Comment le pantalon s’est imposé dans nos armoires

7 min

Comment le pantalon s’est imposé dans nos armoires

7 min
Publié le : 18 octobre 2021Mis à jour le : 2 décembre 2021

Chinos, cargos, patte d’éléphant, fuseau, slim, jeans, baggies … le pantalon, quelle que soit sa forme, est aujourd’hui un incontournable de la garde-robe masculine.

Pourtant, ce statut est très récent à l’échelle de l’histoire des modes : ce vêtement, tel qu’on le connaît aujourd’hui, a à peine deux cents ans. Cela pourrait paraître vieux mais cette ancienneté est toute relative lorsque l’on pense que les hommes ont caché leurs cuisses, voire leurs jambes, sous des tuniques et des robes de l’Antiquité au XIVe siècle, avant de porter la culotte durant plus de quatre cents ans.

Comme tous les articles de nos armoires, le pantalon a une histoire et sa quasi-universalité ne s’est pas imposée en un jour. En l’enfilant machinalement tous les jours, on ne pense pas aux barrières qu’il lui a fallu abattre pour parader sur nos jambes du matin au soir.

1. Braies antiques et culottes d'Ancien Régime : le pantalon en gestation

Ses ancêtres les plus lointains sont les braies, que notre imaginaire collectif associe aujourd’hui aux Gaulois, comme le faisaient déjà les Romains en leur temps ?Pline l’Ancien nous apprend dans son Histoire Naturelle qu’ils appelèrent même un temps la Narbonnaise Gallia Braccata, soit « la Gaulle en braies ».

vercingetorix chef gaulois braie tunique

Gravure colorée réalisée à partir du Monument à Vercingétorix de Aimé Millet (1865). Image d’Epinal du Gaulois, sous sa tunique on distingue ses braies, serrées aux jambes par des bandelettes de tissu (mode attestée en tout cas un peu plus tard, au IXe).

Elles dérivaient de l’habillement des peuples celtes et germaniques qui les trouvaient pratiques pour isoler leurs jambes du froid, notamment lors de leurs déplacements à cheval. Si les ecclésiastiques et les gens de pouvoir adoptèrent la toge et ses avatars, les braies lui survécurent et résistèrent à la romanisation de la société. Elles se composaient de deux jambes réunies par une simple couture et c’est dans celles-ci que nos pantalons contemporains ont trouvé la première de leurs caractéristiques : leur allure bifide.

Néanmoins, contrairement à ceux-ci, on n’en voyait que la partie inférieure. Elles étaient en effet portées avec une tunique tombant sur les cuisses, laquelle aboutit au bliaud médiéval, robe portée par les hommes et les femmes du XIe au XIIIe siècle, puis à la cotte et au surcot, encore plus longs.

Ce n’est qu’au milieu du XIVe siècle que le vêtement, en se raccourcissant, révéla la jonction entre les jambes et le buste, donnant à la silhouette masculine l’allure générale qu’on lui connaît aujourd’hui.

charles V bible longue tunique tableau bleu peint par jean bandol

Dédicace de la Bible historiale de Jean de Vaudetar, Paris, 1372. Le roi Charles V porte encore la robe, Jean de Vaudetar un pourpoint dévoilant ses chausses. (Copyright Wha United Archives)

Vers 1330 de jeunes hommes aisés adoptèrent le pourpoint, sorte de gilet montant à manches longues, descendant sur les hanches et dévoilant les chausses. Celles-ci, courtes sous les Gaulois, se sont allongées à mesure que les braies se raccourcissaient et se transformaient en simple vêtement de dessous. Collantes, elles dévoilent la forme des cuisses et, scandale, moulent les fesses et l’entrejambe.

Au XVe siècle apparaissent des prémices de hauts de chausse couvrant cette zone. Portés sous différentes formes au XVIe et au XVIIe siècle (culots, grègues, rhingraves…), on peut y voir des avatars de la culotte caractéristique de l’Ancien Régime.

henry II roi de france culotte courte jaune

Attribué à François Clouet, portrait d’Henri II, vers 1550. Le roi porte un pourpoint sur des chausses rembourrées (grègues). La mode voulait une braguette fausse et rembourrée proéminent (Crédit Collection Active Museum)

2. De dessous à vêtement de dessus : l'apparition du pantalon moderne

En 1789 le vêtement incontournable pour couvrir ses jambes est ainsi bien bifide, serré à la taille, mais il est court : il lui restait à retrouver la longueur des braies originelles, de culotte à se faire pantalon. Si on ne parle plus de braies pour désigner ce vêtement long à deux jambes, c’est que celui-ci a été (ré)introduit en France par les Vénitiens et leur théâtre accompagné d’un autre nom.

