Dossier : Versace, la Maison milanaise aux savoir-faire méconnus #2

17

Après avoir planté le décor et présenté l'histoire, le style et les petites péripéties de l'entreprise Versace, il est plus que temps de rentrer dans le vif du sujet. Qu'est-ce qui fait de Versace une maison si unique ? Mais surtout, puisqu'on parle de luxe et de virtuosité, sur quoi cela repose-t-il ? Je vous propose de le découvrir maintenant.

Comment Gianni Versace a bâti sa Maison sur un artisanat d'exception ?

Une approche jusqu’au-boutiste du luxe et de la Haute-Couture

Les Versace ont une conception extrêmement exigeante du luxe. Pour Gianni, comme pour Donatella aujourd’hui, un défilé doit être une démonstration de force, un moment où l’on en prend plein les mirettes.

Mais attention, pas question de se contenter de détails dorés et d’imprimés massifs : pour se faire remarquer, la famille de créateurs ne mise que sur des constructions virtuoses et exceptionnelles.

Défilé Versace retouche robe

Ça n'est JAMAIS terminé, et il faut travailler le vêtement jusqu'à la dernière seconde, même lorsqu'il est porté par le mannequin. Vu les mensurations, on avouera qu'il y a pire condition...

Ici, le glamour et la sensualité se portent avec fierté et assurance, que l'on soit un homme ou une femme. Les amateurs de belles façons s'émerveillent de cette faculté à sculpter le corps dans des asymétries d'une complexité insondable, témoins d'un travail prodigieux par sa subtilité et sa minutie.

Luigi Massi, à la tête de l'atelier de la Maison, est convoité depuis des années par toutes les grandes marques de couture. Formé par Gianni himself, il a la réputation de pouvoir simplement tout faire ! Et chaque collection Haute-Couture semble le prouver.

Luigi Massi Versace

Luigi Massi, c'est ce grand bonhomme. Pardonnez la qualité, c'est une personne qui ne se laisse pas vraiment prendre en photo...

Ne m’en voulez pas : il sera question, parfois, de pièces femme dans cette section. C’est en effet pour ces dames que les ateliers de la Maison milanaise furent les plus extraordinaires. D'un point de vue technique et "culture mode", je pense qu'il est vraiment intéressant de s'arrêter dessus. Et je vous ai mis en toute fin de l'article beaucoup de références pour retrouver les collections récentes, à voir ou revoir.

Le costume masculin : un art parfaitement maîtrisé par Versace

Versace défilé 1989

Deux clichés réalisés en 1989.

Versace a, très tôt, couplé les lignes femme avec les lignes homme. Il était de ces précurseurs qui ont plébiscité des coupes de costumes extrêmement massives, avec des épaules droites surdimensionnées.

La maison a longtemps été très réputée pour son savoir-faire tailleur, incarnant à merveille les excès de la mode italienne. Couleurs extrêmement vives, détails en métal doré et imprimés massifs honorent cette empreinte opulente ! L'atelier compte de nombreux maîtres tailleurs, lesquels réalisèrent certaines des pièces les plus emblématiques des années 80.

Versace 1989 1995 costume homme

1989 et 1995.

Cependant, nous l'avons vu, la Medusa company a aussi évolué vers d'autres pièces plus "neutres", mais dont la réalisation est toujours aussi exceptionnelle ; à l'image de ces deux costumes noirs.

Le premier mêle style smoking et queue-de-pie, le second joue sur un col démesuré vraiment très italien. Au passage, je trouve que les imprimés baroques ultra colorés du premier modèle subliment le noir, et vice versa...

Costume Versace Défilé homme

La dernière pièce, plus récente, incarne l'esprit de cette nouvelle décennie. Le costume est réalisé dans un drap de cachemire, avec une coupe croisée 2 boutons et des poches à rabat. Il est surtout paré d'un gilet en cuir gaufré (jamais vu ailleurs).

Une réalisation irréprochable : la technicité est au service de l'innovation dans le travail du cuir, le tout formant une tenue remarquable sans superflu. Ce n'est pas donné à tout le monde !

