Dossier : Le guide des marques et maisons de luxe en mode homme (M-Z)

23

Suite à certains échanges que j'ai pu voir ici ou ailleurs, je profite de ce répertoire des grandes marques de luxe pour vous apporter une précision sur ce que l'on entend par Haute couture. En effet, les marques de luxe ou premium sont couramment dénommées "marques de haute couture"...

En réalité, ce terme ne s'applique que dans certains cas bien précis, car figurez-vous que c'est une AOC depuis 1945, à l'époque dépendante du Ministère de l'Industrie.

Aujourd'hui, cette appellation est régentée par la chambre syndicale de la Haute Couture et ne s'obtient qu'à partir d'exigeants critères : utiliser chaque année une surface minimum de tissu, disposer d'au moins deux ateliers, réaliser le travail à la main, ne produire qu'une seule fois un vêtement etc.

Par conséquent, il n'y a qu'une vingtaine de marques habilitées à utiliser l'appellation Haute Couture, telles que Chanel, Dior, Jean Paul Gaultier, Atelier Versace... Exit Givenchy, Lanvin, Gucci, Prada, Louis Vuitton, Hermès... Aussi bonne - ou pas- puisse être la qualité de leurs vêtements, ce ne sont pas/plus des Maisons de Haute Couture !

La précieuse appellation tant convoitée...

La précieuse appellation tant convoitée...

Cette distinction est importante car elle a un sens... Croyez-moi, au-delà de la surexploitation marketing de la Haute Couture, le luxe à son état le plus chimiquement pur subsiste à travers la virtuosité et la maitrise des "petites mains" que l'on ne voit jamais.

Je vous conseille vivement cette vidéo ou celle-ci, dans lesquelles vous verrez la création folle de matières aux reliefs inimaginables, ou encore des broderies d'une complexité sans nom. Je ne sais pas si tout le monde peut ressentir une émotion face à un tel degré d'artisanat ou s'il faut être très passionné, en tout cas moi je trouve ça plus que magnifique, et resterai toujours admiratif et immensément respectueux d'un tel travail.

D'ailleurs, il est arrivé lors de certains défilés que l'on désigne parfois certaines pièces comme "des robes à 1.000 heures" par exemple, en référence au temps passé par les brodeuses à travailler sur une pièce.

Dans la HC, les broderies sont travaillées à la main et à l'aiguille, perle après perle, fil après fil...

Dans la HC, les broderies sont travaillées à la main et à l'aiguille, perle après perle, fil après fil...

Mais pour les hommes ? Et bien, franchement messieurs, "nous" sommes à la ramasse.

Bien sûr, il existe le bespoke (le vrai sur-mesure, pas celui où on adapte simplement un patron et qui est en fait de la demi-mesure) pour les costumes, mais cela ne va pas aussi loin, à mon avis, que la Haute Couture dans l'invention de nouvelles choses. Certains créateurs comme Eric Tibusch ou Gustavo Lins insèrent quelques modèles masculins pendant leurs défilés HC, mais ce n'est pas toujours réussi et reste résiduel à l'échelle du Luxe pour Homme.

Cela étant, avec le rééquilibrage des ventes réalisées entre PAP femme et homme, on peut imaginer que nous y aurons bientôt droit ! Pour regarder seulement... Le vrai chiffre des client (femmes, essentiellement) réguliers de Haute Couture à travers le monde serait compris entre 40 et 1000. Certaines pièces excédent facilement la centaine de milliers d'euros, mais au delà du prix, tout le monde ne peut pas avoir accès à la Haute Couture : c'est un privilège qui se mérite ! Comment ? Les Maisons refusent systématiquement de le dire... Mais cela reste un moteur puissant et un grand moment de mode à observer pour les amateurs de haut artisanat.

Revenons au guide, avec cette dernière partie consacrée aux labels les plus influents parmi ceux qui défilent !

Retrouvez les 2 précédentes parties ici :

- Guide des marques de luxe (A-C)

- Guides des marques de luxe (D-M)

Melinda Gloss

La jeune griffe française commence à être plus racée en terme de style.

La jeune griffe française commence à être plus racée en terme de style.

(Très) récemment lancée sur les podiums parisiens, Melinda Gloss est avant tout une marque haut de gamme qui monte, fidélisant les amateurs de belles matières (popelines, chambray...). Sans fioritures, ses collections ne proposent que des pièces faciles à porter, intégrables très facilement dans les tenues de tous les jours. Vous pouvez y aller les yeux fermés, mais n’abusez pas trop du basique sobre...

Michael Kors

Décontraction mais influences urbaines et chic pour Michael Kors.

Décontraction mais influences urbaines et chic pour Michael Kors.

Le « designer » américain a lancé sa marque il y a une trentaine d’années et est incontournable sur la scène new yorkaise aujourd’hui. Son style est une alliance de casual et de chic, tendant vers des vêtements « urbains » faciles à porter. Rien à dire de côté ci, il y a une réelle cohérence et une sophistication très réussie (nombreux gilets sans manches matelassés en lainages, manteaux à poches et détails en cuir...).

Niveau production en revanche, l’ambiance est beaucoup plus fast fashion qu’artisanale, la première ligne femme étant la seule à offrir une fabrication italienne pour des pièces à plusieurs milliers de dollars. Vous y retrouverez une qualité loin de correspondre à ce que l’on attend d’une marque de luxe malgré des coupes correctes. De beaux produits au niveau du style, mais qui n’ont strictement aucune âme et dont les matières (en particulier les cuirs) ne feront pas rêver les connaisseurs que vous êtes.

Missoni

Le travail des couleurs par le tricotage et le maillage est exceptionnel.

Le travail des couleurs par le tricotage et le maillage (non par teinture sur pièce) est exceptionnel.

