Ma passion de l’outdoor : les marques et la RSE (2/2) – Parlons Vêtements #46

Temps de lecture : 4 minutes

Publié par le 14 avril 2021

Tout d'abord, un immense merci pour l'accueil que vous avez fait à mon premier épisode sur les vêtements outdoor, où je détaillais le PCU, ce système de sept couches de vêtements pour se protéger du climat en toute situation.

Place maintenant à la suite pour évoquer les marques et les impacts environnementaux de cette industrie.

Les marques outdoor que j'apprécie

Il y a pas mal de marques qui reprennent le système de PCU. La plus connue c’est Beyond Clothing, marque qui propose d’ailleurs du militaire et du civil, et sur leur site tu as leur "system builder" qui te permet de bien comprendre le principe.

Mais si tu regardes bien certaines marques US, tu remarques qu’elles utilisent exactement ce même système sans l’afficher ouvertement. 

Par exemple, chez Triple Aught Design, toutes les couches sont représentées si tu regardes bien.

Chez Goruck, tu en as également une partie, il n’y a que la partie isolation statique, la couche 7 donc qu’ils n’ont jamais sortie.

En Europe, Helikon Tex et UF Pro sont deux marques de vêtements militaires qui proposent ce système.

Et si tu n’es pas rebuté par un esthétique très militaire, tu as Varusteleka, qui une marque finlandaise qui propose des vêtements très costauds qui respecte à la lettre le système de couche. Mais c’est très premier degré niveau design, moi perso c’est beaucoup trop militaire pour moi. 

Mais mon vrai coup de cœur sur de la marque Européenne, c’est Thrudark, une marque à mi-chemin entre le militaire et l’outdoor civil, très très cool, avec de bonnes idées. Et le système des 7 couches est quasiment complet chez eux, même si là aussi, ils ne le disent pas clairement qu’ils l’utilisent. 

Thrudark c’est un peu comme Vollebak, ou comme la ligne Nike ACG à la belle époque, c’est du vêtement outdoor premium où ils essayent vraiment d’y mettre du style, et d’abandonner les zips fluos. Exactement comme Triple Aught Design aux US.

Je crois beaucoup à cette nouvelle niche, cette nouvelle manière de voir le vêtement outdoor de manière vraiment stylée.

Et du côté de l’outdoor, même ce système n’est pas repris tel quel, dans n’importe quelle marque sérieuse d’outdoor tu peux le reconstituer, que ça soit chez Arc'teryx évidemment, Houdini ou Millet, une marque bien de chez nous, de grande qualité. 

Et mon petit secret bien gardé, c’est Tilak, cette marque tchèque géniale, et moins chère que Arcteryx. D’ailleurs, ils ont repris la même segmentation : 

  • Une ligne outdoor civile, donc la marque Tilak 
  • Une ligne militairela gamme Tilak MIG, dont la Raptor Jacket est fabuleuse 
  • Et une ligne urbaine, la gamme Poutnik by Tilak, pas évidente à trouver et dont le fondateur d’Acronym a designé quelques pièces 

Et tu vois, ce système de couche, j’aimerai beaucoup l’appliquer un jour pour une capsule “aventurier” chez BonneGueule, c’est un peu un de mes grands rêves… 

La question du prix

Aie aie là ce sont les sujets qui fâchent…

Côté prix, on a tellement été habitués à des fabrications asiatiques qu’on a vraiment du mal à se rendre compte à quel point un vêtement technique coûte cher. Notamment quand tu vois les prix de Décathlon, tu as l’impression que rien ne coûte plus de 50 €. 

Regarde du côté de Thrudark ou Vollebak qui fabriquent en Europe, et tu auras une bonne idée de ce que ça coûte la fabrication européenne, même dans des pays d’Europe de l’Est.

Et je comprends pourquoi les marques veulent absolument fabriquer en Asie, parce qu'on ne va pas se mentir, il y a un savoir-faire de pointe dans le vêtement technique, une capacité à industrialiser, même pour des vêtements très compliqués à faire.

Dès que tu veux des matières très haut de gamme comme du Schoeller, les prix s'envolent.

  • Une veste en membrane Schoeller fabriquée en Italie ? Tu es facilement à plus de 600 € ! 
  • Une veste isolante avec un nylon et un isolant de qualité ? Par ici les 400 € ! 

Si en plus tu mets du thermobonding, des zips étanches, une fabrication européenne, le prix explose et tu te retrouves en un clin d’oeil avec un pantalon à 250 €.

Donc la tentation chez les marques de fabriquer en Asie, pour moins cher et avec de meilleurs savoir-faire techniques, elle est très très grande ! 

Donc ce qui se passe, c’est que les marques outdoor essayent soit de relocaliser en Europe, et pour avoir parlé de ce sujet avec plusieurs acteurs outdoor européen, c’est un projet titanesque. 

Soit elles essayent de trouver des ateliers asiatiques avec de vraies garanties sur le bien-être des salariés. 

En parlant d’Asie, tu as les marques outdoor japonaises, qui fabriquent au Japon. 

Bon là c’est clairement un autre monde, très pointu, avec une vision de l’outdoor très romancée et assez marrante en fait, surtout quand tu vois l’univers visuel de Snow Peak.

D'un point de vue style, moi je trouve ça top, et si je devais citer trois marques outdoor made in Japan que je regarde systématiquement, ça serait And WanderDescente et toutes ses gammes, et Goldwin. 

Mais alors niveau prix… sky is the limit, sauf si tu vas sur place acheter.

Et pour finir sur le côté prix, si vraiment tu as très peu de budget et que tu veux quand même barouder tranquillement, en plus de Décathlon, je te conseille White Out, une marque direct-to-consumer créée par Norrona qui propose des vêtements en direct, avec des prix très compétitifs, comme par exemple une veste en Gore-Tex Pro sous les 400 €. 

Ils nomment l’usine où c’est fabriqué, à Hong Kong, usine qui a été auditée, etc, donc ils mettent en place des choses.

Du côté de l'environnement… 

Le paradoxe, c’est que c’est une industrie qui fait la part belle à la nature, à l’exploration, à de beaux paysages, mais dont les vêtements pour l’explorer sont issus de la pétrochimie, qui relâche des micro fibres plastiques dans les océans, et dont les traitements déperlants posent de vrais soucis. 

Heureusement, les choses changent petit à petit.

Klattermunsen est une marque pionnière dans le fait de faire de l’outdoor le plus responsable possible, en utilisant des matières recyclées ou des matières naturelles dès que possible.

C'est vraiment une chouette marque avec une vraie patte !

Houdini aussi fait de gros efforts,  si ton vêtement est usé tu peux le rapporter en boutique pour qu’ils le recyclent.

Gore-Tex est en train de travailler d’arrache-pied pour ne plus utiliser de C6 d’ici 2023, ça va dans le bon sens !

Et quand tu laves tes vêtements outdoorn’oublie pas d’utiliser un sac Guppy Friend pour éviter la libération de micro-plastiques dans les eaux usées.

Ressources 

Si tu veux aller plus loin, je te conseille deux sites en français : 

  • randonner-leger.org à propos de la randonnée en mode ultra léger, avec des débats intéressants sur les matères techniques,
  • Forum David Manise, qui est un forum de survie / bushcraft et je trouve leurs discussions sur les vêtements outdoor toujours hyper intéressantes.
Benoît Wojtenka

J'ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j'aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées. J'aime aussi le techwear, les matières japonaises, le sport et le thé.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.