Une invention révolutionnaire : la maille de métal Oroton

Versace oroton matière

Gianni Versace a toujours eu un attrait particulier pour le cristal, l'or et le métal. Pour tout ce qui brille en somme, fidèle au style de la Calabre. Cependant, s'il a réalisé une collection pour homme incluant de la côte de maille en 1982, ce type de matériau s'avère bien trop rigide et difficilement compatible avec sa conception sculpturale de la mode femme.

Il va donc, avec un artisan allemand, travailler à développer une matière couplant la souplesse de la soie et la texture unique du métal, afin de concevoir les pièces si sensuelles dont il a le secret. Voici comment en 1982 est née la "maille de métal" baptisée Oroton.

La technique consiste à assembler sans les relier de petits disques de métal entre eux, en les attachants en 4 points à une maille de métal. La fluidité de la matière donne ce sentiment très spécial que le corps est paré d'un métal liquide.

En plus d'avoir créé une matière absolument unique, Versace ira encore plus loin en la travaillant comme n'importe quel autre tissu, faisant fi des difficultés de montage et démontrant un sens de l'artisanat d'exception.

Versace défile metal

La première pièce et la seconde datent de 97, la troisième du milieu des années 80... Le tout, 100 % métal : surréaliste.

Petite explication sur ce que vous voyez. Cela commence avec une robe hautement sculpturale, adulée par la presse du monde entier : c'est la première fois que Gianni Versace est allé aussi loin dans la découpe de l'Oroton.

Le second modèle - un autre cas d'école - présente le "metal mesh" brodé (!!!) pour former ces croix byzantines.

Enfin, la dernière robe joue sur les couleurs pour dessiner un motif géométrique un peu psyché mais, une de fois de plus, la technicité d'un tel travail est exemplaire : il a tout de même fallu imprimer, pour ainsi dire, le motif...

Versace Campagne Prince

La campagne avec Prince date dé l'été 96, et l'autre look provient de la collection Automne - Hiver 2010. Notez à gauche l'encolure courant sur le blazer de haut en bas.

Le designer italien emploiera souvent les cristaux, parfaits pour dessiner des motifs arlequin ou baroques extrêmement colorés, comme on a pu en voir plus haut. Le style Versace n'est pas vraiment ce que l'on appelle un exemple de sobriété ou de modestie, vous l'aurez compris.

Pourtant, lorsque l'on voit le travail qu'il y a derrière, on est clairement à des années-lumières du bling bling facile. Il y aura quelques déclinaisons pour homme de l'Oroton, de façon très anecdotique car ce n'est pas une matière vraiment... masculine !

Versace Femme défilé

Et au passage, regardez les coupes... La fusion robe / pantalon parfaitement exécutée, et le buste sculptural ajouré sont impressionnants.

Pour l'hiver 2014-2015, la collection Haute-Couture de la ligne Atelier Versace (différente des collections de prêt-à-porter) a donné naissance à une nouvelle matière, dérivée de l'Oroton.

Cette fois-ci, il n'est plus question de métal, mais de cristal : développée avec Swarowski, il s'agit d'une matière ultra fluide, sur laquelle sont projetés de très fins éclats de cristal, nommés "poussières" dans le descriptif technique que j'ai pu me procurer. Ainsi, on retrouve une nouvelle fois cette alliance entre la brillance de la pierre et la légèreté voluptueuse du tissu.

Découpe en biais et constructions asymétriques : la signature unique de Versace

Versace Femme

Commençons par un modèle réalisé en denim japonais, très finement brodé d'or en rayures. De la structure est apportée par une "ceinture" de perle et de cuir métallisé (laminé), avec un drapé de soie pour dessiner l'asymétrie.

On note à peine quelques plis, malgré de nombreuses découpes en biais, et un superbe jeu de texture entre le mat du denim, l'effet satiné de la soie et la brillance de l'or.

Versace Femme denim

Le second s'inspire de l'univers tailoring et du corsetage. Les attaches incrustées de cristaux sont dégrafées pour dévoiler un bustier comparable à de la lingerie brodé...

On est tout à fait dans l'esprit "femme fatale" sexy de Versace, et il faut bien reconnaître qu'une femme vêtue de la sorte - bien que la probabilité que l'on en croise une au détour d'un coin de rue demeure infime - doit effectivement provoquer quelques "émotions" ! Notez au passage les épaules tailleur superbement exécutées.

Versace Femme corsetage

Cette troisième pièce est un chef-d’œuvre. Au bas, des milliers de perles dessinent des motifs géométriques tout en respectant la légèreté du tissu.

Le buste est, lui, presque essentiellement composé de fines chaînettes d'argent : tantôt tressées puis cousues pour rigidifier l'ensemble, tantôt relâchées afin d'évoquer le mouvement d'un drapé. Cela mériterait de finir dans un musée, le travail réalisé est colossal.

Versace Femme défilé perles

Enfin, la dernière réalisation est sans doute la plus stupéfiante, parcourant le corps de courbes faites de résilles brodées, de perles et de caddy de soie.Imaginez la maîtrise qu'il faut avoir pour dessiner de telles pièces, ajourées ci et là, et utilisant pour certaines des matières créées juste pour une collection.

À savoir : le dos est tout aussi travaillé : les habitués le savent, il faut TOUJOURS regarder l'arrière d'une pièce Versace !

Les modèles présentés proviennent tous la ligne Haute-Couture, mais Versace décline aussi ses talents pour l'asymétrie sculpturale en prêt-à-porter ! Petite illustration avant d'évoquer le travail des cuirs.

Versace défilé femme ensemble

Côte de maille doublée de cuir, maille de cristal appliquée sur du caddy de soie, mousseline de soie brodée en haut de chaînes d'argent, et soie enduite structurée par des bandes de vinyl. En prêt-à-porter, donc..

Un sens ultra pointu pour la confection des peaux

Versace homme été 1982.

Une campagne pour l'été 1982.

Très tôt (dès ses débuts), Gianni Versace a manifesté un intérêt pour le cuir. Il a toujours cherché à travailler cette matière comme un tissu, et donc à contourner les difficultés liées à l'épaisseur de la peau.

Avec de bons fournisseurs et un atelier extrêmement doué, le couturier italien a fini par réussir son pari, confectionnant d'audacieuses vestes et autres combinaisons en cuir très fluides, jouant même sur des effets de drapé comme s'il s'agissait d'une toile.

Montage Versace Cuirs

Voyez cette veste bleue dont les volumes généreux, bien que maîtrisés, font réagir le cuir à la manière d'un tissu ; impression comparable à celle que l'on a en observant les combinaisons du second cliché.

Regardez bien la combinaison de l'homme tout à gauche, sur l'image de droite  : vous noterez que le cuir est plissé à la ceinture comme une matière élastique, ce qui n'existait pas à l'époque.

Versace défilé cuir homme

Même dans la "nouvelle ère" Versace, le cuir conserve une place de choix, surtout dans les collections masculines. Pour ce modèle, on l'a finement surpiqué de façon à évoquer une calandre de voiture : j'ai eu cette pièce entre les mains, impressionné par la précision du travail de broderie et d'assemblage, notamment au niveau des emmanchures.

Malgré une rigidité attendue, je fus extrêmement surpris du confort et de l'aisance permise par cette pièce exceptionnelle.

Versace défile perfecto cuir

Observons maintenant ce perfecto. On a une texture très lisse - alors que le modèle est en mouvement - et un grain d'une grande finesse. La courbe extrêmement nette des épaules, pourtant matelassées, est stupéfiante.

En dessous, le pantalon de cuir rouge reprend les savoir-faire développés aux débuts de la marque, pour se permettre une légèreté et une finesse encore une fois semblable à celles d'un tissu. Effet que vous pouvez voir de plus près sur le pantalon à pinces juste à côté. Oui oui, c'est bien du cuir...

Versace Robe femme février 2010

Voici maintenant la robe la plus casse-tête de la collection prêt-à-porter présentée en février 2010. Elle a été reprisée un nombre incalculable de fois all'ultimo secondo, et les petites mains ont eu un mal fou à l'ajuster au mannequin (changée au dernier moment) pour un effet près du corps...

La raison ? Ces empiècements brillants que vous voyez sont des morceaux de cuir laminé, rappelant effectivement le métal. Enchevêtrés entre du tissu strié et des anneaux de métal, ils composent un superbe motif géométrique.

Versace Homme cuir défilé

Enfin, dernier exemple probant avec un blouson très structuré. Les épaules sont constituées d'empiècements angulaires d'agneau assemblés par des poinçons.