Dans les années 50, Ottavio et Rosita Missoni cherchent à créer une nouvelle façon de travailler la maille et expérimentent de nouvelles techniques de tissage et de maillage. Très vite, la Maison Missoni s’impose comme une référence, utilisant la maille pour confectionner toutes sortes de vêtements, du pull au manteau en passant par les vestes et pantalons.

Les chevrons colorés deviendront vite une marque de fabrique : sans cesse réinterprétés et détournés, ils révéleront un don et un savoir-faire unique pour créer des pièces très colorées, d’une grande technicité. Les mailles Missoni sont incontournables pour les fans de beaux tricots et apporteront à la fois raffinement et excentricité maitrisée à votre style.

Moncler

A la base, Moncler est une histoire débutée en 1952 à côté de Grenoble dans la réalisation de sacs de couchage, qui se transformeront en ce que l’on connait sous le nom de doudoune. Aujourd’hui, Moncler est associé à l’image d’un branleur sans style qui veut juste afficher le logo d’un blouson super cher sans qualité exceptionnelle. Et la marque désormais italienne fait scandale ces derniers jours suite à la divulgation des méthodes monstrueuses employées pour dépecer les oies de leurs plumes. 

Boxe, escrime et cricket : tous les sports inspirent Sir Browne

Boxe, escrime et cricket : tous les sports inspirent Sir Browne

Moncler Gamme Bleue : sous la direction du déjanté Thom Browne, cette 1ère ligne organise des défilés pour présenter des collections extraordinaires. Souvent d’une complexité sans nom, elles s’inspirent toujours d’un sport (cyclisme, escrime...) et font la part belle aux matières très techniques, aux mailles imposantes et au style toujours décalé. Inaccessible en terme de style, la ligne Gamme Bleue mérite absolument le détour pour la qualité de ses pièces et l’innovation technique que l’on voit chaque saison.

moncler G

La matière est brillante, certes, mais les détails et les structures générales sont réussis !

Moncler Grenoble : Beaucoup plus axée sur des vêtements fonctionnels adaptés pour le sport et le ski principalement, l'intérêt d'une telle ligne réside dans ses matières innovantes et adaptées à des conditions difficiles. Niveau design, on gagne en sobriété.

Moncler-W-Fall-2014-10

Une ligne technique plus pratique qu'esthétique

Moncler W : il s'agit d'une capsule comportant quelques modèles créés pour des conditions extrêmes. La doublure uniquement en duvet (non mélangé à des plumes) est alors parfaitement justifiée, même s'il serait hasardeux de n'aller au pôle nord qu'avec cela sur le dos !

moncler

Est-il vraiment utile de préciser que la version sac poubelle devrait être bannie ?

Moncler : Ligne de diffusion n'ayant que le nom de luxueux. Elle propose des pièces pas toujours bien réalisées, chères, et systématiquement dotées d’un logo. Si les produits ne sont pas non plus d'une qualité désastreuse, le rapport entre la valeur intrinsèque du produit et le prix est totalement déséquilibré : une doudoune vendu 1000€ ne coûte qu'entre 30 et 40€ à fabriquer !

Neil Barett

La structure "arty" des vêtements Barett est très identifiable.

La structure "arty" des vêtements Barett est très identifiable.

Sir Barett est issu d’une famille de maîtres tailleurs du sud de l’Angleterre : un bon départ pour devenir créateur. Sa passion pour la mode va le conduire vers l’avant-garde et dans des maisons comme Gucci puis Prada, dont il développera la ligne masculine et le style.

Officiant pour sa propre marque désormais, il a souhaité installer sa production en Italie, là où il a pu trouver une main d’œuvre capable de réaliser ses pièces immaculées à la précision chirurgicale. Souvent cérébrales, ses collections affirment une vision moderne des incontournables du vestiaire masculin.

Paul Smith

Sir Smith incarne la déjantée mode britannique. Derrière leur flegme mythique et leur tea time caricatural, les londoniens tels que Paul Smith promeuvent un dress code bien à eux. Par exemple, le couturier est capable de dessiner une veste de costume en inversant le sens des détails : le col orienté vers le bas, poches qui s’ouvrent vers le haut... Ayant longtemps travaillé sur une modernisation du « kitsch », sa signature est un ensemble de rayures irrégulières et colorées. Plusieurs lignes et plusieurs qualités ici.

Du pied-de-poule, beaucoup de couleurs et un flegme à tout épreuve : le style Paul smith !

Du pied-de-poule, beaucoup de couleurs et un flegme à toute épreuve : le style Paul smith !

Paul Smith : la 1ère ligne issue des défilés, avec de belles matières et une belle fabrication essentiellement réalisées au UK et en Italie. L'esprit déjanté du créateur s'y exprime très intelligemment et de façon très colorée. Il rafraichit les fashion weeks masculines ayant la fâcheuse tendance à se vautrer dans des couleurs ombres et ternes !

Sobre, efficace.

Paul Smith London : sobre, efficace.

Paul Smith London : c’est une ligne «permanente» qui propose du formalwear teinté de détails à la sauce Paul Smith. On retrouve aussi généralement une bonne qualité de fabrication.

Version casual de l'esprit Paul Smith

Ps est la version casual de l'esprit Paul Smith

PS by Paul Smith : c’est une seconde ligne plus jeune, plus accessible, avec aussi plus de logos... Les designs sont moins racés, bien que l'on retrouve de nombreux imprimés et motifs chers à Paul Smith.

Du denim un peu trop débraillé à mon goût.

Du denim un peu trop débraillé à mon goût.

Paul Smith Jeans : c’est la ligne la plus « bas » de gamme de la maison britannique, avec, comme PS, une qualité aléatoire parfois médiocre. Sans parler du style très commun, et pas assez rigoureux.

