnegueule verte

J'étais très emballé par notre première casquette verte l'année dernière. Le prototype m'allait très bien. Devinez quoi ? La version finale était trop grande pour moi... Et apparemment pas assez pour d'autres clients.

Alors si comme moi vous avez pensé "ne pas avoir une tête à casquette" : il est fort probable que vous aillez simplement une grosse ou une petite tête, et que vous n'en ayez jamais essayé une à votre taille, ou dont la forme vous va bien, tout simplement.

Il vous faudra sans doute être un peu patient pour en trouver une qui vous va bien. Pour ma part, ce n'est pas encore fait.

3. L'astuce magique pour tous les couvre-chefs

Tant qu'à faire, je vais vous livrer un secret que j'ai découvert un soir d'hiver, alors que j'essayais désespérément d'apprécier un bonnet que je venais d'acheter.

Avez-vous déjà passé un bonnet, et trouvé que vous aviez une tête de b...anane ?

Ou encore un chapeau, ou une casquette, et eu l'impression qu'on ne voyait plus que ça ?

Si oui, en plus de tenir compte du passage précédent sur la taille, essayez aussi cette technique. Elle vaut pour vos casquettes comme pour tous les couvre-chefs :

Relevez progressivement votre chapeau vers l'arrière pour qu'il découvre un peu plus votre front, jusqu'à arriver à un point qui vous semble harmonieux.

Normalement, cela devrait résoudre le problème que rencontrent ceux qui n'ont pas l'habitude de porter un couvre-chef : il vous couvre trop le front et vous "mange" le visage.

jason statham porte bonnet gris

Jaston Statham, du fait de son visage à l'ossature très forte, a tout intérêt à porter un couvre-chef assez bas sur le front. Son visage n'en sera pas "mangé". (Photo by Bobby Bank/WireImage)

D'ailleurs, les chauves (ou même ceux qui ont perdu un peu de cheveux sur les golfes) peuvent tirer parti de ça : notre œil interprète la ligne où s'arrête votre casquette comme la ligne où devraient s'arrêter vos cheveux. Ou autrement dit, comme la fin de votre front.

On peut en jouer, et à ce moment-là, le couvre-chef devient un atout pour votre visage plutôt qu'un fardeau.

jason statham sans bonnet

Oui, certes Jason Statham, c'est l'exemple vu et revu du beau gosse chauve par excellence... Mais quand même, comparez avec au-dessus. (Photo by Toni Anne Barson/WireImage)

Et conseil bonus pour la route : si vos cheveux le permettent, laisser une petite mèche dépasser permet de rendre cet effet encore plus convaincant.

C'est une tactique vue et revue chez les minets chanteurs de boys bands, et ce n'est pas pour rien...

joe jonas hat

Je ne suis pas très à jour en boys band, donc j'ai tapé "Jonas Brother Hat" sur Google. (Photo by Walter McBride/Corbis via Getty Images)

Bon, là c'est un peu poussé à l'extrême. Mais ça illustre très bien le propos.

3. Le bon moment pour la casquette

Le dernier point qui a pu me dissuader de porter la casquette jusqu'ici, c'est bien sûr celui de la connotation.

Et plus particulièrement, celle de l'âge.

Sans me lancer dans d'interminables théories sociologiques, je dirais qu'avant 30 ans, on cherche souvent à se "vieillir".

Enfin... Non, pas exactement.

Pour être plus juste, je dirais qu'on se pose la question de si l'on ne porte pas des fringues qui nous rendent trop "ado".

casquette norse projects verte sur jeune homme

J'aime bien prouver ce que j'avance, donc je vous propose de comparer cette casquette Norse Projects shootée chez Ssense, sur un mannequin au visage lisse et juvénile...

Et bien sûr, je dis "on", mais je n'ai pas la prétention d'inclure l'humanité tout entière avec moi. Ça dépend des gens, de la culture, des milieux, etc., etc... Certes, "ça dépend". Mais quand même...

Ce que j'ai vu par expérience, c'est que passé vingt ans, on sort du lycée, on commence les études supérieures, ou même directement un boulot. Et là, on comprend que dans le "monde des adultes", un air "d'expérience" et de "maturité" peut susciter la confiance, peut nous valoriser. Professionnellement, et pas que !

casquette norse projects verte

... À l'exact même modèle chez l'Exception, mais sur un mannequin de aux airs de trentenaire à la barbe et la tignasse faussement négligées. Ça ne fait pas tout à fait la même impression, non ?

Du coup, sans forcément aller vers la singerie et sortir le costume croisé trois fois par semaine à 20 ans, je crois que l'on tend à éviter inconsciemment certaines pièces qui renvoient un air de jeunesse, et de décontraction affirmée.

Mais premièrement, les temps changent, et les codes aussi.

La "casualisation" de nos styles n'a fait qu'avancer à grand pas sur ces dernières décennies, ce qui ravit les amateurs de streetwear, et fait pleurer les sartorialistes.

Dans un tel contexte, la casquette perd peu à peu sa vieille image "négligée" et gagne assurément quelque chose de "cool".

nicolo casquette

Evidemment, ça dépend des souvenirs stylistiques que vous associez à l'enfance. Dans les miens, il y a ça.

Et deuxièmement, à mesure que l'on s'approche de la trentaine (ce qui est mon cas), voire qu'on la dépasse...

Je crois que l'on vit le paradigme inverse. Après 30 ans, on cherche à se "rajeunir".

Ou du moins, on veut éviter de porter des choses qui nous donnent l'air vieux.

Et puis de toute façon, qui ira croire que vous êtes un ado à cause d'une casquette ? C'est fini, ça ! Votre visage dit le contraire. Vous ne tromperiez personne même si vous le vouliez. 😉

Et puis, je crois que c'est à cet âge qu'on se rend compte que les hommes de trente ou de quarante ans, ce ne sont que des hommes de vingt ans qui existent depuis dix ou vingt ans de plus. Alors tant qu'à faire, la casquette... Pourquoi pas ?

Je ne sais pas vous, mais moi, je me sens prêt pour retenter le coup.

Nicolò Minchillo

Moi, c'est Nicolò. Concepteur-Rédacteur, je suis chez BonneGueule depuis 2015. J'écris évidemment des articles, et je crée des vidéos sur notre chaîne YouTube, telles que "Sapristi" ou encore "Sape m'en Cinq". Le tout avec un certain amour pour le débat, dont je ne me déferais jamais.
À côté de ça, je prête main forte au pôle produit pour qu'on développe des vêtements inspirés, dans de super matières.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.