Au niveau des flancs et de l'arrière de la veste, nous trouvons des dizaines de fines lanières de peau tendues entre de petites chaînes de métal dont vous devinez la brillance... Sans parler du col officier et des deux fermetures superposées.

Et finalement, ces pièces sont loin d'être importables. Audacieuses et impressionnantes, oui, elles se remarquent, mais de la meilleure des façons.

Le résultat en boutique : des produits très bien fabriqués, aux détails et finitions luxueuses... mais souvent fragiles

Bouton Versace Medusa

Le bouton d'un manteau militaire acheté il y a 3 ans, très finement ciselé pour dessiner la medusa ornée d'une frise greca.

Pour terminer, bref passage en revue de quelques articles de la marque, histoire de passer de la théorie à la pratique ! Il s'agit aussi de montrer ce qui fait le luxe de la marque évoquée dans cet article, et son sens très poussé du détail.

En effet, Versace fabrique toute sa première ligne en Italie depuis toujours, ce qui lui permet de rester proche d'une main d’œuvre très qualifiée, et habituée aux pires excentricités techniques.

Le personnel en boutique a toujours été vraiment agréable... il faut dire que, contrairement à d'autres marques reines du turn-over, Versace a de nombreux conseillers de vente très fidèles, présent pour certains depuis plus de 20 ans.

Sac Versace Packaging

Pas super masculin tout ça, on est bien d'accord !

Blouson "biker" en agneau plongé Versace - Printemps/Été 2010

Versace cuir coupe

J'ai vraiment craqué sur une coupe sobre mais sophistiquée, marquée par de beaux détails : nombreuses poches, col officier, empiècements aux épaules... La réalisation est absolument irréprochable : coutures extrêmement régulières, zip YKK et pressions Fiocchi increvables, plongé du cuir toujours extrêmement doux et agréable...

Versace Montage veste cuir

Après 5 ans, cette peau d'excellente qualité (comme toutes les peausseries de cette ligne) se patine merveilleusement bien : voyez sur le premier cliché les nuances de couleurs, de reflets et de texture au soleil, marquant le vécu de cette belle peau.

Toutes les poches - zippées ou à rabat, intérieures ou extérieures - sont doublées d'une bande de cuir ou gansées, mais avec la même peau que celle utilisée pour confectionner le blouson : chercher sa carte dans sa poche est extrêmement agréable...

Versace veste details

Pour terminer sur cette pièce, on notera les pressions ciselées de la frise greca, d'une finesse subtile et raffinée. La boucle du col représente elle aussi la clé grecque, motif phare de la Maison, mais d'une façon très discrète là aussi. Qui a dit que Versace ne faisait que du bling-bling ?

J'ai vu, pour la collection femme, un travail encore plus poussé que les vendeurs appellent des "fermetures bijoux", parfois dorées et incrustée de cristaux.

Seul bémol : la fragilité de la peau, liée à sa couleur. Le thème de la collection Printemps / Été 2010 reprenait en effet une palette de couleurs tirées du désert, d'où cette teinte sable assez unique par ailleurs.

Le plongé est la finition la plus noble du cuir, sublimant la texture et la qualité de la peau. En pratique, cela me contraint d'être extrêmement vigilant dès que je porte cette pièce. Une goutte d'eau, une main pas fraîchement lavée ou un contact avec une plante peuvent vite laisser une trace. Fort heureusement, la patine du cuir lui fait perdre son homogénéité et estompe de potentielles tâches.

Polo "sport" en jersey de coton rouge Versace - Printemps / Été 2011

Polo Versace homme

J'aime porter le polo, ce n'est pas nouveau, et j'ai beaucoup apprécié la matière légèrement soyeuse de ce modèle. Il se porte près du corps et dessine une jolie carrure. La couleur est particulièrement adaptée à l'été, et les bandes gris béton du col et des manches lui donnent ce côté un peu sport.

La Medusa présente l'avantage de ne pas vraiment être un logo et peu de gens l'associent à Versace, à moins de bien connaître la marque.

Versace Polo Rouge details

En premier lieu, le col a une tenue absolument parfaite grâce à un côtelé de bonne facture, cela se voit. Les boutons sont 100 % métal palladium, gravés Versace mais cela ne se voit pas : c'est la seule fois que j'ai eu l'occasion de croiser des boutons dans cette matière, ce qui anoblit le produit à mon sens.

Enfin, la Medusa sur la poitrine est "ombré" pour lui donner un côté légèrement flou. Pas d'imprimé ici, ni même de logo pré-cousu puis collé. On a là un travail très fin, réalisé en deux étapes :

  • D'abord, la trame du jersey est travaillée, non plus seulement avec du fil rouge, mais avec du fil gris anthracite. C'est ce qui permet cet effet d'ombre très fine,
  • Puis la Medusa est brodée par-dessus. Là encore, une haute technicité que je n'ai pas revue ailleurs sur un "simple" polo...

Bémol : la matière est agréable à porter, très fine... mais très fragile. Même en lavant à la main, je sens bien que le jersey a tendance à rétrécir, et le moindre accroc ne pardonnera pas.

Portefeuille format continental en cuir d'anguille Versace - Modèle classique sans saison acheté en été 2012

Versace portefeuille cuir

Comme beaucoup d'entre vous, j'ai le petit portefeuille pratique que l'on glisse dans la poche arrière, celui à qui l'on fait vivre des moments difficiles et improbables ! Pour rien au monde je ne m'en séparerai, mais j'ai aussi souhaité, il y a quelques temps, avoir un autre portefeuille plus noble et raffiné, adapté à un vestiaire plus élégant (surtout les costumes).

Je ne m'attendais pas à trouver cela chez Versace mais, comme vous le voyez, on est sur un modèle extrêmement sobre et raffiné grâce à l'emploi du cuir d'anguille, anobli d'une fine ligne de métal gravé.

Versace portefeuille intérieur

À l'intérieur, on retrouve un cuir d'agneau très doux et souple, parfait pour s'adapter aux cartes, au toucher vraiment très agréable. Lui aussi se patine, se plie et se raye même parfois, ce qui lui donne du caractère. Notez les coutures bien solides et régulières.

Versace portefeuille details

La fermeture de la poche à monnaie s'ouvre en tirant sur une fine languette de cuir rabattue, cousue et cirée sur la tranche. Si vous regardez bien "sous" la fermeture, vous pourrez apercevoir une bande de cuir cousue de façon à "rigidifier" le zip pour en faciliter l'ouverture.

Enfin, vu de près, le cuir d'anguille révèle sa texture unique, toujours légèrement plissé en son centre. Et toujours des points de couture très fins, presque invisibles, témoins d'un travail soigné et rigoureux.

Bémol : le cuir d'anguille, par sa finesse, est sujet aux rayures et aux marques. J'ai donc dû me trouver une housse en tissu doux, à utiliser lorsqu'il est rangé avec d'autres objets dans un sac bandoulière ou un attaché-case.

Chaine gangsta Versace

Et ça, c'est la chaîne gangsta que Benoît a songé à s'acheter. True story, vu de mes yeux !

Cette fois-ci, je pense qu'on a fait le tour. J'espère vraiment que cet article vous aura plu ! Il était long, mais comme je le disais en intro, la Maison Versace est bien plus riche, noble et respectueuse qu'on ne peut le penser. Surtout en France. Et si j'ai pu ne serait-ce que vous faire changer légèrement votre perception de la marque, alors mission accomplie 😉

Pour ceux qui souhaitent en voir un peu plus, je vous mets quelques liens vers des vidéos ou des shootings de collections que j'ai évoquées, et qui "valent le coup" d'être vus :

Homme

Automne-Hiver 2010-11 (à voir, travail du cuir et du noir) : en image / en vidéo

Automne-Hiver 2011-12 (tailoring moderne) : en image / en vidéo

Printemps - Été 2015 (travail de broderie) : en image / en vidéo 

Automne - Hiver 2015-16 (cachemire à gogo) : en image / en vidéo 

Femmes

Automne-Hiver 2012-13 PAP (robes en cote de maille): en vidéo

Automne-Hiver 2013-14 PAP (travail du vinyl, matière d'habitude ingérable) : en vidéo 

Automne Hiver 2014-2015 HC (tailoring féminin exceptionnel) : en vidéo 

Printemps-Été 2015 HC (asymétries sculpturales) : en vidéo

 

