15 friperies en ligne pour chiner le meilleur du vintage

Temps de lecture : 11 minutes

Doug Bihlmaier RRL vintage intérieur
20

Laissez-moi vous raconter une petite anecdote.

Un jour il y a peu, j'arrive à une soirée d'anniversaire et un type un peu soûl me demande illico d'où viennent mes fringues. Les mondanités, il s'en balance. Il a sur le visage comme un air de défi, comme s'il avait le doigt sur le bouton rouge de la bombe atomique. Et c'est sur moi qu'elle est dirigée. Je ne suis pas du genre belliqueux, alors je réponds tout sucre tout miel.

Je détaille donc ma tenue jusqu'à parler de ma chemise camouflage vert et marron, trouvée comme un Pokémon rare dans les herbes hautes d'une friperie.

Et c'est là, quand je lâche le mot interdit de "friperie" qu'il s'esclaffe comme âne qui brait, fait l'acteur de théâtre qui joue un acteur de théâtre, c'est Inception sans budget. Et, arrêtant tout net son rire gigantesque, il me regarde, dégoûté, et me traite carrément de dégueulasse. Au sens hygiénique du terme, pas morale. Enfin je ne crois pas.

Mon cœur rate un battement, mais je fais comme si de rien n'était. Et l'acteur continue, excité par son propre propos.

Selon lui, la fripe, ça pue. Porter des vêtements de seconde main qui ont appartenu à d'autres personnes - forcément plus sales - que lui, c'est de la folie pure.

Et là, le coup de grâce : il ajoute que les friperies de toute façon, c'est "pour les hipsters" et que les vrais gens de la vraie vie achètent du Zara.

Ah ! On y vient ! C'est donc ça la guerre qu'il voulait me faire ! Il me croit le roi ridicule de mon petit royaume de vanité.

À la place de mon envie poignante, là dans les tripes, de lui envoyer dans les yeux la glace pilée de mon cocktail, je fais un sourire large et factice et j'attends qu'il parte. Un peu comme le T-Rex dans Jurassic Park, genre si je bouge pas, il peut pas me voir et il va finir par partir.

Cette anecdote, comme il m'en arrive assez souvent, m'a poussé à m'interroger sur les raisons pour lesquelles j'achète de temps en temps dans les friperies. Et pourquoi, ce n'est pas jouer aux hipsters que de faire ça.

4 excellentes raisons de chiner vos vêtements

1. Acheter en friperie vous permet d'expérimenter, à moindre frais

Le premier vêtement que j'ai acheté en friperie, autour de 2010, était une veste en jean Levi's Type III comme on en trouve par millier. C'était pour moi économique et un moyen en tant qu'étudiant de me faire plaisir pour pas cher.

veste jean pantalon blanc

Toujours fidèle, sur mes épaules, et bien pratique. Je l'aime d'amour. Photo prise en direct des bureaux de BonneGueule, alors que je finis la rédaction de mon article. Photo prise par Antoine. Il est 19h20 et je file en terrasse.

Encore maintenant, certains mois, je chine quand les temps sont durs ou que j'ai d'autres priorités budgétaires que l'achat de vêtements (ex. contrôle fiscal ou amendes pour exhibitionnisme). Le mois dernier notamment, j'ai mis la main sur un gilet coton/lin bleu ciel à rayures que j'aime porter.

C'est être hipster, ça ?

2. Cela vous permet de donner de l’authenticité à vos tenues

homme veste camouflage pantalon blanc barbe blanche

Utilisation intéressante du motif camouflage. Et quand je dis "intéressante", je veux dire par-là que j'en tremble de joie. Littéralement.

S'habiller entièrement vintage n'a pas vraiment de sens. Non plus que de s'habiller qu'avec du neuf. Dans le premier cas, on s'érige en anachronisme vivant, dans le second on se trimballe comme un mannequin de vitrine, sans âme.

Seulement, utiliser une pièce vintage dans sa tenue, une pièce qui nous va vraiment morphologiquement donne de la cohérence à l'ensemble. Comme par exemple, une jungle jacket sur un jean et t-shirt ou un short de la marine italienne des années 1950 avec une chemise et des sneakers.

Bref, la friperie permet d'injecter un peu de sentiment dans la manière dont on se fringue. C'est mettre la main sur un tissu que des ancêtres ont touché. Des gens morts à la guerre. C'est l'héritage silencieux d'inconnus nous vendant leur intimité au rabais, le vestiaire qui leur a survécu.