Prada

Blouse de chirurgien, imprimés tropicaux perdus dans les années 70 ou abus de vichy : Miuccia Prada (et sa vingtaine de designers) ne recule devant rien.

Blouse de chirurgien, imprimés tropicaux perdus dans les années 70 ou abus de vichy : Miuccia Prada (et sa vingtaine de designers) ne recule devant rien.

À la base, la famille Prada fabriquait des bagages et autres accessoires de cuir. Mais lorsque l’aristocratique/communiste/féministe (plus pour l’image que pour les convictions) Miuccia Prada s’en mêle, la petite entreprise va prendre un autre tournant. Première créatrice à s’inspirer du sport pour faire du chic, elle va créer un sac à partir de nylon et toile de parachute, qui deviendra quelques années plus tard un must have.

Sous l’impulsion de Neil Barett, la ligne masculine va imposer un univers décalé, résolument à contre temps et sans aucun respect pour les codes vestimentaires en vigueur. Imprimés loufoques, coupes rétros et vintages, matières improbables, les collections Prada sont toujours spectaculaires et conviennent aux amateurs de « bizarreries ». Très chers, mais avec une qualité qui ne suit plus, les produits peuvent apporter une touche de sophistication et d’impertinence à votre style.

Pringle of Scotland

Les fameux losanges popularisés par Pringle of Scotland.

Les fameux losanges popularisés par Pringle of Scotland.

Fondée en 1815 en Ecosse, la Maison s’est illustrée comme une pionnière en matière de tissage de la laine et du cachemire. On lui doit notamment ce fameux motif à losanges que l’on connaît tous, et qui aujourd’hui encore reste présent chaque saison. La marque tente de moderniser son image et ses codes à travers des défilés plus fantaisistes.

Raf Simons

Raf Simons peut parfois laisser penser qu'il est fou...voyez ces chaussures démesurées !

Raf Simons peut parfois laisser penser qu'il est fou...voyez ces chaussures démesurées !

Architecte de formation, Simons est un créateur résolument tourné vers le futur, affirmant qu’il déteste tout ce qui touche au courant « rétro » en matière de mode.

Avec des silhouettes construites et architecturales - c’est le cas de le dire - il va apporter à la mode masculine une vision sophistiquée notamment chez Jil Sander, dont il sera directeur artistique. Il créera Raf by Raf Simons, une 2ème ligne dans le même esprit que la première mais moins chère.

Il se fera remarquer par ses sneakers au design très futuriste (multi-matières, applications...). Aujourd’hui à la tête de la ligne féminine PAP et couture de chez Dior, il s’est clairement imposé comme une figure incontournable de la mode ces dernières années.

Ralph Lauren

L’évocation de ce nom appelle tout de suite l’image de cette espèce de poney grotesque...pardon, de cavalier jouant au polo, parfois porté dans des proportions démesurées, sans grand intérêt. Effectivement, en grande majorité, c’est cela. Mais pas que, loin de là, et l’étude des différentes lignes de la maison le montre.

Superbes coupes et inspirations aristocratiques : Purple Label est très fréquentable !

Superbes coupes et inspirations aristocratiques : Purple Label est très fréquentable !

Purple Label. « Le luxe ultime » comme ils la décrivent. Et objectivement, les produits sont effectivement très bien taillés, les matières sont particulièrement luxueuses...tous comme les prix. Disposant aussi d’une offre de fabrication demi-mesure, vous retrouverez avec ces étiquettes violettes ce que Ralph Lauren offre de mieux, dans un style extrêmement raffiné et classique.

Simpliste...?

Simpliste...?

Black Label : dans le même esprit que Purple label, il s’agit d’offrir une gamme de basiques chics mais un peu moins chers, dans des matières moins luxueuses. Un entre-deux qui n’est pas forcément très intéressant tant du point de vue du style que celui de la fabrication.

Coloré, Polo est LA griffe preppy par excellence !

Coloré, Polo est LA griffe preppy par excellence !

Polo Ralph Lauren : sans conteste la ligne la plus répandue et la plus connue du groupe, elle est symbolisée par ce fameux joueur de polo à cheval. Le concept est le sport « chic », c’est à dire s’inspirer de l’esprit aristocratique du Polo (le sport) pour en faire une ligne de vêtements casual mais « classes » en même temps.

Trop vendue et mal portée, elle n’est pas vraiment intéressante, même si les polos peuvent se prévaloir d’une qualité correcte.

Vous voyez : vintage !

Vous voyez : vintage !

RRL : mettant en scène le monde ouvrier du début du siècle dernier, le concept est un « workwear » très (très) rétro ambiance sépia...mais aussi, étonnamment, très haut de gamme ! Ralph Lauren a souhaité faire fabriquer aux USA de bons jeans selvedges de brutes, à l’ancienne, et avec point de chainette ! On vous conseille même de le porter 90 jours avant de le laver... Si les jean’s (chers) sont effectivement très intéressants, restez vigilants sur le reste de la collection.

Et pourquoi pas du Abercrombie tant qu'on y est ?!

Et pourquoi pas du Abercrombie tant qu'on y est ?!

Denim & Supply : plus casual que toutes les autres, elle propose des sweats à capuches et des Tshirts à effet vieilli, affichant un drapeau américain tâché et jauni. Malgré les vibes « vintage » qui ne sont pas sans rappeler RRL, la qualité est assez médiocre. À privilégier pour les soldes, au cas où vous craqueriez.

RLX est avant tout une marque de sport !

RLX est avant tout une marque de sport !

RLX : rassemblant des vêtements de sport, elle propose des pièces confortables aux matières techniques (tissus respirants...). A côté de cela, elle chapeaute aussi les lignes Golf et Tennis, disposant d’une gamme de produits dédiés à ces sports. Pas sûr qu’elle vaille mieux que la marque Tribord de Décathlon...

Roberto Cavalli

Nous aurons très bientôt l'occasion de revenir en détail sur ce créateur souffrant, comme de nombreux italiens, d'une mauvaise réputation...souvent injustement !

Cuir brodé de lamelles en python, pantalon en agneau brodé, costume d'un superbe bleu avec un pantalon en cuir suédé : la qualité renversante des matières est saisissante.

Cuir brodé de lamelles en python, pantalon en agneau brodé, costume d'un superbe bleu avec un pantalon en cuir suédé : la qualité renversante des matières est saisissante.

Roberto Cavalli : Un peu à l’image de Versace, Cavalli reflète un certain sens du bling... et à juste titre parfois, il faut le dire. Au-delà des imprimés léopard et zébrés, gardez en tête que Roberto Cavalli s’est fait connaître en mettant au point des techniques de travail du cuir (impressions, laserisations...) témoignant du savoir-faire impressionnant en la matière.

Aimant avant tout le beau sans se soucier des préjugés, la Maison propose des pièces souvent colorées, brodées ou ciselées, et toujours des cuirs exotiques comme le python ou l’alligator. La qualité de la première ligne est excellente mais extrêmement chère. Attention à certaines pièces qui intègrent les boutiques mais dont la fabrication et le prix (c’est comme ça que vous les remarquerez) sont inférieurs aux autres.

Roberto Cavalli Class : dédiée à des vêtements plus formels, cette ligne est un intermédiaire intéressant au sein de l’univers du groupe. Reconnaissables en reprenant les codes Cavalli, mais malgré tout faciles à porter, les pièces griffées « class » ont, malheureusement, un côté un peu désuet.

Coloré, décontracté et un peu douteux, voilà le style Just Cavalli

Coloré, décontracté et un peu douteux, voilà le style Just Cavalli

Just Cavalli : fraiche et jeune, la collection est caractérisée par une utilisation intensive de couleurs et un style « branché ». La qualité peut être très aléatoire, mais on peut trouver des pièces intéressantes (chemises/jean’s) dans un rapport qualité prix correct (surtout en soldes).

Saint Laurent

En dépit d'un talent et d'un style incontestables, Slimane a vautré le génie de Yves Saint Laurent dans une vulgarité déconcertante. Stefano Pilatti savait, lui, créé des collections en phase avec l'esprit du regretté couturier (tout à gauche).

En dépit d'un talent et d'un style incontestables, Slimane a vautré le génie de Yves Saint Laurent dans une vulgarité déconcertante. Stefano Pilatti savait, lui, créer des collections en phase avec l'esprit du regretté couturier (tout à gauche).

La Maison de Couture a été fondée par feu Yves Saint Laurent en 1961. Il fut longtemps le créateur le plus adulé du monde de la Haute Couture, faisant appel aux meilleurs artisans (brodeurs, tailleurs...), certaines pièces nécessitant plusieurs milliers d’heures de travail.

Smoking, cabans et sahariennes composaient le vestiaire masculin, empruntés par YSL à l'homme pour ses collections féminines. Malgré un laisser aller sur la ligne « Rive Gauche », qui abritait initialement la ligne homme, la marque reste aujourd’hui une valeur sûre pour des vêtements de qualité.

A l’arrivée de Hedi Slimane, elle a été rebaptisée « Saint Laurent » et a aussi perdu toute notion de raffinement, à en juger par certains looks inspirés de grand mère Yeta ! Acharné de ce qui a fait son succès il y a des années de cela, Slimane enlève à la marque tout ce qui a fait la grandeur de la Yves Saint Laurent, adoptant un style « rock chic » déjà vu, et presque ringard.

Si quelques belles pièces restent disponibles en boutique (jeans, manteaux, costumes...), le style imposé par Slimane est regrettable, et s’avère difficile à porter si l’on a la moindre once de bon goût.

Salvatore Ferragamo

Giornetti excelle quel que soit le ton donné à ses collections. Même en sportwear, il sait injecter un raffinement remarquable.

Giornetti excelle quel que soit le ton donné à ses collections. Même en sportwear, il sait injecter un raffinement remarquable.

Relativement discrète parmi ses paires, la Maison Ferragamo est pourtant tout à fait remarquable par sa conception traditionnelle du luxe Made in Italy.

Facilement accessible sans être trop répandue, la marque fabrique notamment de beaux souliers et dispose d’une belle gamme de maroquinerie. Ses vêtements sont superbement réalisés et les matières tout aussi belles !

Les collections « défilé » sont audacieuses tout en restant portables, révélant le talent de Giornetti, à la fois moderne et traditionnel. Ce nom est vraiment un gage de qualité sur la quasi totalité de ses produits, avec en plus une équipe de vente en boutique très agréable et professionnelle.

Tom Ford

Sa cible : de jeunes millionnaires à succès et débauchés.

Sa cible : de jeunes millionnaires à succès et débauchés.

Roi de la décadence et de la pornographie publicitaire (il collabore avec "Uncle Terry", célèbre photographe accusé de viol), Ford s’est fait remarquer chez Gucci avec des collections outrageusement sexy.

Aujourd’hui à la tête de sa propre maison, il s’est -un peu- assagi pour concevoir le vestiaire d’un dandy amateurs de smokings impeccablement taillés (sous traités par Zegna !), les costumes à carreaux prince de Galles aristocratiques et les manteaux de fourrure. Réservée à une bande de happy few, la réalisation des très rares pièces Tom Ford est à la hauteur de leur prix. Heureusement, sinon cela s’apparenterait à du déguisement.

Versace

Gianni Versace est mort en 1998, laissant derrière lui un empire que ce fils de petits commerçants a construit de ses propres mains. Les années 90 marquent l'âge de la maison disposant alors de plus d'une dizaine de lignes différentes ayant chacune un point commun : le luxe et l'artisanat.

Aujourd'hui, Ateliers Versace fait partie du club très fermé des lignes de haute couture, au sommet d'une pyramide comportant 4 autres lignes.

versace

Donatella Versace et son équipe franchissent souvent la limite du bon goût, mais la réalisation est toujours irréprochable.

Versace : Gravure de la divinité Medusa, frise grecque géométrique, la maison Versace a une identité extrêmement forte, tant au niveau de son histoire que de son style. Symbole d’une mode hystérique, Versace, dans l’imaginaire collectif, n’est qu’une marque bling bling, à l'image de sa créatrice.

En réalité, les connaisseurs sont unanimes quant à l’incroyable talent de ses ateliers, capables de toutes les prouesses techniques. A côté des exubérances des défilés, la ligne masculine offre de somptueuses pièces (cuir, jeans travaillés, manteaux en cachemire...) aux coupes et aux matières d'exception.

Presque totalement familiale et indépendante, la marque maintient la rareté de ses produits, difficiles à produire en grosse quantité à cause de leur haute technicité. Une barrière de poids, au delà du style : le prix. Il existe d’autres lignes plus accessibles mais totalement déconnectées de l’univers luxueux de la première ligne Versace.

Selon les designers, on remarque des influences très variées.

Selon les designers, on remarque des influences très variées.

Versus : c’est une seconde ligne créée à la base pour Donatella dans les années 90, qui sera aujourd’hui gérée par plusieurs nouveaux créateurs, qui dessineront chacun quelques collections avant de laisser la main à un autre jeune designer. C’est aujourd’hui Anthony Vaccarello qui est aux commandes, ayant succédé à Christopher Kane et J.W Anderson.

Plus sobre mais moins bien réalisée que la première ligne, Versace collection dispose malgré tout de certaines pièces intéressantes.

Plus sobre mais moins bien réalisée que la première ligne, Versace collection dispose malgré tout de certaines pièces intéressantes.

Versace Collection : Loin de la qualité de la 1ère ligne, cette griffe propose des vêtements sans grand intérêt, d’une qualité correcte mais rien de remarquable. De temps à autres peuvent en sortir des pièces intéressantes, mais elle sera difficile à trouver en Europe.

On est loin aujourd'hui de cette ligne imaginée par Gianni Versace dans le but de proposer du jean de Luxe !

On est loin aujourd'hui de cette ligne imaginée par Gianni Versace dans le but de proposer du jean de luxe !

Versace Jeans : Autrefois luxueuse et fabriquée en Italie, cette ligne est devenue très cheap. Quant au design et à la fabrication, c’est typiquement le genre de collection qui propose du logo à ceux qui n’y connaissent pas grand chose. A bannir impérativement. Pour info, la Maison a concédé l’ensemble de l’exploitation et production de ce nom au groupe Ittiere.

WooYoungMi

wym

Le manteau du milieu est particulièrement structuré par des reliefs géométriques.

La marque porte le nom de sa créatrice d'origine coréenne, lancée en mode masculine en 2002. Le label a émergé assez rapidement et est aujourd'hui un rendez-vous incontournable de la fashion week de Paris.

Wooyoungmi s'inscrit dans une mouvance parallèle aux maisons de luxe historiques, proposant une nouvelle vision du vestiaire masculin, inspirée du monde du design et de l'architecture.

Facilement portable, et souvent très juste, la mode WYM comporte typiquement des silhouettes structurées et parfois épurées. Les matières et les coupes offrent une belle qualité, mais c'est véritablement le style et la maitrise des textures qui constituent la valeur ajoutée de la marque... au milieu de nombreux "basiques" !

 

Les précédentes parties du guide trouvables ici :

- Guide des marques de luxe (A-C)

- Guides des marques de luxe (D-M)

 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Romain Rousseau

    Tout à fait Memphis ! Bergé et Pinault adorent et adulent Slimane et sont, de toute évidence, ravis du travail de Slimane et vous savez à quoi cela se voit ? Au chiffre d’affaire de la maison, qui explose. Et tout est dit.
    Le talent se mesure-t-il au nombre de sacs et de portefeuilles monogrammés vendus ? Je ne le crois pas. Slimane a fait le buzz : des garçons et filles cadavériques dans des pantalons en cuir et des blazers en sequins maquillés comme des catins : quel provocateur. Mais bon sang, au regard de ce que YSL et ses ateliers ont fait, ont créé, ont amené à la mode, le spectacle actuel est pathétique. Élégance assumée, raffinement, perfection des coupes : c’était l’ADN de la marque Yves Saint Laurent. Aujourd’hui, le nom est affiché sur les étiquettes uniquement parce que sa notoriété légitime des prix extrêmement élevés. Notoriété qui s’est construite sur un travail passionné de recherche de l’élégance, non par un déballage ridicule et insultant de vêtements grossiers et vulgaires.
    Pour être encore plus clair, ce que je lui reproche c’est de faire une mode odieuse et irrespectueuse de l’esprit imaginé par le créateur sont les initiales ne servent que de faire valoir, le tout savamment emballé dans un délire marketing et financier.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Memphis !

    Bonne remarque pour RO.

    C’est clairement un designer important dans l’histoire de la mode, (et au moins, il fait partie de ceux qui ont aidé à réaliser que les hommes avaient besoin de vêtements ajustés) on pense juste qu’il y a certaines dérives de l’extrêmement ajusté (et même du moulant), qu’on peut lui attribuer et qui persistent encore aujourd’hui dans les mentalités.

  • OnurBG

    Salut Max,

    Pour les pièces que tu vises, c’est (un peu) cher pour ce que c’est. Ralph Lauren, a quand même pas mal de marketing derrière leurs pièces, même si la qualité est présente.