Versace Medusa Greca

Questions, remarques en commentaires, n'hésitez pas ! Cheers

Romain Rousseau A propos Romain Rousseau

Voir un tailleur marquer sa toile m'impressionne, regarder une brodeuse faire virevolter son aiguille me donne des frissons, admirer un cuir parfait me fait sourire. Je suis passionné par le Luxe pour ce qu'il est (rigueur, excellence, amour du beau), et plus encore j'aime partager et transmettre cette passion. romain.rousseau@bonnegueule.fr

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • nono

    tout à fait Abdelhamid. 😉

  • Romain Rousseau

    Et bien merci à toi Ludovic, ton commentaire me fait extrêmement plaisir. C’est exactement pour provoquer toutes les « réactions » que tu évoques que je l’ai écrit 🙂

  • Romain R

    Magie c’est le mot : on renoue avec ce côté irrationnel normalement inhérent au luxe, souvent aussi appelé « rêve ». Et ça fait du bien dans une période où on essaye de nous faire croire que tout est luxe et exception. Merci encore pour tes commentaires si chaleureux !

  • Romain R

    Je te remercie beaucoup Gouhouf, c’est exactement pour ça que j’ai écrit ces articles ! Tu as raison, chez la femme il y a vraiment quelque chose en plus mais en même temps la haute couture leur est réservée : ceci explique cela. Mais déjà de quoi bien s’amuser avec les collections homme aussi.
    Dries Van Noten a une fabrication assez rigoureuse de ce dont je peux m’en souvenir : il n’y a pas la virtuosité de Versace, mais ce même sens d’une confection précise et soignée, tu as raison !

  • Gouhouf

    Merci pour cet article. Je découvre un monde que je ne connaissais pas beaucoup à travers ces articles sur Versace. Je trouve qu’il y a beaucoup de très jolies pièces, pour homme et pour femme. Même si je trouve que le niveau des pièces femme sont encore un poil au-dessus des pièces hommes. Elles semblent bien plus complexes au niveau de la réalisation, mais peut-être me trompé-je. Pour ce qui est de la qualité et du prix, il semble que, en plus du travail énorme de couture, les matières soient effectivement belles. Bon, après, globalement, je n’ai pas les moyens aujourd’hui, je pourrais peut-être les avoir plus tard… 🙂

    Sinon, au niveau des couturiers, j’ai vu aussi de belles choses du côté de Dries van Noten (pour changer des italiens), mais ce n’était que des photos de défilé. Ils ont l’air de faire aussi pas mal de boulot sur les coupes. Mais je ne sais pas si ça atteint le niveau de Versace, et je n’ai jamais tenté de voir à quoi ça ressemblait en boutique. Au niveau des prix, ça a l’air assez proche, donc j’imagine que le travail est soigné. Je crois me souvenir qu’il y en avait une bonne critique dans un précédent post de BG.

    En tout cas, je trouve vraiment intéressant de voir le travail de création de marques de très grand luxe.

    Gouhouf

  • Romain R

    Mmmmmh je pensais à du Jérémy Scott ou Hood By Air, de la vraie mode quoi.
    Evidemment, mega lol 😉

  • Romain R

    Ah oui métro c’est mort, sauf à avoir un cuir déjà bien patiné.

  • Romain R

    L’énorme difficulté pour ce type d’article, c’est que je dois vraiment me débrouiller tout seul : Versace, Loro Piana, Girbaud et toutes les maisons que j’ai pu contacter ne sont pas du tout coopératives et ne me donne absolument rien. Ce qui suppose que de mon côté, j’ai déjà une relativement bonne connaissance de la maison pour savoir quoi chercher, et où. Parce que mine de rien, c’est beaucoup de taff. Donc les tailleurs en général, bien que je sois en phase de perfectionnement à ce sujet, ne sont pas encore tout à fait à ma portée pour faire un article de vraiment bonne qualité je pense.
    Chanel, Lanvin ou YSL ça me parle plus déjà. Chanel le gros soucis, c’est que la marque ne fait absolument rien pour l’homme (sauf quelques pièces vite fait), Lanvin niveau qualité c’est quand même une belle catastrophe, et YSL… j’ai une réaction épidermique à l’évocation de Slimane, et pour homme M. Saint Laurent n’a pas particulièrement brillé – il faut le dire. Mais cela dit, dans un article plus global sur l’empreinte de certaines marques dans le paysage mode, les marques que tu as cité seraient parfaites. Je prends note de tout ça, mais je ne garantis pas que… je ne vous propose pas encore un article sur une italienne (type Etro ou Ferragamo) prochainement :p