Le fondement de la démarche du hipster est de faire décalé par rapport à la société conformiste. Sa volonté la plus chère est de se démarquer. Alors que vous, c'est un travail vraiment personnel qui n'a rien à voir avec le regard de l'autre. Votre démarche est authentique.

3. Cela vous permet d'avoir accès à un patrimoine vestimentaire riche

Levi's 501 Big "E" vu sur Broadway&Sons (ce qui signifie que le "e" de la marque Levi's sur l'étiquette rouge est en majuscule)

La friperie est un temple calme où chacun cherche et peu trouvent. Chercheurs d'or professionnels et diplômés de l'école supérieure des déceptions vestimentaires. Chacun prie pour trouver la pépite qui lui manque.

Ce jeu de recherche n'est pas vain, car l'objectif n'est pas de se différencier d'autrui. C'est le voyage qui importe et pas la destination.

Celui qui chine avec le cœur veut tomber sur du Levi's Red Tab big "E", le bomber A-2 de ses rêves, les baskets de l'armée allemande (les GAT), la field jacket M-65 d'époque, le blouson brodé qu'il mérite.

4. Cela vous permet de goûter à la qualité et de consommer autrement

J'ai acheté un long par-dessus camel cet hiver, avec de grand revers en pointe presque indécents, épaules rollino, entoilage intégral, dans un drap de laine italien lourd qui virevolte tout autour de moi quand je marche dans la rue. Pour sûr, il donne de l'allure. Pour sûr, je me sens à l'épreuve des balles quand je le porte. Bah, si la semaine prochaine, une chute spectaculaire des températures avait lieu, je ne serais même pas fâché car je pourrais le ressortir.

Goûter à ce type de pièces de qualité fait vraiment du bien. Je veux dire, un manteau entièrement entoilé neuf, avec ces finitions, c'est hors de ma portée, ou du moins faut-il économiser un certain temps.

manteau camel long double boutonnage

Voilà le manteau en question. N'essayez pas de l'acheter, il se trouve actuellement dans mon armoire. Tous les matins, sur mon chemin pour aller à la salle de bain, je l'effleure pour lui souhaiter une bonne journée. Remarquez comme cette fiche de présentation du manteau est bien détaillée sur Le Vestiaire du Renard.

Et puis, pourquoi acheter du neuf, toujours du neuf, alors que des pièces de qualité existent déjà ? Des pièces qui ont une histoire, qui sont pleines de charme car usées juste ce qu'il faut. Un col un peu élimé, des poches un peu fatiguées, des sneakers plus si blanches, bah moi ça m'excite.

Et donc, pour toutes ces raisons, et comme on n'a pas tous la chance de pouvoir se rendre physiquement en friperie, je vous ai sélectionné des e-shops sur lesquels chiner à foison !

Attention !

Avant de vous jeter gaiement sur ces sites, je vous conseille tout d'abord de :

  1. Vérifier les conditions générales de vente de chacun d'eux (pouvez-vous renvoyer la pièce si elle ne vous convient pas et dans quelles conditions ?)
  2. Mesurer des vêtements qui vous vont parfaitement afin de comparer ces mesures aux vêtements en ligne que vous convoitez. Cela vous évitera bien des déboires. Par exemple, des mesures plus qu'utiles sont : la distance épaule à épaule, aisselle à aisselle, tour de taille, largeur de hanches, largeur de cuisse, longueur de manche, longueur du dos et tour de cou. Voilà ! Effectivement, c'est quelque peu contraignant la première fois, on se dit que de toute façon on va tomber sur la bonne pièce directement mais ce n'est pas le cas. Vaut-il mieux dépenser une bonne fois pour toute un peu d'énergie à prendre ses mesures ou faire des allers et retours à La Poste ?
  3. S'armer de patience et fouiller comme un archéologue insatiable.

Les meilleures e-friperies

Les généralistes

Broadway and Sons

Broadway & Sons, ça a été ma porte d'entrée dans le monde de la friperie en ligne. Le site est clair et bien fait, comme c'est rarement le cas. Si vous avez un doute sur une taille ou une demande spécifique (par exemple, si vous souhaitez une longueur particulière de pantalon, contactez le service client, qui est aimable et réactif).

Les prix sont souvent élevés mais les pièces valent le coup. Quand c'est une pièce rare, il augmente, c'est forcé. Mais on trouve des chinos, des shorts et des chemises pour une somme très correcte.

Brut Clothing

Très belle sélection que celle de Brut Cloting. J'aime de temps en temps m'y promener, comme j'aurais fait dans une friperie physique.

