De quels BASIQUES avez vous vraiment BESOIN ? -Très Bien Habillé #14

Temps de lecture : 4 minutes

tres bien habille basiques blanc

Publié par le 21 janvier 2022

Salut c’est Nicolò, bienvenue dans "Très Bien Habillé", la vidéo hebdo pour être bien sapé.

Et pour être bien sapé, les basiques c’est important.

Cependant, à force d’entendre parler de “basiques indispensables”... Peut-être que vous avez, comme moi, l'impression qu'il y en a trop ?

Basiques “Essentiels”, mais pour qui ?

"Chemise" ? "Tee-shirt" ? "Sneakers" ? "Manteau" ? "Chino" ? "Jean" ? "Pull" ?

La majorité des fringues qu’on peut citer de tête peuvent être perçues comme “des basiques”. 

Cela repose sur un simple petit raccourci mental, un banal biais de raisonnement :

Si c'est "commun", c'est basique.

Si c'est "basique", c'est essentiel.

Si c'est "essentiel"... Il me le faut. 

Mais tous les basiques ne sont pas “des essentiels”... Ou du moins pas pour tout le monde.

Le piège, c’est que lorsqu’on ne connaît pas ses goûts, on pense que l’on doit tout avoir “au cas où”.

Un peu comme un “kit” complet qu’on achèterait pour ne plus y penser...

Identifiez vos affinités

Quand on débute, on aime tout, et on n’aime rien à la fois. Nos goûts sont incertains.

Malgré cela, il faut quand même faire des achats, et les faire bien.

On essaye donc, en quelque sorte, d’acheter pour notre “futur style”, celui que l’on n’a pas encore trouvé, et qui est supposé se dessiner au fil des achats.

Alors forcément, on se disperse, on achète "en provision", un peu comme un client de supermarché achèterait du papier toilette en mars 2020...

Trop, et avec une utilité à long terme incertaine.

Mais comment l'éviter, puisqu'on ne connaît pas encore ce style qui doit se dévoiler à nous ?

Pour moi, tout repose sur un certain travail d'introspection en amont : il faut essayer d'identifier ses affinités.

Ça paraît difficile, mais en réalité, on a tous déjà une vague idée de ce qu'on préfère.

De ce qui nous inspire et nous fait dire "ça, c'est stylé", ou au contraire de ce qui nous repousse catégoriquement dès le départ.

Et au final, même si c'est cliché, même si c'est sur-simplifié, même si "ça range dans des cases"...

Pour moi il y a toujours trois grands "pôles", trois "univers" de style, autour desquels les hommes tendent à graviter.

Et plus vous saurez tôt celui qui vous servira de point de départ, plus vous commencerez sur des bases saines.

Priorisez ce qui vous ressemble le plus

Savoir dans quoi on se reconnaît le plus, ça ne sert pas à nous brider ou à nous priver d'accès aux deux autres "cases", loin de là.

La raison pour laquelle je préconise cette approche, c'est que chacun de ces pôles a ses propres "essentiels".

tee shirt blanc homme

Le tee blanc uni... Roi des "basiques indispensables" et selon moi, une des pièces les plus inutiles sur terre à moins que vous ayez une idée "forte" de comment le porter. Sinon il y a mille meilleures alternatives.

Et ce qui vous évitera bon nombre d'achats inutiles, c'est de substituer l'achat de basiques "génériques" par ces basiques plus spécialisés, qui resteront pertinents à moyen ou long terme.

Justement parce qu'ils auront été achetés avec une considération pour vos affinités de départ, plutôt que "par défaut" comme une case à cocher.

David vous a écrit une série d'articles "Aller Plus Loin Que...", où il explore beaucoup d'alternatives aux pièces les plus "banales" de notre quotidien.

Faut-il privilégier la polyvalence ?

Si je devais faire un Bingo avec les mots les plus récurrents quand on parle d'achats qu'on pense incontournables, il y aurait "polyvalent" juste derrière "basique" et "essentiel".

Et la polyvalence peut-être votre meilleur allié comme votre pire ennemi.

Lorsque l'on débute et/ou que le budget est limité , privilégier la polyvalence nous permet de faire beaucoup avec peu.

col rond bonnegueule bordeaux

Le bon vieux pull col rond, poids mi-lourd... Un grand classique pour commencer son vestiaire, mais au bout de deux ou trois... Vous devriez peut-être tester autre chose aussi.

Chaque pièce représente une fondation sur laquelle vous allez bâtir les quelques tenues qui vous habillent au quotidien, et vous ne savez pas encore à quoi ressembleront vos achats d'après.

C'est donc le choix le plus sensé.

Le problème, c'est que ce n'est pas une situation qui dure éternellement, et il faut avoir la lucidité de reconnaître ce moment où l'on a assez de pièces polyvalentes pour se vêtir correctement. 

Et lorsqu'il arrive, le paradigme s'inverse : acheter du "bon à tout faire", c'est acheter quelque chose qui sera supplanté par une pièce excellente pour un rôle très spécifique que vous lui aurez trouvé.

La déclinaison de couleur : le faux ami

Et l'exemple le plus commun, c'est sans doute celui de la déclinaison de couleur.

On croit, à tort (et surtout chez les hommes !), que si une pièce nous comble dans une couleur, la racheter dans une autre ne peut qu'être un bon choix.

Mais c'est sans compter sur le fait que :

  • vous allez préférer certaines pièces dans certaines couleurs.(Et au final moins porter les autres.)
  • Certaines pièces dans certaines couleurs marcheront mieux avec le reste de ce que vous possédez. (Vous porterez moins les autres, bis.)
  • Et enfin, tout achat "déclinaison" est une opportunité manquée de découvrir une nouvelle marque, un nouveau design...

Et d'ailleurs, ça peut très bien être les deux à la fois, un test de nouveau design ET d'une nouvelle couleur.

pull jaune texturé AKOG

Pull jaune "Roshka" de chez AKOG.

Plutôt que de vous dire "je veux du jaune, je rachète mes basiques en jaune", demandez-vous :

"Si je devais porter une pièce en jaune, sur quel type de pièce, quel design est-ce que ça irait le mieux ? Et avec quoi est-ce que je la porterais ?"

P.S. : Dans cette vidéo, je porte :

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.