Conseils : Comment laver et entretenir votre jean brut ?

54

Les conseils d'entretien pour le jean brut sont légion sur Internet et les forums spécialisés.

De la méthode la plus puriste, qui vise une optimisation parfaite de la patine et interdit religieusement tout contact avec l'eau, aux conseils sanitaires des mamans américaines obsédées par l'hygiène, difficile de faire le tri et de savoir où placer le curseur.

Nous avons donc tenté de synthétiser ici tous les conseils nécessaires à l'entretien de vos jeans bruts, en tenant compte des avantages et inconvénients de chacune des méthodes que l'on trouve sur le Web.

L'éternel débat : patine du jean contre hygiène

Pour ceux qui ne seraient pas initiés au sujet du jean brut, l'idée même qu'il y ait débat sur le fait de le laver ou non peut paraître complètement absurde.

Afin de comprendre les raisons qui l'animent, voici une petite piqûre de rappel pour le recontextualiser.

Qu'est-ce qu'une toile brute ?

Les jeans bruts sont teints à l'indigo, qui est un pigment de nature instable. Ce qui les définit comme "bruts", c'est l'absence de traitements après la production de la toile, et notamment l'absence de lavages.

La méthode du "rope dye" est souvent utilisée par les filatures pour augmenter l'instabilité de l'indigo. Les fils sont tressés en "corde" et sont plongés rapidement dans un bain d'indigo, pour que la teinture n'ait pas le temps de pénétrer entièrement et reste en surface. Ainsi, le processus de délavage est plus rapide et crée des nuances plus fortes.

Cette absence de lavage permet de garder tout l'excès de teinture sur les fibres du jean, ainsi que de les laisser dans un état "malléable"

Les amateurs de denim brut lavent leur jean le plus tard et le moins souvent possible, justement parce que grâce à cette instabilité propre à l'indigo, la toile va dégorger en créant des contrastes. D'abord subtils, ils deviendront de plus en plus marqués.

Les plis des zones toujours en mouvement sur le jean, comme l'arrière et l'avant des genoux, les "moustaches" qui partent de la braguette vers l'extérieur, le bas de la cheville ou encore l'intérieur des cuisses, vont donc se marquer sur le jean en fonction de la morphologie du porteur.

Un peu comme un motif propre à chacun, fait de crevasses qui passent par toutes les nuances de bleu jusqu'au blanc.

Cette patine, qu'on appelle "fades" en anglais, est l'obsession des "denimheads"

Voici le genre de résultats à très haut contraste qu'espèrent atteindre certains "denimheads", avec patience et persévérance.

To wash or not to wash...?

Seulement, cette pratique fait froncer les sourcils de la plupart des gens : "Ne pas laver ton jean pendant des mois ? Mais tu es fou, c'est SUPER SALE". Ce à quoi les puristes ont toujours rétorqué que c'était une idée préconçue, et que c'était loin d'être dramatique.

Eh bien, figurez-vous qu'après des années à être regardés de travers, il faut croire qu'ils ont plutôt eu raison : ce n'est pas si "sale" que ça.

Cette étude sur la flore bactérienne dans un jean brut, menée par un étudiant de l'Université d'Alberta au Canada, a montré que les populations bactériennes sur un jean brut porté 15 mois d'affilée sans lavage étaient sensiblement les mêmes que celles d'un jean porté deux semaines sans lavage.

Alors bien sûr, chaque personne dispose d'une flore bactérienne différente, et ça ne résout pas entièrement le problème des odeurs (nous y viendrons plus bas dans l'article), mais c'est plutôt rassurant.

Le plus vieux jean Levi's qui soit encore préservé de nos jours ! Cette bestiole a 150 ans !
Même les plus puristes d'entre vous voudront sans aucun doute laver leur jean avant qu'il ne ressemble à ça.

À chaque envie, sa méthode d'entretien

On a beau dire ce que l'on veut sur les "fades" et les bactéries, je sais par expérience que tout le monde ne recherche pas un délavage extrêmement contrasté comme ceux des puristes.

Certains apprécient beaucoup le rendu "neuf" d'un jean brut à la toile très profonde, et souhaitent le conserver le plus longtemps possible.

D'autres encore, partisans d'un certain entre-deux, trouvent leur jean brut à son apogée lorsqu'il ne présente que de subtiles moustaches azures qui contrastent le fond de l'indigo sombre, sans qu'elles ne soient très marquées pour autant.

Si les délavages font partie intégrante du parcours d'un jean brut, on peut au contraire être très sensible à l'aspect neuf d'une belle toile, profonde et lumineuse, et vouloir la conserver en l'état !

Je sais également que certains ne sont vraiment pas prêts à porter leur jean 10, 15, 20 fois avant de commencer à se sentir à l'aise dedans. Qu'ils sacrifieraient volontiers un tout petit peu d'authenticité pour gagner en confort dès les premiers jours.

Et enfin, il y a les puristes. Les durs à cuire ! Ceux qui traverseront toutes les épreuves pour avoir le rendu le plus "badass" possible. Un jean de bonhomme ultra contrasté, dont les "fades" reflètent la patine du temps et la robustesse virile de leur porteur au regard d'acier, les yeux plissés, rivés sur l'horizon...

Bon d'accord, je vous taquine un petit peu là... Mais rassurez-vous, amateurs de look baroudeurs et de denims, vous trouverez aussi votre bonheur dans ce guide !