En plus de l'e-shop, c'est un showroom avec lequel on peut prendre rendez-vous (notamment pour les professionnels de la mode) et également une marque avec Project 18 qui crée des reproductions de vêtements d'époque en utilisant des matières vintage (je viens d'ailleurs tout juste d'ajouter à ma wishlist permanente cette veste de sculpteur en lin).

Prix variables selon la provenance et la qualité du vêtement.

Second Sunrise

 

Second Sunrise est physiquement situé en Suède (à Stockholm). Comme Broadway and Sons d'ailleurs (mais à Göteborg) !

L'idée directrice derrière cette société, c'est vraiment de consommer de manière raisonnée. Et donc de consommer moins. Leur ADN c'est celui de l'americana workwear filtré par la culture japonaise. C'est ce qu'ils expriment eux-mêmes. Bref, peu de pièces mais que des bonnes !

The Dustbowl Vintage

The Dustbowl Vintage est une boutique en ligne sur Etsy, basée dans le monde réel à Luçon, dans le Centre-Ouest de la France. Sélection assez fournie et travail soigné. On trouve des pièces vintage de l'Armée Suédoise, des années 1970, des veste en tweed des années 1940 de l'Ivy League, des chemises hawaïennes typiques.

Pour la petite histoire (soufflée par Nicolò), le mot "Dustbowl" fait référence à cette région regroupant l'Oklahoma, le Texas et le Kansas qui a subi de nombreuses tempêtes de poussière dans les années 1930, menant à la ruine de paysans peuplant ces terres. C'est donc une sorte d'hommage au lifestyle de ces hommes et de ces femmes de l'Amérique de cette période appelée Dirty Thirties.

Jinji

Bon, Jinji, est une boutique physique et en ligne qui ne propose pas que du vintage, loin de là. Cependant, noyés dans la sélection remarquable et pointue de vêtements et accessoires workwear, quelques pièges vintage sélectionnées par leurs soins font surface. Souvent du miliaire, avec des accessoires workwear type bandana. Bref, c'est éclectique et c'est beau.

Chiner du militaire

Comme on vous l'a déjà suggéré dans un article vous montrant comment chiner, voici quelques pistes des pièces militaires intéressantes à zyeuter :

  • Les surchemises militaires
  • Les field jacket (dont la fameuse M-65 bien sûr)
  • Un bomber A-2
  • Un sukujan

Paratrooper

Tout cela est assez pointu hein. On va même trouver des casques, des boussoles, de l'équipement médical, les dessous sexy d'Eisenhower et toutes sortes d'accessoires de guerre. Si vous avez un projet de film historique prenant comme contexte la Seconde Guerre Mondiale, c'est ici qu'il faut venir.

On peut également trouver chez Paratrooper, des reproductions très bien réalisées des vêtements les plus iconiques

The Quartermaster

Que de pièces intéressantes, comme par exemple ce bomber, cette veste bien utile ou encore cette veste Battaglione San Marco hélas déjà vendue. Être à l'affût, fouiner, savoir ce qu'on cherche et agir vite, voilà les qualités du bon chien de chasse, mais aussi du bon chineur.

Saunders Miliaria

Sur Saunders Militaria, le travail de curation est vraiment au poil. Les pièces peuvent parfois être un peu chères, mais c'est qu'elles sont en bon état et d'époque. Et je viens de me rendre compte qu'il existait un e-shop indépendant qui a de la gueule comme c'est pas possible. Wow, ce que c'est classe. Il y a des pièces exceptionnelles, pour les amoureux de la fripe.

Pour la plupart des pièces proposées, ce sont des originales non portées.

Et bim.

Chiner du workwear

Rospo Indigo

Rospo Indigo est basé à Londres et s'intéresse au workwear français et japonais. Sur cet e-shop se côtoient des pièces simples et facilement intégrables dans notre vestiaire contemporain (par exemple cette veste) et puis il y a des ovnis (provenant du Japon) comme ce pantalon complètement fou. Ça part très vite, mais c'est mérité. Gardez l'œil ouvert.

Ah, je sais pas vous mais ça m'émoustille toutes ces trouvailles !

Mon Bleu

Non ! Mon Bleu n'est pas une amicale des amoureux du fromage. Non, non. Cependant, c'est un eshop bien sympathique qui présente des pièces de qualité, durables et provenant de France. Beaucoup de pièces que l'on peut s'approprier facilement, je trouve. Suffit de trouver celle qui vous parle.

C'est un peu cher, mais encore une fois, je vous propose des produits dont vous ne serez pas déçus de la qualité.