    Tu peux avoir mieux et pour moins cher ;))

    Pour du beau cachemire, tu as Paris Yorker, prix unique (109 €) rapport qualité / prix quasi-imbattable !

    Pour le mérinos, tu peux voir chez Six & Sept qui dispose d’un très bon savoir-faire sur les mailles et ce n’est pas volé !

  • OnurBG

    Salut Nicolas !

    Il faut reconnaître que Makeyoursuit offre tout un large choix de personnalisation dans la création d’une pièce.

    Toutefois, on ne peut pas non s’empêcher de se douter un peu de la qualité et de la justesse d’une pièce surtout quand on sait la communication et le marketing qu’il faut pour parvenir à convaincre des clients d’utiliser un service comme celui-là.

    Pour plus ou moins le même prix, tu peux préférer Confident et Samson qui, eux, privilégieront le contact avec un tailleur et un savoir-faire. Ce qui est tout de même plus sympathique et convivial que de laisser faire une machine ;))

  • Romain R

    En bien, en ce qui me concerne… Malheureusement, si je connais bien le style de cette figure incontournable de la mode britannique, je n’ai jamais eu l’occasion de me pencher véritablement sur la qualité de ses produits. Vu son attachement à l’éthique et à la durabilité en générale (écologie, économie…) je vous crois volontiers lorsque vous évoquez des pièces robustes et impeccables !

  • RemiBG

    Merci 😉

  • Romain R

    Ah effectivement, j’irai voir cela !

    Vous n’êtes pas obligé de vous fier « aveuglément » à l’étiquette Hermès, mais si vous lisez régulièrement ce blog, vous avez déjà toutes les clés en mains pour jauger la qualité de leurs pièces.

    Merci à vous !

  • Maeltan Gueguen

    Celui-là même ! C’est sympa de pouvoir parler avec quelqu’un qui a eu l’occasion de regarder la pièce en question 🙂 Tricoté c’est le mot oui ! C’est ce qui m’a plu sur ce pull, j’ai trouvé ça très atypique, assez pour me l’offrir en tout cas … Enfin ! Qui s’en soucie ? On mangera des nouilles 😉

    Il est encore plus agréable de pouvoir discuter avec une personne qui a eu l’occasion de se rendre dans la même boutique ! Je ne connais malheureusement pas les membres de l’équipe par leurs noms … La vendeuse qui m’a suivit durant chacune de mes visites s’appelle Anne, à l’exception de la dernière durant laquelle la responsable m’a conseillé, Véronique, Mme jardin je suppose ? Une femme grande et souriante, une frange et de longs cheveux noirs, très sympathique !

    J’ai également eu la possibilité d’essayer cette fameuse doudoune qui fait rêver le personnel de la boutique … Et pour cause ! La matière et la coupe sont sensationnelles … Et le prix l’est tout autant ! Dans une autre vie peut être 😉

    Je vais tâcher de me fier aveuglément à la réputation d’Hermès, et de me concentrer sur ce que ce petit bout de cashmere apportera comme bénéfices dans ma vie future 😉

    Oh et si vous avez l’occasion de retourner au passage, pensez à aller jeter un oeil à la nouvelle boutique  » Les Poulettes « , du prêt à porter jusqu’aux chaussettes en passant par la papeterie, la jeune femme qui en est la responsable met un point d’honneur à ne proposer que les plus belles matières ! On s’éloigne d’Hermès et du luxe en général, mais j’ai beaucoup apprécié le moment que j’y ai passé 🙂

    Encore merci pour l’article Romain !

  • Romain R

    Vous parlez de ce pull gris situé a fond à gauche dans l’angle du magasin, juste à côté de la doudoune en agneau plongé et du manteau fantôme ? Je vois que nous avons les mêmes adresses, et effectivement l’équipe est très agréable, de la directrice Mme Jardin à M. Nicolas, en particulier, extrêmement professionnel et courtois.
    J’ai vu ce pull également, j’ai trouvé assez étonnant cette araignée tricotée en relief dessus. Je pense que concernant cette Maison, vous pouvez vous fier à ce que vous trouvez sur l’étiquette. Tout, chez Hermès, repose sur cette notion d’artisanat, et trahir la clientèle sur le lieu de production serait assez suicidaire par rapport à leur positionnement. Maintenant, aux prix auquel sont vendus les produits, on peut se permettre d’être complètement intransigeant, c’est à dire qu’au delà de l’étiquette, c’est au produit de parler et d’être d’une qualité irréprochable…

  • RemiBG

    Et le test Pyrenex arrive 😉

  • BenoitBG

    Tout à fait, mais pour information, Caruso a révélé son prix juste pour un de leurs costumes : http://fr.fashionmag.com/news/Caruso-decortique-le-prix-reel-d-un-costume,413088.html#.VGIVu1OG_O9
    Ma réflexion allait dans ce sens 😉

  • Romain R

    Salut Abdelhamid. Ce retour confirme le déclin précipité et assez récent de la qualité chez certaines marques… Mais, il n’y a pas si longtemps que ça, même les secondes lignes étaient de très bonne facture, même chez Burberry. Concernant Moncler, beaucoup de choses ont changé lors du rachat de la marque par un italien au milieu des années 2000… Période à laquelle beaucoup de maisons ont commencé à sacrifier la qualité au profit de la rentabilité.