Et puis, qui sait, peut-être voulez-vous même avoir un peu de tout : un jean brut à l'aspect propre pour vos tenues casual chic, et un autre avec une patine extrêmement marquée pour une pièce de caractère !

"Monsieur, comment désirez vous vôtre jean brut ? Saignant, à point, ou bien cuit ?"

Il y a mille-et-unes façons d'entretenir ce pilier de notre dressing, ce qui n'est pas plus mal d'ailleurs. Il existe une infinité de manières de porter et d'apprécier cette pièce qui, dans son essence même, est faite pour évoluer avec son porteur et son mode de vie.

Le tout est de savoir ce que vous attendez de votre jean brut. C'est ça, le "secret ultime" !

Apprivoisez votre jean brut : les traitements en début de vie

Je vais vous présenter ici, en détail, les techniques à utiliser sur vos bruts peu après leurs tout premiers ports. Elles vous aideront à faire correspondre la pièce à vos besoins et à l'adapter à vos contraintes, tout simplement !

Rendez votre jean brut moins brut : la technique du "bain au sel et au vinaigre"

Un des gros inconvénients du jean brut, et probablement celui qui rend très réticents les néophytes : les toiles dégorgent, si bien qu'elles laissent facilement des traces bleues de partout sur les vêtements, souliers et les meubles clairs, les premières semaines.

La solution la plus drastique serait de balancer tout ça en machine mais du coup, vous obtiendriez un... jean lavé, avec une couleur plus claire et un aspect beaucoup plus "lisse".

Je vous propose donc un compromis : ce procédé pourra fixer une bonne partie de l'indigo grâce au sel et au vinaigre, et retirer une partie de l'excès restant.

Le sel et le vinaigre blanc sont des alliés de taille si vous souhaitez rendre la teinture de votre jean plus stable !

1) Remplissez une votre baignoire d'eau froide ou tiède. À défaut, une bassine peut faire l'affaire.

2) Ajoutez-y deux grosses poignées de sel, un bon verre de vinaigre, mélangez et attendez un peu que le tout se dissolve dans l'eau. Dans le cas d'une bassine, adaptez les quantités en conséquence. Ce sont ces ingrédients qui vont aider à mieux "fixer" les pigments indigo au coton.

2) (bis) Étape optionnelle : si vous cherchez non seulement à rincer le jean mais à lui donner son premier lavage, ajoutez également un bouchon de lessive pour linge sombre. Cela enlèvera également un peu plus d'indigo, et en fixera aussi davantage.

3) Si c'est une baignoire, posez délicatement votre jean à plat dans le fond de celle-ci. Pour le faire tenir sans qu'il ne remonte à la surface, lestez-le avec des objets lourds. Des bouteilles d'eau en plastique bien remplies peuvent par exemple faire l'affaire.

4) Laissez agir le tout 20 à 30 minutes.

5) Sortez le jean et remplissez la baignoire à nouveau. Rincez-le brièvement à l'eau claire. N'utilisez pas votre pommeau de douche ! La pression du jet pourrait faire bouger l'indigo.

6) Videz la baignoire. Cette fois-ci, c'est bon ! Vous pouvez le laisser sécher, suspendu sur un cintre. Choisissez un endroit qui ne craindra pas les tâches bleues provoquées par les gouttes d'eau qui s'écouleront. N'essorez pas le jean afin d'éviter de créer des marques non désirées en répartissant mal l'indigo. Patientez jusqu'au séchage complet.

Voici le genre de rendu que vous pouvez obtenir à long terme en utilisant cette technique : des contrastes marqués mais pas blancs non plus, et une couleur encore proche de l'indigo initial sur de nombreuses zones. Notez que votre jean passera par une étape similaire, même sans sel et vinaigre : il y arrivera simplement plus vite et y restera moins longtemps, car son délavage se poursuivra encore.

Et voilà !

Avec cette technique, vous obtiendrez un jean qui n'est plus entièrement "brut" mais qui aura conservé la majorité de sa couleur initiale.

Celle-ci bougera moins vite dans le temps que si vous n'aviez pas utilisé cette méthode et, par conséquent, la patine sera contrastée.

Il délavera moins sur les divers meubles et vêtements auxquels il sera exposé, jusqu'à ne presque plus dégorger du tout (sauf en cas de frottements insistants).

Notez, pour ceux qui ont peur de marquer leurs sneakers blanches ou leurs souliers en daim, que le secret n'est pas tant dans l'entretien du jean que dans le nettoyage régulier de la paire pour ne pas laisser l'indigo s'accumuler !

Un résultat plus léger avec le rinçage simple

Dans le même esprit que la technique précédente, celle-ci consiste simplement en un seul rinçage dans un bain d'eau froide.

En n'ajoutant pas de sel ni de vinaigre, on influe moins sur le comportement de l'indigo et on lui laisse son instabilité caractéristique.

La toile perdra un peu d'excès de teinture, s'assouplira légèrement (mais deviendra moins extensible), et c'est tout !

C'est d'ailleurs une option que proposent de nombreux revendeurs de jeans "traditionnels" très haut de gamme : un même modèle est souvent vendu en version "one-wash" et en version "raw", brute.

Un simple rinçage est parfois suffisant pour faire dégorger un peu votre jean sans trop l'altérer.

Évitez le désagrément des premiers ports : la technique du "douillet"

Vous avez bien envie de le porter ce jean brut, mais vous le trouvez terriblement inconfortable. On a beau vous dire que "c'est normal, ça va se détendre avec les ports !", vous ne vous y faites pas...