Sportswear

 

Bon, là j'avoue, on tombe un peu dans la friperie telle que la voit le hipster. La friperie d'opportunité. La friperie mode qui ne s'embarrasse pas tellement de la qualité. Comme vous le savez, ce n'est pas notre vision des choses chez BonneGueule.

Cela étant dit, Mint Clothing est une source inépuisable de déguisement sur le thème des années 1970, 1980 et 1990.

De la fripe globalement abordable.

97th Vintage

Vous faites quel festival de musique cet été ? Non parce que si vous voulez vous concocter une tenue Coachella-like aux petits oignons, là vous avez de quoi ! 😉 J'ai un peu fait exprès de vous montrer qu'il existait sur ce site un onglet "Festival Shirt" pour appuyer mon propos.

Bref, ici, c'est de la fripe second degré, assez hipsterisante. Mais je la présente, parce que certaines pièces sont source d'amusement, comme notamment la section sweat-shirts dans laquelle je trouve des vêtements que je me verrais bien customiser pour ma pratique (rudimentaire) du sport.

De la fripe abordable.

Tailoring

A Fistful Of Vintage

Etsy regorge de boutiques de ce genre. Je vous en donne quelques-unes mais le mieux est encore de partir à l'abordage de ce grand bordel magnifique qu'est Etsy pour dénicher vous-mêmes vos pépites, tel un cochon truffier. Bon, je vous promets, j'arrête avec les noms d'animaux. Ça devient vexant.

J'ai commandé 4 articles sur AFistfulOfVintage, et j'en suis fort content. J'ai même pu négocier les frais d'envoi avec Alexander, qui est un marchand tout à fait arrangeant et charmant. Je vous conseille donc sa boutique en ligne. Et chaudement en plus. Il ne verra probablement pas ce petit hommage, mais merci Alexander.

Certaines vestes sont à 40€ à peine. Ce qui fait mal, ce sont les frais de port. Je vous conseille donc d'acheter plusieurs articles afin d'amortir cette somme supplémentaire à dépenser.

Le Vestiaire du Renard

 

Le Vestiaire du Renard c'est un peu mon préféré avec Brut Clothing et Broadway & Sons cités plus haut. Je vous parlais tout à l'heure de mon manteau entoilé camel. Eh bien, c'est sur cet eshop que je l'ai trouvé, pour la modique somme de 215€.

Pour la petite histoire, l'entrepreneur derrière cette e-friperie est également l'auteur du blog Le Paradigme de l'Élégance qu'il n'alimente plus mais qui reste une source sartoriale intarissable et joliment écrite.

Attention, les belles pièces se vendent à la vitesse de la lumière.

Savvy Row

Je n'ai pas encore eu le loisir d'essayer ce superbe e-shop, mais vraiment je serais étonné que l'expérience client soit mauvaise ou que les produits soient décevants. Combien de fois ai-je bavé devant les magnifiques costumes entoilés, impeccables, à l'anglaise issus de Savile Row.

Franchement, pour le tailoring, Savvy Row frappe un grand coup. Et j'espère avoir l'occasion prochaine de leur acheter quelque chose.

Quelques pièces sur lesquelles mes yeux lorgnent : cette sports jacket, ce pantalon, fait pour le Prince Rupert Zu Lowenstein, le manager des Rolling Stones (oui, oui) et un de ces smokings juste pour en porter un chez moi le soir, avec un cigare et un cognac. Et tomber de fatigue devant Arte.

Le mot de la fin...

On vit une époque formidable tout de même. Où des vêtements plus vieux que nous sont à portée de clic. C'est un rudement chouette avantage, surtout pour les personnes qui, comme notre rédacteur en chef Christophe, ne se sentent pas très à l'aise dans les friperies où il faut fouiller et où une certaine odeur plane.

Finalement, le seul truc qui me gêne un peu, c’est que j’ai parfois l’impression d’être un usurpateur : car ce n’est pas moi personnellement qui ai patiné certaines pièces que je porte.

Mais je me console, en imaginant l’histoire de ce même vêtement, histoire qu’il n’aurait jamais eu s’il avait attendu que je le porte. Il ne peut rien me raconter, mais il a connu la guerre, il a connu ce dont on parle dans les livres d’histoire et cela me suffit.

Et vous, vous êtes du genre à chiner des pièces en friperie ou jamais de la vie ?

Jordan Maurin Jordan Maurin

Adepte des romans d’Ellroy et de Vian, j’essaie de vivre ma vie le plus artistiquement possible (comme le disait Glenn O’Brien). Fervent défenseur du pantalon blanc (Squarzi président !), j’aime le vêtement quand il donne confiance et ne déguise pas. Pour moi, s’habiller différemment, ça veut dire se donner le droit de penser différemment.