  • Chris

    Est-ce que tu restes exclusivement dans la gamme luxe, ou est-ce que tu t’intéresses aussi aux tailleurs haut-de-gamme ?
    Dans le 1er cas, une analyse des styles, évolutions et changements chez certaines maisons historiques (Chanel, Lanvin, YSL ou dans un autre style Berluti et sa récente gamme de PàP) pourraient être intéressantes.
    Dans l’autre cas, des articles mélangeant technicité (quid de la construction, du processus / savoir-faire) et photos sur les tailleurs tels que Cifonelli, Smalto, Camps de Luca ou encore Scabal.

  • Romain R

    Ah non non ils n’ont pas travaillé ensemble, quand je disais qu’il a officié pendant les années Versace, je voulais dire qu’effectivement il était de la même époque que lui. Mais à ma connaissance rien de plus ! J’avais écrit un article il y a 2 ans sur Modissimo à propos la marque Girbaud si cela t’intéresses http://modissimo.fr/dossier-marithe-francois-girbaud-la-fin-dun-demi-siecle-dinnovations.html .

  • Romain R

    C’est un très beau compliment car je suis ravi que mon article puisse participer à te faire apprécier un peu plus la mode masculine !

  • Romain R

    Salut Chris, merci pour ton commentaire. Effectivement, en général les castings de Versace privilégient des modèles « healthy » parfois même plantureuses :p
    En fait c’est vrai que le cuir plongé (surtout beige) ou l’anguille sont, quoi qu’il arrive, des matières fragiles. Le manteau très long (celui avec les boutons dorés gravés) par exemple se porte comme un charme après 3 hiver, et ne nécessite pas de soins particuliers. Mais effectivement dès que tu commences à taper dans les pièces très nobles ou techniques, cela demande de l’attention. Avec plaisir pour la présentation d’une autre maison, j’y réfléchis déjà. Des idées en tête ? :p

  • Romain R

    Merci Pierre. Ah tu sais, aujourd’hui ils tournent vraiment le dos au style bling bling pour glisser vers un style plus noble, mais toujours assumé. Mais j’aurai pas osé la chaine non plus :p

  • Romain R

    Hello Valere,
    Osti a officié pendant les années Versace, et d’ailleurs si tu aimes ce genre d’innovation tu devrais te renseigner sur la marque récemment disparue Marithé + François Girbaud : ils ont incroyablement marqué l’industrie du jean en inventant le premier délavage, le baggy, la couture à ultrasons, le travail du denim au laser etc.
    Pour en revenir à Versace et consorts, je ne sais pas s’ils ont été vraiment influencés par Osti, je ne connais pas très bien son travail mais je pense qu’il avait une vision beaucoup plus « pratique » de l’innovation, lorsque les marques de luxe cherchent l’extraordinaire pour émerveiller.

  • Romain R

    Merci Jo ! Effectivement leurs cuirs sont vraiment excellents, et avec des designs vraiment sympas.

  • Pierre Alanski

    Merci beaucoup pour ces articles, Romain ! Je redécouvre cette maison grâce à toi 😉
    Bon, le style bling-bling n’est toujours pas mon truc, mais je suis ravi de constater l’impressionnante maîtrise de leurs savoir-faire 😉
    Par contre, Benoît, la chaîne, ce n’est juste pas possible =p

  • valere

    C’est cool; j’ai l’impression que les Italiens aiment bien utilisés des matières « en dehors du simple tissu » (tu as parlé de métal et ensuite de cristal), pour faire des vêtements non ? C’est venu avant ou après l’ère du génial Massimo Osti et sa révolution sur les matériaux hors du commun dans l’industrie du textile ??
    Sinon l’article est bien (j’ai adoré le lire), mais pour moi Versace c’est hors de question c’est trop…. hors de mon monde..