Vous êtes impatients et appréciez trop le confort de vos vêtements pour vous soumettre à la torture des premières semaines de port.

Pas de panique : lorsque le denim est saturé d'eau, il se délave beaucoup plus facilement, mais la toile devient aussi beaucoup plus malléable.

Cette technique en tire partie et vous permet de "faire" votre jean à votre morphologie beaucoup plus rapidement !

Non, cet homme n'est pas fou. Il est juste très exigeant sur le confort de ses vêtements ! Notez cependant que garder ses Converse blanches pendant le bain n'est pas indispensable pour arriver au résultat escompté...

1) Faites couler un bain d'eau tiède. L'eau chaude aura un impact plus fort sur la teinture.

2) Enfilez votre jean.

3) Rentrez précautionneusement dans la baignoire sans trop frotter ou gigoter. Oui, dans l'eau, allez hop !

4) Soyez courageux, serrez les dents et patientez 10 à 20 minutes dans ce bain presque froid, en évitant les mouvements inutiles. Vous pouvez cependant bouger aux endroits où le jean vous serre pour les détendre plus vite : bougez les cuisses si vous y êtes serrés, idem pour les fessiers. Penchez-vous vers l'avant en tenant la ceinture si c'est à la taille.

Attention cependant aux genoux : c'est l'endroit que l'on veut généralement détendre le moins possible, car on se retrouve un peu trop facilement avec des "poches" qui pendent à la place.

5) Videz le bain et enlevez le jean le plus délicatement possible.

6) Après vous êtes remis de vos émotions et avoir nettoyé le cataclysme bleuté que vous avez laissé derrière vous, laissez sécher votre jean, suspendu sur un cintre à un endroit où vous pouvez laisser couler les gouttes d'eau bleues sans trop de problèmes.

N'hésitez pas à poser une bassine en-dessous. N'essorez pas le jean manuellement, vous risqueriez de créer des traces étranges en répartissant mal l'indigo.

Un cas plus particulier ici : les marques les plus onéreuses et artisanales proposent presque toujours des jeans "non-sanforisés". Ces toiles sont très sensibles au rétrécissement lorsqu'elles sont mouillées et, grâce à la technique expliquée plus haut, les amateurs parviennent à obtenir un "fit personnalisé" en faisant rétrécir le jean sur leur propre corps ! Par contre, je le déconseillerais à un débutant car à ce stade, c'est presque une science occulte...

Vous verrez qu'une fois sec, il sera déjà nettement mieux fait à votre corps que lors de son premier essayage ! Les plus fous d'entre vous, ou ceux vivant dans les climats les plus chauds, peuvent même le porter jusqu'à ce qu'il sèche !

Notez que cette technique peut tout à fait être combinée à celle du "bain de sel et de vinaigre" pour détendre votre jean ET limiter son dégorgement.

La technique du "Désolé, pas envie !" : vous mettez votre jean brut en machine malgré tout...

J'essaye d'être réaliste. Je sais que malgré mes recommandations, certains d'entre vous mettront leur jean brut en machine, n'ayant que faire des "fades" ou d'avoir une couleur moins saturée.

Soit, je ne peux pas vous en empêcher ! Mais si vous faites ça, faites-moi au moins le plaisir de :

  • le mettre à laver à l'envers, pour ne pas exposer la partie visible de la  toile aux frottements du tambour et à la pression de l'eau, qui risquent de strier le denim n'importe comment,
  • utiliser un programme délicat, sans essorage, histoire que la force centrifuge de la machine ne laisse pas de vilaines traces blanches sur la toile,
  • lavez-le à froid !
  • Utilisez de la lessive pour linge sombre afin de minimiser la perte des pigments !

Essayez vraiment d'attendre avant de le faire !

Plus ce lavage en machine vient tôt, plus vous risquez de transformer votre beau jean brut en un jean "washed" très banal, comme on en trouve dans toute enseigne de grande distribution... Un peu plus beau, certes, car la toile de départ sera de meilleure qualité... Mais ce serait dommage, non ?

Ce jean n'a ni la profondeur d'une toile brute neuve, ni l'aspérité d'un jean délavé avec patience... Ses contrastes et nuances de bleus sont mous, les plis peu marqués... Voilà ce que vous risquez si votre jean brut est lavé trop tôt !

Coulez des jours heureux avec votre jean : quel lavage choisir ?

Le lavage "patine-friendly"

Cette technique permet de conserver vos efforts initiaux lorsque vous êtes dans l'optique d'obtenir une patine toujours très naturelle.

À cet effet, je recommande d'effectuer ce premier lavage après 3 à 6 mois de port- selon la fréquence et l'usage fait du jean - puis de temps en temps, lorsque vous lui trouvez un aspect sale ou qu'il commence à sentir.

Si ce n'est pas tâché et que ça ne sent pas... Pas besoin d'être lavé !

De belles nuances de couleurs malgré un stade de délavage très avancé, un contraste fort et subtil à la fois, des plis "sur-mesure" qui semblent avoir été dessinés à l'aquarelle... Vos efforts de puriste ont payé ! Ceci dit, n'oubliez pas qu'on ne peut pas faire de miracles : un beau délavage, c'est un bon entretien, mais aussi une belle toile au départ !

1) Remplissez votre baignoire d'eau froide ou tiède. A défaut, une bassine peut faire l'affaire.

2) Ajoutez un bouchon de lessive pour linge sombre. Cela enlèvera également un peu plus d'indigo, et en fixera aussi d'avantage.

3) Trempez-y votre jean et agitez-le doucement dans l'eau, histoire de faire circuler la lessive à tous les endroits. Frottez éventuellement les zones "clés", comme l'entrejambe, depuis l'intérieur du jean. Jamais à l'extérieur !

4) Sortez le jean et rincez-le à nouveau dans une baignoire fraîchement remplie d'eau claire. Le pommeau de douche est toujours proscrit.

5) Videz la baignoire, et mettez-le à sécher ! Encore une fois, attention à choisir un endroit approprié pour ne pas causer de dégâts.

Le lavage de l'extrémiste du denim

L'extrémiste ne lave pas son jean. Jamais. Ne me demandez pas comment, il ne le lave pas, c'est tout. Fin.

Le lavage "Désolé, j'ai toujours pas envie !"

Bon d'accord, j'ai compris : vous êtes de ceux qui n'ont VRAIMENT pas envie de se prendre la tête.

Dans ce cas, suivez les instructions de la technique "Désolé, j'ai pas envie" expliquée plus haut, et essayez d'espacer vos lavages au maximum pour ne pas mettre votre jean en fin de vie trop rapidement.

Notez cependant que cette technique devient déjà plus viable si le jean a beaucoup été porté avant son premier lavage, car le motif des "fades" aura déjà bien eu le temps de s'installer.

Même si ce n'est pas la technique la plus appréciée des puristes, il est possible d'obtenir des délavages satisfaisants avec un lavage machine, pour peu qu'il soit fait correctement... et pas trop tôt ! Le rendu est intéressant si vous aimez les jeans plus clairs et les contrastes plus doux.

Les petits gestes et astuces qui sauvent la vie

Quelle que soit votre méthode de prédilection parmi les trois citées plus haut, voici les petites astuces qui vous sauveront la vie. Elles sont un complément essentiel à vos lavages.

Enlever des taches localisées

Prenez un chiffon humide légèrement frotté contre un savon de Marseille en barre et frottez la tâche avec délicatesse, progressivement. 

Mieux vaut attendre de voir si la tache est partie et répéter l'opération après, que trop frotter d'un coup et laisser une belle trace de délavage...

Gardez votre jean au frais... ou au chaud !

Contrairement à ce que certains avis trouvés sur Internet peuvent laisser entendre, ce ne sont PAS des moyens efficaces de "laver" vos jeans. Cela ne fera évidemment pas disparaître la saleté.

Cependant, le congélateur peut tuer certaines formes de vie microbiennes qui peuvent être en partie responsables des odeurs. Le chauffage, lui, peut évacuer une partie de la transpiration accumulée, en plus de pouvoir tuer certains microbes.

Ces petits entretiens thermiques combinés sont de bons compléments pour aider à espacer les lavages, et sont vivement recommandés pour rafraîchir vos jeans après une soirée endiablée sur le dancefloor ou une journée plus chaude que prévue.

Faites-lui prendre l'air

Aérez votre jean, régulièrement ! Oui, j'enfonce peut-être des portes ouvertes avec ce conseil, mais sachez qu'une bonne nuit à l'air frais pourra déjà rendre bien des services à votre jean en termes d'odeur et de confort.

Pensez-y lorsque vous ne le portez pas, plutôt que de le mettre au placard directement.

Quid du repassage ?

Ne repassez pas votre jean. 

En dehors de tous les désagréments qui pourraient être causés par le fait de passer un fer brûlant et débordant de vapeur sur une teinture instable comme l'indigo, le but du jean brut est justement de créer des "plis" qui suivent parfaitement son porteur.

Et puis, de toute façon, vous avez probablement assez de boulot avec vos chemises, j'en suis certain.

Si vous repassiez votre jean brut, vous risqueriez de complètement défaire les plis qui se sont marqués naturellement au fil du temps.... ce qui compromettrait leur délavage.

Au secours, j'ai une grosse tache

Du genre de celles qui ne partent pas avec un chiffon humide et du savon de Marseille ? Du genre de celles qui se voient vraiment ?

Alors, mettez un grand coup de spray détachant dessus, laissez-le agir 5 minutes en mettant du Sopalin sous la tache, puis procédez à un lavage en machine suivant la méthode "Désolé, pas envie".

Vous souhaitiez peut-être gagner le concours de la patine de jean la plus marquée de l'année, mais il faut savoir se faire une raison : quand c'est vraiment sale, direction la machine à laver !

"Je suis pressé, moi ! Comment accélérer le délavage ?"

Vous souhaitez accélérer le délavage de votre jean ? Rien ne remplace les ports réguliers et la patience, mais voyons tout de même quelles sont les options qui s'offrent à vous !

La saleté accélère le délavage du jean

Oui oui, vous m'avez bien lu : la saleté.

Lorsque de petites poussières ou particules se coincent entre les fibres, cela crée un frottement continu sur le coton et, par conséquent, aide à faire partir l'indigo plus vite.

Notez cependant qu'un jean sale s'use plus vite : à force, ces micro-frottements grignotent aussi la fibre. De plus, en restant asséché trop longtemps, le coton perd de sa souplesse et de sa robustesse : il devient plus friable.

Intégrer le jean à sa routine

Le mode de vie du porteur influe évidemment sur le résultat.

Si vous le portez toujours chez vous ou dans un bureau, que vous ne courrez jamais après votre bus avec, que vous ne vous mettez jamais à genoux pour ramasser quelque chose ou faire le ménage, que vous ne dansez pas en soirée avec... Il se délavera moins vite.

Un jean se délave au rythme de son porteur. Sachez que le climat a son influence aussi !

Voilà ce que que peut donner un jean brut porté à long terme dans un pays tropical : on voit ici l'influence du climat très humide et chaud, qui accélère le délavage à l'extrême, créant des contrastes si forts qu'ils sembleraient presque artificiels !

Poncez votre denim

Certains "denimheads" frottent les plis de leur jean avec du papier de verre (ou encore du sable à la plage !), pour un délavage plus rapide.

Le problème, c'est que le rendu peut être moins beau car moins naturel d'apparence. En plus de ne pas arranger le problème de la saleté, dans le cas du sable...

Le pouvoir de l'eau chaude

Si vous lavez votre jean à l'eau chaude, il va rapidement s'éclaircir. Le problème, c'est qu'il peut rétrécir de façon assez conséquente, et que le délavage sera uniforme. Adieu, donc, les "fades" bien marquées.

Cela peut être intéressant si vous cherchez à créer votre propre "jean clair délavé", à partir d'une jolie toile brute. Si la toile de départ est belle et de qualité, le rendu final peut être très convaincant !

Le mot de la fin...

Sur ce, je pense que nous avons fait le tour du sujet !

N'oubliez pas que chaque toile se comporte différemment, et que le jean brut n'est pas une science exacte : c'est un petit "art de vivre" que vous devriez pratiquer à votre manière. C'est aussi ce plaisir de découvrir comment votre jean va vieillir dans le temps, qui fait le charme de l'objet.

Au besoin, par ici pour plus de conseils sur l'entretien de vos vêtements.

N'hésitez pas à poster vos plus belles patines dans les commentaires, tout comme vos plus beaux échecs d'entretien !

Nicolò Minchillo A propos Nicolò Minchillo

Moi, c’est Nicolò. Chez BonneGueule, je réponds à toutes vos questions et demandes de conseils. À côté de ça, je m’occupe des tests de marques et je prête main forte au pôle édito. J’aime la funk, le jiu-jitsu brésilien, le bacon, les manteaux majestueux et les belles boots.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Alex – BonneGueule

    Hello Medhi,

    Deux retouches possible, reprendre la ceinture ainsi que le fit de la jambe.
    Pour ce type de modification je te conseille d’aller voir un retoucheur de confiance =)

    Pour Paris, https://www.bonnegueule.fr/les-meilleurs-retoucheurs-a-paris/

    En région, https://www.bonnegueule.fr/les-meilleurs-retoucheurs-en-region/

  • Alex – BonneGueule

    Hello Jean,

    Personnellement je te dirais que ce sont surtout des conseilles pour donner une patine à un jean brut.
    Dans ton cas, la patine est déjà réalisée industriellement, certes mais dans l’idéale, applique le même style d’entretien qu’ici, le lavage en machine risque de créer des traces sur ton jean. Après pour un jean non brut est-ce vraiment grave? Je ne pense pas vu qu’au final la patine n’est pas réellement authentique =)

  • Nicolò – BonneGueule

    S’il ya défaut, et que tu as une preuve d’achat, ils devraient quand même être responsables de leur production à mon avis. Essaye 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Ah… Contacte le service client d’Unbranded Brand parce que c’est peut-être un problème sur leur production alors.

    C’est pas affolant qu’un jean neuf sente un peu le vinaigre, surtout s’il est brut, mais ça ne devrait pas persister au bout d’un mois et demi.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Guillaume !

    Tu l’as rincé après l’étape du vinaigre ? Tu as vraiment suivi les étapes de l’article ? Tu en as peut-être mis un peu trop s’il sent encore fort après 1 mois et demi…

    Normalement un bon verre (pour une baignoire) ça suffit et ça ne reste pas hyper longtemps non plus, c’est bizarre…

    Je conseille un rinçage tout simplement. Si ça ne suffit pas, lave le comme indiqué dans ce guide ce sera toujours mieux qu’un gros coup de machine à laver. 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Pierre !

    Tu peux mais pas obligatoire d’ajouter le sel et le vinaigre, car s’il est bien « brut », il n’est pas surteint comme l’est un jean brut sombre, couleur indigo classique.

    Là comme tu es sur un coloris plus clair, tu es sur une teinture plus stable et moins « surteinte ». Il n’y a pas le même excès.

    Il y aura un délavage dans le temps, mais beaucoup plus léger par conséquent.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Léo !

    Le jean ne va pas rétrécir par lui-même, il faut faire une retouche 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Effectivement… Mais un jean ou un pantalon, même en dehors des questions de délavage, n’a de toutes façons pas besoin d’être lavé aussi fréquemment 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Ninja !

    C’est un bon programme ! Tu as compris comment ça marchait.

  • Nicolò – BonneGueule

    Tous les 2 ou 3 ports ? Ah non là ton entourage est un peu plus hygiéniste que la moyenne alors.

    Et oui, je rejoins entièrement ton point de vue. Je ne suis pas chercheur, mais j’ai des notions de culture scientifique, et je suis à peu près certain que l’aseptisation excessive de l’environnement conduit à un affaiblissement du système immunitaire.

    Ce n’est pas une raison pour sentir le crottin de cheval, mais ça donne matière à prendre du recul quand au fréquences arbitraires de lavage (des cheveux, des vêtements, des mains…). Mais c’est un autre débat pour une autre fois 🙂

  • Simon

    Jamais testé le chaud/froid ce sera l’occasion !
    L’aspect lavage est une étape complexe à intégrer pour l’entourage … Ne pas laver son jean tous les 2 à 3 ports est souvent vu comme sale alors pendant quelques semaines voir mois .. !
    Aujourd’hui il existe même des lessives censées détruire 99.9% des bactéries et microbes présents, ce que ne fait pas une lessive classique. Pourtant depuis des décennies l’absence d’une telle lessive n’a jamais conduit, à ma connaissance, au développement d’épidémies… l’excès d’hygiène est encore plus compliqué à combattre que son manque 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Lau !

    C’est un cuir lisse ?

    Crème universelle Saphir (mais du coup passes en sur tout le sac histoire de ne pas nettoyer un seul endroit)

    Si ça ne marche toujours pas, Réno’Mat (mais pareil, il faut le faire sur l’ensemble du sac)

    Je conseille un passage (léger) de Baume Renapur ensuite pour raviver le sac sans avoir à le cirer (mauvaise idée sur un sac qui sera en train de frotter constamment).

    Par contre si c’est un très mauvais cuir il n’y a pas de garantie que la couleur tienne bien lors de l’entretien (que ça bave sur le chiffon c’est normal, mais l’aspect du sac devrait rester sensiblement le même)

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est exactement ça !

    Et pour mieux les espacer tu peux t’aider du congélo et du chauffage (et aussi du simple fait d’aérer ton jean) 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Fran Que 🙂

    Pour le bain à l’eau de mer, perso j’ai pas été convaincu par les photos de résultat. Le jean est trop »blanchi » d’un coup.
    Et il reste l’aspect sanitaire : si tu ne fais pas un rinçage à l’eau claire après, ton jean va être très sale (probablement plus que si tu le portais plusieurs mois sans le laver). La mer, c’est pas particulièrement propre ^^’

    Personnellement j’ai jamais ressenti le besoin pour collant, on s’y fait ^^

    (Par contre, les caleçons long type ski, à mettre en dessous en hiver pour le froid, c’est le bonheur)

  • Nicolò – BonneGueule

    Je suis d’accord Vincent, et j’ai toujours été le premier à dire que l’excès d’hygiénisme est une ânerie. 🙂
    (Pour l’environnement, la durée de vie de tes fringues, l’équilibre de la flore bactérienne chez l’humain…)

    Mais l’entrejambe, pas lavée pendant 6 mois ? Soit.
    Un an ? Ok pourquoi pas.
    2 ans ? Franchement au bout d’un moment l’air frais ne peut pas tout faire. Et sans rentrer trop dans le détail, comme c’est ton odeur à toi aussi, tu ne peux pas forcément la sentir avec la même… intensité qu’une tierce personne ^^’

  • Nicolò – BonneGueule

    L’entrejambe c’est le premier endroit qui craque sur un jean brut, ça fait partie de son cycle de vie. Surtout si tu as de grosses cuisses, les pieds plats, ou les genoux tournés vers l’intérieur. Si par dessus ça tu les choisis très fittés aux cuisses, ces facteurs constituent le combo parfait pour craquer les jeans 😉 )

    De toutes façons c’est une zone qui peut être recousue assez discrètement.

    Et comme je le disais dans l’article, la saleté et l’absence d’exposition à l’eau pendant trop longtemps fragilisent aussi le coton, donc ça a pu avoir un rôle assez important dans ton craquage (qui aurait fini par arriver quoi qu’il arrive !)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Raphael !

    Bah, les chemises en denim sont rarement brutes, il y a souvent abus de langage vu que des traitements sont appliqués afin d’éviter que ça parte dans tous les sens au lavage (mais du coup, pas de patine du temps, ou alors pas à échelle comparable à celle d’un jean), ou au moins des rinçages.

    Quand c’est juste un ou deux rinçage, la chemise se délave uniformément au fil des lavages. Par contre attention à pas mettre ça en machine avec du blanc, mais c’est tout 🙂

    Mais pour les quelques cas de chemises vraiment vraiment brutes, je t’avoue que je ne sais pas. Et de toutes façons je ne pense pas que ce soit désirable d’avoir le même type de patine (marquée sur des plis contrastés) sur une chemise que sur un jean :p

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci 🙂

  • troululu

    Oui, j’étais d’ailleurs content de voir cette partie là, pour ceux qui ne souhaitent pas aller aussi loin dans le délavage. Je crains d’habitude ce genre d’article en me disant: « encore un article qui va me dire que j’ai rien compris », et ce n’était finalement pas le cas.
    Good job !

  • Nicolò – BonneGueule

    Je comprends ! C’est parce que j’ai aussi vu les choses comme ça pendant un temps que j’ai aussi pensé à toi et ceux qui sont du même avis 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Bizarre ton histoire hahaha 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Benjamin !

    Vraiment ? o.O

    C’est plutôt bon signe à vrai dire, ça veut déjà dire que tu ne l’as pas ramolli avec un mauvais entretien. Mais il doit avoir un poids matière sacrément lourd non ? C’est du 18, 20, 24 Oz ?

  • Benjamin Mrc

    Super article 👍

  • Nicolò – BonneGueule

    J’ai bien compris ! Et je disais que c’était pas une mauvaise idée (si tu es prêt à endurer les inconvénients en terme de ressenti) de ne pas le laver la première année MAIS que le lavage à sac n’en était pas une.

  • Tannion

    Je me suis peut-être mal exprimé mais le seul lavage qu’elle conseillait la première année était un lavage à sec.
    Mais si cela risque d’abîmer la toile, j’opterai plutôt pour le lavage classique à la bassine et à l’eau.

  • Nicolò – BonneGueule

    La première année sans lavage ? C’est un conseil ultra puriste, mais pourquoi pas.

    Par contre j’ai entre temps recueilli des expériences d’autres amateurs de denim brut, qui ont bien confirmé mon impression : jamais de nettoyage à sec pour un brut.

  • Tannion

    Bonjour Nicolò,

    Je rebondis sur ta remarque car j’ai acheté un APC Petit Standard il y a quelques mois et la vendeuse m’avait conseillé d’éviter les lavages à l’eau pour la première année de port et d’opter pour un nettoyage à sec.
    Du coup quelle serait la méthode de lavage la plus appropriée sachant que j’aimerai bien le voir se délaver ?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hé bien oui, tu peux t’en servir pour entretenir ta veste en denim brut. 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello David !

    Il ne l’est pas car il a reçu un traitement pour aider à fixer la teinture.

    Par définition, un jean brut est non traité et non lavé 🙂

    Le seul traitement qu’il y ait sur la toile d’un jean brut est la « sanforisation » qui est en gros un pré-rétrécissement (mais les jeans non sanforisés c’est un truc de gros puriste, tu n’en trouveras pas par hasard si tu ne les cherches pas donc ne t’en fais pas trop)

    Ceci dit, je dirais que ces conseils sont bons à suivre pour n’importe quel jean dont on voudrait préserver au mieux la teinture ! C’est juste que pour un brut, si tu ne le fais pas, ce sera particulièrement décevant 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    C’était déjà en projet, et je me suis arrangé pour le finir pour la sortie du jean ^^

    Mais c’est vrai que ça fera beaucoup de questions en moins pour Clémence au service client, maintenant 😀

  • Nicolò – BonneGueule

    Ahhh oui si, ça… Ah non mais il faut juste changer de jean Gilbert :p

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Aurélien !

    Je ne me suis pas trop documenté sur le sujet, mais j’aurais tendance à dire que :

    1) Déjà pour tous les vêtements en coton, en général, c’est pas conseillé car la matière réagit assez mal aux solvants (donc uniquement en cas d’accident grave, sinon machine). En fait, le pressing, c’est de toutes façons taxant sur la durée de vie de n’importe quel vêtement. C’est juste que pour certains, c’est le seul choix d’entretien possible.

    2) Un pigment très instable tel que l’indigo et des solvants agressifs ne risquent pas de faire bon ménage.

  • Nicolò – BonneGueule

    Des baggys brillants ? Je t’avoue que ça ne me dit toujours rien haha.

    Mais si c’est un traitement spécial qui fait ça je ne pense malheureusement pas que tu puisses faire grand chose.

  • Salut Martin, en général cela prend un bon mois, donc je dirai 10 – 20 ports.

  • Martin

    Superbe article, je vous remercie de tous vos articles, toujours bien écrits ! Je viens de m’acheter mon premier jean brut chez APC et je voulais savoir le nombre de ports qu’il fallait pour que celui-ci se détende et soit plus confortable.

  • Louis

    Dommage pour moi. Mais heureusement, vous sortez un nouveau jean dans quelques heures !

  • Nicolò – BonneGueule

    Soit. D’un autre côté je ne pourrais te parler de mes connaissances de plus de 40 ans qui le font. Ca ne t’aidera pas plus que ça :p

    En tout cas, je ne ne trouve pas que ça mérite un veto lié à l’âge. Je comprends par contre que ça puisse ne pas être ton truc.

  • Joxer007

    Ce sont des gens qui vivent dans le milieu de la mode.

  • Nicolò – BonneGueule

    Ah mais moi je te répondais sérieusement car c’est une question qui est souvent posée très sérieusement :p

  • Nicolò – BonneGueule

    Alessandro Squarzi fait ça sans trop de problèmes je trouve. Nick Wooster aussi. Pourtant ils ont tout les deux plus de deux fois mon âge 🙂

    Puis il y a « délavé » et « délavé », tu n’es pas obligé de l’emmener jusqu’à un stade hyper avancé où certaines zones sont blanches !

  • Nicolò – BonneGueule

    La technique sel + vinaigre !

    Ca ne le rendra pas éternel hein, mais ça aidera l’indigo à tenir plus longtemps.

    Ceci dit, ce qui est bien avec les délavages, c’est que comme ils finissent par arriver quoi qu’il arrive, tu apprends à les apprécier (au début je n’aimais pas non plus, ça prend du temps !)

    Sinon comme je le dis à la fin : chaque toile est différente. Notre Kurabo par exemple, est assez long à délaver je trouve, surtout par rapport aux toiles pensées pour avoir des « fades » ultra rapides.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci beaucoup Cyril 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Davik 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    On a pas pu tester ! Ca a l’air pas mal pour le prix. Il est pas très épais (12,5 Oz) pour un jean brut ceci dit.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hmm… Je ne vois pas de quoi tu parles.

    Un jean peut briller pour trois raisons :

    – Il a reçu un traitement (enduit, par exemple)

    – Il y a des endroits (comme à l’entrejambe) où la saleté + les frictions peuvent l’avoir lustré au point qu’il brille : il faut laver, à un moment ou un autre.

    – Il est dans une matière un peu bizarre, probablement un mélange coton-polyester-stretch…

    – C’est une belle toile brute toute neuve qui prend bien la lumière (et là il faut le porter, mais je ne vois pas en quoi ce bel aspect lumineux est gênant)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Nathan !
    Merci à toi.