Dans la Commedia dell’arte le personnage du vieux barbon, Pantalone, était toujours vêtu d’un caleçon long, lequel prit son nom de notre côté des Alpes. Le pantalon resta longtemps associé pour les gens du monde à ce vêtement à l’origine porté dessous. En 1768, Louis-Antoine de Caraccioli, dans son Dictionnaire critique, pittoresque et sentencieux le décrit ainsi comme une « espèce de caleçon qui tient avec les bas », et l’on peut comprendre qu’il se portait sous la culotte.

Les gens du peuple l’arborent eux comme vêtement de dessus. Les culottes ajustées demandent le savoir-faire d’un artisan alors que le pantalon est d’une forme assez primitive pour être facilement cousu chez soi. Sa longueur le rend plus protecteur et lui vaut d’être encore souvent désigné sous le nom de « culotte longue », le terme pantalon ne s’imposant véritablement qu’au XIXe.

Dans les classes supérieures, ce sont les petits garçons qui, à la fin du XVIIIe siècle, furent les premiers à adopter le pantalon comme vêtement de dessus. Celui-ci faisait partie d’un costume dit « à la matelote », alors très en vogue et, comme son nom l’indique, inspiré par le costume des marins. À une époque où des penseurs, tel Rousseau, s’intéressaient au bon développement et à la singularité de l’enfant, sans doute a-t-on vu dans cet habit un moyen de libérer les mouvements de la jeunesse ?son pittoresque ne gâchant rien..

marie-antoinette et ses enfants pantalon portrait de lorraine habsbourg versailles

Louise-Elisabeth Vigée Lebrun, portrait de la reine Marie-Antoinette entourée de ses enfants (1787). Le dauphin Louis-Joseph porte un costume dit « à la matelote ».

Ce pantalon enfantin est aussi à rapprocher de la notion anglaise de « comfort », laquelle se répand alors en France, touchée par une véritable anglomanie qui influence aussi le costume des adultes. Avant la Révolution, certains élégants arborent déjà des pantalons, moulants en revanche, plus confortables pour monter à cheval que la culotte.

Ceux-ci ont de plus l’avantage d’apporter une solution aux craintes de plusieurs hygiénistes, dont le docteur Macquart qui alerte en 1798 ses contemporains au sujet des jarretières de la culotte ; selon lui, elles empêcheraient une bonne circulation du sang et les mouvements des muscles de la jambe.

C’est pour cette même raison que les fantassins européens voient dès le XVIIIe siècle, mais surtout au XIXe, leurs culottes être remplacées par des pantalons longs, lesquels influenceront ensuite les modes civiles, sensibles au prestige de l’uniforme.

3. Des jambes des Sans-Culottes à celles des aristocrates : les conquêtes du pantalon

On pense souvent que ce sont les « Sans-Culottes » de la Révolution française qui ont substitué à ce vêtement aristocratique le pantalon du peuple. Sans doute ont-ils eu un rôle à jouer dans cette histoire, mais pas aussi majeur qu’on a bien voulu le croire.

Leur image a été immortalisée par l’acteur Chenard, représenté par le peintre Boilly, costumé en Sans-Culotte idéal lors de la fête en l’honneur de la liberté de la Savoie, le 14 octobre 1792. À côté de cette image d’Epinal du révolutionnaire en sabots vêtu d’un pantalon et d’une carmagnole ?veste courte à petits revers., les portraits des grands prêtres de la Révolution (Robespierre, Danton…), montrent qu’ils ne quittèrent ni la poudre ni les culottes, lesquelles étaient d’ailleurs portées par tous les députés du Tiers-Etat aux Etats-Généraux de 1789.

révolution la liberté ou la mort jean baptiste lesueur pantalon rayé blanc et culotte

Jean Baptiste Lesueur, « La liberté ou la Mort », vers 1790. Au premier plan un « Sans-Culotte » porte le pantalon et la carmagnole à côté d’un homme en frac et en culotte (Photo Josse Christophe)

Et si, comme nous l’apprend Christine Bard dans son livre Une histoire politique du pantalon (Seuil, 2010), Saint-Just, « l’Ange de la Terreur », possédait à sa mort en 1794 deux culottes et deux pantalons, nous pouvons supposer que ceux-ci devaient bien plus ressembler aux pantalons collants anglais et donc à la mode, qu’à ceux des Sans-Culottes, informes et encore trop populaires, tout patriotiques qu’ils furent.