  • RafikBG

    Merci pour ce retour et ton soutien Abdelhamid 😉

  • Romain R

    Hasard : on m’a parlé d’un article évoquant les conditions de fabrication et le coût d’une doudoune moncler…estimé, selon l’article, entre 30 et 40€ net ! Après, bien sûr il y a tous les coûts annexes, mais cela confirme mon sentiment quand au fait qu’acheter une doudoune moncler, c’est avant tout acheter de la marge ! Voici l’article en question : http://particuledeluxe.com/fashion-les-doudounes-honte-by-moncler/

  • Romain R

    Salut Jérémie ! En fait, comme tu as vu, j’insiste avant tout sur le prix complètement démesuré plutôt que sur une trop mauvaise qualité de l’ensemble de la gamme moncler (polos, pantalons…). Les doudounes ne sont pas mal fabriquées, mais bon 1000€ pour une pièce en synthétique et plumes fabriquée en Chine ou Roumanie, c’est vraiment trop je trouve ! Mais si le style te plait, ce n’est pas un mauvais achat non plus !
    Personnellement, j’ai une doudoune en plume Trussardi Jeans que j’ai payé 300€, avec de beaux liserés sur toutes les poches et manches, les manches sont doublées au poignets de laine cotelée, et le manteau est très fonctionnel. C’est fabriqué en Chine aussi, mais bon la qualité est bonne et surtout je n’ai pas acheté que de la marge !

  • RemiBG

    A l’ occasion de mon échange au Canada j’ai écrit sur Nobis. Tu as aussi Woolrich que Geoffrey affectionne beaucoup. https://www.bonnegueule.fr/tag/manteau-homme/

  • Momo

    Benoit,

    Je souhaite réagir sur Caruso : il existe de nombreuses gammes chez Caruso, rien nous dit que le cahier de charge des costumes RL purple label ne soit pas plus complet que celui des costumes husbands ?

    Ps : sympas ton interview sur D8 🙂

  • Arnaud

    Merci à vous pour vos réponses.

    J’ai effectivement été un peu sévère sur mon premier message, je trouve aussi que certaines pièces sont bien trop chères pour ce qu’elles sont et je dois avouer ne m’être jamais essayé à quelque chose qui me paraissait fragile dans ces marques (doute secret sur la qualité? Je ne saurais pas dire…).

    Je veux bien croire que ce n’est pas simple de lancer sa marque mais comme je l’ai dit dans mon premier message, je pensais tomber sur une qualité irréprochable et ce n’était malheureusement pas le cas. Comme vos articles sont généralement très bien faits, vous montrez de nombreux détails sur les pièces, je ne pensais pas avoir de mauvaise surprise comme un élément très fragile. Mais comme tu l’as dit, ils ont en effet été très sympa de m’avoir remboursé les frais de retouche.

    Etant sur Lyon, je vais essayer de trouver des points de vente à proximité de chez moi pour les marques que tu as cité mais c’est assez compliqué et je ne suis vraiment pas à l’aise avec l’achat par internet… (J’aime bien pouvoir essayer un vêtement et l’avoir entre mes mains pour juger la qualité… C’est d’ailleurs pourquoi j’aime beaucoup vos articles, je vous fait confiance pour montrer les détails importants qui ne se voient pas sur le mannequin d’un site internet) Mais je vais faire un effort pour m’en procurer et j’en ferai un retour à l’occasion :p

  • BenoitBG

    Il y a vraiment des retours très intéressants dans vos commentaires, merci à vous.

  • Haddi Lam

    Je rejoins l’auteur de cet article concernant les lignes bis de ces dernières années. Mon short paul and smith jeans s’est bien dégradé surtout au niveau de la coupe que je trouvais magnifique quand je l’avais acheté, j’avais pourtant un peu casqué pour l’avoir alors qu’au final il a mal vécu comme un de mes shorts ASOS qui n’a pourtant pas le prix avec Les produits que proposent BG sont loin de tous me plaire mais pour ceux qu’ils ont recommandé j’ai pu constaté que leur « expertise » est plutôt pertinente.Inversement, en ce qui concerne Sandro et consorts par exemple, plusieurs de leurs vêtements se sont dégradés au bout d’un an en moyenne dans un état déplorable, alors que des marques « plébiscitées » ici même font preuve d’une qualité remarquable dans le temps (plus d’un an en tout cas). Mes someshoes travel, SAWA shoes, mes accessoires WHENIWASSEVENTEEN, mes fringues THREEANIMALS, Maison Standards, BWGH sont en excellent état et ça doit bien faire 2 ans que je les porte. Quel plaisir de voir ces marques reconnues par l’oeil de passionnés ici même, après que je me sois penché sur ces marques. Au final, il y a des bons articles relatant d’analyses pointus, mais faudrait être bien naïf pour espérer que le risque zéro existe. Il y aura toujours de petits incidents (malheureusement) pour des marques aussi jeunes. Faudrait arrêter d’extrapoler quand même… à bon entendeur

  • Romain R

    Merci pour votre retour. Dans un premier temps, il faut savoir que la production d’il y a une dizaine d’année n’était pas du tout ce qu’elle est aujourd’hui. Par conséquent, surtout pour une marque comme Ralph Lauren ou même Burberry, je conçois parfaitement que vous ayez dans votre armoire ces espèces de modèles increvables ultra robustes. Néanmoins, me concernant, les quelques pièces burberry par lesquelles je me suis laissé tenter de la gamme london ou brit sont dans un état déplorable : les coins de la patte de boutonnage du polo se sont troués très rapidement, même problème pour un pantalon London dont les coins des poches appliquées se trouent également…et je ne te parle même pas des chemises dont la matière était super agréable pendant les essayages, et qui s’est vraiment dégradée (devenue rêche, boulochage même !). Les fentes non renforcées des polos ralph lauren commencent à se déchirer, sans parler des cols dont la tenue est vraiment aléatoire, j’ai eu aussi un tshirt ps by paul smith qui est devenue une serpillère après le premier lavage. Mais je suppose que tu as remarqué que je faisais une nette différence en fonction des lignes : la qualité de la première ligne Paul Smith ou Burberry n’a pas été contestée ici.

    Je connais pas Duke and Dude outre mesure, mais je suis sévère avec certaines marques pour une raison simple : quand on se prend dans sa communication ET DANS SES PRIX pour une marque de Luxe, la moindre des choses c’est de vendre au client du Luxe, pas des fringues made in china dont l’espérance de vie en parfait état n’excède pas une année. Donc si vous avez eu la chance de tomber sur des bonnes pièces chez certaines de ces marques, sachez que d’après mon expérience et vu le temps que je passe à suivre de très très près ces maisons, c’est malheureusement rare que certains de ces produits valent leur prix.

  • BenoitBG

    Bonjour Arnaud,

    Merci pour ton retour très intéressant. Cela dit, j’aimerai apporter quelques nuances :
    Romain, qui a écrit l’article, dit du bien des marques que tu cites (RL, Burberry, et PS). Par contre, il déplore le très mauvais rapport qualité/prix UNIQUEMENT pour les lignes bis, il a bien raison.

    Concernant mon avis, je trouve par exemple que Ralph Lauren, c’est très cher pour ce que c’est. Par exemple, la Purple Label propose des costumes à plus de 4000 $, je trouve que c’est hors de prix pour un costume confectionné par Caruso. Tu as la même qualité chez Husbands pour 1300 € ! J’adore Burberry Prorsum, mais vendre un trench en coton à 1500 € (d’autant plus que j’ai eu quelques infos sur le prix de la gabardine de coton qu’ils utilisent), je trouve que c’est trop cher pour ce que c’est également. Par contre, je salue la coupe, la couleur et le design.
    Les exemples de ce type sont nombreux.

    Concernant Duke and Dude, ce ne sont pas des « copains ». Nous avons touché 0 euros pour écrire cet article. Juste des gens qui font un travail intéressant sur leur pantalon de jogging.
    Pour mon pantalon Duke and Dude, je n’ai jamais eu aucun problème, vraiment. Ensuite, concernant ton problème, un défaut de fabrication, sur une marque qui se lance, ça arrive, tu imagines bien que Duke and Dude n’a pas les ressources et l’expérience de Paul Smith en confection, ça viendra. C’est tout à leur honneur de t’avoir remboursé les frais de réparations, car parfois, les grandes marques ne sont pas aussi conciliantes, j’ai le souvenir d’un témoignage sur un blouson Costume National qui s’était déchiré où le mec avait dû galérer comme pas possible.
    Parce que tu as UN défaut de fabrication sur UNE pièce d’UNE marque dont nous avons parlé, je trouve ça un peu hâtif de conclure qu’on se borne à faire « de la pub à la marque du copain ».
    Il faut prendre un peu de recul : as-tu pu tester, au hasard, Filson ? Drapeau noir ? Hast ? Six & Sept ? Je serai curieux d’avoir ton avis !

    Cela dit, je te remercie pour ton avis sur les articles « hors mode », on est toujours un peu hésitants à en faire, et je suis ravi de voir que finalement, ils plaisent même à des lecteurs très exigeants 😉

  • Arnaud

    Salut l’équipe BonneGueule !

    Merci pour ce lexique des marques de luxes (bon, je vais avouer que je n’ai pas tout lu, essentiellement votre avis sur les marques que j’achète et d’autres marques par ci par là…), et j’ai remarqué que vous étiez assez sévère sur la plupart que j’ai l’habitude acheter (Paul Smith, Ralph Lauren, Burberry, …) en disant que ce n’est pas forcément de la bonne qualité, trop cher pour ce que c’est, équivalent à du tribord, etc.

    J’ai été très surpris par votre avis car je n’ai jamais eu le moindre problème avec mes vêtements de ces marques… Toujours très bien coupés, aucun défauts de fabrication, bon entretien et j’en passe. Je me suis donc dit « Si vous pensez ça de ces marques que je considère sans défaut, alors les marques que vous présentez comme étant de « bonne qualité » doivent vraiment valoir de détour ! ». Je me suis donc essayé à acheter un des vêtements que vous avez présenté : Le sweatpant de Duke & Dude !

    Je m’attendais vraiment à quelque chose d’exceptionnelle d’après votre présentation et le prix (marque pas connue = on n’achète pas l’étiquette, blablabla). J’en étais très content pendant ma première utilisation. Je ne le porte qu’un dimanche chez moi et ne le lave pas ensuite car il était encore propre. Et au moment de le porter à nouveau, je me rend compte que le patch en cuir s’est partiellement détaché ! C’est donc ça la qualité vu par BonneGueule ? (J’ai contacté Duke & Dude et ils m’ont répondu que c’était récurrent sur la ligne et m’ont remboursé des frais de réparation… J’imagine que le votre a du se détacher aussi mais évidemment vous n’en parlez pas.)

    Je ne sais pas vous mais j’ai des polo de chez Ralph Lauren qui ont 7 ou 8 ans et, à part la couleur qui a du prendre un petit un peu de vieux (et encore, je ne m’en rend pas vraiment compte), le logo tient encore en place !

    Bref, tout ça pour dire : J’aime beaucoup vos articles qui n’ont rien à voir avec la mode (comme le Paris – Istanbul à vélo) ou vos conseils sur comment porter tel ou tel vêtement mais je dois avouer que depuis, je prends avec des pincettes vos articles présentant des marques peu connues… Et en plus de ne plus jamais acheter quoi que ce soit chez Duke & Dude mais ça ne vous concerne pas vraiment, votre crédibilité vient d’en prendre un coup et je ne pense pas vous refaire confiance pour un autre achat…

    En espérant voir des articles de qualité qui ne sont pas que pour faire de la pub à la marque du copain,

    Arnaud