    C’est POUR CA qu’on dit qu’il faut choisir ses jeans bruts très serrés au départ (à moins de rechercher un fit plus loose) ! 😉

    Pour ton prochain jean brut, pars du principe que sur la plupart des morphos (je ferais une exception pour les personnes corpulentes ou musclées des jambes), la bonne taille de jean brut c’est la plus petite que tu puisses fermer même en forçant à fond ! Un jean brut à ta taille est très inconfortable à porter les premiers jours, par conséquent, mais ça finit par payer quand il se détend 🙂

    Après si tu ne me parles pas de jean brut mais juste des jeans bon marché type grandes marques de prêt à porter, les toiles de mauvaise qualité (notamment quand elles ont un pourcentage de stretch trop élevé) ont tendance à se détendre à l’infini jusqu’à perdre leur forme, c’est encore autre chose.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Louis 🙂

    Malheureusement en un an ton jean a déjà atteint son potentiel de détente maximum à priori, aucune technique ne pourrait y faire grand chose :/

    Il faut changer de taille de jean !

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci à toi pour ton commentaire Ludov 🙂

    Effectivement, avoir une toile qui correspond au rendu recherché reste le plus important.

    Jamais testé ce détergeant, je l’ai vu, mais je me demande s’il y a une vraie différence avec les produits d’entretien communs.

    Pour le jean unsanforized, si je dois être franc avec toi… Je ne peux pas encore écrire dessus car je n’en ai pas fait l’expérience ! Je vais peut-être passer le cap un de ces quatre, mais effectivement, pas du tout déconseillé aux débutants et à ceux qui ne veulent pas prendre des heures à se documenter avant d’acheter 🙂

    Merci pour la coquille, je corrige !

    Pour le « océan wash », je n’en parle pas car à mon sens c’est une technique complètement folklorique.

    L’eau de mer c’est beaucoup plus sale que ce que l’on croit (surtout de nos jours), autant ne pas laver son jean. Ok, c’est salé, mais vu toute l’eau et la friction (non localisée) qu’on balance dessus, entre ça, le sable, la douche pour le rinçage (obligatoire si on ne veut pas avoir un jean qui pue la marée basse pour toujours et des algues qui poussent à l’entrejambe)… A mon avis tu risques plus de te retrouver avec un délavage prématuré, certes, mais pas particulièrement réussi.

  • Nicolò – BonneGueule

    Bah… L’eau de mer, en fait, c’est super sale hahaha. Surtout de nos jours. Donc en fait si c’est vraiment pour le laver, il est plus hygiénique (et moins odorant) de ne pas le laver du tout que d’aller dans la mer avec.

    Moi je trouve que c’est vraiment une technique « folkorique » et que ça n’a rien d’exceptionnel en terme de résultat. En fait, vu toute l’eau que tu balances dessus, plus le sable qui gratte uniformément partout, tu risques surtout de te retrouver avec un délavage prononcé mais « low contrast »…

  • Louis GV

    Bel article, utile à plus d’un titre. Je ne peux pas m’empêcher d’évoquer une technique un peu folle : quid du bain d’eau de mer, frottage au sable fin et rinçage à l’eau claire tel que préconisé sur le site d’APC ? Est-ce plus efficace à la pleine lune ou à l’équinoxe de printemps 😉 ?

  • Nicolò – BonneGueule

    Douze heures à tremper pour un jean brut ? Je veux bien te croire, mais je n’essayerais pas personnellement…

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci à toi Emmanuel !

    Comme je le dis dans l’article : chacun sa vision, et tant mieux 😉

    Franchement… Je n’ai aucune expertise en électroménager, mais par contre je suis à peu près sûr que les concepteurs se fichent complètement de la petite niche d’amateurs de jeans bruts, donc par principe, je me méfie. Le programme « délicat », lui, parle toujours-de lui-même, et franchement, pour avoir lavé toutes mes fringues avec rien d’autre que ça depuis des années, je ne vois pas de raison d’en rajouter.

    Hmm ta plaisanterie rappelle une chose : même si j’ai grossi le trait pour rire, tu sais, il y a aussi de nombreuses personnes qui apprécient vraiment l’aspect du jean lorsqu’il s’est délavé, et ce au delà de toutes connotations. Le wabi-sabi, pour un occidental, ça peut parfois paraître surfait, mais quand tu deviens vraiment sensible au « grain » des matières, que tu es un peu lassé par tout ce lisse et ce lumineux-doux-brillant que tu peux trouver dans le luxe… Bah c’est un sujet très sérieux en fait 🙂

    D’aucuns te diraient d’ailleurs que c’est l’homme élégant, le « dandy en costume » qui a « fait son temps », qui est « coincé »…

    Pour ma part, j’accepte à bras ouverts l’un comme l’autre 😀

  • Emmanuel

    Merci pour ce super article.
    J’ai ne suis pas adepte du jean-crade-qui-pue pour cultiver les fades. Quand c’est sale en plus c’est moins confortable, déjà que le jean n’est pas la matière la plus confortable à porter, pas la peine d’en rajouter (pour moi).
    À ce sujet ayant dû changer de machine à laver j’ai remarqué que certaines proposent un programme « jean ». Qu’en pensez vous ?
    Enfin, une petite remarque pour plaisanter: bien souvent les jeans les plus travaillés, les plus badass que j’ai l’occasion de voir, contiennent à l’intérieur des gens qui n’ont absolument rien de badass.
    Ca c’est pour le côté Bad Boy du jean à 200 EUR pièce, une image d’Épinal de plus en plus surfaite. 😉