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • Jordan – BonneGueule

    Inquiétude légitime ! J’en prends bonne note 😉

    À bientôt !

  • Jordan – BonneGueule

    Salut Maxime !

    Merci pour le partage. Des pièces effectivement qui méritent qu’on s’y arrête pour la plupart.

    À bientôt

  • Jordan – BonneGueule

    😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Arthur !

    C’est un des gros inconvénients des fripes, tu as rarement quelque chose sous le L ou le M à la limite. :/

  • Nicolò – BonneGueule

    Même en frippes, le très bon vintage risque effectivement toujours de coûter quelque chose de conséquent 🙂

    Et en effet, pour les tailles XS-S-M, ça peut-être un vrai défi de trouver sa taille.

  • Benoit – BonneGueule

    Les pièces sont effectivement magnifiques et comme toi je pense que c’est vraiment onéreux ! Mais leur travail de curation est remarquable !

  • A. C

    Très bel article, de superbes sites dont je ne soupçonnais pas l’existence! Mais par contre je pense que Saunders Militaria est a évité, de belles pièces sont présentées sur le site mais a des prix exorbitants et injustifiés, étant moi même collectionneur de pièces d’époque (militaria) les prix indiqués sont bien au delà des standards actuels.

  • Jordan – BonneGueule

    CQFD !

  • Jordan – BonneGueule

    Salut Bg Jimy,

    Merci pour ces smileys-yeux-en-cœur surprenants mais flatteurs ! 😉

    À bientôt !

  • Jordan – BonneGueule

    Salut Gouhouf !

    Merci. Ouais, c’est une petite tuerie ce site !

  • Gouhouf

    Sinon, il peut regarder en friperie. 😛

  • Jordan – BonneGueule

    Salut OnurB ! Quel plaisir de te lire. Merci de prendre la parole pour des encouragements.

    Oui, pourquoi pas des articles retraçant les histoires des grandes marques et maisons de luxe, même si je ne sais pas si la majorité de la BG Family est lectrice de ces papiers. Il faut voir ! Bonne idée !

    Dans un premier temps, je voyais bien des articles consacrés aux vêtements et accessoires iconiques de la mode masculine : la Stan Smith, la Van’s, Converse, le Trench Burberry etc. Qu’en penses-tu ?

  • OnurB

    J’apprecie énormément la ligne éditoriale suivie par Jordan : des articles documentés et précis, des photos et un style. On sent la transition du “blog” au média. Au plaisir d’en lire de nombreux autres articles de ce type et pourquoi pas un article sur les grandes maisons du secteur du textile ? On retrouve déjà des informations mais disséminées dans les présentations de produit mais ce serait sympa d’avoir un article qui retrace l’histoire et le développement de certaines maisons (fondation, concurrence, spécificités, enjeux actuels,…)

  • Jordan – BonneGueule

    Salut,

    Ça fait bien plaisir de te lire, Nicolas !

    À bientôt

  • Nicolas Roussel

    Encore un très bon article de Jordan ! Les sujets sont plus poussés que d’habitude, détaillés, et avec des photos de style vraiment séduisantes. Je m’y retrouve là dedans parce que l’on possède au vu de ces articles des références similaires et c’est une des forces de Bonne Gueule, on s’identifie. Sinon c’est vraiment cool, ça relance un peu mon intérêt avec ces sujets moins débutants, merci de ce ton passionné !

  • Nine

    La gente féminine porte effectivement plus d’accessoires 🤣 Mais nous avons déjà quelques clients qui se sont laissés séduire par cette nouvelle rubrique 🙄

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Nine.

    J’ai tout de même l’impression que votre sélection est avant tout féminine en dehors de ces quelques cravates 🙂

  • Jordan – BonneGueule

    Hello Nine,

    Malheureusement assez peu de produits pour homme, mais merci pour le partage !

    À bientôt

  • Jordan – BonneGueule

    Hello Jeff !

    Merci pour ton commentaire. C’est Officine Générale ! Oxford, petit liseré type selvedge sur la poche.
    Tu ne la trouveras plus cette saison. C’est de l’année dernière. 😉

  • Jeff Gd

    Salut !

    Ce n’est pas une question sur l’article (aussi enrichissant soit-il, je fais le plein de bonnes adresses) mais sur ta chemise rose ! D’où est-ce qu’elle vient ? Le rose est très beau, loin d’être trop clair comme on le voit souvent.

    Merci 🙂