Ce n’est qu’au début du XIXe siècle, alors que s’ouvre une ère de liberté vestimentaire, que la culotte commence à être sérieusement concurrencée par le pantalon. La journée il est étroit, héritier des pantalons anglais du siècle précédent, ou bien large et droit comme se présentaient ceux des Sans-Culottes ; porté avec des souliers fins ou des bottes vernies il perd son côté populaire.

costume parisien 1815 tenue chic pantalon de tricot bleu marine botte marron chapeau haut de forme noir manteau marron

Journal des Dames et des Modes, « Costume parisien » n°1153, 1811 : modèle de pantalon pour la promenade. (Credit Collection IM KHARBINE TAPABOR)

Le soir, il peut se porter moulant, avec des escarpins, chaussures plates et ouvertes. Néanmoins il ne fait pas de suite l’unanimité, comme nous le rappelle Horace-Napoléon Raisson en 1829 dans son Code de la Toilette : « La mode de la culotte, que depuis quelques années on tente vainement d’abolir, se maintiendra sans doute longtemps encore dans la bonne compagnie ; elle est en effet plus élégante, bien plus convenable que celle du pantalon que l’on veut lui substituer ».

costume parisien pantalon de coutil a mille raies gravure de mode tiree de revue costume 1811

Journal des Dames et des Modes, « Costume parisien » n°1469, 1815 : modèle de pantalon collant pour l’équitation (Crédit Collection IM KHARBINE TAPABOR)

L’auteur reconnaît toutefois que le pantalon, en plus d’être « favorable au maintien de la santé », est « commode et élégant en petite tenue » ?c’est-à-dire en toilette relativement décontractée. Dès cette époque la culotte se fait de plus en plus rare. Au quotidien elle finit par être conservée uniquement par les messieurs assez âgés pour avoir pu jouer au trictrac avec Marie-Antoinette, et par les valets en livrée.

Elle reste portée à la cour par les hommes qui y sont reçus pour les cérémonies officielles jusqu’à la fin du règne de Napoléon III, en 1870, et demeure un élément essentiel du costume de fête de plusieurs « pays de France », en Bretagne et en Alsace par exemple.

À la Belle Epoque la culotte retrouve grâce aux yeux de quelques esthètes, à l’instar d’Oscar Wilde qui s’en pare au quotidien dans les années 1880, dans un esprit dandy. Son retour fut également soutenu par des hygiénistes qui estimaient que le pantalon, ouvert, n’isolait pas suffisamment les jambes de l’air froid.

4. Du XXe siècle à nos jours : le règne presque sans partage du pantalon

Dans la première moitié du XXe siècle, si certains sportifs en adoptent des dérivés, tel le knickerbocker, il n’y a alors plus que les petits garçons qui restent en culotte courte à la ville, jusqu’à leur entrée au collège voire au lycée. Le premier pantalon long, d’adulte, est depuis le XIXe siècle celui de la communion ?mais dans l’entre-deux guerres nombreux sont ceux à toujours porter des culottes courtes à cette occasion..

Photographie de groupe de communiants, vers 1910. (Crédit Collection KHARBINE TAPABOR)

Aujourd’hui, elle se fait de plus en plus rare et seuls les boys scouts et quelques vieilles familles semblent continuer de défendre ce terrain sur lequel progresse irrémédiablement le pantalon qui n’a plus vraiment de concurrents.

On met certes des shorts et des bermudas mais, du point de vue de la coupe, ils n’en sont qu’une version raccourcie. Quant à la jupe pour homme, promue par de grands créateurs, tel Jean-Paul Gaultier, elle est un épiphénomène. Au terme de plus de mille ans d’évolution des modes et des mentalités, le pantalon a réussi à s’imposer dans la garde-robe masculine pour toutes les circonstances, et a même, en parallèle, su se frayer un chemin jusqu’au placard des dames.

Mais ceci est une autre histoire ?voir Bastien Salva, « Le pantalon féminin, un repris de justice dans nos placards », in Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale, Les Arts Décoratifs, 2016.

Laissez nous un commentaire

Questions de styles, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures