Le style se lève à l’Est: Comment porter un manteau ?

Temps de lecture : 8 minutes

Note de début: j'ai enfin mis à jour le guide sur les hoodies en rajoutant les photos du fameux hoodie Monoprix en cachemire. Avec ce froid je le porte quasi tous les jours depuis un mois et demi... et il est toujours comme neuf. S'il y a un article à acheter là-bas : c'est bien celui là.

Pourquoi porter un manteau ?

Revenons-en à nos moutons (mérinos) : le layering (ndlr. empilement de vêtements), c'est un peu comme la cuisine. On essaie de fourrer tout ce qu'on peut où l'on peut (une bien élégante formulation), et surtout pendant les fêtes. Mais quoi qu'il en soit il faut toujours une couche finale qui se démarque un peu du reste. Et ce n'est pas cet habile cuisinier, fin gourmet s'il en est, qui aura entassé cinq oiseaux différents dans un cochon qui vous dira le contraire ->


a bird in a bird in a bird in a bird in a PIG

Entrons maintenant dans le vif du sujet: cette couche finale, en hiver c'est souvent le manteau (de préférence en laine ou en cachemire). C'est un basique à part entière : et à ce titre il est indispensable. Il a une influence énorme sur votre allure et il sublimera (ou pas) tout le reste de votre garde robe.

J'évoque plus en détails la démarche d'achat d'un manteau dans le guide d'achat du manteau : je fais ça non pas parce que je suis un énorme flemmard mais plutôt pour que vous puissiez prendre le temps de considérer dans cet article les différentes options disponibles avant de vous lancer.

Cet article va comme d'habitude vous montrer les tenues et superpositions réalisables. En hiver le but de ces superpositions est pour moi, en plus d'enrichir votre tenue, d'éviter de porter la doudoune (ou pire, ces fameuses parkas trop grandes, "chères" à Benoît) et se permettre de porter des manteaux en laine un minimum élégants (même si légèrement moins chauds sans layering).

Je vois trop souvent des gens sortir directement leur manteau d'hiver le plus chaud dès les premières baisses de température début Octobre. Mais ils pourraient simplement garder leur trench de demi-saison et rajouter une couche supplémentaire : par exemple un cardigan... c'est à la fois plus cohérent, plus confortable et plus sain.

Car oui ! Ceux qui sortent comme qui dirait l'artillerie lourde dès le début de l'hiver (si ce n'est de l'automne) sont les premiers à tomber malades.

-> Rajouter des couches n'est pas là que pour faire joli: ça vous permet de vous adapter graduellement au froid et d'avoir une tenue calibrée au poil.

Les manteaux longs

"Je ne fais pas 2 mètres 10, les manteaux longs ne sont pas pour moi, je passe à la suite."

Pas si vite ! Tout le monde peut porter un manteau long.

Le prétendu bon sens voudrait que les manteaux longs exigent une taille minimum pour être portés. Je ne suis pas d'accord et je pense qu'il est plus question de proportions qu'autre chose. Si vous êtes petit (et maigre par dessus le marché : je le suis aussi je sais ce que c'est)... alors vous devez simplement veiller à ce que le manteau vous arrive à mi-cuisses ou au pire aux genoux. Il doit aussi être cintré et surtout les épaules doivent être irréprochables. Faute de quoi vous aurez effectivement l'air d'un enfant dans un manteau d'adulte...

Une seule difficulté : rares sont les manteaux à répondre à ces exigences chez les enseignes classiques. Mais nous verrons comment résoudre ça dans le guide d'achat.

Maintenant que cette objection est levée, voici quelques images :

Pour illustrer mon propos sur la longueur: je pense qu'un manteau qui arrive aux genoux c'est vraiment le maximum. Au delà ça devient risqué et très préjudiciable pour la silhouette.

Pas grand chose de plus à dire si ce n'est qu'un manteau croisé avec ce genre de col, même s'il fait un peu vieillot à mon goût, est parfait par dessus un costume. Ces cols ouverts et un peu larges sont pour moi les meilleurs compléments des cols de chemise ->

La superposition cardigan chemise est pour moi géométriquement idéale pour accompagner ces manteaux ->

On peut également jeter un coup d'oeil des manteaux à col châle... qui pour moi ne sont pas vraiment des manteaux basiques et nécessitent d'avoir déjà une garde-robe un peu étoffée ->

Ce ne sont pas non plus les cols qui protègent le mieux du froid : portez-les soit comme ici avec un col roulé ( ce qui limite donc drastiquement les possibilités de superposition) soit avec une écharpe oversized... soit sans rien (rien pour protéger le cou, pas torse nu, hein ;))

Attention aux écharpes oversize: on a très vite fait d'en prendre une trop épaisse et d'avoir l'air ridicule dedans. Faites attention surtout à la largeur ->

On a enfin les cols montants. Ceux-ci sont souvent très travaillés chez les créateurs coréens. Et il n'est pas rare d'y remarquer des pattes de col. Je ne ferais pas d'analyse de superposition dessus car lorsqu'on a ce genre de détails, la seule chose à garder en tête est "less is more": ils font assez de travail, alors inutile de trop surcharger en détail à travers vos autres vêtements.

Sur certains manteaux, ces détails sont très visibles ->

Sur d'autres,la patte est cachée lorsque le manteau est ouvert, et visible lorsqu'il est fermé ->

Les couleurs sont bonnes sur cette photo et la superposition pull/chemise bien sentie. Seulement le col de la chemise (ici un 3 boutons) aurait gagné à être plus ordinaire.

Ces détails rendent ces manteaux très polyvalents: ils sont devenus la spécialité de la créatrice coréenne Woo Young Mi, dont on parlera dans notre guide d'achat.

Le duffle-coat: je l'ai souvent vu dans la rue porté par dessus un costume mais pour moi il est beaucoup plus approprié pour un contexte casual ->

S'il fallait illustrer le mot casual : j'aurais pris cette tenue sans hésiter. Les couleurs sont impeccables: le rouge vif du pull est bien atténué par le manteau et la chemise. Celle-ci est portée négligemment et est pile de la bonne longueur pour être portée sortie du pantalon en laissant dépasser du pull. Les manches ont aussi la bonne longueur : elles dépassent juste de quelques centimètres.

C'est ce genre de détails a priori insignifiants, mais qui font qu'une superposition est réussie ou non.

Bref, un beau bordel assez décontracté pour aller chercher son pain un dimanche matin... et marcher dans 15 cm de neige. Mais dosé beaucoup plus intelligemment qu'on ne le croirait.

D'autres manteaux longs...

Pour finir sur les manteaux longs,d'autres exemples un peu originaux :

Des manteaux très travaillés, donc forcément une tenue très simple à côté. J'ai choisi des manteaux gris en exemple: si l'ont porte des pièces aussi travaillées, inutile de se mettre encore plus de bâtons dans les roues en prenant des couleurs excentriques (vous vous voyez porter le manteau à fermeture perfecto en violet ou en jaune fluo ?). Le gris par contre se porte vraiment avec tout, beaucoup plus facilement que le noir. Il a le mérite en plus de mettre davantage les détails en valeur.

Et quelques manteaux courts pour finir en beauté :

Passons maintenant aux manteaux courts: oui : je ne vais vous montrer que des cabans.

Plusieurs avantages pour moi: ils donnent moins de prestance et permettent donc de faire des superpositions plus décontractées (sans qu'il y ait un contraste de style trop nuisible).

On peut aussi porter des bottes ou des sneakers montantes sans risquer de trop tasser la silhouette.

L'exemple typique d'une superposition colorée, dont la pièce forte (le cardigan rouge) est bien atténuée par le caban et la chemise: elle aurait je pense moins bien rendu avec un manteau long ->

La superposition col rond/chemise va aussi particulièrement bien avec le caban, surtout avec un col de chemise mou.

Ca peut donner un style un peu vieillot, il faut donc être vigilant sur les coupes et les couleurs ->

Pour terminer, deux tenues qui m'ont séduit.

Celle-ci du fait de la beauté des vêtements pris un par un: la combinaison du boutonnage et du col châle du cardigan fonctionne parfaitement. J'ai aussi rarement vu une chemise complètement boutonnée passer aussi naturellement.

Les desert boots remplissent parfaitement leur rôle: elles apportent une touche de couleur et de décontraction à une tenue qui sans ça serait un peu terne, malgré la subtilité des couleurs ->

Celle-là, c'est vraiment la tenue passe-partout. Mais les couleurs sont pertinentes: le bleu est atténué par les différentes couches de gris ->

Ce genre de tenue fait réfléchir: en mettant de côté le bonnet et les gants, l'essentiel de la tenue se limite à un caban, un pull et une écharpe. Donc vraiment rien d'exceptionnel : c'est en gros ce que porte l'homme lambda dans un cadre décontracté. Pourtant ici, ça dégage quand même bien plus que la tenue qu'on croise dans la rue.

Pour moi, c'est dû en parti à la maîtrise des couleurs mais surtout au mec qui porte la tenue, et qui a l'air aussi roots et négligé qu'elle et qui dégage donc une impression de cohérence.

Réfléchissez-y et, en lisant ce guide, essayez d'avoir une idée générale du genre de tenue qui vous reflèterait le plus fidèlement.

Cet article vous a aidé ?

Il y a beaucoup d'autres conseils du même genre dans notre livre numérique. Si vous les suivez... il est impossible de vous tromper à nouveau.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.